Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Si tu m'aimes, guéris-moi

 | 
Tassadit Yacine-Titouh

Introduction

Texte intégral

1Caractérisée par sa culture ancienne et par des apports civilisationnels hérités des religions monothéistes (judaïsme, christianisme, islam), la Kabylie constitue, dans le pourtour méditerranéen, un univers original, pour l’étude des pratiques culturelles.

2Si l’islam sous sa forme rurale et populaire a recouvert les croyances anciennes, il n’en demeure pas moins que très tôt cette région s’est singularisée en se démarquant de l’orthodoxie par son appartenance au mouvement fatimide ismaélien qui y est né avant de s’implanter en Orient. Peut-être faut-il interpréter ce particularisme politico-religieux comme une recherche de modèles politiques différents de ceux des pouvoirs centraux qui peut illustrer cette conscience de soi ressentie relativement tôt dans l’histoire, comme on peut le constater aussi depuis le XVIe siècle avec la domination ottomane. Déterminant certes, le rapport au politique n’est cependant pas sans lien avec la gestion des affaires de la cité, des relations entre les sexes et des sentiments qui en découlent.

  • 1 C’est sous la pression de la colonisation que le passage d’un mode de vie paysan à un autre lié à (...)

3Pour avoir été source d’une transformation sociale et culturelle rapide1, le XXe siècle a été décisif dans l’histoire de la Kabylie même si par ailleurs cette région a préservé une culture où prédominent une littérature orale, un code de l’honneur, un système mythico-rituel qui, malgré les apparences, déterminent souvent les conduites humaines. La juxtaposition de plusieurs cultures (berbère, arabe, française) est souvent vécue comme une mutation forcée et inévitable en raison de la menace qui pèse sur sa propre culture (tamazight) à ce jour non reconnue comme elle devrait l’être par l’État. C’est précisément dans le cadre des mutations sociales qu’il convient de replacer les modifications qui se sont opérées au niveau inter-individuel et sexuel, en dépit du poids des structures sociales. Pour cette raison, l’analyse des changements sociaux n’a de sens que par rapport à un fonds culturel largement enraciné dans l’ensemble de la société. Il en est ainsi de la notion de couple, par exemple, qui traduit ce changement mais qui ne signifie en aucun cas que les rapports hommes-femmes soient radicalement différents de ceux qu’ils furent dans le passé. Ces derniers, malgré des différences sensibles selon les lieux et les statuts sociaux, sont régis par des mécanismes de domination obéissant à une logique de pouvoir. Si l’on considère donc que ces relations sont perçues et vécues (dans l’espace public) comme des rapports de force (même si la nature de ces liens est en réalité très complexe), il apparaît important de montrer comment elles se vivent dans l’espace de l’intimité. En somme comment les dominés élevés à l’école des rapports de force déploient-ils des stratégies visant à inverser, à contourner les relations de pouvoir quand ils ne sont pas amenés à composer avec ce dernier.

4L’étude des liens d’amour dans la société traditionnelle permet de montrer avec force l’existence de nombreux phénomènes que le chercheur a tendance à passer sous silence lorsqu’il traite de la domination. En effet, l’enchantement, la sublimation, la perversion et les manifestations sous-jacentes telles que l’angoisse, l’inhibition et la peur ont partie liée dans cette relation qui ne fait que révéler dans la pratique l’importance de l’autre, de son statut mais qui, en réalité, renvoie à une véritable menace pour les détenteurs de pouvoir. Dans la peur d’affronter un partenaire se cachent aussi des positions avec les notions d’identité, de prestige, de classe sociale, de classe d’âge et de culture... dont les sociétés traditionnelles ont parfaitement conscience et, pour cette raison, elles ont dressé des protections visant à épargner leurs hommes en tant qu’éléments dominants du groupe.

