Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et cognition

 | 
Bernard Walliser

Économie et psychologie

Laure Cabantous et Denis Hilton

Texte intégral

  • 1 La citation exacte que nous avons traduite est : « Economics is a "dismal" science because it assu (...)

« L’économie est une science lugubre car elle fait l’hypothèse que l’homme est égoïste et pingre, qu’il est un "calculateur éclairé de plaisirs et de peines, oscillant comme un globule homogène fait de désir de bonheur, sous l’impulsion de stimuli qui le promènent un peu partout mais le laissent intact" ; c’est une science s’appuyant sur une psychologie démodée qui doit être totalement repensée en tenant compte des avancées récentes de la psychologie [...]. Comme nous l’avons vu, une critique de ce type manque totalement sa cible, dès lors qu’elle n’est pas accompagnée de faits prouvant qu’une hypothèse alternative, différente sur un ou plusieurs aspects de la théorie critiquée, permet de mieux prédire un grand nombre de phénomènes1 ».
M. Friedman, Essays in Positive Economics (1953).

Introduction

  • 2 Le terme exact qu’utilise Rabin (2002) est psychological economics.

1Le courant de recherche initié par des économistes soucieux d’améliorer les prédictions des modèles économiques grâce à l’introduction d’hypothèses de comportement fondées sur des théories psychologiques (Camerer et al. 2003), et connu sous les noms « d’économie comportementale » (behavioral economics en anglais), « économie et psychologie » ou encore « économie psychologisante2 », est en train de faire une percée non négligeable en économie (Rabin 1998 et 2002, Fudenberg 2006). Bien que tous les économistes ne soient pas convaincus de l’utilité d’une telle démarche (Gul et Pesendorfer 2005), il est indéniable que ce courant s’institutionnalise peu à peu : des économistes renommés et professeurs dans des institutions universitaires prestigieuses, tels Colin Camerer (California Institute of Technology), Ernst Fehr (université de Zurich), David Laibson (Harvard) et George Loewenstein (Carnegie Mellon), enseignent désormais l’économie comportementale à des étudiants en économie et publient régulièrement les résultats de leur recherche en « économie et psychologie » dans des revues académiques de référence. En 1997 par exemple, un numéro spécial du Quarterly Journal of Economics a été consacré à de tels articles. Des revues comme la Review of Economic Studies, l’American Economie Review ou Econometrica publient également, depuis quelques années, des articles présentant des modèles économiques « psychologisants » (Bénabou et Tirole 2003, Andreoni et Miller 2002, O’Donoghue et Rabin 1999). Enfin, en 2002, le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel a été décerné au psychologue Daniel Kahneman pour « avoir intégré en économie des éléments issus de la recherche en psychologie, et tout particulièrement les travaux de psychologie concernant le jugement humain et la décision en incertitude ».

2Le recours plus systématique à l’empirie (sous forme d’expériences en laboratoire notamment) et le souhait de proposer des modèles économiques reposant sur des hypothèses de comportement ayant un réel fondement psychologique rapprochent l’économie comportementale de l’économie cognitive. Ils justifient l’introduction d’un chapitre sur « l’économie et la psychologie » dans un ouvrage dédié à l’économie cognitive. Ce chapitre a donc pour objectif de présenter la problématique générale, les recherches actuelles et les acquis de l’économie comportementale. La première partie du chapitre présente l’orientation générale de l’économie comportementale. La seconde partie du chapitre, consacrée à la présentation de recherches menées par les « psychoéconomistes » présente successivement les travaux d’économie comportementale sur i) le rôle des points de référence dans la prise de décision, ii) les recherches aménageant l’hypothèse de comportement égoïste, et iii) les travaux sur l’incohérence temporelle des préférences. La troisième et dernière partie du chapitre conclut cette présentation du courant « économie et psychologie » en présentant quelques-unes des critiques qu’il peut soulever.

L’économie comportementale : vers une science économique plus soucieuse de la psychologie individuelle

  • 3 Pour une présentation des critiques que les psychologues comme Williams James (1842-1912) et les s (...)

3L’approche économique traditionnelle consiste à étudier les conséquences, sur des variables économiques comme les prix et les quantités de biens échangés, de comportements d’agents individuels ayant une rationalité cognitive et instrumentale forte. En dépit des critiques formulées par les psychologues et les sociologues sur la psychologie de l’homo œconomicus3 les économistes ont peu à peu élaboré une théorie du choix en incertitude probabilisable centrée sur la notion de rationalité substantielle (Simon 1976) : la théorie de l’espérance d’utilité (Neumann et Morgenstern 1944). Dans cette théorie, l’agent est « rationnel » lorsqu’il détermine ses actions à la suite d’un calcul de maximisation de son utilité et qu’il tient compte des différents éléments suivants : l’ensemble des états du monde possibles, l’ensemble des choix possibles, ses croyances sur la vraisemblance des états du monde et ses préférences. Formellement, si X est l’ensemble des choix, S l’espace des états, π(s) les probabilités subjectives de l’agent, Uses préférences stables sur les conséquences du choix, la figure de l’homo œconomicus peut être représentée de façon synthétique par l’équation suivante :

