Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De chair et de pierre

 | 
Charles Illouz

Dires de roche (annexe)

Wanata riponi Waihmadrane ne Shodron. Histoire relative à Waihmadrane et Shodron

Hna laenatan hnei pa Supohamu Bearune. Racontées par grand-père Supohamu Bearune

Texte intégral

1Ci meneng ke bone ne Wore receluani bon. Ruace ni buic ci ubnu ne

2Il demeure avec ses sujets. Leur travail, faire le grand feu et

ci genu. Ri nodei ran, ci taedrengi kore beti Nengone ore ci iara

3danser. Tous les jours, on entend toujours de l’île de Maré les

shungu. Ore node ci etolenene ko : « Nge kore ace melei ci iara

4bruits sourds. Les gens demandent : « Qu’est-ce qui ainsi toujours

shungu ? » Ci beredrone ko : « Waihmadrane ne receluani bon.

5retentit ? » On répond : « Waihmadrane et ses sujets.

6— Buic ci menenge ile ko ?— Ci meneng i Guadurehmu. »

7— Où demeurent-ils ? — Ils demeurent à Guadurehmu. »

Ha taedrengi kore nodei doku, ri beti orne i Nengone ko Waihmadrane

8Tous les chefs ont entendu que sur cette île de Maré Waihmadrane

kore doku me sanangome. Ka onore nodei doku, numu ta tenen cenew,

9est un chef superbe. Et tous les chefs ont des filles,

wen’ore ri ezien me hnadan ci irudu kei mocenew

10parce que dans les temps anciens les filles sollicitaient en mariage

bane cahmanienibuic. Wore se cenew, se tenen no se doku me cani

11pour trouver époux. Les filles, enfants des chefs, mettent au four de

sa kore ael ne ci siane ore odei sinemeneng

12pierres un paquet ficelé d’ignames et envoient des serviteurs

co kanu Waihmadrane. Pinati du Waihmadrane, kedi

13pour les remettre à Waihmadrane. Ils arrivent à Waihmadrane, mais

Waihmadrane me udi. Ile me taedrengi ko se tenen ο se doku

14celui-ci refuse. Alors les enfants de chefs apprennent

ko Waihmadrane ha hna udi ore ael no se tenen cenew no se doku.

15que Waihmadrane a refusé le paquet ficelé des filles de chefs.

Il’ore se tenen cenew no se doku me siane di ο se aeleni bon yawe

16Les filles de chefs envoient encore des paquets ficelés d’ignames

du Waihmadrane bane cahmaieni bon. Ilei Waihmadrane me udi joko.

17à Waihmadrane pour l’épouser. Alors Waihmadrane refuse aussi.

Inomelei sen’ore kotre cenew nore tenen nore nodei doku ri node

18Ainsi avec les jolies filles de tous les chefs du pays

ome i Nengone. Ha thati ase hna siane ore so ael so

19ici à Maré. On cesse enfin d’envoyer des paquets ficelés d’ignames à

Waihmadrane. Ileoden hna tbati udi bnei retok Waihmadrane.

20Waihmadrane. Tous furent refusés par le chef Waihmadrane.

Hale buic me cedo gure enengoco du retok Waihmadrane ko : « Bua

21Alors elles lancent ces paroles au chef Waihmadrane : « Vous

ci udi ore so ael ehnijengo bane so bua bane cahmaieni ehnij.

22repoussez nos paquets ficelés destinés à vous solliciter comme époux.

Bua ha thuniko co ekon ne il’ore rue Shodron hazo i Hnacolo ! »

23Vous n’avez qu’à épouser les deux Shodron de Hnacolo à l’Est ! »

Ci cedo gure enengoco ne buic ore retenen cenew nore nodei doku

24Ces paroles sont celles que lancèrent les filles de chefs

ome i Nengone.

25ici à Maré.

Ci meneng kei Tirireel haduo i naca dua i Cara, ha taedrengi ke bone

26Tirireel demeure à l’ouest au grand cap de Cara, il a entendu

ore enengoco hnei buic mocenew hna cecede du retok Waihmadrane.

27les paroles que les filles ont lancées au chef Waihmadrane.

Kedi retok Tirireel me ci sheusheu ne ci hnahna ti ore hnei buic

28Or le chef Tirireel est triste et honteux de ce qu’elles

hna cedo gure enengoco du retok Waihmadrane. Ile bone me canga

29lancèrent de telles paroles au chef Waihmadrane. Alors aussitôt il se

pucalo i dua i Cara, hale bone me canga huelo du retok

30lève au cap de Cara et se met aussitôt en marche vers le chef

Waihmadrane i Guadurehmu. Retok Waihmadrane ci eto bone ko :

31Waihmadrane à Guadurehmu. Le chef Waihmadrane lui demande :

« Retok Tirireel, bua ci lenge ile ? » Ke bone ci ceditone ko : « Inu ci lenge

32« Chef Tirireel, où allez-vous ? » Il lui répond : « Je viens

ome du bua, numu ta eberedro. » Halei retok Waihmadrane me

33ici à vous, il y a quelque propos. » Alors le chef Waihmadrane

beredron du retok Tirireel ko roi beredronelo. Kei retok Tirireel

34dit au chef Tirireel qu’il serait bon de s’entretenir. Et le chef Tirireel

ci beredrone du retok Waihmadrane ko : « Inu ci mune baduo i dua

35dit au chef Waihmadrane : « Je demeure à l’ouest au cap

i Cara, inu ci taendrengi ore beredro bnen’ore ta nodei tenene

36de Cara, j’ai entendu dire que d’entre les enfants

nore ta kotre doku ome i Nengone ta mocenew bna sisia ore ta ael

37de chefs prestigieux ici à Maré des filles ont envoyé leurs paquets

ni buic du bua, ka bua bna udi ore ta ael ni buic. Ile buic ileoden

38ficelés vers vous, et que vous les avez repoussés. Alors elles toutes

me (elo) bua ne cedo gure enengoco du bua ko : Bua ci udi

39vous (ont maudit) et vous ont lancé ces paroles : Vous repoussez

ore so ael ehnij bane so bua bane cahmanieni ebnij ka bua ci ke,

40nos paquets ficelés d’ignames de demande en mariage et vous refusez,

bua ha thuniko co ekon ne il’ore rue cenew hazo i Hnacolo.

41vous n’avez qu’à épouser les deux filles de Hnacolo à l’est.

