Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie IV. Autour de la modernité

Les grands ensembles, symbole de la crise urbaine ?

Annie Fourcaut

Texte intégral

1Depuis les débuts de l’Europe urbaine, les villes ont été le lieu de l’innovation politique et sociale : au Moyen Âge, le mouvement communal lié à l’octroi des chartes de franchise contre le pouvoir féodal fait des villes de Flandres, de France du Nord et d’Italie du Nord des communes, c’est-à-dire un lieu de fraternisation communautaire fondée sur le serment ; les républiques civiques de la Renaissance ; les villes capitales du xixe siècle qui concentrent les affrontements sociaux, du mouvement chartiste à la Commune, en témoignent. Au xxe siècle, les villes ont vu se développer les expériences du municipalisme ou du socialisme municipal ; puis dans les années de l’après Seconde Guerre mondiale, l’État-providence fort et omniprésent, le maintien d’une haute croissance économique, la cohésion interne et l’unité globale du peuplement urbain, même avec des apports migratoires considérables, affirment pour les populations urbaines les objectifs de démocratie, de bonheur et de bien-être matériel symbolisés par la modernité des grands ensembles. Le système atteint sa perfection en France avec la réussite de l’entreprise d’économie mixte qu’est alors le capitalisme français, à l’heure des débuts de la construction européenne et de la Ve République. La construction de logements sociaux relève de cette économie administrée, où l’État délègue ses pouvoirs aux organismes HLM ou à la Caisse des dépôts et consignations.

2Mais depuis les années 1975-1990 l’accroissement des inégalités, de la violence et de l’insécurité, l’élargissement de l’Europe et l’arrivée de nouveaux flux migratoires, souvent clandestins, vers les grandes zones urbanisées, la faillite du Welfare State remettent en cause la survie de l’identité sociale de la ville européenne. La dimension ethnique et spatiale des ségrégations, nouvelle à cette échelle dans l’espace européen, met fin à la société urbaine de l’ère industrielle, construite sur le melting-pot. Les émeutes de Brixton (Londres 1981) et de Bruxelles (1991), les troubles des villes industrielles du nord de la Grande-Bretagne (2001) et surtout les violences urbaines de novembre 2005 en France, d’une ampleur et d’une durée inégalée en Europe, traduisent la profondeur de la crise et montrent l’exemplarité du cas français. La ville européenne saura-t-elle continuer à être un intégrateur des peuplements et des cultures, dans la tradition européenne d’intégration et d’assimilation ? Depuis 2000, la Commission européenne consacre une partie de ses fonds structurels aux quartiers pauvres des régions urbaines riches (500 000 personnes sont concernées en région Île-de-France, dont des communes touchées par les émeutes de novembre 2005) ; la pauvreté urbaine a supplanté la Sicile et l’Irlande dans les priorités européennes.

  • 1 Fernand Braudel, Identité de la France, Paris, Arthaud/Flammarion, 1989-1992, 3 vol.
  • 2 On appelle ainsi la période de haute croissance économique qui suit la Seconde Guerre mondiale (19 (...)

3La France est un pays de ruraux, devenu tardivement un pays urbain : il faut attendre le recensement de 1931 pour que le taux de population urbaine atteigne 50 % et dépasse ensuite le taux de population rurale. Quand Braudel parle de l’identité de la France dans son livre ainsi intitulé, il évoque une nation de paysans et une hiérarchie de villes moyennes, de petits bourgs et de villages1. La croissance contemporaine des villes et l’urbanisation du pays se font en deux phases : très rapide croissance de la population urbaine pendant les Trente Glorieuses2 en liaison avec le baby-boom, la croissance démographique et l’exode rural (à la fin de la période 1945-1975, trois Français sur quatre sont des urbains) ; à la fin du xxe siècle, desserrement urbain et périurbanisation généralisent la condition de banlieusards, qui concerne 80 % des Français.