5La peur que l’on retrouve parfois clairement exprimée par les agents sociaux ne serait-elle alors que la traduction de tous ces phénomènes ? Un des chapitres de cet ouvrage est consacré à la peur. Nous avons ainsi tenté de montrer comment la culture intériorisée par tous peut conditionner les relations humaines et parvenir à inverser les hiérarchies et à briser des destins. Pour rendre intelligible cette inversion des hiérarchies sexuelles (vécue par l’opinion commune comme une catastrophe cosmique), nous nous sommes appuyés sur du matériel recueilli lors de nos enquêtes (dans la région des At Abbès, en Kabylie maritime, et en Haute Kabylie) et sur des documents fournis par la littérature orale, puisque la dimension imaginaire prend une importance capitale. L’absence manifeste d’un pouvoir féminin dans la réalité trouve une véritable compensation dans les contes et la poésie d’amour que chantent les femmes lors des urar-s. Le pouvoir est en effet associé soit à la force brute et bête de l’ogresse (Tseriel, grande, forte), soit à la ruse et à l’intelligence de Settoute, la vieille femme petite, maigre, frustrée à l’instar du chacal dans le monde des fables. Autrement dit, l’image de la féminité est rendue par cette bipolarité qui ne laisse que peu de place à la nuance et à la flexibilité du monde social.

6La connaissance de la culture au sens anthropologique du terme est indispensable pour appréhender le système mythico-rituel au fondement des sociétés nord-africaines, et par-delà méditerranéennes, au sein desquelles les femmes sont dominées. Aussi la peur de l’autre n’est-elle pas aussi peur de soi ? N’est-elle pas liée au désir et à l’inconnu ? Certains exemples, qui ont sans doute structuré l’imaginaire des natifs de cette culture, offrent la possibilité de saisir les bases d’un code implicite se trouvant au cœur de toute société. La littérature orale apporte un éclairage supplémentaire permettant de comprendre la nature complexe des rapports entre les genres.

7En effet, si certains groupes de l’aire méditerranéenne musulmane ont tendance à enfermer les femmes, ce n’est sans doute pas seulement une action dirigée contre elles, mais surtout une volonté destinée à préserver la supériorité des hommes. La culture intervient dans ce cas pour justifier une crainte inavouée au niveau psychique ; ce n’est pas tant pour dominer le féminin (supposé faible) que pour protéger le masculin du féminin chez l’autre mais d’abord en soi.

8Il s’agira dans ce livre, dont les études ont été réalisées à des moments très différents de la recherche (entre 1988 et 2001), d’inviter le lecteur à relire autrement certaines pratiques aujourd’hui désuètes mais qui avaient du sens dans des sociétés où le rituel avait une fonction double, à la fois sociale et psychique.

9Quel lien peut-on établir entre certaines pratiques liées au passé et les structures d’une pensée actuelle que tout, en apparence du moins, sépare de ce même passé ?

10Sans nier les rapports de force qui structurent toute société (en particulier entre les sexes), il y a lieu de s’interroger sur le pourquoi et le comment de ces relations où un sexe est supposé dominer l’autre (Héritier 1996, 206). Si le mythe permet de fonder la relation, le rite va la justifier et la réactualiser. Les textes, qu’ils émanent de la culture orale ou savante, montrent qu’il s’agit là d’une relation à tout le moins paradoxale.

  • 2 Les cornes raides et blessantes du bélier ou du taureau sont à opposer aux oreilles molles de l’ân (...)

