Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie IV. Autour de la modernité

S’affranchir d’une mémoire sans avenir : la difficile ouverture au monde de la Suisse après 1945 et ses enjeux culturels

Claude Hauser et Thomas Kadelbach

Texte intégral

  • 1 Le projet, qui s’achève fin 2009 et débouchera sur une publication de synthèse, s’intitule « Les r (...)
  • 2 Parmi la littérature abondante existant sur le Sonderfall suisse, on consultera notamment Leimgrub (...)
  • 3 Cet important débat historiographique et identitaire a produit la publication des travaux de la Co (...)
  • 4 Pour une définition complète et nuancée de celle-ci, voir l’article de Josef Mooser (1997).

1Cette communication se fonde sur une recherche en cours que je dirige à l’université de Fribourg, avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique, et qui porte sur l’histoire des relations culturelles internationales de la Suisse durant la seconde moitié du xxe siècle1. La présente contribution est donc un premier essai de synthèse de ces recherches. Elle a pour but de montrer comment la Suisse, qui a renforcé durant la Seconde Guerre mondiale une image d’elle-même fondée sur une destinée prétendument particulière (Sonderfall), s’appuyant sur l’exaltation d’un passé largement mythifié, a peiné dans sa quête d’une représentation collective nouvelle qui s’accorde mieux avec les exigences d’ouverture au monde et avec la modernité2. Ces dernières se sont manifestées dès la fin des années 1960 au sein des nouvelles générations, qui ont contesté les valeurs identitaires fondamentales d’une neutralité prétendue solidaire, du fédéralisme pluriculturel et d’une démocratie pluriséculaire idéalisée. Elles ont trouvé leur apogée avec la remise en cause fondamentale du passé de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale intervenue au tournant du xxie siècle3. On suivra les étapes de cette lente évolution au travers des différentes images officielles que la Suisse projette d’elle-même vis-à-vis de l’extérieur. L’approche retenue reviendra à s’intéresser aux enjeux d’une politique publique de la culture élaborée en Suisse dès 1938 autour d’un concept de repli sur soi connu sous le nom de « défense nationale spirituelle4 ». Le développement des relations culturelles de la Suisse avec l’extérieur sera après guerre longtemps déterminé par les exigences de ce concept, qui évacue toute forme d’horizon d’attente pour le pays : cette idéologie privilégie en effet une position atemporelle exaltant la conservation d’un patrimoine national fondé sur l’espace montagnard alpestre, ancré au centre de l’Europe. Pour sortir de ce modèle cyclique du temps et d’une représentation du passé qui ne débouche sur rien d’autre que la conservation et le repli, la Suisse officielle devra tenir compte des critiques qui touchent son identité nationale aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur.

La pureté des glaciers alpins prospère au temps de la guerre froide

  • 5 Voir La démocratie suisse, 1848-1948 : centenaire de l’Etat fédératif (1948), en particulier le ch (...)
  • 6 Une thèse défendue par exemple par le rédacteur en chef de la Neue Zürcher Zeitung Willy Bretscher (...)

2Les célébrations organisées lors du centenaire de la Constitution fédérale de 1848 sont marquées par le même souci de cohésion et d’intégration qui caractérise le message sur la défense nationale spirituelle de décembre 1938. L’ouvrage officiel de commémoration publié à cette occasion présente une Suisse fondamentalement différente des autres pays et cite les principes du fédéralisme, de la liberté républicaine et de la démocratie pour justifier le statut particulier du pays parmi les nations. La permanence des concepts issus de la défense spirituelle se traduit également dans l’insistance sur l’imaginaire alpin qui oppose de manière fort stéréotypée les montagnes suisses aux plaines européennes5. Dans le contexte de la guerre froide, le mythe du Gothard, berceau alpestre de la Confédération, se voit investi d’une nouvelle signification et témoigne de l’apport de la Suisse neutre à la défense de l’Europe continentale face à une éventuelle agression soviétique6. En même temps, les critiques virulentes formulées à l’étranger et notamment dans les pays anglo-saxons à l’encontre de la Suisse en raison de son attitude durant la guerre entraînent une adaptation du discours identitaire destiné à l’exportation en fonction des circonstances et des besoins vitaux du pays en matière économique et commerciale.

  • 7 Pour plus de détails, consulter notamment l’article du soussigné (2008).
  • 8 À ce propos, voir la synthèse de Haver et Jacques (2004).

