Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La favela d'un siècle à l'autre

 | 
Licia Valladares

2. La transition vers les sciences sociales valorisation de la favela et découverte du travail de terrain

Texte intégral

1Une nouvelle période de production de représentations et de connaissances sur les favelas s’ouvre au début des années 1950 et s’étend jusqu’à la fin des années 1960. Deux traits la caractérisent principalement : la valorisation de la communauté sociale que constitue la favela, et l’inauguration d’un véritable travail d’enquête de terrain mobilisant les méthodes des sciences sociales. Du point de vue de l’approche méthodologique, les acteurs de cette période reprennent et développent les acquis de la fin de la période antérieure, où les premiers recensements avaient déjà constitué des premières enquêtes de terrain systématiques. Par contre, la perspective change nettement quant à la vision de la favela en tant qu’élément de la société urbaine.

  • 1 L’apogée de cette période correspond aux années 1956-1960.

2Ce changement est lié à plusieurs facteurs politiques et économiques convergents. Dans l’après Seconde Guerre mondiale, la reprise économique accélère la croissance urbaine, au Brésil comme dans l’ensemble de l’Amérique latine. L’afflux des migrants ruraux vers les villes accroît l’essor des favelas et rend plus pressante la question du logement des classes populaires. La reprise économique a lieu dans le cadre politique du desenvolvimentismo1, conception marquée par le rôle central d’un État planificateur, tant sur le plan économique – rôle d’organisation de la croissance économique nationale et de régulation entre l’investissement étranger et le capitalisme national – que sur le plan du territoire – volonté de donner priorité à la croissance régionale à l’intérieur du Brésil. Cette politique se traduit par la décision de construire Brasilia, inaugurée en 1960. Le desenvolvimentismo, contrairement à la politique de Vargas, marque une ouverture internationale, dans un contexte où les questions de l’aide au développement, du développement de la coopération internationale, sont devenues, avec la guerre froide, des enjeux majeurs des relations internationales. Pour sortir du sous-développement, les élites brésiliennes se tournent volontiers vers la coopération internationale en matière d’aide à la pauvreté. Les spécialistes étrangers sont les bienvenus pour proposer des solutions innovantes aux problèmes d’un Brésil en plein essor.

3Si les sciences sociales sont mobilisées de façon explicite, ce qui est un élément original, elles le sont cependant en complément ou prolongement d’actions qui sont d’abord des interventions politiques sur la favela. Parmi les acteurs les plus notables de cette période nouvelle de production de représentations sociales de la favela, on compte des spécialistes étrangers qui s’engagent dans des enquêtes de terrain pour découvrir à leur tour la favela, venant à l’appui de campagnes d’intervention, et nouent d’importantes collaborations avec des spécialistes brésiliens. Les plus marquants, dont nous allons analyser les contributions, sont, pour les spécialistes français, des sociologues catholiques, dont la figure centrale est le père Louis-Joseph Lebret, un des fondateurs d’Économie et Humanisme, et pour les spécialistes américains, les membres des Peace Corps et l’anthropologue Anthony Leeds. Ces acteurs, aussi différents qu’ils aient pu être, ont ainsi en commun de lier la recherche et l’intervention, mais aussi d’agir en marge des principales institutions universitaires brésiliennes, et de valoriser fortement l’enquête de terrain. À cet égard, le Brésil est l’occasion d’un métissage original entre l’influence française et celle de l’école de Chicago.

Dom Helder, l’Église catholique et les favelas de Rio

  • 2 Ce fut aussi ce journal qui avait envoyé Euclides da Cunha comme correspondant pendant la guerre de (...)
  • 3 Regrettons que cette étude soit aujourd’hui oubliée par la plupart des auteurs récents qui, au mieu (...)

4En 1960, le journal brésilien le plus important de l’époque, O Estado de São Paulo2, publie, sous la forme de deux suppléments spéciaux, une longue étude intitulée Aspectos humanos de la favela carioca, réalisée par la SAGMACS, qui est ensuite rééditée, la même année, en fascicules dans le quotidien de Rio, A Tribuna da Imprensa. De nombreux témoignages attestent de l’importance de ce texte et du fort impact politico-médiatique qu’il a suscité, sans compter l’influence considérable sur les chercheurs, sociologues, anthropologues, architectes et géographes qui, à partir de la seconde moitié des années 1960 et dans les années 1970, se sont lancés à leur tour dans une recherche de terrain dans les favelas. Des auteurs comme Parisse (1969a, 1970), Anthony Leeds et Elizabeth Leeds (1978) Valla et al. (1986) et moi-même (1978a et b), se sont appuyés explicitement sur les apports de cette étude. Anthony Leeds, considéré comme le plus grand spécialiste américain des favelas dans les années 1970, va même jusqu’à dire : « L’étude de la SAGMACS est encore aujourd’hui le plus important et le meilleur rapport publié sur les favelas de Rio » (Leeds A., Leeds E., 1978 : 199)3.

5Deux aspects de cet événement surprennent quelque peu : d’une part, le fait qu’une étude importante sur les favelas de Rio soit publiée, mais plus encore financée, par un quotidien de São Paulo ; d’autre part, l’identité de l’inspirateur principal, dont le nom apparaît en premier dans la liste des membres de l’équipe de recherche, le père Louis-Joseph Lebret. Même si les membres de l’équipe qui ont concrètement mené l’enquête et rédigé l’étude sont brésiliens, le responsable de cette opération, qui lui a donné pour une large part son orientation méthodologique, est en effet un dominicain français dont l’intervention dans le débat brésilien sur le problème des favelas ne peut que retenir l’attention. Comment expliquer que le père Lebret ait été responsable de cette recherche, comment expliquer que O Estado de São Paulo se soit lancé dans cette aventure, inhabituelle pour un quotidien ?

  • 4 « É necessário subir o morro antes que dele desçam os comunistas » (SAGMACS, 1960 : 28).
  • 5 Livre préfacé par Luiz Carlos Prestes, le plus prestigieux leader communiste brésilien.
  • 6 D’après Luiz Werneck, dans un entretien avec l’auteur, Vianna, Magarinos Torres était à l’époque me (...)
  • 7 Les entretiens que nous avons réalisés auprès de trois anciens militants confirment ces éléments et (...)

6À l’origine de cette opération, à Rio, il y a la mobilisation de l’Église catholique sur la question des favelas qui remonte déjà aux années 1940. En effet, l’Église était alors active, qu’il s’agisse d’initiatives de certaines paroisses et de certains groupes religieux, ou de la Fondation Léon-XIII, dont nous avons brièvement signalé l’existence au chapitre 1. Cette fondation, créée en 1947 par un partenariat entre l’archevêché de Rio et la mairie, a été très controversée dès son origine. Sa mise en place coïncide avec la décision de rendre le Parti communiste illégal : l’aile conservatrice de l’Église, alliée des autorités, arguait du fait qu’il ne fallait pas laisser le champ libre aux communistes4. La menace communiste œuvrait tant et bien parce que le parti était passé de troisième force politique du district fédéral lors des élections présidentielles et constituantes de 1945 à vainqueur des élections municipales de 1947, obtenant même la majorité des sièges du conseil municipal avec une nette avance sur le PTB (Parti travailliste brésilien), parti populiste lié à Getulio Vargas alors écarté du pouvoir. Ces résultats préoccupent fortement le gouvernement fédéral et la haute administration locale (Parisse, 1969a : 88 ; Pandolfi, 1995 : 146-147). Quelques sources et des entretiens auprès d’anciens militants communistes confirment l’influence grandissante du Parti communiste dans les favelas à la fin des années 1940 et au début des années 1950. Cette question a été peu étudiée, mais on peut citer la thèse de Lima (1989) qui reprend le témoignage publié par Manoel Cornes5 (1980) et le complète par d’autres entretiens ainsi que l’analyse de la presse de l’époque. Elle montre l’influence des « comités populaires démocratiques » établis dans plusieurs quartiers de Rio par les communistes, dont certains disposaient de sous-comités dans certaines favelas. Cette action aboutit à la création en 1952 de l’association des favelados du Morro do Borel, puis à son élargissement à douze autres favelas en 1954 avec l’União dos Trabalhadores Favelados. Cette association mobilisa les habitants contre les propriétaires des terrains, et pour garantir la permanence de leur implantation, elle fit appel ultérieurement à Magarinos Torres6, avocat connu comme « l’avocat des pauvres », (M. Gomes, 1980). Ajoutons que, tout comme les entretiens que nous avons menés, les recherches de Lima montrent que les communistes développèrent dans ces favelas, particulièrement celles du Morro do Borel et du Morro do Turano, un travail d’assistance avec des médecins et des enseignants7. Ils proposèrent même de renommer ces deux favelas Morro da Independencia et Morro da Liberdade, mais ces appellations n’obtinrent pas de succès durable.

7Les objectifs déclarés de la Fondation Léon-XIII étaient d’assurer une « assistance matérielle et morale aux habitants des mornes et favelas de Rio de Janeiro » (statuts de la Fondation, cités par R. Rios, 1986a : 47) en leur fournissant « des écoles, des dispensaires, des crèches, des maternités, des cantines et des cités de logements populaires » (ibid.). L’action de la Fondation s’inscrit dans la nouvelle perspective ouverte par Pedro Ernesto (voir chapitre 1), qui abandonne l’action répressive et la condamnation morale pour prôner l’éducation sociale et l’encadrement.

8L’autre initiative de l’Église catholique est la Cruzada São Sebastião, lancée en 1955 par Dom Fielder Câmara, alors évêque auxiliaire de Rio. Personnage très connu des milieux catholiques, aussi bien au Brésil qu’ailleurs dans le monde, Dom Helder a occupé ensuite plusieurs positions clés au sein de l’Église brésilienne. Lors de la première conférence des évêques du Nordeste en 1956, au moment de l’annonce de la réforme agraire, il est secrétaire du CNBB (Conférence nationale des évêques du Brésil). Devenu archevêque, il prend le parti des plus démunis, au point d’être surnommé « le défenseur des pauvres » (Marin, 1995). Proche de l’aile gauche de l’Église, c’est lui qui est à l’origine de cette cruzada (croisade), grande campagne en faveur des favelados de Rio. Il profite du36e Congrès eucharistique international qui s’est tenu à Rio en 1955 afin d’obtenir du gouvernement fédéral son appui pour la création d’un nouveau programme d’action.