4Cet homo œconomicus, au cœur des modèles économiques, est donc censé i) distinguer les valeurs des croyances et pondérer les utilités des conséquences par leur probabilité, ii) maximiser une fonction d’utilité définie uniquement sur des résultats finaux, plutôt que sur des changements dans les résultats, iii) être égoïste et ne pas prendre en compte le bien-être des autres personnes, iv) avoir des préférences bien définies et stables dans le temps, v) avoir des croyances probabilistes et les réviser en suivant la loi de Bayes, etc. Plus de trente années de recherche en psychologie du jugement et de la décision ayant mis en évidence le caractère erroné de cette représentation de l’agent économique (Kahneman et Tversky 2000), certains économistes, que l’on appelle désormais les « économistes comportementalistes », ont proposé de rénover la figure de l’agent économique pour la rendre plus conforme à la réalité. Ces économistes considèrent en effet qu’une façon d’améliorer la capacité prédictive des modèles économiques consiste à développer des modèles comprenant des hypothèses de comportements validées par des recherches en psychologie, l’intuition et le bon sens du chercheur n’étant pas jugés suffisants pour justifier l’hypothèse. L’économie comportementale invite donc les économistes à intégrer les recherches en psychologie sociale et cognitive pour mieux connaître la psychologie humaine et être ainsi à même de réviser leurs hypothèses sur le comportement humain. Ce courant de recherche doit beaucoup aux travaux de psychologie réalisés dans le cadre du programme « Heuristiques et biais » de Kahneman et Tversky. Les deux courants de recherches se distinguent cependant par leurs objectifs et leurs méthodologies. Alors que l’approche des psychologues consiste à utiliser les modèles de l’économie comme objets de référence pour mettre à jour les mécanismes psychologiques (par exemple « Heuristiques et biais ») qui sous-tendent les choix humains, les économistes comportementalistes utilisent les résultats des recherches en psychologie pour aménager les modèles économiques et améliorer leur capacité descriptive. La modélisation économique est en effet un élément central du courant « économie et psychologie » (Fudenberg 2006).

5La seconde caractéristique de l’économie comportementale, après son souci de réalisme psychologique, est en effet qu’elle met en avant la nécessité de développer des modèles économiques testables empiriquement. Selon Camerer et al. (2003) par exemple, le couplage d’un modèle comportementaliste à un test empirique des implications du modèle doit constituer la quatrième étape de l’histoire de l’économie comportementale, après l’identification précise des hypothèses de comportement faites par les économistes, la mise en évidence des « anomalies » de la théorie économique (Thaler 1991) et la construction de modèles économiques alternatifs permettant de rendre compte des anomalies observées. Bien que l’expérimentation demeure le principal mode de collecte des données sur les comportements et la principale façon de tester les prédictions des modèles, les psychoéconomistes se distinguent des économistes expérimentaux en revendiquant un certain éclectisme méthodologique (Loewenstein 1999). Ainsi, certains articles d’économie comportementale s’appuient-ils sur des field, experiments (Gneezy et Rustichini 2003), d’autres sur des expériences en neuropsychologie (Smith et al. 2002, Camerer et al. 2005 pour une présentation de la neuroéconomie), d’autres encore sur des simulations (Angeletos et al. 2001). En outre, certains articles, comme ceux de finance comportementale sur la surconfiance par exemple, recourent souvent à des données empiriques non expérimentales ou field studies (pour une critique de cette façon de tester les prédictions des modèles, voir la discussion des résultats de Barber et Odean 2001 dans Hilton 2007a).

« Économie et psychologie » : la révision des hypothèses du comportement de l’homo œconomicus

6Cette seconde partie présente successivement les travaux d’économie comportementale sur le rôle des points de références (par exemple l’effet de dotation) dans la prise de décision, les recherches aménageant l’hypothèse de comportement égoïste et, enfin, les travaux sur l’importance du présent et l’incohérence temporelle des préférences. L’économie comportementale ne se réduit pas à ces seules recherches – elle envisage également, par exemple, la question des croyances et des jugements de probabilité – mais il est impossible de présenter toutes ces recherches dans un chapitre. Le programme « Heuristiques et biais » de Kahneman et Tversky – programme ayant considérablement inspiré les études d’économie comportementale sur les croyances, voir Rabin (1998) – étant présenté dans le chapitre de Giraud et Bourgeois-Gironde, ce chapitre se centre volontairement sur les recherches ayant trait à la modélisation des préférences individuelles. Il n’envisage pas les études aménageant les hypothèses sur les jugements de probabilités.

L’intégration des points de référence dans la modélisation des préférences individuelles

  • 4 En théorie de la décision, les courbes d’indifférence sont utilisées pour étudier les choix des ag (...)

7Dans la théorie économique traditionnelle de la demande, les choix des agents économiques ne dépendent pas de leur niveau de richesse actuel ou de leur niveau habituel de consommation. Une conséquence de cette hypothèse est que deux courbes d’indifférence4 (même conditionnelles au contexte) ne se coupent jamais. En effet, si mes préférences ne dépendent pas de ma dotation initiale et que je suis indifférent au fait de garder un objet X ou de l’échanger contre un objet Y, alors, si je suis désormais en possession de l’objet Y, je dois être indifférent au fait de le garder ou l’échanger contre l’objet X. Autrement dit, les taux de substitution entre deux biens sont indépendants des dotations initiales. Dans la réalité, les courbes d’indifférence sont loin d’être « réversibles » et les économistes comportementalistes ont mis en évidence plusieurs phénomènes illustrant le fait que les préférences dépendent des points de référence (reference-dependence preferences).

  • 5 On appelle « coût d’opportunité » le coût d’une chose estimé en termes d’opportunités non réalisée (...)

