Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin du casoar, la forêt des Kasua

 | 
Florence Brunois

Section 1. Histoire de la configuration du cosmos forestier

Chapitre premier. La géographie migratoire

Texte intégral

  • 1 Cette région est surnommée la région Bosavi du nom du volcan qui la domine. Cette dénomination géo (...)

1La tribu kasua habite un territoire qui couvre une superficie d’environ 200 000 ha. Il constitue le plus grand territoire tribal de la région du Grand Plateau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée1 dont il constitue les extrémités est et sud. En effet, tout en empiétant sur les hauteurs des flancs du mont Bosavi situé aux E 142°50’50” et S 6°30’92”, et dont le sommet culmine à 2 397 m, les terres kasua contournent ce volcan éteint, du nord nord-est au sud sud-ouest, pour s’en détacher et s’étendre sur les Basses-Terres jusqu’aux latitudes et aux longitudes E 143°00’23” et S 7°18’59”. Par cette immense étendue où l’altitude décroît régulièrement de 2397 m à 30 m au-dessus du niveau de la mer, ce territoire offre une grande diversité d’habitats et de biomes d’eau douce représentative de la biodiversité des écosystèmes des forêts tropicales. Aussi, un sentiment d’infiniment vert : la forêt recouvre plus de 99 % de l’ensemble de cette aire (cf. carte 1).

  • 2 À titre d’exemple d’après les données disponibles, la superficie du territoire des Etolo est de 50 (...)
  • 3 Cette tribu composée de 350 personnes qui habite la partie supérieure du golf Puari, entre la rivi (...)

2Cette superficie, exceptionnelle au regard de celle des territoires des autres tribus du Grand Plateau2 n’a pas toujours revêtu ces mêmes dimensions, ni renfermé bien sûr une même biodiversité. Avant l’arrivée des « futurs » Kasua du sud, soit les acteurs principaux de ce récit ethnographique, le territoire kasua s’étendait exclusivement à l’est et au nord-est des flancs du mont Bosavi : le fleuve Hegigio/Kikori démarquant la frontière naturelle de son extrémité orientale, la source de la rivière Turama, celle de son extrémité méridionale. Ainsi, leur territoire était encadré à l’ouest par celui des Kaluli, au nord-ouest par ceux des Etolo et des Onabasulu, à l’est par le territoire des Fasu. Au sud-est, les Kasua côtoyaient les Kasele3 qui, originaires de la partie supérieure du golf Puari, auraient entrepris une migration en remontant le fleuve Kikori. D’ailleurs, certains clans kasua du nord revendiquent une origine commune, comme le clan kasele qui porte son nom tribal. En revanche, au sud du volcan, les Kasua endogènes ne se connaissaient aucun voisin, ce qui ne les incitait pourtant pas à s’y aventurer car, précisaient-ils, « il n’y avait pas de chemin ». Territoire inconnu, cette région méridionale participait néanmoins à leur imaginaire comme à celui des Kaluli. Pour ces derniers, le versant sud du volcan abritait leur double spirituel qui y évoluait sous la forme de cochons sauvages. Pour les Kasua, un mythe relatant l’origine d’un clan nommé kuyala de la montagne Menapo (versant nord du volcan) affirmait qu’à la suite d’une scission, certains d’entre eux s’étaient transformés en chauve-souris, étaient rentrés dans une caverne et avaient migré vers les terres du sud en empruntant une voie souterraine. Cette terre n’était pas si inconnue...

DES INDIVIDUS EN QUÊTE D’ESPACE

3L’extension des frontières méridionales jusqu’aux Basses-Terres – une extension dont la distance équivaut à plus de 50 km à vol d’oiseau – va donc constituer une véritable conquête, une véritable appropriation matérielle de terres vierges et non traduire de simples déplacements, bien que la très forte mobilité résidentielle des Kasua soit un trait caractéristique de leur culture. C’est un mouvement migratoire initié par des individus de tribus limitrophes qui va en être à l’origine. Leur but ? La quête d’espace forestier.

  • 4 Selon les Kasua, le nom Bona signifie la vulve de la femme dont le vrai terme était tabou. Car, se (...)

4En effet, sur les 13 clans patrilinéaires kasua habitant aujourd’hui la partie sud du territoire tribal, si l’on excepte les clans qui revendiquent une origine immanente à cette région (elles vont participer néanmoins au mouvement), un clan se réclame d’ancêtres fasu qui auraient quitté leur territoire en raison de pressions démographiques ; 9 autres se disent descendants d’ancêtres kaluli qui migrèrent suite à des conflits d’accès aux ressources naturelles. Dans ces derniers cas, le processus de scission au sein du groupe d’origine est similaire. Il implique les mêmes acteurs : des patrilignages fraternels ; la même action : le refus de partager ; la même quantité de ressources : une, unique ! Seule la nature de ladite ressource varie : pour les Kaluli originaires d’Hawesi, territoire limitrophe à celui des Etolo, il s’agissait de l’exploitation d’un palmier noir dont le stipe devait servir à la confection commune d’arcs destinés à être vendus aux Huli ; pour les Kaluli Hulutigi, originaires de Bona4, il impliquait l’exploitation d’un palmier sagoutier commun ; enfin, pour ceux issus du clan ulusi (ou hayan générique du Cacatoès à huppe jaune), il portait sur la prise et la consommation contestées d’un poisson lors d’une pêche à la nivrée commune ! Une dispute verbale s’ensuivait. Mais, exacerbant une profonde violence, la dispute dégénère rapidement en agressions physiques et armées soit de bâtons, d’arcs, soit de haches de pierre. Les reproches sont de la même teneur : « Pourquoi, l’avez-vous coupé ou péché en notre absence ? Pourquoi ne pas avoir partagé ? » et pour finalement conclure : « Vous voulez que nous partions ? » Dans tous les cas de figures, ces derniers mots prononcés à voix haute mettent un terme instantané aux bagarres. Devançant fièrement la réponse, la lignée offensée proclame aussitôt qu’elle renonce à ses terres, préférant migrer : « Tu gardes ces terres, moi, je vais à la montagne Saibi, ou à la rivière Ulu, ou encore à la rivière Bifo. »

  • 5 Grâce au financement du WWF.USA qui menait un projet de conservation de la région Bosavi, les arch (...)

5Malgré les précisions pour lesquelles excellent les Kasua dans la description de ces événements, il est fort difficile de dater les débuts de cette migration, car leur mémoire généalogique est peu profonde, elle s’efface au-delà de la quatrième génération. Des informations plus précises sur l’occupation effective du territoire pourront, je l’espère, être obtenues grâce aux datations des charbons et des os prélevés sur deux sites archéologiques découverts lors de mes relevés systématiques des sites sacrés kasua5. En effet, ces lieux, des abris rocheux couverts de pétroglyphes, les seuls de la région Bosavi recensés jusqu’à ce jour, se situent exactement sur le chemin emprunté par les migrants fasu et kaluli hulutigi. Enfin, si l’on ajoute à ces données le fait que les sites similaires les plus proches se rencontrent sur le territoire fasu, à proximité du lac Kutubu, on peut légitimement penser, avec les archéologues Mandui et Ivuyo, que les résultats des expertises permettraient de dater leur mouvement migratoire (1997 : 4). Dans l’attente de ces résultats virtuellement riches de promesses, nous nous référerons aux récits déjà extrêmement détaillés des Kasua, ici retranscrits. Ceux-ci précisent en effet non seulement les itinéraires empruntés par les 13 clans – lesquels dessinent grossièrement deux grands axes : celui contournant le volcan par l’est et celui coupant littéralement le volcan par le sud–, mais aussi le rythme observé. Trois étapes peuvent être ainsi distinguées : l’entrée dans le territoire des Kasua du nord et l’intégration dans leur sphère sociale ; la descente progressive vers le sud ; enfin l’acheminement vers l’ouest et la définition définitive de la configuration de leur territoire actuel.

L’ÉMERGENCE DES NOUVEAUX CLANS KASUA

6Leurs pérégrinations, aussi différentes et distancées soient-elles, vont présenter dans les premiers temps, c’est-à-dire lors de la période durant laquelle ces groupes migrants et étrangers vont évoluer dans le territoire déjà occupé par les « Kasua du nord », de nombreuses similitudes qui semblent trahir, d’une part, l’aspiration des migrants à recouvrer rapidement une nouvelle identité et, d’autre part, l’aspiration des Kasua endogènes à les recevoir.

  • 6 Les identifications scientifiques des plantes herborisées sur le territoire kasua ont été réalisée (...)
  • 7 Pour faciliter la lecture de cet ouvrage, j’ai enrichi la typographie dans certaines circonstances (...)

7Ainsi, la lignée pionnière, l’une des deux lignées du clan ulusi qui ouvre à proprement parler l’axe de l’est, suivra la rivière Bifo jusqu’au fleuve Hegigio pour atteindre le lieu-dit Fokomayo (aujourd’hui, une station missionnaire) alors inhabité. Sans attendre, elle procède à une segmentation en deux groupes dont les noms sont donnés par les Kasua Sesane qui les observent : hebila qui signifie « insatiable » et batamo du nom de l’arbre qu’ils coupaient pour faire du bois de chauffe (Myristica fatua ingens Sw.6). À la suite de cette nomination différenciée, les Batamo se segmentent à nouveau en trois : la lignée sibese7 (cadet), la lignée olosane olabese (du milieu) et enfin la lignée olabese (aîné). Les Sesane et les Batamo/Hebila procèdent à des échanges de sœurs.

