Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin du casoar, la forêt des Kasua

 | 
Florence Brunois

Section 1. Histoire de la configuration du cosmos forestier

Section 1. Histoire de la configuration du cosmos forestier

Texte intégral

1Deux perspectives seront empruntées pour découvrir l’histoire de la configuration du cosmos forestier kasua. Elles ne sont pas exclusives, elles se complètent en révélant deux modes d’appropriation qui pour les Kasua légitiment leur occupation de cet espace forestier et la revendication des droits que celle-ci leur confère. Ainsi, la géographie migratoire propose de découvrir la morphologie écologique de cet espace tribal en parcourant les divers chemins suivis par les ancêtres des Kasua du sud, pour la plupart d’origine kaluli, au cours de leur migration qui les conduisirent du versant nord du mont Bosavi vers les Basses-Terres du sud où ils sont aujourd’hui établis. Il s’agit donc de restituer l’histoire d’une progression humaine dans l’espace, en l’occurrence pour ces individus, « dans » de nouveaux espaces forestiers. Là réside bien sûr tout l’intérêt de cette restitution, surtout si l’on considère la proposition de J. Gibson selon laquelle la perception de l’environnement « se découvre » dans le cours de l’action (1979 : 242). Et de fait, la mémoire dont font preuve les Kasua quant à ces pérégrinations ancestrales est d’une acuité étonnante. Elle révèle combien ces migrants se sont attachés à transmettre à leurs descendants autant de détails sur la découverte et la rencontre de nouveaux humains, et les réactions qu’elles ont suscitées de leur part, que de détails sur la découverte de nouvelles espèces et de nouveaux paysages, et les réactions que ces rencontres, négligées généralement dans les restitutions des migrations humaines, ont également provoquées de leur part. Cette particularité mnésique exceptionnelle explique mon choix de restituer littéralement leurs récits – l’ensemble du chapitre en est une traduction littérale – d’autant qu’il apparaîtra, à la lecture de cet ouvrage, à quel point les rencontres avec tous ces nouveaux « autres » ont eu une incidence sensible sur la constitution de leur identité et de leur savoir. L’étude de la géomorphogenèse mythique du territoire kasua témoignera d’ailleurs de cette même « incidence ». Elle révélera que tous les nouveaux paysages découverts par nos migrants font l’objet d’un mythe relatant leur création, aussi leur appropriation originelle par des êtres humains qui ne sont autres que les héros de la mythologie kasua.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540