4L’exposé est surtout consacré à l’évolution historique des banlieues plus que des villes centre, relativement peu modifiées au xxe siècle après la grande phase d’adaptation à la modernité que constitue l’haussmannisation de la seconde moitié du xixe siècle, sur le modèle parisien suivi par la plupart des villes de province. Et à l’intérieur des banlieues, on s’attachera surtout à celles qui logent l’ensemble des classes populaires salariées, nées de la haute croissance économique des années de l’après-guerre, c’est-à-dire à la construction des grands ensembles de logement social où se sont produites les violences urbaines de novembre 2005.

5Pour des raisons qui tiennent à l’historiographie du temps présent, les travaux scientifiques des historiens portent surtout sur les politiques publiques et sur le rôle de l’État : on connaît bien la reconstruction des villes détruites par la Seconde Guerre mondiale, le rôle de l’État dans l’aménagement du territoire, la construction du logement social, l’invention des villes nouvelles, le rôle des technocrates de la Ve République, les politiques d’immigration. Cet exposé s’appuie sur ces travaux qui mettent en avant l’État bâtisseur, ces recherches étant faites à partir des archives issues essentiellement de l’administration ou d’organismes publics (ministère de la Reconstruction, puis de la Construction, puis de l’Équipement, organismes de financement du logement, organismes de constructions du logement social). Plus que des populations urbaines, il s’agit ici des politiques publiques qui ont visé et réussi à transformer le visage de la France entre la Libération et la fin de xxe siècle, en mettant l’accent sur la période de haute croissance économique des Trente Glorieuses. Bien sûr existent aussi des promoteurs immobiliers privés, des grandes et des petites entreprises capitalistes du bâtiment, des ménages qui construisent leur maison individuelle et contribuent aussi à façonner les villes : malgré la puissance de l’État, la France n’est pas un pays d’économie socialiste, même si l’idée d’un service public du logement a été explicitement envisagée et que la question du logement, financé plus ou moins directement par l’État, reste centrale pendant trente ans.

La reconstruction dans la pénurie (1945-1954)

6En 1945, des millions d’Européens campent dans des ruines après cinq ans de guerre totale. Les destructions aériennes par les bombardements systématiques ont touché particulièrement les populations urbaines civiles et leurs habitations. L’Allemagne urbaine est détruite. La France déplore 460 000 immeubles détruits et 1,9 million d’immeubles endommagés. L’Italie, durement touchée à partir du débarquement des Alliés en Sicile, compte 1,1 million de logements détruits sur 7 millions endommagés. En Espagne neutre, la guerre civile a laissé de terribles traces : 183 villes, dont Madrid et Barcelone, sont sinistrées. L’afflux des populations déplacées ou réfugiées, le démarrage brusque de l’exode rural, surtout en Italie et en Espagne, la reprise de l’immigration étrangère en France, partout le baby-boom et la reprise de la nuptialité font du logement une question centrale du retour à la normale des sociétés européennes. Mais cette priorité n’est pas gérée partout de la même façon. En France la reconstruction est payée par l’État au nom de la solidarité nationale (loi du 28 octobre 1946). Après la fin de la guerre civile, l’Espagne produit 5 094 maisons neuves en 1940, 10 446 en 1941, 7 170 en 1942, chiffres qui sont dérisoires. En Italie, l’État s’appuie sur des « consortiums de sinistrés » encadrés par les notables locaux qui valident les demandes de contributions adressées à l’administration et la première vague de constructions du plan Fanfani sert à reconstruire les habitations détruites. Dans les zones allemandes occupées par les Alliés de 1945 à 1949, le gel des loyers et le monopole des municipalités sur la reconstruction reprennent les recettes de l’avant-guerre ; mais dans chaque zone est introduite une inflexion différente : les Américains privilégient l’initiative privée, les Britanniques introduisent l’impératif de la planification urbaine ; en zone française, l’administration contrôle la reconstruction.