8La seconde lignée ulusi atteindra quant à elle la montagne Saibi où habite justement le clan sesane. Ils construisent ensemble une grande demeure qu’ils se partagent. Les nouveaux arrivants apprennent la langue des Kasua et sont nommés Tebera ou « hommes qui se battent beaucoup ». Une dénomination que les événements n’allaient pas contredire : une dispute intervient. Le chien d’un Tebera parti chasser a déféqué sur la couche d’un Sesane qui, furieux, ramasse les excréments et les place dans le sac à sagou de son maître. Bien évidemment, le chasseur les découvre dès son retour : les deux hommes se battent au bâton ; les Tebera décident d’abandonner les lieux. Ils se divisent alors en deux segments, le cadet et l’aîné. Le premier s’achemine vers le sud, tandis que le second remonte la rivière Bifo vers l’est et atteint Fokomayo où ses lignées fraternelles se sont installées.

9La lignée hulutigi, à peine entrée dans le territoire kasua, en suivant également la rivière Bifo, va se segmenter en trois groupes et se disperser en trois lieux, dont deux paraissent si incongrus aux yeux des Kasua une petite île située au centre d’un confluent et une rive sableuse – qu’ils décident de les appeler par le terme générique de ces espaces bien trop particuliers pour être habités par des hommes. Les insulaires adopteront ainsi le nom Hetake, les riverains celui de Seyesi. Enfin, le dernier groupe, à l’image de celui des Batamo, sera nommé Kamana d’après le générique de l’arbre kamagi (Antidesma contraction. J.J. Smith.) que ses membres utilisaient répétitivement comme bois de chauffe. Après quelque temps de contiguïté avec les Kasua, leur offrant la possibilité de parfaire leur apprentissage de la langue (aucun mariage avec les Kasua n’est précisé), les trois groupes poursuivent leur migration jusqu’à Fokomayo. C’est ici qu’arrivera bientôt par le nord-est la petite lignée fasu originaire de Yegifu qui sera baptisée, dès son arrivée, Kikili en référence au creux d’une vallée où elle fut découverte (cf. carte 2).

  • 8 Cependant, ce clan a depuis adopté un autre nom, Kasolo (qui signifie chien) que j’emploierai doré (...)

10Le second axe, « la route du sud », est initié par les Kaluli d’Hawesi qui choisissent de remonter la rivière Ulu et rencontrent en amont de la rivière Bifo l’un des nombreux clans kuyala, dont le territoire marquait alors l’extrémité sud de l’espace tribal. Comme pour les autres migrants, ces Kasua vont leur attribuer un nom, Suabesi, correspondant au nom de la source d’eau où ils allaient boire8. Ils vont également les inviter à partager l’espace de leur grande demeure ainsi que celui de leur territoire de chasse. Les Suabesi-Kasolo apprendront la langue kasua, ainsi que l’origine des Kuyala dont nombreux d’entre eux participeront au mouvement migratoire. En voici le récit : Un seul homme, un vieil homme, habitait la montagne Menapo. Il ne savait pas manger de la fécule de sagou, il se nourrissait de tubercules sauvages et de gibier. Un jour, un jeune homme du nom de Salasu originaire de Bona (village kaluli), accompagné de sa mère Kebeaso et de sa sœur Kelosulu, suit la rivière Bifo et atteint la rivière Menapo où ils décident d’installer un campement pour dormir. Le lendemain, le jeune homme part à la chasse, laissant les femmes procéder à l’exploitation d’un palmier sagoutier au fond de la vallée. Au sommet de la montagne, il est surpris par un gigantesque bruit. Il cherche à se rapprocher discrètement et découvre le vieil homme coupant du bois de chauffe. Salasu se cache derrière un tronc, mais au même instant, la hache coupe la jambe du vieil homme qui s’immobilise et demande : « Qui me regarde ? » Sans réponse, il reprend son activité, mais la hache lui coupe à nouveau la jambe. Le vieil homme entrevoit alors le très beau jeune homme. C’était la première fois qu’il voyait un individu. Il prend peur, tourne brusquement le dos à l’intrus et s’écrie bruyamment : « Si tu es un esprit des morts, tu dois suivre la rivière vers l’ouest ; si tu es juste un esprit, tu dois aller vers le haut. » Puis, après quelques minutes de silence, il se retourne et constate que le jeune homme est toujours là. Heureux, il le prend dans ses bras et l’interroge : « Tu es mon fils ? », le jeune homme acquiesce. Le vieux invite Salasu à le suivre dans sa maison pour lui offrir à manger Sur le chemin, le vieil homme n’avait qu’à se baisser pour capturer le gibier qui s’approchait de lui sans aucune crainte. Arrivés à la demeure, le vieux prépare le repas : coupe de la viande, râpe le tubercule contre une pierre et met le tout à cuire sur des pierres embrasées. Le dîner achevé, le vieil homme organise la couche de Salasu et superpose sur le plancher des rectangles d’écorce d’arbres encadrés de chaque côté par un tronc. Le jeune homme s’y allonge et le vieux le recouvre de quatre autres écorces le plongeant volontairement dans la plus grande obscurité. Cependant, épris de curiosité, Salasu ne peut s’empêcher de faire un petit trou à la hauteur de son œil pour observer ce qui se passe à l’extérieur et voit le vieil homme prendre un bâton, s’élever sur la poutre centrale et se transformer en python. Ce n’est qu’à l’aurore que le vieil homme reprend sa forme humaine et réveille le jeune homme qui faisait semblant de dormir. Salasu sort du sagou de son sac pour en offrir à son père : « Tiens mon père, c’est de la bonne nourriture. » Ce dernier refuse violemment : « Tu veux que je meure ? – Mais non ! répond le jeune, le sagou ne tue pas, c’est de la nourriture. » Sur ce, le jeune homme se lève, prend quelques gibiers, ils s’en vont. En cours de chemin, le vieil homme pointe son bâton de-ci de-là et se met à énumérer tous les noms des montagnes et des rivières. Ils approchent enfin le marais où les femmes procèdent au filtrage de la fécule quand à leur vue le vieux est pris soudainement de frayeur : « C’est interdit de couper le palmier, c’est interdit d’approcher ce lieu. Pourquoi avez-vous coupé ce palmier ? Vous allez mourir ! » Salasu étonné prend de la fécule dans sa main, pour la présenter à son père, et lui dit : « Papa, c’est du sagou, regarde il y a plein de sagou dans le marais. » La colère du vieil homme s’amplifie : « Tu n’as pas le droit de prononcer son nom. C’est dangereux, c’est interdit. » Il s’apprête à s’enfuir, lorsque les deux femmes le retiennent en lui exprimant par des gestes affectueux leur joie de le rencontrer. Salasu tente également de le calmer et l’invite à se reposer sous l’abri. Le vieux intrigué par la constitution du toit du campement l’interroge : « C’est quoi ces feuilles ? – Ce sont les feuilles du palmier sagoutier dont nous nous servons pour faire la toiture de nos maisons, l’informe Salasu. – Mais tu veux mourir », insiste le vieux. Il sort précipitamment de l’abri pour s’asseoir sur une pierre. Les femmes cuisent la fécule et présentent un récipient au vieil homme. Le vieil homme conciliant accepte de goûter. Son ventre se met à gonfler, il vomit. Il recommence et vomit de nouveau. L’action se répète jusqu’à l’aurore. Sa peau est jaune, ses yeux rouges. Il s’endort enfin sans vomir. Salasu, profitant du sommeil du vieil homme, prévient sa mère et sa sœur de l’identité que recouvre le vieil homme durant la nuit. Quelques jours plus tard, le vieil homme a repris des forces. Les femmes lui donnent à nouveau du sagou et le jeune homme lui déclare : « Maintenant, tu peux épouser ma mère, moi je vais me marier avec ma sœur Kelosulu. » Les deux femmes accouchent simultanément et donnent naissance, l’une à des grenouilles wana (non identifié) qui partent dans les rivières, et l’autre à des grenouilles mamukano (non identifié) qui se dispersent aussitôt dans les cascades. Ce n’est qu’à leurs grossesses suivantes qu’elles mirent au monde deux garçons. Elles les nommèrent Kuyala mamokano et Kuyala wana. Ils prirent le territoire et se le départagèrent. Leurs nombreux enfants et petits-enfants s’acheminèrent vers le sud, où ils découvrirent une grotte au confluent des rivières Menebaliyo et Yubu. Leur groupe se scinda alors en deux : ceux qui voulaient rentrer dans la cavité et migrer en empruntant la voie souterraine, et ceux qui préféraient marcher sur la terre ferme. Les premiers se transformèrent en chauves-souris netane et atteignirent le lieu-dit Botabola, à proximité du territoire des Temeta (l’autre clan dont l’origine est immanente au territoire et que l’on retrouvera ultérieurement), les seconds gardèrent le nom Kuyala, mais se divisèrent en Kuyala Solawesi, Kuyale Kosele, Kuyala Mamokano. Puis, ils se dispersèrent, en contournant le col du mont Bosavi.

11Ce récit relatant l’origine des clans kuyala et nous introduisant dans l’imaginaire kasua, en nous présentant les quatre grands héros de leur mythologie, témoigne à nouveau d’une autre rencontre entre un indigène et une lignée migrante, en l’occurrence kaluli. Comme le précisent justement les descendants des Kuyala : « Comment avec notre origine commune, aurions-nous pu rejeter les nouveaux migrants ? Non seulement, ils nous ont apporté un nouveau mode alimentaire, mais aussi un fils, une femme, c’est-à-dire une descendance. »

  • 9 Ce verbe s’emploie également pour l’action qui consiste à filtrer la moelle de sagou pour en tirer (...)

