Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une pirogue pour le Paradis

 | 
Marc Tabani

Chapitre II. Alors vint John Frum : Green Point ou le mythe fondateur

Texte intégral

1Ce mythe inédit sur les premières apparitions de John Frum à Green Point me fut confié par Jimmy Yoma (maître de la pirogue du imwarëm de Yamwatarkarëk) assisté des autres big-men (près d’une vingtaine) descendant des premiers adeptes de John Frum de la région, dont deux témoins directs, Kamti de Yankwaneneay et Tourë de Raokowa. Cette narration, fruit d’un accord collectif de tous les participants lors d’une séance exclusive (29-3-2004), fut prononcée en langue du sud de Tanna (nëninëfe) et simultanément traduite en bislama. En voici quelques extraits significatifs :

Lorsque l’affrontement [entre Nakua – Satan – et le second esprit simultanément apparu à Green Point] prit fin, ce dernier s’exprima publiquement. Il s’adressa en ces termes à Kahu et à un autre big-man : « Nous avons terminé notre lutte. Nous avons frappé Nakua, nous l’avons chassé. Il s’est réfugié de l’autre côté de la montagne et ne reviendra plus en ce lieu. » Quand il eut fini de parler ainsi aux big-men, il se mit à rassembler les gens, à travailler à leur unité. Il leur parla ainsi : « Désormais, j’ai choisi un jour, afin que vous puissiez vous rassembler, le vendredi. À présent nous allons débuter notre travail, nous ne jurerons plus, nous ne frapperons plus à tout va, nous devrons nous respecter les uns les autres, nous ne manifesterons plus de jalousie, nous ne convoiterons plus ce qui appartient à un autre homme. Au cas où quelqu’un regarderait après le bien d’un autre, il doit le lui demander, pas le convoiter. » Il ordonna à tous les hommes de commencer à mettre en œuvre cet ensemble de lois.

Il établit alors son service d’ordre, sa police, en vue de s’occuper de toutes les choses propres à un gouvernement : « Avec ces gouvernements, vous allez pouvoir réaliser ce que nous voulons entreprendre. » Il nomma le gouvernement wejes [salaires] qui fut confié à Tëpën. Le gouvernement karsin [kérosène] fut pour Kamti. Puis il désigna le gouvernement Laet [lumière/électricité], l’attribua à Niawo et Kasu, nota un signe sur un papier et le leur remit. Le gouvernement harikan [cyclone] que nous appelons nëmatagi, fut pour Nabang. Kwanirmwanga reçut le gouvernement loia [justice]. Le haut-commissaire pour tous ces gouvernements fut Nokues. Le gouvernement bel [du nom du révérend presbytérien J. Bell, homonyme de la cloche, symbole chrétien] fut pour Taora Niare, le gouvernement ref [arbitre] pour Uliermo, le gouvernement stil [acier] pour Wankameru. Telle est la liste de tous ces gouvernements.

Il désigna ensuite les policiers qui dépendaient du Conseil qu’il avait mis en place. Parmi ces policiers, se trouvaient Kahu, Katipasae et Kwaremun. Un autre s’appelait Karoo et un autre encore Manëhevi. Il y avait encore d’autres policiers, mais je ne peux pas les mentionner tous...

À cet instant, lorsque tous commencèrent à entreprendre ce qu’il avait ordonné de faire, il révéla son nom : « Mon nom est John Frum. » De sorte que tout le monde aujourd’hui l’appelle John Frum, mais les anciens prononçaient son nom « John Broom » [...].

Par la suite, tous les gouvernements dont le haut-commissaire était Nokues cessèrent le travail, car ce dernier était un dirigeant de l’Église des adventistes du Septième Jour. Il avait des doutes quant au but à poursuivre et commença à dire aux gens : « Nous sommes en train d’entreprendre des choses et je n’ai encore rien vu, il doit s’agir d’un esprit mauvais. » Alors [John Frum] fit en sorte que ce dernier le découvre. Il prévint Kahu qui vint dire à l’ensemble des hommes qu’ils devaient aller s’emparer des chèvres de Nokues : « Rapportez-les et nous les mangerons. » Ils sont donc allés chercher les chèvres. Deux la première fois, puis ils firent l’aller-retour et mangèrent huit des chèvres de Nokues qui se mit en colère. Ils avaient mangé ses chèvres pour l’attirer. Après maintes hésitations, il vint assister à un rassemblement pour dénoncer le vol des chèvres que [John Frum] avait ordonné de manger. [John Frum] dit en cette occasion ainsi à Nokues : « L’endroit où paissent tes chèvres n’est pas à toi, il est à nous tous. » Puis il ajouta : « Combien pour toutes ces chèvres ? Je te paie de suite pour chacune d’elles. » Nokues prit peur et répondit : « Non, ça ne marche pas, tu seras incapable de me payer. » Et il rentra chez lui, puis se rendit chez M. Nicol [le délégué britannique de Tanna] pour déposer sa plainte.

Lors des derniers moments de sa présence, [John Frum] convoqua tous les man Tanna. Lorsqu’ils vinrent à Yamwatarkarëk il leur demanda : « Que souhaitez-vous ? Car le gouvernement britannique nous réprime à cause de ce que nous souhaitons réaliser ensemble. » Il prit comme exemple une liane sauvage : « Il y a une liane qui s’appelle karkarepa. Lorsqu’elle pousse et que vous en coupez l’extrémité, elle engendre une autre liane. Tandis que vous allez rester ici, j’irai couper la racine de cette liane. Elle se desséchera, puis, au fur et à mesure, elle repartira à son extrémité. » Les gens venus de toutes des régions de Tanna se mirent à choisir la promesse qu’ils attendaient de lui. James Yenayeu se vit promettre la voiture qu’il souhaitait. Ensuite, le vieux Nangia demanda de l’argent. Le vieux Manuing a réclamé un gouvernement. Le vieux Yaotim voulait un commerce. Seloki souhaitait un réfrigérateur. Nakomul souhaitait des cochons et des poulets.

[John Frum] demanda ensuite à tous nos big-men de ce lieu : « Vous, que souhaitez-vous ? » Embarrassés, les big-men voulurent en discuter entre eux auparavant. Le jeune Tëpën s’adressa alors à lui : « Nous autres réclamons simplement ta présence. » « Non, car j’appartiens à vous tous. » Mais tous réitérèrent : « Nous ne voulons que toi. » « C’est donc moi que vous voulez ? » Pour illustrer son propos il nettoya le sol [Yoma, le narrateur, dégage un espace et y dépose une feuille de banian] : « Vous serez comme la première feuille qui tombe à cet endroit. Beaucoup de déchets viendront vous recouvrir. [Yoma recouvrit la première feuille verte d’une poignée de feuilles mortes.] Mais vous vous resterez. » Il ajouta encore à nos anciens : « Vos commandements seront de cesser de discuter à propos de la terre, de ne plus vous disputer à cause des femmes. Ce sont là les deux principales volontés de Dieu, vous concernant. »

Ce fut alors la fin de son discours. Il ajouta à l’intention de tout le monde : « À présent, vous devez rester là, pour faire des danses coutumières et suivre la coutume, vous allez rester là. Quant à moi, un jour, je viendrai de nouveau à votre rencontre. »

L’ENQUÊTE DE JEAN GUIART

2Fin 1940, le délégué britannique de Tanna (District Agent), l’autoritaire James Nicol, signale à sa hiérarchie de nombreuses danses et beuveries de kava qui se déroulent à Green Point. L’année suivante, il associe ces manifestations à un certain John Frum qui promet aux participants à ces réjouissances des courges remplies de shillings. Il ne s’en montre ni surpris ni inquiet, et les met sur le compte d’une habituelle volonté de défier son autorité. Mais dans un rapport général sur la situation, daté du 6 juin 1941, Nicol fait subitement volte-face et devient alarmiste. Il juge avoir sous-estimé une enquête qu’il avait diligentée en novembre 1940 au sujet du vol des chèvres de Nokues, l’assesseur suppléant du district de Green Point, lesquelles auraient servi à nourrir les gens venus voir John Frum.

3Kahu et Karoo avaient été convoqués par Nicol pour répondre de cette plainte. Ils reconnurent que John Frum leur parlait la nuit, prônant le travail communal et condamnant la paresse. Méfiant, Nicol envoie trois hommes de confiance, sans se joindre à eux, car il était dit que John Frum ne se manifestait pas en présence de Blancs. Les trois hommes en reviennent complètement acquis à la cause de John Frum. Offusqué, le délégué du Condominium procède à des arrestations pour tenter de stopper le flot des visiteurs en provenance de toute l’île qui se rendent à Green Point. Kahu et Karoo sont les principaux suspects ; le second arrive à s’échapper en janvier 1941.

  • 1 Près de 1 000 livres en quinze jours alors que les salaires sont habituellement de 45 shillings pa (...)

4Dans les semaines qui suivent l’évasion de Karoo, l’agitation semble s’apaiser, avant de reprendre de plus belle lorsque Nicol part en bateau pour l’île d’Aneytum (avril 1941). Les man Tanna prédisent non seulement sa mort, mais envahissent également, comme un seul homme, les échoppes de brousse tenues par des colons, pour y dépenser toutes leurs économies1. Des danses sont tenues chaque nuit dans un village différent, le nombre des participants est tel qu’il faut abattre le bétail et les cochons en grand nombre, sans plus d’égards envers leurs propriétaires. Ces troubles culminent au printemps 1941. À la faveur du départ en congés du missionnaire presbytérien Bell, l’office religieux à Lenakel est totalement déserté le dimanche 11 mai. L’absence simultanée de Nicol renforce encore l’inquiétude parmi les Blancs installés dans l’île. Le père Martin, missionnaire catholique, l’avertit dès son retour qu’un massacre imminent des Européens est plus que probable.

5Le 16 mai Nicol se rend à Yamwatarkarëk, trouve le village absolument vide, à commencer par la case réservée à John Frum et les nombreux abris pour ses visiteurs. L’arrivée de renforts de police à Tanna lui permet, avec l’aide du chef Koukare de White Sands (côte est), de faire arrêter tous les suspects et de retrouver Karoo. Ce dernier maintient dans ses déclarations que John Frum est un « pur esprit ». Sur les indications de Kahu, on appréhende néanmoins un certain Manëhevi, qui se voit accusé d’être l’imposteur et avoue, lors d’un interrogatoire, avoir joué le rôle de John Frum. Devant l’attitude des big-men de Green Point, qui lui offrent 100 livres en dédommagement pour les frais occasionnés par l’intervention policière et lui signent une lettre disant qu’ils répondraient personnellement de nouveaux incidents, Nicol croit son autorité restaurée. Manëhevi et Karoo, considérés par l’administration comme les principaux fauteurs de troubles, sont envoyés en détention à Port-Vila. Les cases de John Frum et celles destinées à accueillir ses adeptes sont incendiées.

  • 2 La lettre de Joe Nalpin, seul texte indigène sur les débuts de John Frum, est adressée à son père (...)

6Mais rien n’y fait, malgré la répression, les aveux d’imposture, la prison, l’exil, la croyance en John Frum se généralise. À Green Point, l’affaire John Frum rebondit en janvier 1942, avec l’interception par Nicol de lettres envoyées des Vila, écrites par Joe Nalpin sous la dictée de Jack Kahu. Nalpin, personnage important de la région de Lenakel, engagé dans la milice britannique à Vila après y avoir séjourné plusieurs années en prison pour une affaire de mœurs, fait remonter sa croyance en John Frum à une période antérieure à son exil à Vila (1937). Nicol redoute le contenu prophétique accentué de ces lettres qui identifient John Frum avec Karapanemun, un puissant esprit vivant sur le mont Tukosmera, familier aux habitants du sud de Tanna. D’après ces écrits, John Frum serait en fait John Broom, celui qui allait balayer tous les Blancs hors de l’île. Nalpin prétend dans ses lettres n’être que le médiateur, le scribe d’un John Frum s’adressant directement à son peuple2.

7Les procès-verbaux fournissent quelques précisions sur John Frum et ses principaux propagandistes. Il apparut, une nuit, derrière un rocher, à Jack Kahu. Son visage était pâle comme celui d’un Blanc. Sans se présenter, il lui demanda de revenir la nuit suivante en compagnie de Kamti et Kwanirmwanga pour rapporter de la nourriture. Le lendemain, il les avisa qu’il avait abandonné son nom et ne s’appelait plus Karapanemun. Il souhaitait qu’on lui construise une case sur un promontoire surplombant la falaise à Yamwatarkarëk. Lorsque ce fut accompli, il y vint régulièrement, de nuit, après le rite du kava. Toujours assisté de Karoo lors de ses apparitions, celui-ci se chargeait de clarifier ses propos lorsqu’ils devenaient incompréhensibles. Car John Frum s’adressait généralement à l’assistance depuis l’intérieur de sa case et sa voix était suraiguë. D’après le chef Koukare, virulent détracteur de John Frum, ce dernier était un homme de Tanna, du moins si l’on se fiait à sa façon de serrer la main à ses visiteurs.

8Tempéré au départ, le contenu des discours tenus par John Frum se radicalisa au fur et à mesure du succès qu’il remportait. Au début, il aurait beaucoup été question de la valeur du travail communautaire (débroussaillage des jardins, construction des cases), de problèmes concernant les échanges traditionnels et, dans un premier temps, d’obéissance à l’administration et à la Mission. Devant ses partisans toujours plus nombreux, John Frum se mit alors à encourager la « véritable coutume », celle de leur île, notamment les danses et la consommation du kava qu’il jugeait bénéfiques.

9Enfin, après qu’il se fut assuré d’un vaste soutien, ses discours se changèrent en prophéties. Pour son prochain retour sur l’île, les prédictions étaient grandioses : l’île allait se renverser, et serait réunie avec les îles d’Erromango et d’Aneytum lorsqu’elle se retournerait de nouveau à l’endroit ; les montagnes s’écrouleraient et les vallées seraient comblées ; l’argent n’aurait plus cours, il fallait vite le dépenser pendant qu’il en était encore temps, car bientôt viendrait la monnaie envoyée par John Frum, sur laquelle ne figurerait plus le profil du roi d’Angleterre mais l’image d’un cocotier ; tous devaient quitter les Églises chrétiennes, chômer le vendredi et non plus le dimanche, s’ils espéraient un jour intégrer 1’Église de John Frum ; les man Tanna disposeraient de maisons identiques à celle des Européens lorsque la disparition de leur monnaie aurait provoqué le départ de ces derniers. Ce jour-là, John Frum s’emparerait du gouvernement de Tanna et verserait un salaire à ses collaborateurs ; nul ne devait s’inquiéter des arrestations, car tous les avions que l’on voyait dans le ciel (en ce début de guerre) étaient les siens, et destinés à faire évader de prison ses partisans.

AUTRES RAPPORTS SUR JOHN FRUM

10Parmi les extraits fournis par Guiart des rapports d’archives britanniques et français, l’on dispose de deux documents essentiels ; les rapports de Nicol au commissaire résident britannique à Vila, et du révérend Bell au synode de l’Église presbytérienne à Tanna en 1941. Ces documents apportent quelques détails supplémentaires sur toute la démesure dont s’entoure dès le départ le mouvement.

11Les apparitions de John, lors des grands rassemblements à Green Point, se faisaient la nuit, tous feux éteints. Toute lumière était interdite, même celle d’une pipe ou d’une cigarette. Son visage était toujours caché par un grand chapeau et il portait une longue robe blanche. Les participants s’asseyaient autour de lui, plus ou moins près, selon l’importance accordée par John Frum à chaque dignitaire présent. Il parlait peu, mais ses discours étaient tenus dans la langue du sud de Tanna. Il s’opposait au travail bénévole pour le compte des Blancs et promettait aux man Tanna de l’argent pour qu’ils puissent acheter de la nourriture. Les jardins sont ainsi dévastés sans scrupule pour nourrir tous les visiteurs, sans que l’on en replante de nouveaux, le bétail est abattu en grand nombre et les dépenses d’argent ne seraient qu’un moyen, parmi d’autres non avoués, de chasser définitivement les Blancs. L’idée que John Frum est l’envoyé de Dieu s’accompagne de la « recrudescence d’anciens “dieux”, dont beaucoup de Tannais ne se souvenaient même plus » (Bell, in Guiart 1956).

12Nicol évoque toutes les difficultés qu’il rencontre à pousser plus loin sa politique de répression : « Il faudrait arrêter 75 % de la population. » Il admet également que si les troubles ont d’abord pris pour cible la Mission, l’autorité de l’administration se voit elle-même déjà sérieusement atteinte. Nicol et Bell font la part belle, dans leurs rapports, aux rumeurs incroyables qui courent dans la brousse. Dans un contexte général qu’il qualifie de chaotique, le délégué britannique considère ces rumeurs comme un mélange confus (hotch-potch) de propos insensés, « d’absurdités prophétiques d’inspiration adventiste, de nouvelles de guerres et de l’usage inconditionnel d’un langage et d’images bibliques » :

Des récits fantastiques se répandirent comme une traînée de poudre... [John Frum] vivait déjà à une époque antérieure à celle de Noé, il avait échappé au déluge en se réfugiant au-dessus des nuages, et n’a jamais connu la mort. Lui aussi est un serviteur de Dieu, par qui il fut d’ailleurs envoyé. Lorsque M. Nicol fit arrêter certains des suspects, le bruit courut que John Frum le forcerait à les libérer... John Frum était allé rendre visite au Délégué du Gouvernement et lui décocha un coup dans le nez, il but de la bière chez un commerçant, puis se rendit chez un autre dans une voiture en or. [Accompagnant les nouvelles de la guerre] il y a des discours sans fin sur l’acier « stil » qui avait le pouvoir de tuer et de détruire... Il y avait aussi toutes ces promesses faites dès le début de l’entreprise, promesses d’argent en abondance, de nouvelles maisons similaires à celle des Blancs, de nouvelles écoles, d’une nouvelle et véritable Église ainsi que d’un nouveau Gouvernement. (Propos de Nicol, in Guiart 1956.)

13L’article du père O’Reilly, daté de 1949, doit également être considéré comme une des compilations rigoureuses de faits concernant la première phase du mouvement John Frum. Il se fie à des témoins directs, bien que lui-même soit demeuré à Vila sans enquêter sur place. L’intérêt de ce texte est d’avoir voulu offrir au sujet de la croyance en John Frum une sorte de « synthèse catéchistique » de sa doctrine, dont les principes sont bien réels, même s’ils n’ont jamais été présentés de façon aussi cohérente par les meneurs du mouvement ou leurs partisans. Voici, d’après cet auteur, ce qu’annonça ce « wanfalla samting », ce « quelque chose » qui se nommait John Frum :

  1. Tout va être changé à Tanna. L’île va devenir plate. Il ne faut pas se promener dans les vallées, les montagnes vont s’écrouler et combler les rivières. Les Blancs s’en iront. Tanna se rejoindra alors avec Aneytum et Erromango.
  2. Tout le monde va redevenir jeune et il n’y aura plus de maladies.
  3. Chacun aura ce qu’il désire. Plus besoin de travailler. Inutile de continuer à cultiver des jardins, à faire des plantations, à élever des porcs. Jonfrum fournira à tous l’argent nécessaire à sa subsistance.
  4. Pour arriver à ces buts, il faut : 1. Tuer ou chasser tous les Blancs. Les Missions. Le Gouvernement, leurs agents, policiers et autres. Il y a quelques hésitations et contradictions vis-à-vis des missionnaires. 2. Supprimer la monnaie européenne. 3. Renvoyer chez eux les indigènes des autres îles. 4. Revenir aux anciennes coutumes. Et c’est ce dernier paragraphe qui est, évidemment, le plus prêché : reprise du kava, reprise des danses, reprise de la polygamie.

MYTHES, RITES ET HISTOIRE A L’ÈRE DE JOHN FRUM

14Les événements de Green Point ont donné naissance à ce qui a été appelé par les premiers observateurs, le « mouvement John Frum de 1940 ». Ils en représentent la première phase ou l’acte fondateur, en considération de ses développements ultérieurs. Ce point de départ se caractérise par une ferveur cultuelle qui connaîtra ensuite ses principaux prolongements dans les villages du nord et de l’est de Tanna. On peut parler d’un véritable séisme social, politique et religieux, dont les répliques furent d’une intensité au moins égale à la secousse initiale. Mais ces dernières ne se produisirent plus à Green Point où, depuis le départ de John Frum et dans l’attente de son retour, ne doit persister suivant ses commandements que la seule coutume.

15Les adeptes John Frum de Green Point tendent à ne pas reconnaître les interprétations contradictoires des groupes concurrents qui, dans les autres parties de l’île, se réclament également de John Frum. Ils n’accordent aucune légitimité mythologique ou rituelle à l’influente branche de Sulphur Bay (voir chapitres suivants), ne participent pas à ses activités cérémonielles, n’accompagnent par leurs chants à la guitare et à l’ukulélé ni ne s’éloignent pour leurs danses des chorégraphies traditionnelles. Leur kastom ne laisse aucune place à l’Amérique ou à l’origine américaine de John Frum. Les leaders cultuels de Green Point, passé les premières apparitions de John Frum, ne restèrent pas en communication permanente avec lui. Aux yeux des John Frum des autres régions de l’île, ils ont perdu rapidement leur qualité de médiateurs avec son départ. Le mouvement John Frum s’estompe dans son foyer originel du Sud-Ouest dès la répression massive qu’il subit durant l’année 1940, mais il ne porte véritablement ses fruits qu’en 1941, avec l’abandon généralisé des Églises le 11 mai, qui marque l’extension de ce mouvement à toute l’île. Toutefois les attentes millénaristes des habitants du sud-ouest de Tanna n’ont jamais décru. En l’an 2000, l’expression de la crainte d’une fin du monde (en blong wol) était particulièrement vive à Green Point, et le retour de John instamment envisagé.

  • 3 Dérivé du terme anglais stump, « souche », stamba signifie en bislama la « souche », le « tronc », (...)

16Avant d’examiner dans les chapitres suivants le mouvement John Frum du point de vue du processus de transformations internes dans lequel il s’est engagé au cours des décennies, il est nécessaire d’établir quelles sont les lignes de continuité permettant d’affirmer qu’il existe bien, malgré ses divisions, un mouvement John Frum qui regroupe diverses mouvances et dont le mythe fondateur commun prend sa source à Green Point. Il convient ainsi de souligner en quoi cette stamba3 de John Frum se cristallise à partir de la fin des années 1930 sous cette forme sociale originale d’un « mouvement » et de préciser le sentiment qu’il traduit chez ses membres dans la réévaluation de leur rapport au passé.

17Sachant qu’il vient sceller un tournant irréversible dans un processus d’adaptation culturelle amorcé il y a plus de deux siècles avec les « premiers contacts » et qu’il s’intensifie au fur et à mesure de leur multiplication, que faut-il au juste entendre par « mouvement John Frum » ? Pour les autorités administratives ou missionnaires qui ont été confrontées à cette rébellion, l’ordre donné de quitter les Églises est le fruit d’une action concertée, l’œuvre d’une organisation structurée sur une échelle jusqu’alors inconnue, destinée à unir les Tannais contre les Blancs installés dans l’île. En référence à d’autres phénomènes similaires, cette notion de « mouvement » vise à décrire un type d’organisation cultuelle qui revêt les habits d’une organisation politique moderne sans en avoir toute la rationalité ni la sophistication. Ce principe « unificateur » ou « centralisateur » fut retenu par Worsley ([1957] 1977) comme une des principales caractéristiques des cultes du Cargo. Les mouvements rituels de type cultes du Cargo ont été considérés par les ethnologues comme des formes particulières de « mouvements nativistes » tels que les a définis Linton (1943 : 230) : « Toute tentative consciente et organisée d’une partie des membres d’une société, pour revivre ou perpétuer des aspects sélectionnés de sa culture. » Ces revendications nées de la confrontation à la domination des Européens présentent cette caractéristique commune de prendre corps dans d’éphémères réactions collectives : des engagements politiques trop immatures, trop empreints de mysticisme pour ne pas être vains dans leur forme présente, malgré le caractère pragmatique de certains de leurs objectifs affichés.

18Le mouvement John Frum peut ainsi être considéré comme une forme typique de nativisme dans sa variante mélanésienne de « mouvement Cargo » ou de millénarisme mélanésien. Mais, précédant en cela les observations des ethnologues, le terme de « mouvement » fut rapidement repris à leur compte par les partisans de John Frum eux-mêmes, pour décrire le cadre de référence de leur action. Les Tannais et d’autres ni-Vanuatu parlent, depuis son émergence et jusqu’à nos jours, du « jonfrum muvmen » (voir par exemple Kalsakau, in Guiart 1956), avant de l’identifier ultérieurement (à la veille de l’indépendance de Vanuatu) à un « kastom muvmen » (mouvement coutumier). Pour ses détracteurs mélanésiens, comme pour les touristes, il est devenu plus tard un « kago muvmen », terme jugé péjoratif et rejeté par les John Frum, tout comme celui de kago kalt (Cargo cult).

19Ce muvmen est une structure qui permet l’unification des man Tanna sur une base sociale inédite, et pour laquelle il n’existe pas de terme vernaculaire strictement correspondant. Il n’en va d’ailleurs pas autrement pour des notions aussi déterminantes que celles de chef (jif), de coutume (kastom) ou de loi (lo) (Tabani 2002). Mais le plus commode pour tout un chacun, observateurs ou observés, avec le qualificatif de « mouvement John Frum », est de ne pas avoir à s’étendre sur la signification précise de ce qu’il faut entendre par « mouvement », à expliquer de quel genre de mouvement social il s’agit précisément : politique, religieux, proto-syndical – une « grève pour l’éducation » comme le suggérait l’informateur de Guiart (Kalsakau, in Guiart 1956) ?

20La révélation de John Frum correspond, si l’on en croit la plupart des commentateurs extérieurs, à l’émergence d’un mouvement social de masse, doté d’une organisation d’un type jusque-là inconnu, qui s’articulerait autour de trois dimensions. Il reposerait sur la fondation d’un nouveau culte, sur l’instauration et la diffusion généralisée d’un corpus de nouvelles croyances et sur l’invention d’un mythe ad hoc. On peut toutefois formuler une série d’objections au caractère novateur de cette réaction collective, à l’intensification des pressions acculturatives, et aux menaces qu’elles font peser sur les anciennes croyances. Malgré des comportements sociaux sortant clairement de l’ordinaire au regard du quotidien habituel des man Tanna, d’autres réactions ont déjà eu lieu par le passé, mais sans connaître le même succès. Quant aux anciennes croyances, elles ont déjà été sérieusement ébranlées parmi les Tannais recrutés massivement au XIXe siècle pour travailler comme des semi-esclaves hors de leur île, puis chez tous ceux tombés sous le joug de la Tanna Law au début du XXe siècle.

21Les menaces qui pèsent sur le savoir traditionnel sont proportionnelles au peu qu’il en reste et à la profonde dévaluation dont il a fait l’objet, au profit d’une survalorisation du savoir des Blancs. C’est d’ailleurs sous cet aspect d’une entreprise de sauvetage de la coutume que le mouvement John Frum se montre le plus paradoxal. Il peut être vu à la fois comme cause et conséquence d’une accélération du changement culturel – un culte du changement, d’inspiration « néo-chrétienne » – et simultanément comme cause et conséquence de la résurgence de pratiques anciennes – comme un « néo-paganisme », obéissant à une volonté d’imposer sélectivement la résurgence de pratiques qui n’ont plus cours. Sauver la coutume constitue l’aveu que son existence immémoriale ne va plus de soi, que son sort dépend d’une intervention transcendante de John Frum.

22Au départ, peu de chose laisse envisager l’idée d’un nouveau culte. John Frum prône le retour à la coutume. Ce qui veut dire que ses partisans s’efforcent pour l’essentiel de renouer avec les maigres survivances d’un culte des ancêtres dont la plupart des Tannais se sont éloignés depuis la christianisation. Toutefois, en ne rendant plus aucun culte à des esprits relégués par les missionnaires dans un temps des ténèbres pré-chrétiennes, les Tannais convertis ne se sont pas totalement défaits de leurs croyances dans le pouvoir de nuisance de ces mêmes ancêtres, notamment dans le cadre des pratiques de sorcellerie. Hormis la dimension prophétique et le rappel de certains principes d’une moralité chrétienne, au milieu des nombreuses prescriptions négatives qu’il avance (chasser les Blancs, quitter l’Église, jeter son argent, cesser tout travail), les recommandations positives du mouvement John Frum lancé à Green Point semblent plutôt d’inspiration indigène : boire encore et toujours du kava et suivre obstinément la coutume.

23Par suivre la coutume il faut comprendre : multiplier l’organisation des danses lors de grands rassemblements, s’adonner sur les places de danses traditionnelles aux rondes qu’y exécutent les man Tanna depuis la naissance de l’humanité. Mais ces danses sont exécutées à la faveur et en l’honneur d’un personnage cultuel d’un genre particulier, inconnu jusque-là, bien que prétendu autochtone. La frénésie chorégraphique se voit placée à l’avant-garde du dispositif de sauvetage de la coutume, dont le maintien est la condition au retour de John Frum, retour qui paradoxalement doit mettre un terme définitif à toutes les coutumes.

  • 4 Un mythe des groupes coutumiers du Centre-Brousse évoque cette époque (au cours des années 1920) o (...)

24Il n’en va pas différemment de la question de l’instauration d’une croyance inédite. La plupart des représentations qui sont affirmées dans le cadre du mouvement John Frum lui préexistent. Celles concernant la venue d’une puissance surnaturelle pour sauver la société indigène et contester la Mission auraient déjà été expérimentées dans des districts non christianisés de l’île, bien des années auparavant (Bonnemaison 1986). Certains mythes suggèrent l’existence de personnages « précurseurs de John Frum »4. Le secours des esprits des morts pour offrir aux Tannais les richesses matérielles des Blancs est un thème déjà présent :

Il y avait une vieille femme à l’ouest de chez nous, elle prétendait être en communication avec le monde invisible. Nombre de ceux qui avaient perdu des proches faisaient appel à elle ; et elle rapportait des perles, du tabac, des pipes et des couteaux de la part des décédés... Jour après jour des messages provenaient des morts. Certains demandaient des marchandises et d’autres apportaient des présents en retour. Étant donné que rien ne ressemble plus à un bâton de tabac qu’un autre, ces pauvres créatures dupées croyaient que le même morceau de tabac d’une pipe qui avait été enterrée avec son proche, était à présent renvoyé depuis Ipai (Hadès) ! (Watt 1896 :214)

25Sous influence de la Mission, les exégèses hétérodoxes sur le thème du pouvoir de Dieu étaient également fréquentes chez les man Tanna. Après une chute de grêle en 1915 près du volcan, relève le révérend Nicholson, les villageois aux alentours furent effrayés, s’écriant que « le dernier jour était arrivé » (cité in Gregory et Gregory 1984). La même année, il évoque le cas d’un homme qui prétendait avoir été emmené par un esprit pour voler avec lui dans le ciel de Tanna. Cet esprit, qui était le « vrai Dieu », lui aurait remis une pierre blanche et une bouteille contenant « l’eau-de-vie ». Il prétendait avoir appris où se trouvait enterrée une grosse somme d’argent, et promettait d’en faire bénéficier ses zélateurs. Il inventa un mythe d’origine en attribuant de nouveaux noms à Adam et Ève, mais ne parlait jamais de Jésus. Ses zélateurs entreprirent sur ses ordres de construire un temple, près d’arbres sur lesquels se trouvaient des signes gravés par Dieu, et seul leur leader pouvait les comprendre. Finalement, l’argent attendu ne venant pas, ses disciples perdirent de leur motivation et abandonnèrent la construction du temple (Nicholson, in Gregory et Gregory 1984).

26L’invention d’un mythe comme celui de John Frum, vu l’ampleur des bouleversements qu’il vient progressivement valider, suppose des croyances préétablies. Il est une rationalisation a posteriori d’événements sans précédent. Les seules parties du mythe qui se manifestent dès les premières apparitions de John Frum sont ses prophéties. Toutefois, si l’on en croit Max Weber (1956), les prophéties sont un moyen strictement traditionnel de dénier à l’innovation radicale son caractère de nouveauté, en l’inscrivant dans la tradition et en la faisant par là même exister de toute éternité.

27Une des particularités du mouvement John Frum est ce lien de double contrainte qui pousse ses adeptes à renouer avec la coutume sans plus se tourner vers le passé, à rompre avec la Mission sans compromettre le message du Christ. Il s’agit pour les adeptes de John Frum de légitimer le changement, de se l’approprier tout en contestant son imposition dans un contexte colonial où il se réalise au profit d’une domination étrangère. La référence à la coutume est le moyen privilégié pour évoquer ce dilemme : les man Tanna envisagent la coutume non plus en tant que référence au passé, mais comme projection symbolique vers l’avenir. Pour sauver la coutume, il faut des gouvernements, des polices, des salaires, de l’acier et de l’électricité. Les hommes qui auront ainsi œuvré à restaurer la coutume seront récompensés lors du second avènement de John Frum par toutes sortes de richesses et de pouvoirs, à commencer par ceux des Blancs et par leurs marchandises.

JOHN FRUM, UNE QUESTION DE TEMPS

28La date de naissance du mouvement John Frum a été située vers 1937 ou 1938 (des estimations fondées notamment sur les affirmations de Joe Nalpin), mais avant cela on ne sait rien. Cette naissance relève pour les gens de Tanna du domaine du mythe. Comme pour toute autre stori (récit) qui traite d’événements d’une portée surnaturelle, il est difficile de dégager nettement du mythe de Green Point les éléments de réalité qu’il contient. Le mythe ne donne aucune date, il fait remonter l’apparition de John Frum à l’heure où sonnent simultanément le glas de la Tanna Law et les trompettes du renouveau de la coutume.

29Le rôle de la coutume dans l’accomplissement des prophéties correspond à une traditionalisation de la rupture avec le passé, mais dans un nouvel horizon temporel. Contrairement aux objectifs de l’ancienne organisation cultuelle tournée vers le principe général de « croissance », présent dans la plupart des cosmologies océaniennes et exprimant l’idéal d’une perpétuelle reproduction du même, le mouvement John Frum comporte, pour sa part, un début et tend vers une fin précise et définitive. Les apparitions crépusculaires dans la sombre brousse qui entoure Yamwatarkarëk constituent le prélude à une mission qui vient occuper l’intermède séparant le présent du retour de John Frum, signe d’une fin des temps et du dépassement de la nouvelle ère que ce personnage a inaugurée avec sa révélation.

30L’invention du mythe de Green Point, autrement dit le succès de sa formalisation, de sa systématisation sous la forme d’une tradition, lorsque le mouvement John Frum eut réussi à s’implanter très largement, vient confirmer l’expérimentation de nouvelles représentations de la temporalité. Parmi d’autres détails révélateurs de cette dimension temps qu’il intègre, de la durée symbolique dans laquelle il s’inscrit, on peut notamment souligner le choix d’un jour hebdomadaire pour célébrer l’unité des partisans de John Frum. Le choix de cette cyclicité traduit l’intégration assumée du calendrier chrétien, de son rythme temporel (comme le démontre l’engouement annuel, tout aussi ancien, pour les fêtes de Noël et de la Bonane). John évoque également la liane karkarepa, symbole des liens d’échanges traditionnels, dont les parties sectionnées peuvent chacune repousser d’elles-mêmes, surmonter le sectionnement, reconstituer leurs racines. La métaphore de la première feuille, qui se voit successivement recouvrir sans disparaître, indique aux hommes de Green Point que leur coutume se trouvera occultée par les changements perpétuels, mais qu’elle ne disparaîtra pas et conservera son intégrité dans l’attente du jour dernier.

31L’écoulement du temps y est présenté comme porteur d’espoir : il ne marque plus l’éloignement de la coutume mais un rapprochement du second avènement de John Frum. Esprit jusqu’alors inconnu, celui-ci est supposé exister depuis la nuit des temps, depuis que Kalpapen ou Wuhngen ont formé la terre. Mais sa révélation vient signifier un début ; son retour attendu vient marquer une fin. Lui-même est immortel et éternel. Il vient médiatiser l’entrée dans une nouvelle ère, celle des Lumières débarrassées des forces ténébreuses anticoutumières à l’œuvre dans les Églises chrétiennes. La coutume n’est plus vue sous l’angle d’une commémoration, mais comme mode d’emploi d’une domination dans le présent et programme d’action anticipant sur l’avenir. Par son usage programmatique, la coutume est hissée au rang de théorie de l’action. Les vestiges du passé sont mis au service de l’accomplissement prophétique de la tradition dans l’avenir.

32Tout mythe et toute représentation religieuse, comme le faisaient observer Hubert et Mauss, sont ancrés dans un temps suspendu, semblent hors du temps, bien que le temps en soit une condition nécessaire et concerne la totalité d’une période ou d’un cycle, d’une séquence pensée en terme chronologique. Contrairement au rite pour qui cette détermination est centrale, la localisation temporelle du mythe est minimaliste, placée au début (mythe cosmogonique) ou plus rarement à la fin des temps (mythe eschatologique). Les mythes pourraient ainsi être considérés comme une expression parmi d’autres d’une conception spirituelle de l’éternité, s’ils n’étaient pas sujets à un processus singulier : leur rajeunissement.

Les mythes se rajeunissent dans l’histoire. Ils y puisent des éléments de réalité, qui consolident la croyance dont ils sont l’objet en tant que mythes. Mais ce n’est pas parce que la vérité mythique se distingue mal pour les croyants de la vérité historique que les mythes se fragilisent ; c’est parce qu’ils demandent à être situés dans le temps avec une précision qui doit croître avec celle croissante de la représentation des choses dans le temps. Le rajeunissement des mythes n’est pas un phénomène différent du phénomène général de leur localisation dans le passé, mais une forme particulière du même phénomène. (Hubert et Mauss 1905 : 192)

33Il me semble plus approprié, dans le cas du mouvement John Frum, de parler de réinvention plutôt que de rajeunissement du mythe, du fait de la radicalité de ce rajeunissement. Si d’après Guiart (1956), le personnage de John Frum s’inspire du héros culturel Karapanemun et remet au goût du jour cette ancienne figure mythologique, celle-ci n’en devient pas moins méconnaissable après sa transformation. On assiste également, au travers de ce culte, à une modification des perceptions de la temporalité elle-même. Se produit notamment un bouleversement dans la précision des représentations des choses dans le temps qui va encore s’accentuer d’un cran avec le début de la Seconde Guerre mondiale et du stationnement des troupes américaines aux Nouvelles-Hébrides. Si l’avènement d’une conscience historique chez les man Tanna en est encore à ses balbutiements, l’écart entre le mythe et les éléments de réalité qu’il intègre, entre le mythe et l’histoire, tend à se réduire.

34Le mouvement John Frum vise à purger la culture de tous les éléments étrangers, quitte à indigéniser ce qui ne peut l’être. Mais sa complexité découle, en partie, de ce changement de temporalité qu’il entérine après une longue phase de maturation. Dès 1940, on peut dire qu’il fonde sa doctrine autour de trois grands dispositifs exégétiques que l’on retrouvera en partie dans ses étapes ultérieures. Le premier consiste en une inversion manichéenne des valeurs de la Tanna Law, à l’occasion de laquelle la coutume se voit représentée comme une lutte pour le bien, une lutte contre l’Eglise minée par le travail souterrain du diable, de Nakua. Les partisans de John seront récompensés par ses bienfaits (pouvoir et richesses), les réfractaires promis aux flammes de l’enfer.

35Le deuxième principe inédit consiste en l’adoption d’une dimension millénariste, d’une importance toute spéciale donnée à l’eschatologie – à une représentation des fins qui clôtureront définitivement tout cycle temporel. Le temps où seule la coutume régnait est révolu. Mais, désormais, est également révolu le temps de la Tanna Law, qui fut pourtant présenté comme définitif. Une nouvelle ère débute par la révélation des modalités d’une fin inéluctable. Cette fin que promet John Frum n’est pas une fin réelle du monde – son anéantissement. Il semble qu’il y ait eu peu d’insistance à cette époque sur des thèmes apocalyptiques (à l’exception du châtiment éternel promis aux opposants de John Frum) : le monde sera transformé, subira une évolution radicale et ses habitants pourront jouir des bienfaits d’un monde à tout jamais meilleur. Le syncrétisme consiste ici en un croisement dialectique des thèmes mélanésiens de l’abondance avec les représentations chrétiennes sur l’éternité et l’immortalité.

36L’orientation eschatologique donnée au processus de réinterprétation syncrétique (ou de rajeunissement du mythe) affecte aussi bien la cosmogénèse que les fins dernières individuelles ou collectives. Ce processus de syncrétisation, du moins son intensification, constitue le troisième dispositif exégétique pour la construction d’une doctrine John Frum. Son principal objet est de trouver des compatibilités ou d’atténuer les contradictions entre les mystères qui fondent la religion chrétienne (ceux de la Trinité, de la résurrection des morts et de la Parousie notamment) et des reliquats de croyances précoloniales. Rappelons-nous à ce propos les propos du révérend Bell (1941), pour qui les deux aspects les plus préjudiciables de ce mouvement sont, d’une part, un recours obsessionnel à un langage et à des images bibliques, et de l’autre, une recrudescence des « anciens dieux » que la plupart des man Tanna n’arrivent même plus à reconnaître. La perte de signification des anciens héros culturels se voit compensée par une surinterprétation de l’apparition de John Frum : tout comme les morts, qui dans les anciennes formes du culte des ancêtres glissaient progressivement du stade d’esprit familier à celui d’ancêtre anonyme, John Frum réhabilite dans sa globalité les anciennes figures surnaturelles en réunissant sur sa seule personne tous les pouvoirs oubliés des grands anciens.

37Cette série d’innovations – manichéisme, millénarisme et syncrétisme – dans un système de croyances sur le déclin se concentre dans le domaine des représentations religieuses, des références mythologiques, des visions et des prophéties. Ces nouveautés sont nettement moins présentes, initialement, dans les aspects rituels. Ceux-ci se résument pour l’essentiel à l’agenda des apparitions de John Frum, les aspects protocolaires dont elles s’entourent, les danses et les beuveries qui célèbrent sa venue. Néanmoins, le pèlerinage de Yamwatarkarëk, auquel furent conviés et participèrent tous les big-men de Tanna, transcende de par son échelle les règles et les dispositifs de rassemblement et de communication ordinaires. Sa démesure dénote sa réussite, marquée par le partage entre tous les dignitaires présents du rituel du kava, démarche jugée alors comme hautement subversive. Cette réussite est d’autant plus éclatante que le mouvement John Frum utilise au maximum de ses capacités une coutume dont il n’existe plus que des reliquats et des survivances. Les grands cycles rituels du nakwiari n’ont pas encore ressuscité, de même que les nombreux autres aspects revivalistes néo-païens qui vont fleurir dans la décennie suivante (Guiart 1956). Les échanges cérémoniels sont réduits à la portion congrue depuis que la recomposition sociologique des villages presbytériens a restreint le fonctionnement de ces réseaux d’échanges en interdisant, par exemple, les mariages entre païens et chrétiens et la circulation de pieds de kava sur les terres des chrétiens tout comme l’usage de sa boisson.

38La thèse sociologique de Brunton (1981), qui vise à expliquer la naissance du mouvement John Frum par le besoin de maintenir le système d’échanges traditionnel et les règles de tenure foncière, est des plus séduisantes. Mais elle n’a de pertinence que pour comprendre les débuts de John Frum et ne donne aucune explication quant à sa persistance et à ses nombreux développements ultérieurs. Guiart insiste lui aussi sur l’affaiblissement du pouvoir et des moyens des autorités traditionnelles pour trouver une solution aux problèmes des terres, liés au gel de la tenure foncière provoqué par la colonisation, à la dépossession des propriétés indigènes par des colons, à la politique en matière foncière menée par la Mission. Les voies de règlement des contestations qui en résultent dépassent une simple dimension mondaine et s’accompagnent désormais d’une attente d’ordre surnaturel. John Frum est cette instance qui sera jugée capable de restaurer les justes règles de la coutume pour amener au dépassement de tous les nouveaux conflits qui se posent.

39L’originalité du mouvement John Frum de 1940 et les causes immédiates de son succès sont liées aux caractéristiques mêmes du personnage dont il organise le culte. Il est un concentré de pouvoirs, un pouvoir suprême, capable de mobiliser l’ensemble des principaux dignitaires de l’île et de convaincre la plupart d’entre eux de se plier au nouvel ordre qu’il vient fonder. Les man Tanna étaient suffisamment mûrs vers 1940 pour entendre la révélation de John Frum, néanmoins le facteur précipitant ne fut pas le contenu des propos qui furent tenus, mais la force d’affirmation de celui qui les exprimait. John Frum permet de lever les incompatibilités entre le christianisme et les anciennes croyances, il jongle avec nombre de mystères de la doctrine chrétienne : il est homme et esprit, étranger et autochtone, noir et blanc, situé au commencement et à la fin des temps, il a sauvé puis viendra annihiler la coutume, il légitime Jésus mais pas l’Église. Il est la personnification idéalisée de toute coincidentia oppositorum, le cumul de la réunion de tous les contraires.

40Les man Tanna étaient prêts en 1940, du fait qu’ils ressentaient la nécessité de revisiter de fond en comble les vestiges du passé, à assumer un changement complet dans leur rapport au temps d’avant (taem bifo), à voir ce qui dans le savoir autochtone pouvait coïncider avec le savoir chrétien, afin de chercher à s’émanciper de la tyrannie exercée par la Mission. Le succès de John Frum tient à la réussite de son incroyable invention du mythe du sauvetage de la coutume, dont l’idée avait déjà germé dans les décennies qui le précèdent. L’emballement du processus d’interprétation syncrétique que cette invention rend possible, les nouvelles représentations de la temporalité qu’elle met en œuvre, ne revêtiront cependant toute leur portée prophétique qu’au prix d’un autre type de coïncidence, une contingence conjoncturelle : l’histoire va s’accélérer dans le Pacifique avec l’engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

Notes

1 Près de 1 000 livres en quinze jours alors que les salaires sont habituellement de 45 shillings par mois pour six journées de dix heures par semaine. La volonté de se défaire de l’argent des Blancs était si forte, précise le rapport du délégué Barrow (1952), que certains man Tanna en vinrent à jeter toutes leurs économies à la mer.

2 La lettre de Joe Nalpin, seul texte indigène sur les débuts de John Frum, est adressée à son père Somo. Le dernier passage est présenté comme ayant été dicté par John lui-même. En voici quelques extraits révélateurs : « J’ai ouvert la route pour que tous les chefs puissent aller serrer la main à John Frum, et même si je n’étais pas là, Karaua [Karoo] a attendri le cœur de John Frum et lui présenta les chefs. John Frum s’est adressé à eux, car il ne m’a pas vu en leur compagnie. Il a demandé à Karaua où je me trouvais. Et Karaua leur a répondu que j’étais à Vila. John Frum et moi étions ensemble et nous avons préparé la venue de tous les autres à Vila et nous avons parlé de tous les chefs qui devaient nous suivre lorsque nous sortirions de prison. John Frum et moi-même sommes venus à Sidni [village missionnaire à côté de Lenakel] pour choisir l’emplacement d’une maison. John Frum désigna l’emplacement qu’il souhaitait pour sa maison, à côté de la mienne, mais il ne précisa pas quel type de maison... Lorsque la maison sera prête, tu nous enverras un mot, et moi et John Frum nous nous rendrons dans la maison que vous aurez arrangée à Sidni. Alors John Frum rassemblera les hommes blancs et leur parlera. Il va envoyer son fils en Amérique pour ramener le roi. Vous ne devez pas être inquiets. Il m’a montré des aéroplanes à Lonopina [autre nom du mont Tukosmera], au plus profond de la brousse. Vous devez cacher le contenu de cette lettre. Cette lettre n’est pas la mienne, John Frum se tient auprès de moi, alors que j’écris. Ceci est la fin de ma lettre mais celle de John Frum est ci-dessous, john le grand mon frère ici est joe : mon nom est karapanaman toute chose nous est proche voyez-nous, tous les deux, joe capitaine coquille de coque. Je suis Joe. Je vous en avertis mes frères et mes pères, cet esprit n’a écrit que ces quatre lignes que vous pouvez voir. Constatez que son écrit ne comporte aucune lettre capitale. Il dit coquille de coque. Il faut comprendre par là que nous nous complétons tous deux comme les deux parties d’une coquille de coque. Tout proviendra de Sidni, John Frum souhaite que vous répondiez à cette lettre par le Morinda [le bateau qui reliait les îles périphériques à Vila]. »

3 Dérivé du terme anglais stump, « souche », stamba signifie en bislama la « souche », le « tronc », le « commencement » ou l’« origine ». Mais une origine dont la profondeur temporelle se voit remplacée par une référence spatiale, un commencement pris comme « point de départ ».

4 Un mythe des groupes coutumiers du Centre-Brousse évoque cette époque (au cours des années 1920) où, face à la sévérité d’un ordre chrétien tout-puissant, les gens de ce district doutèrent de l’universalité de la loi presbytérienne. Ils suggérèrent que la Tanna Law relevait d’une perversion locale, qu’elle était un complot destiné à supprimer leur coutume. Les gens du Centre-Brousse envoyèrent un des leurs, un certain laris Ya’uto, parcourir le monde pour se renseigner sur cette question essentielle. Celui-ci rencontra au cours de ses pérégrinations un Noir de Lifou (Nouvelle-Calédonie) dénommé Willy Pea, qui permit de confondre les missionnaires dans leurs mensonges. Pea accompagna laris à Tanna, où il fut assassine par des chrétiens, après avoir monté un commerce à l’intention des man Tanna. La première strophe de ce mythe en dévoile clairement la portée : « Nous nous sommes battus pour que survivent nos coutumes, pour la kwerya, les yani niko, le nekowiar, le kawür, les yowanem et tous les kapiel » (pour l’ordre des dignitaires yermanu porteurs des longues plumes, des maîtres de la pirogue, les grands cycles cérémoniels, le kava, la prostituée initiatique et les pierres de magies) (Bonnemaison 1986 : 440). Un autre mythe, évoquant les personnages de Jack Sapet et Mister Lani, décline les mêmes thèmes que le précédent, de manière bien plus apocryphe encore. Il s’affiche ouvertement en tant que récit précurseur de la venue de John Frum. Nous reviendrons sur ce mythe, du point de vue de son utilisation politique pour légitimer la suprématie de la branche du mouvement John Frum de Sulphur Bay (voir infra chapitre iv).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540