Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Si tu m'aimes, guéris-moi

 | 
Tassadit Yacine-Titouh

Postface

Sherry B. Ortner

Texte intégral

1Quand l’anthropologie culturelle a t-elle choisi d’ignorer la subjectivité ? À ses débuts, l’anthropologie, du moins aux États-Unis, a tissé des liens très étroits entre culture et subjectivité, soit sous la forme d’études dites « culture-et-personnalité » (culture-and-personality), centrées sur les schémas culturels inculqués aux subjectivités individuelles, ou encore, en révélant des « modèles de culture » considérés comme des modèles de personnalité pris au sens large.

2En réaction, on adopta un point de vue selon lequel non seulement la subjectivité, mais tout ce qui relevait de l’activité d’un sujet, disparut virtuellement de la théorie anthopologique. L’accent fut mis sur la contrainte structurale, d’abord avec la théorie fonctionnaliste, puis avec le structuralisme français ; les structures étant elles-mêmes devenues des agents virtuels.

3L’intérêt accordé aux personnes, sujets, acteurs porteurs de désirs et de sentiments, était, toujours dans le contexte américain, le domaine de la psycho-anthropologie, sorte de sous-discipline marginale qui s’est longtemps battue pour être reconnue. Nous y reviendrons plus bas.

4Avec le « retour de l’acteur » à la fin des années 1970 et au début des années 1980, dans le contexte des théories de la pratique, le sujet agissant est redevenu un concept de l’anthropologie culturelle. Ce retour de l’acteur a soulevé les questions de « l’agent » et de la « subjectivité ». Mais depuis que la théorie de la pratique, alors naissante mais aujourd’hui devenueclassique, a été développée par les structuralistes d’un courant ou d’un autre, l’acteur n’a jamais été considéré comme doué d’une vie affective riche et complexe, animée non seulement par des intentions pratiques mais aussi par des sentiments puissants. Ainsi, si les systèmes sociaux et culturels sont produits, reproduits et parfois même transformés par la pratique sociale, cette dernière ne peut être correctement appréhendée sans une référence aux sentiments et aux affects égale à celle de la pensée.

5Cela semble plutôt évident mais, à en juger par la littérature disponible, cela ne l’est pas. C’est dans cette arène plutôt vide que Tassadit Yacine s’est avancée courageusement et brillamment. Tout particulièrement, en explorant les dynamiques de la domination des genres, Tassadit interroge à raison la possibilité de comprendre cette forme de relation sociale indépendamment des liens très étroits qui engendrent, mais qu’engendrent aussi, les schèmes de la domination masculine et de la ségrégation sexuelle. En travaillant sur des données ethnographiques et des archives abondantes, à partir de ses recherches dans différentes régions de la Kabylie, Tassadit Yacine met en lumières quelques notions émotionnelles frappantes appartenant aux femmes comme aux hommes : « l’enchantement, la sublimation, la perversion et les manifestations sous-jacentes telles que l’angoisse, l’inhibition et la peur ».

6Revenons un instant à la fracture entre les principes de l’anthropologie culturelle (américaine) d’un côté, et ceux de l’anthropologie physique, de l’autre. Il y a quelques années de cela, on m’avait demandé de rédiger une synthèse pour la rencontre annuelle de la Société de psycho-anthropologie. J’avais préparé une communication sur la subjectivité et pensais répondre exactement aux attentes du public. Défendant le courant de l’anthropologie culturelle plutôt que celui de la psycho-anthropologie, j’avais envisagé la question du point de vue de la première discipline, assumant que les éléments de la subjectivité étaient pour une grande part induits et formés culturellement, et j’étais particulièrement intéressée par certaines formes de l’anxiété. L’assistance, composée en majorité de psycho-anthropologues, critiqua vivement mon orientation, estimant que les processus psychologiques avaient une existence indépendante des processus culturels ; ils estimaient que la psychologie et la culture intéragissaient de façons diverses, complexes et souvent profondes, mais que le psychologique ne pouvait se confondre avec le culturel.

7L’étude de Tassadit Yacine résout aisément cette fracture. Même si son approche est clairement culturelle, il apparaît, comme un résultat, que les processus culturels engendrent et forment des configurations particulières de la subjectivité – par exemple la peur du sexe opposé, manifeste chez les hommes comme chez les femmes, mais de différentes manières – ; ces processus culturels illustrent de façon universelle les dynamiques freudiennes du refoulement, de l’inhibition, des mécanismes de défense, etc. Mais ce livre ne se résume pas à un recueil d’édifiantes leçons de psychologie. L’approche de la subjectivité par Tassadit Yacine est ouverte et souple, et elle ne se laisse pas enfermer dans de stériles disputes théoriques.

8Il reste une autre fracture que révèle l’étude de Tassadit. Elle est moins institutionnalisée que celle qui oppose l’anthropologie culturelle à la psycho-anthropologie, mais est tout aussi réelle. Elle divise les études des « macro « -formations socio-culturelles – le colonialisme, l’État, l’espace public en général – et celles des « micro »-formations – les genres, la sexualité, la famille, les relations inter-générationnelles, et autres. Dans son livre, Tassadit Yacine cite certains chercheurs qui, chacun à sa manière, ont tenté de bâtir des ponts : Ashis Nandy, par exemple, (The Intimate Enemy: Loss and Recovery of Self under Colonialism, 1983) ou encore Ann Laura Stoler (Carnal Knowledge and Imperial Power, 2002). À la suite de ces auteurs, elle discute les configurations de la domination des genres et les structures de sentiments qui y sont associées : dans la région de la Kabylie, bien qu’elles apparaissent très rigides et aujourd’hui coûteuses psychologiquement, elles étaient beaucoup plus lâches par le passé. Mais avec les événements du colonialisme, les gens se sont sentis, pour de bonnes raisons, menacés culturellement. C’est dans ce contexte qu’un resserrement des lois et des sanctions s’est imposé, rendant le système rigide et sévère. Ce point est très important car il annule l’idée d’une domination masculine « arabe » ou « méditerranéenne » comme « par essence » et éternelle, et replace la notion dans une dynamique historique à long terme.

9Tassadit Yacine nous offre un ouvrage à la fois subtil et puissant. Elle rend à la subjectivité une dimension fondamentale dans la vie humaine, et plus particulièrement, une dimension fondamentale dans les relations de domination qui sont, de toute part, bouleversées par les sentiments, les craintes et les désirs. Elle nous questionne sur la domination masculine (à propos de laquelle les féministes américaines sont devenues très virulentes – et à qui les féministes du tiers-monde demandent très fréquemment de s’occuper de leurs affaires). Par l’usage de la poésie, de l’ethnographie et de l’histoire, elle nous montre comment ce sujet problématique peut être mis à jour sans que l’homme se trouve diabolisé. Finalement, elle permet aux lecteurs de comprendre que les analyses aux niveaux « macro » et « micro » peuvent, et je dirais doivent, être décrites comme complémentaires. Les études de systèmes lourds comme le colonialisme, indifférentes aux sentiments des gens – des deux sexes – courent le risque de rester superficielles et stéréotypées. D’un autre côté, les études des micro-relations, comme les études de genre, courent le risque de l’intemporalité et de l’essentialisme sauf à être replacées dans un contexte de processus historiques à grande échelle comme la domination du colonialisme.

10« Si tu m’aimes... » est donc à la fois une élégante étude de cas et une importante contribution théorique.

Auteur

Distinguished Professor of Anthropology, University of California, Los Angeles

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540