Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et cognition

 | 
Bernard Walliser

Introduction

Bernard Walliser

Texte intégral

Principes

1Depuis ses origines, l’économie est définie au sens large comme la discipline qui étudie les processus de coordination entre les actions d’un certain nombre d’acteurs supposés rationnels. Au niveau individuel, la rationalité (forte) des acteurs suppose que ceux-ci choisissent leurs actions en combinant de façon optimale leurs croyances (sur leur environnement) et leurs préférences (sur les conséquences de leurs actions), supposées exogènes et indépendantes. Au niveau collectif, la coordination des acteurs suppose que ceux-ci ajustent leurs décisions en s’appuyant sur des « signaux » produits par la combinaison de leurs actions, signaux qui viennent moduler leurs croyances et leurs préférences.

2Apparue dans la dernière décennie, l’économie cognitive a pour objet plus spécifique d’étudier les croyances et les raisonnements des acteurs placés dans un contexte d’interaction dynamique. Au niveau individuel, elle entre dans la boîte noire du cerveau humain afin d’examiner comment les acteurs s’appuient sur les informations qu’ils reçoivent pour réviser leurs croyances, adapter leurs préférences et délibérer en combinant ces deux éléments. Au niveau collectif, elle précise les raisons et les modalités des processus de diffusion d’information entre les acteurs, lesquels sont susceptibles d’aboutir asymptotiquement à une homogénéisation des croyances et à une compatibilité des actions.

3L’économie cognitive se développe simultanément aux deux niveaux de spécification habituels considérés par la théorie économique. Dans la théorie des jeux, des acteurs indifférenciés, pourvus de préférences et de croyances génériques, interagissent de façon stratégique (les effets de leurs actions dépendant de celles des autres) à travers des actions quelconques, sans médiation d’institutions extérieures. Dans la théorie des échanges, les acteurs sont des producteurs et des consommateurs de biens, dotés de croyances et de préférences plus spécifiques, et interagissent par l’intermédiaire d’institutions, l’institution centrale étant le marché qui coordonne les agents par des prix.

Thèmes principaux

4Au niveau du comportement individuel, l’économie cognitive vise à promouvoir un modèle moins idéalisé que celui de 1’homo œconomicus. D’une part, elle met en évidence un homo cogitans capable de traiter les informations qu’il reçoit pour construire des croyances sur son environnement matériel et social, et même de forger des croyances croisées sur les croyances d’autrui (« Je crois que tu crois que je crois... »). D’autre part, elle met en exergue un homo adaptons capable d’apprendre par expérience, au sens où il s’adapte sur la base de ses observations des actions passées d’autrui (par une révision des croyances) ou de ses propres performances passées (par un processus de renforcement).

5Au niveau du fonctionnement collectif, l’économie cognitive vise à promouvoir un modèle moins virtuel que celui de l’équilibre interactif. D’une part, des « processus éductifs » permettent aux acteurs de se coordonner par leurs seules croyances et leurs seuls raisonnements, chacun simulant le comportement des autres après révélation de leurs croyances et de leurs préférences. D’autre part, des « processus évolutionnistes » autorisent les acteurs à se coordonner à travers des échanges d’information séquentiels, sachant que cette information acquiert une dimension stratégique qui peut entraîner une rétention volontaire de l’information ou même la fourniture d’informations fausses.

Historique

6La figure de proue de l’économie cognitive au niveau individuel est Herbert Simon, par ailleurs l’un des pères de l’intelligence artificielle. Prenant exemple sur les compétences réduites du joueur d’échecs, il a introduit la notion de « rationalité limitée » pour traduire le fait que les acteurs ont des capacités limitées de recueil et, surtout, de traitement de l’information, ce qui bride leur processus de délibération. Il a lui-même fourni des modèles simples de rationalité limitée susceptibles de se substituer au modèle optimisateur représentatif de la rationalité forte, comme le modèle de satisficing, dans lequel l’acteur se contente d’atteindre des seuils d’aspiration sur des objectifs partiels.

7Le théoricien le plus représentatif de l’économie cognitive au niveau collectif est Robert Aumann, lequel a introduit la logique épistémique – une variété de logique modale – en théorie des jeux. S’appuyant sur des puzzles classiques, il a proposé la notion d’« épistémologie interactive » pour caractériser les échanges d’information entre acteurs – tant directs (à travers des messages) qu’indirects (à travers des actions) – et les révisions de croyances subséquentes. Il a également établi des résultats relatifs à l’homogénéisation des croyances ou à l’articulation des actions des acteurs, résultats qui nécessitent une précoordination des acteurs sur des évaluations qui sont de connaissance commune.