8Le premier phénomène illustrant la dépendance des préférences aux points de référence est le phénomène d’aversion pour les pertes (loss aversion) : les individus sont plus sensibles à une variation « négative » par rapport à la situation de référence (i.e. une perte) qu’à une variation « positive » de même ampleur (Le. un gain). Dans la théorie des perspectives (ou prospect theory) de Kahneman et Tversky (1979), le phénomène d’aversion pour les pertes se traduit par une fonction d’utilité plus pentue dans les pertes que dans les gains (voir le chapitre de Giraud et Bourgeois-Gironde dans cet ouvrage). L’effet de dotation (endowment effect), selon le terme proposé par Thaler, est un autre phénomène montrant l’effet important des points de référence sur les préférences (Thaler 1991 : 3-24). Ce terme est utilisé pour qualifier un effet psychologique consistant à valoriser différemment un bien selon qu’on le possède déjà (il fait partie de notre dotation) ou qu’on ne le possède pas encore. Dans l’une des expériences réalisées par Kahneman, Knetsch et Thaler (1990, voir aussi Knetsch 1989), un tiers des participants, choisis au hasard, reçoit une tasse à café d’une valeur de 5 dollars environ. Ces participants, appelés les « vendeurs », reçoivent ensuite un questionnaire contenant une liste de prix de vente (de 0,5 dollars à 9,5 dollars). Pour chaque prix proposé, ils doivent dire s’ils sont prêts à vendre leur tasse à café. Les autres participants, n’ayant pas reçu la tasse, reçoivent un questionnaire similaire et doivent dire à quel prix ils seraient prêts à acheter la tasse. Les résultats de cette expérience illustrent parfaitement l’effet de dotation. En effet, alors qu’il ne devrait pas en théorie y avoir de différence significative entre le prix d’achat et le prix de vente médians de la tasse, dans cette expérience, le prix d’achat médian est environ deux fois moins élevé que le prix de vente médian. Autrement dit, pour les vendeurs, dont le point de référence est la situation dans laquelle ils possèdent la tasse, l’échange est perçu comme générant une perte et est à ce titre fortement valorisé. Pour les acheteurs, l’échange, perçu comme générant un gain, est moins valorisé. Le simple fait d’être en possession d’un objet semble donc augmenter la valeur qu’on attribue à l’objet. Thaler considère que l’effet de dotation reflète une tendance à sous-estimer les coûts d’opportunité5 par rapport à des coûts bien « réels » [out-of-pocket costs) (Thaler 1991 : 3-24). Enfin, le biais de statu quo (Samuelson et Zeckhauser 1988), un effet similaire à l’effet de dotation, consiste à préférer le statu quo (l’option qui est en vigueur au moment de la décision) à une autre option. Plus formellement, on parle d’effet de statu quo dans le cas suivant : un individu, évaluant deux options x et y depuis une situation de référence t est indifférent entre x et y mais préfère x à y lorsqu’il évalue les deux options depuis la situation x et, inversement, préfère y à x lorsqu’il se trouve dans la situation y.

9La dépendance des préférences aux points de référence a des effets économiques et des répercussions concrètes non négligeables. L’effet de dotation, par exemple, est responsable de l’écart entre les consentements à recevoir pour se séparer d’un bien et les consentements à payer pour être en possession de ce même bien constaté dans de nombreuses analyses coût-bénéfice reposant sur des évaluations contingentes dans le domaine environnemental. Camerer et al. (1997) estiment que le comportement des chauffeurs de taxi à New York, dont l’offre de travail est curieusement d’autant plus faible que le salaire horaire est élevé, s’explique par le fait qu’ils déterminent leur offre quotidienne de travail à partir d’un niveau de salaire quotidien souhaité (point de référence). Comme ils s’arrêtent de travailler lorsqu’ils ont atteint leur salaire quotidien de référence, les chauffeurs de taxi new-yorkais ont tendance à s’arrêter de travailler tôt les jours où il y a beaucoup d’activité (salaire horaire élevé), mais à travailler très longtemps les jours où l’activité n’est pas très soutenue (salaire horaire faible). Enfin, selon Genesove et Mayer (2001), certains phénomènes sur le marché de l’immobilier à Boston dans les années 1990 s’expliquent par l’aversion pour les pertes des propriétaires immobiliers.

La prise en compte des interactions sociales : les modèles de préférences sociales

10L’agent de la théorie économique standard détermine ses actions à partir des conséquences que celles-ci ont sur sa propre richesse sans tenir compte des effets qu’elles peuvent avoir sur la richesse d’autres personnes. On dit généralement qu’il est égoïste (i.e. sa fonction d’utilité ne dépend que de ses propres gains). À la suite de l’article de Guth et al. (1982) sur les comportements dans un jeu de l’ultimatum expérimental (ce jeu est présenté plus loin), une large littérature expérimentale s’est penchée sur la validité descriptive de l’hypothèse de comportement égoïste et a étudié les comportements de personnes participant à des expériences sur les dilemmes sociaux (Camerer 2003, Fehr et Schmidt 2005). Cette sous-partie donne un aperçu de ces recherches. Elle présente quelques-uns des modèles de préférences sociales élaborés par les économistes pour rendre compte du rôle joué par les processus d’interactions sociales dans les choix.