Melei kore tan. Tane inu thu lengelo du bua wen’ore inu ci sheusheu

42Telle est la raison. C’est pourquoi je viens à vous car je vous plains

ο bua ne ci hnahna te bua. »

43et j’ai honte avec vous. »

Ka recelua ni Waihmadrane nidi ci cengenia Tirireel wen’ore

44Or les sujets de Waihmadrane sont furieux contre Tirireel parce qu’il

ci menenge ripewabuyu ni retok Waihmadrane. Ka ci beredre du buic

45s’est assis sur les cuisses du chef Waihmadrane. Mais s’adressant à eux

kei retok Waihmadrane ko : « Buhnij hage cengenia bon, wen’ore

46le chef Waihmadrane dit : « Ne soyez pas en colère contre lui, car

bone numu ta eberedro ci lengetilo du nu. » Thuben omelei,

47c’est à propos qu’il est venu à moi. » Après cela donc,

ilei retok Tirireel me beredrone du retok Waihmadrane ko : « Bua

48le chef Tirireel s’adresse au chef Waihmadrane : « Prévenez

dai sibo recelua ni bua ko ethew ha co leng co iruduon

49vos sujets que nous allons tous deux partir pour demander en mariage

ore rue cenew hazo i Hnacolo hnei buic hna gure hna kacone du bua

50les deux filles à l’est à Hnacolo dont le signe vous fut donné

bane angaisbola ni bua. » Ilei retok Waihmadrane me beredron

51pour trouver votre épouse. » Alors le chef Waihmadrane rapporte

du recelua ni bon ore eberedro ni retok Tirireel, ka recelua ni bon

52à ses sujets les propos du chef Tirireel, et ses sujets

ci cakoro Waihmadrane. Ilei retok Waihmadrane

53entrent en désaccord avec Waihmadrane. Alors le chef Waihmadrane

me beredron du buic ko : « Buhnijengo hage cakoro inu wen’ore

54leur dit : « Cessez de vous opposer à moi car

numu kakaile kore eberedro ni bon du nu ! » Ilei receluaiene ni bon

55les propos qu’il m’adresse sont plein de sens ! » Alors ses sujets

me kedi ore eberedro ni retok Waihmadrane ko : « Roi, ehnijengo

56acceptent les paroles du chef Waihmadrane ainsi : « Bien, nous

ileoden ci nue bua co leng ne retok Tirireel ! » Ilei retok Tirireel me

57tous vous laissons partir avec le chef Tirireel ! » Alors Tirireel

beredron du retok Waihmadrane ko : « Bua dai sibo recelua ni bua

58dit au chef Waihmadrane : « Demandez à vos sujets

dai co cie sa kore kenu. » Ilei recelua ni retok Waihmadrane me lenge

59de couper une pirogue. » Et les sujets du chef Waihmadrane vont

co cie ore kenu ne ci kanu retok Waihmadrane. Ilei retok

60couper une pirogue pour la remettre au chef Waihmadrane. Alors le chef

Waihmadrane me beredron du buic ko : « Canga zeconelo ore kenu ! »

61Waihmadrane leur recommande : « Faites vite cette pirogue ! »

Ilei buic me canga ruelo ore kenu capina ri ase kore kenu.

62Et ils se mettent aussitôt à construire une pirogue et la terminent bientôt.

Ilei buic me beredron du retok Waihmadrane ko : « Ha athua

63Enfin ils disent au chef Waihmadrane : « Ça y est,

kore kenu hna zecone ! » Ilei retok Waihmadrane me beredron

64la pirogue est prête ! » Le chef Waihmadrane dit alors

du retok Tirireel ko ha ase kore kenu hna rue. Ilei retok Tirireel

65à Tirireel que la pirogue est terminée. Et le chef Tirirel

me beredron du Waihmadrane ko : « Orore ethew ha co leng co ilon

66dit à Waihmadrane : « Demain nous partirons tous deux nous occuper

ore rue cenew hazo i Hnacolo bane angaishola ni bua ; bua beredron

67des deux filles de Hnacolo à l’est pour vos épousailles ; dites-le

du recelua ni bua. » Ilei retok Waihmadrane me beredron du buic.

68à vos sujets. » Et le chef Waihmadrane le leur dit.

Ile buic me ceditone ko roi.

69Soit, répondent-ils.

Ri nidi beore ci nue koe ο bushengon kei receluaieni bon. Ka

70De bon matin les sujets les laissent tous deux partir en pirogue. Or,

Tirireel, ci kai ο bon ko Tirireel hnen’ore tini kore hawo ni bon.

71Tirireel on l’appelle Tirireel (Aux-têtes-multiples) parce qu’il a trois têtes.

Ma ha leng ke bushengon ri cele ha thuaaion ore node ni bushengon,

72Quand sur la mer tous deux se sont éloignés de leur pays,

ilei retok Tirireel me beredron du retok Waihmadrane ko :

73le chef Tirireel s’adresse alors à Waihmadrane :

« Ilo ehme tac ? » Kei retok Waihmadrane ci cediton ko : « Egewa,

74« Alors, es-tu fort ? » Et le chef Waihmadrane répond : « Oui,

inu tac. » Kei retok Tirireel ci beredron du Waihmadrane ko : « Ule,

75je suis fort. » Le chef Tirireel dit alors à Waihmadrane : « Vois,

theri kore adengen co pina du ethew ka co cumon ore ngene

76trois vagues vont venir sur nous, surveille

me hnadan. » Kei retok Tirireel ci beredron du retok Waihmadrane ko :

77la première. » Puis Tirireel dit à Waihmadrane :

« Ule, ha orne me kokodelo ko me sa, ka bua co icore tac ri kenu

78« Regarde, voilà qu’elle se soulève, saisis fortement la pirogue

ne iekialo deko co nue ! » Canga thalu kore ngen,

79et cramponne-toi des jambes sans lâcher ! » Aussitôt déferle la vague et

canga aelu bushengone co kurulo ha tako ko se hawo ni retok Tirireel,

80les enveloppe tous deux, et dès qu’ils ressortent une tête du chef Tirireel

ka tili di kore hawo ni bon. Ilei retok Tirireel me beredron du retok

81a disparu, il n’a plus que deux têtes. Le chef Tirireel dit alors à

Waihmadrane ko : » Dai thuru taconelo iawe ore kenu ni ethew wen’ore

82Waihmadrane : « Saisis encore solidement la pirogue parce que

rue te kore rue ngene iawe ethew co loe. » Ma ha ase hna thuru

83deux vagues vont encore nous emporter. » Quand s’est fortement

tacone kei retok Waihmadrane, kei retok Tirireel ci beredron du bone ko :

84assuré le chef Waihmadrane, Tirireel lui annonce :

« Ha ome iawe ko me sa, ka bua co icore tace iawe ka deko co nue ! »

85« Voilà la suivante, tiens fermement et ne lâche pas ! »