3Dans la stratégie défensive mise sur pied par le Département politique fédéral, en charge des affaires étrangères, la neutralité et la vocation humanitaire de la Suisse jouent un rôle central, alors que ces mêmes principes sont d’une importance plutôt secondaire dans les années précédant le conflit mondial. Caractéristique de l’après-guerre, le concept de la neutralité solidaire élevé à un rang quasi mythique détermine aussi bien les autoreprésentations que les images exportées. En 1947, Nicolas de Flue, père spirituel de l’abstentionnisme helvétique en matière de politique extérieure, est canonisé (Jost 1999 : 145). En 1952, le ministre suisse des Affaires étrangères Max Petitpierre déclare que « l’histoire de la neutralité suisse est l’histoire même de la Suisse, qui s’est développée en quelque sorte autour de la neutralité » (Petitpierre 1952). En conséquence, l’image véhiculée par les différents supports de la propagande culturelle et de la politique d’information se caractérise durant les années 1940 et 1950 par son caractère défensif et par son homogénéité. L’image enjolivée des « républiques sœurs » et le protestantisme justifient dans cette argumentation le rapprochement politico-culturel avec les États-Unis7. La culture proprement dite joue un rôle de deuxième plan tant qu’elle ne concourt pas aux objectifs généraux de la propagande. Dans le domaine du livre, les publications Switzerland, Land of Peace and Liberty de Robert de Traz et Swiss Neutrality, its History and Meaning d’Edgar Bonjour apparaissent comme les exemples les plus emblématiques d’une stratégie de propagande dans laquelle le message est systématiquement subordonné aux besoins politico-économiques de l’époque (Traz 1946). Les productions filmées sorties des studios zurichois de la Praesens SA transposent le même message sur le plan cinématographique8.

  • 9 À côté de l’ouvrage classique de Kessler (1993), on pourra également bientôt se référer à l’articl (...)
  • 10 En attendant la thèse de Thomas Kadelbach, qui analyse en détail les œuvres de ces deux intellectu (...)
  • 11 L’article de Charly Clerc s’intitule : « Pour le Premier août 1955. Faire de nécessité vertu » (Ar (...)

4Dans les efforts entrepris pour promouvoir cette image de marque de la Suisse à l’étranger, la fondation Pro Helvetia joue un rôle complémentaire, conformément à l’élargissement de principe de son mandat culturel aux affaires extérieures décidé dès 19499. Créé en 1952, le « Service de presse pour l’étranger » de Pro Helvetia, dirigé par le juriste et journaliste conservateur Carl Doka, se propose d’améliorer l’information sur la Suisse scientifique et culturelle. Dans ce but, il réunit et diffuse de nombreux articles ayant trait aux aspects les plus divers de la vie nationale, parmi lesquels il privilégie les sujets d’ordre technique et artistique (Annuaire de la fondation Pro Helvetia 1939-1964 1964 : 194-197). L’analyse des articles produits par ce service de presse fait ressortir un curieux mélange entre une Suisse fidèle à ses traditions et à son statut particulier en matière politique, et une Suisse ouverte sur le monde dans le domaine culturel et scientifique. Cette stratégie d’information quelque peu contradictoire traduit le paradoxe du statut du pays sur le plan international, qui s’exprime par des relations très poussées en matière économique, alors que le choix de l’abstentionnisme ou de l’alleingang politique entraîne un isolement de fait. Les articles présentant une image globale de la Suisse sont marqués par une approche téléologique de l’histoire nationale dont l’évolution sert à réaliser des principes prédéterminés. Pour cette raison, le temps est absent des représentations nationales, l’essence de la Suisse contemporaine étant déjà perceptible en 1291, date mythique de sa fondation. Les interprètes les plus caractéristiques de cette Suisse atemporelle sont l’écrivain Maurice Zermatten et l’historien Georg Thürer10. Dans les visions qui divergent de cette présentation atemporelle, une chronologie plus fine permet d’introduire la question de l’évolution et du changement. Un article de Charly Clerc, qui soulève ces questions, est cependant refusé par le service de presse11. Cette censure démontre que l’image défensive de la Confédération helvétique diffusée durant l’après-guerre atteint sa cohérence globale au prix d’une évacuation complète de la dimension temporelle, raison pour laquelle sa capacité d’adaptation à des circonstances changeantes est limitée. Ce phénomène est à l’origine des difficultés de plus en plus importantes qui se manifestent en Suisse sur le plan identitaire dès le début des années 1960.

Interroger l’avenir ou envisager l’ouverture et le mouvement

  • 12 Ce thème est développé dans l’article à paraître de Matthieu Gillabert : « Pro Helvetia sur la scè (...)

5C’est à partir des années 1960 que les agents officiels de la politique culturelle helvétique, regroupés autour de la fondation Pro Helvetia désormais plus active, s’éloignent progressivement de la vision consensuelle et passéiste de la défense nationale spirituelle, qui avait fait recette au temps de la guerre froide, époque généralement propice à l’immobilisme. Revendiquant davantage d’autonomie et de moyens pour une politique culturelle qui ne soit plus prioritairement réservée aux exigences d’une propagande d’État, Pro Helvetia s’engage à soutenir des créateurs et des formes de culture plus autonomes, voire contestataires12. L’ouverture et l’élargissement de ces relations culturelles favorisent la réintégration de la Suisse dans une histoire qui regarde notamment en face et de manière critique le passé national, permettant ainsi d’envisager de véritables perspectives d’avenir pour le pays dans son environnement international.