7En France, la reconstruction se fait au nom de la solidarité nationale. La loi d’octobre 1946 prévoit la réparation intégrale par l’État des dommages de guerre pour les communes déclarées « sinistrées » à la suite des destructions ; cette occasion permet la création d’un nouveau ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), qui n’existait pas auparavant et qui est issu du régime de Vichy. L’urbanisme, notion toute neuve dans le vocabulaire administratif, devient une affaire publique et des urbanistes de l’État surveillent la reconstruction des grandes villes détruites (Le Havre, Caen, Lorient), en négociation avec les associations de sinistrés, afin de redessiner les villes françaises en ruine suivant les principes du mouvement moderne et du zoning et afin de supprimer les taudis d’avant guerre. Avec la reconstruction, se mettent en place une administration et des compétences techniques que l’État ne possédait pas avant la Seconde Guerre mondiale.

8Cette reconstruction s’effectue dans une situation de pénurie la plus sévère, de nourriture, de biens de consommation, de services, de transports et surtout de logement : 5 millions de sinistrés (sur 40 millions de Français au recensement de 1946) campent dans les ruines, des baraquements provisoires, dans des logements réquisitionnés ; les jeunes couples ne peuvent quitter le domicile de leurs parents. Le premier plan de modernisation de l’économie française, le plan Monnet (1947-1952), sacrifie délibérément le logement au profit des infrastructures de transport et d’énergie jugées prioritaires, qui sont privilégiées par les financements publics et l’octroi des crédits Marshall que le Commissariat au plan redistribue.

9La crise du logement rend difficile le redémarrage de l’économie ; la reprise des migrations provinciales et étrangères à partir de 1945, le déplacement des populations vers les villes posent la question du logement urbain ; Eugène Claudius-Petit, résistant, catholique, ministre de la Reconstruction à partir de 1948, envisage un service public de l’habitat, seul capable de résoudre la crise du logement :

Nous avons eu l’époque des cathédrales, celle des grands cloîtres, puis l’époque des palais municipaux, et nous en sommes à celle des palais ouvriers. La France réussira cette reconstruction ou elle la ratera. Elle doit la réussir pour inscrire dans son sol même les conditions d’un véritable socialisme. La France ne pourra pas continuer à faire du socialisme théorique, libérer l’homme dans les textes et dans les livres, en le laissant enchaîné dans une vie de bagnard et de forçat. Allons-nous essayer de lutter avec cette espèce de conception capitaliste que nous estimons dépassée? N’allons-nous pas, au contraire, apporter une solution nouvelle à ce problème du logement, transformer l’habitat en un véritable service public, allons-nous prendre conscience que tout ce qui touche le logement est une affaire qui regarde essentiellement la société, l’État et la communauté tout entière. (Journal Officiel, Assemblée consultative d’Alger, 5 mars 1945)

10Alors qu’éclate une crise du logement dramatique qui touche au moins 5 millions de Français, l’idée que le droit au logement doit être assumé par l’État, dans l’ambiance réformatrice de la Libération, s’insinue peu à peu dans l’administration et la haute fonction publique.

Loger les salariés français dans les grands ensembles (1953-1973)

11La crise du logement, analysée comme l’impossibilité conjoncturelle dans laquelle se trouvent les familles solvables de trouver un logement hygiénique et confortable convenant à leur statut social, conduit à un certain nombre d’innovations. Se mettent en place entre 1950 et 1954 des procédés de financement du logement social ou du logement aidé par des crédits publics : 1953, la création de primes et prêts de l’État aux constructeurs et aux ménages, la taxe de 1 % sur les salaires pour engager les employeurs dans le financement, l’intervention de la Caisse des dépôts et consignations, qui gère les fonds des caisses d’épargne depuis 1816, et de sa filiale immobilière, la Société centrale immobilière de la Caisse des dépôts et consignations (SCIC). La production fait un bond considérable : 100 000 logements par an dans les années 1950, 300 000 en 1958 au début de la Ve République, 550 000 dans les années 1970. La Constitution de 1946 fait du nouveau régime une démocratie sociale, et un mélange d’idéaux sociaux issus de la Résistance, de ferveur modernisatrice et de refus du libéralisme de la IIIe République inspire les responsables de la IVe en charge du logement.