Canga thalu kei ngene iawe du bushengon co kurulo ha tako iawe ko

86À nouveau la vague se lève vivement sur eux deux et au sortir une

se hawo ni retok Tirireel, ka sa di kore hawo ni bon. Ilei

87autre tête du chef Tirireel a dispam, et il ne lui reste qu’une tête. Alors

retok Tirireel me beredron iawe du retok Waihmadrane ko : « Ule, sa di

88le chef Tirireel dit encore à Waihmadrane : « Regarde, une

kore ngene ethew co loe ka nidi hmajiadr

89vague va nous emporter tous deux et elle est tellement immense

ngei ethew me co tango cangei me tangoko co tango. » Kei retok Tirireel

90qu’on va peut-être mourir. » Le chef Tirireel

ci beredron du retok Waihmadrane ko : « Ule, ha ome me kokodelo

91dit à Waihmadrane : « Regarde, voilà que se soulève

kore ngene me nidi hmajiadre ka ngeni me wabubun, ka bua deko

92la vague immense, c’est la dernière, n’aie pas

co pareu, canga icore tacelu ri kenu ne il’ore iekialo

93peur, vite attrape fortement la pirogue et cramponne-toi avec les jambes,

ka ore yeol inu ha se co cori tacone. » Ca thalu kei ngen co

94moi je tiendrai fermement le gouvernail. » Et déferle la vague jusqu’à

kurulo kei bushengon, ha tako ileoden kore hnengom ne il’ore

95ce que tous deux ressortent. Ont disparu tout son corps et

hawo ni bon, ka bushengon ha rueyehnakunu.

96sa tête, et tous deux sont de beaux jeunes hommes.

Ka ha melei ri node ke bushengone ri wabeti ni rue Shodron ne

97Et tous deux parviennent ainsi sur l’île, pays des deux Shodron et

recelua ni bushengon. Hale bushengon rue yehnakunu ma thalo

98et de leurs sujets. Quand les deux jeunes hommes accostent

ri lapahned, hale bushengon me kurilo ore kenu ni bushengo jew’o hado

99au rivage, tous deux tirent leur pirogue vers le haut

ri gunin. Hale bushengon me thaetibut omelei ri cadra gunin,

100de la plage. Alors tous deux s’endorment ainsi sur la grève,

ka onore rue yehnakunu inom ore yethotho ni du.

101et les deux jeunes hommes sont tels les reflets du crépuscule.

Ci meneng kei rue Shodron kedi me ci drea

102Les deux Shodron sont assises quand toutes deux sentent

kore rue wata ni bushengon. Ile bushengon me sian

103des fourmillements prémonitoires dans les deux pieds. Alors elles envoient

ore recelua ni bushengon ko : « Buhnij dai hue hadu ri cadra cele numu

104leurs sujets en ces termes : « Allez voir en bas au bord de mer il y a

ta yenamio ta hna cede hadu ri bara gunin. » Co icelu ke buic,

105des plantes marines qui ont été rejetées sur la plage. » À peine descendus,

kedi me ci ule ore rue yehnakunu hadu ci thaet.

106ils aperçoivent en bas les deux jeunes hommes endormis.

Hale buic me nanad iawe co lae nata ni rue Shodron : Bushengon se rue

107Alors ils retournent en courant raconter aux deux Shodron. Elles deux

doku nore wabeti omelei. Ore wabeti omelei, wa beti ni mocenew so

108sont les deux chefs de cette île. Cette île est une île seulement de filles

ne rue tokeni buic se rue cenew.

109où les chefs sont deux filles.

Roidi bushengon se rue doku. Ilei rue doku me beredron du buic :

110Donc toutes deux sont les chefs. Alors les deux chefs leur disent :

« Beredron du bushengon ko rue huelo. »

111« Dites à tous deux de venir. »

Ile me hue ke buic ne ci dakore bushengon. Mapina hado sei rue

112Alors elles vont les chercher. Quand ils arriventlà haut chez les deux

Shodron rue doku ci eto bushengo : « Rue yehnakunu,

113chefs Shodron, on leur demande : « Jeunes hommes,

hmengo ci lenge il ? » Ci cedi kei retok Tirireel ko : « Hulu ehne ci lengelo

114où allez-vous tous deux ? » Le chef Tirireel répond : « Nous allions

du hmengo rue cenew, orne kore kakaile ne Wore tan :

115à vous deux, et en voilà le sens et la raison :

ehne thu lengelo du hmengo rue cenew, hnei buic mocenew

116si nous deux sommes venus à vous jeunes filles, c’est que les filles

gurul ore node ni ehnij i Nengone hna gure hna kaco retok

117de tout notre pays de Maré en ont donné le signe au chef

Waihmadrane ne hna beredron inom ko bua ci udi ore so

118Waihmadrane en proférant ces paroles : Vous repoussez le

ael ehnij so bua tbu co ekon ne ehnij. Bua ci udi

119paquet ficelé d’ignames destiné à vous épouser. Vous le repoussez

ne ci ke, bua ha thuni co ekon ne il’ore rue doku cenew

120et refusez, vous n’avez quà épouser les deux filles chefs

hazo i Hnacolo. Melei tan ehne tbu co lengelo du bmengo

121de Hnacolo à l’est. Telle est la raison de notre venue chez vous les deux

rue doku thu co iruduo hmengo bane so retok Waihmadrane. »

122chefs pour vous demander en mariage pour le chef Waihmadrane. »

Ilei me beredron ke busbengon rue doku cenew ko : « inomelei kore

123Puis les deux filles chefs disent : « Voilà donc ce qui

pe leng ni bmengo ? » Kei busbengon rue yehnakunu ko : « Egewa ! »

124motive votre venue ? » Et les deux jeunes hommes répondent : « Oui ! »

Kei busbengon rue cenew ci beredron du rue yehnakunu ko : « Ehne ha

125Les deux filles s’adressent aux deux jeunes hommes : « Toutes deux

co eberedro ko la kore co ekone ne retok Waihmadrane. »

126allons nous entretenir afin de savoir laquelle épousera Waihmadrane. »

Eberedronelo ke busbengon ca ma ha as kei cenew me cel ci beredron

127Elles discutent toutes deux et enfin la cadette dit

du hmahma ni bon ko : « Bua me doku kore co angaishola ni retok

128à sa grande soeur : « Vous êtes chef, celle qui sera l’épouse du chef

Waihmadrane. » Kei cenew me doku ci cedi celua ni bon ko : « Roi,

129Waihmadrane. » La fille chef répond à sa cadette : « Bien,

ci kedi ke inu ore eberedro ni bua. Onom inu ha co angaishola

130je souscris à votre avis. Maintenant je vais être l’épouse

ni retok Waihmadrane ne ha co leng ne busbengon, ka bua co cumonedi

131du chef Waihmadrane et je vais partir avec eux deux, et tu garderas

ore recelua ni ehew, ka bua ne buic deko co sbeusheu ο in wen’ore

132nos sujets, toi comme eux ne devez pas être tristes pour moi parce que

nidi numu kakaile kore leng ni busbengon rue doku ; melei kore la pene

133la venue des deux chefs est justifiée ; telle est la manière

nod ni eje, ka nidi ace eje co ehmegigijew ri la pene nod

134de notre peuple, et il est important de respecter la manière de notre peuple

wen’ore se hna cedo gure enengoco no se mocenew me se retenen

135puisque ont été lancées les paroles des filles, enfants

nore nodei doku ; koiko inu ha co hmenewe ni retok Waihmadrane. »