12Ainsi, quel que soit l’axe emprunté, quelle que soit la nature du récit, la pénétration du territoire kasua par des lignées étrangères n’a provoqué aucune réaction agressive de la part des indigènes. Tout au contraire. Elles sont rapidement invitées à partager soit une demeure, soit un repas, soit encore un territoire de chasse, dans tous les cas, une langue, le kasua. L’intégration s’est donc faite paisiblement ; les nouveaux migrants ayant évité de provoquer un sentiment d’invasion brutale en procédant rapidement à une segmentation de leur groupe dont la population devait être conséquente. Ce phénomène de restructuration que les Kasua nomment maya kasea9, ou « clan départagé », est révélateur chez les Kasua d’une grande densité de leur population clanique. D’après l’analyse de l’histoire généalogique des différents clans sur les quatre dernières générations, ce processus de restructuration ne s’est d’ailleurs jamais reproduit. Pour l’observer, il faut en effet que la grande densité des membres d’un clan se confirme à nouveau à la génération des petits-enfants, car c’est seulement à ce niveau générationnel qu’une restructuration peut avoir lieu. Cette condition s’explique au regard du système des alliances et de celui de la terminologie de la parenté kasua (cf. chapitre 5). Elle éclaire également l’usage du verbe kasea dont la finalité de l’action consiste à faire naître de l’indifférenciation un nouvel élément. Ici, un nouveau clan dont l’identité doit se distinguer du clan d’origine, puisque seule cette différenciation lui permettra d’être considéré légitimement comme une unité exogamique au regard de son clan d’origine En effet, si la génération (-3) présente au sein de la consanguinité une distance identitaire certaine, ce sont leurs enfants qui marqueront la rupture et qui pourront être par conséquent des personnes épousables à part entière. Cette restructuration provoquera, comme nous l’avons vu, une sous-division soit en aîné et cadet, soit en aîné, milieu et cadet, mais surtout une dispersion spatiale, autrement dit une occupation différenciée de l’espace.

13Et c’est ainsi qu’à la suite de ce processus nos nouveaux arrivants vont emprunter un chemin distinct, habiter un lieu distinct, se présenter aux Kasua comme des groupes distincts. C’est en tant que tels qu’ils vont être assimilés. Chacun va recevoir un nom qui lui est propre. Par cette nomination différenciée, leur autonomie va être stigmatisée, confirmée. Ils vont pouvoir agir non seulement en unité autonome, mais aussi en unité exogamique, c’est-à-dire en véritable clan dont le nom hérité leur rappelle leur nouvelle identité, leur inscription dans le paysage kasua.

LES SULAMESI OU CEUX QUI VONT EN BAS

14La « descente » vers les terres du sud sera précédée par une halte observée à l’est du volcan, près de la rivière Hegigio. En effet, à l’exception du clan kasolo qui restera auprès des Kuyala, c’est-à-dire dans la partie quasi centrale du sommet du mont Bosavi, tous les autres clans vont se rendre successivement à Fokomayo, faisant de ce lieu leur premier point de rencontre. Et il semblerait que certaines de ces rencontres se soient conclues par des alliances matrimoniales, comme ce serait le cas entre les trois clans originaires d’Ulusi : les Tebera, les Hebila et les Batamo. Tous vont demeurer dans cette région pendant une période conséquente, se partager souvent des maisons et surtout confronter ensemble les attaques guerrières des Fasu. Leurs populations respectives vont d’ailleurs subir une importante réduction. C’est alors que les Hebila et les Batamo décident d’amorcer leur descente vers le sud. Ils initieront à nouveau le mouvement migratoire que les autres clans suivront « pas à pas », évoluant au gré du jeu des alliances, consolidant progressivement leurs liens. Les Kasua du nord, les asela, c’est-à-dire ceux qui habitent la montagne, les désigneront du reste par le terme sulamesi, ou « ceux qui vont en bas ».

15Ainsi, les Hebila accompagnés d’un clan batamo quittent Fokomayo pour atteindre la montagne Hehapo. L’altitude dépasse les 1 000 m. Le territoire est abrupt. Les lits des rivières ont creusé des vallées aux allures de précipice, arrosées parfois de cascades dont la hauteur de chute peut atteindre plus de 50 m. Les terres y sont recouvertes d’une forêt tropicale du type basse montagne : la cime des arbres s’élève seulement jusqu’à 30 m, la canopée est très fermée du fait de la densité des spécimens. Ce paysage leur est familier, ils l’associent à celui de la montagne Bosavi et le nomment en tant que tel : aselo. Ils y séjournent un certain temps, puis ils poursuivent leur progression vers le sud en longeant la rivière Tali.

16Les autres clans n’emprunteront pas le même chemin. Les Batamo partis simultanément vont certes progresser vers le sud mais par l’est, où ils découvrent la région des pinacles de calcaire et de petits cônes formés lors de la seconde phase volcanique (50 000-10 000). Le paysage ressemble à une immense chaîne de montagnes russes recouverte là encore d’une forêt de type basse montagne parsemée de taches blanches. La traversée est difficile tant la roche de calcaire est tranchante. D’ailleurs, ils ne s’y attardent pas, le système hydrographique est essentiellement souterrain : il est difficile d’étancher sa soif, il est difficile de trouver des marais à sagoutiers. Ils quittent rapidement cette région inhospitalière et atteignent plus au sud, la montagne Mune dont les vallées environnantes regorgent de colonies de Metroxylon sp. Un Tebera marié à une femme batamo les y rejoint aussitôt. Son fils redoublera son alliance.

17Les Kamana, les Hetake et les Seyesi s’arrêtent quant à eux à la montagne Bokapi où les Kamana se scindent à nouveau en deux : aîné et cadet. Mais, faisant l’objet d’agressions successives par les Fasu, les Seyesi se réfugient dans les pinacles de calcaire, tout en poursuivant leur progression vers le sud, tandis que les Kamana et les Hetake décident de rejoindre les Batamo et les Tebera qui ont construit une grande demeure sur la montagne Houwe, proche de celle de Mune. Sur le chemin, ils rencontrent des Kuyala. Ces derniers leur demandent d’organiser le rituel initiatique en échange des terres de la montagne Mesekele. Leur rituel remporte un franc succès, ils repartent pour Houwe, riches de nouvelles terres. Un Kamana y épouse une Batamo, un Hetake, une Tebera.

  • 10 Cette variété serait endémique à cette montagne ; elle n’a pas encore été identifiée.

18Enfin, les Kikili attendront l’appel des Tebera, avec qui ils avaient séjourné à Fokomayo, pour migrer vers le sud. Accompagnés du clan kuyala kosele, ils empruntent la route de l’est ouverte par les Batamo. Cependant leur progression dans cette nouvelle région est brusquement interrompue. Un Kikili fait l’objet d’une accusation de sorcellerie. Une attaque de vengeance est organisée au cours de laquelle tous les Kikili, à l’exception d’un seul enfant, sont assassinés. Les Tebera, se sentant responsables de leur destinée, réclament l’enfant en adoption. Un événement similaire va se produire à l’encontre des Hetake, et là encore les Tebera vont réclamer l’orphelin. Mais la lignée tebera va bientôt s’éteindre, laissant aux Hetake et aux Kikili le soin de se départager le territoire. Les Hetake vont prendre les terres d’Hehapo, tandis que les Kikili s’approprieront les terres intérieures longeant la rivière Tali où ils s’étonnent de découvrir à sa source, sur la montagne Kapola, une faune similaire à celle rencontrée sur les flancs nord du mont Bosavi. Puis les deux clans se séparent : le nombre de colonies de sagoutiers est insuffisant. Les Kikili, rejoints par les Kuyala Kosele, suivent la route des Hebila qui s’acheminent vers l’ouest. Les Hetake s’engagent davantage vers le sud en suivant l’affluent de la rivière Turama et redécouvrent, à la montagne Bifuela, le pigeon Goura de Victoria misini (Goura sheepmakeri) et une nouvelle variété de bambou du nom de tamo10, le vrai « ibisa » précisent-ils, dont ils se servent pour faire le feu. Il sera interdit de tuer l’oiseau, et le bambou, si apprécié, sera offert aux autres clans lors de leurs visites. Enfin, ils repartent, longeant toujours l’affluent de la rivière Turama, pour se rapprocher de leur clan fraternel, les Kamana.

L’ENTRÉE EN SCÈNE DES DERNIERS CLANS ET LA DÉCOUVERTE DE NOUVEAUX ÉCOSYSTÈMES

19De ces premiers pas dans les terres du sud, un constat s’impose : l’importance accordée à la présence ou non du palmier sagoutier (Metroxylon sp.) dans le choix et le rythme de leur mouvance. Ce rôle qui lui est alloué va s’affirmer dans la suite de leur migration puisqu’il déterminera les Kasua à s’engager davantage vers de plus basses altitudes, quelle que soit la direction empruntée. Car nous l’avons vu, deux tendances directionnelles se sont rapidement dessinées : celle optée par le clan hebila qui s’achemine vers l’ouest à hauteur des piedmonts du volcan, talonnés par les Kikili et les Kuyala ; enfin, celle choisie par des Batamo qui attirent dans le sud-est les Tebera, les Kamana, les Hetake, les Seyesi ainsi que quelques Kuyala. Ces deux tendances vont elles aussi se confirmer et permettre ainsi non seulement l’intégration des derniers clans kasua manquants – ils sont au nombre de cinq – mais aussi la découverte et la conquête de nouveaux grands écosystèmes : la région des pinacles, celle des Basses-Terres et enfin le bas des versants du volcan.