9Les objectifs de cette opération sont énoncés dans l’article 2 des statuts de l’organisation :

« […] promouvoir, coordonner et mettre en œuvre des mesures et moyens destinés à donner une solution rationnelle, humaine et chrétienne au problème des favelas de Rio de Janeiro […] mobiliser les ressources financières nécessaires pour assurer, dans des conditions satisfaisantes d’hygiène et de sécurité, un logement stable pour les familles de favelados ; collaborer à l’intégration des ex-favelados à la vie normale du quartier… » (Parisse, 1969a : 175-176.)

10Ces deux institutions concurrentes lancées par l’Église catholique respectivement en 1947 et 1955 se justifiaient, selon R. Rios (1986b : 63-65), par le partage du terrain et les modes d’intervention. D’un côté, la Fondation Léon-XIII s’est surtout investie dans l’assistance matérielle et morale aux populations à travers des actions en faveur de l’éducation et de la santé (crèches et consultations médicales ambulatoires dans les favelas) et par la création de plusieurs centres d’action sociale. De l’autre, la Cruzada São Sebastião a développé une action de plus grande ampleur dans la production de logements neufs et d’équipements d’infrastructure – ce qu’on appelle aujourd’hui l’urbanisation des favelas.

  • 8 On trouve une description détaillée de la Cruzada dans Parisse (1969a : 175-190) ainsi que dans le (...)

11Dom Helder Câmara est parvenu à obtenir la collaboration de la Fondation Léon-XIII pour deux actions de la Cruzada São Sebastião : d’une part, l’installation d’eau, d’électricité, l’implantation de téléphones publics dans quelques favelas avec la participation des résidents ; d’autre part, la construction de l’ensemble São Sebastião, composé de sept immeubles, de 790 logements au total, en pleine zone sud, dans le quartier de Leblon, construit pour reloger un nombre important d’habitants de la favela da Praia do Pinto, située à proximité8.

  • 9 Un des acteurs de cette politique de formation en milieu rural fut José Arthur Rios, qui a écrit un (...)

12Le principe du développement communautaire qui guidait son action se fondait sur la conviction que, sans la participation des principaux intéressés, rien ne pouvait aboutir. Cette nouvelle perspective se développe au Brésil à la fin des années 1940 et au début des années 1950 par la conjonction de plusieurs processus : l’influence de l’Église progressiste française sur l’Église brésilienne ; le modèle promu par les organismes internationaux, ONU, Unesco, OEA, etc., très présents au Brésil ; le développement de cette préoccupation au sein des écoles d’assistantes sociales ; et enfin, la multiplication d’actions publiques de formation des adultes surtout dans les communautés rurales9 (Ammann, 1980 ; Vidal, 1996).

13Dom Helder considérait aussi que l’efficacité de l’action et la recherche d’une « solution rationnelle » supposaient une bonne connaissance de la situation locale, suivant en cela nombre de ses prédécesseurs déjà évoqués. Par là, il rejoignait la position pragmatique défendue par Lebret.

14Soulignons que la Cruzada São Sebastião a constitué un tournant dans la représentation politique de la favela. La reconnaissance et la promotion de la population favelada comme communauté, et donc comme sujet politique potentiellement autonome, rompaient aussi bien avec la vision purement négative du mal à éradiquer qu’avec la politique d’assistance caritative et clientéliste de la période précédente. Elle a représenté la première intervention efficace en termes de production de logements permanents pour les favelados qu’il fallait reloger – contrairement aux Parcs prolétaires conçus comme transitoires –, et avec un relogement presque sur place – là encore, contrairement aux actions ultérieures, comme celles de Carlos Lacerda que nous évoquerons plus loin, qui aboutirent à la réalisation des Vila Kennedy, Vila Aliança et Vila Esperança et de la Cidade de Deus.

  • 10 Selon Carlos Alberto de Medina, interviewé par l’auteur, et qui fut l’un des principaux chercheurs (...)

15C’est en cela que la contribution du père Lebret a été particulièrement importante, notamment pour l’étude des favelas de Rio réalisée sous son impulsion par la SAGMACS, avec l’appui de Dom Helder Câmara10.

Le père Lebret et le Brésil

  • 11 On a déjà beaucoup écrit en France sur Économie et Humanisme et Louis-Joseph Lebret. Les livres les (...)
  • 12 Voir Houée (1997 : 104).

16Très connu en France11 pour son rôle fondateur dans le mouvement international Économie et Humanisme, maître de recherche au CNRS12, chargé de la rédaction de l’encyclique Populorum Progressio par le pape Paul VI, le père Lebret s’est rendu plusieurs fois au Brésil entre 1947 et 1965. Plusieurs auteurs soulignent que ses séjours au Brésil lui ont permis de prendre une certaine distance avec les problèmes que rencontrait alors Économie et Humanisme et que, d’une certaine manière, l’expérience brésilienne « offrait à un mouvement en panne de mouvance un terrain d’action nouveau » (Pelletier, 1996 : 29). D’après J. A. Rios (dact., s. d.) et Whitaker Ferreira (1997 : 134), ce sont ces séjours qui ont ouvert à Économie et Humanisme un nouveau champ d’action en direction des pays sous-développés, ce que confirme Pelletier : « Dans la genèse du tiers-mondisme catholique d’Économie et Humanisme, le Brésil a alors servi de véritable terrain d’expérimentation » (1996 : 303). En 1957, « Lebret, déjà très pris par ses activités internationales, ne s’occupe plus directement d’Économie et Humanisme… Dès 1950 il commence à comprendre que le développement est le “problème du siècle” » (Garreau, 1997 : 273) et le Brésil sera « à partir de 1952 le laboratoire de cette reconversion, bientôt étendue à l’ensemble de l’Amérique latine » (Pelletier, 1996 : 292). L’IRFED (Institut de recherche et de formation en vue du développement harmonisé), créé en 1958 en France, en porte la marque, avec ses objectifs affichés de formation de spécialistes pour la coopération technique, et sa préoccupation de promouvoir un développement harmonieux et une civilisation solidaire. Parmi les 591 étudiants qui ont fréquenté l’IRFED entre 1958 et 1963, 260 viennent d’Amérique latine, et plusieurs du Brésil (J. A. Rios, s. d. : 13).

17Pour comprendre l’impact qu’a eu le père Lebret au Brésil, bien avant son travail sur les favelas, il convient de rappeler quelques éléments caractérisant la situation socio-politique de l’époque, et d’analyser les réseaux sociaux par lesquels Lebret a été invité au Brésil et sur lesquels il s’est appuyé pour diffuser ses idées et ses méthodes.

  • 13 Le dominicain Romeo Dale, alors prieur à São Paulo, a été à l’origine de cette invitation. Il avait (...)
  • 14 Nous avons pu consulter le texte intégral de ce cours, que Lebret avait fait dactylographier, conse (...)
  • 15 Sur l’ELSP, voir Kantor, Maciel et Simões (2001). Y sont rassemblés des témoignages d’anciens ensei (...)
  • 16 Pelletier (1996 : 298) explique que la SAGMACS, subventionnée au début par le Jockey Club de São Pa (...)

18Après la chute de la dictature Vargas en 1945 (période de l’Estado Novo, 1937-1945), la vie politique brésilienne se caractérisait par une progression des communistes, forçant ainsi l’Église catholique à réagir devant la montée du marxisme. Chrétiens et élites anti-communistes étaient alors à la recherche d’un projet politique pour une société en pleine reconstruction. L’approche de Lebret, proposant une alternative humaniste et solidaire pour la résolution des problèmes sociaux, a séduit aussi bien les jeunes catholiques brésiliens qu’une grande partie de l’élite impliquée dans la recherche d’une voie à la fois anti-impérialiste et anti-communiste, qui permettait d’impulser changements sociaux et développement économique. Invité pour la première fois en 1947 par des dominicains brésiliens qui avaient eux-mêmes fréquenté le couvent de La Tourette13 près de Lyon, où Économie et Humanisme organisait régulièrement des activités, Lebret dispense pendant plusieurs mois (de mai à septembre) un cours d’introduction générale à l’économie humaine14. Il assure cet enseignement à la Escola Livre de Sociologia e Política de São Paulo (ELSP)15, où se côtoient des publics hétérogènes, rassemblant des personnels de la haute administration, des ingénieurs, des médecins, des membres de l’élite catholique paulista. Par la même occasion, et grâce à l’appui influent des dominicains, il crée des structures permanentes pour favoriser l’introduction de la pensée d’Économie et Humanisme. C’est ainsi qu’il fonde à São Paulo en 1947 le bureau d’étude SAGMACS16, sur le modèle de la SAGMA créée en France un an plus tôt.

19De ce premier séjour, il conservera des liens personnels et professionnels qui seront déterminants pour ses visites ultérieures et pour la diffusion de sa pensée au Brésil. Josué de Castro, par exemple, sociologue originaire du Nordeste et professeur à l’université fédérale de Rio, auteur de Géographie de la faim, va adopter les méthodes de recherche de Lebret dans le cadre d’une grande enquête nationale sur les niveaux de vie, enquête effectuée dans les trente-quatre plus grandes villes brésiliennes par la Comissão do Bern Estar Social du deuxième gouvernement Vargas (1951-1954). Josué de Castro, président de cette commission, choisira Lebret comme conseiller. Nommé ensuite au poste de direction de la FAO (aux Nations unies), le même homme ouvrira les portes de cet organisme international à son ancien conseiller.

20Du côté de l’Église, la relation privilégiée qui s’est formée entre Lebret et Dom Helder Câmara, alors évêque auxiliaire de Rio de Janeiro, permettra de briser les résistances du haut clergé brésilien qui voyait dans les idées du prêtre-penseur français davantage de militantisme que de doctrine religieuse. Par ailleurs, Dom Helder influencera très clairement le regard que Lebret portera sur les favelas.