136de tous les chefs ; donc je serai la femme du chef Waihmadrane. »

retok Shodron me beredron du retok Tirireel ko : « Tirireel,

137Puis le chef Shodron s’adresse au chef Tirireel : « Tirireel,

inu ha co angaishola ni retok Waihmadrane. » Kei retok Tirireel ko :

138je serai l’épouse du chef Waihmadrane. » Le chef Tirireel dit :

« Inu ci nidi oreon du bua retok Shodron, onom eje ha co hue

139« Je vous remercie beaucoup chef Shodron, maintenant nous allons partir

ri node ni retok Waihmadrane. » Eawalu ke buic ne retok Shodron

140au pays du chef Waihmadrane. » Ils font leurs adieux avec le chef Shodron

ne recelua ni bon. Buic ci emaneo ne ci sheusheu ο doku ni buic

141aux sujets de celle-ci. Ils pleurent et sont tristes pour leur chef

ma co lenge ne il’ore rue doku Tirireel ne Waihmadrane. Canga

142qui s’en va avec les deux chefs Tirireel et Waihmadrane. Aussitôt

lenge ke buic capina hadu ri cadra cele, canga kuri but ore kenu ni buic, ils partent et arrivent en bas sur la plage, poussent leur pirogue

canga telu ke buic, canga xaru xaru ca pina re node

143et s’embarquent aussitôt ; ils rament sans cesse jusqu’à atteindre le pays

ni Waihmadrane sei recelua ni bon i Guadurehmu. Kedi ma ha omeleite de Waihmadrane chez ses sujets à Guadurehmu. Or, ainsi en présence

kei Shodron kedi me ci opodon kei recelua ni Waihmadrane

144de Shodron les sujets de Waihmadrane sont heureux

wen’ore doku ni buic ha numu angaishola. Ma ha omelei kei buic

145parce que leur chef a une épouse. Alors qu’ils sont ainsi

i Guadurehmu, ilei retok Tirireel me thelalo ne ci beredron du recelua

146à Guadurehmu, le chef Tirireel se lève et s’adresse aux sujets

ni Waihmadrane ko : « Onom inu ci aehngeni du buhnijengo receluaieni

147de Waihmadrane : « Maintenant je vous proclame, sujets de

Waihmadrane ko ha orne kore angaishola ni retok Waihmadrane.

148Waihmadrane, que l’épouse du chef Waihmadrane est ici.

Ore hnei buic mocenew hna cedo gure enengoco du retok

149Telles les paroles que les filles ont lancées au chef

Waihmadrane ko : “Bo ci udi ore so ael ni ehnij, bo ha thuniko

150Waihmadrane : “Tu refuses nos paquets ficelés d’ignames, tu n’as qu’à

co ekon ne rue cenew hazo i Hnacolo”. Onom ha ome kore

151épouser les deux filles de Hnacolo à l’est”. Maintenant voilà

angaishola ni bon, hnegu hna leng co yose ri hna gono cele,

152son épouse, je l’ai amenée par-delà les mers

ka hna cakage gurule hnei adengen. Tini kore ngen roi di

153et les barrières dressées de toutes parts par les vagues. À trois vagues donc

inu hna nue ci roi so bon. Ci hnahna ne ore enengoco ni buic. Onom,

154j’ai exposé la vie pour lui. Honte me prit de leurs paroles. Maintenant,

retok Waihmadrane, ha ome kei Shodron, inom ore ta gure enengoco

155chef Waihmadrane, Shodron est ici, comme les paroles

ni buic mocenew hna ci hna kaco bua. Onom, ha ome kei Shodron

156des filles vous ont en donné le signe. Maintenant Shodron est ici

bane angaishola ni bua ci nuetonebut du bua. »

157pour être votre épouse et vous être cédée. »

Ci thelalo kei retok Waihmadrane ne ci oreton du Tirireel ;

158Waihmadrane se lève et remercie Tirireel ;

kei Waihmadrane ci beredron du Tirireel ko : « Inu ci nidi oreton du bua

159Waihmadrane s’adresse à Tirireel en ces termes : « Je vous remercie beaucoup

ore hnei bua hna leng co yose angaishola so inu mepala tango ; ka bua

160d’avoir amené une épouse pour moi au risque de mourir ; et vous

hna nue ci roi bane so nu. Onom inu deko ace bane tohnaroion

161avez exposé votre vie pour moi. Maintenant je n’ai rien à offrir en retour

ore hnei bua hna yose ore angaishola so inu. Onom, omedi kore

162de l’épouse que vous avez prise pour moi. Maintenant, voilà

receluaieg bane sinemeneng ni bua di, ka on’ore hna doku ni inu,

163mes sujets pour être vos serviteurs, et ma chefferie,

cinuetonebut du bua. Ka onom, ha deko co kai ο bua ko Tirireel,

164je vous la remets. Et maintenant, on ne vous appellera plus Tirireel,

ke ha ci kai ο bua ko Seguhnaeane. »

165mais on vous nommera Seguhnaeane. »

Halei Seguhnaeane me thelalo ne ci oreton du retok Waihmadrane.

166Alors Seguhnaeane se lève et remercie le chef Waihmadrane.

Ma ha as, ilei retok Waihmadrane me beredron du Seguhnaeane ne

167Quand c’est fini, alors le chef Waihmadrane dit à Seguhnaeane et

recelua ni bon : « Buhnij dai co bue co lae ehne gua’ma hada yawe ses sujets :

168« Vous allez établir pour nous deux une petite maison là-haut

i Wahnuman bane ci ca waud, yelen ore waud ko « yebuc »

169à Wahnuman afin de planter des taros, le nom de ce taro est yebuc. »

Ilei Seguhnaeane ne recelua ni bon me hue co aseri ore gua’ma so

170Alors Seguhnaeane et ses sujets partent établir une maisonnette pour

bushengon. Ma ha as hna aseri, ile me lengelu ke buic ne ci beredron du

171eux deux. Une fois terminée, ils reviennent alors dire au

retok Waihmadrane ne angaishola ni bon ko ha athua hna aseri kore

172chef Waihmadrane et son épouse qu’ils ont terminé la construction de la

gua’ma bane so hmengo. Ma orebot, ile bushengon me lenge

173petite maison pour eux deux. Au matin suivant, tous deux s’en vont

yawe yelen Nece, ne ci meneng omelei ta ci ca waud.

174à leur tour au lieu dit Nece, et ils restent ainsi cultivant le taro.