11La littérature économique sur les préférences sociales distingue différents comportements « non égoïstes » et établit une distinction entre plusieurs types de motivations sociales, comme l’altruisme (manifestation d’une forme de générosité « inconditionnelle » et désintéressée), la réciprocité (manifestation d’un comportement « intéressé » mais proportionné aux actions des autres personnes en présence), le souci d’équité ou encore la peur du refus. L’économiste comportementaliste dispose de plusieurs « jeux » expérimentaux pour comprendre de tels comportements. Le jeu du dictateur, par exemple, est un jeu idéal pour étudier les comportements d’altruisme (Andreoni et Miller 2002). Le jeu de l’ultimatum quant à lui est utilisé pour étudier les phénomènes de « peur du refus » et de réciprocité négative. Dans ce jeu, un joueur A dispose d’une somme de monnaie qu’il doit répartir, à sa convenance, entre un autre joueur (B) et lui. Le joueur B n’a pas la possibilité de discuter l’offre qui lui est faite ; il ne peut que l’accepter ou la rejeter. S’il rejette l’offre, la somme n’est pas distribuée et les joueurs ne gagnent rien. La théorie des jeux prédit que le joueur B va accepter n’importe quelle offre supérieure à 0, y compris des offres très inégalitaires (comme par exemple 1 % de la somme pour le joueur B et 99 % de la somme pour le joueur A) au motif qu’il est toujours préférable de recevoir quelque chose plutôt que rien. Le joueur A, anticipant ce comportement et cherchant à maximiser son propre gain, va donc proposer une répartition du gain en sa faveur. Les comportements observés dans des jeux de l’ultimatum expérimentaux sont toutefois très différents de cette prédiction : les joueurs B ont une tendance nette à rejeter les offres faibles (moins de 20 % de la somme en jeu), jugées trop inégalitaires et injustes, de sorte que très peu de joueurs A font de telles propositions (l’offre modale est généralement 50 % de la somme totale. Les études expérimentales sur le jeu de l’ultimatum mettent donc clairement en évidence un phénomène de peur du refus (plutôt que d’altruisme « pur ») de la part des joueurs A, et un phénomène de réciprocité « négative » de la part des joueurs B (la motivation d’un joueur B, lorsqu’il refuse une répartition inégalitaire, est de punir l’autre joueur). Dans la même veine, des expériences ont mis en évidence le fait que certains individus sont prêts à payer pour punir des personnes ayant un comportement de passager clandestin dans les jeux « du bien public » (Eber et Willinger 2005 : 88-90, Fehr et Gächter 2000). Les jeux d’investissement expérimentaux (comme celui décrit dans l’encadré 1) quant à eux, mettent en évidence le fait que la confiance est un élément central de la vie économique et permettent d’étudier les comportements de réciprocité.

Encadré 1 – Le jeu d’investissement (ou trust game)

Principe du jeu (Berg et al. 1995)
Le joueur A dispose d’une somme d’argent, qu’il peut garder pour lui ou investir. S’il choisit d’investir un montant k de cette somme, l’argent va au joueur B, qui reçoit alors trois fois plus que la somme d’argent versée par A. Le joueur B peut alors garder la totalité de la somme d’argent qu’il vient de recevoir (3k) ou en retourner une certaine partie à A.
Solution théorique du jeu
D’après la théorie des jeux, l’investisseur (joueur A) anticipe que le joueur B va, égoïstement, garder l’intégralité de la somme et ne rien lui retourner. Il décide donc de ne rien verser (k=0).
Comportements observés
Les joueurs A investissent près d’un tiers de la somme initiale et les joueurs B reversent une grande partie de la somme qu’ils ont reçue. En outre, plus la somme initialement versée par les joueurs A est élevée, plus les joueurs B reversent une somme élevée.

12Enfin, les expériences sur la réciprocité et les préférences sociales ont également montré que les comportements de réciprocité sont intimement liés aux attributions que fait une personne sur les intentions soutenant les actions des personnes avec lesquelles elle interagit (Rabin 1998). L’article de Blount (1995) par exemple, montre qu’une personne ne réagit pas de la même façon à une situation donnée selon qu’elle considère que la situation résulte du comportement intentionnel et délibéré d’une autre personne ou qu’elle estime que la personne en face n’y est pour rien.

13Le paragraphe suivant, qui reprend la classification qu’en proposent Fehr et Schmidt (2005), considère que les modèles économiques de préférences sociales se répartissent en trois grands groupes : les modèles avec des préférences sociales, les modèles avec des préférences interdépendantes et les modèles reposant sur les intentions (pour une classification différente, voir Sobel 2005).

14Dans les modèles avec des préférences sociales (Charness et Rabin 2002, Fehr et Schmidt 1999), la fonction d’utilité d’un agent dépend de deux éléments : son propre gain et la façon dont la ressource totale disponible est répartie entre les membres de son groupe de référence. Une autre caractéristique de ce modèle est que les agents sont hétérogènes. Dans l’expérience réalisée par Fehr et Schmidt (1999) pour tester un modèle d’aversion pour l’iniquité, les agents sont altruistes lorsque les gains des autres joueurs sont en dessous d’un certain seuil (correspondant généralement à une répartition égalitaire de la ressource totale en jeu), mais égoïstes lorsqu’ils excèdent ce seuil. Autrement dit, dans cette expérience, les joueurs sont averses à l’iniquité : lorsque la distribution n’est pas équitable, ils sont prêts à gagner moins pour que d’autres gagnent plus.

15La seconde catégorie de modèles de préférences sociales regroupe les modèles avec des préférences interdépendantes. Dans ce type de modèle, chaque agent détermine son comportement (égoïste ou altruiste) en fonction du type de l’agent (égoïste ou altruiste) avec qui il interagit, de sorte que le comportement de chaque agent dépend du type de l’agent avec qui il est en contact. Un agent altruiste interagissant avec un autre agent altruiste (resp. égoïste) se comportera de façon altruiste (resp. égoïste). Enfin, on trouve les modèles reposant sur les intentions.

16Contrairement aux modèles précédents dans lesquels les agents déterminent leurs comportements en fonction des ressources allouées, dans les modèles fondés sur les intentions, les agents déterminent leurs comportements en fonction de leurs croyances relatives aux intentions (bienveillantes ou agressives) des agents avec lesquels ils interagissent. Le principe est celui du « donnant donnant » : si je pense que les intentions de la personne avec qui je dois interagir sont bonnes, je vais le traiter gentiment. En revanche si je pressens qu’il a de mauvaises intentions, je vais le traiter sans égards. Le modèle de référence est celui de Rabin (1993) qui s’appuie sur la théorie des jeux psychologiques permettant de modéliser des fonctions de gains dépendant non seulement des actions des joueurs mais aussi de leurs croyances. Le modèle introduit les notions de fonction altruiste (kindness function) et d’équilibre équitable (fairness equilibrium).