  • 17 La CEPAL, Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, fut créée en 1948 par les N (...)

21L’ingénieur Lucas Nogueira Garcez, qui a suivi le cours donné à l’ELSP en 1947 et participe à la première équipe de la SAGMACS, va devenir ensuite gouverneur élu de l’État de São Paulo. Il favorisera la poursuite des activités du bureau d’études de la SAGMACS, montrant ainsi au reste du pays l’utilité et l’efficacité de la méthode d’analyse du développement régional préconisée par Lebret. Il trouvera également le financement d’une conférence internationale d’économie humaine qui s’est tenue lors de la célébration du quatrième centenaire de la fondation de la ville de São Paulo, conférence à laquelle participeront, entre autres, Pierre Monbeig, Alfred Sauvy et de nombreux Latino-Américains qui, par la suite, inviteront Lebret en Uruguay, au Paraguay et au Chili. Cette conférence sera ainsi à l’origine des contacts privilégiés noués au Chili avec la CEPAL17, alors dirigée par Raul Prebish.

  • 18 Rappelons que dans les années 1950-1960, le Brésil symbolisait le pays de la misère et de l’analpha (...)

22Mais la percée du père Lebret au Brésil passe aussi par son influence spirituelle auprès de la jeunesse catholique, notamment auprès de la JUC (Jeunesse universitaire catholique) qui militait intensément dans les années 1950 pour sortir le pays du sous-développement. Les relations que Lebret va alors nouer avec des intellectuels – tels Alceu de Amoroso Lima, écrivain, philosophe et leader catholique lié à la fois à l’élite dirigeante et aux groupes militants catholiques – ont fortement contribué à sa bonne insertion dans les milieux chrétiens. Plusieurs livres de Lebret ont été publiés en portugais : Principes pour l’action (paru en France en 1945, au Brésil en 1950, suivi d’une deuxième édition en 1952), Appels au Seigneur (1955, Brésil 1963), Dimensions de la charité (1958, Brésil 1959) Suicide ou survie de l’Occident (1958, Brésil 1960), Manifeste pour une civilisation solidaire (1959, Brésil 1960) et Le drame du siècle (1960, Brésil 1962). La rapidité avec laquelle ces ouvrages ont été traduits témoigne à la fois de la diffusion de la pensée de Lebret et du succès public dont il jouissait comme auteur au Brésil18.

  • 19 Sur l’histoire de l’Université brésilienne dans la première moitié du XXe siècle, notamment de l’US (...)

23S’il est vrai que Lebret avait remarquablement réussi à pénétrer certains milieux en s’inscrivant dans la mouvance du nouveau gouvernement Vargas (1953) grâce à ses relations avec Josué de Castro et Lucas Garcez, il faut malgré tout signaler que lors de son premier séjour, à la fin des années 1940, l’Université brésilienne ne lui avait pas ouvert ses portes comme elle l’avait fait pour d’autres, Français ou non, mais qui répondaient à un profil plus académique. L’ELSP qui le reçoit ne faisait pas partie de l’USP (université de São Paulo). La faculté de philosophie, sciences et lettres de l’USP s’était développée à la suite de plusieurs missions universitaires françaises, qui avaient amené au Brésil, dans les années 1930-1940, des jeunes tels que Braudel, Lévi-Strauss, Monbeig ou encore Bastide. Leur longue présence leur a permis de jouer un rôle majeur dans la formation des sociologues, des anthropologues et des géographes brésiliens étudiant à l’USP19.

  • 20 Bien que Lévi-Strauss et Bastide se soient opposés à la pensée durkheimienne tout au long de leur t (...)
  • 21 Sur l’héritage leplaysien de Lebret, voir Pelletier (1996 : 131-136). Sur Le Play, voir Le Play ([1 (...)

24Le père Lebret, qui n’était ni sociologue ni anthropologue de formation, n’appartenait pas au milieu académique et ne partageait pas la tradition de recherche alors dominante dont Durkheim était la référence majeure20. Ingénieur de formation, ancien élève de l’école navale de Brest, Lebret avait adjoint à sa carrière d’officier celle de dominicain. Son investissement dans les sciences sociales renvoyait donc à une tout autre trajectoire culturelle et professionnelle et à une pratique sociologique héritée davantage de Le Play et plus précisément de son continuateur, Tourville21. À l’époque, ces derniers n’étaient guère reconnus par les Brésiliens comme auteurs à part entière de la sociologie française. Aux yeux des membres de l’élitiste USP, le travail réalisé par Économie et Humanisme, quasiment ignoré au Brésil au cours de ces années, ne correspondait pas à la sociologie canonique exportée par la France. Et donc Lebret non plus…

25Le père Lebret trouvera finalement sa place au Brésil dans une autre école, tournée vers une sociologie plus empirique et plus appliquée que celle défendue par l’USP. Une grande différence marquait en effet les deux lieux où un étudiant des années 1940 pouvait suivre une formation en sciences sociales à São Paulo (Miceli, 1989 ; Massi, 1989 ; Limongi, 1989) : la faculté de philosophie, sciences et lettres de l’USP, où prédominait un enseignement généraliste et essentiellement théorique, et l’ELSP qui visait la production de professionnels de la recherche dotés de compétences administratives. Dans cette école, c’est le modèle de la sociologie américaine qui s’était rapidement imposé. Contrairement à l’USP, encore très attachée à la tradition française, l’ELSP invitait des professeurs nord-américains et allemands. Le cursus proposé fut particulièrement marqué, pendant seize ans, par les cours d’un professeur américain, Donald Pierson. Issu de l’université de Chicago, cet ancien élève de Robert Park avait choisi, sur le conseil de ce dernier, de travailler sur les relations entre Noirs et Blancs à Bahia.

  • 22 L’histoire de l’anthropologie au Brésil a été étudiée par plusieurs auteurs brésiliens. Nous renvoy (...)

26Cherchant à transposer le modèle didactique de l’école de Chicago à São Paulo, Pierson réussit à implanter à l’ELSP un fonctionnement semblable : valorisation de la recherche empirique, formation des étudiants à l’exercice professionnel de la sociologie, diffusion rapide des résultats. Dans une telle perspective, Pierson dénonçait les formations basées exclusivement sur l’acquisition de la théorie sociologique, et donnait la priorité au travail de terrain et à l’apprentissage des différentes techniques et méthodes d’enquête. Fidèle à l’esprit de Chicago, il refusait l’idée d’une séparation entre sociologie et anthropologie, le terrain lui-même étant à ses yeux plus important que les débats sur l’autonomie ou la spécificité des disciplines. La revue Sociologia, créée dès 1939 par l’ELSP, permet de constater, dans les numéros parus les deux décennies suivantes, la prédominance des articles fondés sur des enquêtes empiriques. Suivant le modèle américain, les Brésiliens se sont alors lancés dans de nombreuses études de communautés (community studies) et ce dans plusieurs régions du Brésil22.

27C’est donc l’ELSP, attachée à la valorisation des enquêtes de terrain, qui accueille le père Lebret en 1947 et lui demande d’assurer durant quatre mois un cours d’introduction générale à l’économie humaine. Le père Romeo Dale, ayant servi d’intermédiaire, enseignait lui-même à l’ELSP et c’est lui qui réussit à faire inviter Lebret. On peut penser qu’au-delà de l’intérêt politico-théologique pour les idées d’Économie et Humanisme, c’est aussi une conception commune du rôle de la recherche, de l’importance donnée au travail de terrain et de l’orientation vers la formation de professionnels qui explique ce rapprochement. On suppose aussi que l’ELSP était susceptible d’une plus grande ouverture que les milieux académiques traditionnels et que des cours et des séminaires sortant du curriculum classique y étaient sans doute les bienvenus.

  • 23 Information obtenue dans un entretien de l’auteur avec Celso Lamparelli qui a suivi le cours de Leb (...)

28Le séjour de Lebret fut financé par la FIESP (Fédération des industries de l’État de São Paulo)23. Cela est probablement dû à l’intervention de personnalités de l’élite industrielle qui, convaincues de l’utilité de la planification, recherchaient un nouveau modèle économique et social. Se réclamant d’un certain progressisme, ils montraient un intérêt tout particulier à l’apport novateur d’un catholicisme social basé sur des principes scientifiques.

  • 24 Leme et Lamparelli (2001) soulignent l’apport inaugural de Lebret dans les études de planification (...)

29D’anciens élèves de l’école polytechnique de São Paulo, déjà engagés dans des carrières d’ingénieur, suivirent le cours de Lebret en 1947, avant d’aller travailler à la SAGMACS, qui conservera pendant seize ans son image d’institution pionnière (Lamparelli, 1995). Véritable bureau d’études, la SAGMACS introduisit des pratiques interdisciplinaires et développa, pour la première fois au Brésil, des recherches sur l’aménagement urbain et la planification territoriale, à l’origine, entre autres, de l’étude inaugurale Estrutura urbana da aglomeração paulistana24. Une vision innovatrice de l’organisation économique et sociale de la ville a été valorisée, à travers un nouveau modèle de décentralisation de l’administration municipale en « sous-préfectures ». À l’ancienne perception « monocentrique » de l’agglomération de São Paulo s’est substituée une approche plus nuancée où émergeaient des régions, des quartiers et des centres de quartiers dans la ville (Leme, 2004).

30Lebret lui-même se montra à ce point intéressé par ces études qu’il en reprit un certain nombre d’éléments dans le Manuel de l’enquêteur qu’il publie en France (1952 : 83-85).

  • 25 Lamparelli (1995 : 9) distingue : a) un urbanisme à l’américaine qui propose un modèle de ville bou (...)