Se ezien ci mune omelei ke bushengon ta waruac, ka bushengon

175Dès lors tous deux demeurent ainsi à leurs occupations, et tous deux

ta ci waruac menu. Ka haduo yaac i Eal ha ule ko ore

176s’occupent sans but. Or, là-bas à l’ouest un dieu d’Ouvéa voit que la

cenew hnei buic mocenew hna cedo gure enengoco du retok

177jeune fille dont les filles avaient lancé le présage au chef

Waihmadrane ha ekon ne bon ka bushengon ha ile yawe ;

178Waihmadrane l’a épousée et que tous deux demeurent en accord ;

bushengon ha numu hnameneng. Ile bone me tic i Eal du Waihmadrane

179tous deux ont une maison. Alors il quitte Ouvéa et rejoint Waihmadrane

ne Shodron orne i Nengone. Ma huelo ke bon serei Eal,

180et Shodron ici à Maré. Lorsqu’il part d’Ouvéa,

ci meneng kei Waihmadrane ne angaishola i Wahnuman.

181Waihmadrane et son épouse habitent à Wahnuman.

Kedi me pinalu du bushengon kei yaac haduo i Eal, kedi me ci kai du

182Dès que le dieu de la lointaine Ouvéa parvient jusqu’à eux, il appelle

Waihmadrane ko : « Ο kei shodron angaishola ni bo ? » Kedi

183Waihmadrane : « Où est Shodron ton épouse ? » Et

Waihmadrane ko : « Orne waore.

184Waihmadrane répond : « Ici même.— Beredron du bon ko ke in ko dedebot ! »

185— Dis-lui que c’est moi et de sortir ! »

Ilei Shodron me canga dedebot, ilei yaac haduo i Eal me canga

186Alors Shodron sort tout de suite et le dieu de la lointaine Ouvéa ausitôt

ipo Shodron ne ci canga hueti co siceti jew’o Eal. Ci mane ti di kei

187charge Shodron sur son dos et s’enfuit vers Ouvéa. Pleure alors

Waihmadrane ore angaishola ni bon ma ha siceti hnei yaac jew’o

188Waihmadrane son épouse lorsque s’enfuit avec elle le dieu vers

Eal. Ma ha kapadron, Waihmadrane ci nyanyad du Seguhnaeane ne

189Ouvéa. Au petit jour, Waihmadrane court vers Seguhnaeane et

recelua ni bon. Ma telu ke bon ripedid, ilei Waihmadrane me si ore adraac

190ses sujets. Quand il monte sur la falaise, Waihmadrane casse une branche

ne ci are ο Seguhnaeane, ne ci kaie ko : « Seguhnaeane, Shodron

191et fait signe à Seguhnaeane, et l’appelle : « Seguhnaeane, Shodron

ha hna siceti hnei yaac haduo i Eal ! » Halei Seguhnaeane me ci beredron

192a été enlevée par un dieu de la lointaine Ouvéa ! » Alors Seguhnaeane dit

du receluani bone ko : « Zi hage tur ! Melei kore ci kai ! »

193à ses sujets : « Taisez-vous ! On est en train d’appeler ! »

Ci paekocelu ke buic, kedi me ci taedrengi yawe ore ci kaie ko :

194Dès qu’ils se taisent, ils entendent encore qu’on appelle :

« Seguhnaeane, Shodron ha siceti hnei yaac haduo Eal ! »

195« Seguhnaeane, Shodron est enlevée par un dieu de la lointaine Ouvéa ! »

Halei Seguhnaeane me beredron du recelua ni bone ko : « Buhnij

196Alors Seguhnaeane dit à ses sujets : « Vous,

zi hmenengelu di om, inu dai lenge co canaeo retok Waihmadrane ci

197restez ici, je vais m’enquérir auprès du chef Waihmadrane qui

tua inu ! » Ilei Seguhnaeane me canga thelalo ne ci canga nyanyad

198m’appelle à grands cris ! » Alors Seguhnaeane se lève aussitôt

jew’o cadra cele ne ci sebuti cele ; canga thalo, ile bone me canga kunulo

199et court vers le rivage et se baigne dans la mer ; aussitôt qu’il reprend pied

ri gunin ne ci wonelu ore la gunin riparowo ni bon

200sur la berge il se barbouille de sable, se badigeonne de sable le visage,

ne ci canga nyanyadjew’ore yewahmu ni bon – yewaidraro kore

201court aussitôt chercher son casse-tête – yewaidraro est le

yelen ore yewahmu ni bon –, ne ci canga nyanyad co canaeo retok

202nom de son casse-tête –, et se précipite pour s’enquérir auprès du chef

Waibmadrane ci tua. Shedolu hado sei retok

203Waihmadrane qui appelle à grands cris. Arrivé là-bas auprès du chef

Waibmadrane kei retok Seguhnaeane ko : « Retok Waibmadrane,

204Waihmadrane, le chef Seguhnaeane dit : « Chef Waihmadrane,

bua ci tua inu conge ? » Ci beredron retok Waihmadrane du retok

205pourquoi m’appelez-vous à grands cris ? » Le chef Waihmadrane

Seguhnaeane ko : « Inu ci tua bua co beredron du bua ko Sbodron

206dit à Seguhnaeane : « Je vous appelle pour vous dire que Shodron

ba siceti hnei yaac haduo i Eal ! » Halei Seguhnaeane me beredron

207a été enlevée par un dieu de la lointaine Ouvéa ! » Alors Seguhnaeane dit

du retok Waihmadrane ko : « Bua canga lenge di kaduo du

208au chef Waihmadrane : « Allez vite là-bas auprès de

recelua ni etbew, inu ba co nyanyad leu bushengon. »

209nos sujets, je vais me lancer à leur poursuite. »

Canga nyanyad kei Seguhnaeane co telu haduo i Wawe, bushengon

210Seguhnaeane court aussitôt grimper là-bas à Wawe, tous deux

ha tako joko ; ha canga nyanyad ca pina i cadra hnahnerec,

211n’y sont pas ; il court aussitôt jusqu’aux abords de la savane,

ha tako joko ; ha canga nyanyad joko ca pina i la Maron,

212ils n’y sont pas non plus ; il court aussi jusqu’au chemin de Maron,

kedi bushengon haduo ci hue. Halei Seguhnaeane me canga nyanyad,

213et tous deux sont là-haut qui vont. Alors Seguhnaeane se précipite,

canga thedi Shodrone bot, ne ci ridi yaacelu hnei hmu.

214s’empare de force de Shodron et frappe le dieu du casse-tête.

Ile me ci canga ipo Shodron ne ci canga lengeti yawe du retok

215Puis il charge aussitôt Shodron sur son dos et la ramène au chef

Waibmadrane. Canga lenge ke bushengon ca pina yawe haduo i

216Waihmadrane. Aussitôt tous deux partent et arrivent enfin là-bas à

Guadurehmu sei retok Waihmadrane ne recelua ni bon.