  • 13 Annuaire de la Nouvelle Société helvétique Nr. 34, 1963. Pour la version internationale de l’ouvra (...)

6En 1963, dans le contexte de la demande d’association de la Suisse au Marché commun, la Nouvelle Société helvétique (NSH) édite en collaboration avec le Département politique fédéral un ouvrage destiné à éclairer l’opinion publique des pays européens sur les difficultés d’adaptation de la Suisse au monde moderne. Intitulé de manière significative La Suisse face à l’avenir : interrogations d’un petit pays, cet ouvrage est préparé par un comité de rédaction dont font partie, entre autres, Max Petitpierre, Théo Chopard (président central de la NSH), Jean-Rodolphe de Salis alors président de Pro Helvetia, Jacques Freymond et Peter Dürrenmatt. Il est diffusé à 10 000 exemplaires et est disponible dans des versions allemande, française, anglaise, espagnole et italienne13. Contrairement aux publications officielles des années 1940 et 1950, la forme interrogative domine dans l’ouvrage et traduit une certaine dimension autocritique. L’approche critique de la réalité nationale se fait encore dans une perspective défensive, la Suisse étant obligée de se situer par rapport à des changements importants sur le plan international. Néanmoins, destiné à éveiller la compréhension pour le statut particulier du pays, l’ouvrage s’interroge sur les éléments traditionnels du discours identitaire, tels le fédéralisme et la neutralité, pour confirmer leur importance. Dans un monde en pleine transformation, la stabilité suisse est présentée comme une valeur nécessaire. De plus, l’ouvrage constitue une apologie du petit État et de sa mission de contribuer à l’entente entre les grandes puissances ; il rappelle donc le message sur la défense spirituelle. Le questionnement de certains mythes nationaux ne conduit pas encore à une modification fondamentale de l’image diffusée. Cependant, la présence dans le titre de la notion d’avenir met en évidence que l’approche atemporelle des réalités nationales est insuffisante pour affronter les défis politiques de la deuxième moitié du xxe siècle. Alors que les représentations nationales de la défense spirituelle n’établissent aucune distinction entre le passé, le présent et l’avenir, les interrogations des années 1960 témoignent de la crise d’un modèle cyclique du temps qui se voit affecté par l’intrusion soudaine du changement.

  • 14 « Präsenz der Schweiz im Ausland », Echo, n° 11, 1964.
  • 15 Voir à ce propos également la récente biographie de Jean-Rodolphe de Salis publiée par Urs Bitterl (...)
  • 16 Archives fédérales suisses, E 1050.12 1995/511, vol. 3. Procès-verbal de la commission de politiqu (...)
  • 17 Bulletin officiel de l’Assemblée fédérale, 7 octobre 1965, p. 560. Archives fédérales suisses, E 2 (...)
  • 18 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1984/84, vol. 389. Conseil fédéral suisse, décision du 13 m (...)
  • 19 Feuille fédérale 1976 : 1063-1065.

7Consacrée à la présence de la Suisse à l’étranger, la Journée des Suisses à l’étranger organisée en août 1965 à Soleure fournit l’occasion de discuter le problème de la réputation du pays sur le plan international. Relayées par les Suisses expatriés, les critiques formulées à l’encontre de la Suisse touchent par exemple son isolement en Europe, le rôle de sa place financière et la xénophobie croissante de sa population14. Elles suscitent un écho important dans la presse helvétique et alarment l’opinion publique. Les Suisses expatriés appellent à une présence renforcée du pays sur le plan international. Durant l’été 1965, l’hebdomadaire Weltwoche consacre une série d’articles à la manière dont la Suisse est perçue à l’étranger, qui révèle que l’image du pays s’est détériorée, notamment sur le continent européen. La Suisse est vue comme un pays conservateur et égoïste, incapable d’adapter ses structures anachroniques et sa politique extérieure aux besoins du temps. Dans un article de synthèse, le président de Pro Helvetia, Jean-Rodolphe de Salis, appelle, le 27 août 1965, à un examen de conscience national et déplore les déficits de la politique d’information sur la Suisse, en particulier en matière culturelle (Salis 1965)15. Sur le plan parlementaire, le conseiller national Kurt Furgler demande en septembre 1965 au Conseil fédéral de préciser sa position par rapport au statut de la Suisse sur le plan international16. Dans sa réponse du 7 octobre 1965, le conseiller fédéral Fritz Traugott Wahlen, chef du Département politique, évoque également la question importante de l’image de la Suisse à l’étranger et deux mois plus tard, il crée le groupe de travail « Présence de la Suisse »17. En collaboration avec les organes chargés de la promotion de l’image de la Suisse à l’étranger, le Département politique élabore par la suite des propositions pour améliorer l’information sur la Suisse à l’étranger. Ces réflexions et discussions conduiront à la création par le Conseil fédéral, en 1972, de la Commission de coordination pour la présence de la Suisse à l’étranger, dirigée par Willy Spühler, nouveau président de Pro Helvetia18. Cette commission chargée de promouvoir l’image de la Suisse sur la base des nouvelles méthodes du marketing et des relations publiques organisera notamment les Semaines suisses et la participation officielle aux expositions internationales, avant qu’en 1976, une loi fédérale ne fixe le cadre de ses activités19.