11Le jeu consiste en premier lieu à posséder un pouvoir et ensuite à le gérer. L’anatomie va servir d’alibi, qu’on le veuille ou non, à fonder en légitimité le pouvoir d’un genre sur l’autre et à le diriger vers l’action. Cela rend explicites les raisons pour lesquelles on encourageait jadis le garçon à se voir comme objet survalorisé par rapport à lui-même et par rapport aux autres (hommes jugés inférieurs et femmes confondus). Ne dit-on pas dans les rituels qu’Un tel est le maître des hommes ? On va jusqu’à prénommer les garçons Sidhoum (leur seigneur, leur maître), Iften (le meilleur), Yugurten (celui qui les transcende), etc. Dès la petite enfance, l’élément destiné à prendre le pouvoir est ainsi enfermé dans une idéologie caractérisée par la puissance et la concurrence sous-jacente, comme on peut le voir dans de nombreux chants rituels. Ce sont les métaphores de lion, d’aigle, que l’on retrouve dans les joutes oratoires lors de la célébration du henné et les poèmes des temps anciens, qui désignent l’homme. Il en est de même dans d’autres pratiques lorsque le jeune garçon doit se séparer de l’univers féminin, intime, interne pour s’engager dans le monde masculin, extérieur et public avec toutes les nuances qu’il convient d’établir entre ces deux univers qui ne sont jamais aussi étanches qu’on a tendance à les présenter. L’achat d’une tête de bœuf avec des cornes s’impose lors de la première sortie au souk et montre bien que le candidat doit être une « tête » (aqerru étant ici à la fois la tête et le chef), mais une tête représentant la force. Les cornes, contrairement à d’autres cultures, attestent une puissance virile et une supériorité sur les autres mâles2. L’être achevé est donc celui qui est doté d’un plus par opposition à celui (ici la femme) qui est mutilé ou en situation d’inachèvement. Le plus et le moins originels encouragent l’élément masculin à conserver et à augmenter cet acquis de base, tandis que l’élément féminin tentera de l’acquérir (au plan symbolique, cela va de soi). Dans ce jeu de miroir traduit en poésie se trouvent condensées nombre de pratiques présentes dans les rituels. On enseigne par le jeu comment acquérir une force ou comment la perdre. Conscient de son manque originel (sa faiblesse), le faible développe des caractères qui lui permettent d’aller au-delà, de transcender le handicap ou de le subvertir ; ce qui montre la force de ces rapports et leur intériorisation par les femmes. Cela n’est pas toujours le cas du candidat détenteur d’un plus puisqu’il croit posséder dès la naissance un capital qui n’est pas soumis à la dévaluation. Mais cette croyance peut néanmoins provoquer non seulement son affaiblissement mais aussi sa perte. Il est donc faux de croire que, malgré les apparences, les positions sont établies une bonne fois pour toutes. Si la culture travaille à assigner des places déterminées à chacun des deux genres, c’est parce qu’elle sait que l’économie de la libido échappe aux individus et ici aux éléments dominants du groupe, comme on peut l’observer avec les bigames. On pourra dès lors comprendre les raisons d’une éducation fondée d’une part sur l’hypertrophie de l’ego (vécu sur un mode narcissique) et de l’autre sur une inhibition et un refoulement exacerbés. L’apport de Freud est en ce sens très important dès lors qu’il a essayé d’établir des liens entre les sociétés dites ethnologiques et les sociétés avancées. La psychanalyse, née pourtant dans un environnement citadin et bourgeois, s’est en réalité nourrie, malgré elle, d’un fonds culturel en rapport avec l’inconscient collectif de groupes sédentaires ou nomades tels qu’on peut le retrouver encore dans l’univers nord-africain.

12Freud, dans sa théorie sur la vie sexuelle, fait référence à l’apport de l’anthropologie en ce domaine. Pour cette raison, ma démarche s’inscrit dans le sillage d’auteurs importants qui ont tenté de comprendre les rapports entre les genres à partir de la domination. Pierre Bourdieu, en ethnosociologie, a été déterminant dans ce travail en ce qu’il m’avait encouragé à continuer la réflexion à un moment où je n’avais aucun cadre statutaire pour mener mes recherches. Mon intégration au Laboratoire d’anthropologie sociale et l’accueil chaleureux de Francis Zimmermann, et par la suite de Françoise Héritier au sein de son équipe, m’ont permis d’aller plus avant dans mon analyse. Les travaux effectués par les membres de cette équipe et ceux du séminaire de l’école – avec Sonia Dayan-Herzbrun – et les liens établis entre corps et affects lors de nos discussions collectives ont été importants pour une compréhension à une échelle beaucoup plus large que le monde kabyle.

13Pour cette raison, cet ouvrage n’a pas l’ambition de fournir une analyse achevée des rapports de sexe mais d’éclairer le lecteur, à partir de lieux situés et datés, sur l’état actuel de la recherche dans un domaine où la complexité ne rend pas aisée leur compréhension. Les troubles que traverse la société algérienne et berbère ne sont-ils pas le produit d’une négation de cette complexité au profit des seuls rapports de force étudiés à l’état brut ? Malgré la dureté des mœurs, les structures d’autrefois laissaient place au jeu, à l’ambiguïté, ce qui permettait une souplesse face à la rigidité de la seule règle. C’est ce que prétendent apporter ces études sur la société kabyle comme illustration d’une société nord-africaine caractérisée par un pluralisme que fondent des pratiques spécifiques et une volonté d’ouverture au progrès social et politique du monde dit « moderne ».

Notes

1 C’est sous la pression de la colonisation que le passage d’un mode de vie paysan à un autre lié à l’urbanité (ou à la dépaysannisation), de la guerre et ses effets (émigration, déplacements de population) s’est effectué dans une incohérence totale.

2 Les cornes raides et blessantes du bélier ou du taureau sont à opposer aux oreilles molles de l’âne.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540