Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La favela d'un siècle à l'autre

 | 
Licia Valladares

3. La favela des sciences sociales

Texte intégral

  • 1 Au Brésil, le terme de pós-graduação désigne l’ensemble du mestrado et du doutorado qui corresponde (...)

1Une nouvelle phase de production des représentations et de connaissance sur les favelas de Rio de Janeiro s’engage avec le développement des études doctorales – la pós-graduação1 – au sein de l’Université brésilienne à partir des années 1970. La continuité avec la période précédente est claire : lors du développement de l’anthropologie urbaine dans le nouveau mestrado en anthropologie du Museu Nacional, de nombreux thésards choisissent les favelas comme objet d’étude ou les utilisent pour discuter des questions plus générales comme la pauvreté, le mode de vie et les pratiques quotidiennes de la population des villes. Des années 1970 à nos jours, travaux et recherches se multiplient, résultant à la fois d’un programme universitaire explicite, des besoins de planification et d’une politique scientifique d’incitation à la recherche qui accorde une attention soutenue à la pauvreté urbaine ou à des thèmes qui lui sont directement associés. La favela devient un sujet à la mode, y compris des ONG de plus en plus fréquemment mobilisées pour intervenir auprès de ce type de quartier populaire. Le vaste corpus désigné ici sous le terme de « favela des sciences sociales » ne doit donc pas être réduit à la seule production académique au sens strict, mais doit être entendu dans un sens plus large, incluant toute une production d’enquêtes et de rapports répondant à une demande sociale, technique et politique spécifique.

2Trois traits distinctifs caractérisent cette étape : la reconnaissance de la favela comme thème que les sciences sociales doivent étudier, les tentatives de conceptualisation de cet objet à partir des théorisations sur la pauvreté urbaine et des idées sur l’habitat spontané et enfin, la consolidation et la généralisation de « dogmes » qui vont encadrer la pensée et l’action sur les favelas de Rio de Janeiro – dogmes qui sont largement issus d’études et de résultats de recherches universitaires.

  • 2 L’article de Faria (1983) offre une bonne synthèse des principaux changements résultant du processu (...)

3Cette production s’inscrit dans l’évolution d’un Brésil qui a connu la dureté du régime militaire (1964-1984), puis qui a vécu le retour à la démocratie et préconise aujourd’hui, simultanément ou contradictoirement, la démocratie participative et le libéralisme économique. Déjà urbanisé à 66 % en 1980 et à 81 % selon le dernier recensement de 2000, le pays est devenu en 1997 la huitième économie mondiale mais reste le champion des inégalités sociales. La croissance spectaculaire des grandes agglomérations (métropolisation) défie toute planification et accentue la visibilité des problèmes sociaux des grandes villes. La pauvreté qui accompagne cette croissance s’impose comme question sociale prioritaire, thème de réflexion des universitaires mais aussi de tous ceux qui essaient de lutter contre la misère2.

4Plusieurs approches méthodologiques se développent pour étudier les favelas, prenant des formes différentes selon les disciplines universitaires. Le classique travail de terrain prend de nouvelles dimensions avec l’apprentissage, au sein de l’Université, de l’observation participante et des méthodes qualitatives. Des institutions spécialisées en planification créent des bases de données, des enquêtes sur échantillon représentatif sont entreprises, un répertoire des favelas (Cadastra de Favelas) est constitué en 1991-1992 par la mairie de Rio comme outil technique à la disposition des agences publiques désireuses d’intervenir dans ces quartiers. Enfin, on affine les techniques d’échantillonnage et de repérage à partir de photos aériennes et la cartographie moderne se développe avec ses outils informatiques, de même que les systèmes d’information géographiques.

5Dans la continuité de ce que nous avons mis en évidence dans le chapitre 2, le processus de valorisation de la favela, initié notamment à travers les actions de l’Église catholique, se poursuit, relayé par l’Université brésilienne qui lui donne une nouvelle impulsion. Les connaissances scientifiques et techniques, qui servent à orienter, voire à justifier les politiques publiques et leurs changements par rapport aux favelas, proposent une vision des favelas comme réalité à part entière du monde urbain brésilien, notamment celui des grandes villes. Il a fallu attendre la fin du XXe siècle pour voir reconnue officiellement l’existence des favelas par les pouvoirs publics dans la Constitution de 1988 et la promulgation toute récente du statut de la ville qui en découle. Le programme Favela-Bairro dénonce le passéisme de certaines propositions, comme l’éradication et le relogement, et parie sur le consensus aujourd’hui acquis où s’impose la nécessité d’intégrer les favelas au tissu urbain.

  • 3 Nous avons emprunté cette image très parlante pour caractériser la situation des favelas de Rio dan (...)

6En raison du volume de la production et du nombre d’individus impliqués, l’approche de ce chapitre diffère sensiblement de celle adoptée dans les précédents. D’une sociologie des acteurs individuels, il devient nécessaire de passer à celle des acteurs collectifs. Ce ne sont plus de petits réseaux, avec des chercheurs facilement identifiables, responsables pour l’ensemble de la réflexion sur les favelas. Celles-ci sont étudiées aussi bien par les anthropologues, les sociologues, les architectes et les géographes que par les spécialistes du droit, de l’histoire, de la santé publique, de science politique, parmi les nombreuses disciplines d’une université de plus en plus éclatée, pratiquant approches et méthodes les plus diverses. Des nouveaux réseaux se multiplient et s’articulent à partir des ONG qui associent des universitaires à la population locale dans le cadre de la recherche. Les résidents de certaines favelas de Rio en viendront à passer du statut d’envahisseurs à celui d’envahis (invasores a invadidos)3.

7Pour comprendre les représentations sociales de la favela dans la période contemporaine, il faut donc commencer par considérer le milieu universitaire et ses acquis, voire son expérience. Dans la conjoncture de l’époque, trois éléments nous apparaissent comme saillants : a) le développement de l’Université brésilienne à partir de 1970 ; b) l’attention croissante portée par les milieux intellectuels latino-américains et brésiliens au phénomène de la pauvreté urbaine et sa reconnaissance comme composante majeure de la question sociale ; c) le lancement à Rio de Janeiro d’une énorme opération antifavela, financée par la BNH (Banque nationale du logement) en parallèle à une expérience pilote d’urbanisation de favela menée par une agence locale, la CODESCO (Agence de développement des communautés).

L’Université, productrice de recherche

  • 4 Les informations sur le passage d’Anthony Leeds au Museu Nacional sont en grande partie issues de l (...)

8Les premières études doctorales en sciences sociales à Rio de Janeiro ont été instituées en 1968 au Museu Nacional, qui fait partie de l’université fédérale de Rio de Janeiro. Cette pós-graduação a été mise en place avec l’anthropologie pour discipline principale, portant essentiellement sur les objets traditionnels de l’époque – les Indiens et la paysannerie. Cependant, elle a également retenu la ville comme un de ses axes de travail, et l’influence de Leeds n’y fut sans doute pas étrangère. En effet, Anthony Leeds venait d’achever l’un de ses longs séjours au Brésil, durant lequel il s’était immergé dans le terrain des favelas tout en nouant des relations avec divers universitaires brésiliens de sa génération. Parmi eux, Roberto Cardoso de Oliveira, devenu directeur du nouveau mestrado du Museu Nacional, invita Leeds à Rio pour le second semestre de 1969 en lui confiant les cours d’anthropologie urbaine et d’écologie urbaine4. Ce nouveau cursus d’anthropologie sociale, qui se déroulait dans les locaux du CLAPCS, était suivi par Luiz Antonio Machado da Silva, Gisélia Grabois, Carlos Nelson Ferreira dos Santos, qui à l’époque effectuaient déjà des recherches sur les favelas ou sur des questions relatives à cette problématique, et par Yvonne Maggie et Gilberto Velho qui retrouvèrent Leeds quelques années plus tard à l’université du Texas. Gilberto Velho prit par la suite la responsabilité de la chaire d’anthropologie urbaine au Museu Nacional et fit publier l’ouvrage d’Anthony et Elizabeth Leeds qui permit pour la première fois au lecteur brésilien d’accéder aux résultats de leurs recherches dans les favelas de Rio et dans les barriadas de Lima (Leeds A., Leeds E., 1978).

  • 5 Il s’agissait de Paul Silberstein qui faisait partie des auteurs du numéro déjà mentionné d’América (...)

9Il existe une claire continuité entre ces séminaires de mestrado de 1969 et les réunions informelles organisées régulièrement par Leeds au cours de son séjour précédent à Rio, quand il avait, en quelque sorte, « recruté » des membres du Peace Corps en tant qu’observateurs – épisode que nous avons évoqué au chapitre 2. Un de ces membres du Peace Corps était d’ailleurs resté au Brésil après son séjour comme volontaire, et il fut admis au Museu Nacional5 où il suivit officiellement les cours de Leeds.

10La contribution d’Anthony Leeds au début de l’anthropologie urbaine à l’université de Rio de Janeiro a été marquante, aussi bien par le contenu de ses cours que par les apprentissages méthodologiques qu’il suscitait, dans la même perspective que le travail engagé précédemment avec les membres du Peace Corps : faire du terrain dans la ville (« l’anthropologie à domicile ») comme travail pratique d’application des théories qu’il présentait et discutait, stimulant le regard sur le mode de vie urbain et la vie du quartier, insistant sur la relation entre stratification sociale et lieu de résidence.

11L’importance de son rôle d’orientation est soulignée par Velho (1972 : 9), qui note qu’à l’origine de sa propre thèse sur les classes moyennes à Copacabana, il y avait le travail d’ethnographie qu’il avait effectué sur un grand immeuble de ce quartier comme exercice de cours pour Leeds. À partir du début des années 1970, de nombreuses thèses portant sur les favelas ou prenant prétexte d’un travail de terrain dans ces quartiers témoignent explicitement de cette impulsion donnée par Leeds et de son influence : Grabois (1973), Goldwasser (thèse soutenue en 1975, publiée la même année), Heye (1979), Santos (thèse soutenue en 1979, publiée en 1981), Oliveira (1980), Birman (1980) et Segala (1991)… Seuls quelques-uns ont été dirigés par Leeds mais leur travail porte la marque de son influence.

12Si l’influence d’Anthony Leeds sur l’anthropologie urbaine naissante à Rio permet ainsi de comprendre l’évolution de la discipline, elle ne peut cependant suffire à expliquer l’importance croissante des travaux universitaires de sciences sociales consacrés à la favela à partir de la fin des années 1960.

13C’est l’Université brésilienne dans son ensemble qui est la principale responsable de la multiplication d’études et de recherches de toutes sortes sur les favelas de Rio de Janeiro au cours des trente dernières années, et qui a ainsi contribué fortement à la formation des représentations sociales de ces espaces urbains et de leurs habitants, alors que dans la période antérieure, comme on l’a montré dans le chapitre 1, ces représentations résultaient surtout des débats politiques et de la production des journalistes et des professionnels.

14Pour comprendre cette mutation, il faut d’abord considérer la structure institutionnelle complexe qui s’est mise en place par étapes afin de développer les études doctorales en sciences sociales car la production de recherche est fortement liée aux thèses.

  • 6 Pereira de Queiroz (1990), analysant les milieux intellectuels fréquentés au Brésil par les Françai (...)
  • 7 Le projet de la Columbia University dirigé par Charles Wagley à Bahia, résultant d’un accord entre (...)
  • 8 Limongi (1989) signale que ce cursus de pós-graduação était animé, outre Donald Pierson, par deux s (...)

15Rappelons d’abord que ce développement s’inscrit dans une évolution engagée à l’Université dès les années 1950, surtout à São Paulo et Rio de Janeiro où des intellectuels et universitaires se distinguaient déjà par une production scientifique d’envergure6, certains étant même reconnus par des institutions internationales comme l’Unesco ou par des grandes universités américaines7. Dès 1941, l’ELSP de São Paulo avait mis en place, sous la direction de Donald Pierson, une pós-graduação inspirée du modèle de l’école de Chicago et qui valorisait la recherche empirique (voir Chapitre 2)8.

  • 9 Octávio Velho fait notamment référence à Florestan Fernandes, qui avait soumis des propositions en (...)

16Depuis le milieu des années 1950, la réforme de l’enseignement supérieur était en débat, insistant de plus en plus sur la nécessité d’une professionnalisation du milieu (en favorisant le plein-temps pour enseignants et étudiants), ainsi que sur une véritable formation à la recherche, sur des bourses, l’organisation d’équipes de recherche et l’urgence à trouver des moyens et des équipements qui contribueront au progrès dans la société brésilienne par le développement de la recherche fondamentale et appliquée (O. Velho, 1983)9. La création de l’université de Brasilia dans les années 1960, l’effort pour y créer un milieu d’excellence, conçu sur un modèle plus ouvert, a été un signe marquant de la valorisation du développement scientifique dans un pays qui se voulait tourné vers l’avenir pour la construction d’une grande nation moderne.

  • 10 Fernando Henrique Cardoso y a soutenu sa thèse en 1962.

17Il y a donc eu, dans ce contexte, une maturation progressive de programmes de pós-graduação en sciences sociales. Créées au début des années 1940 à l’université de São Paulo (USP)10, sur un modèle encore assez traditionnel (pas d’obligation de cursus spécifique pour les étudiants en thèse), les filières de sciences sociales (anthropologie, sociologie et sciences politiques) n’ont pas suscité une grande production de thèses – environ deux par an au total entre 1945 et 1965 (Lamounier, 1981, cité par Otavio Velho, 1983 : 246), la majorité des thèses étant soutenues à l’étranger, principalement en France et aux Etats-Unis. La pós-graduação du Museu Nacional (université fédérale de Rio de Janeiro), plus moderne, a été instituée en 1968, avant celles de l’IUPERJ (appartenant aujourd’hui à l’université Candido Mendes) et de l’UFMG (université fédérale de Minas Gerais) en 1969. Les études doctorales se sont ensuite multipliées dans les départements de sciences sociales des autres principaux centres universitaires du Sud-Est et du Sud – UNICAMP (université de Campinas), UFRGS (université fédérale du Rio Grande du Sul) puis dans les principales universités du Nordeste (université fédérale de Pernambouc et université de Bahia).

18Il est important de souligner que cet essor des études doctorales au Brésil, en sciences sociales comme dans les autres domaines, a paradoxalement coïncidé avec la dictature militaire. Même s’il apparaît quelque peu surprenant, si l’on compare avec ce que les militaires au pouvoir ont fait de l’Université dans d’autres pays d’Amérique latine, comme en Argentine où elle fut sacrifiée, ce développement ne peut s’expliquer que par les caractéristiques propres à la dictature militaire brésilienne.

  • 11 Selon Vianna, Carvalho et Melo (1995), le développement du système de la pós-graduação par les mili (...)

19Privilégier l’enseignement de troisième cycle fut une stratégie explicite du régime qui prit le pouvoir en 1964 et le conserva jusqu’en 198411. Les militaires brésiliens valorisaient le modèle des universités américaines, avec une formation supérieure spécialisée aboutissant aux PhD, considérée comme centrale dans tous les domaines scientifiques, et la recherche fondamentale et appliquée perçue comme nécessaire pour le développement économique. Ils n’ont donc pas interrompu le mouvement de développement des études doctorales, mais l’ont au contraire soutenu, tout en imposant leur marque.

20Si les militaires ont misé sur le développement d’une capacité scientifique et technique de haut niveau, ils n’en ont pas moins procédé à une politique d’épuration idéologique et politique de l’Université brésilienne, visant particulièrement les sociologues, surtout ceux qui étaient identifiés avec les idées marxistes ou liés au Parti communiste (clandestin depuis 1947). Dans les sciences sociales, on a donc privilégié l’anthropologie et les sciences politiques, disciplines moins suspectes. On peut aussi penser, comme le suggère indirectement Otávio Velho (1983), que le modèle de l’enseignant-chercheur spécialisé, investi dans l’activité de recherche et fortement inspiré du système de référence américain, était plus acceptable pour les militaires que celui de l’intellectuel généraliste enclin à intervenir dans le débat public sur les grandes questions de société. Réciproquement, le repli sur la professionnalisation a été aussi un mode de préservation des universitaires contre la répression. Et nombre de ceux qui étaient exclus de l’Université ont pu reprendre en partie leur activité professionnelle par la création de centres d’étude et de recherche privés certes indépendants de l’Université, mais en fait liés à elle – ne serait-ce que par les flux de jeunes chercheurs en formation. On peut citer l’exemple du CEBRAP (Centre brésilien d’analyse et de planification) à São Paulo.

  • 12 Comme ce fut le cas du mestrado du Museu Nacional, de l’IUPERJ, entre autres.

21L’Université publique a donc reçu de manière continue, à partir des années 1970, une aide significative qui a favorisé la montée en puissance d’un enseignement au niveau doctoral et d’une recherche universitaire. En 1967, dans le cadre de cette nouvelle politique scientifique, on a créé la FINEP (Organisme de financement d’études et de projets) qui devient responsable de l’administration du Fonds national pour le développement scientifique et technologique. Le soutien à l’Université s’est effectué par le concours financier à des cours de mestrado et doctorat, par le développement de programmes intégrés de recherche empirique12 et par le renforcement de deux organismes publics, la CAPES (Coordination de perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur) et le CNPq (Conseil national de la recherche), qui ont multiplié leurs activités, augmentant le nombre de bourses d’études dans le pays et à l’étranger.

  • 13 Le premier président civil élu fut Tancredo Neves, en 1985.
  • 14 À Rio de Janeiro, par exemple, on compte trois universités publiques : l’UFRJ (université fédérale (...)

22Après le retour à la démocratie, au cours des années 198013 la population universitaire a continué de croître de façon très sensible et, avec le développement du marché du travail pour les diplômés, les programmes d’études doctorales se sont multipliés dans d’autres régions du pays, hors des principales métropoles, à l’intérieur même des États de São Paulo et de Rio de Janeiro, où un nombre croissant d’universités privées a vu le jour à côté des universités publiques14.

  • 15 Figueiredo (1988) a étudié le Financement des sciences sociales au Brésil dans la période 1966-1985 (...)

23Des institutions étrangères au premier rang desquelles la Fondation Ford se sont associées à ce renforcement de la recherche et des études doctorales au Brésil, et leur rôle fut considérable dans les vingt premières années de leur mise en place (Figueiredo : 1988)15, notamment à São Paulo et Rio de Janeiro. Elles ont aussi encouragé le mouvement de décentralisation universitaire engagé à partir des années 1970.

  • 16 L’Association des géographes, créée dans les années 1930, et celle des anthropologues, dans les ann (...)
  • 17 Pour des travaux récents sur le développement du 3e cycle en sociologie au Brésil, voir Martins et (...)

24L’institutionnalisation des sciences sociales s’est concrétisée en 1977 par la création de l’ANPOCS (Association nationale de pós-graduação et de recherche en sciences sociales), avec une double mission d’organisation du débat scientifique et de diffusion d’une part, de coordination des programmes et de représentation politico-institutionnelle d’autre part16. L’ANPOCS, qui regroupait à l’origine 14 centres de recherche ou programmes d’études doctorales, en compte aujourd’hui 106 : 64 centres de recherche et 42 programmes de pós-graduação en sociologie, anthropologie et sciences politiques, répartis dans tout le pays17.

25Les centres de recherche et de pós-graduação qui s’occupent des études urbaines (urbanisme, géographie, économie et sciences sociales étudiant la ville, administration publique, etc.) possèdent également leur association, l’ANPUR (Association nationale de pós-graduaçao et recherche en planification urbaine et régionale), créée en 1983 par le regroupement de cinq programmes. Elle en compte aujourd’hui trente-trois.

  • 18 Sur le développement de la géographie et sa contribution aux études sur la ville au Brésil, voir le (...)

26La recherche urbaine qui, jusqu’aux années 1960, n’était pratiquée que par les géographes18, a bénéficié de cette politique nationale. Les sciences sociales ont encouragé les études sur la ville dans le cadre du développement des cursus de pós-graduação en sociologie, en sciences politiques, en anthropologie, en histoire et en économie. Parallèlement, les agences directement liées à la planification publique ont contribué à la recherche dans ce domaine, en finançant notamment des projets réalisés directement ou indirectement par l’Université. Le marché du travail urbain et les migrations interrégionales et interurbaines ont été pris en charge par l’IPEA (Institut de recherches économiques appliquées lié au ministère de la Planification) ; la question du logement, de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement par la BNH ; celle de la planification locale par le SERFHAU (Service fédéral du logement et de l’urbanisme) ; et les études sur les régions métropolitaines et les systèmes urbains par le CNDU (Conseil national du développement urbain). Toutes ces agences ont fait appel à des universitaires en tant qu’experts et ont passé des contrats d’études et de recherche avec eux et leurs universités.

27En 1995, près des deux tiers des centres brésiliens de production de recherche sur la ville appartenaient au secteur universitaire (64 % exactement, répartis en 50 % pour les programmes d’études doctorales et 14 % pour des laboratoires universitaires ; Valladares, Coelho, 1995 : 93-94). À elle seule la métropole de Rio de Janeiro comptait en 1992 dix programmes d’études doctorales où des étudiants et des chercheurs travaillaient sur l’urbain : programmes d’anthropologie, sociologie, sciences politiques, histoire, géographie, planification urbaine, architecture et urbanisme, et même des programmes de médecine sociale et santé publique et d’administration publique (Valladares, Sant’Anna : 1992). Ce chiffre est passé à dix-neuf programmes en 2001 et compte également des études doctorales en droit urbain et en service social.

28La production de thèses représente un autre indicateur de l’importance de la structure universitaire brésilienne. Un premier répertoire des thèses sur la ville au Brésil, couvrant la période 1940-1989, a comptabilisé 1001 thèses parmi lesquelles 905 qui ont été soutenues dans des universités brésiliennes, soit 90 % du total (Valladares, Sant’Anna, Caillaux, 1991). La productivité de l’Université brésilienne est confirmée par un second répertoire relatif aux seules thèses consacrées à Rio de Janeiro. Dans la période 1960-1990, sur un total de 265 thèses répertoriées, on en dénombre 239, soit 90 %, soutenues dans des universités brésiliennes (Valladares, Sant’Anna, 1992).

29Sur les 623 chercheurs urbains résidant et en activité au Brésil repérés par URBANDATA-Brasil (Sant’Anna, Lima Junior, 2001), 288, soit 46 %, travaillent à Rio de Janeiro, 61 % d’entre eux appartenant à des institutions universitaires.

30Ces quelques indications montrent l’importance et la rapidité du développement du potentiel scientifique de la structure universitaire brésilienne qui s’est institutionnalisée en à peine vingt ans. La situation ainsi créée contraste fortement avec celle des années 1950-1960, celle des séjours de Lebret dans un Brésil encore considéré comme un pays caractéristique du tiers-monde, celui décrit dans la Géographie de la faim (Castro, 1949) et Os Dois Brasil (Lambert, 1959), un pays divisé entre les riches et les pauvres illettrés, où l’analphabétisme concernait encore un tiers de la population totale.

Pauvreté et territoire : la construction de la marginalité sociale

31C’est dans ce contexte institutionnel que le thème de la pauvreté urbaine s’affirme comme un des principaux objets de recherche des chercheurs universitaires en sciences sociales. Cette affirmation se construit dans la convergence de trois processus : l’évolution du débat sur la pauvreté dans la réflexion sur la modernisation du pays, l’évolution démographique du Brésil et l’internationalisation du débat latino-américain sur ces questions.

  • 19 L’histoire de la pensée sur la pauvreté urbaine au Brésil, ses différentes clés de lecture, ont été (...)
  • 20 La littérature sur le débat européen, notamment anglais et français, sur les questions de l’indigen (...)

32La pauvreté urbaine avait certes été un sujet de préoccupation des élites brésiliennes depuis le tournant du XIXe siècle19 et les débats menés en Europe20 à la même époque ont eu un écho important au Brésil (Valladares, 1991). L’idée du travail comme élément central de l’organisation de la vie sociale, caractéristique du système britannique entre autres, constitue la clé qui permet de comprendre les conceptions prévalentes du traitement public du problème de la pauvreté. L’inculcation de l’éthique du travail et la répression de l’oisiveté (vadiagem) résumaient le double défi des politiques publiques émergentes. Ainsi, dans le débat brésilien, la question de l’indigence et de la pauvreté a-t-elle été liée à celle du marché du travail, les représentations sociales des pauvres insistant alors sur l’image de l’oisif (vadio). L’oisiveté était mise en avant pour expliquer l’inactivité d’un certain nombre d’individus. En raison de son passé esclavagiste récent, il a fallu à la nation brésilienne un effort considérable pour imposer une éthique du travail à une population qui n’y voyait pas de valeur positive, encore moins un élément de la dignité humaine.

33À ces conceptions du début du XXe siècle, qui associaient la pauvreté au refus des individus de vendre leur force de travail et à leurs difficultés pour respecter les règles du salariat, s’ajoutait la conviction qu’elle relevait de la responsabilité individuelle : on était pauvre en raison de ses faiblesses morales. L’image des « classes dangereuses » domina ainsi l’imaginaire social des couches supérieures lettrées et servit, comme on l’a rappelé, de justification au premier type d’intervention publique contre le territoire urbain des pauvres, les cortiços des quartiers centraux.

34Mais le discours sur la pauvreté a aussi évolué, notamment avec le régime populiste de Vargas qui a imposé, au fur et à mesure que le fantasme de l’esclavage s’atténuait, une vision plus positive des classes populaires, caractérisée par la valorisation de la figure de l’ouvrier. Vargas, dans une tentative pour construire les bases d’un État-providence, instaura le salaire minimum entré en vigueur en 1940 et suivi d’un ensemble de lois sociales (Vianna, 1999). Bien que cette législation n’ait protégé que les individus insérés dans le marché du travail formel, laissant donc à l’écart une masse considérable d’hommes et des femmes sans emploi salarié, Vargas se construisit ainsi une image de « père des pauvres ».

35Ce changement de perspective allait de pair avec une autre représentation des causes de la pauvreté : l’idée s’imposa graduellement que des contraintes objectives, extérieures aux individus, peuvent conduire ceux-ci à une situation de pauvreté, relativisant par là l’importance de leur responsabilité individuelle, et justifiant la nécessité de mesures de politique sociale destinées à les aider à en sortir. Dans le même temps, le développement du clientélisme politique transforma progressivement les masses urbaines pauvres en objets d’attention de la machine politique et du régime populiste : de « dangereuses », elles devinrent ainsi « manipulables ».

36Elles devinrent aussi de plus en plus nombreuses. L’évolution démographique du Brésil a été spectaculaire au cours des années 1950-1980, le pays étant passé d’une nette dominante rurale (36 % seulement de population urbaine au recensement de 1950) à une nette dominante urbaine (68 % de population urbaine au recensement de 1980). La croissance urbaine qui en résulte est explosive – la population urbaine a été multipliée par 4,2 entre ces deux dates –, et s’est faite dans une forte proportion sous forme d’urbanisation « spontanée », favelas, lotissements périphériques sommaires, etc., donnant au phénomène de la pauvreté urbaine une ampleur sans précédent.

  • 21 Comme le remarque Fassin (1996 : 57-58), à la différence de la situation européenne du XIXe siècle, (...)

37Les analyses démographiques des années 1950-1960 sur le processus d’urbanisation en Amérique latine et au Brésil insistaient sur sa nature exceptionnelle : processus sans précédent, surtout comparé avec l’expérience européenne21, qu’on a désigné par l’expression de « sur-urbanisation » (over-urbanization), provoquée par les migrations internes incontrôlables et par des taux de croissance démographiques très élevés, notamment dans les grandes concentrations urbaines, lieux de visibilité par excellence de cette pauvreté. Les géographes soulignaient la prédominance des métropoles nationales dans les réseaux urbains de chaque pays, et les conséquences de cette macrocéphalie (urban primacy) sur l’espace des grandes villes et les formes de croissance urbaine. Les économistes, en revanche, insistaient sur le décalage entre les secteurs modernes et traditionnels de l’économie, notamment sur la faiblesse de l’économie urbaine à faire face à une offre toujours croissante de main-d’œuvre peu qualifiée.

  • 22 L’historien américain Richard Morse, qui a longtemps séjourné au Brésil, a produit deux bilans de l (...)

38Conséquence de la sur-urbanisation, le sous-emploi fut alors perçu comme cause majeure de la pauvreté et devint dans les années 1960 et 1970 un thème de réflexion et de recherche privilégié, en particulier en Amérique latine et au Brésil (Morse, 1965)22.

  • 23 Selon Nun (1969), la « surpopulation relative » correspond aux individus chômeurs et sous-employés  (...)

39Une littérature considérable sur la modernisation et la marginalité sociale se développa alors dans la région, fortement influencée par l’idéologie marxiste. Elle insistait sur les déficiences de la dynamique du développement économique, incapable de créer des emplois en quantité suffisante pour absorber la croissance démographique et satisfaire les besoins des nouveaux arrivants expulsés des campagnes vers les villes (Cardoso, Reyna, 1967). Pour évoquer ces masses urbaines non intégrées dans la nouvelle société industrielle, elle utilisait des catégories d’inspiration marxiste : « surpopulation relative », « armée industrielle de réserve », « masse marginale » (Nun, 1969)23.

40Pour penser ces populations marginales laissées à l’écart de l’économie formelle, la théorie de la marginalité connut une vogue croissante en Amérique latine à partir des années 1960, combinant des apports aussi différents que le fonctionnalisme, le culturalisme et le marxisme. Cette approche théorique dut son succès au dépassement des interprétations purement économiques, par la référence à deux autres dimensions du social, la dimension spatiale et la dimension socioculturelle. Si le concept de marginalité a été employé dans une pluralité d’acceptions, en référence à des situations et des groupes sociaux les plus divers (Kowarick, 1975), les approches s’en réclamant ont eu en commun de proposer une lecture globale du phénomène, offrant un cadre d’analyse de l’espace social de la pauvreté urbaine en Amérique latine qui inspira de nombreuses recherches et des opérations de politique urbaine (Mangin, 1967).

41Le déplacement du regard de l’économique vers le spatial et le culturel s’inscrivait dans une certaine continuité avec les approches de l’écologie urbaine et notamment l’affirmation théorique de l’existence d’une « culture de la pauvreté ».

  • 24 Nous ne chercherons pas ici à présenter l’ensemble des apports de la théorie de la marginalité, des (...)
  • 25 C’est au sein de la DESAL, Institut de recherche catholique de Santiago du Chili, que la notion se (...)

42La marginalité sociale24 trouvait son expression territoriale dans les barrios marginales (« quartiers marginaux », expression espagnole pour décrire des espaces du même type que les favelas) perçus par les spécialistes latino-américains comme la manifestation la plus typique de la non-intégration de larges segments de la société urbaine (Vekemans, Venegas, 1966)25. C’est dans les grandes métropoles que les déséquilibres devenaient les plus visibles : ces nouveaux quartiers dépourvus de toutes les infrastructures urbaines rendaient explicites tous les problèmes d’insertion qu’avaient rencontrés, successivement, toutes les vagues croissantes de populations originaires du monde rural.

  • 26 Oscar Lewis s’était rendu pour la première fois au Mexique en 1943 pour faire du terrain dans le vi (...)
  • 27 Il y a une tendance chez nombre d’auteurs (Perlman, 1977 ; Fassin, 1996) a évoquer seulement les ca (...)
  • 28 Dans l’introduction de son livre The Children of Sanchez (1961 : XII), on lit : Certainly the lives (...)

43L’idée d’une « culture de la pauvreté » s’est articulée alors avec la théorie de la marginalité sociale, sous l’influence d’Oscar Lewis, anthropologue nord-américain, dont le travail de terrain dans les vecindades de Mexico (quartiers de taudis des zones centrales), servit de base à l’écriture de son best-seller Five Families (Lewis, 1959)26. Selon son modèle d’interprétation, les habitants des quartiers pauvres, originaires de régions rurales, adoptaient un style de vie qui leur était spécifique, caractérisé par des valeurs et des comportements différents de ceux de la culture dominante. Cette « sous-culture » se reproduisait perpétuellement et expliquait ainsi que circulent, d’une génération à l’autre, les mêmes caractéristiques socio-pathologiques, entretenant le cercle vicieux de la pauvreté mais renouvelant aussi, paradoxalement, les conditions de leur survie dans la société moderne. Oscar Lewis faisait remarquer qu’un tel mode de vie finirait par engendrer un « syndrome » particulier des populations pauvres, où se manifesterait non seulement un esprit de résignation et de fatalisme devant l’avenir27 mais aussi une certaine « joie de vivre » et une forte dose de chaleur humaine28 qui rendraient les difficultés quotidiennes plus supportables.

De la favela comme problème à la favela comme solution

  • 29 Comme le montre par exemple Vogt (1983).
  • 30 Présenté pour la première fois dans une conférence aux États-Unis en 1967 et traduit en portugais e (...)

44La discussion des thèses de la marginalité sociale appliquées au cas brésilien a conduit à leur critique explicite dès la fin des années 1960 par un certain nombre de chercheurs. Si ces thèses renforçaient les représentations dominantes d’une vision dichotomique de la société, marquée par l’opposition ville/favela, illustrée par exemple par le livre de témoignage de Carolina Maria de Jesus29, déjà mentionné dans le chapitre 2, pour nombre de ceux qui travaillaient sur les favelas de Rio, leur population n’était pas marginale et isolée, mais bel et bien insérée, de différentes manières, dans la ville. Leeds l’avait bien exprimé dans l’article « Brazil and the Myth of Urban Rurality : Urban Experience, Work and Values in “Squatments” of Rio de Janeiro and Lima30 ». Il se référait autant à son travail de terrain et à celui de son équipe informelle (voir Chapitre 2) à Rio de Janeiro qu’à ses visites dans les barriadas de Lima et aux travaux de Turner et Mangin pour montrer que ces quartiers populaires, considérés comme des enclaves dans la ville, contrairement aux visions les plus répandues en Amérique latine, étaient fortement intégrés au tissu urbain par leur insertion dans plusieurs marchés : le marché du travail, le marché politique, le marché de la culture (à travers le carnaval en particulier).

  • 31 Nous partageons à cet égard le point de vue de Pino, historien américain qui a récemment travaillé (...)

45Quelques années plus tard, Perlman fit une synthèse de ce débat latino-américain dans sa thèse, d’abord publiée en anglais puis en portugais. Ce livre, O Mito da Marginalidade (Perlman, 1977) a eu un succès notable et il est aujourd’hui encore plus connu et plus souvent cité, au Brésil et aux États-Unis, que les nombreux travaux de Leeds. Mais il faut souligner que sa critique de la théorie de la marginalité n’était ni originale ni pionnière, pas plus aux ÉtatsUnis qu’au Brésil31.

  • 32 À l’origine, les conjuntos habitacionais, grands ensembles de maisons individuelles ou d’immeubles (...)
  • 33 À l’époque de Carlos Lacerda, ce fut un financement des États-Unis qui donna à la COHAB-GB les ress (...)
  • 34 Cette opération constitue le sujet de ma thèse de 3e cycle et du livre en portugais qui en est issu (...)

46Comme nous l’avons montré dans le chapitre 2, la remise en cause des représentations traditionnelles des habitants des favelas, que la théorie de la marginalité a prolongées à sa manière, avait été engagée avec la publication des résultats du recensement de 1950 (Guimarães, 1953) et amplifiée avec celle de l’étude de la SAGMACS. Mais si ces travaux, puis ceux de Leeds, ont eu une certaine audience intellectuelle, ils n’ont pas suffi à transformer vraiment les représentations qui structuraient l’imaginaire collectif des élites et les politiques publiques. Dans les années 1960 et 1970, la perception des favelados comme relevant de la marginalité sociale était encore largement dominante et a servi de justification idéologique à l’opération antifavela engagée par le gouverneur Carlos Lacerda (dans la période 1962-1965), continuée par Negrão de Lima (1966-1971) puis par Chagas Freitas (1971-1974). Le bilan de cette opération conduisit, sur une période de douze ans, à la suppression de 80 favelas, à la destruction de 26 193 baraques et au relogement de 139 218 personnes en conjuntos habitacionais32 (Valladares, 1978 : 39). Ce fut l’intervention publique la plus importante contre les favelas que Rio de Janeiro ait jamais connu, opération dont le « succès » fut rendu possible par un financement spécial du gouvernement fédéral33. Sans les ressources provenant du pouvoir central et de la BNH (Banque nationale du logement), l’opération en serait restée à une dimension bien plus modeste34.

47Perçue comme un problème, cette vision de la favela correspondait parfaitement aux mesures de planification urbaine prises par le régime autoritaire brésilien et était en phase avec les politiques menées dans plusieurs autres pays d’Amérique latine qui avaient entrepris la démolition des quartiers informels, jugés néfastes pour les conditions environnementales, sociales et économiques, et non conformes aux normes du logement social. La tendance des différents États latino-américains, au cours des années 1960, a été en effet d’investir dans des projets à grande échelle de construction de logements sociaux conventionnels pour le relogement des habitants des quartiers « marginaux » (Gilbert, Ward, 1985 : 12-13).

48Plusieurs facteurs ont contribué à remettre peu à peu en question cette vision dichotomique qui voyait dans le relogement par des opérations massives une réponse idéale au « problème » de la favela.

49Progressivement, les milieux internationaux de l’architecture ont entrepris de critiquer le décalage entre le projet formel, « la planche à dessin », et la réalité, décalage dû à la formation donnée par les écoles d’architecture qui privilégiait le dessin, la recherche formelle et les théories d’urbanisme destinées à transformer plutôt l’esthétique de l’espace bâti des projets nouveaux qu’à prendre en compte la réalité urbaine, la vie dans les quartiers. Des auteurs qui valorisaient la rue et le voisinage comme lieu des liens sociaux et de pratiques importantes pour la vie urbaine (comme Jane Jacobs et Herbert Gans aux États-Unis) ont été à l’origine d’un courant important opposé à l’urbanisme des grands projets niant la ville – celui de la Charte d’Athènes et de Le Corbusier entre autres.

  • 35 On lit dans les premières pages de Five Families : My purpose has been to contribute to our underst (...)

50Les spécialistes des politiques du logement – universitaires souvent liés aux études et aux expertises des politiques publiques – ont remis en question ces solutions traditionnelles à partir d’autres types d’interrogation. Les chercheurs anglophones, inventeurs du terme générique squatter settlements, ont été parmi les premiers (après Mattos Mar, évoqué précédemment) à étudier le rôle de tels quartiers et leurs habitants pauvres dans le développement économique et urbain des différents pays latino-américains, en tentant d’élargir la discussion à d’autres cas (Mangin, 1967 ; Turner, 1969). Après plusieurs séjours au Pérou dans les années 1958-1964, Turner avait manifesté dès 1963 son étonnement devant the unaided self-help solution of the common people’s initiative (apud Rodriguez et ai, 1995 : 233). En attirant l’attention sur ces quartiers et sur la manière dont cet habitat avait été construit par les résidents, ces auteurs entendaient remettre en cause certains éléments du paradigme de la marginalité sociale et des idées de Lewis, par ailleurs objet de débat dans les milieux académiques nord-américains en raison de l’option universaliste de son concept de culture de la pauvreté35.

51Dans la seconde moitié des années 1960, John Turner a mené campagne dans le Journal of the American Institute of Planners contre la vision traditionnelle qui cherchait à résoudre la question du logement des pauvres par le relogement dans des nouveaux immeubles produits industriellement. Expert auprès des Nations unies, il avait visité d’innombrables pays du tiers-monde où il n’a eu de cesse de convaincre les autorités des aspects négatifs des politiques de grands ensembles. Dans son livre Housing by People (1976), il suggère de considérer les résidents comme acteurs et responsables de leur propre logement. John Turner avait visité le Brésil et rencontré les agences officielles chargées de la politique de relogement, auprès desquelles il avait insisté sur le bien-fondé d’une politique qui donnerait aux intéressés la liberté de construire au lieu de leur imposer un modèle unique et universel de logement populaire (comme cela avait été le cas pour les conjuntos habitacionais).

52William Mangin et John Turner, renvoyant tout autant à leurs recherches personnelles qu’aux résultats de travaux de terrain réalisés par de nombreux chercheurs dans différents pays d’Amérique latine, ont insisté sur deux points : a) ces quartiers dits « marginaux », contrairement à ce qu’on supposait, ne reproduisaient pas en ville le mode de vie des villages ruraux, et ne permettaient pas de mettre en évidence la naissance d’une nouvelle culture correspondant à une forme de ruralité urbaine ; b) ces quartiers, par leur construction, constituaient une réponse populaire et efficace à la question du logement dans des métropoles en phase d’urbanisation accélérée. Le sous-titre de l’article de référence de Mangin (1967), « Latin American Squatter Settlements : A Problem and a Solution », était d’ailleurs explicite sur ce point. Ces auteurs soulignaient que la constitution de ces quartiers contribuait en elle-même à l’économie nationale, grâce aux investissements faits par les résidents dans leur logement, aux petits négoces qui s’y établissaient et par le rôle de réservoir de main-d’œuvre à bon marché de leur population. Turner (1969) insistait de plus sur le rôle de « tremplin » que ces quartiers pouvaient jouer, en permettant dans un premier temps aux familles à revenus faibles et irréguliers de survivre, et d’envisager ensuite une certaine mobilité sociale – même si elle restait de faible amplitude.

53Un autre facteur de remise en cause des représentations et des solutions traditionnelles tient certainement, dans le cas du Brésil, aux résultats de ces politiques elles-mêmes. À Rio de Janeiro, la politique de relogement a eu des conséquences inattendues, comme nous l’avons montré (Valladares, 1978), et en partie inverses de celles escomptées initialement.

54D’une part, ces opérations ont entraîné le gonflement de la population des favelas qui n’avaient pas été touchées jusque-là, ou seulement partiellement. Cette augmentation s’explique en partie par le retour de favelados relogés qui avaient renoncé à vivre dans leur logement de grand ensemble (conjunto habitacional) ou avaient préféré le revendre ; en partie aussi par le flux d’une population de sans-domicile ou de mal-logés, qui cherchaient à tirer parti de cette politique en s’installant rapidement dans des favelas dont on savait qu’elles seraient rapidement concernées par des opérations de relogement – et ce même s’ils n’étaient pas originaires des lieux, et donc a priori non bénéficiaires.

55D’autre part, ces opérations ont été conçues sur des schémas économiques qui se sont révélés non viables. Il s’agissait d’une politique d’accession à la propriété, et non de logement social locatif. Les remboursements des ménages relogés devaient être réinvestis dans les opérations pour en garantir l’équilibre à plus long terme. Mais une proportion très importante de ménages n’a pas pu, ou voulu, faire face à ces remboursements ou les a versés avec beaucoup de retard, de telle sorte que l’équilibre financier des opérations a été compromis.

56Le changement de perspective peut s’expliquer, enfin, par une pression venant de la base, des habitants et leurs organisations, qui se sont toujours opposés au relogement, plaidant plutôt le maintien sur place, afin d’obtenir un statut légal pour leurs quartiers et l’aménagement de services publics. À Rio en particulier, cette pression n’était pas nouvelle, puisqu’elle s’inscrivait dans une continuité historique de mobilisations locales qui s’étaient même cristallisées dans des organisations comme la União dos Trabalhadores Favelados (voir Chapitre 2) et la FAFEG, dont le mot d’ordre « Urbanisation, oui, suppression, jamais ! » sonnait encore à la fin des années 1960 aux oreilles des autorités locales et du régime militaire.

57Ces différents facteurs ont abouti à la constitution progressive d’une nouvelle politique d’intervention publique, qui comportait une vision plus positive de la favela. Celle-ci, toutefois, ne s’est amorcée que très partiellement et dans une situation de grande ambiguïté. C’est paradoxalement pendant le mandat du gouverneur Negrão de Lima, dans la seconde moitié des années 1960, dans le climat politique de la dictature militaire indiscutablement favorable à la suppression des favelas et au relogement, que fut créée la CODESCO (Agence de développement des communautés), organisme public qui avait pour mission d’organiser le maintien sur place des favelas grâce à une restructuration de leur implantation et au développement de leur accès aux équipements et aux services publics.

58Urbaniser les favelas, comme nous l’avons montré précédemment, était une proposition déjà ancienne, avancée à différentes occasions, défendue par des acteurs aussi différents que l’Église catholique, le Parti communiste, les hommes politiques liés au clientélisme – pratiquant la célèbre « politique du robinet » (politica da bica d’agua) – et les associations des résidents des favelas. La mise en place de la CODESCO représentait d’une certaine manière la concrétisation de ces diverses propositions qu’elle devait transformer en politique publique d’aménagement.

  • 36 Nous avons déjà signalé qu’à São Paulo le phénomène de « favélisation » ne se développe fortement q (...)

59Cette création fut interprétée par certains comme un geste d’habileté politique. Selon C. N. Santos (1981 : 57), le gouverneur de l’État de Guanabara dut s’y résoudre comme mesure de compromis apparent, de geste symbolique en faveur des intérêts des favelados, une manière de faire accepter la politique de logement autoritaire qui prétendait faire de Rio, la ville brésilienne qui comptait le plus de favelas36, un exemple pour l’ensemble du pays en supprimant la majeure partie d’entre elles.

60Le régime autoritaire a fini par accepter cette institution, dans une volonté claire d’afficher un certain pluralisme, grâce à quelques expériences pilotes d’urbanisation de favelas, à côté de la politique grandiose de relogement qui devait être développée à grande échelle par la CHISAM, institution fédérale créée en même temps que la CODESCO.

61Soyons clairs, cette situation paradoxale n’a pas duré bien longtemps : la CODESCO n’a été tolérée que dans la première phase de son action (1968-1971), et certains pensent d’ailleurs qu’il s’agissait surtout de prouver, par son échec attendu, que l’urbanisation des favelas était une illusion, un projet impossible (C. N. Santos, 1981 : 70).

62La CODESCO avait pour but déclaré de maintenir les habitants sur place, d’organiser leur participation aux travaux de réaménagement, d’assurer l’implantation des réseaux d’infrastructure (eau, égouts, électricité), de fournir de petits financements aux familles pour l’amélioration ou la reconstruction de leurs maisons et, enfin, d’officialiser l’occupation des terrains par la vente aux résidents de lots individuels (Machado, Santos, 1969).

  • 37 On trouvera par exemple une analyse détaillée de l’action de la CODESCO dans la favela de Bras de P (...)

63Nous ne chercherons pas ici à analyser en détail l’action de la CODESCO et à évaluer ses impacts réels, ce qui a été fait par plusieurs auteurs37. Nous en retiendrons surtout le changement de perspective qu’elle a rendu manifeste chez certains acteurs des politiques publiques et chez les experts et les universitaires qui se sont associés à cette expérience, que l’on peut résumer en reprenant la formule de Mangin : « la favela comme solution au problème du logement populaire, et non plus comme problème (à résoudre par la suppression) ».

  • 38 Ramalho (1984) a fait part de sa propre expérience pratique de conseil technique auprès d’une popul (...)
  • 39 À Rio, l’Église a créé la FASE (Fédération des associations pour l’aide sociale et éducative) en 19 (...)

64Si la favela pouvait être vue comme une solution, c’est dans une bonne mesure du fait de la reconnaissance et de la valorisation du « savoir-faire populaire », de la participation et de la « voix du peuple » qui s’y sont engagées dès les années 1960. L’Église a fortement contribué à cette remise en cause en Amérique latine – rappelons que les années 1960 ont été celles des « communautés ecclésiales de base », du Concile Vatican II, de « l’option pour les pauvres » – et cette perspective s’est répandue parmi les jeunes professionnels qui participaient aux Pastorales populaires en tant qu’« assistants permanents et de soutien technique38 » (assessores permanentes e de acompanhamento) dans les années 1960 et 197039. Doimo (1995 : 74-76) fait remarquer qu’à partir du début des années 1970, l’idée du « peuple comme sujet » était très présente dans le discours de plusieurs acteurs sociaux importants, parmi lesquels l’Église catholique, et surtout ses secteurs progressistes, les mouvements œcuménistes, en particulier ceux qui avaient une orientation séculaire liée à l’éthique de l’engagement, une partie des milieux universitaires, principalement ceux qui créèrent des centres de recherche indépendants en réponse à la politique de purge des universités menée par le régime militaire et enfin, les groupes de gauche, alors désorganisés et fragmentés par la dictature et critiques vis-à-vis des formes d’action violente. L’inspiration « assistancialiste » des programmes de développement communautaire, tels ceux financés par l’Alliance pour le Progrès (voir Introduction, p. 2), fut remise en question avec la montée d’un esprit anti-impérialiste, ainsi que sous l’influence de nouveaux courants européens comme la « philosophie de la praxis » et l’interprétation marxiste de la société et de la ville.

65Ce fut sans doute ce désir de « faire ensemble », nourri par le respect du savoir-faire populaire, qui fit qu’un groupe d’architectes de Rio s’intéressèrent aux favelas, devinrent conseillers de la FAFEG et participèrent activement au programme de la CODESCO dans la favela de Bras de Pina.

  • 40 C. N. Santos (1981 : 43) nous raconte cet engagement : « Nous conclûmes qu’il fallait cesser de par (...)
  • 41 Les autres architectes du groupe étaient Rogerio Aroeira Neves (Neves, Santos, 1981), Sylvia Lavenè (...)
  • 42 Une ethnographie détaillée des différentes étapes de la participation a été présentée par C. N. San (...)

66À eux seuls, les intitulés des articles écrits par Carlos Nelson Ferreira dos Santos40 montrent l’inquiétude de son groupe41 et la volonté de sa génération de se démarquer des architectes défendant un point de vue et une pratique plus traditionnels : « Les planches à dessin sont-elles en train de changer d’orientation ? » (Santos, 1978), « Comment élaborer des projets à partir de la base » (ibid., 1980a). Ce groupe, Quadra, fut engagé par la CODESCO et devint responsable d’une expérience pionnière où architectes et résidents ont redessiné ensemble quartier et maisons, dans un processus d’apprentissage mutuel où la liberté de choix des habitants fut respectée42.

  • 43 Boschi (1987 : 177-178) donne la liste de toutes les communications qui y ont été présentées dans c (...)

67La participation populaire est ensuite devenue un thème central de la pensée des sociologues de la gauche brésilienne, jusque dans les années 1980, comme l’a bien montré Doimo (1995). La question des mouvements sociaux urbains, inspirée de la sociologie urbaine française marxiste, a beaucoup aidé à réfléchir sur cette participation populaire, d’abord dans les conditions du régime autoritaire, puis dans celles du retour à la démocratie à partir de 1985. Dans les rencontres nationales de l’ANPOCS, un des comités de recherche les plus productifs, dans les années 1980, 1981 et 1982, a précisément été celui des mouvements sociaux urbains43.

68D’une conception passive de la participation, on est ainsi passé à une conception fondée sur la reconnaissance de la « capacité active du peuple », partagée par la plupart des sociologues brésiliens (Doimo, 1995 : 75), certes plus militante que sociologique. Boschi (1987) a ainsi noté dans son bilan des études sur les mouvements sociaux urbains au Brésil l’influence idéologique qui pesait sur la majorité des analyses, lesquelles voyaient dans ces mouvements collectifs l’élément clé de la dynamique du changement politique du pays dans les années 1980.

  • 44 Participation observante grâce au double rôle de l’auteur, architecte pendant le processus d’urbani (...)

69L’analyse faite par C. N. Santos (1981) de l’intervention de la CODESCO à Bras de Pina a le grand intérêt de fournir, au-delà d’une analyse fine du processus de restructuration de la favela, un regard moins idéologique sur la participation populaire. Sa lecture du jeu des différents acteurs, dont la population locale et son association de résidents, n’est ni romantique ni utopique. Son observation ethnographique, basée sur ce qu’il appelle « participation observante44 », montre la coexistence de plusieurs types de demande, de refus, d’alliances diverses et de conflits internes, dans lesquels l’État pouvait être « ami » ou « ennemi » en fonction des intérêts en cause.

70Ce jeu complexe de négociation et d’échange entre les agences de l’État et la population a fait l’objet de notre travail, Passa-se uma casa, publié quelques années plus tôt (Valladares, 1978a). Il s’agissait alors d’analyser la participation de la population des favelas dans l’opération de relogement mise en œuvre pendant la dictature militaire. Dans cet ouvrage, notre attention a porté sur une opération imposée, contraire à la demande des résidents et à leurs intérêts. Par une observation participante de longue durée, nous avons pu identifier plusieurs types de mécanismes informels qui se sont développés au long du processus, depuis l’annonce du relogement de la population d’une favela jusqu’à l’inauguration du nouveau quartier, l’installation des familles dans les nouveaux logements et la nouvelle vie quotidienne des ex-favelados devenus propriétaires accédants (ibid. : 47-81). Des liens sociaux se sont défaits et de nouveaux se sont construits, des pratiques inattendues se sont développées et sont pour certaines devenues courantes – dans un cadre où, entre les agents des autorités publiques (assistantes sociales, petits et hauts fonctionnaires) et les différentes composantes de la population (dirigeants des associations de résidents, dirigeants des autres organisations locales et résidents eux-mêmes dans leur diversité), les rôles supposés d’agents et de clients se brouillaient et se mélangeaient du fait d’échanges de services réciproques.

  • 45 Le jeitinho brasileiro est une subtilité du système social brésilien, utilisé dans différentes situ (...)

71Contestant aussi bien la lecture traditionnelle de ces relations comme purement hiérarchiques que l’interprétation de la réponse sociale des résidents en tant que mouvement social urbain (principe d’interprétation alors en vogue, influencé entre autres par les idées de Manuel Castells), nos conclusions avaient plutôt pour référence le modèle du free-rider préoccupé par ses intérêts personnels et les avantages qu’il pouvait tirer d’une situation. La pratique du jeitinho brasileiro45 (« débrouillardise » typiquement brésilienne) contribua au développement d’un vrai « système D » basé sur l’utilisation de mécanismes et de moyens formels et informels à des fins de bénéfices personnels. Si la participation des favelados fut active et créative, elle s’avéra beaucoup plus individuelle que collective, chacun essayant de capter des avantages particuliers, l’idéologie utilitaire et l’éthique individualiste étant plus fortes que l’action collective.

72Cette démystification de la participation populaire n’a guère été reprise et le processus de valorisation de la favela déjà en cours a trouvé un nouvel écho dans la pensée savante comme dans les milieux des planificateurs et des experts des agences publiques, d’ailleurs très proches. Cette valorisation a mêlé, comme on l’a montré, deux types d’arguments qui portaient d’une part sur les avantages urbains objectifs de la favela pour ses résidents (accès au logement, flexibilité de l’investissement par l’auto-construction adaptée aux fluctuations des ressources, proximité du lieu de travail et des services publics), et ce malgré la médiocre qualité urbanistique et les déficits d’infrastructure, et d’autre part sur la capacité de participation et d’action collective des favelados pour l’amélioration technique et sociale des solutions envisagées. Malgré la faible durée de vie de la CODESCO et le contexte politique de la dictature militaire, cette vision de la favela comme solution participative est devenue progressivement le référentiel commun des acteurs des politiques publiques (Jobert, Muller, 1987) et le modèle des milieux universitaires.

L’évolution de la production savante sur les favelas de Rio de Janeiro

73À partir des années 1970, la réflexion sur les favelas cariocas prend une ampleur nouvelle dans l’Université du fait du développement des études doctorales, et les représentations de la favela vont être de plus en plus marquées par les contributions de la recherche. Le changement est qualitatif du fait des acteurs et des types de travaux, mais aussi quantitatif par le grand nombre de thèses, d’articles, de rapports et de livres produits au cours des trente dernières années.

  • 46 Au Brésil, la publication de l’ANPOCS BIB – Boletim Informativo et Bibliografico de Ciências Sociai (...)

74Il nous a semblé intéressant de chercher à rendre compte de cette production dans son ensemble, pour essayer d’objectiver ses caractéristiques, au lieu de suivre la démarche classique des bilans de la littérature en sciences sociales – périodisation de la production savante, paradigmes qui orientent les auteurs, délimitation du champ et de ses principales lignes de recherche, thèmes à développer –, démarche que nous avons nous-même suivie dans des bilans antérieurs sur le logement au Brésil (Valladares, Figueiredo, 1981), sur la pauvreté urbaine et le marché du travail (Coelho, Valladares, 1986-1987) et sur l’enfance au Brésil (Alvim, Valladares, 1988)46.

  • 47 La base de données, URBANDATA-Brasil, enregistre pour chaque publication les caractéristiques bibli (...)
  • 48 Ce long travail de lecture et collecte de textes a été fait par l’équipe d’URBANDATA-Brasil que j’a (...)

75Le corpus que nous avons étudié est constitué d’un ensemble de 838 textes sur les favelas de Rio (de 1906 à 2002), répertoriés dans la base de données URBANDATA-Brasil47. Cet ensemble a été formé à partir d’une recherche bibliographique réalisée auprès de 46 bibliothèques différentes de Rio de Janeiro, de bases bibliographiques accessibles sur Internet au Brésil, aux États-Unis et en France ou sur cédérom48.

  • 49 URBANDATA-Brasil ne couvre pas les articles publiés dans les quotidiens et les hebdomadaires à l’ex (...)

76Le corpus actuel comprend les articles de périodiques brésiliens et étrangers (37 %), les thèses (20,4 %), les rapports de recherche (11,9 %), les livres (13,7 %), les communications à des colloques non publiées par ailleurs (9,6 %), les actes de colloque (4,2 %) et les autres documents (2,1 %)49.

77L’analyse qui suit est basée en grande partie sur l’exploitation de l’ensemble de données que nous avons retiré de ce corpus bibliographique. Le graphique n° 12 indique la distribution des publications par année ainsi que la part de la population totale des favelas dans la population de Rio selon les recensements depuis 1950. La courbe des publications montre bien trois périodes, qui correspondent à peu près à nos chapitres 1, 2 et 3.

78Le faible nombre de publications enregistrées jusqu’aux années 1940 montre bien que la pensée savante sur les favelas ne mobilisait qu’un faible nombre d’auteurs. Les publications les plus nombreuses étaient de nature plutôt essayiste et journalistique, comme nous l’avons analysé dans le chapitre 1.

79La deuxième période commence à la fin des années 1940 et va jusqu’au milieu des années 1960. Comme on l’a fait remarquer, ce furent les recensements de 1948 et 1950 qui provoquèrent une première poussée significative d’études à caractère scientifique.

80La troisième période commence au milieu des années 1960. C’est celle que nous entendons analyser ici, et qui est marquée par une forte croissance du nombre des publications. À elle seule, cette troisième période a vu la production de plus de 90 % de l’ensemble des textes.

81Cependant, cette période est marquée par des fluctuations notables. On voit en effet sur le graphique trois sous-périodes de forte progression du nombre des publications qui vont crescendo – la fin des années 1960, puis la première moitié des années 1980, et enfin la seconde moitié des années 1990, les deux premières étant suivies de périodes de reflux très sensibles.

12. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIRO
Textes par année de publication et part de la population des favelas dans la ville de Rio de Janeiro

12. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIROTextes par année de publication et part de la population des favelas dans la ville de Rio de Janeiro

Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données couvrent jusqu’à l’année 2002 incluse

  • 50 Entre le lancement d’un projet de recherche ou d’une thèse et la publication de ses résultats, le d (...)

82C’est pendant la décennie des années 196050 que les études commencent à devenir plus systématiques. Elles coïncident avec l’inauguration du travail de terrain dans la favela par les premiers chercheurs américains et brésiliens, le point culminant de la courbe correspondant au numéro d’América Latina de 1969 que nous avons cité et qui est la présentation collective la plus large des travaux de cette période.

83Pour expliquer les fluctuations ultérieures, plusieurs types de processus peuvent être envisagés.

84Un mode d’explication souvent utilisé consiste à rapporter l’intensification des recherches, donc des publications, à l’intensification du processus de « favélisation » lui-même. Ce serait l’intensité du problème social urbain qui générerait la mobilisation des chercheurs.

  • 51 Selon les conclusions de Cezar (2002) qui analyse les données les plus récentes de l’IBGE.

85Sur la longue durée, la croissance des deux phénomènes va indiscutablement de pair, comme le montre sur le graphique n° 12 la tendance commune des deux courbes. Entre 1950 et 2000, période de forte progression des publications, la population des favelas de Rio de Janeiro est passée de 7 % de la population totale de la municipalité à 18,7 %51. Cela dit, si le nombre annuel des publications a connu d’importantes fluctuations, il semble que ça n’ait pas été le cas pour la population des favelas. Selon le graphique 13, la croissance de la population des favelas est assez régulière dans l’ensemble de la période 1950-2000, sans qu’on observe cependant une augmentation spectaculaire comme ce fut le cas pour le nombre des publications pour la même période (voir graphique 12). On peut néanmoins souligner une tendance à une croissance relativement plus rapide de la population des favelas que de celle de la municipalité dans la dernière période. Mais, contrairement à l’argument souvent avancé sur la reprise de la « favélisation » dans les années 1990, on observe le phénomène dès le début des années 1980 (graphique 13).

86Certes, il peut y avoir eu des fluctuations entre les recensements eux-mêmes. De fait, le comptage de population fait en 1996 (analysé par Cezar, 2002 : 11, Quadro 2) montre un ralentissement de la croissance des favelas dans la première moitié des années 1990, avec un taux annuel de croissance de l’ordre de 1,54 %, suivi d’une nouvelle accélération dans la seconde moitié des années 1990, avec un taux de 3,5 %. Par conséquent, ces fluctuations de la croissance des favelas, si elles ne sont pas négligeables, sont sans commune mesure avec celle du nombre de publications (graphique n° 12).

13. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE RIO DE JANEIRO. MUNICIPALITÉ ET FAVELAS

13. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE RIO DE JANEIRO. MUNICIPALITÉ ET FAVELAS

Source : Recensement de l’IBGE

  • 52 Carlos Nelson Santos (1977) fut le premier à noter la marche des favelas vers la périphérie métropo (...)

87L’Instituto Pereira Passos avait souligné lors de la publication des résultats des recensements de 1991 que 85 des 545 favelas identifiées étaient apparues entre 1980 et 1991. La visibilité des nouvelles favelas, essentiellement liée à leur localisation, peut être aussi un facteur stimulant l’intérêt : ce même institut avait noté que ces favelas étaient apparues à l’intérieur de la municipalité de Rio, alors qu’on pensait qu’elles ne s’implantaient qu’en lointaine périphérie52. Les nouvelles favelas se situaient dans les zones en expansion de la ville, comme Jacarepaguá et Barra da Tijuca, quartier qui a vu l’expansion des favelas parallèlement à celle des condominios fechados, ensembles sécurisés destinés aux classes moyennes supérieures.

  • 53 Le décompte des favelas a souvent donné lieu à des divergences entre l’IBGE et l’Instituto Pereira (...)

88Au cours des années 1990, l’apparition de nouvelles favelas a également été très sensible : l’IBGE en a compté 681 au lieu des 545 de 1991, soit 136 nouvelles53. Si la croissance de la population des favelas a été en partie due à la densification de celles de la zone sud, elle a résulté surtout de la forte croissance de favelas existantes ou nouvelles dans la zone ouest ou dans le secteur Barra da Tijuca-Jacarepaguá (Cezar, 2002), ce qui constitue une inflexion sensible de la géographie traditionnelle des favelas dans la ville de Rio de Janeiro.

  • 54 Rocha a écrit plusieurs autres articles sur la distribution régionale de la pauvreté au Brésil. Ses (...)

89Un dernier argument en faveur des facteurs « objectifs » stimulant l’intérêt pour les favelas est celui de l’évolution de la pauvreté. D’après Rocha (1994 : 126)54, la proportion de pauvres dans la population de la région métropolitaine de Rio de Janeiro avait nettement augmenté entre 1981 et 1990, passant de 27 à 32 %, alors que la moyenne pour l’ensemble des régions métropolitaines du Brésil avait très légèrement baissé de 29,1 à 28,9 %. Cette augmentation de la pauvreté, mesurée au début des années 1990, et sa visibilité accrue pourraient donc avoir contribué à l’intensification des recherches sur le sujet.

90On voit bien toutefois que ces éléments ne constituent pas des explications suffisantes, soit parce qu’ils ne correspondent pas au calendrier des publications – c’est le cas de la « reprise de croissance » –, soit parce que l’évolution elle-même ne suffit pas à expliquer le développement des recherches – dans le cas de l’augmentation de la pauvreté à Rio, par exemple ; il faut en effet que ces évolutions soient enregistrées par l’ensemble du milieu académique et fassent débat pour passer sur l’agenda de la recherche. C’est donc plutôt de ce côté que nous explorerons maintenant d’autres explications, en distinguant les processus externes et internes à l’Université.

91Les enjeux politiques ou conjoncturels sont une piste d’explication importante pour les variations que nous avons signalées et les étapes des recherches auxquelles elles correspondent. L’hypothèse est ici que l’intérêt pour l’étude de la favela serait ainsi lié aux politiques publiques et urbaines les concernant, d’intensité et d’orientation variables selon les périodes. Cette explication permet effectivement de rendre compte de la progression du nombre de publications dans les années 1970 : la politique antifavela de Lacerda, Negrão et Chagas (tous appuyés par la BNH) a été active et fortement médiatisée, en même temps qu’elle suscitait débats, critiques et oppositions. La nette diminution de la production dans les années 1980 correspond à une période d’absence de politique publique d’envergure après l’arrêt des destructions et des relogements. Enfin, la forte remontée de la courbe dans les années 1990 coïncide avec la mise en place d’une nouvelle politique publique ambitieuse, lancée en 1993 avec une forte médiatisation, le programme Favela-Bairro, qui reprend en l’étendant considérablement l’expérience pionnière de la CODESCO d’urbanisation des favelas – mode d’intervention devenu aujourd’hui, comme on l’a vu, le référentiel incontesté des politiques publiques.

  • 55 Institution homologue de la Caisse des dépôts, qui a repris les activités de la BNH après sa suppre (...)

92Ce retour de la favela au premier plan peut d’abord s’expliquer assez simplement, comme l’effet d’une politique incitative impulsée par les agences gouvernementales telles que la FINEP (Financiadora de Estudos e Projetos) et la Caixa Economica55. Deux ans après l’initiative Favela-Bairro, près de quinze études ont été commandées à différents centres de recherche ou à des programmes de pós-graduação, dans le cadre de la mise en place par la FINEP d’un « système d’évaluation du programme Favela-Bairro ». En 1994, la mairie de Rio a lancé, en s’appuyant sur l’IAB (Institut des architectes du Brésil), un concours public pour sélectionner les projets qui devaient être implantés dans les dix-neuf premières favelas concernées par le programme. Dans le cadre de ce concours, les bureaux d’études devaient aussi avancer des propositions méthodologiques pour des actions visant, au-delà des solutions techniques, à « transformer les favelas en véritables quartiers populaires, en recherchant les moyens de promouvoir l’intégration de ces deux faces si distinctes du monde urbain brésilien : la ville formelle et la ville informelle » (Duarte et al. 1996 : 13).

93Une centaine de professionnels, d’enseignants et de chercheurs ont répondu à ces différentes initiatives, obtenant des financements pour leur activité de recherche. Leurs équipes ont eu recours aux méthodes classiques des sciences sociales : études de cas avec entretiens semi-directifs, observation systématique ou enquête sur échantillon conjuguées avec des entretiens auprès des divers acteurs sociaux. Nombre d’entre eux ont ensuite fait référence à ces travaux pour leur thèse ou pour des articles, alimentant ainsi le flux des publications sur les favelas de Rio.

94On peut donc dire en effet que la favela est revenue au premier plan des publications savantes dans la dernière décennie en raison des politiques incitatives publiques d’études et de recherche, elles-mêmes liées à la nouvelle politique urbaine.

  • 56 L’IBASE (Institut brésilien d’analyses sociales et économiques), longtemps dirigé par Herbert de So (...)

95Un deuxième élément de conjoncture politique, qui a joué dans le même sens, réside dans le travail de recherche développé à l’initiative de plusieurs organisations non gouvernementales qui combinent souvent leur action avec une activité de recherche. Plusieurs ONG se sont développées à Rio à partir des années 198056 et ont rapidement obtenu l’appui des organismes de coopération multilatérale, comme la Banque mondiale et la Fondation Ford. Mais ces ONG sont en fait très liées au monde universitaire (Landim, 1998 : 69), car outre des programmes de coopération entre institutions, nombre de leurs militants et plus encore de leurs chercheurs sont des universitaires, ainsi que des étudiants en stage qui participent à leurs multiples activités. Certaines ont également une activité de publication de livres, revues, manuels et documentation militante, publications qui sont elles aussi souvent à la frontière des publications académiques. D’autre part, les ONG ont fait des favelas leurs terrains d’action prioritaires, rendant ainsi la production de recherche-action endossée par ces organismes particulièrement substantielle, à la croisée des travaux académiques.

  • 57 Le livre de Pécaut (1989) analyse l’engagement des intellectuels brésiliens depuis la génération de (...)

96Cette mobilisation des universitaires dans des programmes liés aux politiques publiques ou à l’action des ONG ne saurait d’ailleurs s’expliquer uniquement par la nécessité de moyens matériels pour financer et mener à bien ces études. Rappelons qu’au Brésil le champ intellectuel et le champ politique ont toujours eu d’importantes imbrications et interactions. Comme le fait remarquer Pécaut57, en soulignant leur spécificité par rapport à d’autres pays, les intellectuels brésiliens « se sont mis collectivement depuis bien longtemps au service de l’exploration de la “réalité nationale” et de la mise en forme de la société » (Pécaut, 1989 : V). Au cours des vingt dernières années, après le retour à la démocratie, les spécialistes des sciences sociales ont contribué en tant que chercheurs et citoyens à penser les transformations et les difficultés de la société brésilienne, le mélange des genres étant largement pratiqué. Ils ont aussi contribué à la réforme de la société dans les partis, les syndicats et les ONG, ainsi que par des positions hybrides ou des allers et retours entre leurs charges universitaires et des postes d’experts voire de responsables dans les agences publiques, les pouvoirs locaux et régionaux et les ministères.

97Ces sollicitations ou ces mobilisations extérieures à l’Université ont coïncidé avec un processus interne au milieu académique de relance de l’intérêt pour les favelas résultant de l’inscription au programme des sciences sociales de deux thèmes majeurs : la violence et l’exclusion sociale.

  • 58 Zaluar (1999) a passé en revue l’ensemble des travaux sur la violence et le crime au Brésil.

98S’il est vrai, comme nous l’avons déjà souligné, que le thème de la participation populaire, vu sous l’angle des mouvements sociaux, est celui qui a occupé prioritairement l’agenda des chercheurs dans les années 1970 et 1980 (Valladares, Coelho, 1995 : 88-90), c’est celui de la violence urbaine qui s’est hissé au premier plan dans les années 199058.

  • 59 L’IBOPE est l’institut de sondage d’opinion publique le plus connu au Brésil et travaille depuis lo (...)
  • 60 Cette campagne a été analysée par Zaluar (1988) puis par Soares et Carneiro (1996).

99Au cours des vingt dernières années, le sentiment d’insécurité a envahi les grandes villes brésiliennes. En 1984 déjà, la chaîne de télévision Rede Globo, en partenariat avec l’IBOPE59 (Institut brésilien d’opinion publique et de statistique), distribua des questionnaires dans toute la région métropolitaine de Rio pour sa campagne O Rio contra o crime60. La presse et les médias en général se sont faits le relais insistant, images à l’appui, des actes de violence individuels et collectifs (crimes, enlèvements, massacres, violences collectives dont les fameux arrastoes, vols en bandes organisées ratissant à plusieurs reprises les plages de Copacabana et Ipanema). Cette représentation a laissé se développer l’idée que les pouvoirs publics ne parvenaient plus à contrôler cette déferlante de violence. Dans le même temps la corruption de la police elle-même est dénoncée par les ONG nationales et des organismes internationaux agissant pour les droits de l’homme. Mobilisées sur la question des enfants de rue et suite à des événements mettant directement en cause la police (massacres de la Candelaria, de la favela Vigario Geral), ces organisations ont été relayées dans leurs affirmations par la presse et les médias qui ont enquêté sur l’implication de policiers dans les rackets, les enlèvements, le trafic de drogue…

100L’Université, suivant sa tradition d’engagement et de sensibilité à la conjoncture politique et sociale, s’est fortement investie pour apporter de nouvelles explications à l’évolution des formes de criminalité et de violence caractéristiques des villes brésiliennes de la fin du XXe siècle. Selon Zaluar (1999), la population pauvre des villes figure dans cette littérature à la fois comme principal protagoniste de la violence et comme victime la plus fréquente. Plusieurs travaux collectifs importants (Soares, 1996 ; Velho et Alvito, 1996) ont cherché à analyser le rôle de la pauvreté et des inégalités sociales dans l’explication de la montée de la violence dans ses différentes formes. Machado da Silva (1994) défend l’idée d’une « sociabilité violente chez les jeunes », c’est-à-dire une transformation de la violence comme moyen de parvenir à ses fins, de satisfaire ses intérêts, une nouvelle forme de sociabilité en somme (Machado da Silva, 1994 : 150). Cette interprétation suggère que l’idée de la violence s’est diffusée et a été acceptée par une grande partie de cette population jeune et démunie. L’ouvrage collectif de Vianna (1997) témoigne d’ailleurs de l’importance de cet objet chez les chercheurs brésiliens, en particulier à Rio de Janeiro où l’on a identifié les favelas comme territoire privilégié du trafic de drogue et le lieu des bailes funk, grandes fêtes funk, très prisées par les jeunes y compris ceux des quartiers chics. C’est aussi le foyer des « galeras cariocas », bandes de jeunes des milieux populaires se définissant par identification de groupe et affrontements collectifs.

101Le livre Cidade Partida, écrit par un journaliste qui a fréquenté pendant dix mois la favela de Vigario Geral après le massacre de vingt et un de ses habitants par la police en 1993, insiste sur l’image d’un monde « où la république n’est pas arrivée » (Ventura, 1994 : 12). Il décrit, comme le résume le titre du livre (« ville divisée »), un véritable apartheid socio-spatial entre le monde des favelas et le reste de la ville de Rio de Janeiro.

102Cette idée d’un apartheid social (Buarque, 1993) s’est rapidement diffusée dans la pensée sociologique brésilienne, corroborée par plusieurs arguments. Malgré le retour au régime démocratique, l’écart de revenus entre les plus riches et les plus pauvres n’a cessé de se creuser. D’un côté, les élites faisaient le maximum pour préserver leurs privilèges tandis que de l’autre, les préoccupations sociales étaient manifestement délaissées par l’État. Les plus pauvres, abandonnés à leur sort et exclus de tout projet positif de transformation sociale, ont vu l’espace urbain se privatiser et la ségrégation prendre une intensité inconnue jusqu’alors. Dans les analyses scientifiques, la clé de lecture de l’exclusion sociale a envahi la plupart des études sur la pauvreté et par extension, celles qui portaient sur les favelas ou leurs habitants. Il faut cependant souligner une nouvelle dynamique sociale, caractérisée par le rôle croissant du trafic de drogue, y compris dans le financement des services locaux, et l’affaissement de l’action des associations de résidents dans la vie locale. Les favelas sont considérées comme le lieu par excellence de l’exclusion sociale moderne. Aux traditionnelles images stigmatisantes que la favela et sa population avaient inspirées du temps de la théorie de la marginalité, s’ajoute maintenant une nouvelle stigmatisation liée aux conséquences sociales et politiques négatives de la globalisation (Fausto Neto, 1995). Les termes de fragmentation sociale ou de fracture sociale sont devenus dominants dans cette nouvelle dynamique intellectuelle au sein de laquelle les travaux des ONG se distinguent en conjuguant l’idée d’exclusion sociale à celle de citoyenneté partielle ou incomplète.

Les disciplines et le terrain

103L’évolution de la mobilisation universitaire dans l’étude des favelas a progressivement élargi le champ des disciplines concernées, au point que rares sont celles qui n’y participent pas aujourd’hui, la favela ayant été légitimée comme le territoire par excellence de la pauvreté.

104Le graphique n° 14 montre la distribution de l’ensemble des publications recensées selon les disciplines des auteurs.

  • 61 Certains textes ont été associés à plusieurs disciplines lorsque la publication avait divers auteur (...)

105Vingt-neuf disciplines différentes ont été repérées61. La sociologie urbaine (19 %), l’urbanisme et l’architecture (18 %) et l’anthropologie urbaine (14 %) sont les disciplines les plus représentées. Elles seules sont responsables de la moitié (51 %) de l’ensemble du corpus. La géographie urbaine et le travail social viennent après (13 %).

106La « production institutionnelle » (9 %) correspond aux publications officielles réalisées ou commandées par différents organismes d’études ou de planification publiques : elles incluent les publications des recensements, les textes officiels d’analyse de leurs résultats, les enquêtes sur la population liées à diverses politiques publiques, jusqu’aux rapports techniques avec plans, etc. Figurent aussi dans cette catégorie les productions des ONG dès lors que le nom de l’auteur ne figure pas dans l’étude. Leurs rapports et leurs enquêtes sont d’ailleurs de plus en plus nombreux et leur contribution à cette catégorie non négligeable.

107Outre les disciplines indiquées dans le graphique, on trouve aussi, regroupées sous la mention « autres », les disciplines suivantes : psychologie et psychiatrie, ingénierie, administration publique, démographie, économie, philosophie, communication sociale, cinéma, sécurité publique, développement social, écoles d’infirmières, statistique, histoire de l’art, théologie et géologie.

108Cette longue liste montre à quel point la favela est devenue objet d’intérêt pour les chercheurs de toutes disciplines. Mais en même temps, cet élargissement nous conduit à penser que dans cette mobilisation générale, l’intérêt pour la favela et ses résidents s’est dilué ou perdu, et qu’elle est sans doute devenue progressivement un terrain commode pour étudier les thèmes les plus divers. En d’autres termes, on utilise la favela comme terrain, mais on n’analyse pas le terrain de la favela, cet espace devenant secondaire parce qu’on est à la recherche d’autre chose.

109La prise en compte des modes d’approche va nous permettre de préciser ce glissement. Le graphique n° 15 indique, pour l’ensemble des textes pour lesquels il a été possible d’identifier leur origine académique (à l’exclusion donc des témoignages personnels, des productions institutionnelles, des projets d’aménagement, etc.), la distribution des publications par type de recherche.

  • 62 Notons que les chercheurs brésiliens, à de rares exceptions près, discutent peu de la méthodologie (...)

110Les études de cas correspondent à presque la moitié du total (44 %), ce qui nous semble significatif de la valorisation de la favela en tant que terrain. Le recours massif à ce type d’approche converge avec le poids important des contributions des ethnologues (14 % dans la distribution par disciplines) et des sociologues (19 %)62. S’il est vrai néanmoins que toutes les analyses sociologiques sur les favelas ne recourent pas à cette méthode, il est clair que celle-ci est pratiquée par d’autres disciplines.

14. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIRO
Publications par discipline

14. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIROPublications par discipline

Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données couvrent jusqu’à l’année 2002 incluse

111Ainsi, le fait que 20,4 % du total des publications recensées correspondent à des thèses, et que les études de type monographique sont les plus courantes, quelle que soit la discipline, contribue sans doute à cette proportion d’études de cas.

112Les deuxième et troisième types de recherche correspondent aux études de diagnostic (16 %) et aux enquêtes par questionnaire (16 % également). Dans le premier cas, ce pourcentage élevé s’explique par l’importance de la production institutionnelle, celle des agences publiques comme celle des ONG, qui veulent connaître avant leur intervention les caractéristiques locales ou bien les effets sur l’espace et sa population postérieurs à leur action. Le pourcentage d’enquêtes par questionnaire (16 %) est indicatif des difficultés de construction de telles enquêtes dans les favelas mais révèle, malgré tout, un effort substantiel dans cette direction.

  • 63 Malgré le fait que nous ayons classé comme approche comparative tout travail qui comptait au moins (...)

113On peut être frappé par contre du faible poids des recherches fondées sur l’analyse secondaire (9 %) ainsi que de celui des études comparatives (8 %)63. Celles-ci, bien que peu nombreuses, peuvent porter sur une comparaison entre deux favelas, entre une favela et un autre quartier pauvre, ou encore entre les favelas de Rio et celles d’autres villes. L’explication de ces faibles pourcentages réside, en grande partie, dans le manque de tradition en matière de recherche comparative au Brésil, et à l’insuffisance de formation statistique ainsi qu’aux difficultés rencontrées par la majorité des chercheurs dans l’accès aux données. En dépit de la mise en place du Cadastro de Favelas de l’IPLAN-Rio depuis 1981 et du travail d’enregistrement systématique entrepris par l’IBGE depuis le recensement de 1950, on constate que ces sources ont été peu exploitées à ce jour.

  • 64 Pour ce graphique n’ont été considérées que les publications qui portent sur des favelas clairement (...)

114Bien que les études de cas aient été privilégiées par les chercheurs, on peut remarquer que tous les cas possibles n’ont pas été encore envisagés, loin s’en faut. Le graphique n° 16 nous permet de préciser quels sont les cas qui ont plus particulièrement attiré les chercheurs64.

  • 65 Sur un total de 838 publications, on a retenu celles concernant les favelas de la ville de Rio de J (...)

115Sur un univers de 752 favelas repérées en 2002 par l’Instituto Pereira Passos, un petit nombre seulement a attiré l’attention des chercheurs de façon répétée. Les favelas ayant donné lieu à 15 publications ou plus sont au nombre de 19. Ces 19 favelas ont fait l’objet de 545 publications, soit 41 % du total65.

116Cette concentration est particulièrement significative pour les favelas les plus étudiées. La Rocinha, par exemple, a donné lieu à 82 publications à elle seule, le Complexo da Maré à 75, Jacarezinho à 39, le Morro de Santa Marta à 34 et la Mangueira à 30 publications. Dans la suite des favelas les plus étudiées, on peut signaler le Conjunto Habitacional Cidade de Deus (cité de relogement considérée à son tour comme une favela par divers auteurs) avec 24 publications et la Praia do Pinto (détruite suite au programme de relogement) avec 18 publications. À l’opposé, nous trouvons 189 favelas qui n’ont donné lieu qu’à une publication chacune, 44 favelas à deux, 20 favelas à trois.

15. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIRO
Publications par type de recherche

15. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIROPublications par type de recherche

Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données vont jusqu’à l’année 2002 incluse

117La liste des favelas les plus étudiées suscite quelques hypothèses quant aux raisons de leur « attraction ». Pourquoi certaines favelas plutôt que d’autres ? Nous proposerons ici six hypothèses principales, non exclusives les unes des autres.

118La première est la proximité des universités : c’est le cas de la Rocinha (proche de l’Université catholique), du Complexo da Maré (proche du campus de l’université fédérale de Rio de Janeiro et de l’école de santé publique de la Fundação Oswaldo Cruz). La favela qui se trouve à proximité d’une université constitue un laboratoire social idéal pour qui rédige une thèse, un mémoire ou entreprend une recherche. L’Université elle-même encourage le bénévolat et le travail communautaire, ouvrant ainsi un accès privilégié à ses étudiants et ses chercheurs.

119Le fait qu’elles aient été visées par des politiques publiques constitue une deuxième hypothèse : Praia do Pinto, Catacumba (détruites) et Cidade de Deus (politique de relogement), Brás de Pina et Mata Machado (visées par la CODESCO), Pavão-Pavãozinho et Cantagalo (politique du gouvernement Brizola), Serrinha et Mangueira (programme Favela-Bairro), Complexo da Maré (Projeto Rio), Vidigal (Pastoral de Favelas, visite du pape).

  • 66 Cidade de Deus a servi de cadre à un film de Fernando Meirelles (2002).

120La troisième hypothèse concerne la visibilité liée à la violence : c’est le cas de Cidade de Deus66, de Santa Marta, de Jacarezinho, de Vigario Geral, de Parque Acari, du Complexo da Maré et du Morro do Borel. Délinquance, criminalité, trafic de drogue, rixes entre bandes rivales et descentes meurtrières de la police sont le quotidien de ces favelas très stigmatisées.

121La notoriété politique, liée aux conflits ou aux mobilisations associatives, constitue une quatrième explication possible : c’est le cas de Jacarezinho et du Morro do Borel, symboles de résistance et de lutte pour avoir été le foyer d’intenses mouvements de favelados (voir Chapitre 2). C’est aussi le cas de la favela du Vidigal où la Pastoral de Favelas a été particulièrement active.

122Une cinquième hypothèse, plus culturelle, renvoie à l’image traditionnelle de la favela comme foyer de la samba : c’est le cas de Mangueira et du Morro do Salgueiro, dont les écoles de samba sont parmi les plus réputées. Le Morro da Babilonia, connu pour les mêmes raisons, a même servi de décor au film de Marcel Camus, Orfeu Negro, Palme d’Or au festival de Cannes en 1959. Le Morro Santa Marta a également symbolisé l’esthétique emblématique de la favela ayant servi de décor à Orfeu, remake moderne d’Orfeu Negro, réalisé par Carlos Diegues en 1999.

16. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIRO
Nombre de publications par favela (1906-2002)

16. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIRONombre de publications par favela (1906-2002)

Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données couvrent jusqu’à l’année 2002 incluse. Sur un total de 838 publications, on a retenu celles concernant exclusivement les favelas de la ville de Rio de Janeiro. Certaines publications portant sur plusieurs cas, on a au total 1 327 publications-favela concernant des favelas individuellement identifiées – n’étant pas comptées les études d’ensemble sur un quartier ou sur la ville

123Curieusement, une des plus anciennes favelas, celle qui a donné son nom au phénomène, le Morro da Favella ou Morro da Providência, n’a donné lieu qu’à 16 publications.

  • 67 Sur Viva Rio, voir le livre de Sorj (2003).

124Pour finir, on peut émettre l’hypothèse d’un effet « boule de neige » résultant de la notoriété et de l’accessibilité induites par le grand nombre d’ONG intervenant localement. C’est plus particulièrement le cas de la Rocinha où l’ONG Viva Rio67 a encouragé de nombreuses initiatives (Sorj : 2003) et du Complexo da Maré d’où a émergé la CEASM, créée par un groupe de résidents et à l’origine de l’Observatoire des favelas, réseau concernant aujourd’hui de nombreuses autres favelas.

Les dogmes

125L’examen détaillé de la littérature sur la favela produite par l’Université au cours des trente dernières années montre au premier abord un foisonnement considérable, celui des disciplines, des méthodes, des thèmes traités et, dans une moindre mesure, des terrains – un petit nombre de favelas concentre la majorité des recherches. Nous ne chercherons pas ici à le décrire, ni à répertorier tous les thèmes et les points de vue développés, travail que nous avons fait dans une bibliographie commentée (Valladares, Medeiros, 2003).

126Cette lecture, cependant, faite au fil des années, et renouvelée pour ce travail, laisse peu à peu une impression différente, celle d’une convergence sur un certain nombre de caractéristiques de base attribuées à la favela. Ces caractéristiques sont le plus souvent des présupposés, non discutés au cours de la recherche, voire même inclus au départ dans la définition de l’objet et les choix de méthode. Cette répétition d’un consensus très large autour de ces quelques caractéristiques nous a paru si frappante que nous en sommes parvenus à la conclusion qu’il s’agissait là de véritables dogmes, partagés tacitement par la plupart des chercheurs, jamais remis en cause, constituant en quelque sorte l’assise implicite de ce champ de recherche. Plutôt que le foisonnement des thèmes, c’est donc le petit nombre de ces dogmes que nous voudrions interroger maintenant.

  • 68 La définition de l’IBGE, homologue brésilien de l’INSEE, utilisée depuis le recensement de 1950, es (...)

127Le premier dogme est l’affirmation de la spécificité de la favela. On considère depuis longtemps qu’avec son histoire particulière, son mode de croissance différent des autres quartiers, la favela est un espace tout à fait singulier. Les géographes, et plus généralement ceux qui travaillent sur les questions urbaines, soulignent la façon particulière dont elle occupe l’espace, en dehors de toute régularité ou norme urbaine, sans rues bien tracées et avec un accès très limité aux services et aux équipements collectifs (Lopes, 1955 ; Pearse, 1961 ; Parisse, 1970 ; Cavallieri, 1986). En fait, c’est d’abord cette occupation différente de l’espace bâti qui permettrait d’identifier une favela. Les architectes, eux, mettent en valeur les différences engendrées par un habitat, un urbanisme et une esthétique peu ordinaires, qui s’écartent de tous les modèles de la rationalité architecturale (Drummont, 1981 ; Guimarães et Cavalcanti, 1984 ; Casé, 1996 ; Berenstein-Jacques, 2001a et b). Les organismes officiels justifient une approche spécifique des favelas, en rappelant sans cesse, depuis des décennies, que cette forme d’occupation du sol n’est pas conforme aux normes, qu’elle est illégale et qu’il faut créer des procédures spécifiques pour résoudre cette situation (Bronstein, 1982 ; Poggiese, 1985 ; Fernandes, 2001). Les juristes soulignent le « pluralisme juridique » de ces quartiers, où une relative autonomie résulte de l’illégalité collective des logements face au droit (B. Santos, 1977) mais où les favelados ont malgré tout des droits, dont des droits de « squatters » (Conn, 1968). Une pastorale de l’Église (Pastorale des favelas) se spécialise même dans la résolution des conflits de nature foncière avec les propriétaires des terrains (E. Carvalho, 1991). De nouvelles procédures ont été mises en place avec l’Estatuto da Cidade et l’Usucapião Especial Urbano pour régulariser les occupations illégales (Fernandes, 2001). Les indicateurs démographiques sont utilisés pour montrer que, dans ces espaces, la population est plus jeune, les migrants en plus grand nombre, la densité par unité d’habitation plus élevée et le taux de croissance plus fort que dans l’ensemble de la ville (Goulart, 1957 ; Parisse, 1969a). La qualité de la vie urbaine dans les favelas est nettement inférieure à la moyenne si on la mesure avec des indicateurs comme ceux de l’IPLAN-RIO (1997). Enfin, les catégories du recensement définies par l’IBGE cristallisent cette différence : pour l’Institut brésilien de géographie et de statistique, la favela est un « agglomérat hors norme » (aglomerado subnormal) de cinquante logements au moins68.

  • 69 Loterie clandestine.

128Des travaux de sociologues ou d’anthropologues concluent aussi dans le sens de l’affirmation de cette spécificité puisqu’ils font souvent référence à une « culture de favela ». Un bon exemple en est le livre récent qui se veut une synthèse des approches les plus significatives à l’occasion du centenaire de la favela, Um Século de Favela, coordonné par Alba Zaluar et Marcos Alvito (1998), qui rassemble douze contributions dont quatre traitent de la culture populaire – samba, carnaval, capoeira, bals et groupes funk-, cinq autres évoquent crime, peur, drogue et délinquance et trois auteurs seulement étudient les changements dans la politique et la structure sociale. De nombreuses études rappellent avec insistance que la favela, qui a vu naître la samba (Oliveira, Marcier, 1998), est aujourd’hui le foyer du funk et du rap (O. Cunha, 1996 ; Vianna, 1997 ; Oliveira, 1997 ; Cecchetto, 1997). Empire du jogo do bicho69, elle est maintenant identifiée comme plaque tournante du trafic de drogue à Rio de Janeiro (Ventura, 1994 ; Guimarães E., 1998 ; Barbosa, 1998 ; Deccache-Maia, 1999). Espace propice à la diffusion de différentes formes de religiosité populaire, elle est un terreau fertile où fleurissaient les cérémonies d’umbanda (Birman, 1980) et où plus récemment essaiment les cultes protestants et pentecôtistes (Bombart, 1969 ; Ventura, 1994 ; O. Cunha, 1996 ; Alvito, 2001). C’est aussi un lieu où la politique même aurait pris des allures différentes avec ses associations de quartier. Auparavant prisonnières de mécanismes forgés par le clientélisme politique, elles seraient maintenant sous le contrôle du narcotrafic qui se substitue à l’État absent (Centro de Defesa dos Direitos Humanos Bento Rubiao, 1994).

  • 70 « Ils peuvent m’arrêter
    Ils peuvent me frapper
    Me laisser sans manger
    D’opinion, j’vais pas changer
    Sur (...)
  • 71 « Movimento » : c’est ainsi que sont désignées les activités liées à la drogue par les membres ou l (...)
  • 72 L’image de la favela véhiculée par le cinéma brésilien contemporain semble proche de celle du sertã (...)

129Bref, ce qui est affirmé par tous est la forte identité de ces espaces, marquée non seulement par une géographie propre, mais aussi par le statut d’illégalité de l’occupation du sol, par l’obstination à « rester favela » (comme l’illustre la chanson Opinião70 de Zé Keti, popularisée par Nara Leão), revendiquant un mode de vie quotidien distinct. La trajectoire sociale typique des jeunes favelados serait l’échec scolaire, inéluctablement suivi d’une carrière dans le « mouvement71 » du trafic de drogue (Zaluar, 1985 ; Barbosa, 1998 ; Guimarães E., 1998), attirés par l’argent et le pouvoir. La favela conditionnerait ainsi le comportement de ses habitants, dans une réactivation du postulat hygiéniste ou écologiste de la détermination du comportement humain par le milieu72.

130Le second « dogme » est celui de la caractérisation sociale des habitants et du territoire : la favela est le lieu de la pauvreté, le territoire urbain des pauvres. C’est un dogme particulièrement fort, que les sciences sociales ont repris des représentations antérieures. L’idée d’un espace des pauvres qui leur serait propre vient de loin, de l’époque où le maire Pereira Passos a détruit les taudis de l’Avenue centrale (1904-1910), obligeant la population pauvre à monter sur les mornes et à amorcer le processus d’invasion. Comme nous l’avons montré dans le chapitre 1, le récit de la croissance des favelas, c’est celui de l’invasion des pauvres, pauvres migrants, pauvres soldats… La théorie de la marginalité, première grille de lecture utilisée par les scientifiques pour comprendre le phénomène, fait elle aussi de la favela l’habitat des pauvres (Perlman, 1977). Si par la suite, le débat des sciences sociales entraîne une modification du regard, qui fait de la favela non plus un problème mais une solution à la question du logement – solution pour quiconque cherche un logement gratuit en l’absence de revenus réguliers ou de revenus tout courts, une solution en termes d’aménagement de l’espace par l’autoconstruction et la participation des résidents (Santos, 1981 ; Brasileiro et al., 1982) –, l’idée demeure que la favela est l’espace propre aux pauvres urbains. Ils y sont chez eux. Formant une ville dans la ville, la ville illégale dans la ville légale, les résidents des favelas ont leur territoire où la marque identitaire est omniprésente. Une économie et des lois intra-muros, des codes propres, se sont développés dans ces espaces abandonnés à leur sort et délaissés par les pouvoirs publics. C’est le symbole même de la ségrégation spatiale. Le journaliste Zuenir Ventura, dans son livre Cidade Partida déjà mentionné, offre une bonne synthèse de cette représentation de la territorialisation de la pauvreté, traduction urbaine de l’exclusion sociale.

131En choisissant la favela comme terrain privilégié dès qu’ils s’intéressent à la pauvreté ou aux inégalités sociales, en s’y précipitant sans hésiter dès qu’il faut enquêter sur une question qui concerne les pauvres, les chercheurs montrent leur adhésion à ce dogme en même temps qu’ils participent de son entretien. C’est dans la favela qu’on envoie les étudiants et les assistants de recherche, vers elle qu’on oriente les thèses sur tous les phénomènes associés à la pauvreté et à l’univers populaire : religion, santé, éducation, politique, associations, secteur informel, musique, femmes, enfants, jeunes, échec scolaire, violence, etc.

132Il n’est pas sans importance de signaler que le terme de favelado, qui à l’origine désignait la personne qui habite une favela, c’est-à-dire un lieu, en vient à désigner de façon péjorative quiconque occupe une place sociale marquée par la pauvreté ou l’illégalité. Dans cette représentation, le résident d’une favela appartient non seulement au monde populaire mais aussi au monde des problèmes sociaux. Avec la diffusion croissante de l’image de la favela comme enclave, on réaffirme, semble-t-il, que la pauvreté engendre la pauvreté et donc des problèmes. N’est-ce pas là le cercle vicieux classique de la stigmatisation ?

  • 73 Nous avions déjà attiré l’attention sur ce point dans Préteceille et Valladares (2000).

133Le troisième dogme affirme l’unité de la favela, que ce soit au niveau de l’analyse scientifique ou sur le plan politique. C’est au singulier que l’on pense la favela, que ce soit dans les écrits, dans les fictions, et surtout dans l’action. Bien que tous reconnaissent se trouver devant une réalité diverse, on se laisse porter par l’habitude de réduire un univers pluriel à une catégorie unique. Les données officielles et les études des chercheurs distinguent, certes, les favelas d’occupation ancienne ou récente, petites, moyennes ou grandes, consolidées ou précaires, implantées sur un terrain accidenté ou plat, dans le centre, la zone sud, la zone nord, la zone ouest ou la périphérie de la ville (IPLAN-RIO, 1983). On reconnaît donc qu’il s’agit d’un univers très varié géographiquement et démographiquement, mais curieusement, on nie les différences de nature sociologique. Parler de la favela au singulier implique de fait le désintérêt pour la diversité, si bien que les différences internes au monde des favelas deviennent automatiquement secondaires. On occulte la diversité, la pluralité des formes, des rapports sociaux et des situations sociales. L’évocation systématique d’un idéal-type ou d’un archétype est récurrente dans les discours sur la favela carioca73. De ce fait, « la favela » est forcément une colline (morro), une zone illégalement occupée, hors la loi, un espace sous-équipé, le lieu de concentration des pauvres dans la ville. Une même dénomination générique unifie des situations aux caractéristiques pourtant très différentes, sur le plan géographique, démographique, urbanistique et social.

134Ce dogme a des conséquences méthodologiques importantes, par exemple le recours fréquent à la comparaison statistique entre l’ensemble des favelas d’une part et le reste de la ville d’autre part. L’étude de la SAGMACS avait inauguré cette pratique, mais en l’accompagnant d’études de cas attentives aux différences entre favelas. Nombre de chercheurs l’ont reproduite sans ces précautions. En comparant l’ensemble des favelas au reste de la ville, on considère comme négligeables les différences entre favelas comme les différences internes aux favelas, alors qu’une étude fine montre qu’elles sont loin d’être négligeables (Préteceille, Valladares, 1999 ; 2000). On considère aussi comme négligeables les différences internes au « reste de la ville », alors qu’elles sont considérables entre les beaux quartiers de la zone sud – Copacabana, Ipanema, Leblon, Barra da Tijuca – et les quartiers populaires de la périphérie (Préteceille, Ribeiro, 1999 ; Ribeiro, 2000). Ce choix méthodologique conduit par exemple Ribeiro et Lago (2001) à conclure à la dualisation de la ville de Rio de Janeiro du fait d’un écart croissant entre les favelas et le reste – imputé à l’accentuation de l’exclusion sociale concentrée dans les favelas. Alors qu’une étude plus détaillée des transformations de la ségrégation sociale montre que ce sont les beaux quartiers qui se sont écartés de la moyenne des autres, les favelas ayant une évolution proche de celle des autres quartiers populaires et des quartiers « moyens », qui n’est d’ailleurs pas homogène (Préteceille, Ribeiro, 1999 ; Ribeiro, 2000).

Notes

1 Au Brésil, le terme de pós-graduação désigne l’ensemble du mestrado et du doutorado qui correspondent au mastère et au doctorat français. L’étudiant qui veut faire un mestrado doit passer un concours assez sélectif. Le doutorado correspond à l’actuel doctorat français. Par la suite, nous utiliserons comme équivalents les deux termes de pós-graduação et d’études doctorales.

2 L’article de Faria (1983) offre une bonne synthèse des principaux changements résultant du processus d’urbanisation et de la structure de l’emploi dans les années 1950-1980.

3 Nous avons emprunté cette image très parlante pour caractériser la situation des favelas de Rio dans les dernières années, à Rodriguez et al. (1972) qui ont noté dans les années 1970 déjà la multiplication des enquêteurs et intervenants externes dans les barriadas de Lima.

4 Les informations sur le passage d’Anthony Leeds au Museu Nacional sont en grande partie issues de l’interview avec Gilberto Velho qui nous a également fait part du programme de ces deux cours.

5 Il s’agissait de Paul Silberstein qui faisait partie des auteurs du numéro déjà mentionné d’América Latina consacré à la favela.

6 Pereira de Queiroz (1990), analysant les milieux intellectuels fréquentés au Brésil par les Français Jacques Lambert, Pierre Monbeig et Roger Bastide, insiste sur le haut niveau atteint par l’USP avant même l’arrivée des universitaires français dans les années 1940. Elle rappelle que des auteurs brésiliens tels qu’Euclides da Cunha, Caio Prado Jr., Gilberto Freyre, Sergio Buarque de Holanda et Artur Ramos avaient écrit des livres importants pour la compréhension de la société brésilienne et de ses problèmes. Soulignons que l’USP, à la fin des années 1950, comptait déjà parmi ses professeurs des sociologues renommés comme Florestan Fernandes (co-auteur avec Roger Bastide de plusieurs travaux), Oracy Nogueira, Luiz Pereira et Antonio Candido entre autres. La revue Sociologia publiée à São Paulo était le principal lieu d’exposition de la production de la recherche brésilienne.

7 Le projet de la Columbia University dirigé par Charles Wagley à Bahia, résultant d’un accord entre cette université américaine et l’État de Bahia, était mené en partenariat avec une équipe brésilienne (Wagley, Azevedo et Costa Pinto, 1950) et comportait un vaste programme de recherches en anthropologie sociale et sociologie.

8 Limongi (1989) signale que ce cursus de pós-graduação était animé, outre Donald Pierson, par deux sociologues allemands, Herbert Baldus et Emilio Willems qui, même s’ils n’ont pas étudié eux-mêmes à Chicago, ont effectué au Brésil des recherches très influencées par cette école.

9 Octávio Velho fait notamment référence à Florestan Fernandes, qui avait soumis des propositions en ce sens à la CAPES (Coordination de perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur). Voir aussi les propositions de Durham et Cardoso (1961) pour l’anthropologie, analysées par Rubim (1997).

10 Fernando Henrique Cardoso y a soutenu sa thèse en 1962.

11 Selon Vianna, Carvalho et Melo (1995), le développement du système de la pós-graduação par les militaires brésiliens tient à leur forte préoccupation concernant la politique de formation d’enseignants et de cadres. Ces auteurs signalent que cette politique a abouti, en deux décennies, au développement d’études doctorales dans treize États de la fédération en plus du district fédéral (Brasilia). D’après leur recherche s’appuyant sur les données de la CAPES, il existait déjà en 1994 au Brésil 54 unités de pós-graduação en sciences sociales ainsi distribués : sociologie (27), sciences politiques (13) et anthropologie (14).

12 Comme ce fut le cas du mestrado du Museu Nacional, de l’IUPERJ, entre autres.

13 Le premier président civil élu fut Tancredo Neves, en 1985.

14 À Rio de Janeiro, par exemple, on compte trois universités publiques : l’UFRJ (université fédérale de Rio de Janeiro), l’UERJ (université de l’État de Rio de Janeiro) et l’UFF (université fédérale Fluminense). Parmi les universités privées, on peut citer la PUC (Université catholique) et l’UCAM (université Candido Mendes), établies de longue date, mais aussi de nouveaux établissements à vocation avant tout commerciale comme Gama Filho et Estacio de Sá.

15 Figueiredo (1988) a étudié le Financement des sciences sociales au Brésil dans la période 1966-1985, avec une attention particulière pour la Fondation Ford et la FINEP.

16 L’Association des géographes, créée dans les années 1930, et celle des anthropologues, dans les années 1950, l’avaient précédée. Sur l’histoire de la géographie et des géographes de l’IBGE, voir R.S. de Almeida (2002).

17 Pour des travaux récents sur le développement du 3e cycle en sociologie au Brésil, voir Martins et al. (2002).

18 Sur le développement de la géographie et sa contribution aux études sur la ville au Brésil, voir le bilan fait par M. Abreu (1994a), qui évoque à ce propos le rôle des géographes français. Voir aussi le livre organisé par Carlos (1994) qui reprend l’article cité de M. Abreu, avec d’autres textes qui analysent les contributions sur des métropoles comme Recife, Brasilia, São Paulo, Minas Gerais.

19 L’histoire de la pensée sur la pauvreté urbaine au Brésil, ses différentes clés de lecture, ont été discutées par plusieurs auteurs, entre autres Machado da Silva (1971), Kowarick (1975 ; 1987), Hoffman (1977), nous-mêmes, Coelho et Valladares (1986-1987) et Valladares (1991). Il nous paraît néanmoins utile de la reprendre ici de façon résumée, même si nous avons déjà évoqué au chapitre 1 les représentations de la pauvreté urbaine à Rio de Janeiro dans la première moitié du XXe siècle.

20 La littérature sur le débat européen, notamment anglais et français, sur les questions de l’indigence et du travail depuis le Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle est considérable. Voir entre autres Polanyi (1983), Castel (1994), Topalov (1994) et Thomas (1997).

21 Comme le remarque Fassin (1996 : 57-58), à la différence de la situation européenne du XIXe siècle, l’excédent démographique ne pouvait pas être absorbé par l’émigration internationale car les soupapes migratoires fonctionnent mal dans le sens sud-nord. En outre, localement, les pays latino-américains ne disposaient guère des politiques de protection sociale qui auraient pu aider à combattre cette marginalité.

22 L’historien américain Richard Morse, qui a longtemps séjourné au Brésil, a produit deux bilans de la recherche urbaine dans les années 1960 et 1970, où il note l’importance et l’intensité des débats, aussi bien en Amérique latine que dans les universités américaines où l’intérêt pour les Latin American Studies s’était développé dans ces années (1965 : 1971).

23 Selon Nun (1969), la « surpopulation relative » correspond aux individus chômeurs et sous-employés ; « l’armée industrielle de réserve » se compose de travailleurs que le capital se garde la possibilité d’intégrer et la « masse marginale » à la fraction constituée par ceux qui ne trouveront jamais de place sur le marché de l’emploi, du fait des entraves au développement économique résultant de la situation de dépendance des pays du tiers-monde (voir aussi Fassin, 1996 : 57).

24 Nous ne chercherons pas ici à présenter l’ensemble des apports de la théorie de la marginalité, des débats et des polémiques auxquels elle a donné lieu (voir par exemple Perlman, 1977), mais seulement à souligner ses apports à l’élaboration des catégories analytiques utilisées dans les recherches ultérieures sur les favelas.

25 C’est au sein de la DESAL, Institut de recherche catholique de Santiago du Chili, que la notion se développe en premier lieu en Amérique latine. On sait néanmoins qu’en 1961 déjà, le Péruvien Mattos Mar s’interrogeait sur les relations entre migration et urbanisation et sur leur rôle dans l’intégration dans la vie urbaine à partir du cas des barriadas de Lima (Mattos Mar, 1961). Fassin (1996 : 54) note que l’histoire complète de la notion de marginalidad en Amérique latine reste encore à écrire.

26 Oscar Lewis s’était rendu pour la première fois au Mexique en 1943 pour faire du terrain dans le village rural de Tepoztlan, étudié auparavant par son directeur de thèse à l’université de Chicago, Robert Redfield. Ses recherches à Mexico ont commencé en 1947. Son premier livre, Five Families, qui connut un grand succès, fut publié en livre de poche dès 1959. C’est dans cet ouvrage qu’il propose la culture de la pauvreté comme clé de lecture. Son article intitulé « The Culture of Poverty » publié dans une grande revue de vulgarisation scientifique américaine ne date que de 1966.

27 Il y a une tendance chez nombre d’auteurs (Perlman, 1977 ; Fassin, 1996) a évoquer seulement les caractéristiques « négatives » de la culture de la pauvreté, à savoir l’esprit grégaire, l’alcoolisme, le recours fréquent à la violence, une forte prédisposition à l’autoritarisme, le machisme, l’initiation précoce à la vie sexuelle, une tendance au matriarcat, une préférence pour le présent, un sens de la résignation, du fatalisme, etc.

28 Dans l’introduction de son livre The Children of Sanchez (1961 : XII), on lit : Certainly the lives of the poor are not dull. The stories in this volume reveal a world of violence and death, of suffering and depravation, of infidelity and broken homes, of delinquency, corruption and police brutality and of the cruelty of the poor to the poor. These stories also reveal an intensity of feeling and human warmth, a strong sense of individuality, a capacity for gaiety, a hope for a better life, a desire for understanding and love, a readiness to share the little they possess, and the courage to carry on in the face of many unresolved problems.

29 Comme le montre par exemple Vogt (1983).

30 Présenté pour la première fois dans une conférence aux États-Unis en 1967 et traduit en portugais en 1978 (Leeds A., Leeds E., 1978).

31 Nous partageons à cet égard le point de vue de Pino, historien américain qui a récemment travaillé sur les favelas de Rio : Perlman’s book is usually assumed to be the first revisionist studies of the favela, but in fact it was neither the first nor the most original of such treatments (1996 : 451). Au Brésil, le livre de Perlman avait d’ailleurs été vivement critiqué dès sa publication par Velho (1977 : 322), qui insistait sur son manque d’originalité et citait les chercheurs américains et brésiliens qui avaient, avant elle, « effectué cette démystification avec compétence et efficacité sur le cas des favelas de Rio de Janeiro ». Oliven (1978) critique aussi cette vision des pauvres (qui les voit comme des pionniers et des patriotes) et souligne le danger à accentuer leurs vertus alors même que Perlman n’étudie que les favelados (Oliven, 1978 : 35). Machado da Silva, s’intéressant au fonctionnement des marchés métropolitains de main-d’œuvre, en vint à étudier la favela dans la mesure où elle lui servait de terrain et de référence empirique pour élaborer ses schémas d’analyse. Dans sa thèse (Machado da Silva, 1971), il a analysé le débat qui s’est développé autour des thèses de l’équipe de la CEPAL animée par Fernando Henrique Cardoso, José Luiz Reyna, José Nun et Anibal Quijano. Il fut ainsi le premier à faire en portugais un bilan critique de la discussion (jusqu’alors surtout théorique) sur la capacité du système économique à absorber les individus en tant que force de travail, montrant l’inefficacité à cet égard du modèle du développement par la modernisation de l’économie – inefficacité dont la ville de Rio de Janeiro et ses favelas constituaient un bon test empirique.

32 À l’origine, les conjuntos habitacionais, grands ensembles de maisons individuelles ou d’immeubles reproduits en série pour reloger les favelados, symbolisaient aussi l’accès à la propriété.

33 À l’époque de Carlos Lacerda, ce fut un financement des États-Unis qui donna à la COHAB-GB les ressources nécessaires pour assurer les premiers relogements.

34 Cette opération constitue le sujet de ma thèse de 3e cycle et du livre en portugais qui en est issu, Passa-se uma casa ; analise do programa de remoçães de favelas do Rio de Janeiro (Valladares, 1978a). Voir aussi Grabois (1973).

35 On lit dans les premières pages de Five Families : My purpose has been to contribute to our understanding of the culture of poverty in contemporary Mexico and, in so far as the poor throughout the world have something in common, of lower-class life in general […]. This book has grown out of my conviction that anthropologists have a new function in the modern world : to serve as students and reporters of the great mass of peasants and urban dwellers of the underdeveloped countries… (Lewis, 1959 : 15.)

36 Nous avons déjà signalé qu’à São Paulo le phénomène de « favélisation » ne se développe fortement qu’à partir des années 1970. Mais un premier repérage avait déjà été fait en 1973 par Taschner : le Cadastro de Favelas (Taschner, 1978 ; Véras, Taschner, 1990). Des anthropologues et sociologues comme R. Cardoso et L. Kowarick se lancent à sa suite dans l’étude des favelas paulistas (Kowarick, 1979 : 14-15).

37 On trouvera par exemple une analyse détaillée de l’action de la CODESCO dans la favela de Bras de Pina, cas considéré comme exemplaire, dans le livre de C. N. Santos (1981) et dans celui de Blank (1980).

38 Ramalho (1984) a fait part de sa propre expérience pratique de conseil technique auprès d’une population d’origine populaire organisée autour d’une paroisse de la banlieue lointaine de Rio de Janeiro.

39 À Rio, l’Église a créé la FASE (Fédération des associations pour l’aide sociale et éducative) en 1961. Aujourd’hui considérée comme la plus grande ONG brésilienne et même latino-américaine, dans les années 1965 à 1968, la FASE était une agence de projets destinée à la formation d’équipes pour le conseil et le soutien technique aux communautés de base (Doimo, 1995).

40 C. N. Santos (1981 : 43) nous raconte cet engagement : « Nous conclûmes qu’il fallait cesser de parler autant de la réalité sans aller la voir là où elle était. Nous décidâmes que des actions concrètes étaient nécessaires, engageant des pratiques ayant trait à la réalité empirique de notre champ professionnel : la ville et ses problèmes de logement. Cela pourrait servir de matière première pour fonder nos connaissances, qui étaient très incomplètes, du fait des lacunes bien connues de la formation universitaire. »

41 Les autres architectes du groupe étaient Rogerio Aroeira Neves (Neves, Santos, 1981), Sylvia Lavenère-Wanderley, Sueli de Azevedo et Fernando Casério de Almeida.

42 Une ethnographie détaillée des différentes étapes de la participation a été présentée par C. N. Santos (1981).

43 Boschi (1987 : 177-178) donne la liste de toutes les communications qui y ont été présentées dans cette période.

44 Participation observante grâce au double rôle de l’auteur, architecte pendant le processus d’urbanisation de la favela de Bras de Pina, et anthropologue par la suite, pour sa thèse de mestrado au Museu Nacional. Dans son article « Comment et quand un architecte peut-il devenir anthropologue ? » il raconte sa « transformation » et les effets du nouveau regard acquis par sa formation à l’ethnographie (Santos, 1980b).

45 Le jeitinho brasileiro est une subtilité du système social brésilien, utilisé dans différentes situations de la vie quotidienne – il constitue un trait de l’identité brésilienne et est étudié par des anthropologues, en particulier par Barbosa (1992). L’auteur note parmi les caractéristiques du jeitinho : a) l’usage du marchandage et de l’argumentation qui en découle ; b) il dépend fondamentalement des attributs personnels et de la personnalité individuelle ; c) il peut commencer et se conclure anonymement ; d) c’est une pratique reconnue ; e) c’est un élément explicite de l’identité sociale ; f) il suscite une réciprocité diffuse positive (ibid. : 79-80).

46 Au Brésil, la publication de l’ANPOCS BIB – Boletim Informativo et Bibliografico de Ciências Sociais présente régulièrement des bilans bibliographiques qui font l’état de la question.

47 La base de données, URBANDATA-Brasil, enregistre pour chaque publication les caractéristiques bibliographiques usuelles mais aussi des informations concernant la méthode de recherche utilisée – étude de cas, enquête sur échantillon, analyse secondaire, diagnostic ou évaluation, étude comparative, étude historique-, la ou les disciplines du ou des auteurs, le ou les lieux étudiés, les thèmes traités par l’étude – selon une classification en 26 thèmes de recherche. Un résumé est fait pour chaque publication.

48 Ce long travail de lecture et collecte de textes a été fait par l’équipe d’URBANDATA-Brasil que j’ai dirigée. Lidia Medeiros a coordonné l’équipe de stagiaires et Bianca Freire Medeiros a obtenu dans les bibliothèques américaines des documents et des références introuvables au Brésil. Une première bibliographie sur les favelas de Rio avait été publiée dans le numéro 12 de la revue América Latina (Parisse, 1969b). Pino (2000) a publié une bibliographie qui reste assez incomplète. La publication produite par URBANDATA-Brasil (Valladares, Medeiros, 2003) qui a porté sur 668 textes (1906-2000) reste sans doute la bibliographie analytique la plus complète disponible à ce jour sur les favelas de Rio.

49 URBANDATA-Brasil ne couvre pas les articles publiés dans les quotidiens et les hebdomadaires à l’exception de suppléments spéciaux – comme celui dans lequel fut publié le rapport de la SAGMACS –, ni les rapports internes aux institutions qui ne sont pas diffusés au public. Dans la catégorie « autres » ont été classés les quelques documents de ce type qui nous ont paru importants de par leur nature historique ou politique, comme par exemple un document préparé par la police de Rio pour orienter le travail des agents dans les favelas.

50 Entre le lancement d’un projet de recherche ou d’une thèse et la publication de ses résultats, le délai est de deux ans au moins, et de cinq ou plus dans le cas des thèses. Nombre de publications de la seconde moitié des années 1960 correspondent donc à des travaux engagés au début de la décennie.

51 Selon les conclusions de Cezar (2002) qui analyse les données les plus récentes de l’IBGE.

52 Carlos Nelson Santos (1977) fut le premier à noter la marche des favelas vers la périphérie métropolitaine. Nous-même avons discuté dans un article postérieur, à partir des données de l’Instituto Pereira Passos (Valladares, Ribeiro, 1994), du « retour de la favela » à partir des années 1980 dans la municipalité. Adauto Lucio Cardoso (1997) est revenu sur le sujet en rappelant que les informations sur la « favélisation » dans les municipalités périphériques de la région métropolitaine sont peu fiables et que les statistiques officielles sousestiment vraisemblablement le phénomène. Le Cadastro des Favelas de l’Instituto Pereira Passos ne répertorie que celles de la municipalité de Rio. Adauto Lucio Cardoso avance cependant l’idée que le nombre des favelas aurait augmenté dans toute la région métropolitaine de Rio.

53 Le décompte des favelas a souvent donné lieu à des divergences entre l’IBGE et l’Instituto Pereira Passos, du fait de définitions et de méthodes différentes, mais la croissance de leur nombre est largement supérieure aux écarts entre les deux.

54 Rocha a écrit plusieurs autres articles sur la distribution régionale de la pauvreté au Brésil. Ses calculs sont basés sur la définition d’une ligne de pauvreté conçue à partir de l’évaluation du prix du panier des biens de consommation de base, la cesta basica, méthode largement utilisée en Amérique latine par la CEPAL.

55 Institution homologue de la Caisse des dépôts, qui a repris les activités de la BNH après sa suppression.

56 L’IBASE (Institut brésilien d’analyses sociales et économiques), longtemps dirigé par Herbert de Souza, aujourd’hui décédé, fut créé en 1980 et lança la « Campagne contre la faim, la misère et pour la vie » avec une importante mobilisation dans l’ensemble du territoire national au cours des années 1990. L’ISER (Institut d’études de la religion), dirigé pendant plusieurs années par l’anthropologue Rubem Cesar Fernandes (1994) dispose d’un centre de recherche constitué par des chercheurs qui sont aussi universitaires. L’ISER est à l’origine de l’ONG Viva Rio, créée en 1993, la même année que la Campagne contre la faim. Viva Rio compte actuellement 900 collaborateurs, dont une majorité sont diplômés, et mène de très nombreuses actions dans les favelas de Rio dans le domaine du crédit, de l’enseignement, de la formation professionnelle, de l’informatique, des droits de l’homme, etc. (Sorj, 2003).

57 Le livre de Pécaut (1989) analyse l’engagement des intellectuels brésiliens depuis la génération des années 1920-1940 jusqu’au processus d’ouverture de 1974-1982 qu’il appelle « L’ère des intellectuels comme acteurs politiques ».

58 Zaluar (1999) a passé en revue l’ensemble des travaux sur la violence et le crime au Brésil.

59 L’IBOPE est l’institut de sondage d’opinion publique le plus connu au Brésil et travaille depuis longtemps pour tous les grands journaux, hebdomadaires et chaînes de télévision nationales.

60 Cette campagne a été analysée par Zaluar (1988) puis par Soares et Carneiro (1996).

61 Certains textes ont été associés à plusieurs disciplines lorsque la publication avait divers auteurs de disciplines différentes. Par ailleurs, les textes signés par des institutions et sans nom d’auteur ont été classés comme « production institutionnelle ».

62 Notons que les chercheurs brésiliens, à de rares exceptions près, discutent peu de la méthodologie du travail de terrain, contrairement à de nombreux chercheurs américains et français dont les travaux nous ont été utiles, tels que Goffman (1963), Becker (1970), Rabinow (1977), Clifford (1990), Mauger (1991), Schwartz (1993), Olivier de Sardan (1995), Kaufmann (1996), Laplantine (1996), Lepoutre (1997), Pinçon et Pinçon-Chariot (1997), Beaud et Weber (1997) ainsi que les auteurs ayant contribué à La misère du monde (Bourdieu, 1993).

63 Malgré le fait que nous ayons classé comme approche comparative tout travail qui comptait au moins deux études de cas.

64 Pour ce graphique n’ont été considérées que les publications qui portent sur des favelas clairement identifiées.

65 Sur un total de 838 publications, on a retenu celles concernant les favelas de la ville de Rio de Janeiro. Certaines publications portant sur plusieurs favelas, on compte au total 1 327 études de favelas.

66 Cidade de Deus a servi de cadre à un film de Fernando Meirelles (2002).

67 Sur Viva Rio, voir le livre de Sorj (2003).

68 La définition de l’IBGE, homologue brésilien de l’INSEE, utilisée depuis le recensement de 1950, est analysée dans le chapitre 1.

69 Loterie clandestine.

70 « Ils peuvent m’arrêter
Ils peuvent me frapper
Me laisser sans manger
D’opinion, j’vais pas changer
Sur ma colline je veux rester… »

71 « Movimento » : c’est ainsi que sont désignées les activités liées à la drogue par les membres ou les sympathisants des groupes liés au narcotrafic. Ce terme leur donne une connotation positive.

72 L’image de la favela véhiculée par le cinéma brésilien contemporain semble proche de celle du sertão : singulière et exotique (Bentes, 1999).

73 Nous avions déjà attiré l’attention sur ce point dans Préteceille et Valladares (2000).

Table des illustrations

Titre 12. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIROTextes par année de publication et part de la population des favelas dans la ville de Rio de Janeiro
Légende Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données couvrent jusqu’à l’année 2002 incluse
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 13. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE RIO DE JANEIRO. MUNICIPALITÉ ET FAVELAS
Légende Source : Recensement de l’IBGE
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 14. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIROPublications par discipline
Légende Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données couvrent jusqu’à l’année 2002 incluse
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 15. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIROPublications par type de recherche
Légende Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données vont jusqu’à l’année 2002 incluse
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre 16. BIBLIOGRAPHIE SUR LES FAVELAS DE RIO DE JANEIRONombre de publications par favela (1906-2002)
Légende Source : URBANDATA-Brasil 2004. Les données couvrent jusqu’à l’année 2002 incluse. Sur un total de 838 publications, on a retenu celles concernant exclusivement les favelas de la ville de Rio de Janeiro. Certaines publications portant sur plusieurs cas, on a au total 1 327 publications-favela concernant des favelas individuellement identifiées – n’étant pas comptées les études d’ensemble sur un quartier ou sur la ville
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540