217Guadurehmu auprès du chef Waihmadrane et de ses sujets.

Ilei Seguhnaeane me beredron du retok Waihmadrane ko :

218Alors Seguhnaeane dit au chef Waihmadrane :

« Retok, ha ome yawe kei Shodron angaishola ni bua. »

219« Chef, voilà à nouveau Shodron votre épouse. »

Kedi retok Waihmadrane me ci nidi opodon hmaiai.

220Et le chef Waihmadrane est vraiment très heureux.

Kei retok Seguhnaeane ci beredron du retok Waihmadrane ko :

221Le chef Seguhnaeane dit à Waihmadrane :

« Hmengo deko co meneng yawe hado i Wahnuman wen’ore

222« Ne restez plus tous deux là-haut à Wahnumane parce que

ha co pina yawe kei yaac haduo i Eal co dakore Shodron. »

223le dieu de la lointaine Ouvéa va venir chercher Shodron. »

Kei retok Waihmadrane ko : « Egewa, retok Seguhnaeane. »

224Le chef Waihmadrane dit : « Oui, chef Seguhnaeane. »

Meneng ke buic ca se ezien, kedi retok Waihmadrane me beredron yawe

225Ils restent un certain temps, mais le chef Waihmadrane dit à nouveau

du retok Seguhnaeane ko : « Ehne ha ci alan co lenge yawe hado

226au chef Seguhnaeane : « Nous voulons tous deux retourner là-haut

i Wahnuman wen’ore ha woce ngei kore ta gua toto. »

227à Wahnuman parce que la brousse va bientôt envahir le champ. »

Kei retok Seguhnaeane ci beredron du busbengon ko :

228Le chef Seguhnaeane leur dit :

« Retok Waihmadrane, hmengo ci therenge ? Menengelu

229« Chef Waihmadrane, que cherchez-vous tous deux ? Restez

ha thu cumo hmengo ke inu ne recelua ni ethew. »

230que je puisse vous protéger tous deux avec nos sujets. »

Kei retok Waihmadrane ko : « Roi, ka ta gua toto ehne ha nidi

231Le chef Waihmadrane répond : « Certes, mais notre champ est plein de

woc. » Kei retok Seguhnaeane ko : « Ρα i hmengo ko ! »

232brousse. » Le chef Seguhnaeane : « Comme il vous plaira à tous deux ! »

Ma orebut, ile busbengon me beredron ko : « Retok Seguhnaeane,

233Au matin, tous deux annoncent : « Chef Seguhnaeane,

ehne ha co leng yawe. » Kei retok Seguhnaeane ko : « Egewa ! »

234nous allons partir à nouveau. » Le chef Seguhnaeane : « Soit ! »

Ha leng yawe kei bushengon ca pina i Wabnuman. Meneng ke bushengon

235Tous deux repartent jusqu’à Wahnuman. Ils y habitent

ca se ezien ci meneng kei yaac yawe baduo i Eal, bone

236jusqu’à ce que le dieu qui demeure encore dans la lointaine Ouvéa

ha rowon ko retok Waihmadrane ne angaisbola ni bon ha hado yawe

237remarque que le chef Waihmadrane et son épouse sont à nouveau là-haut

i Wahnuman. Ile me tic yawe haduo i Eal kei yaac du retok à Wahnuman.

238Alors le dieu quitte encore la lointaine Ouvéa pour le chef

Waihmadrane ne Shodron. Cang leng ca pina yawe sei retok

239Waihmadrane et Shodron. Aussitôt il va et parvient à nouveau chez le chef

Waihmadrane ne Shodron. Tija ke bushengon, ci thaeti i ridri,

240Waihmadrane et Shodron. Tous deux sursautent, dormant dans la nuit,

kedi me kaie yawe di bushengon ko : « We, la komeloi, Waihmadrane, ο kei

241car on les appelle encore : « Hé, qui est là, Waihmadrane, où est

Shodron ? » Kedi retok Waihmadrane ko : « Ome waore !

242Shodron ? » Alors le chef Waihmadrane : » Ici même !

— Beredron du bon ko ke inu ko ! Dedebot ! Zikonelo ! »

243— Dis-lui que c’est encore moi ! Dehors ! Vite ! »

Ilei retok Waihmadrane me beredron du Shodron ko :

244Alors le chef Waihmadrane dit à Shodron :

« Ci tua kei retok yaac ubut ! »

245« Le chef dieu appelle à grands cris dehors ! »

Canga thelalo kei angaishola, canga dedebot du yaac ubut. Ka yaac

246L’épouse se lève aussitôt et sort vers le dieu. Or, le dieu

baduo i Eal, bone ma lengelo, hale bone me tuanete ore shoja ni bon

247de la lointaine Ouvéa, en partant, il avait convoqué ses guerriers

haduo i Eal ne ci lengetilo. Osotin hna ane di dua

248là-bas à Ouvéa pour l’accompagner. Certains ont été placés au cap

Rekabeco, ka osotin hna ane i Titi, ka osotin hna ane i Pawaete,

249Rekabeco, d’autres à La Roche, d’autres à Pawaete,

ka osotin hna ane i Penelo, ka osotin hna ane i Koburu, ka osotin

250d’autres ont été placés à Penelo, d’autres à Koburu, et d’autres

hna ane i Waweripon. Hale bone me yose di ore kaze ni bon

251à Waweripon. Alors il a pris sa magie de mort,

ne ci anelo di ri tenelo ore ta ete ne ci leng co dakore Shodron.

252l’a placée sous une pierre et s’en est allé chercher Shodron.

Ma dedebot kei Shodron, ile bone me canga ipo Shodron ne ci canga

253Lorsque Shodron sort, il la charge aussitôt sur son dos et aussitôt

siceti. Ci thaete di kei retok Waihmadrane kedi ma ha yara tako kei

254s’enfuit. Le chef Waihmadrane s’endort alors qu’est toujours absente

Shodron. Ha yara mane ke bon ri beiaridri. Ilei retok Waihmadrane

255Shodron. Il ne cesse de pleurer à l’aube. Puis le chef Waihmadrane

me canga nyanyadyawe du Seguhnaeane ne recelua ni bon. Ma hue

256court à nouveau chez Seguhnaeane et ses sujets. Quand il atteint

ke bon ca pina yawe i pedid, ile bon me ci yawe ore adraac ne ci are ο

257à nouveau la falaise, il casse encore une branche et fait signe à

Seguhnaeane ne recelua ni bon ne ci kai ne ci mane ko : « Seguhnaeane,

258Seguhnaeane et ses sujets tout en appelant et pleurant : « Seguhnaeane,

Shodron ha hna siceti hnei yaac haduo i Eal ! »
Shodron a été enlevée par le dieu de la lointaine Ouvéa ! »