L’importance du présent et la prise en compte de l’instabilité temporelle des préférences

17Le modèle économique intertemporel de décision standard considère que les préférences sont stables dans le temps. Autrement dit, dans ce modèle, le moment auquel les choix sont faits n’est pas une variable pertinente et n’affecte pas les préférences de l’agent. D’un point de vue technique, les économistes modélisent généralement ce type de comportements dynamiquement cohérents en utilisant une fonction d’escompte exponentielle. Avec une telle fonction, une utilité unitaire dont on profitera à la date τ vaut δτ. Cela signifie que la valeur à la période 0 d’une utilité unitaire obtenue dans τ périodes, est égale à δτ (où X est inférieur à 1 afin de traduire l’idée qu’une utilité retardée vaut moins qu’une utilité immédiate). Une spécificité de cette fonction est qu’elle décline à taux constant. Autrement dit, le taux d’escompte qu’on applique à une utilité retardée de x périodes, à compter de la date actuelle 0, est strictement le même que celui qu’on applique à une utilité retardée de τ périodes, à compter d’une autre date. Un modèle économique avec une fonction d’escompte exponentielle prédit donc des comportements stables et cohérents temporellement.

18Le phénomène d’incohérence dynamique des préférences, comme celui observé dans une expérience popularisée par Thaler (1991 :3-24), contredit les prédictions du modèle économique conventionnel. Dans cette expérience, les participants sont confrontés successivement à deux problèmes, de structures identiques, mais impliquant un horizon temporel différent. Ils doivent tout d’abord (problème A) choisir entre « consommer une pomme immédiatement » (option A1) et « consommer deux pommes demain » (option A2). Ils doivent ensuite (problème B) choisir entre « consommer une pomme dans un an » (option B1) et « consommer deux pommes dans un an et un jour » (option B2). La théorie économique standard prédit qu’un individu préférant l’option A1 à l’option A2 préfère également l’option B1 à l’option B2. En effet, si le taux d’escompte est constant, les problèmes A et B sont strictement identiques et les gens, qui ont des préférences stables, doivent donc être cohérents et choisir (A1 et B1} ou {A2 et B2). Or, dans ce type d’expérience, la plupart des participants choisissent l’option A1 mais ne choisissent pas l’option B1. En outre, la plupart des personnes qui affirment sur le moment préférer B2 finissent par choisir l’option B1. Ces comportements, interprétables comme la manifestation d’un manque de « contrôle de soi », illustrent le fait que nos préférences sont incohérentes dans le temps. En particulier, ils suggèrent que nous sommes souvent plus impatients face à un arbitrage devant se réaliser à une courte échéance que face à un arbitrage dont la réalisation s’opérera effectivement à une échéance plus lointaine. Depuis l’article de Thaler sur l’incohérence dynamique des préférences (Thaler 1991 : 127-136) de nombreuses études ont confirmé, avec des produits variés, ce comportement d’incohérence temporelle des préférences (Angeletos et al. 2001, voir Eisenhauer et Ventura 2006 pour des résultats issus de données non expérimentales, plus nuancés).

19Les psychologues, ayant observé ce type de comportement chez les animaux ont pris l’habitude, à la suite d’Ainslie notamment, d’utiliser des fonctions d’escompte hyperboliques comme les fonctions 1/τ et 1/(1+ατ). L’intérêt des fonctions hyperboliques est qu’elles diminuent à un taux non constant : elles sont de moins en moins pentues (voir encadré 2). Cette caractéristique permet de rendre compte d’une tendance à l’impatience plus marquée dans le court terme que dans le long terme, et donc du phénomène d’incohérence temporelle.

20En économie, la première modélisation d’un agent ayant des préférences incohérentes dans le temps est due à Strotz (1956). Phelps et Pollak (1968) ont ensuite proposé une fonction « quasi hyperbolique » discrétisée {1, βδ, βδ2, βδ3,...} que Laibson (1997) a reprise et popularisée. Depuis une dizaine d’années, les économistes modélisent donc les comportements d’incohérence temporelle en introduisant une fonction d’escompte quasi hyperbolique – plus facile à manipuler que la fonction hyperbolique, dans le modèle de choix classique. Les nouveaux agents économiques ont ainsi une utilité intertemporelle (à la date t) qui a la forme suivante :

Encadré 2 – Les différentes formes des fonctions d’escompte (d’après Angeletos et al. 2001)

Encadré 2 – Les différentes formes des fonctions d’escompte (d’après Angeletos et al. 2001)

21Lorsque β = 1, la fonction quasi hyperbolique modélise les mêmes comportements que la fonction exponentielle (préférences temporelles cohérentes). En revanche, lorsque β < 1, la fonction capture un comportement d’incohérence temporelle des préférences. Avec une telle fonction, en effet, un agent qui compare à la date courante une utilité qu’il pourra consommer à la date τ avec une utilité qu’il pourra consommer à la date τ-1, considère que la différence de valeur entre les deux utilités vaut (βδτ / βδτ-1) = δ. Comme δ est proche de 1, cela signifie qu’à la date courante, la personne estime que l’utilité disponible à la date τ et celle disponible à la date τ-l se valent quasiment. En revanche, ce même individu, lorsqu’il évalue à la date τ, ces deux mêmes utilités considère que la différence de valeur vaut βδ, puisque à la date τ le choix porte sur une utilité, consommable le lendemain (βδ) et une utilité consommable immédiatement (et qui vaut 1). Comme β est largement inférieur à 1, βδ est inférieur à δ : à la date τ, lorsqu’il évalue les deux mêmes utilités, l’individu considère que l’utilité disponible immédiatement vaut bien plus que celle disponible le lendemain. La fonction quasi hyperbolique permet donc de rendre compte du fait qu’à la date courante l’individu fait preuve de patience, mais une fois le moment anticipé arrivé, il devient impatient.