La rencontre des Temeta et des Netane, la découverte de la région karstique et des Basses-Terres

20La progression dans le sud-est va se faire désormais à partir des terres que les clans se sont appropriées à la lisière de la région karstique. En effet, riches en colonies de sagoutiers, elles offrent l’opportunité à nos cinq clans de s’y installer plus longuement et de construire des grandes demeures communautaires, faisant de leur résidence leur point de ralliement, aussi de départ pour de nombreuses excursions dans les alentours. Toute partie de chasse est prétexte à découvrir de nouveaux lieux, à s’assurer de l’absence d’occupation humaine pour s’approprier légitimement de nouvelles terres. Les Kamana comme les Seyesi sont conduits à se rendre régulièrement dans la région calcaire, où ils constatent la présence de palmiers solitaires, de certains animaux qu’ils ne connaissaient pas comme le rat géant ou à l’inverse d’espèces communes à la montagne Bosavi tel le Dendrolague des montagnes (Dendrolagus dorianus), qu’ils nommeront d’ailleurs, d’après sa niche écologique anciennement connue, menapo, nom d’une petite montagne située au versant nord du volcan, ou encore le Couscous des montagnes yulu (Phalanger carmelitae). Leur présence laisse penser à nos migrants qu’à leur image ces animaux ont sans doute migré. Toutefois, ce mouvement faunique vers des terres si hostiles les intrigue jusqu’au jour où un de leurs chiens, parti chasser, rapportera dans sa gueule non des poils mais des cheveux blancs. Les migrants, pris de peur, poseront un interdit sur la chasse de ces animaux dont ils venaient de reconnaître la présence de leur maître. Ils découvrent enfin les nombreuses grottes et leurs habitants privilégiés, les innombrables chauves-souris qu’ils n’osent chasser, encore moins goûter. Le récit suivant nous relate cette première rencontre : Un frère et une sœur se promenaient dans cette région à la recherche de bois de chauffe. Ils voient étendu à terre l’arbre kalila (Syzygium sp.) et décident de le couper. Or, fait exceptionnel compte tenu de la texture fort serrée du bois, ils aperçoivent à l’intérieur une énorme larve. Ils la prennent et se dirigent vers une grotte pour y dormir. La jeune fille la cuit avec du sagou, la coupe en deux. Son frère mange le côté tête, elle, celui du cloaque. Enfin, ils s’endorment lorsque le frère entend des voix parler du ventre de sa sœur. Il se retourne et découvre un homme gigantesque en train d’attraper sa sœur et de la tirer par la jambe. Impuissant, il décide d’attendre que le géant s’endorme à son tour. Il prend une braise et frappe le géant à la tête qui s’enflamme aussitôt. Le géant sursaute provoquant l’effondrement des parois, puis se cogne à nouveau contre un mur, provoquant une nouvelle cavité, puis contre un autre mur, provoquant un précipice... et il disparaît. Le couple s’enfuit de la caverne et retourne à la maison où ils racontent leur mésaventure. Quelque temps plus tard, ils décident de se rendre sur les lieux et y découvrent des centaines de chauves-souris. Ils apposent immédiatement un interdit non seulement sur leur consommation, mais aussi sur leur simple observation visuelle. Mais, un homme enfreint ces interdits et flèche une chauve-souris. Il la cuit et la fait goûter à son chien mourant ; le lendemain, il constate que l’animal est guéri. Il retourne à la grotte, tue une autre chauve-souris et la donne cette fois-ci à une vieille mourante. De même, le lendemain, la femme était guérie. Elle s’écria : « C’est de la bonne nourriture, nous pouvons en manger. » Convaincus, les hommes décidèrent alors d’aller chasser toutes les chauves-souris, mais arrivés sur les lieux, ils constatèrent qu’elles avaient disparu. Il n’y avait que de la roche.

21C’est également en parcourant systématiquement les terres situées au sud de la montagne Mune que les Tebera et les Batamo rencontrent des individus se réclamant du clan obei (générique du Calao papou) et parlant la langue kasua. Ces individus leur révèlent leurs origines : Leur premier ancêtre s’appelait Yakani Sibuwe. Il descendait du fruit de l’arbre yebe (Gnetom gnenom L.) lequel, sur l’ordre du soleil obo, se transforma en homme. Il avait une sœur avec qui il se maria, mais tous leurs enfants moururent en buvant de l’eau à l’exception d’un couple de germains de sexe opposé. Celui-ci construisit une maison au sommet d’une montagne, quand soudain une inondation recouvrit les terres jusqu’aux pilotis de leur demeure. La femme demanda à son frère de tuer leur unique enfant. Le père s’exécuta, coupa le corps de son fils et jeta les morceaux aux quatre coins cardinaux en s’adressant à l’eau : « Nous t’avons donné notre enfant ! Tu ne nous tueras pas ! » et le couple s’endormit. A leur réveil, ils découvrirent que l’eau avait complètement disparu, la terre s’était asséchée. Ils eurent de nouveaux enfants qu’ils nommèrent Obei, car ils avaient le pouvoir de se transformer en cet oiseau. Un jour, un obei vit une jeune femme du nom de Kuyala au bord d’une rivière. Elle était en train de nettoyer les entrailles d’un casoar que son frère avait chassé. Le Calao papou s’approcha d’elle et l’interpella : « Obusi, obusi, donne-moi le ventre de ce casoar. » La jeune fille le lui donna, l’oiseau s’envola sur la montagne. Le lendemain, le frère de retour d’une chasse lui demanda d’aller nettoyer les entrailles d’un porc. Elle se rendit à la rivière et aperçut l’oiseau qui lui demanda de nouveau de lui donner « le ventre » de l’animal, ce qu’elle fit. L’histoire se reproduisit plusieurs fois lorsque le frère remarqua l’absence répétée des entrailles des animaux chassés. Il décida alors d’épier sa sœur pour comprendre ce qu’elle en faisait. Il ramena un jour un gibier et donna les abats à sa sœur qui partit rapidement à la rivière. Le frère la suivit. Soudain, une masse noire apparut à proximité de la cascade. Il découvrit l’oiseau sur une branche réclamant les entrailles à sa sœur. Il arma son arc et tira sur l’animal qui poussa un cri avant de tomber. Le frère se précipita chez eux et fit semblant de dormir. La sœur arriva, énervée contre son frère qui lui réclama à manger. La nuit venue, elle décida de le quitter pour rejoindre la maison du calao qu’elle atteignit quelques jours plus tard. Elle vit une maison menstruelle qu’occupait la sœur de l’oiseau, s’y assit et se mit à pleurer quand une vieille femme arriva et lui demanda qui elle était. « Mon frère a tiré sur l’obei et je suis venue. » La nouvelle se répandit aussitôt. Les hommes exigèrent qu’elle se présenta à eux. Ils l’interrogèrent à leur tour : « Pourquoi es-tu venue ? – L’obei venait me demander le ventre des gibiers et criait obusi, obusi ! ! Mon frère lui a tiré dessus. Est-il mort ? – Oui, répondirent-ils en lui montrant la plate-forme funéraire où gisait un jeune homme. Aussi, tu dois rester ici, poursuivirentils, nous allons t’habiller. » Les gens apportèrent les parures dont une femme se revêt pour célébrer son mariage. Puis, les hommes enterrèrent l’obei et assassinèrent à leur retour la jeune fille.

22Mais, à la différence de ce mythe qui décrit une rencontre à l’issue tragique, la rencontre avec les Batamo et les Tebera va se conclure par la célébration non pas d’une mort et de la perte du pouvoir de voler (perte que les Temeta regrettent encore de nos jours), mais bien par celle d’un mariage. Des Tebera décident d’ailleurs de partager une demeure avec leurs nouveaux affins sur la montagne Minetane. C’est également à cette même époque que les Seyesi accompagnés de certains Kuyala Kosele pénètrent cette région et que les Kuyala s’allient aussitôt à un patrilignage obei appelé aussi temeta.

23Nos migrants, par l’intermédiaire de ce clan, découvrent alors les terres basses des hautes plaines alluviales et se réjouissent « que le sol y soit plat, que la marche soit si facile, que les rivières soient si larges ». Les caractéristiques paysagères sont en effet fondamentalement différentes ! Le sol est constitué de couches sédimentaires modernes. Il est donc particulièrement plat et bas : l’altitude ne s’élève guère au-dessus de 200 m. La flore compose la forêt tropicale dite des Basses-Terres alluviales ou de plaine, dont la formation remonterait au début du quaternaire. Et comme le reconnaissent tous les botanistes qui se perdent en superlatifs quand ils la décrivent, elle représente la forêt « la plus luxuriante », où la flore est « extraordinairement riche, particulièrement en espèces d’arbres » (Paijmans 1975 : 10), dont la hauteur ou la circonférence des troncs revêtent des dimensions beaucoup plus imposantes qu’ailleurs. Sans doute encore plus remarquable pour les Kasua, est la présence d’une multitude de gibiers, tant en nombre qu’en variétés. « Lors d’une seule marche, ils avaient rencontré plusieurs casoars, une bande de Wallibies forestiers gris kabeya (Dorcopsis luctuosa), de nombreux porcs dont les soies, à la différence de celles des porcs de la montagne étaient plutôt blanches que noires ; lorsqu’ils organisaient une pêche à la nivrée, ils capturaient des centaines de poissons ! » commente un des descendants qui ne fait d’ailleurs que décrire une réalité encore bien actuelle.

  • 11 D’après les Kasua, les Fasu migrèrent également vers le sud où ils sont aujourd’hui regroupés dans (...)
  • 12 L’origine tribale de ces clans est inconnue des Kasua.