8D’autres auteurs, dans des contributions plus occasionnelles, ont également posé les prolégomènes d’une économie cognitive. Muth a introduit la notion d’anticipation rationnelle, liée à celle d’anticipation autoréalisatrice, à savoir une anticipation qui se trouvera réalisée dès lors qu’elle a été postulée par les acteurs, et Stigler celle de valeur de l’information, conçue comme utilité additionnelle apportée par une information dans une décision au cours de laquelle celle-ci est mobilisée. Keynes a élaboré la notion de convention comme représentation à laquelle adhèrent conjointement les acteurs en cas de forte incertitude, Schelling celle de point focal pour traduire la sélection réciproque par les joueurs de l’issue commune d’un jeu.

Domaines d’application

9En théorie des jeux, l’économie cognitive s’est particulièrement intéressée aux processus mentaux utilisés par les acteurs dans leurs choix. Pour un choix donné, les acteurs procèdent d’abord à la construction du cadre décisionnel en mobilisant des raisonnements taxonomiques et analogiques, puis se livrent à une délibération dans ce cadre en mobilisant des raisonnements abductifs et contrefactuels. Dans une séquence de choix, les acteurs mobilisent de l’information par un arbitrage entre exploitation et exploration, la première consistant à utiliser au mieux l’information déjà acquise, la seconde à rechercher une information originale utilisable pour les choix futurs.

10En théorie des échanges, certains domaines sont privilégiés du fait de leur dimension cognitive particulière. Sur le marché du travail (ou d’un bien), les acteurs procèdent à une activité de prospection sur les postes disponibles et les salaires associés, et mettent en œuvre des stratégies de recherche adaptées aux coûts de prospection et à leurs croyances a priori sur le marché. Sur le marché financier, les acteurs spéculent sur les actifs en essayant de deviner par des hiérarchies d’anticipations croisées les comportements d’achat-vente des autres, ce qui peut donner naissance à des bulles spéculatives qui dissocient le prix de l’actif de son évaluation fondamentale.

11Une application particulière concerne l’apparition de phénomènes émergents à partir de comportements individuels, en particulier l’émergence d’institutions (règles juridiques, normes sociales, représentations collectives). L’approche éductive considère que les institutions résultent d’un processus sinon délibéré, du moins conscient, des acteurs qui les conçoivent en anticipant les effets de coordination qu’elles vont exercer. L’approche évolutionniste considère que les institutions résultent d’un processus non anticipé – voire involontaire – des acteurs, même si ces institutions spontanément créées sont ensuite reconnues et même légitimées par les acteurs.

Liens avec d’autres sciences

12Si l’économie cognitive n’est pas simplement une discipline hybride entre l’économie et les sciences cognitives en tant qu’elle est d’abord une branche de l’économie, elle emprunte cependant beaucoup aux sciences cognitives. Elle s’appuie sur des outils formels comme la logique épistémique (qui explicite les propriétés des croyances et axiomatise les modes de raisonnement) ou sur les probabilités non additives (qui permettent de rendre compte de l’ambiguïté des estimations probabilistes). Elle utilise également des modèles formels auparavant élaborés par les sciences cognitives, en particulier des modèles d’apprentissage fondés sur des cas analogiques (case-based reasoning) ou sur des mécanismes de renforcement.

13Par ailleurs, l’économie cognitive se rapproche beaucoup de la psychologie, en particulier de la psychologie cognitive. Elle adopte sa démarche empirique par un recours désormais systématique à l’expérimentation individuelle en laboratoire pour tester ses modèles (sinon pour en induire de nouveaux) et même, plus récemment, à l’imagerie cérébrale (neuroéconomie). Elle s’inspire également de nombreux phénomènes décrits par la psychologie de la décision, qu’ils concernent les interactions entre les croyances et les préférences de l’acteur – traditionnellement considérées comme indépendantes – ou bien qu’ils relèvent de l’introduction de nouveaux facteurs comme, par exemple, les émotions.

14Enfin, l’économie cognitive se rapproche d’autres sciences sociales comme la sociologie, en particulier la sociologie des organisations et des réseaux sociaux. Elle tente ici encore de procéder par une relecture plus fine des faits stylisés dans de nombreuses monographies – en particulier en ce qui concerne le fonctionnement des firmes ou la distribution des richesses, les crises financières ou les échanges internationaux. Elle s’inspirent de certains concepts ou mécanismes décrits par la sociologie tels que le conditionnement social des préférences des acteurs ou l’introduction de relations non marchandes entre les acteurs, de nature symbolique ou identitaire.