Vous avez dit « économie et psychologie »... ? !

22L’importance que les économistes comportementalistes accordent aux fondements psychologiques des modèles économiques ainsi que l’orientation volontairement prescriptive de leur recherche (Camerer, Loewenstein et Rabin 2003) contribue sans aucun doute à faire évoluer la science économique. Rabin (2002), par exemple, considère que l’influence de l’économie comportementale sur la science économique sera probablement comparable à l’influence qu’a eue la théorie des jeux sur la discipline. Toutefois, comme le note Rabin (2002) lui-même, une telle évolution, bien qu’elle soit loin d’être négligeable, ne constitue pas une rupture fondamentale dans la discipline : il s’agit plus d’une évolution « naturelle » du paradigme économique que d’un véritable changement. Les travaux présentés dans ce chapitre confirment cette idée puisqu’ils montrent que jusqu’à présent l’économie comportementale a surtout modifié des hypothèses faisant partie de ce qu’on pourrait appeler, à la suite de Lakatos, la « ceinture protectrice » de la théorie économique. L’introduction de nouvelles formes de fonction d’utilité, les changements dans la façon d’escompter le futur sont en effet des aménagements marginaux qui ne modifient nullement le « noyau dur » de la théorie. Les éléments de la « boîte à outils » de l’économiste, comme le principe de maximisation de l’utilité, la recherche de solutions d’équilibre, la focalisation sur le critère de l’efficacité, sont ainsi totalement préservés. Bien que les économistes comportementalistes adoptent une définition plus « minimaliste » de la rationalité économique (en assouplissant, avec l’escompte hyperbolique, le critère de cohérence temporelle des choix par exemple), ils interprètent toujours les comportements économiques selon une logique « conséquentialiste » (le choix ne dépend que des effets futurs anticipés) et utilitariste.

  • 6 Les économistes comportementalistes revendiquent, le plus souvent, leur formation « classique » et (...)

23Si une partie de l’entreprise de légitimation de l’économie comportementale menée par les économistes comportementalistes consiste précisément à expliquer que l’économie comportementale est une évolution « naturelle » du paradigme économique plutôt qu’un véritable changement de paradigme (Rabin 2002)6, certains économistes trouvent que les aménagements mineurs (le changement de la forme de la fonction d’escompte par exemple) proposés par les psychoéconomistes sont loin d’être suffisants pour justifier l’apposition de l’adjectif « psychologique ». Pour Rubinstein (2003) par exemple, qui propose d’expliquer le phénomène de renversement des préférences au moyen d’un modèle de choix basé sur la recherche de dominance et de relation de similitude entre les objets du choix, « faire de “l’économie et de la psychologie” suppose bien plus que de citer des résultats expérimentaux et de modifier à la marge nos modèles. Nous devons ouvrir la boîte noire de la décision individuelle, étudier les procédures de choix suivies, et proposer des façons de modéliser totalement nouvelles ». Même si Rabin (ibib.) suggère aux psychoéconomistes de remettre en cause l’hypothèse de maximisation de l’utilité, il existe encore très peu de modèles économiques de décision individuelle ne reposant pas sur cette hypothèse.

24Bien que la recherche en « économie et psychologie » ait peu de retombées en psychologie – cette recherche n’est en définitive qu’une façon de faire de l’économie faite par des économistes pour un public d’économistes-, les psychologues envisagent de façon plutôt positive la recherche en « économie et psychologie ». Celle-ci consistant en effet à intégrer des idées venues de la psychologie permet de rapprocher deux disciplines qui, malgré leurs nombreux points communs (par exemple individualisme méthodologique), ont jusqu’à présent peu communiqué (Lewin 1996). Les psychologues pourraient cependant regretter l’orientation comportementaliste de la recherche en « économie et psychologie ». Cette orientation comportementaliste (ou « behavioriste ») – manifeste dans la théorie des préférences révélées par exemple – donne en effet aux psychologues l’impression bizarre que les recherches en « économie et psychologie » datent d’un autre âge, celui désormais révolu en psychologie de l’hégémonie du courant comportementaliste. Par exemple, bien que Barber et Odean (2001) s’inspirent des travaux en psychologie sur les illusions positives (Taylor et Brown 1988) et la surconfiance (Hilton 2001) pour expliquer des comportements irrationnels dans des marchés financiers, ils n’essayent pas d’obtenir des mesures directes des connaissances des acteurs sur ces marchés. Or, comme plusieurs mécanismes cognitifs différents (surconfiance dans ses propres capacités vs surestimation de la précision de son information par exemple) pourraient expliquer ces irrationalités, il est nécessaire d’obtenir des mesures directes des connaissances des acteurs pour être en mesure de discriminer entre ces mécanismes (Biais et al. 2005). Ces mesures directes de la cognition humaine, couramment utilisées en psychologie expérimentale, sont pour l’instant peu répandues en économie cognitive ou comportementale. De façon caricaturale, on pourrait donc dire que les économistes « psychologisants » se contentent de s’inspirer des certains travaux en psychologie pour relâcher certains axiomes du modèle de l ‘homo œconomicus (Sugden 2005). Ils ne cherchent pas à proposer ex nihilo de nouvelles hypothèses sur la prise de décision humaine ni, a fortiori, des confirmations ou infirmations empiriques de ces hypothèses.