12Partout en Europe l’injection de crédits ou de prêts publics apparaît nécessaire dans les batailles de la construction qui s’engagent. Le plan Fanfani en Italie mobilise de même la contribution des travailleurs, celle des employeurs privés et des organismes publics, ainsi que des subventions de l’État pour la construction. En RFA, la loi de 1950 attribue des fonds publics pour aider temporairement les constructeurs privés et les opérateurs sans but lucratif, avec en contrepartie un encadrement des loyers et une sélection des locataires par les municipalités, qui retrouvent leur place d’avant 1933. En Espagne, un vaste secteur bénéficie depuis la loi de 1939 d’une aide financière de l’État : les entrepreneurs privés comme les entreprises corporatistes sont éligibles à ces aides.

13Les objectifs quantitatifs conduisent à la généralisation de la construction industrialisée, explicitement voulue par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme. Le programme de la cité Rotterdam à Strasbourg (800 logements), qui lance le « secteur industrialisé », oblige les architectes concurrents à s’associer avec des entreprises et des ingénieurs, à respecter des délais très courts, avec un budget limité : seule une industrialisation poussée permet de répondre à la commande. Le projet lauréat est celui d’un architecte expérimenté, Eugène Beaudoin, qui construit des barres moyennes disposées autour d’un parc. Ce succès conforte le MRU dans sa volonté de pousser à l’industrialisation croissante de la construction, notamment en proposant des chantiers de plus en plus importants : les bureaux d’étude technique et les entreprises prennent le pas sur les architectes. Sans débat public sur les formes urbaines, le consensus autour de la construction de masse, industrialisée et préfabriquée, en très grandes unités de plusieurs milliers de logements, conduit à l’édification dans la périphérie des villes, sur des terrains de faible valeur foncière, de cités nouvelles appelées « grands ensembles » à partir des années 1960. Ce consensus, né de l’urgence de la crise du logement, s’étend aux maires poussés par leurs électeurs qui veulent des logements neufs, aux responsables politiques, aux fonctionnaires du ministère et des directions départementales, aux architectes et aux maîtres d’ouvrage.

14De 1946 à 1975, le parc immobilier français est passé de 12,7 millions de logements à 21 millions. Sur ces 8,3 millions de logements neufs, l’engagement de l’État en faveur du logement a été important puisque près de 80 % des logements construits durant cette période le sont grâce à une aide publique. Dans cet ensemble de logements neufs, le logement social passe de moins de 500 000 à près de 3 millions, dont un tiers sous forme de grands ensembles, environ 350 sur tout le territoire, dont 43 % en région parisienne, où la demande est la plus forte.

15Les banlieues françaises se couvrent de cités nouvelles, édifiées rapidement, composées d’au moins 1 000 logements (plus de 10 000 aux Minguettes à Vénissieux près de Lyon ou à Sarcelles en banlieue nord de Paris) ; l’industrialisation du bâtiment, l’avance de l’industrie française du béton armé, l’imposition de normes et de plans types pour les appartements conduisent à privilégier des formes simples, des barres et des tours sur des grandes parcelles de terrain ; ces cités-dortoirs ne comprennent que des logements, et sont généralement construites sur des terrains de faible valeur foncière, loin des zones industrielles, souvent en limite des terrains agricoles ou maraîchers, ce qui est aussi une application de la doctrine du zoning, ou séparation des fonctions habitat et travail, alors admise par tous ; la rapidité de leur édification et la complexité des modes de financement font que les équipements collectifs, à l’exception des écoles primaires, suivent tardivement, ainsi que les moyens de transports en commun, ce qui entraîne les plaintes des habitants.

  • 3 Pierre Sudreau, ministre de la Construction, conférence de presse, 22 décembre 1958.

16Cependant, malgré des constructions faites apparemment au hasard des opportunités foncières, à l’échelle nationale les grands ensembles relèvent d’une politique d’aménagement du territoire, soutenue au plus haut niveau par le général de Gaulle lui-même. Il s’agit de « construire des logements adaptés aux besoins, favoriser l’épanouissement de nouvelles structures urbaines, promouvoir une géographie délibérée du peuplement et des activités dans l’espace français3 ». L’objectif est aussi de favoriser les constructions en dehors de la région parisienne, au profit de la province ; la construction des grands ensembles se fait aussi sur les sites neufs de l’industrialisation : la sidérurgie sur l’eau (Dunkerque), les centrales nucléaires (Marcoule), le gaz de Lacq (Mourenx).

17Les populations logées varient évidemment suivant les situations locales, mais quelques caractéristiques communes sont à noter : on trouve dans les grands ensembles les familles françaises chargées d’enfants du baby-boom, souvent venues de province ; les populations de rapatriés de la décolonisation de l’Empire français contribuent aussi au peuplement ; pas de personnes âgées, peu d’adolescents au début du peuplement. Ces familles de salariés sont sélectionnées par les gestionnaires des cités de logement social et non par le libre jeu du marché immobilier : autour d’une majorité d’employés et d’ouvriers, de cadres moyens et supérieurs en nombre variable suivant la politique du gestionnaire, se forme une société petite-bourgeoise, décrite par les sociologues du temps. Malgré l’homogénéité apparente du peuplement, deux types de familles se distinguent assez nettement par leur attitude vis-à-vis de leur nouveau logement : les familles de manœuvres et d’ouvriers non qualifiés, issues de logements très vétustes, considèrent le grand ensemble comme le terme de leur itinéraire résidentiel et s’y installent définitivement, faute, du reste, de pouvoir envisager un autre habitat ; les familles, souvent plus jeunes, d’ouvriers qualifiés, de cadres et d’employés n’envisagent le grand ensemble que comme une étape temporaire avant l’acquisition d’une maison individuelle en propriété. La cohabitation des deux types de familles, aux aspirations différentes, produit des conflits dans l’usage des espaces privés et publics.

18Mais les plus pauvres, les familles très nombreuses, les populations étrangères et immigrées sont logés à part : taudis des centres non rénovés des villes anciennes, bidonvilles, foyers pour célibataires immigrés, hôtels meublés, petites cités de transit ou d’urgence; ces logements spécifiques, avec parfois un fort encadrement de travailleurs sociaux, sont explicitement destinés aux populations en difficultés, qu’il faut éduquer avant de les loger dans les cités nouvelles construites pour les salariés français, suivant des méthodes expérimentées au cours de l’entre-deux-guerres dans les cités-jardins. Pour les migrants algériens est créée en 1956 la SONACOTRAL (Société nationale de construction de logements pour les travailleurs algériens), société d’économie mixte contrôlée par l’État, qui construit des foyers pour travailleurs; en 1963, cette politique est étendue à tous les étrangers, et non plus à la seule immigration algérienne, à une époque où l’économie française a massivement recours à la main-d’œuvre étrangère maghrébine, espagnole, portugaise. Le logement des étrangers est nettement conçu alors sur le mode de la différenciation : soit ils se logent par eux-mêmes, soit la puissance publique contribue à leur fournir des logements à part, aux normes de confort inférieures, sur un modèle colonial.

19Les documentaires de propagande du ministère de la Construction et les premières émissions de télévision montrent le bonheur des Françaises qui quittent le taudis insalubre de la ville ancienne pour accéder au confort domestique moderne, alors peu répandu ; l’eau courante, le chauffage central, la salle de bains, les chambres séparées pour les parents et les enfants bouleversent la vie quotidienne, dans la blancheur des premiers grands ensembles, loin de la ville ancienne, de ses fumées et de ses microbes. Au total, à l’issue de ces vingt ans de construction, le recensement de 1975 montre que cet effort colossal a porté ses fruits : la quasi-totalité des logements ont l’eau courante, les trois quarts l’eau chaude, 75 % des logements ont une installation sanitaire complète, W-C intérieurs compris, et moins de 5 % des logements sont désormais en état de surpeuplement accentué. Reste que la France est le seul des pays capitalistes occidentaux à avoir choisi massivement les barres et les tours pour résoudre la crise du logement ; la Grande-Bretagne, la Hollande, les pays Scandinaves ont construit, à côté de rares grands ensembles, des cités-jardins, des immeubles bas, des maisons individuelles isolées ou en bandes. Seuls les pays du bloc socialiste donnent, au même moment, l’exemple de choix identiques, comme en URSS avec l’habitat khrouchtchévien à partir de 1955.