1968 et ses suites : la Suisse à la recherche de son temps perdu

  • 20 Sur les mouvements contestataires en Suisse durant les années 1960, voir notamment König, Kreis, M (...)
  • 21 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Séance du Conseil fédéral suisse, extrai (...)
  • 22 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Hemisfair San Antonio, Pavillon suisse, (...)
  • 23 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Hans Peter Tschudi au Conseil fédéral, B (...)
  • 24 Pour plus de précisions à ce sujet, voir la brochure publiée par Pro Helvetia Eine Ausstellung ent (...)
  • 25 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Adam and Eve in the Alps, s. d.

8En 1968, en raison des critiques formulées par les Suisses à l’étranger et d’autres milieux, en particulier ceux d’une jeunesse mise en mouvement(s)20, et de la perte du prestige de la Suisse sur le plan international, le Conseil fédéral décide la participation à l’exposition internationale HemisFair, qui a lieu à San Antonio, au Texas21. Conçu par un comité d’organisation dont font partie l’Office suisse d’expansion commerciale (OSEC) et Pro Helvetia, le pavillon suisse souhaite mettre l’accent sur l’humour et l’ironie. De plus, les organisateurs se proposent de tenir compte des critiques les plus récurrentes adressées à la Suisse en affirmant, par exemple, que la Suisse a toujours aimé les étrangers22. La présentation thématique des différents aspects de la vie nationale est placée sous le signe du temps. L’idée centrale est de démontrer que « dans le temps qui passe, il y a une mesure suisse23 ». Elle est par exemple illustrée par une machine à voler pilotée par Guillaume Tell. Fondée donc sur l’humour et suivant une approche ironique des mythes nationaux, la présentation globale du pays permet de combiner les traditions avec la modernité et le progrès24. Cependant, le temps n’a pas la même fonction dans tous les domaines exposés : alors qu’il sert à illustrer l’ouverture sur le plan économique, il est plutôt axé sur la permanence du système établi en matière politique. Le mode de communication humoristique ne conduit par conséquent pas à une mise en question des éléments fondamentaux du discours identitaire. Cependant, il entraîne un décalage entre l’autoreprésentation et les attentes du public, qui ne se retrouve pas dans une image trop éloignée des stéréotypes utilisés de longue date et consolidés durant l’après-guerre par la propagande suisse elle-même. Intitulée Adam and Eve in the Alps, la brochure publiée par Pro Helvetia à l’occasion de l’exposition illustre le même principe d’une approche ironique qui ne modifie pas les fondements du discours identitaire, malgré les innovations dans la forme et dans l’iconographie utilisée25. De ce point de vue, l’ouverture du temps vers l’avenir semble concerner le mode de communication plutôt que le contenu.

  • 26 Plus de détails sont donnés à ce propos dans le livre de Crettaz, Jost et Pithon (1987).

9Dans une conférence qu’il consacre en 1972 à l’identité suisse contemporaine, Karl Schmid, professeur de langue et de littérature allemandes à l’école polytechnique de Zurich et auteur du livre Unbehagen im Kleinstaat (1963) – Malaise suisse – considère le problème du malaise helvétique et du fossé des générations en fonction de modèles divergents de l’évolution temporelle (Schmid 1972). Du point de vue de la jeunesse, la politique suisse apparaît selon lui comme uniquement réactive et profondément conservatrice. L’incompréhension entre les générations s’explique par une caractéristique du discours identitaire traditionnel, qui perçoit l’évolution temporelle et le changement comme un phénomène menaçant et négatif. Karl Schmid présente la politique suisse comme une défense contre le temps et ses conséquences. En effet, les piliers fondamentaux de l’identité suisse sont liés non au temps, mais à l’espace (les montagnes, la position centrale en Europe) qui n’est par définition pas soumis au changement. Pour illustrer sa thèse, Karl Schmid cite l’écrivain Jérémias Gotthelf qui, selon lui, détestait le temps, car celui-ci mettait en péril la création divine. Rappelons que dans le message sur la défense nationale spirituelle de décembre 1938, Jérémias Gotthelf était cité comme l’incarnation de l’esprit suisse : sa perception du problème du temps reflète un univers paysan dominé par un modèle organisé autour du cycle immuable et rassurant des saisons26. Pour sortir de sa crise identitaire, la Suisse doit par conséquent abandonner le modèle cyclique du temps et entrer dans l’histoire.