25Le conservatisme de la théorisation économique, sur la cognition notamment, s’explique en partie par la volonté de ne pas abandonner les avantages du modèle classique, notamment son élégance, sa tractabilité mathématique et le fait qu’il capte, sans doute, des caractéristiques importantes du comportement économique humain (Hilton 2007b). Les économistes ont en effet une optique instrumentaliste de la théorisation du comportement humain : ils utilisent des modèles simples et élégants, largement généralisables, tout en sachant que ces modèles ne sont pas valables dans toutes les situations. Les psychologues en revanche ont une optique plus réaliste qui les amène à développer des micromodèles de la prise de décision, et cherchent à rendre compte de façon exhaustive des modèles de prise de décision dans des situations restreintes (par exemple, quand il y a des contraintes de temps ou de ressources cognitives pour la prise de décision). Seul l’avenir dira si les économistes réussiront à proposer, et à tester de façon expérimentale, des modèles réellement novateurs de comportement économique qui s’éloignent du modèle classique. Si une telle éventualité se produit, l’économie pourra enfin se vanter légitimement d’être une science « mathématique » aux fondements empiriques solides.

Bibliographie

Références bibliographiques

Andreoni J., Miller J. 2002. « Giving According to GARP : the Rationality of Altruism ». Econometrica, 70 : 737-753.

Angeletos G.-M., Laibson D., Repetto A., Tobacman J., Weinberg S. 2001. « The Hyperbolic Consumption Model : Calibration, Simulation, and Empirical Evaluation ». Journal of Economic Perspectives, 15(3) : 47-68. Barber B. M., Odean T. 2001. « Boys will be Boys : Gender, Overconfidence and Common Stock Investment ». Quarterly Journal of Economics, 16 : 261-292.

Bénabou R., Tirole J. 2003. « Intrinsinc and Extrinsic Motivation ». Review of Economic Studies, 70 : 489-520.

Berg J., Dickhaut J.. McCabe K. 1995. « Trust, Reciprocity and Social History ». Games and Economic Behavior, 10 : 122-142.

Biais B, Hilton D., Pouget S., Mazurier K. 2005. « Judgmental Overconfidence, Self-Monitoring and Trading Performance in an Experimental Financial Market ». Review of Economic Studies, 72 : 297-312.

Blount S. 1995. « When Social Outcomes aren’t Fair : The Effect of Causal Attributions on Preferences ». Organizational Behavior and Human Decision Processes, 63(2) : 131-144.

Camerer C. 2003. Behavioral Game Theory : Experiments on Strategic Interaction. Princeton, Princeton University Press.

Camerer C., Babcock L., Loewenstein G., Thaler R. 1997. « Labor Supply of New York City Cab Drivers : One Day at a Time ». Quarterly Journal of Economics, 111 : 408-441.

Camerer C., Loewenstein G., Prelec D. 2005. « Neuroeconomics : How Neuroscience can Inform Economics ». Journal of Economic Literature, 43(1) : 9-64.

Camerer C., Loewenstein G., Rabin M. 2003. Advances in Behavioral Economies. Princeton, Princeton University Press.

Charness G., Rabin M. 2002. « Understanding Social Preferences with Simple Tests ». Quarterly Journal of Economies, 117 : 817-869.

Eber N., Willinger M. 2005. L’économie expérimentale. Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Eisenhauer J. G., Ventura L. 2006. « The Prevalence of Hyperbolic Discounting : Some European Evidence ». Applied Economics, 38 : 1223-1234.

Fehr E., Gächter S. 2000. « Cooperation and Punishment in Public Goods Experiments ». American Economic Review, 90 : 980-994.

Fehr E., Schmidt K. 1999. « A Theory of Fairness, Competition, and Cooperation ». Quarterly Journal of Economics, 114(3) : 817-868.

— 2005. « The Economics of Fairness, Reciprocity and Altruism – Experimental Evidences and New Theories ». In L. A. Gérard-Varet, S. C. Kolm et J. Mercier-Ythier (dir.), Handbook of Altruism, Gift-Giving and Reciprocity, Amsterdam, North-Holland.

Fudenberg D. 2006. « Advancing beyond Advances in Behavioral Economics ». Journal of Economic Literature, 44(3) : 694-711.

Genesove D., Mayer C. 2001. « Loss Aversion and Seller Behavior : Evidence from the Housing Market ». Quarterly Journal of Economics, 116(4) : 1233-1260.

Gneezy U., Rustichini A. 2003. « Incentives, Punishment, and Behavior ». In C. Camerer, G. Loewenstein, M. Rabin (dir.), Advances in Behavioral Economics, Princeton, Princeton University Press : 572-589.

Gul F., Pesendorfer W. 2005. « The Case for Mindless Economics », document de travail, http ://www.princeton.edu/~pesendor/mindless.pdf.

Guth W., Schmittberger R., Schwarze B.J. 1982. « An Experimental Analysis of Ultimatum Bargaining ». Journal of Economic Behavior and Organization, 3 : 367-388.

Hilton D.J. 2001. « Psychology and the Financial Markets : Applications to Trading, Dealing and Investment Analysis ». The Journal of Psychology and Financial Markets, 2 : 37-53.

— 2007a. « Overconfidence, Trading and Entrepreneurship : Cognitive and Cultural Processes in Risk-Taking ». In R. Topol, B. Walliser (dir.), Cognitive Economics : New Trends, Amsterdam, Elsevier, Contributions to Economic Analysis, 280.