24Mais le privilège d’accéder à cette richesse écologique allait s’accompagner rapidement d’une contrepartie : désormais liés par des relations affinales, les migrants devaient se comporter en tant que tels, c’est-à-dire en alliés de guerre, car les Temeta avaient déjà perdu deux enfants lors de raids perpétrés par les Fasu11 et les Kewa, lesquels associaient à leur guerre le rapt d’enfants. Tous nos nouveaux clans, même ceux libres de toute obligation à leur égard, se joignirent aux Temeta. Et c’est précisément au retour d’une de ces guerres, qu’interviendra la rencontre malencontreuse entre des Netane et des Kamana. En effet, les Netane pratiquaient une pêche à la nivrée lorsque des Kamana les surprirent et, pensant qu’il s’agissait de Kewa, les attaquèrent sans égard. Seul un Netane survécut au massacre. Il se mit à leur parler en langue kasua, ce qui eut l’effet de plonger les Kamana dans la stupéfaction. Il déclina son identité et raconta comment son clan était parvenu jusqu’ici. Comme les Kuyala l’avaient attesté, et les Temeta sans doute répété, ils avaient effectivement atteint par la voie souterraine le lieu-dit Botabola qui se situait sur le territoire des Hulula, limitrophe à celui des Temeta avec qui ils étaient alliés. Ils vivaient dans leur terrier dont ils ne sortaient que pour chasser ou procéder à l’exploitation du sagou, lorsqu’un jour un Hulula aperçut de la fumée et voulut s’enquérir de son origine. Près du foyer, il découvrit des traces d’hommes et de chiens qui menaient toutes à un nid de fourmis. Il prit un bâton et frappa le nid : « Vous devez venir en haut, je veux voir vos visages ! » Aucune réaction ne s’ensuivant, il planta le bâton dans le trou, provoquant un tremblement de terre. Il ne s’enfuit pas. Soudain, des individus sortirent dénudés. Ils prirent les franges de palmier et se mirent à danser, d’autres prirent des lianes et se mirent à chanter. Le vieux en tomba muet. Une odeur nauséabonde se dégagea au moment où deux beaux jeunes hommes sortirent accompagnés de deux chiens (que l’on appelait pese kopolo car leurs crocs étaient aussi gros que les défenses de porc), et de deux jeunes filles et leurs deux porcs. Cependant, à la vue de l’homme, les quatre individus rebroussèrent chemin laissant jaillir de nombreuses chauves-souris qui se transformèrent en humains. Heureux d’être témoin de leur sortie, le vieil homme leur offrit le territoire pour qu’ils s’installent près de lui. Mais très vite le clan hulula disparut comme celui des Metamo, des Mosotea, des Tukami12, car ces hommes ne pouvaient se marier qu’après avoir été initiés. Or, leur rituel initiatique se concluait par la guerre. Les Kewa les exterminèrent avant qu’ils ne pussent donner naissance à des enfants.

  • 13 En revanche, suite à la méprise des Kamana, aucun mariage ne sera célébré entre ces deux clans, et (...)

25L’intégration des Netane, comme on peut le supposer du fait de leur origine, allait être immédiate. Frères des Kuyala, déjà alliés aux Temeta, ils allaient bientôt nouer également des alliances avec les Batamo et les Tebela13. Ainsi, les terres kasua s’étendirent brusquement jusqu’aux Basses-Terres, le territoire des Temeta marquant la frontière méridionale, celui des Netane, la frontière orientale. Les seuls voisins à l’est et au sud s’avéraient leurs pires ennemis. Leur progression rencontra sa première limite.

L’entrée en scène des Kasolo, des Kasumisi, des Bisasi sur le bas des versants du volcan

26Un phénomène qu’apparemment les Hebila ne rencontrent pas dans leur progression vers l’ouest. Le seul obstacle auquel ils doivent faire face et qui les menace tout autant est leur très forte dépopulation. Enfin, chemin faisant, ils traversent la rivière Turama à la hauteur des piedmonts du volcan. Le paysage est moins accidenté, les vallées sont plus larges, les rivières plus profondes. Les cascades se déversent dans des criques tandis que les colonies de sagoutiers sont beaucoup plus denses et les collines moins hautes, quelques monts épars peuvent toutefois s’élever à plus de 400 m d’altitude au-dessus du niveau de la mer. Le manteau de verdure est composé d’une forêt qui présente une canopée plus vaste et plus variée, survolée par de nombreux cacatoès à huppe jaune évoluant seuls ou en petites bandes. Les Hebila s’étonnent de rencontrer de nombreux casoars qui se distinguent des casoars de la montagne par leur hauteur qui peut dépasser 1,70 m. Ils observent aussi la présence de certains gros reptiles comme le varan géant ou Crocodile monitor, le crocodile d’eau douce et la tortue. Sinon la faune leur semble sensiblement similaire, elle est seulement plus importante numériquement.

27Poursuivant lentement leur progression, les Hebila ne négligent pas pour autant d’étendre leur territoire grâce à des expéditions alliant la chasse à la découverte. Ils s’étendent ainsi au nord, jusqu’à proximité de la source de la rivière Turama. Au-delà, ils ne s’aventurent pas. Jusqu’au jour où, lors d’une chasse à l’affût, un Hebila aperçoit de la fumée s’échappant au loin de la canopée. Avertis, les autres Hebila décident d’aller voir de plus près mais ne trouvent qu’un campement abandonné. Ils constatent que des traces de pieds d’homme conduisent vers le nord. Ils les suivent et remontent la rivière Turama jusqu’au sommet du mont Bosavi. Là, ils aperçoivent un jardin, puis découvrent une grande demeure. Ils y entrent et ne trouvent personne. Seuls des filets de portage suspendus, des sacs à sagou et des cordes accrochées aux poutres trahissent son occupation effective. Ils attendent. Enfin, les hôtes arrivent. Ils se serrent la main, cherchent à se parler. Les hôtes tentent une approche en langue fasu, ce qui provoque l’éclat de rire des Hebila. Us essaient alors le kaluli que les Hebila semblent comprendre. Néanmoins, ils ne répondent pas. Us choisissent alors de s’exprimer dans leur propre langue, le kasua, la réaction est immédiate : les Hebila leur répondent. Des embrassades témoignent de leur joie. Ils s’interpellent par le terme de parenté « meï, meï » (frère de la grand-mère paternelle) et s’échangent aussitôt du tabac et de la nourriture. Les Hebila viennent de rencontrer les clans kuyala et kasolo qui bien sûr s’interrogent : « Mais d’où êtes-vous venus, il n’y a pas de chemin ? – Oui, nous aussi, c’est ce que nous pensions quand nous venions chasser, jusqu’au jour où nous avons vu de la fumée. » Les Kuyala et les Kasolo invitent les Hebila à venir célébrer la cérémonie koluba et leur donnent une cordelette sur laquelle ils font autant de nœuds que de jours jusqu’à la date prévue. Comme d’usage, la veille de la célébration, les Hebila s’arrêtent en forêt pour préparer leurs costumes quand la coiffe d’un danseur tombe sous l’effet du vent. Un Kasolo, les ayant suivis pour connaître le chemin, s’approche de lui et lui conseille de se tourner, car « si en bas, le vent vient de l’ouest, ici, il vient du nord ». La prestation des Hebila rencontre un franc succès : les Kuyala nomment le lieu de leur demeure en leur hommage. Enfin, le jour de leur départ arrive. Les Kasolo expriment leur désir de se joindre à eux. Leur requête réjouit les Hebila qui ne savaient pas à qui donner les terres de Tunebe. Ils acceptent : « Nous étions toujours en dessous des nuages, car nous ne dépassions pas cette altitude. Aussi, nous vous donnons ces terres, nous, nous partons plus à l’ouest vers la rivière Bamo. Mais vous ne devrez pas concéder à d’autres les palmiers sagoutiers. Si vous êtes malades, la fumée du tunebe (nom kaluli du Dendrolague uni des montages) vous soignera. » Sur ces conseils, les Hebila poursuivent leur migration vers l’ouest, introduisant les Kasolo sur les flancs sud du mont Bosavi. Deux autres groupes, de la même origine que celle des Kasolo et ayant suivi leurs traces à travers le territoire kuyala, les rejoignent aussitôt. Ils sont nommés Kasumisi et Bisasi (du nom de deux sources d’eau). C’est à cette même période que les Hebila dont la démographie devenait alarmante leur demandent de les retrouver. Un Kasolo les rejoint. Une femme hebila lui est donnée ainsi que des terres. Les Kasumisi et les Bisasi recevront le même traitement (don d’une femme et de terres) quelque temps plus tard, alors que les Hebila accompagnés de certains Kuyalas traversent la rivière Kana et approchent la rivière Bamo, qu’ils traversent également pour s’installer sur l’autre rive.

Les derniers pas vers l’ouest ou la configuration définitive et actuelle du territoire

28À la différence des clans habitant les terres des flancs et des piedmonts méridionaux du mont Bosavi, les clans concentrés au sud-est du territoire et sur les Basses-Terres vont connaître une période de très forte tension. Il est vrai que leurs clans fraternels ne devaient pas subir les harcèlements guerriers des Fasu mais bientôt ceux des Kalamo, venus expressément du nord-ouest pour mener à leur encontre des chasses aux têtes. Certains clans, comme celui des Batamo, connaissent une brusque dépopulation et se trouvent à la limite de l’extinction. Ce contexte difficile et oppressant va se ressentir dans leurs relations internes : des conflits meurtriers surviennent entre eux, provoquant une nouvelle vague migratoire cette fois-ci en direction du sud-ouest.