Ile Seguhnaeane me beredron yawe du recelua ni bone ko : « We,

259Alors Seguhnaeane dit à nouveau à ses sujets : « Hé,

dai tha beredrelu, melei kore ci kai ! » Ci paekocelu ke buic,

260ne parlez plus, on est en train d’appeler ! » Ils se taisent,

kedi me ci canaeon ore ci tua ko : « Seguhnaeane, we,

261et entendent qu’on appelle à grands cris : « Seguhnaeane, hé,

angaisholaieg ha siceti yawe hnei yaac haduo i Eal ! »

262mon épouse a encore été enlevée par le dieu de la lointaine Ouvéa ! »

Ilei retok Seguhnaeane me beredron du recelua ni bone ko :

263Alors le chef Seguhnaeane dit à ses sujets :

« Buhnijengo ci mune di om, ka inu ha ci leng yawe co rowo retok

264« Vous, restez ici, moi je retourne voir le chef

Waihmadrane ci tua inu. - Canga leng yawe kei Seguhnaeane

265Waihmadrane qui m’appelle à grands cris. » Aussitôt Seguhnaeane repart

ne ci nyanyad ca pina cele. Canga sebot, canga kunulo,

266en courant jusqu’à la mer. Vite il se baigne, se barbouille de sable,

canga wonelu ore la gunin ne ci nyanyad ne ci yose ore yewahmu ni bon

267se badigeonne le visage du sable du sentier et prend son casse-tête

268– yewaidraro kore yewahmu ni bon – ca pina sei retok Waihmadrane.

269– yewaidraro est son casse-tête – et arrive auprès du chef Waihmadrane.

Retok Seguhnaeane ci eto retok Waihmadrane ko :

270Le chef Seguhnaeane demande à Waihmadrane :

« Bua ci tua inu tenge ? » Kei retok Waihmdrane ko :

271« Pourquoi m’appelez-vous à grands cris ? » Le chef Waihmadrane :

« Ci tua bua ko Shodron ha siceti hnei yaac yawe jew’o Eal ! »

272« Je vous appelle car Shodron a été encore enlevée par le dieu vers Ouvéa ! »

Kei Seguhnaeane ci beredron du bone ko : « Ha hna berdron du bua ko

273Seguhnaeane lui dit : « Je vous avais dit de

munelu, hage leng yawe, da pina yaw, kei yaac haduo i Eal

274rester, de ne pas repartir, que le dieu de la lointaine Ouvéa

co dakore Shodron, ca onom ha lengeti yawe kei

275viendrait chercher Shodron, et maintenant il a emporté à nouveau

angaishola ni bua. Onom inu ha rowon ko bone ha hna yosete
votre épouse. Maintenant j’ai vu qu’il a ramené

ore shoja ni bon, ha as hna anene ri nodei gurelen. Ka inu ha co
ses guerriers et les a déjà placés en de multiples lieux. Mais je vais

taedrengi. Inu ha co hue leu bushengon ka inu ha co irue ne il’ore
le déjouer. Je vais les poursuivre tous deux et je vais combattre

shoja ni bon. Ngei inu me co tango, cangei inu me co roi.
ses guerriers. Peut-être vais-je en mourir, peut-être vais-je en réchapper.

Roidi lew’ore eberedro ni bua inu ha co rue.

276Ainsi selon vos voeux je ferai. »

Canga nyanyad kei retok Seguhnaeane co therebot i la Wawe, kedi ore

277Aussitôt le chef Seguhnaeane court chercher sur le chemin de Wawe, et

shoja ni bon me melei. Canga redan kei Seguhnaeane, ca deko di therene.

278ses guerriers sont là. Seguhnaeane se bat aussitôt, et pas un n’en ressort.

Canga nyanyad ca pina i Koburu, canga iruelo ne il’ore shoja ni bon,

279Il court aussitôt jusqu’à Koburu, s’affronte aux guerriers,

deko di therene. Canga hue ca pina i Penelo, canga iruelo ne Wore

280pas un n’en ressort. Il va aussitôt jusqu’à Penelo, affronte

shoja ni bon, deko di therene.

281ses guerriers, pas un n’en ressort.

Canga ca pina i Pawaete, canga iruelo ne Wore shoja ni bon, deko di

282Aussitôt jusqu’à Pawaete, il affronte les guerriers, pas un n’en

therene. Canga hue ca pina i dua i Rekabeco, kedi me kone yaacelu

283ressort. Il va aussitôt jusqu’au cap de Rekabeco et surprend alors le dieu

ne Shodron ne il’ore shoja ni bon. Canga redanelu ke bon ore shoja ni

284avec Shodron et ses guerriers. Il combat aussitôt les guerriers du

yaac i Eal, deko di therene. Hale bon me canga thedi Shodrone

285dieu d’Ouvéa, pas un n’en ressort. Alors aussitôt il place de force Shodron

lo sei bon ne canga ridi yaacelu ne ci etone ko : « La kore yeleni bua ? »

286de son côté, frappe le dieu et lui demande : « Quel est votre nom ? »

Ke bone ko : « Ore yeleni inu ko Newatroile. »

287Et lui : « Mon nom est Newatroile. »

Ha bone me canga atangoni yaacelu, ne ci yothi shodrone lo ne ci hueti

288Alors il tue aussitôt le dieu, s’empare de Shodron et la ramène

yawe kazo du retok Waihmadrane. Canga leng ke bushengon ca pina

289là-bas au chef Waihmadrane. Tous deux partent aussitôt et rejoignent

yawe du retok Waihmadrane hado i Nece i Wahnuman.

290à nouveau le chef Waihmadrane là-bas à Nece à Wahnuman.

Kei retok Seguhnaeane ci beredron du retok Waihmadrane ko :
Le chef Seguhnaeane dit à Waihmadrane :

« We, retok, ha omeyawe kei Shodron angaishola ni bua. » Kei retok
« Hé, chef, voilà à nouveau Shodron votre épouse. » Et le chef

Waihmadrane ko : « Ci nidi oreton du bua. »
Waihmadrane : « Je vous remercie beaucoup. »

Ka ma huelo ke bushengon ca pina i Tawawe, ile me canga cedi ore
Et, alors que tous deux reviennent à Tawawe, tout à coup trébuche le

wata ni retok Seguhnaeane, ca pina melei ri tenelo ore waete
pied du chef Seguhnaeane, et atteint ainsi le dessous de la pierre

hnei yaac i Eal hna ane ore kaze ni bon. Hale bone me atoelu
où le dieu d’Ouvéa a placé sa magie de mort. Alors il pose

ore kacabada ni bon ri hmetun ore kaze hnei bon hna ane.
son talon sur l’endroit précis où il a placé la magie de mort.