Hilton D. J. 2007b. « Theory and Method in Economies and Psychology : Levels and Depth of Explanation ». Chapitre à paraître in A. Lewis (dir.), Cambridge Handbook of Psychology and Economic Behaviour, Cambridge, Cambridge University Press.

Kahneman D., Knetsch J., Thaler R. 1990. « Experimental Tests of the Endowment Effect and the Coase Theorem ». Journal of Political Economics, 98 : 1325-1348.

Kahneman D., Tversky A. 1979. « Prospect Theory : An Analysis of Decision under Risk ». Econometrica, 47(2) : 263-289.

— 2000. Choices, Values, and Frames. New York, Cambridge University Press.

Knetsch J. L. 1989. « The Endowment Effect and Evidence of Nonreversible Indifference Curves ». American Economic Review, 79(5) : 1277-1284.

Laibson D. 1997. « Golden Eggs and Hyperbolic Discounting ». Quarterly Journal of Economics, 112 : 443-477.

Lewin S. B. 1996. « Economics and Psychology : Lessons from our own Day from the Early Twentieth Century ». Journal of Economic Literature, 34 : 1293-1323.

Loewenstein G. 1999. « Experimental Economics from the Vantage Point of Behavioural Economics ». The Economic Journal, 109 : 25-34.

Neumann J. von, Morgenstern O. 1944. Theory of Games and Economic Behavior. Princeton, Princeton University Press.

O’Donoghue T., Rabin M. 1999. « Doing it Now or Later ». American Economic Review, 89(1) : 103-124.

Phelps E., Pollak R. 1968. « On Second-Best National Saving and GameEquilibrium Growth ». Review of Economic Studies, 35 : 185-199.

Rabin M. 1993. « Incorporating Fairness into Game Theory and Economics ». American Economic Review, 83(5) : 1281-1302.

— 1998. « Psychology and Economics ». Journal of Economic Literature, 36(1) : 11-46.

Rabin M. 2002. « A Perspective on Psychology and Economics ». European Economic Review, 46 : 657-685.

Rubinstein A. 2003. « “Economics and Psychology" ? The Case of Hyperbolic Discounting ». International Economic Review, 44(4) : 1207-1216.

Samuelson W., Zeckhauser R. 1988. « Status Quo Bias in Decision Making ». Journal of Risk and Uncertainty, 1(1) : 7-59.

Simon H. 1976. « From Substantive to Procedural Rationality ». In S.J. Latsis (dir.), Method and appraisal in economics, Cambridge, Cambridge University Press.

Smith K., Dickhaut J., Mccbae K., Pardo J. 2002. « Neuronal Substrates for Choice under Ambiguity, Risk, Gains, and Losses ». Management Science, 48(6) : 711-718.

Sobel J. 2005. « Interdependent Preferences and Reciprocity ». Journal of Economic Literature, 43(2) : 392-437.

Strotz R. 1956. « Myopia and Inconsistency in Dynamic Utility Maximisation ». Review of Economic Studies, 23 : 165-180.

Sugden R. 2005. « Experiments as Exhibits and Experiments as Tests ». Journal of Economic Methodology, 12(2) : 291-312.

Taylor S., Brown J. 1988. « Illusion and Well Being : A Social Psychological Perspective on Mental Health ». Psychological Bulletin, 103 : 193-210.

Thaler R. 1991. Quasi Rational Economics. New York, Russell Sage Foundation.

Notes

1 La citation exacte que nous avons traduite est : « Economics is a "dismal" science because it assumes man to be selfish and money-grubbing, “a lightning calculator of pleasures and pains, who oscillates like a homogeneous globule of desire of happiness under the impulse of stimuli that shift him about the area, but leave him intact” ; it rests on outmoded psychology and must be reconstructed in line with each new development in psychology [...]. As we have seen, criticism of this type is largely beside the point unless supplemented by evidence that a hypothesis differing in one or another of these respects from the theory being criticised yields better predictions for as wide a range of phenomena. »

2 Le terme exact qu’utilise Rabin (2002) est psychological economics.

3 Pour une présentation des critiques que les psychologues comme Williams James (1842-1912) et les sociologues institutionnalistes comme Thorstein Veblen (1857-1929) ont adressées aux économistes marginalistes (comme Jevons, Edgeworth et Walras) développant la figure hédoniste (i.e. utilitariste) et téléologique de l’homo œconomicus, voir Lewin (1996).

4 En théorie de la décision, les courbes d’indifférence sont utilisées pour étudier les choix des agents. Une courbe d’indifférence relie toutes les conséquences de choix que l’agent juge équivalentes, c’est-à-dire dont il estime qu’elles lui procurent exactement la même utilité.

5 On appelle « coût d’opportunité » le coût d’une chose estimé en termes d’opportunités non réalisées. Autrement dit, le coût d’opportunité mesure des avantages auxquels on renonce lorsqu’on choisit d’affecter nos ressources disponibles à un usage donné x plutôt qu’à un autre usage y.

6 Les économistes comportementalistes revendiquent, le plus souvent, leur formation « classique » et estiment que l’économie comportementale doit répondre aux mêmes critères que ceux proposés par Stigler pour l’économie traditionnelle, à savoir la généralité des résultats, la « tractabilité » de ses modèles et la congruence avec la réalité (Camerer, Loewenstein et Rabin 2003, Rabin 2002).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Encadré 2 – Les différentes formes des fonctions d’escompte (d’après Angeletos et al. 2001)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9441/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteurs

Maître de conférences à l’université de Nottingham (R.-U.)
laure.cabantous@nottingham.ac.uk

Professeur à l’université de Toulouse II
hilton@univ-tlse2.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540