D’une crise à l’autre (de 1973 à nos jours)

20Il faut s’arrêter sur le milieu de la décennie 1970-1980, entre l’élection de Valéry Giscard d’Estaing (1974) et celle de François Mitterrand (1981) à la présidence de la République, pour comprendre comment une série de ruptures sont probablement à l’origine de la crise urbaine contemporaine.

21Les critiques contre les grands ensembles se généralisent après les événements de mai 1968; la critique marxiste juge que l’urbanisme capitaliste stocke les travailleurs sur les lieux de production ; c’est la reprise politique d’un thème apparu dans la presse dès le milieu des années 1960, celui de la maladie des grands ensembles, qui générerait ennui, suicide, délinquance, et toucherait particulièrement les femmes et les jeunes. Les responsables politiques s’interrogent aussi sur le type de nouvelle société urbaine qui s’édifie dans les périphéries : comment donner une âme à ces nouveaux ensembles ? Comment recréer une communauté chez ces habitants venus de partout ? La réponse par la construction d’équipements collectifs gérés par des animateurs et des professionnels du travail social ne satisfait personne. Les premières cités, construites dans l’urgence pour répondre à la demande pressante de logements, ont souvent été conçues comme provisoires et se dégradent très vite; l’isolation phonique et thermique est inexistante ; mal entretenues, les constructions s’abîment avant même que tous les équipements soient terminés.

22L’élection en 1974 de Valéry Giscard d’Estaing comme président de la République met fin aux aspects les plus radicaux du dirigisme de la période gaulliste : le nouveau président prône le retour au libéralisme et réfléchit à un urbanisme à la Française. Dans un important discours à la Chambre des députés, Olivier Guichard, ministre de l’Équipement, analyse sévèrement en mai 1973 la crise urbaine, causée par le divorce croissant entre la société française et ses villes : la critique esthétique des barres et des tours et la critique sociale de la ségrégation conduisent à l’arrêt de la construction des grands ensembles par la circulaire du 21 mars 1973 intitulée de façon prophétique « Circulaire visant à prévenir les formes d’urbanisation dites “grands ensembles” et à lutter contre la ségrégation sociale par l’habitat ». De fait, elle consiste à interdire les opérations les plus massives (plus de 2 000 logements) et à tenter d’insérer les nouvelles constructions dans les villes anciennes.

23L’État, à partir des années 1970, réoriente sa politique et ses crédits vers l’aide aux ménages qui veulent accéder à la propriété individuelle de leur pavillon : les banques rentrent sur le marché immobilier et la promotion publique s’effondre à partir de 1976. L’ère des pavillons individuels prend le relais. Raymond Barre suggère dans un rapport présenté en 1975 une réforme du financement du logement. Destinée à faciliter l’accession à la propriété, à promouvoir la qualité de l’habitat, à améliorer l’habitat existant et à adapter les dépenses de logement à la situation des ménages, cette réforme plaide pour une plus grande sélectivité de l’aide et donc la diminution de l’aide à la pierre au profit de l’aide à la personne. Appliquée à partir de 1977, elle pose les bases d’une nouvelle politique du logement, refermant ainsi la page de l’après Seconde Guerre. Elle privilégie l’aide sélective aux ménages, locataires ou accédants à la propriété, au détriment de l’aide à la pierre afin de rendre le marché plus fluide et de résoudre la crise naissante des grands ensembles.

  • 4 Vols de voitures de valeur à Lyon par les jeunes des cités périphériques, qui les font ensuite tou (...)

24Les premières violences, encore mal connues et peu étudiées par les historiens, apparaissent dans la décennie 1970-1980; peu médiatisées sur le plan national, elles n’ont guère laissé de traces dans la mémoire collective : à La Courneuve, au nord de Paris, en 1971, un jeune est tué au café Le Nerval; dans la même cité en juillet 1983, un enfant algérien de 10 ans est tué d’un coup de fusil par un habitant, et le quartier s’embrase ; en banlieue lyonnaise, premier incident en 1971, à Vaulx-en-Velin, dans une cité construite pour accueillir des harkis; 1975, premières mises à sac de locaux scolaires, 1978, premiers « rodéos4 » ; émeutes des Minguettes à Vénissieux en 1981, où la presse nationale médiatise le phénomène pour la première fois, avec des reportages télévisés qui montrent les voitures en flammes au pied des tours.

25Les deux chocs pétroliers de 1973 et 1979 mettent fin à l’ère de l’énergie bon marché, qui avait été une des conditions de la croissance des économies occidentales, et marquent l’entrée dans une crise économique qui s’avère durable : chômage structurel, fin du système fordiste, émergence des pays neufs non européens, début des délocalisations et disparition de pans entiers de l’industrie (sidérurgie, textile, charbon, constructions navales) ; le chômage de masse s’installe comme une réalité durable, avec 10 % des actifs au chômage (2 millions en 1983, 3 millions en 1994, 2 millions à la fin du xxe siècle) ; le chômage touche de façon sélective d’abord les jeunes de moins de 25 ans, surtout les immigrés, les femmes et les moins diplômés.

  • 5 La loi Barre prévoit l’aide personnalisée au logement (APL), une aide que l’État verse directement (...)

26Dans ce contexte, et reprenant des mesures classiques expérimentées lors de la crise de l’entre-deux-guerres, le gouvernement met en œuvre à partir de 1974 une nouvelle politique d’immigration : fermeture des frontières à toute nouvelle immigration, aide au retour pour les étrangers jugés responsables de la crise, maintien en l’état du nombre d’étrangers (3,4 millions en 1975), autorisation du regroupement familial, expulsion des clandestins. Poursuivie depuis trente ans, cette politique se fixe deux objectifs : l’arrêt de l’immigration, avec la fermeture des frontières françaises et européennes (accords de Schengen 1985) ; l’intégration des étrangers qui sont autorisés à rester dans la société française, par l’école, la vie familiale, le travail et des conditions de logement semblables à celles des travailleurs français. Cette politique entraîne d’importantes modifications du paysage des banlieues populaires : les bidonvilles, qui logeaient les Portugais et les Algériens dans des conditions indignes, sont supprimés par une politique vigoureuse à partir de 1971, et leur population relogée dans des grands ensembles sociaux ; le logement social s’ouvre de façon très volontariste, sous la pression des préfets, aux familles étrangères, qu’on espère ainsi conduire aux normes de vie urbaine de la société française ; les employeurs payent à partir de 1975 une taxe sur les salaires de leurs travailleurs étrangers pour construire de nouveaux logements sociaux ; les migrants africains célibataires, qui vivaient dans des foyers, les quittent maintenant qu’ils sont rejoints par leur famille, souvent nombreuse. Les organismes de logement social qui gèrent les cités accueillent ces nouveaux locataires, d’autant que la loi Barre rend solvables les familles les plus modestes5. L’idée est de répartir les familles immigrées au milieu des ménages français, suivant des quotas d’environ 15 %, chiffre discrètement évoqué dans des circulaires administratives qui ne sont pas rendues publiques. Ensuite, tout dépend de l’attribution des logements par les responsables du logement social, ce qui conduit à des situations très contrastées et n’évite pas la tendance à la ghettoïsation. Le logement des étrangers et des immigrés se fait dans les parties les plus dégradées et les plus périphériques des grands ensembles, que quittent les Français qui le peuvent pour l’achat d’une maison individuelle en grande banlieue. Le souci, louable, d’intégrer les immigrés dans le logement social construit pour les Français conduit à des logiques territoriales de regroupement communautaire qui n’ont été ni pensées, ni anticipées ; les quartiers en difficultés, presque tous des grands ensembles construits pour loger les salariés des Trente Glorieuses, concentrent les problèmes sociaux, les chômeurs et les violences urbaines, et deviennent l’objet d’une politique spécifique, appelée en français « politique de la ville » depuis 1981.

27Cette nouvelle politique publique, étrangement appelée « politique de la ville » alors qu’elle a pour objectifs de résoudre les problèmes des quartiers en grande difficulté, a fait son apparition sur l’agenda politique, après les troubles du quartier des Minguettes à Vénissieux durant l’été 1981. Elle vise, par des mesures spécifiques et dérogatoires, à remettre les quartiers les plus en difficulté au niveau du reste du territoire national : crédits spécifiques, fiscalité dérogatoire pour les entreprises, réhabilitation des bâtiments mal entretenus, mesures sociales et éducatives pour les jeunes. Née avec la décentralisation des débuts du septennat de François Mitterrand, cette politique fait des maires les responsables de la mise en œuvre des mesures nouvelles. Depuis vingt ans, des décisions spectaculaires et médiatisées de destructions des barres et des tours accompagnent les réhabilitations urbaines, dans un climat consensuel. Il est ainsi prévu de détruire 250 000 logements sociaux. La reconstruction se fait en petits immeubles ou pavillons moins denses et permet de disperser une partie de la population. L’Union européenne soutient financièrement ces évolutions urbaines : le département de la Seine-Saint-Denis, au nord-est de Paris, le plus touché par les émeutes de novembre 2005, est aussi celui qui profite le plus des fonds structurels européens pour les rénovations.

28En conclusion, revenons sur les émeutes urbaines de novembre 2005, qui témoignent de la gravité de la crise : une durée exceptionnelle de trois semaines, 274 communes touchées dans toute la France à partir d’un déclenchement en banlieue parisienne, 9 780 voitures brûlées, 360 bâtiments publics faisant l’objet d’incendies, 1 034 engins incendiaires lancés contre la police, 5 000 arrestations, 3 morts. Il est difficile pour l’historien d’analyser à chaud un événement aussi complexe, mais il peut tenter de le replacer dans la moyenne durée de l’évolution des banlieues et corriger certaines des erreurs d’analyse faites trop rapidement. Ces quartiers qui brûlent n’ont pas été abandonnés par la République : au contraire, ils sont le produit de l’État fort et centralisé des Trente Glorieuses qui a urbanisé les périphéries, mis fin à la séculaire crise du logement et logé les salariés de la croissance dans les grands ensembles. En Seine-Saint-Denis, département qui recense le plus de violences urbaines, les effectifs des agents des services de l’État n’ont pas diminué : 45 000 en 1982, 44 836 en 1999, malgré la décentralisation.

29Ces quartiers difficiles ne sont pas non plus le produit de politiques ségrégatives visant à parquer les immigrés dans des ghettos loin de la grande ville, au contraire ; mais le changement de la politique vis-à-vis des immigrés et une gestion mal maîtrisée de leur logement ont abouti à des situations localement ingérables, aggravées par la crise économique, le chômage et la dégradation de certains immeubles. Les technocrates qui ont construit les banlieues des années 1950-1970 avaient répondu aux attentes de la société française de la croissance ; il faut espérer que leurs successeurs des temps de crise soient dignes de leurs aînés.

Notes

1 Fernand Braudel, Identité de la France, Paris, Arthaud/Flammarion, 1989-1992, 3 vol.

2 On appelle ainsi la période de haute croissance économique qui suit la Seconde Guerre mondiale (1945-1975), d’après le titre d’un livre célèbre de l’économiste Jean Fourastié : Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979, réédition Hachette (Pluriel, 8363).

3 Pierre Sudreau, ministre de la Construction, conférence de presse, 22 décembre 1958.

4 Vols de voitures de valeur à Lyon par les jeunes des cités périphériques, qui les font ensuite tourner dans la cité puis les incendient.

5 La loi Barre prévoit l’aide personnalisée au logement (APL), une aide que l’État verse directement aux organismes qui logent les familles les plus modestes.

Auteur

Annie Fourcaut est professeur d’histoire contemporaine a l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de l’histoire urbaine de la France contemporaine, elle a travaille sur la constitution de la banlieue parisienne, sur les politiques urbaines, sur les grands ensembles et sur la gouvernance métropolitaine en Île-de-France a la demande de la Mairie de Paris.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540