Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Si tu m'aimes, guéris-moi

 | 
Tassadit Yacine-Titouh

Conclusion générale

Texte intégral

1Une ethnologie rigoureuse des affects peut permettre sans aucun doute de comprendre l’histoire sociale d’un groupe. La poésie, les rituels qui caractérisaient la société de jadis constituent des repères sur lesquels le chercheur peut s’appuyer pour évaluer les constantes et/ou l’innovation en particulier dans un univers où le poids de la colonisation a été important. Il va sans dire que la Kabylie a eu à souffrir tant politiquement que culturellement de plusieurs dominations anciennes et récentes et surtout de la guerre d’Algérie et ses conséquences (les luttes pour le pouvoir à l’Indépendance) qui ont affecté ce massif de façon singulière.

2L’Indépendance recouvrée en 1962 a rétabli une partie des anciennes conditions, elle a en particulier rendu possible la redéfinition autonome d’un projet social. On ne s’étonnera dès lors plus de trouver que, les conditions étant en partie semblables, l’expression des izlan porte aussi effet sur la réalité présente.

3De fait, la confusion idéologique, qui est le lot de beaucoup de pays du tiers-monde récemment décolonisés, est en Algérie d’autant plus grande qu’elle s’exerce sur un corps social trop longtemps privé d’initiative historique. Dans la flagrante inégalité des forces pendant la période coloniale, le prix de la survie était dans le gel et quelquefois l’aggravation des aspects les plus anachroniques de la tradition. Mais l’Indépendance, en faisant sauter le verrou du pouvoir politique, ramenait la mobilité, elle acculait le corps social à opérer des options dans tous les domaines, y compris dans celui, jusque-là figé, de l’éthique. En Algérie, en particulier, les valeurs de la culture traditionnelle étaient en même temps revendiquées dans le principe, méconnues et pour certaines reniées dans la pratique, surtout lorsqu’il s’agissait du monde berbère ou de la période pré-islamique. Pour emplir le vide ainsi créé, on a eu recours à la solution la plus facile, celle de l’emprunt d’idéologies toutes faites. Ce n’est point ici le lieu d’entrer dans le détail, mais on peut dire grosso modo que l’on a eu recours à deux types d’options : l’une occidentale, expressément dite socialiste, une autre orientale, grossièrement étiquetée arabo-islamique, quelles que soient les nuances auxquelles l’une et l’autre donnent lieu dans la réalité.

4Il ne semble pas, jusqu’à présent du moins, qu’aucune des deux ait été réellement intériorisée et ait donné lieu à des résultats très convaincants sur le plan culturel. Le choix de l’arabe comme seule langue officielle et de l’islam comme religion d’État a pesé lourdement sur le destin de la société algérienne qui en paye encore les frais. Les individus se sont dès lors trouvés dans la perpétuelle obligation d’opter. Ce n’est pas toujours chose facile : les plus jeunes ne peuvent ni renoncer aux valeurs d’une tradition qui fait en définitive leur identité, ni se contenter de récupérer les éléments d’une culture par bien des côtés fossilisée.

5Un des points d’achoppement de cette quête d’une culture à la fois ancienne et moderne est la sclérose et le rigorisme d’une éthique, qui ne sont plus justifiés par le souci d’une survie menacée. La culture traditionnelle passe pour être entée sur une conception hyperboliquement contrainte, voire inhumaine de l’existence. Une opinion répandue voue globalement toute la tradition aux teintes austères, au refoulement du désir et, plus généralement, de tout sentiment individuel. Le monde de la tradition est celui de la rigueur cruelle et de surcroît inutile. La présente analyse a tenté de montrer que c’était un préjugé : avant la fossilisation du milieu du XIXe siècle, la culture traditionnelle, parce qu’elle était dans le respect d’une harmonie, avait excrété un mode de vivre élaboré et en définitive, efficace, qui ne gommait pas le besoin de liberté, la beauté, le jeu, la gratuité. La particularisation de l’espace, la fête et la sublimation poétique sont trois des instruments inventés pour réaliser l’accord des besoins idéaux avec les servitudes de la vie en société.

6Une interprétation idéologique récente de la tradition, en la figeant dans le mythe, l’a en même temps privée du mouvement, de la souplesse et des facultés d’adaptation qui en faisaient une pratique vivante. De la crispation inconditionnelle sur des lambeaux de culture épars, réaction circonstancielle d’une société menacée, l’anthropologie a fait une qualité inhérente à la nature même de la tradition. De ce qui était accident elle a fait une essence.

7Le paradoxe, c’est que l’Algérie a adopté cette vision erronée, qui la laisse désarmée, sans ressources devant son propre destin. Un exemple ponctuel, comme l’importance des affects, met l’accent sur les sentiments en tant qu’expression de l’individu, d’une libido, en somme d’un corps, et montre qu’une tradition vivante est celle qui, loin de se vouer à la reproduction littérale et stérile d’un passé en réalité reconstruit est, au contraire, en voie de réadaptation et quelquefois de redéfinition constante d’elle-même. Pour être fidèle à une vérité historique, il faut quelquefois la trahir dans la forme, c’est la leçon que l’étude des affects peut apporter à des sociétés qui tentent de définir les conditions modernes de leur vie, sans y perdre leur spécificité.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540