Liens avec d’autres courants

15L’économie cognitive partage avec l’« économie évolutionniste » (evolutionary economics) l’importante problématique des processus dynamiques d’interaction entre les acteurs. Elle est directement concernée par les processus d’apprentissage sous toutes leurs formes, dans la mesure où le travail séquentiel de l’expérience peut suppléer les capacités limitées d’anticipation et de raisonnement des acteurs. Elle prend cependant ses distances avec les analogies biologiques parfois prégnantes dans ce courant, en particulier les processus de mutation et de sélection qui, réellement ou métaphoriquement, seraient à l’œuvre dans les systèmes économiques.

16L’économie cognitive est également proche de l’« économie comportementale » (behavioral economics), laquelle s’efforce de donner un fondement psychologiquement plus réaliste au comportement économique. Cependant, elle considère prioritairement les processus mettant en jeu les croyances des acteurs alors que l’économie comportementale s’intéresse tout autant aux processus mettant en jeu leurs préférences (préférences instantanées altruistes, préférences intertemporelles hyperboliques). Surtout, l’économie cognitive reste fidèle à une démarche projective visant à tester les modèles prédéfinis au regard des données, quand l’économie comportementale préconise une démarche plus inductive visant à dégager les modèles des données disponibles.

17L’économie cognitive se trouve enfin liée à l’« économie institutionnelle » (institutional economics) par l’étude du rôle central joué par une variété d’institutions dans le jeu économique. Cependant, elle s’intéresse essentiellement à leur genèse à partir des actions individuelles alors que l’économie institutionnelle est également concernée par leurs modes de fonctionnement ou par les conséquences qu’elles engendrent. De plus, elle met l’accent sur les institutions de nature cognitive (croyances sociales) ou sur les institutions agissant sur les acteurs à travers leurs croyances (conventions régissant les comportements réciproques) plutôt que leurs préférences (normes sociales).

Aspects institutionnels

18Courant de pensée essentiellement européen dont les foyers se situent en France (Paris, Marseille), en Italie (Turin, Trente, Rome), en Espagne (Barcelone), en Allemagne (Bonn), aux Pays-Bas (Amsterdam) ou en Bulgarie (Sofia), sans oublier Israël (Jérusalem, Tel-Aviv), l’économie cognitive constitue une tradition théorique fortement ancrée et qui a réussi à s’enrichir d’outils nouveaux : les logiques épistémiques d’une part, les systèmes dynamiques stochastiques d’autre part. On la trouve peu représentée dans le monde anglo-saxon où l’économie comportementale, plus pragmatique, est portée par le courant néoclassique dominant.

19Une première série d’écoles d’été ou de colloques (Porquerolles, Gif-sur-Yvette, Sofia) a eu pour objet de préciser les contours du programme de recherches. Les actes de ces colloques ont donné lieu à des ouvrages collectifs qui présentent tous une palette des travaux récemment entrepris pouvant se ranger sous la bannière de l’économie cognitive, même si sa géométrie reste variable (Bourgine et Nadal 2004, Kokinov 2005, Topol et Walliser 2007). D’autres ouvrages présentent une vision plus synthétique de l’économie cognitive, que ce soit sous un angle disciplinaire (Rizzello 2003), historique (Egidi et Rizzello 2004) ou plus thématique (Walliser 2000, 2008).

20Enfin, de nombreux articles ressortent d’une vision plus ou moins extensive de l’économie cognitive. Il n’existe pas de revue spécialement consacrée à la discipline, les articles étant publiés dans certaines revues privilégiées (Mind and Society, Journal of Evolutionary Economies, Journal of Interaction and Coordination) ou généralistes (Games and Economic Behavior, Journal of Economie Theory). Il faut noter qu’une recension des nouveaux projets d’articles (avec leurs résumés), tant théoriques qu’empiriques, est effectuée périodiquement par M. Novarese et diffusée à l’ensemble de la communauté.

Perspectives de développement

21D’un point de vue théorique, l’économie cognitive doit se focaliser sur un petit nombre de modèles prototypiques satisfaisant deux conditions nécessaires pour être acceptés par le courant dominant. D’une part, ceux-ci doivent parvenir à formaliser, sous forme d’hypothèses simples de comportement et d’interaction entre acteurs, des dimensions ou des phénomènes qui ont été négligés jusque-là par la théorie classique. D’autre part, ils doivent entraîner des conséquences originales par rapport aux modèles usuels, conséquences qui puissent être testées empiriquement et qui correspondent précisément à des anomalies constatées dans les observations relatives aux modèles usuels.