29Le premier de ces conflits a lieu entre les Netane, les Batamo, les Tebera et les Hetake, et fait suite à l’assassinat de deux femmes netane perpétré par un Batamo et un Hetake (dont la mère est tebera). Les deux hommes étaient épris des deux femmes. Ils les avaient suivies en forêt, où elles s’étaient rendues pour chercher leurs porcs. Mais indécis quant à leur choix, ils se disputèrent violemment. L’un fit alors une remarque déplacée à l’autre, qui vexé proclama que, dans ses conditions, il valait mieux tuer les femmes. Ils s’emparèrent chacun d’un os de tibia de casoar limé et l’enfoncèrent dans le cou des jeunes femmes qu’ils avaient attirées à eux en imitant le grognement des porcs. Ils les dépecèrent, les coupèrent et partirent emportant viande et cœurs. Les Netane cherchèrent les femmes en forêt et découvrirent les restes des corps abandonnés. Ils conclurent d’abord qu’elles avaient été dévorées par les porcs, ils virent ensuite à terre deux gisa oubliés par les hommes. Les Netane ayant découvert l’identité des propriétaires organisèrent un raid de vengeance contre les Batamo et les Tebera, mais le nombre de victimes fut plus élevé que les deux initiales, ce qui provoqua une contre-attaque qui provoqua à son tour, et pour les mêmes raisons, une autre contre-attaque ; chacune des parties ne semblant pas décidée à mettre un terme à ces vendettas désignées, en langue kasua, d’akis.

30Las de cette situation, d’autant qu’ils étaient également les premiers exposés aux agressions des ennemis extérieurs, les Netane veulent abandonner leurs terres. Et la décision fut entérinée lorsque les Temeta exprimèrent un souhait similaire suite à un conflit (dont l’origine n’est pas précisée) les opposant aux Seyesi. À cette époque, ils partageaient une demeure avec des Kuyala Kosele qui, liés fortement aux Seyesi, refusèrent de participer à leur vendetta. Cette retenue exaspéra les Temeta qui les injurièrent : « Vous avez mangé leurs excréments ou quoi ? » Vexés par cette allégation méprisante, les Kuyala se joignirent à l’attaque. Un Seyesi fut assassiné par un Temeta. Mais les Seyesi, trop affaiblis par une maladie généralisée, ne purent rétorquer, contraignant ainsi les Temeta à leur concéder, en compensation du meurtre non vengé, la montagne Mune. Le conflit fut clos. Libérés de toutes représailles, les Temeta se joignirent au mouvement migratoire vers le sud-ouest, sans pour autant abandonner leur territoire. Certains Netane se transformèrent en chauves-souris, d’autres en crocodiles ou en serpents et empruntèrent à nouveau la voie souterraine pour atteindre le marais de Subiano, situé à l’extrême sud-ouest du territoire actuel (actuellement exploité par l’industrie forestière). Les Temeta marchèrent quant à eux jusqu’à la rivière Bamo, en aval du nouveau territoire netane, et découvrirent une immense aire forestière inhabitée. Ils s’en emparèrent et s’y installèrent en compagnie de certains Kamana et du clan tebera cadet qui les avait rejoints.

  • 14 Esebolo qui signifie « placenta » se réfère aux dons de gibier que doit verser un jeune père à la (...)

31C’est alors qu’un autre conflit intervient cette fois-ci entre les Tebera, les Batamo et les Kamana restés dans le sud-est. Les Tebera vivaient sur la montagne Menitane que leurs affins temeta leur avaient concédée avant de partir. Les derniers survivants des Batamo habitaient encore la montagne Mune, mais craignant leur extinction ils demandèrent aux Kamana de venir auprès d’eux. Les Batamo leur donnèrent une femme, les terres de Mune, ainsi que les terres adjacentes, et rejoignirent les Tebera à Minetane. Puis, un jeune homme kamana mourut à la suite d’une attaque de sorcellerie perpétrée selon sa confession par une femme sesane (clan du nord). Les Batamo se chargèrent de la vengeance et partirent dans le nord assassiner la femme désignée. De retour de l’expédition, les Batamo s’arrêtèrent auprès des Kamana pour les informer du succès de leur entreprise, certains d’entre eux tuèrent et consommèrent subrepticement le porc du défunt vengé. Le temps passa. Les Tebera et les Batamo décidèrent d’organiser la cérémonie du Sinawi, qui consacre la mort de quelques dizaines de porcs, et choisirent de construire pour l’occasion une nouvelle demeure près de la montagne Musula, au lieu-dit Taya Sagu. La date approcha. Le père du jeune homme, dont le porc avait été volé et tué, invité à participer, c’est-à-dire à apporter lui-même quelques bêtes, chercha le porc de son fils, mais en vain... Les Batamo et les Tebera avaient fini les préparatifs. Tous les convives, dont les Kamana, ont été invités à les rejoindre à la nouvelle demeure. C’est ce jour-là qu’une personne trahit le secret et révéla au père l’identité de celui qui avait tué le porc de son fils. Faisant comme si de rien n’était, il se présenta à la véranda, au seuil de l’entrée principale de la nouvelle demeure des Batamo et des Tebera. Le Batamo concerné était en train de jouer du tambour. Le père ne rentra pas dans la demeure, il resta immobile et interpella publiquement le danseur : « Sabetolu, le porc ulateke, tu l’as tué ? » Le Batamo s’approcha. Il lui répondit : « Nous, nous avons tué Kasea (la femme sesane), mais vous ? Vous n’avez pas payé la esebolo14. » Le père rétorqua aussitôt : « Mais je vous ai donné Kasea à manger, non ? » Le Batamo insista : « Vous ne nous avez pas payés, alors j’ai tué le porc et je l’ai mangé. » Le Kamana conclut : « Bon, vous l’avez mangé, mais maintenant tu vas me donner un porc exactement comme le mien, comme celui que tu as attaché à ce pilier. » Le Batamo refusa, s’empara d’un bâton et frappa le Kamana qui, ensanglanté, rejoignit les siens. Les Tebera présents étaient consternés : le Kamana en question s’avérait être l’oncle maternel de l’un des leurs. Aussi, le neveu se précipita sur le Batamo et le battit comme d’ailleurs les autres Kamana. Roué de coups, l’homme s’évanouit. Le combat cessa. Le lendemain, ils tuèrent les porcs comme l’organisation cérémonielle l’exige. Des convives s’apprêtaient à célébrer une danse au tambour. Voulant profiter de l’attention de l’assemblée, le Batamo se présenta devant le Tebera et lui annonça à voix haute : « Nous ne faisions qu’un, mais tu as préféré soutenir les Kamana. Je te quitte maintenant. Moi, je vais vers l’ouest rejoindre les Temeta, vous vous restez là ? »

32Effectivement, le Batamo comme les derniers membres survivants de son clan quittèrent les Tebera, car « de toute manière, conviennent les descendants, nos clans étaient trop tissés », au sens où ils s’étaient trop entre-mariés. Ils entreprirent la traversée des Basses-Terres en direction du S. S – O pour rejoindre les Temeta. En fait, ils atteignirent l’extrémité méridionale du territoire temeta où séjournait un groupe kamana, dont certains s’étaient mariés à des femmes de la tribu kamula, suite à la rencontre que ce récit, capital pour la suite de notre analyse, nous révèle : Hatopa, l’ancêtre kamana, approchait la montagne Kwamese où les Kamula et d’autres individus (dont le nom tribal n’est pas précisé) organisaient leur rituel initiatique et s’apprêtaient à sacrifier des enfants. D’ailleurs, ils avaient déjà enlacé les bras des futures victimes. Hatopa décida de partir en forêt où il rencontra un porc qui dormait au pied d’un arbre également étendu. A sa vue, le porc s’approcha doucement d’Hatopa qui prit peur et grimpa à un arbre. Il s’interrogea ne comprenant pas pourquoi le porc ne l’avait pas attaqué comme les porcs forestiers le font d’habitude. Il descendit de son perchoir et caressa l’animal qui ne bougeait toujours pas. Hatopa retourna à son campement, cuit de la fécule de sagou et la rapporta à l’animal. Le porc mangea toute la nourriture. Hatopa prit une cordelette pour attacher sa patte, de la même manière que les autres avaient attaché la jambe de leurs enfants, et le conduisit près des estrades aménagées pour la découpe des corps enfantins. Il ferma discrètement la porte de la grande maison où étaient réunis les individus, puis découpa le porc en autant de morceaux qu’il y avait de clans représentés. Les gros morceaux se transformèrent en porcs et en truies, les petits morceaux en porcelets. Puis, il alla ouvrir la porte. Tous les gens sortirent, chaque clan s’empara d’un porc et de quelques porcelets. Tous vinrent saluer Hatopa et le remercièrent : « Nous tuions nos enfants avant, mais maintenant nous tuerons des porcs. » Ces Kamana s’intégrèrent à la tribu kamula et s’allièrent à eux, comme par la suite l’ensemble des clans kasua pour mener à la fin de leur rituel initiatique des guerres contre les tribus kalamo ou hesif. D’ailleurs, à peine arrivés, les Batamo s’y joignirent car « les Kalamo mangeaient de l’homme, et nous aussi nous mangions de l’homme : nous ramenions leurs corps et faisions cuire leur viande avec de la fécule de sagou ». Cependant, les Kalamo organisèrent des attaques de vengeance isolées contre les Batamo, ce qui les incita à remonter vers le nord où se trouvaient les Temeta. Ils reçurent un accueil chaleureux. Les Temeta subissaient également des attaques meurtrières répétées de la part, cette fois-ci, des Kolomo et avaient besoin de soutien. « C’était la kasolo gisi, la guerre des chiens, précisent les Kasua, quand tu voyais un Kolomo, tu ne réfléchissais pas, tu le tuais et le mangeais. » Cette animosité prédatrice était consécutive à une méprise des Netane qui tuèrent une femme kolomo pensant qu’il s’agissait d’une femme fasu. Malencontreusement, le responsable de cette erreur, invité à danser chez les Kolomo avec qui ils entretenaient alors des rapports amicaux, confia son crime à un des hôtes qui s’avéra être le veuf de la victime ! La cérémonie fit place à la guerre qui décima les Netane. Les territoires furent définitivement séparés, la progression vers le sud-ouest définitivement arrêtée, mais la guerre des chiens se poursuivait. C’est pourquoi, malgré le soutien des Batamo, les Temeta choisirent de remonter le fleuve Bamo et de s’installer sur l’autre rive, près des Hebila arrivés à destination. Ils offrirent aux Batamo, en reconnaissance de leur appui, le territoire d’Enido où ils construisirent aussitôt une grande demeure. Ce dernier mouvement marquait la fin de l’histoire migratoire des Kasua, ainsi que la définition définitive des frontières externes du territoire tribal.