L’autonomie d’une politique culturelle qui passe de la propagande à la présence

  • 27 Archives fédérales suisses, fonds OSEC, 922, Montréal 1967, vol. 91. Lettre de J. Henneberger à C. (...)
  • 28 À ce sujet, voir Revaz 2003 et l’article à paraître du soussigné dans la revue Documents, intitulé (...)
  • 29 Voir à ce sujet l’ouvrage de synthèse d’Hervé Dumont (1987).
  • 30 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1984/84, vol. 389. Pierre Barbey à Luc Boissonnas, Montréal (...)
  • 31 Archives fédérales suisses, E 9510.6 1991/51, vol. 991. Notice Pro Helvetia, 11 juin 1982.

10La participation de la Suisse à l’exposition Terre des hommes organisée à Montréal en 1967 soulève plusieurs débats de fond. Tout d’abord l’espace de réflexion critique dévolu aux créateurs suisses par le commissaire suisse officiel Victor Nef apparaît restreint. Il s’agit avant tout de ne pas choquer les principaux partenaires économico-financiers du continent américain, et la pièce de Max Frisch La Muraille de Chine (1946) mise en scène à Montréal par le théâtre de Carouge est censurée pour sa réplique affirmant que « L’Espagne n’est pas absolument devenue une démocratie, mais par contre une base américaine très sérieuse... »27. La programmation culturelle romande tente quant à elle d’affirmer plus nettement sa présence sur le terrain de la francophonie où les diplomates suisses avancent à reculons, craignant exagérément la rupture du fragile équilibre pluriculturel helvétique28. En 1972, lors d’une manifestation qui prolonge l’Exposition universelle de Montréal, une polémique éclate entre la fondation Pro Helvetia et les représentants du Département politique qui critiquent de manière virulente le choix des films présentés à cette occasion au public canadien, dont Siamo Italiani d’Alexander J. Seiler (1964). Ce représentant d’un nouveau cinéma suisse n’hésite pas à traiter de questions sociopolitiques délicates, telles que les conditions de vie des travailleurs immigrés italiens en Suisse29. Pierre Barbey, responsable des manifestations organisées à Montréal et défenseur des valeurs conservatrices officielles, accuse la fondation de s’employer à détruire l’image que les représentations diplomatiques et les consulats s’efforcent de créer30. L’épisode est caractéristique d’un éclatement progressif de l’image diffusée à l’étranger en raison d’attitudes divergentes des organes chargés de sa promotion. Alors que les représentations des années 1950 sont marquées par leur homogénéité et ne varient pas beaucoup en fonction des différents organes émetteurs, Pro Helvetia s’éloigne dès le début des années 1960 de plus en plus du consensus officiel. Sur le plan intérieur, la fondation soutient dans le contexte du malaise helvétique une culture plus contestataire, qui met en question les idéaux véhiculés par la défense nationale spirituelle. Il en résulte une redéfinition du label Swiss made dans la création artistique, qui ne répond plus forcément aux attentes ni des milieux diplomatiques, ni des colonies suisses. Dans la Commission pour la présence de la Suisse à l’étranger créée en 1976, Pro Helvetia est perçue comme une institution de plus en plus périphérique et indépendante. En 1981, à la suite d’une Semaine suisse organisée à Houston, la fondation envisage même de ne plus participer à ce genre de manifestations31. Dès lors, l’image uniforme diffusée à l’étranger durant les années 1950 fait place à des stratégies autonomes qui ne sont plus forcément complémentaires. Mais les moyens financiers les plus importants étant consacrés à la promotion de l’image de marque du pays à travers l’Office suisse d’expansion commerciale et l’Office national suisse du tourisme, l’autonomie croissante de Pro Helvetia ne semble cependant pas encore avoir des conséquences importantes sur le plan de la perception globale du pays.

  • 32 Sur l’histoire du Centre culturel suisse à Paris, faute d’étude publiée, on consultera le travail (...)
  • 33 Pour les activités du Centre culturel suisse à Paris, voir les rapports d’activité de Pro Helvetia (...)
  • 34 Voir Pauline Milani, « 70 ans d’histoire institutionnelle », in Pro Helvetia 1939-2009, sortie de (...)

11Avec l’inauguration en 1985 du Centre culturel suisse de Paris, la fondation Pro Helvetia dispose pourtant de la première antenne indépendante à l’étranger pour faire connaître les réalisations culturelles suisses32. Cependant, ce centre culturel est conçu davantage comme une plateforme à disposition des artistes suisses que comme une agence de propagande culturelle. La promotion de l’image est secondaire par rapport à la mise en contact des artistes et à l’encouragement de la création33. De ce point de vue, la création du centre culturel apparaît comme l’aboutissement d’un processus qui conduit d’un concept de propagande culturelle considérée comme un élément auxiliaire de la politique extérieure, vers celui d’une présence culturelle, dans laquelle les créateurs ne jouent plus uniquement le rôle d’ambassadeurs d’une certaine idéologie ou de l’identité officielle. La création devient elle-même une préoccupation centrale de la fondation. Certains programmes qu’elle a mis en place illustrent cette évolution. Ouvert aux écrivains suisses, le programme Swiss Writer-in-Residence, introduit en 1979 en collaboration avec l’University of Southern California à Los Angeles, combine l’idée de la promotion de l’art suisse avec celle de la création (voir par exemple l’écrivain Hugo Loetscher ; voir Gillabert 2009). Enfin, une réorganisation structurelle de Pro Helvetia accompagne ce changement de conception : alors que, jusqu’à la fin des années 1970, un groupe autonome était chargé du rayonnement culturel à l’étranger, les groupes de travail responsables des différents genres culturels s’occupent dès la seconde moitié des années 1980 en même temps du soutien sur le plan intérieur et de la politique culturelle extérieure34.

12Amorcée durant le dernier quart du xxe siècle, cette évolution de la représentation de la Suisse et de sa place dans l’environnement politico-culturel extérieur aboutira au tournant du xxie siècle. Cette période récente correspond pour l’ensemble du pays à un moment de net affranchissement d’avec une mémoire figée et pesante qui l’a longtemps entravé dans sa quête difficile d’un avenir ouvert sur le monde. C’est sous l’influence de pressions extérieures que la Confédération et ses citoyens se verront forcés, non sans difficultés et débats identitaires profonds, à un réexamen de leur rôle durant la Seconde Guerre mondiale entre 1995 et 2002. Une façon de tourner définitivement la page d’une défense nationale spirituelle créée en 1938, et qui a longtemps conditionné les horizons politico-culturels de la Suisse, l’empêchant de participer pleinement aux enjeux européens et mondiaux de la seconde moitié du xxe siècle.

13Aujourd’hui, la culture politique suisse demeure marquée par l’illusion d’une souveraineté fondée sur le splendide isolement et la fausse croyance en une position politico-économique forte sur la scène internationale qui en découle. Le nationalisme conservateur helvétique a beau jeu de perpétuer dans l’opinion le mythe du Sonderfall ou exceptionnalité suisse : dans les faits, le pays risque de plus en plus, en suivant cette voie isolationniste et en boudant l’Europe communautaire, de perdre toute liberté d’action. Affranchis depuis peu d’une mémoire sans avenir qui les figeait dans le culte d’un passé mythifié autour des valeurs de la défense nationale spirituelle, la Suisse et les Suisses se trouvent placés devant le défi d’assumer une appartenance européenne, historiquement, culturellement et politiquement, afin de ne pas disparaître de la scène mondiale. Terminons dans ce sens par un petit clin d’œil. En 2004, l’instance politico-culturelle officielle Présence suisse a édité une petite bande dessinée intitulée : Au pays qui inventa le futur. Le message qui y est délivré, largement diffusé par les représentations diplomatiques helvétiques, tente de réconcilier les mythes fondateurs de l’identité suisse avec une vision de l’avenir du pays ouverte sur le monde et la modernité. C’est en effet pour réparer un synchrotron bloqué en l’an 3000 qu’une agente « interdimensionnelle » subtilement baptisé « I.D. » recherche sur Terre le secret de la maîtrise spatio-temporelle permettant de faire repartir le Temps et de retrouver la mémoire du passé... I.D. le découvrira en faisant sienne une devise helvétique inspirée des artisans horlogers jurassiens : « Tirer de l’énergie à partir des polarités, tirer parti des différences au lieu de les combattre. » C’est ce message qu’elle emportera vers le futur, à bord d’un vaisseau spatial de secours dissimulé... dans la fameuse sphère armillaire offerte par la fondation Wilson au palais des Nations de Genève en 1939 ! Par l’intermédiaire de ce symbole de l’ouverture de la Suisse au monde, le « retour vers le futur » est donc rendu possible pour I.D.... Si cette volonté politique est aujourd’hui affirmée, largement diffusée et vulgarisée, encore faut-il convaincre les Suisses de ce changement de paradigme pour leur permettre de poursuivre leur difficile et longue marche d’ouverture au monde.

Bibliographie

Renvois bibliographiques

Annuaire de la fondation Pro Helvetia 1939-1964. 1964. Zurich, Orell Füssli : 194-197.

Barberis, Serena. 2000. La création et le développement du Centre culturel suisse à Paris, travail de recherche. Université de Fribourg, chaire d’histoire contemporaine.

Bitterli, Urs. 2009. Jean Rudolf von Salis. Historiker in bewegter Zeit. Zurich, Verlag Neue Zürcher Zeitung.

Bonjour, Edgar. 1946. Swiss Neutrality. Its History and Meaning. Londres, George Allen & Unwin.