31Le rôle de Lebret dans la formation de la génération des planificateurs urbains paulistas des années 1950-1960 est incontestable, car on sait que la majorité de ces derniers ont suivi son second cours en 1953 (Lamparelli, 1995 : 39). À cette période, la méthode Lebret était déjà connue grâce au succès de la SAGMACS, qui employait et formait, par la pratique, des planificateurs et des chercheurs urbains. Durant cette deuxième phase, plusieurs des membres de la SAGMACS appartenaient en même temps à l’USP, où fut d’ailleurs donné ce cours, marquant l’entrée de Lebret dans l’université, mais non pas dans le département de sociologie mais à la faculté d’architecture et d’urbanisme (FAU). Lamparelli (1995) et Whitaker Ferreira (1997), tous deux architectes-urbanistes, ayant bénéficié d’un contact direct avec le père Lebret, racontent dans leurs témoignages écrits comment l’expérience du travail aux côtés de l’ecclésiastique leur a permis d’acquérir une méthodologie de recherche empirique qui devait ensuite leur servir à mener une action sur une base scientifique et non simplement fondée sur un urbanisme à base technocratique25.

Le père Lebret à la découverte des favelas de Rio de Janeiro

32Comme tout étranger entré au contact du Brésil, Lebret n’est pas resté insensible aux forts contrastes et aux inégalités sociales. À la fin des années 1940, le pays était d’abord caractérisé par son sous-développement, résumé par le triptyque misère, analphabétisme et famine. Le contraste géographique y était saisissant entre le Nord-Est arriéré et misérable, et le Sud-Est de villes immenses à forte croissance industrielle comme São Paulo ou Rio de Janeiro, principales bénéficiaires des ressources fédérales. Ce dualisme était encore plus choquant à l’intérieur de ces métropoles elles-mêmes, où quartiers riches et quartiers pauvres étaient contigus et où la misère et les conditions de vie urbaine précaires des plus démunis étaient patentes.

33Dès son arrivée au Brésil en 1947, « la découverte bouleversante des favelas de São Paulo [avait] plongé [Lebret] dans les détresses du tiers-monde et dans les combats pour un développement plus humain » (Houée, 1997 : 115). Mais c’est à Rio, quelques années plus tard, que ce problème allait le solliciter directement.

  • 26 À São Paulo, selon Taschner (1997), ce ne fut que dans les années 1970 que cette forme d’habitat a (...)

34En effet, lors du premier séjour de Lebret dans les années 1940, les favelas de São Paulo constituaient encore une forme d’habitat peu répandue. L’estimation de l’époque faisait état d’un maximum de 50 000 favelados répartis en sept noyaux (Meihy et Levine, 1994 : 22). À Rio de Janeiro, en revanche, les favelas avaient une tout autre visibilité, puisque, comme on l’a montré au chapitre 1, le recensement des favelas en 1948 avait chiffré leur population à près de 170 000 habitants, soit 7 % de celle du district fédéral. Elles occupaient depuis plusieurs décennies une place centrale dans les discussions sur l’avenir de la ville26.

  • 27 C’est dans la favela du Morro da Babilonia que Marcel Camus tourna le film Orfeu negro en 1959.
  • 28 Information obtenue lors d’un entretien de l’auteur avec Adriane Macedo, qui participa au travail s (...)

35Dès son premier séjour au Brésil, Lebret visite Rio et y revient régulièrement. Il réside à chaque fois au couvent des dominicains, situé dans le beau quartier du Leme, au bout de la plage de Copacabana. Dès la fin des années 1940, Copacabana, noyau central de la zone sud de Rio, commençait à se densifier par croissance verticale (G. Velho, 1972), et dans le même temps, les favelas accentuaient l’occupation des mornes de cette partie de la ville. On disait alors que les travailleurs qui construisaient les grands immeubles du quartier utilisaient les matériaux de rebut des chantiers pour bâtir leurs propres maisons dans les favelas. Parmi les dominicains du couvent de Leme, un prêtre français, le père Secondi, célébrait la messe tous les dimanches dans la chapelle d’une favela nommée Morro da Babilonia27, toute proche du couvent, chapelle qui servait de siège à la Cruzada pela Infancia do Leme, œuvre sociale de la paroisse. Le père Secondi, qui avait réussi à mobiliser un groupe de jeunes filles de la bonne société pour y effectuer un véritable travail social, a sans doute été l’une des personnes qui ont fait connaître à Lebret l’univers des favelas de Rio28. Tenu au courant de son intérêt pour les pauvres et pour les visites de terrain, il lui a certainement parlé, lors des soirées au couvent, de l’action sociale entreprise par la paroisse parmi les favelados démunis.

  • 29 Sur cette « Bataille de Rio », voir Chapitre 1.

36Un autre ecclésiastique a joué un rôle important, voire déterminant, dans cet engagement de Lebret pour les favelas : il s’agit de Dom Helder Câmara, dont nous avons déjà évoqué l’initiative dans la Cruzada Sio Sebastião. Dom Helder souhaitait le développement d’une recherche sur les favelas de Rio, afin de démontrer la supériorité des solutions qu’il avançait pour faire face aux problèmes qu’elles posaient – c’est-à-dire le relogement à proximité des favelados. D’autant qu’en 1948, le journaliste Carlos Lacerda, ancien communiste reconverti en anti-communiste implacable, avait mené dans la presse locale « la Bataille de Rio » où il prônait le renvoi des favelados dans les campagnes et exigeait une intervention musclée pour expulser les habitants des favelas existantes et éviter la prolifération de nouveaux agglomérats. La favela de la Praia do Pinto, celle justement sur laquelle la Cruzada São Sebastião allait concentrer ses efforts, avait été particulièrement visée par la campagne de Lacerda29. C’est pourquoi Dom Helder souhaitait une étude approfondie, effectuée en toute indépendance, hors du contrôle du gouvernement et sans passer directement par l’Église, qui pourrait permettre indirectement une évaluation de l’action de la Cruzada. Aux yeux de Dom Helder Câmara, la SAGMACS était certainement en position idéale pour prendre les rênes d’une telle étude et lui garantir fiabilité, solidité et rigueur.

  • 30 Les résultats de ce travail furent publiés en français dans la revue Économie et Humanisme – Le Dia (...)
  • 31 Voir Pelletier (1996). Houée (1997) ouvre même l’introduction de son livre avec des mots de Dom Hel (...)
  • 32 Le père Lebret a eu des difficultés au sein de l’Église lors de son premier séjour au Brésil. Pelle (...)

37En 1947, lors du premier séjour du père Lebret au Brésil, Dom Helder avait déjà demandé à la SAGMACS de São Paulo d’effectuer une enquête sur l’habitat ouvrier30. Depuis cette expérience, il avait une grande confiance dans les compétences de cet homme travailleur et imaginatif, et il le savait capable d’animer des équipes, y compris à l’étranger. Même si nous ne savons pas quand les deux hommes se sont rencontrés, nous pouvons constater que les liens entre eux se sont resserrés après cette première collaboration31. En fait, les orientations théorico-politiques du père Lebret convergeaient en tous points avec celles de Dom Helder. Le père Lebret a d’ailleurs trouvé en Dom Helder un allié de poids lors des moments difficiles de son séjour au Brésil32.

  • 33 L’article d’Astier et Laé (1991) analyse les enquêtes sociales du groupe Économie et Humanisme en F (...)

38S’inspirant d’une critique du inonde moderne, le mouvement Économie et Humanisme, proposait une « troisième voie » dont Astier et Laé (1991 : 83)33 ont résumé les quatre modalités :

  • premièrement, l’élaboration d’une connaissance scientifique de l’économie humaine à partir de petites entités : le bourg, le quartier, la corporation locale ;

  • deuxièmement, la construction d’instruments d’enquêtes à la fois monographiques et statistiques, s’appuyant sur une nomenclature des faits sociaux ;

  • troisièmement, l’affirmation d’une éthique fondée sur une communauté de base : la famille, le groupe professionnel, le voisinage ou le quartier ;

  • quatrièmement enfin, la volonté de jouer le rôle d’« intermédiaire » entre un État bureaucratique et une population sans représentants.

39Or cette « troisième voie » coïncidait parfaitement avec les convictions de Dom Helder et de son entourage. Les favelas devaient obtenir le droit à une véritable représentation politique et cesser d’être considérées comme de simples espaces d’intervention administrative (position défendue par ceux qui voulaient leur disparition) pour devenir des communautés de base, où la famille représentait la cellule fondamentale, où la prise en compte du voisinage serait un garant de la cohésion sociale. De plus, l’idée de communauté permettait l’insertion des individus isolés dans le groupe. Cette vision était ainsi très proche de celle proposée par Économie et Humanisme :

« Conçue pour insérer et protéger les individus entre eux, elle [la communauté] apparaît dans un second temps comme une forme intermédiaire de représentation collective […] la notion de communauté a toute sa place pour décrire les niveaux de responsabilité et les stades de développement de la démocratie participative. » (Astier, Laé, 1991 : 94.)

  • 34 Medina fut un des premiers auteurs à attirer l’attention sur ce rôle des favelas. Dans son livre, i (...)

40L’un des objectifs explicites de la Cruzada était de jouer le rôle d’intermédiaire entre l’État bureaucratique et la population locale mais dans l’intérêt de cette dernière. La Cruzada avait ainsi obtenu que la Light, compagnie approvisionnant la ville de Rio en électricité, signe dès 1958 un arrêté d’autorisation pour l’implantation de 51 réseaux d’électricité dans différentes favelas. Il s’agissait ainsi de contrecarrer la pratique clientéliste de nombreux députés et conseillers municipaux qui, depuis longtemps, considéraient les favelas comme leur vivier électoral34. Mais, au-delà de cette implication politique, l’initiative de l’Église conduisait à la reconnaissance de fait des favelas, ainsi qu’à la reconnaissance du droit de leurs habitants aux équipements publics de base. Se situant clairement (du moins en théorie) hors du jeu politique, l’Église de gauche entendait jouer un rôle de relais, prenant la défense des pauvres tout en contribuant à leur émancipation politique. À l’inverse, l’Église traditionnelle participait bien souvent à la mise sous tutelle des pauvres. Valla et al. (1986) montrent ainsi que la fondation Léon-XIII exerçait grâce à ses centres sociaux le contrôle des résidents dans plusieurs favelas. L’étude de la SAGMACS elle-même aboutit à cette conclusion : la naissance en 1951 de la première association connue de favelados, União de Defesa e Melhoramentos de Barreira do Vasco, fut le résultat d’une mobilisation contre l’action de la Fondation Léon-XIII (1960 : II, 33).