LES KASUA DANS LE NOUVEAU PAYSAGE RÉGIONAL

  • 15 Cette forte mortalité pourrait être liée au paludisme qui sévit à plus basse altitude et exerce ég (...)

33Cette reconstitution littérale de l’histoire du mouvement migratoire observé par les Kasua nous révèle combien l’appropriation des nouvelles terres n’a suscité aucune rivalité entre les migrants. Tous semblent admettre que les clans pionniers sont les maîtres des terres découvertes et, qu’à ce titre, ils sont libres d’en disposer à leur guise. Et force est de constater que les découvreurs n’ayant de cesse de progresser vers le sud, où les colonies de palmiers sagoutiers et la faune sont toujours en plus grand nombre, se démettent facilement des terres à peine appropriées, instaurant simultanément une certaine sécurité régionale au gré de leur avancée spatiale ; un souci bien légitime si l’on se souvient des nombreuses méprises meurtrières qui ont ponctué l’histoire migratoire et que seule la pratique de la langue kasua avait le pouvoir de dissiper. Cependant cette sécurité s’avère toute relative, car, si l’accès aux ressources forestières n’est en aucun cas source de conflit, les accusations de sorcellerie, les excès de susceptibilités constituent des menaces conflictuelles récurrentes. Elles conduisent systématiquement au meurtre cannibale ou à la « vendetta » et se concluent tout aussi systématiquement par une scission du groupe résidentiel et une dispersion spatiale de ses membres généralement reliés par une relation affinale et/ou cognatique ; autant de faits qui fragilisent bien évidemment leur cohésion sociale, tout en incitant à une nouvelle distribution des alliances au sein des clans migrants. L’atomisation sera néanmoins épargnée grâce aux pressions auxquelles les différents clans doivent faire face. Pression interne tout d’abord, qui a trait à leur propre démographie. En effet, alors qu’aux premiers jours de leur migration la population des clans était dense au point de permettre des segmentations, elle connaît une diminution constante au fur et à mesure de la descente vers les Basses-Terres, certains clans approchant la limite de l’extinction15. Cette crise démographique va inciter à de nombreux rapprochements – spatiaux, matrimoniaux – entre des clans restés jusque-là distants.

34Pressions externes enfin, exercées par les tribus nouvellement limitrophes. Elles vont consolider les rapports entre les clans en activant l’un des rôles essentiels dévolus aux relations affinales : le soutien guerrier face aux agressions. Ces alliances seront d’ailleurs automatiques et dépasseront le cadre de la parenté, car les techniques guerrières des nouveaux ennemis ne se contentent pas d’une attaque par surprise et cannibale, pratiques rencontrées sur le versant nord du mont Bosavi, mais y ajoutent le rapt d’enfants, ce qui bien évidemment risque d’aggraver une situation démographique déjà alarmante. Aussi en cas d’attaques guerrières d’origine étrangère, l’ennemi quelle que soit son identité tribale est l’ennemi de tous. Ces menaces effectives et répétées vont imposer l’arrêt des migrations, l’élévation des frontières au-delà desquelles les Kasua ne seront plus en sécurité et l’émergence d’un sentiment d’appartenance territoriale.

Une nouvelle définition de l’identité tribale

35L’ensemble de ces pressions va donc profiter à l’affirmation de l’unité de ces clans kasua ainsi qu’à l’affirmation de leur différence au sein de ce nouveau paysage régional. Celles-ci sont restituées dans leur catégorisation linguistique de la définition de l’entre soi qui, tout en empruntant la même typologie que celle des Kasua du nord, traduit leur nouvelle configuration territoriale par l’enrichissement de nouveaux noms tribaux. Ainsi, si chacun de leur clan que l’on nomme maya constitue avec ceux du nord, niwa kasua sena, « mes hommes kasua », ils se distinguent des niwa mo sena, « les hommes de ma base », ceux qui constituent de fait les tribus alliées et avec qui ils peuvent se marier. À l’origine cette dernière catégorie, caractérisée par une très grande proximité linguistique, incluait seulement les Kaluli dont la plupart des migrants sont des descendants ; elle a intégré les Kamula qui, originaires du Bosavi, auraient eux aussi migré vers le sud. À cette catégorie au contenu fort limité, succède celle des gisi sena, signifiant littéralement « hommes de guerre », qui représente donc les tribus ennemies. La différence identitaire, ou plutôt le refus d’identification, est telle, que les Kasua la nomment sans y ajouter un adjectif possessif à la différence des deux premières catégories, « mes hommes kasua » et « les hommes de ma base ». Cet évitement s’étend d’ailleurs à l’ensemble de la tribu, vu que les échanges matrimoniaux sont rigoureusement interdits avec ces sociétés. Or c’est bien cette catégorie « des hommes de guerre » qui a connu le plus grand accroissement numérique puisque, aux traditionnels ennemis fasu, se sont en effet ajoutés les Hesif, les Kalamo, les Kalama, les Kewa, bref toutes les tribus nouvellement limitrophes, à l’exception des Kamula. En revanche, la catégorie nommée bama sena, « les hommes du loin », n’évoluera pas malgré la migration. Celle-ci renferme les tribus dont on ne parle pas la langue, avec qui l’on ne procède pas à des échanges matrimoniaux du fait de leur éloignement géographique, mais dont la présence qui étend au-delà du Grand Plateau l’espace social kasua est néanmoins reconnue. Ces sociétés, intégrant les Huli des Hautes-Terres ou les tribus du golfe Kikori, participent en effet aux grands échanges commerciaux dont la route, qui dessine traditionnellement un double axe nord/sud, traverse le territoire kasua en longeant la rivière Turama. Leur nouvelle situation géographique n’a donc rien modifié quant à l’identité des intéressés ; elle va seulement ouvrir de plus grandes opportunités d’échange. Les Kasua du sud joueront dans ces échanges le rôle d’intermédiaires privilégiés entre les habitants du versant nord de Bosavi et ceux du golfe Kikori. Ils achemineront jusqu’aux Kasua du nord les dents de chiens, les coquillages et, à partir de 1935, les premiers outils en acier (Schieffelin 1991 : 67) en échange du sel, du tabac, de l’huile de Campnosperma coriacea dont l’acheminement jusqu’au Bosavi est assuré directement par les Huli, parfois au risque de leur vie (Ballard 1994 ; Freund 1977).

L’originalité cosmo-écologique des Kasua du sud

  • 16 Cependant cette figure présente chez les Kaluli n’est pas reliée à une communauté spirituelle alor (...)

36À l’image de leur nouvelle situation géographique – et de leur place dans les échanges –, qui marque la transition entre le Grand Plateau et les BassesTerres, autrement dit entre les sociétés du versant nord du mont Bosavi, dont ils sont originaires, et celles de la côte sud, les Kasua vont présenter une originalité certaine en adoptant certaines variantes culturelles des sociétés du sud, tout en conservant de nombreux traits socio-écologiques communs avec les sociétés du nord. La plus importante pour notre sujet, qui les distingue nettement des sociétés bosavi, est certainement l’omniprésence dans leur conceptualisation du monde, au côté de la mère des gibiers présente par exemple chez les Kaluli16, du créateur nommé Sito : figure masculine participant d’un immense complexe mythologique de la région sud, puisqu’on le retrouve chez les Marind-Anim du Torres Strait (Van Baal 1966), les Kiwai de l’estuaire de la rivière Fly (Landtman 1927), jusqu’aux Daribi situés au nord du golfe Puari (Wagner 1967), alors qu’il est a priori absent de la mythologie des autres sociétés du Grand Plateau. Enfin à cette originalité cosmologique s’en ajoutent deux autres, nous verrons plus tard qu’elles sont étroitement liées. D’une part, un accent particulier est porté à la « régénération fertile », préoccupation exacerbée et ritualisée des sociétés de la côte sud (Knauft 1993 : 51-55) ; d’autre part, un rituel initiatique est pratiqué partageant certaines caractéristiques du Bau a des Kaluli (Schieffelin 1982) comme l’importance de la chasse et, au-delà, des relations à l’univers forestier, mais s’en distinguant par la co-initiation des sœurs et par sa clôture conduisant les initiés à une « chasse à la tête » – menée souvent conjointement avec les Kamula – et au vol d’enfants ennemis (cf. chapitre 11).