Bretscher-Spindler, Katharina. 1997. Vom heissen zum kalten Krieg. Vorgeschichte und Geschichte der Schweiz im Kalten Krieg 1943-1968. Zurich, Orell Füssli.

Commission indépendante d’experts Suisse-Seconde Guerre mondiale. 2002. La Suisse, le national-socialisme et la Seconde Guerre mondiale : rapport final. Zurich, Pendo.

Crettaz, Bernard, Jost, Hans Ulrich et Pithon, Rémy. 1987. Peuples inanimés, avez-vous donc une âme? Images et identité suisses au xxe siècle. Lausanne, Université de Lausanne.

La démocratie suisse, 1848-1948 : centenaire de l’Etat fédératif. 1948. Morat, Éditions patriotiques.

Dumont, Hervé. 1987. Histoire du cinéma suisse. Lausanne, Cinémathèque suisse.

Gillabert, Matthieu. 2009. « La Swiss attitude au contact américain. Évolution d’une présence culturelle », Traverse. Revue d’histoire, 2 : 73-84.

Hauser, Claude. 2008. « Attirances nécessaires, amour impossible : les ambiguïtés des relations américano-suisses au sortir de la Seconde Guerre mondiale » in Olivier DARD et Hans-Jürgen Lüsebrink (éd.), Américanisations et anti-américanismes comparés. Villeneuve-d’Asq, Presses universitaires du Septentrion : 135-148.

Haver, Gianni et Jacques, Pierre-Emmanuel. 2004. Le spectacle cinématographique en Suisse 1895-1945. Lausanne, Antipodes.

Jost, Hans Ulrich. 1999. Europa und die Schweiz 1945 bis 1950. Europarat, Supranationalität und schweizerische Unabhängigkeit. Zurich, Chronos.

Kessler, Franz. 1993. Die Schweizerische Kulturstiftung, Pro Helvetia. Zurich, Schulthess.

König, Mario, Kreis, Georg, Meister, Franziska et Romano, Gaetano (éds.). 1998. Dynamisierung und Umbau: die Schweiz in den 60er und 70er Jahren. Zurich, Chronos.

Leimgruber, Walter et Christen, Gabriela (dir.). 1992. Sonderfall? La Suisse entre le réduit national et l’Europe. Zurich, Musée national suisse.

Mooser, Josef. 1997. « Die Geistige Landesverteidigung in den 1930er Jahren », Revue suisse d’histoire, 47 : 685-708.

Müller, Bertrand et Boschetti, Pietro. 2006. Entretiens avec Jean-François Bergier. Carouge-Genève, Zoé.

Petitpierre, Max. 1952. « La Suisse dans le monde actuel » in Hans Frick, Werner Naef et Max Petitpierre, Die Schweiz im Notstand der Gegenwart: Vorträge. Zurich, Polygraphischer Verlag.

Reszler, André. 1986. Mythes et identité de la Suisse. Genève, Georg.

Revaz, Gilles. 2003. La Suisse et la francophonie. Paris, CIDEF-AFI.

Salis (de), Jean-Rodolphe. 1965. « Die getadelte Schweiz », Weltwoche, 27 août.

Schmid, Karl. 1972. « Schweizerisches Selbstbewusstsein heute », Neue Zürcher Zeitung, 9 avril.

Traz (de), Robert. 1944. Switzerland, Land of Peace and Liberty. Lausanne, OSEC.

Notes

1 Le projet, qui s’achève fin 2009 et débouchera sur une publication de synthèse, s’intitule « Les relations culturelles internationales de la Suisse 1945-1990 ». Trois chercheurs y sont associés : Matthieu Gillabert, Thomas Kadelbach et Pauline Milani.

2 Parmi la littérature abondante existant sur le Sonderfall suisse, on consultera notamment Leimgruber et Christen 1992.

3 Cet important débat historiographique et identitaire a produit la publication des travaux de la Commission indépendante d’experts Suisse-Seconde Guerre mondiale (2002). On consultera avec profit également le livre d’entretien réalisé avec le président de cette commission : Müller et Boschetti 2006.

4 Pour une définition complète et nuancée de celle-ci, voir l’article de Josef Mooser (1997).

5 Voir La démocratie suisse, 1848-1948 : centenaire de l’Etat fédératif (1948), en particulier le chapitre d’Henri de Ziégler.

6 Une thèse défendue par exemple par le rédacteur en chef de la Neue Zürcher Zeitung Willy Bretscher dans sa brochure : Schweizerische Aussenpolitik in der Nachkriegszeit. Zurich, Neue Zürcher Zeitung, 1951. Sur la destinée de la défense nationale spirituelle durant la guerre froide, voir l’ouvrage de Katharina Bretscher-Spindler (1997).

7 Pour plus de détails, consulter notamment l’article du soussigné (2008).

8 À ce propos, voir la synthèse de Haver et Jacques (2004).

9 À côté de l’ouvrage classique de Kessler (1993), on pourra également bientôt se référer à l’article de Matthieu Gillabert, Claude Hauser, Thomas Kadelbach et Pauline Milani : « La culture comme politique publique : le cas de la Suisse » dans l’ouvrage collectif consacré aux politiques publiques de la culture, dirigé par Philippe Poirrier.

10 En attendant la thèse de Thomas Kadelbach, qui analyse en détail les œuvres de ces deux intellectuels, on peut citer quelques-uns de leurs textes représentatifs : de Georg Thürer, Die älteste Demokratie der Welt hat Geburtstag, 3 juillet 1953 et Die schweizerische Demokratie in den Kantonen, 28 juillet 1954; de Maurice Zermatten, La Suisse en fête, 12 juin 1953.

11 L’article de Charly Clerc s’intitule : « Pour le Premier août 1955. Faire de nécessité vertu » (Archives fédérales suisses, E 9510.6 1991/51, vol. 69).

12 Ce thème est développé dans l’article à paraître de Matthieu Gillabert : « Pro Helvetia sur la scène internationale : pièce en quatre actes » in Pro Helvetia 1939-2009, sortie de presse prévue début 2010.

13 Annuaire de la Nouvelle Société helvétique Nr. 34, 1963. Pour la version internationale de l’ouvrage, voir Archives fédérales suisses, E 2001 (E) 1976/17, vol. 86.

14 « Präsenz der Schweiz im Ausland », Echo, n° 11, 1964.

15 Voir à ce propos également la récente biographie de Jean-Rodolphe de Salis publiée par Urs Bitterli (2009).

16 Archives fédérales suisses, E 1050.12 1995/511, vol. 3. Procès-verbal de la commission de politique extérieure du Conseil national, 17 septembre 1965.

17 Bulletin officiel de l’Assemblée fédérale, 7 octobre 1965, p. 560. Archives fédérales suisses, E 2200.36 1980/24, vol. 74. Département politique fédéral, Zusammenfassung der Aussprache zum Thema “Präsenz der Schweiz”, Berne, 9 décembre 1965.

18 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1984/84, vol. 389. Conseil fédéral suisse, décision du 13 mars 1972.

19 Feuille fédérale 1976 : 1063-1065.

20 Sur les mouvements contestataires en Suisse durant les années 1960, voir notamment König, Kreis, Meister, Romano (1998).

21 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Séance du Conseil fédéral suisse, extrait du procès-verbal, 2 mai 1967.

22 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Hemisfair San Antonio, Pavillon suisse, s. d.

23 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Hans Peter Tschudi au Conseil fédéral, Berne, 16 août 1967.

24 Pour plus de précisions à ce sujet, voir la brochure publiée par Pro Helvetia Eine Ausstellung entsteht: HemisFair 68, Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Plus généralement, sur l’utilisation des mythes dans l’histoire de la Suisse, on consultera le livre d’André Reszler (1986).

25 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1980/85, vol. 326. Adam and Eve in the Alps, s. d.

26 Plus de détails sont donnés à ce propos dans le livre de Crettaz, Jost et Pithon (1987).

27 Archives fédérales suisses, fonds OSEC, 922, Montréal 1967, vol. 91. Lettre de J. Henneberger à C. Apothéloz, 18 octobre 1966.

28 À ce sujet, voir Revaz 2003 et l’article à paraître du soussigné dans la revue Documents, intitulé : « La Suisse au défi de la francophonie : entre aspirations culturelles et réticences politiques (1960-1970) ».

29 Voir à ce sujet l’ouvrage de synthèse d’Hervé Dumont (1987).

30 Archives fédérales suisses, E 2003 (A) 1984/84, vol. 389. Pierre Barbey à Luc Boissonnas, Montréal, 27 juillet 1972.

31 Archives fédérales suisses, E 9510.6 1991/51, vol. 991. Notice Pro Helvetia, 11 juin 1982.

32 Sur l’histoire du Centre culturel suisse à Paris, faute d’étude publiée, on consultera le travail de recherche de Serena Barberis (2000).

33 Pour les activités du Centre culturel suisse à Paris, voir les rapports d’activité de Pro Helvetia, en particulier celui de 1986, pages 113-119.

34 Voir Pauline Milani, « 70 ans d’histoire institutionnelle », in Pro Helvetia 1939-2009, sortie de presse prévue début 2010.

Auteurs

Claude HAUSER est professeur ordinaire en histoire contemporaine a l’université de Fribourg (Suisse). Il s’est spécialise dans le domaine de l’histoire culturelle et est membre fondateur du Groupe de recherche en histoire intellectuelle contemporaine. Thomas KADELBACH, licencie es Lettres, achève une thèse de doctorat a l’université de Fribourg sur les représentations de la Suisse dans ses rapports culturels internationaux après 1945.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540