41Si Dom Helder estimait que la communauté locale devait pouvoir s’appuyer, dans un premier temps, sur un intermédiaire lors de ses négociations avec les hautes instances de l’Administration (dans ce cas, la Cruzada São Sebastião), il souhaitait, en revanche, qu’elle trouve, le plus rapidement possible ses propres forces en elle-même, par un processus d’autodéveloppement, afin d’acquérir une véritable capacité de négociation. L’idée de faire émerger une représentation des habitants n’était pas si éloignée de celle que proposait Économie et Humanisme de « faire émerger de la population les “chefs naturels”, c’est-à-dire d’extraire de la base des cercles militants, socialistes ou catholiques, une élite sachant s’exprimer » (Astier et Laé, 1991 : 95). Ici encore, la pensée de Lebret et les propositions de Dom Helder se rejoignaient : dès 1959, le Bairro São Sebastião avait son association de résidents (Parisse, 1969a : 183).

42Cette convergence de points de vue laissait prévoir entre les deux hommes une collaboration efficace, qui ne cessa de s’affirmer au fil des années : une complicité et une complémentarité entre un homme d’action et un praticien de l’observation au service de l’action.

43Ces idées, très novatrices compte tenu du contexte local, convergeaient – comme on l’a déjà souligné au début de ce chapitre – avec l’émergence d’un nouveau courant mondial. En effet, depuis 1956, les Nations unies proposaient aux pays dits sous-développés la voie du développement communautaire, définie comme « un processus à travers lequel les efforts du peuple s’unissent à ceux des autorités gouvernementales, ayant pour but d’améliorer les conditions économiques, sociales et culturelles des communautés, d’intégrer ces communautés dans la vie nationale et de leur donner la capacité de contribuer pleinement au progrès du pays » (Ammann, 1980 : 32). Soutenue par les organismes internationaux, cette position a eu des échos au Brésil, par le biais des écoles de service social où étaient formées les assistantes sociales dont la cible principale était les quartiers et la population des faveias. À Rio de Janeiro, l’école de service social de l’Université catholique s’était vue reconnaître la responsabilité principale du placement de ces agents qualifiés auprès des organismes de la municipalité.

44Partageant la même analyse de la pauvreté, se retrouvant sur la thématique de l’autodéveloppement et de la recherche de l’autonomie des individus, Dom Helder Câmara et le père Lebret sont devenus partenaires du même combat. Ils entendaient prouver à la société brésilienne que les pauvres vivant en milieu urbain, même les plus démunis, pouvaient avoir le sens de la communauté, qu’ils faisaient d’ailleurs déjà preuve de comportements communautaires qu’il fallait encourager, voire promouvoir. Pour ce faire, il était nécessaire d’améliorer leurs conditions de vie, de les reconnaître comme des résidents à part entière de la ville et de leur donner les moyens matériels d’y vivre, en n’excluant pas la possibilité de les aider en servant d’intermédiaire si nécessaire. Mais envisager de mener une action pour eux et avec eux, impliquait de mieux les connaître, de mieux comprendre leur mode de vie. Et pour cela, il restait à les étudier…

Les enjeux de l’enquête de la SAGMACS

  • 35 Michel Marié, a évoqué le « mythe Lebret » en Amérique latine (Marié, 1989). D’après lui, d’autres (...)

45À la fin des années 1950, lorsque l’Estado de São Paulo, qui était alors le journal le plus important du Brésil, décide de financer une étude sur les favelas cariocas, le père Lebret était considéré davantage comme un expert que comme un chercheur, comme un promoteur d’études plutôt qu’un observateur susceptible de prendre le temps de séjourner sur place et de faire du terrain. À cette période de son parcours, il jouait surtout la carte internationale : envoyé en mission, il donnait quelques conférences, rencontrait les personnalités les plus importantes, organisait la création locale d’équipes qu’il supervisait de loin. Son rôle principal, lors de ses différents périples dans les pays touchés par le sous-développement consistait surtout à ouvrir des portes : le label « Lebret » suffisait à garantir la crédibilité scientifique et l’intérêt pratique des études impulsées sous son contrôle. À tel point que dans les années 1960, il devint une sorte de mythe en Amérique latine, partageant son temps entre le Brésil, le Chili, la Colombie, pays qui avaient vu la diffusion d’Économie et Humanisme à travers la constitution de nombreux noyaux d’implantation35.

  • 36 Nous pensons au rapport de Loew sur les dockers de Marseille (Loew, 1945) et au livre de Quoist (19 (...)

46Il est possible aussi que les travaux réalisés en France par d’autres membres36 d’Économie et Humanisme sur l’habitat ouvrier et en particulier sur les taudis aient été connus au Brésil grâce au père Lebret. Quoi qu’il en soit, le mode de travail d’Économie et Humanisme, qui proposait à la fois des guides destinés aux enquêteurs, des méthodes d’utilisation des statistiques économiques, qui mêlait la géographie humaine, les monographies, les cartes etc., correspondait à une attente sensible au Brésil dès la fin des années 1940.

  • 37 Voir le témoignage de Whitaker Ferreira (1997). Entre autres choses, il parle de l’importance du Gu (...)
  • 38 Voir Leme et Lamparelli (2001). Sur Recife, voir Pontual (2001) qui a interviewé Antonio Baltar e S (...)

47La SAGMACS créa au Brésil quatre bureaux dont l’activité eut un retentissement important37. Le premier fut ouvert à São Paulo dès 1947, suivi de ceux de Belo Horizonte, de Recife (où certaines études furent réalisées par des équipes locales avec la participation active de Lebret38) ainsi que de celui de Rio de Janeiro, le dernier à s’investir dans la recherche. Dans les années 1950, Rio de Janeiro était encore la capitale du Brésil et la SAGMACS de São Paulo avait besoin d’un point de chute pour tenter d’accéder aux ministères. L’antenne locale de Rio fut mise en place à l’origine dans cette seule perspective. Elle n’a changé de mission qu’à l’occasion du lancement de l’étude sur les favelas de Rio, commandée par O Estado de São Paulo.

48Avant d’analyser le déroulement de cette recherche et son contenu, il nous faut cependant expliquer le paradoxe du financement d’une recherche sur Rio de Janeiro par un journal paulista. Loin d’être anecdotique, cette question éclaire au contraire les enjeux et le contexte politique dans lequel la recherche a été réalisée.

  • 39 Cette interprétation est celle de José Arthur Rios, interviewé par Lima (1989) et par nous-même plu (...)

49Revenons tout d’abord au contexte politique général. Dans la seconde moitié des années 1950, la construction de la nouvelle capitale, Brasilia, mobilise tous les secteurs de l’économie brésilienne, tous les groupes et les partis politiques, la presse et les médias. Juscelino Kubitschek, défenseur des propositions desenvolvimentistas, était attaqué par l’UDN, parti des élites conservatrices, et par le journal O Estado de São Paulo. Cet organe de presse cherchait la déstabilisation politique de Juscelino en l’attaquant notamment sur la question de la construction de la nouvelle capitale, qu’il dénonçait comme désastreuse du point de vue économique. Les éditoriaux et les articles défendaient l’idée qu’il serait préférable d’investir dans la lutte contre la pauvreté à Rio de Janeiro plutôt que de dépenser inutilement les moyens engagés sur le projet de Brasilia. Car la pauvreté ne cessait de gagner du terrain, menaçant chaque jour davantage d’envahir les quartiers riches de la capitale. Parallèlement, comme on l’a vu, les favelas constituaient depuis longtemps un thème fort du débat politique. On peut donc faire l’hypothèse que la réalisation d’une grande étude scientifique sur les favelas était susceptible d’apporter au journal O Estado de São Paulo des arguments solides contre la politique de décentralisation du pouvoir fédéral39.

  • 40 Image attribuée par l’écrivain Coelho Neto en 1908 dans un article du journal A Notícia. En 1935, l (...)

50D’autre part, il est possible d’analyser la démarche de l’Estado de São Paulo à l’aune de la concurrence qui existait entre les deux plus grandes villes du Brésil, sur les plans économique et culturel, concurrence qui s’est exacerbée tout au long de la première moitié du XXe siècle. La ville de Rio de Janeiro, obligée de reconnaître la primauté économique du pôle industriel de São Paulo dès les années 1940, était très attachée à son rôle de leader dans le développement culturel du pays et tenait particulièrement au maintien de l’image de Cidade maravilhosa40 qui était la meilleure garante du développement de son industrie touristique. Or il est certain que la diffusion, tant au niveau national qu’international, d’une étude rendant la situation des favelas plus explicite, ne pouvait qu’affaiblir la position de Rio et améliorer celle de São Paulo dans cette compétition.

  • 41 On peut faire un parallèle entre l’USP et l’université de Chicago. Les deux universités avaient en (...)
  • 42 Signalons que la haute bourgeoisie industrielle de São Paulo a toujours joué un rôle important dans (...)

51Des enjeux politiques importants étaient donc vraisemblablement à l’origine du financement de cette étude qui, à première vue, se présentait comme une simple recherche à visée scientifique, d’autant que son financement en était assuré par la famille Mesquita, propriétaire du journal, bien connue depuis les années 1930 pour sa politique de mécénat. Cette famille avait déjà été à l’origine de la création de l’université de São Paulo et elle avait financé les voyages et les séjours de scientifiques français qui avaient joué un rôle fondateur dans la constitution de l’USP41. Financer un travail de recherche n’était donc pas, pour les Mesquita, un acte exceptionnel mais s’inscrivait dans une tradition familiale42.

  • 43 Voir Pelletier (1996 : 465-466) pour la liste de ces travaux d’aménagement urbain et régional au Br (...)