Ka ore dra ni bon ci tha ne ci ura jew’ore hmetun ore kaze hnei bon
Et son sang coule et se répand vers l’endroit précis où la magie de mort

hna ane. Ka onore kaze ni bon ci kuan ore dra ni retok Seguhnaeane.
a été placée. Et sa magie de mort boit le sang du chef Seguhnaeane.

Ca ma pina sei retok Waihmadrane, ile retok Seguhnaeane me beredron
Quand il arrive chez le chef Waihmadrane, alors Seguhnaeane s’adresse

du retok Waihmadrane ko : « Onom ha ome yawe kei angaishola ni bua.
au chef Waihmadrane : « Maintenant voilà à nouveau votre épouse.

Inu ha athua hna irue ne il’ore shoja nibon ca ha thati ase
J’ai combattu sans cesse ses guerriers jusqu’à ce qu’il n’en reste

kore shoja ni bone, ka inu ha as joko hna ridi atangoni bon. Onom inu
plus aucun, et j’ai aussi fini par le tuer. Maintenant j’ai

ha as hna sinemenengon ore nodei eberedro ni bua. Onom inu ha xania
fini de servir vos demandes. Maintenant je suis blessé

wene ή nodei enengoco ni bua. Roidi inu co thidilu du bua ne
du fait de vos demandes. Donc je vais me prosterner devant vous et

co taedrengi bua. Onom inu ha co uedr ca pina ri tango
rester votre dévoué. Maintenant je vais être malade à en mourir

hnen’ore kaze ni bon hna kuli nu.
parce que sa magie de mort m’a mordu. »

Hna menengeti Seguhnaeane ke bushengon. Ci uedr ca pina ri tangolu

291Tous deux sont restés auprès de Seguhnaeane. Malade, en vient à mourir

kei retok Seguhnaeane. Bushengon ci mane ci sheusheu ο retok

292le chef Seguhnaeane. Tous deux pleurent et sont tristes pour le chef

Seguhnaeane ca pina ri ridri lu ma ci thaet ke bushengon.

293Seguhnaeane jusqu’à la nuit où tous deux s’endorment.

Ca ma ha nidi re ridri, kedi me ahnga kei un du retok Waihmadrane ko :

294Or, au milieu de la nuit, apparaît un serpent au chef Waihmadrane qui lui dit :

« Hmengo ci sheusheu ο Seguhnaeane ? Ngei hmengo me ci ra bon, ule,

295« Vous deux êtes tristes pour Seguhnaeane ? Si vous le regrettez, écoutez,

orore ri nidi re ridri inu co pina du buhnij ka bua co thaet

296demain au milieu de la nuit je vais venir à vous autres et vous dormirez

ri hnadan, ka tango co thaet ri nidi ni bua ne angaishola ni bua.

297devant, le mort dormira entre vous et votre épouse.

Angaishola co thaet ri tadan kadrio, ka ngei inu ma pina du hmengo

298L’épouse dormira devant parallèlement, et lorsque j’arriverai à vous deux

ri nidi re ridri, inu co xexe riponi buhnijengo ka inu ci awa bua ko

299au milieu de la nuit, je ramperai sur vous mais je vous préviens qu’il

tangoko co udatha nu. Ngei hmengo ka udatha nu, retok

300ne faudra pas me repousser. Si vous deux me repoussez, le chef

Seguhnaeane ha co tango ko ca pina ri momoc. Ka ngei hmengo

301Seguhnaeane restera mort jusqu’à devenir poussière. Mais si vous deux

ka deko hna udatha nu, retok Seguhnaeane ha co roilo yawe du hmengo. »

302ne me repoussez pas, le chef Seguhnaeane sera rendu vivant à vous deux. »

Ka retok Waihmadrane tangoko hna awaneni angaishola ni bon. Ma

303Or, le chef Waihmadrane n’a pas prévenu son épouse. Alors

ci thaet ke buic ri nidi re ridri, kedi me canga shedolu kei une du bute,

304qu’ils dorment au milieu de la nuit, le serpent arrive aussitôt à eux,

canga xexelo du retok Waihmadrane ka retok Waihmadrane ha carajewe

305rampe sur le chef Waihmadrane et celui-ci comprend

ko ha orne kei un ; canga xexelo du retok Seguhnaeane

306que le serpent est là ; aussitôt il rampe sur le chef Seguhnaeane

ca ha copinate sei angaishola ni retok Waihmadrane, ka angaishola

307et va atteindre l’épouse de Waihmadrane, et la dame

ci taedrengi ore ci leuleubue ka ci xexe riponi bon. Halei angaishola

308sent une froidure et qu’on rampe sur elle. Alors la dame

me canga polo ne ci udatha une but. Ilei une me beredrone ko :

309aussitôt crie et rejette le serpent. Le serpent dit alors :

« Retok Waihmadrane, onom ha deko co roilo yawe kei

310« Chef Waihmadrane, maintenant à vous deux ne sera plus rendu vivant

Seguhnaeane du hmengo wen’ore ha hna udatha nu ; ka bone ha co tango

311Seguhnaeane parce qu’on m’a rejeté ; et il sera mort

ca pina oiru. Kacen angaishola da tangoko hna udatha nu,

312jusque dans les temps futurs. Si l’épouse ne m’avait pas repoussé,

retok seguhnaeane co roilo yawe du hmengo rue doku »

313le chef Seguhnaeane aurait ressuscité pour vous les deux chefs. »

Ma ha tango seseko kei Seguhnaeane, hale bushengon me tuan ore

314Comme Seguhnaeane est vraiment mort, tous deux crient à

recelua ni bushengone ko lengelo ha thu co ula retok Seguhnaeane.

315leurs sujets de venir afin de faire une sépulture au chef Seguhnaeane.

Ma shedo ke buic, ile buic me kaban ore taeto ne ci ulan ri pua.

316Quand ils arrivent, ils prennent le cadavre et le placent dans la tombe.

Halei retok Waihmadrane ne angaishola ni bon me icelu yawe du

317Puis le chef Waihmadrane et son épouse redescendent chez

recelua ni bon i Guadurehmu. Ka retok Waihmadrane hna kaban joko

318leurs sujets à Guadurehmu. Et le chef Waihmadrane a pris aussi

ore yewahmu ni retok Seguhnaeane ne ci aseri omelei « Guadurehmu »,

319le casse-tête du chef Seguhnaeane et a établi ainsi « Gua-du-re-hmu »,

thu co kaion ko Guadurehmu, omelei kore kacen ore

320dès lors nommé « Morceau-d’os-de-gaïac », en souvenir du

hmu ni retok Seguhnaeane.

321casse-tête en gaïac du chef Seguhnaeane.

Ha athua.

322C’est fini.

Inungo, Bearune Supohamu

323Moi, Bearune Supohamu

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable