Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La favela d'un siècle à l'autre

 | 
Licia Valladares

Remerciements

Texte intégral

1Pendant toutes ces années de recherche, j’ai été entourée et soutenue par des personnes et des institutions que je tiens à remercier ici. La liste est longue, aussi bien au Brésil qu’en France, et il me sera difficile de n’oublier personne.

2Pour son amitié et ses conseils, qu’Yves Grafmeyer, directeur de la thèse d’habilitation qui a inspiré ce travail, soit aujourd’hui à nouveau chaleureusement remercié.

3Je ne peux oublier mes amis de longue date de la Rocinha, qui ont accompagné mon parcours de sociologue : Dona Miquelina, Dona Maria Aparecida, Auri, Ariete, Grilo, Cristina, Dona Geni, Maria Helena et Luiz Kleber.

4Pour leur disponibilité, je tiens à remercier toutes les personnalités qui se sont livrées avec gentillesse à de longs entretiens ou m’ont fait part de leurs suggestions. On trouvera leurs noms dans la liste des personnalités interviewés (p. 215). Sans elles, ce travail n’aurait pas eu la même richesse. Elles ont été elles-mêmes, pour la plupart, acteurs de cette histoire de la recherche sur la favela que je retrace dans cet ouvrage.

5L’équipe de l’URBANDATA-Brasil a rendu possible le recueil de 838 références bibliographiques qui ont nourri le chapitre 3 de ce livre. Je remercie particulièrement Lidia Medeiros pour son dévouement de tous les instants ainsi que les boursiers Monique Batista Carvalho, Claudia Cruz, Mario Danner, Luiz Kleber Farias, Márcia Farias, Natalia Gaspar, Ana Lúcia Saraiva Ribeiro et Raíza Siqueira qui ont fait preuve de beaucoup d’enthousiasme et de rigueur.

6Merci à la patience des bibliothécaires de l’IUPERJ, de la Biblioteca do Convento dos Dominicanos de Rio de Janeiro et du Centro de Documentaçâo da Fundaçâo Escola de Sociologia e Política de São Paulo, sans lesquels je n’aurais pu obtenir de précieuses données.

7Je ne peux oublier les discussions stimulantes avec mes collègues et mes étudiants de l’IUPERJ, université Candido Mendes, où j’ai enseigné pendant vingt ans. Toute ma reconnaissance va également à son personnel administratif, Altidorio Silva entre autres, qui n’a eu de cesse de faciliter ma tâche quotidienne.

8Pour les données récentes sur les favelas, je tiens à remercier Paulo Fernando Cavallieri, Gustavo Perez et Adriana Vial du SABREN de l’Instituto Municipal de Urbanismo Pereira Passos.

9Margareth da Silva Pereira, qui s’est chargée d’obtenir la majorité des droits de reproduction des images, a été une interlocutrice privilégiée, notamment pour le chapitre 1 sur lequel nous avons longuement réfléchi ensemble.

10En France, j’adresse un remerciement tout particulier pour leur lecture pertinente de ma thèse d’habilitation à Anita Joussemet, Isa Aldeghi, Françoise Imbert, collègues du CSU-CNRS (Cultures et Sociétés urbaines), alors dirigé par Suzanna Magri. C’est à la CAPES que je dois la bourse de post-doctorat qui m’a permis de séjourner un an en France en 1997-1998, déjà accueillie par le CSU.

11À l’Institut d’urbanisme de Paris (Paris-XII) où j’ai enseigné plusieurs années, j’ai été accueillie par mes collègues du laboratoire « Vie urbaine » dirigé par Anne Fournié. Je suis particulièrement reconnaissante à Anita Becquerel, secrétaire du laboratoire, de m’avoir secondée dans la préparation de la bibliographie et de la liste des sigles de ma thèse d’habilitation.

12Je garde un vif souvenir de mes échanges passionnants avec Isaac Joseph, aussi bien en France qu’au Brésil, pays qu’il a tant aimé. D’autres conversations ont nourri mes réflexions, avec Christian Topalov et Afrânio Garcia, qui m’ont par ailleurs invitée à présenter dans leurs séminaires à l’École des hautes études en sciences sociales quelquesuns des chapitres qui forment aujourd’hui cet ouvrage. En occupant la chaire brésilienne de sciences sociales Sérgio Buarque de Holanda auprès de la Maison des sciences de l’homme de Paris, j’ai pu profiter de cet environnement stimulant et j’en remercie son administrateur, Maurice Aymard.

13Pour leur lecture attentive de ce manuscrit, que Dominique Fournier et JeanMichel Henny soient vivement remerciés. De même, Carole Saturno pour sa conscience professionnelle dans la préparation du texte.

14Enfin, sans Michèle Ferrand et Edmond Préteceille, références essentielles de mon parcours intellectuel, ce travail n’aurait jamais eu la même ampleur.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540