52La recherche d’une équipe qui aurait fait consensus ne posa guère de problèmes. Le père Lebret et la SAGMACS bénéficiaient déjà d’une certaine renommée, du fait notamment des études d’aménagement effectuées pour l’État de São Paulo à la demande du gouverneur Lucas Garcez et pour la municipalité de Belo Horizonte43. De plus, le père Lebret, grâce à ses multiples relations et à ses réseaux, était bien introduit dans les milieux de l’administration et de la haute fonction publique. La SAGMACS, malgré ses liens directs avec le mouvement catholique Économie et Humanisme, avait été d’emblée conçue comme un bureau d’études à caractère laïque.

  • 44 Sur les différences dans les processus d’institutionalisation des sciences sociales entre Rio de Ja (...)
  • 45 Signalons que l’Unesco désigna précisément Costa Pinto comme premier directeur de ce centre. Sur l’ (...)

53Ajoutons qu’à cette époque, il n’existait au Brésil que très peu de centres ou d’équipes publiques ou privés se consacrant à la recherche. L’Université brésilienne, nous l’avons déjà dit, s’était surtout préoccupée, dans le domaine des sciences sociales, de la formation générale et théorique des étudiants. À Rio de Janeiro, dans les années 1950, ceux qui tenaient le haut du pavé étaient surtout des intellectuels essayistes, produisant un style de littérature « mixte, qui se voulait à l’articulation de l’histoire, de l’économie, de la philosophie ou de l’art, ce qui représente une forme tout à fait brésilienne de présentation du Brésil » (Antonio Cândido cité par Almeida, 1989 : 190). À São Paulo, la tradition n’était guère différente, à l’exception notable de la formation donnée par l’ELSP44. Certes, l’IBGE, dont le siège central se trouvait à Rio, existait depuis 1938 mais dans cet organisme, responsable des recensements, démographes et géographes étaient engagés dans des analyses purement statistiques. À cette date, la recherche en sciences sociales n’existait quasiment pas à Rio de Janeiro. La faculté nationale de philosophie de l’Université du Brésil, créée en 1939, était entièrement tournée vers l’enseignement, si l’on excepte le cas particulier de Costa Pinto que nous avons évoqué à la fin du chapitre 1, et qui avait été engagé dans des projets de recherche internationaux. Le CLAPCS (Centre latino-américain de recherches en sciences sociales), dont l’impact sera important, venait tout juste d’être créé, en 1957, à l’initiative de l’Unesco45.

  • 46 À propos d’Arthur Rios et de son action politique voir Freire et Oliveira (2002).

54L’étude sur les favelas à Rio de Janeiro fut donc confiée à la SAGMACS. Le père Lebret en assumait la responsabilité scientifique vis-à-vis de l’Estado de São Paulo et de Dom Helder Câmara, mais ce fut le sociologue José Arthur Rios46, qui dirigeait déjà le bureau de la SAGMACS à Rio de Janeiro, qui en prit la responsabilité effective. L’importance du nom de Lebret, de son « label » mais aussi de sa « patte », saute aux yeux dès la présentation du cahier publié par l’Estado de São Paulo. On peut y voir en première page la présentation nominative et détaillée de l’équipe de recherche. Sa composition est clairement explicitée :

« L’étude socio-économique lancée par l’Estado sur les favelas cariocas, présentée ici, a été élaborée sous l’égide du père Louis-Joseph Lebret, la direction technique est assurée par le professeur José Arthur Rios, la coordination par Carlos Alberto de Medina. Avec la coopération de l’architecte Helio Modesto pour la partie concernant l’urbanisation du district fédéral. »

55Qui étaient les membres de cette équipe brésilienne, coresponsables de l’élaboration d’une représentation des favelas qui a fini par s’imposer à partir du rapport de la SAGMACS ?

  • 47 Le sociologue américain Lynn Smith, qui travaillait à l’époque sur le Brésil rural, a été son princ (...)
  • 48 Entretien de l’auteur avec José Arthur Rios.

56José Arthur Rios avait suivi un cursus de droit à Rio de Janeiro, puis un Master of Arts en sociologie à l’université de Louisiane à la fin des années 1940 – il était donc absent lors du premier séjour de Lebret au Brésil, en 1947. Il mit à profit sa formation américaine, dès son retour des États-Unis dans les années 1950, pour diriger des surveys dans le cadre du Service social rural et du Service spécial de santé publique à l’intérieur du Brésil. C’est donc en sociologue du monde rural, très influencé par l’empirisme américain47, qu’il a acquis son expérience de terrain. Catholique d’origine, proche des dominicains de Rio, il adhère au retour de son séjour américain au groupe d’Économie et Humanisme créé à Rio par le père Dale (Pelletier, 1996 : 298), avant même de rencontrer le père Lebret lors d’un voyage en France. Il avait entendu en effet parler du cours dispensé par Lebret à Sao Paulo en 1947, qui avait eu un certain écho à Rio. À l’occasion d’un voyage en Europe, Arthur Rios passe une semaine à La Tourette et se familiarise avec la méthode d’enquête et la philosophie de travail de Lebret. Il est ensuite invité à diriger le bureau local de la SAGMACS48.

  • 49 Entretien de l’auteur avec Carlos Alberto de Medina.
  • 50 Dans son témoignage recueilli par Correa (1987), Pierson mentionne deux fois Kalervo Oberg, son col (...)
  • 51 Plus tard, Medina entra au CLAPCS.

57Carlos Alberto de Medina, le deuxième auteur du rapport, a suivi une trajectoire bien différente. Également juriste de formation, il a suivi l’enseignement généraliste de la faculté nationale de philosophie de l’université du Brésil à Rio. Élève de Costa Pinto49, il a été ensuite initié à la pratique de la recherche et à l’ethnologie par Kalervo Oberg, anthropologue canadien qui avait longuement séjourné au Brésil, invité notamment par Donald Pierson50 à l’ELSP. Plusieurs voyages effectués avec Oberg, dans le cadre d’un accord Brésil/États-Unis pour le Service spécial de santé publique, ont fini par le former à la pratique de l’observation et du travail de terrain. En revanche, ses relations avec le père Lebret furent plus distantes, essentiellement d’ordre professionnel. Medina, invité par José Arthur Rios à participer à l’enquête de la SAGMACS51, avait assisté à quelques conférences de Lebret et l’a surtout rencontré lors des réunions préparatoires à l’étude sur les favelas, lorsque l’équipe brésilienne discutait avec le père Lebret du développement de la recherche.

  • 52 Nous avons peu d’informations sur Helio Modesto, aujourd’hui décédé et que nous n’avons pu rencontr (...)

58Le troisième responsable du rapport, Helio Modesto, est un architecte. Issu de la faculté d’architecture de l’Université du Brésil, il a passé ensuite deux ans à Londres où il a suivi une formation en urbanisme à la School of Planning and Research of National Development. Il appartenait, comme Medina, au cercle de José Arthur Rios, et n’avait eu aucune relation directe avec le père Lebret52 avant la mise en place de la recherche.

  • 53 Parmi les Français qui sont venus dans les années 1930 au Brésil se trouvait le géographe Pierre De (...)

59Par sa constitution, l’équipe de pilotage était donc interdisciplinaire, expérimentée en termes de recherche – essentiellement dans le monde rural pour les deux premiers membres – et tournée vers le travail de terrain. L’influence étrangère, qui avait profondément marqué leur formation, avait deux sources principales : d’une part les sciences sociales et l’urbanisme anglo-saxons, d’autre part la tradition sociologique française. D’un esprit très ouvert et convaincu de l’intérêt d’une telle approche interdisciplinaire, José Arthur Rios avait également sollicité la participation de géographes, parmi les plus connus de Rio de Janeiro, appelés pour leur connaissance en profondeur de l’histoire de l’occupation de l’espace carioca. Héritiers de la tradition géographique française, ceux-ci valorisaient également les études empiriques53.

60Les enquêteurs chargés concrètement de l’observation et du travail de terrain dans les favelas ont été plus difficiles à recruter. À Rio de Janeiro, dans les années 1950, les étudiants en sciences sociales étaient à la fois peu nombreux et mal formés sur le plan pratique. Arthur Rios a donc dû se tourner vers l’ELSR Après des échanges avec Donald Pierson, qui formait ses étudiants à la pratique du terrain selon le modèle de Chicago, il finit par se résoudre à embaucher des enquêteurs formés à São Paulo, auxquels il a pu adjoindre des assistantes sociales vivant à Rio, qui avaient déjà travaillé dans les favelas. En effet, comme nous l’avons signalé, celles-ci avaient depuis longtemps l’expérience d’un contact quotidien avec les populations pauvres ; elles avaient l’habitude de circuler à l’intérieur des favelas, et en raison de leur profession, avaient des contacts réguliers avec les différents réseaux locaux.

Le rapport. Aspectos humanos da favela carioca

61Comment cette recherche s’est-elle déroulée ? Quels sont les apports principaux du rapport publié ? La recherche de la SAGMACS s’est accomplie sur trois années (1957-1959). Il ne s’agissait donc pas d’une simple étude visant à fournir rapidement des résultats. L’idée même de la durée était d’emblée acceptée, pour permettre la réalisation d’une recherche approfondie, seule capable d’apporter des données concrètes et nouvelles.

  • 54 Parmi les favelas étudiées, il y avait le Morro da Providência et les favelas de São Carlos, Esquel (...)

62L’enquête a combiné l’observation avec l’analyse secondaire d’autres types de données, telles que les statistiques disponibles dans des organismes officiels et à la Fondation Léon-XIII, et qui pouvaient être retravaillées par l’équipe. Dans un premier temps, seize études de cas furent conduites ; puis la recherche par enquête et observation directe fut concentrée sur deux favelas, et élargie ensuite à sept54. Les responsables écrivent à ce propos, dans l’introduction de leur rapport, que

  • 55 Le lecteur sociologue ne peut que trouver dans ce passage une référence implicite à Max Weber. Celu (...)

« […] le problème du sociologue est moins de parvenir à des moyennes statistiques sur un ensemble de caractéristiques que de découvrir les formes typiques du comportement des hommes en société. Une moyenne n’est qu’un nombre, un type permet de rendre compte d’un ensemble de caractéristiques à la fois psychologiques et sociales, que le sociologue organise à partir de la synthèse des observations et des éléments que lui fournissent les enquêtés eux-mêmes. Le problème méthodologique qui demeure est celui de la généralisation. Il faut donc parvenir à identifier dans cet ensemble ce qui peut permettre de construire une typologie adéquate. Mais cette typologie, ce type de comportement doit aussi nécessairement renvoyer aux choix de l’individu qui les adopte55. » (SAGMACS, 1960 : 3.)

10. PAGE DE COUVERTURE DU RAPPORT DE LA SAGMACS

10. PAGE DE COUVERTURE DU RAPPORT DE LA SAGMACS

Source : O Estado de São Paulo, 13 avril 1960

63L’exigence méthodologique était l’une des caractéristiques de ce travail, comme le montre l’indication par les auteurs des limites – mais aussi des avantages – d’une enquête construite sur l’étude approfondie de cas et non à partir d’un échantillon représentatif de la population. Ainsi est-il encore précisé dans l’introduction :

« Nos conclusions sont seulement valides pour certaines favelas, et pour certains aspects de la vie des favelados. L’important, dans une recherche de ce type, est moins de recueillir et d’analyser de façon exhaustive toutes les unités de l’univers étudié, que de présenter au lecteur les faits et les processus sociaux dans leurs grandes lignes. » (Ibid.)

64La représentation cartographique et visuelle a eu beaucoup d’importance dans ce travail pionnier. Les enquêteurs ont eu à réaliser des plans et des croquis des espaces occupés par les favelas, ce qui permettait ensuite de les situer à partir de photos aériennes et à l’aide des précisions apportées par les géographes consultants. Les subdivisions propres à l’organisation interne des favelas devaient être signalées pour faire apparaître l’existence de zones différenciées (les plans et les croquis des favelas figurent dans la publication, 2e partie, p. 17-20).

65Le contenu et l’organisation de la présentation permettent d’apprécier la qualité de la démonstration. La publication est divisée en deux parties, une « partie générale » qui traite de l’enquête sur seize favelas, et une « partie spécifique » qui présente les sept favelas analysées plus systématiquement.

66Dans le début de la « partie générale », après les préalables méthodologiques, l’accent est mis sur les facteurs sociaux et économiques qui sont à l’origine du développement des favelas à Rio. Sont mis en évidence le phénomène de la croissance urbaine de Rio de Janeiro dans son rapport avec le processus d’urbanisation du pays, le rôle d’un taux de natalité élevé et de la migration dans l’urbanisation galopante ; sont analysées ensuite les transformations à l’intérieur de la métropole de Rio de Janeiro, et notamment le processus de l’appropriation capitaliste du sol urbain. Le développement du marché du travail et ses capacités d’absorption limitée de la main-d’œuvre, les variations du coût de la vie et des salaires, les prix élevés du marché du logement sont étudiés comme autant de facteurs qui ont contribué ensemble au développement des favelas. Une analyse démographique assez fine suit, s’appuyant sur les données statistiques du recensement général de 1950 et sur les chiffres de l’annuaire statistique – ce qui permet de comparer la population des favelas avec celle du district fédéral. Plusieurs pyramides des âges et des histogrammes visualisent ces différences selon l’âge, la couleur de la peau, le sexe, les branches d’activité, l’appartenance religieuse, le niveau de scolarité, l’origine géographique. Ce rapport présente donc un travail de démographie qui s’appuie sur les travaux antérieurs comme celui de Passos Guimarães tout en systématisant l’analyse et en utilisant des modes de présentation nouveaux.

67Dans un deuxième temps, toujours dans la partie générale du rapport, on analyse les seize favelas étudiées par les enquêteurs. Un tableau synthétique présente les notes attribuées aux différentes favelas en ce qui concerne l’infrastructure scolaire, le niveau sanitaire et l’équipement en termes de services – ce qui est un apport caractéristique de la méthode d’Économie et Humanisme.

68L’analyse de ce tableau souligne les différences entre favelas. Les chapitres suivants traitent dans le détail d’aspects particuliers comme celui du logement, des conditions sanitaires, de la médecine populaire, de l’éducation, des formes de solidarité, des loisirs, de la délinquance et de la vie religieuse. Chacun de ces domaines, éclairant le fonctionnement de la vie locale, est étudié d’abord du point de vue de l’unité familiale, unité de référence retenue par les enquêteurs à l’intérieur des unités de voisinage.

69C’est dans la troisième partie enfin que sont présentées et évaluées les « solutions » déjà proposées, la Cruzada São Sebastião faisant l’objet de débats approfondis.

70La « partie spécifique » reprend ensuite certains de ces thèmes plus en détail, comme ceux de la famille, de l’éducation et de la délinquance, dans le cas des sept favelas pour lesquelles une enquête rigoureuse avait été réalisée. Une attention particulière y est, de plus, apportée à l’étude de la vie politique, des pratiques démagogiques et clientélistes qui s’y déploient, avec les cabos eleitorais, individus chargés de négocier, en échange des votes de la population locale, les faveurs accordées par les hommes politiques.

11. TABLEAUX DE NOTATION DES FAVELAS PAR LA SAGMACS

11. TABLEAUX DE NOTATION DES FAVELAS PAR LA SAGMACS

Source : O Estado de São Paulo, 13 avril 1960

71La fin de ce chapitre, rédigée par l’architecte Helio Modesto, procède à l’analyse plus urbanistique de la croissance de la ville et de la place des favelas. On y trouve en particulier une présentation détaillée des réglementations successives, qui sera reprise par nombre d’auteurs ultérieurs.

72Le rapport se termine par une présentation de solutions possibles pour résoudre les problèmes des favelas et de leurs habitants. D’autres formes de logement des pauvres à Rio de Janeiro, et des modifications éventuelles de la législation relative au logement locatif, sont discutées pour aboutir à des propositions à court et moyen terme. Des cartes du district fédéral, élaborées par l’équipe de la SAGMACS de Rio, servent d’appui à ces propositions.

73Signalons enfin que le rapport publie en annexe trois des questionnaires utilisés dans les enquêtes (auprès des élèves des écoles, des instituteurs, des cabos eleitorais).

La rencontre d’Économie et Humanisme et de l’école de Chicago sur le terrain des favelas

  • 56 À distinguer de la « Second Chicago School » dont les deux auteurs les plus influents furent Herber (...)

74La présentation du déroulement de la recherche et du contenu du rapport ne peut manquer de faire ressentir au lecteur averti une similitude assez forte entre les positions d’Économie et Humanisme, explicitement mises en œuvre dans le travail, et les conceptions de la « première école de Chicago », celle de Robert Park et des sociologues et anthropologues qui l’entouraient56. Cette proximité, comme nous allons essayer de le montrer, n’est pas qu’une coïncidence et peut être analysée au-delà de l’anecdote de la visite d’Arthur Rios à Donald Pierson lorsqu’il était à la recherche d’enquêteurs.

75Depuis une trentaine d’années, l’école de Chicago a provoqué un grand intérêt en France et a suscité un nombre croissant de publications et de traductions (Grafmeyer, Joseph, 1984 ; Coulon, 1992 ; Chapoulie, 2001).

  • 57 Plus tard, Castells (1968) a évoqué l’école de Chicago, mais son propos visait à critiquer les comm (...)

76Bien que Halbwachs ait révélé, dès 1932, au lecteur français l’existence de cette première école et ses travaux sur la ville (Halbwachs in Grafmeyer et Joseph, 1984), elle ne fut guère prise en considération, explicitement du moins, par les pionniers de la sociologie urbaine en France. Chombart de Lauwe (1952 : 40-41) donne la référence de The City et mentionne ses travaux, mais seulement à propos du débat sur les aires fonctionnelles, de la concurrence entre les schémas spatiaux de Burgess et de Hoyt, et en se démarquant de façon critique des thèses plus tardives sur l’écologie humaine de Quinn. Quant à Lebret, dans son Manuel de l’enquêteur (1952), il fait figurer dans l’« Aperçu bibliographique » en annexe quelques références à des recherches américaines, les ouvrages de Warner (1946) et des Lynd (1929), et même Thomas et Znaniecki (1918), mais il ne cite ni Park, ni Burgess, ni même Whyte (1943) concernant l’enquête urbaine et l’observation. Et surtout, aucun de ces travaux n’est évoqué dans le corps du texte où il développe ses conceptions méthodologiques57.

  • 58 Colloque franco-américain organisé par Chapoulie et Tripier, 3-4 avril 1988, université de Versaill (...)
  • 59 Comme l’a confirmé Isaac Joseph (1998).

77L’épisode de la recherche sur Rio que nous étudions est intéressant parce qu’il révèle des proximités et des usages de l’école de Chicago qui ont précédé sa diffusion plus large en France. Après examen des méthodes d’enquête utilisées par la SAGMACS à Rio, ainsi que des formes de présentation des résultats, nous pouvons émettre l’hypothèse d’une influence conjointe de la démarche d’Economie et Humanisme et des principes méthodologiques préconisés par l’école de Chicago. Certes, divers auteurs, notamment Howard Becker dans sa communication au colloque sur « L’école de Chicago, hier et aujourd’hui58 », récusent l’idée d’une unicité de pensée et de méthode de ladite école, mais avec le recul, il est malgré tout possible d’en mettre en évidence certaines conceptions propres59, dont la convergence avec des apports d’Économie et Humanisme est frappante. Ces points communs concernent plusieurs domaines.

78a) L’importance accordée à la recherche empirique comme principale forme d’accès à la réalité qu’on veut appréhender. Ce principe de base se retrouve aussi bien dans l’idée de ville-laboratoire de Robert Park – où est affichée l’importance de l’étude de la réalité concrète, c’est-à-dire la ville dans le processus de compréhension des phénomènes locaux tout autant que ceux de la société globale – que dans les quatre volumes du Guide pratique de l’enquête sociale de Lebret (1952, 1955). Le volume III de ce guide, spécifiquement consacré à l’enquête urbaine, à l’analyse des quartiers en même temps qu’à celle de la ville elle-même, prône le recours systématique aux études empiriques.

  • 60 Certes, la conception du travail de terrain et de la pratique de l’enquêteur n’est pas aussi élabor (...)