22D’un point de vue appliqué, l’économie cognitive doit couvrir les divers champs au sein desquels la dimension cognitive des phénomènes s’avère prégnante par rapport aux contraintes matérielles et financières. Une importance particulière doit être accordée à la manière dont les acteurs perçoivent leur environnement matériel et social par une catégorisation de leurs principaux éléments et en postulant des relations entre ces éléments. Une attention soutenue doit aussi être apportée à la manière dont les acteurs font varier les degrés de crédibilité affectés à leurs croyances en fonction des informations disponibles, ou transforment ces croyances par des restructurations internes plus ou moins automatisées.

23D’un point de vue empirique enfin, une expérimentation systématique des modèles proposés doit être entreprise. Il peut s’agir soit d’une expérimentation classique en laboratoire – où des agents en petit nombre sont confrontés les uns aux autres selon un protocole rigoureux, avec observation de leurs choix, de leurs attitudes, voire des traces cérébrales de leurs activités (même si l’apport possible des neurosciences à l’économie reste à préciser) – soit d’une expérimentation sur le terrain au cours de laquelle des agents sont soumis à des expériences pilotes consistant à modifier certains éléments de leur environnement spontané pour observer les variations concomitantes de leur comportement.

Plan de l’ouvrage

24Trois articles concernent d’abord le comportement individuel proprement dit et traitent ipso facto du rapport de l’économie à la psychologie. Egidi rappelle la longue marche qui a amené la théorie de la décision à intégrer progressivement la rationalité limitée des agents, puis l’intuition des agents. Bourgeois-Gironde et Giraud étudient plus précisément le mouvement « Heuristiques et biais » qui a suivi l’observation de nombreuses anomalies empiriques associées aux modèles classiques de décision. Cabantous et Hilton examinent plus globalement comment certains phénomènes repérés par les psychologues ont pu recevoir une formalisation dans un cadre formel plus ou moins profondément modifié.

25Trois articles concernent ensuite les relations entre les croyances individuelles des agents et les croyances collectives qui peuvent en découler. Billot rappelle la manière dont la logique épistémique décrit les révisions de croyances lors d’échanges d’information de caractère non stratégique et les conséquences qui en découlent. Desgranges analyse comment des anticipations – formes particulières de croyances – peuvent s’autoréaliser au niveau collectif, soit instantanément, soit par un processus d’apprentissage. Orléan examine quelle signification on peut donner à la notion de « croyance collective », en illustrant son propos par divers exemples historiques.

26Trois articles concernent enfin l’évolution des croyances des acteurs et les adaptations subséquentes de leurs actions. Cozic analyse, dans une perspective philosophique, comment la rationalité limitée de l’acteur est interprétable en termes d’axiomes de la logique épistémique. Solal, Talion et Vergnaud se placent dans le cadre stratégique usuel de la théorie des jeux et examinent la contagion des croyances et des actions par communication mutuelle dans des voisinages d’information. Enfin, Laslier s’intéresse aux processus d’apprentissage qui permettent aux agents d’adapter leurs actions aux observations passées et de converger éventuellement vers des états d’équilibre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bourgine P., Nadal J.-R. (dir.). 2004. Cognitive Economics : An interdisciplinary Approach. Berlin, Springer.

Egidi M., Rizzello S. (dir.). 2004. Cognitive Economics : Foundations and Historic Evolution. Cheltenham, Edward Elgar.

Kokinov B. 2005. Advances in Cognitive Economies. Sofia, New Bulgarian University Series.

Lesourne J., Orléan A., Walliser B. 2006. Evolutionary Microeconomics. Berlin, Springer.

Rizzello S. (dir.). 2003. Cognitive Developments in Economics. Londres, Routledge.

Topol R., Walliser B. (dir.) 2007. Cognitive Economics : New Trends. Amsterdam, Elsevier, Contributions to Economic Analysis, 280.

Walliser B. 2000. L’économie cognitive. Paris, Éditions Odile Jacob. version anglaise révisée : Cognitive Economics, Berlin, Springer, 2008.

Auteur

Professeur à l’ENPC, directeur d’études EHESS
Paris-Jourdan sciences économiques (CNRS, EHESS, ENPC, ENS)
walliser@mail.enpc.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540