37Parallèlement à l’appropriation de ces traits culturels particuliers les éloignant sensiblement de leur groupe d’origine, les Kaluli, l’adoption de leur nouvel habitat renforce également leur singularité non seulement à l’égard des tribus bosavi, mais aussi de leurs voisins méridionaux. L’étendue de leur territoire et surtout la multiplicité des écosystèmes qu’il renferme, en s’étalant sur plus de 2 000 m de dénivellation, présentent une diversité faunique et végétale dont les tribus voisines ne disposent pas. En effet, les Kasua côtoient, d’une part, les êtres vivants dont ils étaient familiers, au même titre que toutes les sociétés du Grand Plateau, c’est-à-dire les habitants de moyenne et basse montagne et, d’autre part, ceux évoluant en plus basse altitude, fréquentée jusque-là par les sociétés kamula, kalamo, hesif, fasu, etc. Les récits de leur migration nous révèlent l’émotion de leurs ancêtres découvrant les nouveaux écosystèmes, les détails relatant avec sensibilité l’appréhension de leur différence comme cette remarque mémorisée sur la direction du souffle du vent dans les hauteurs de Bosavi, l’insécurité que leur évoque la région karstique, ou à l’inverse la générosité écologique qu’offrent les Basses-Terres. Mais ces récits témoignent également de l’étonnement parfois mêlé de crainte qu’a suscité leur rencontre avec des espèces familières mais retrouvées dans des lieux insolites, auxquelles les Kasua donneront quelquefois le nom de la niche originellement connue comme le Dendrolague des montagnes menapo. Une même émotion présidera à la découverte d’espèces végétales connues pour être domestiquées par l’homme, ce qui trahit une éventuelle présence humaine, ou encore d’espèces surprenantes. Souvenons-nous des remarques sur les chauves-souris et les pratiques pour oser goûter de leur chair, sur le grand casoar qui n’est autre que le Casoar à casque du sud (Casuarius casuarius), ou encore sur le wallaby, nommé kabeya, le pigeon Goura de Victoria misini, le bambou endémique, les varans et les poissons évoluant dans les eaux des fleuves ! En revanche, il semblerait que l’avifaune de cette région, à l’exception du fameux pigeon et du casoar du sud – qui sera d’ailleurs considéré comme l’enfant du Casoar de Bennett de la montagne Bosavi (Casuarius bennetti) –, n’a pas suscité d’étonnement, ce qui expliquerait sans doute la très grande similitude de leur nomination dans la langue kaluli et kasua. En fait, une seule ressource forestière a brillé par sa constance tel un fil d’Ariane, et ce, depuis les premiers jours de la migration dans les terres du sud : le palmier sagoutier ; constance recherchée comme le traduit la carte superposant les chemins migratoires et la distribution des 300 marais à sagoutiers que les Kasua se sont appropriés au cours de leur migration (cf. carte 2).

38Ainsi leur quête d’espace s’est traduite par un enrichissement écologique exceptionnel, éveillant naturellement de nos jours la convoitise des industries exploitant les ressources naturelles ; mais aussi l’envie toujours actuelle des tribus limitrophes dont la démographie a exercé une pression certaine sur leur environnement, comparée à celle des Kasua, sans doute la plus faible de cette région, avec 0,20 habitant au km2. Cette particularité rappelle que cette quête d’espace s’est aussi traduite par un appauvrissement considérable de la population kasua. Un phénomène exacerbant un véritable paradoxe puisque plus les migrants accédaient à un luxe écologique, plus ils se confrontaient à un « luxe » de mortalité. Cela expliquerait-t-il l’intérêt que portent les Kasua à la régénération ?

39Quoi qu’il en soit, ce luxe ambivalent va conduire les Kasua à observer une très forte mobilité participant d’un autre principe qui lui est lié intrinsèquement : leur dispersion. Cette dernière est provoquée, d’une part, par leur mode de subsistance, lequel n’accordera qu’une place limitée à la domestication, les Kasua préférant exploiter les ressources forestières qui s’offrent généreusement à eux, et, d’autre part, par leur mode résidentiel qui observe une rotation environ tous les deux ans. Cette mobilité, conférant à leur évolution dans la forêt un caractère invisible, irritera d’ailleurs leurs ennemis, qui renonceront souvent – d’après les commentaires que j’ai recueillis auprès d’eux – à organiser des raids de vengeance dans ces circonstances. Ils surnommeront les Kasua du sud, les « chiens de la forêt ».

40Largement entretenu, ce comportement spatial semble ainsi se faire l’écho de leur nouvelle géographie de l’altérité qui, tout en traduisant les délimitations externes du nouvel espace tribal kasua, réfléchit aussi en miroir ses nouvelles caractéristiques géomorphologiques. En effet, les hauteurs des plaines alluviales du sud, comme la partie occidentale, ne présentent aucune frontière naturelle pouvant les isoler et exposent ainsi les Kasua aux agressions des tribus ennemies qui y sont concentrées et qui ont conduit certains clans à se retrancher à l’intérieur des terres. La partie septentrionale, caractérisée par les hauteurs escarpées du versant sud du volcan, rend difficile l’accès à leur territoire et va ainsi décourager les Kasua du nord de les soutenir dans les guerres menées contre les tribus méridionales. De fait, seule la partie orientale, constituée du plateau calcaire, jouera le rôle de frontière naturelle efficace en les isolant de leurs ennemis traditionnels, les Fasu.

41La géomorphogenèse de ce nouvel habitat, à laquelle se consacre le prochain chapitre, nous restituera l’histoire de ces grands ensembles géomorphologiques dont certains traits décrits dans les récits laissaient entrevoir une certaine présence humaine endogène.

Notes

1 Cette région est surnommée la région Bosavi du nom du volcan qui la domine. Cette dénomination géographique désigne aussi la famille linguistique que composent les langues respectives des huit sociétés qui l’habitent et dont chacune a fait l’objet d’une monographie ethnologique. Ainsi, auprès des Kaluli : Schieffelin E. 1976, Schieffelin B. 1990 et Feld 1982 ; des Etolo : Kelly 1977 et Dwyer 1990 ; des Bedamuni : Sorum 1980 et Van Beck 1987 ; des Kamula : Wood 1982 ; des Samo : Shaw 1990 ; des Onabasulu : Ernst 1984 ; des Gebusi : Knauft 1985 ; enfin des Kasua du nord : Freund 1977.

2 À titre d’exemple d’après les données disponibles, la superficie du territoire des Etolo est de 50000 ha ; celle des Bedamuni de 67 500 ha ; celle des Onabasulu de 92 800 ha.

3 Cette tribu composée de 350 personnes qui habite la partie supérieure du golf Puari, entre la rivière Ometi et Kikori, s’autodésigne par le terme Kasele ; mais les linguistes la nomment Ikobi tandis que ses voisins Foi, Fasu et Kasua l’appellent Kewa (Busse et al 1993 :24).

4 Selon les Kasua, le nom Bona signifie la vulve de la femme dont le vrai terme était tabou. Car, selon eux, lorsqu’ils assassinaient des femmes, ils mangeaient systématiquement cette partie génitale.

5 Grâce au financement du WWF.USA qui menait un projet de conservation de la région Bosavi, les archéologues du musée national de la Papouasie, H. Mandui et B. Ivuyo, ont mené une première approche archéologique de ces sites. Mais faute de moyens financiers supplémentaires, aucune datation n’a pu être réalisée jusqu’à présent.

6 Les identifications scientifiques des plantes herborisées sur le territoire kasua ont été réalisées par les Dr Kaigube Fazang et Billy Bau du Papua New Guinea Forest Research Institut de Lae que je tiens à remercier chaleureusement. Certaines identifications étant toujours en cours, des modifications sont susceptibles d’intervenir.

7 Pour faciliter la lecture de cet ouvrage, j’ai enrichi la typographie dans certaines circonstances. Ainsi, tous les noms communs vernaculaires et les récits mythiques sont en italique.

8 Cependant, ce clan a depuis adopté un autre nom, Kasolo (qui signifie chien) que j’emploierai dorénavant.

9 Ce verbe s’emploie également pour l’action qui consiste à filtrer la moelle de sagou pour en tirer le jus, comme pour presser les graines du pandanus, ou encore effiler l’aubier des arbres pour obtenir les fibres nécessaires au tissage.

10 Cette variété serait endémique à cette montagne ; elle n’a pas encore été identifiée.

11 D’après les Kasua, les Fasu migrèrent également vers le sud où ils sont aujourd’hui regroupés dans le village que l’on nomme Hivalo, situé à 10 minutes de vol de Musula, de l’autre côté de la rivière Turama.

12 L’origine tribale de ces clans est inconnue des Kasua.

13 En revanche, suite à la méprise des Kamana, aucun mariage ne sera célébré entre ces deux clans, et ce, jusqu’à ce jour.

14 Esebolo qui signifie « placenta » se réfère aux dons de gibier que doit verser un jeune père à la lignée maternelle de son enfant.

15 Cette forte mortalité pourrait être liée au paludisme qui sévit à plus basse altitude et exerce également une menace sur la fertilité humaine (Ohtsuka 1986. Ce qui expliquerait la recrudescence des accusations de sorcellerie vu que les symptômes de la maladie correspondent aux symptômes d’une attaque sorcellaire.

16 Cependant cette figure présente chez les Kaluli n’est pas reliée à une communauté spirituelle alors que, chez les Kasua, elle représente la femme du créateur mais aussi, et comme nous allons le découvrir, la mère des esprits maîtres du gibier.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540