79b) L’importance attachée à l’observation et à l’appréhension des processus sociaux pour dégager des tendances, des types, plutôt que la construction de typologie a priori. Les deux courants valorisent l’utilisation des études de cas, le recours à l’observation systématique, voire exhaustive, où les interviews semi-directifs viennent approfondir ce que le regard du chercheur a déjà repéré. Cette posture de recherche est bien celle qu’avaient adoptée les sociologues de Chicago qui nous ont légué des « classiques » tels que le Hobo de Anderson (1923), le Jack-Roller de Shaw (1930), le Taxi-Dance Hall de Cressey (1932) et qui ont introduit l’observation participante fortement développée par la suite (Whyte, 1943 ; Hughes, 1996). Dans son manuel, Lebret consacre un chapitre entier à la collecte des données, en évoquant l’existence d’une psychologie de l’enquêteur. Pour lui, « l’enquête est un métier qui, comme tout autre métier, s’apprend par l’expérience » (1952 : 66). À propos des entretiens, il souligne qu’il ne s’agit pas d’une conversation ordinaire mais qu’il ne faut jamais lui donner le ton d’un interrogatoire. Les diverses techniques d’interview sont aussi signalées (ibid. : 97-98). Lebret suggère même que l’enquêteur tienne un journal et qu’il ait une rencontre hebdomadaire avec le directeur de l’enquête pour lui rendre compte de l’état d’avancement de son travail60 (ibid. : 69).

80c) L’utilisation simultanée de données recueillies sur le terrain (à partir d’une observation de longue durée et d’entretiens semi-directifs) et de données secondaires disponibles, élaborées dans d’autres cadres (recensements, données statistiques variées). Cette posture caractérise le refus d’une opposition entre qualitatif et quantitatif, affirme le caractère heuristique de la combinaison des deux approches et valorise une attitude pragmatique, l’utlisation de données d’origines diverses. La tradition de Chicago renvoie surtout, dans les représentations les plus courantes, aux études qualitatives et aux case studies. Mais il est aujourd’hui évident que les étudiants-chercheurs de cette université étaient aussi initiés aux approches quantitatives et n’ignoraient pas les méthodes des social surveys (Platt, 1996). À Chicago, les étudiants étaient « entraînés à utiliser toutes les méthodes d’investigation possible et n’hésitaient pas à les articuler avec leur travail de terrain » (Cefai, 2000). Des ouvrages tels que le travail classique de Thomas et Znaniecki sur les paysans polonais (1918-1920) ont fondé leurs analyses sur une multiplicité de sources et combiné plusieurs méthodes, utilisant simultanément un corpus de correspondances, des archives, une autobiographie. Les recherches de Shaw sur la délinquance montrent aussi comment plusieurs approches peuvent s’articuler les unes aux autres. Il a ainsi rédigé un ouvrage, qui s’appuie sur une unique histoire de vie (The Jack-Roller, 1930) tout en menant simultanément, dans le cadre d’une recherche collective de grande ampleur, une étude fondée sur des statistiques relatives à la délinquance dans les diverses zones de Chicago (Shaw, McKay, 1942). Le Local Community Fact Book, produit par le département de sociologie de Chicago, dont la consultation était obligatoire avant toute étude, n’était autre que le recueil, fort documenté, d’informations statistiques en provenance des différentes agences gouvernementales ou municipales. Plusieurs auteurs articulaient même l’analyse écologique, la statistique descriptive et la psychologie sociale (Platt, 1996). Lebret, de son côté, insistait sur le fait qu’une enquête avait, comme point de départ, la recherche d’une « vision globale », obtenue après observation directe et par des entretiens (ibid. : 13-14) ; mais il soulignait aussi que toute recherche nécessitait, dans un second temps, une démarche statistique, qui comprenait la classification, l’identification des types et des classes et la synthèse des profils (ibid. : 15-21). Selon lui, « il faut distinguer l’analyse monographique d’un individu qui nous livre sa structure propre et l’analyse statistique d’une population ou d’une sous-population qui nous livre la structure d’un ensemble d’individus ou de plusieurs ensembles d’individus ressortissant à un même complexe » (ibid. : 99).

  • 61 Comme le note fort justement Leclerc (1979 : 66-67) : « […] la méthode d’exposition étant la méthod (...)

81d) L’importance de la représentation graphique des données : diagrammes, tableaux et cartes. À Chicago, la tradition de recours à des cartes, bien avant l’arrivée de Park, était un héritage à la fois de la pratique anglaise de Booth et des services sociaux américains (Leclerc, 1979)61. À côté de l’approche sociologique habituelle, la dimension spatiale était censée porter une valeur explicative des processus sociaux. L’exemple paradigmatique en est l’analyse de l’expansion de la ville, proposée dans les schémas de croissance et des aires urbaines de Burgess. En effet, selon ce dernier,

  • 62 Traduction de Grafmeyer et Joseph (1984 : 142).

« […] il s’agissait de décrire l’expansion urbaine en termes d’extension, de succession et de concentration ; de déterminer comment l’expansion perturbe le métabolisme quand la désorganisation l’emporte sur l’organisation ; enfin, de définir la mobilité et de proposer de la concevoir comme une mesure à la fois de l’expansion et du métabolisme, susceptible d’expression quantitative précise, de telle sorte qu’on puisse la considérer, presque au sens littéral, comme le pouls de l’agglomération62. » (Burgess, 1925 : 61.)

82Ces différents processus devaient être représentés graphiquement. De son côté, Économie et Humanisme préconisait aussi l’usage de la représentation cartographique, mais surtout comme technique capable de proposer une meilleure synthèse des données et comme moyen de rendre le message plus explicite pour le destinataire. Cartes, diagrammes par secteurs circulaires et graphiques cartésiens ou polaires – toutes techniques renvoyant sans aucun doute à son passé d’ingénieur – constituèrent un des principaux attraits de la « méthode Lebret ». Dans le Manuel de l’enquêteur (Lebret, 1952 : 15-51), plusieurs passages, voire des chapitres entiers, exposent leur importance et leur utilité. On peut y lire ainsi :

« La plupart des tableaux statistiques peuvent se représenter par un ou plusieurs graphiques. Un nombre, de soi, est peu expressif. Sa transcription graphique, par une longueur ou par une surface, à côté des transcriptions graphiques de tous, ou de quelques-uns, des nombres de la même série, permet de la comparer d’un seul coup d’œil, avec tous les autres et dans certains cas de suivre l’évolution d’un phénomène ou de comparer plusieurs évolutions. Le nombre est toujours statique, le graphique traduit facilement le dynamisme. » (ibid. : 22.)

  • 63 Platt (1996) offre un compte rendu et une analyse très achevée des méthodes de terrain à Chicago de (...)
  • 64 Entretien de l’auteur avec Michel Marié, 1999.

83e) L’intérêt propre de recherches à des fins d’action sociale. À Chicago, l’université même, par le biais du département de sociologie dirigé par Robert Park, a défendu et mis en œuvre l’idée d’une recherche engagée (Bulmer 1986). Des recherches étaient financées par des institutions publiques, comme par exemple l’Institute for Juvenile Research. D’une commande sur l’étude des zones de délinquance, on parvint à une carte de la répartition des délits et des crimes à Chicago (Shaw, McKay, 1942). Le Local Community Research Committee, à l’origine du financement de plusieurs études, reflétait bien l’esprit de réforme sociale qui régnait au sein de l’université de Chicago, où toute recherche était censée aboutir à des résultats qui pourraient être appliqués63. Dans le Manuel de l’enquêteur (1952 : 12), d’une manière assez comparable, Lebret valorise « le regard synthétique qui suit l’analyse et permet l’intervention ». L’ecclésiastique ne concevait la recherche que si elle avait également un objectif opérationnel, d’où d’ailleurs son grand succès auprès des planificateurs et des administrateurs latino-américains qui valorisaient la recherche appliquée. Pour preuve la définition qu’il donne de ceux à qui ses guides d’enquête sont destinés : « Les deux guides de l’enquête rurale et de l’enquête urbaine sont destinés d’abord à tous ceux qui ont besoin d’y voir clair pour intervenir politiquement, syndicalement, socialement, culturellement dans la vie des communautés territoriales de base, communes, cantons, arrondissements et départements » (ibid. : 2). Toutefois, dans la démarche de Lebret, l’obtention de résultats justifiant et éclairant des interventions ultérieures l’emportait sur l’objectif d’une formation purement scientifique de chercheurs de terrain. Ses visées étaient plus pragmatiques qu’académiques. Il était avant tout un homme de bureau d’études, et non un universitaire classique, bien qu’il ait été maître de recherche au CNRS64. Cet esprit de réforme sociale et une pratique militante de la sociologie nourrissaient l’activité de recherche, aussi bien à Chicago qu’à Économie et Humanisme. Dans les deux cas, on remarquera par exemple la place importante accordée aux travailleurs sociaux dans les équipes de recherche.

84f) La place centrale occupée par le quartier et l’articulation nécessaire entre quartier et intervention sociale. Pour l’école de Chicago, le quartier, neighborhood, a toujours été considéré comme l’unité de base de la vie sociale, le point de départ de toute investigation. Les sociologues justifiaient cette position par la vision du quartier comme community, et par la perspective méthodologique selon laquelle « chaque élément particulier ajouté à la mosaïque contribue à nous rendre plus compréhensible l’ensemble du tableau » (Becker, 1966 : VIII). L’analyse de l’espace microsociologique ne peut qu’aider à la compréhension de l’espace macrosociologique. Whyte, dans Street Corner Society (1943), avait très bien montré comment une étude focalisée sur une unité territoriale limitée était capable de rendre compte de processus plus généraux de l’organisation sociale, lesquels ne seraient pas nécessairement perceptibles dans le cadre d’une observation réalisée sur une unité géographique plus large. Il en allait de même pour les chercheurs d’Économie et Humanisme qui avaient entrepris des études urbaines en France dans les années 1940 et 1950 : le quartier permettait de repenser la ville (Loew, 1945). Ils soutenaient qu’« il convient d’examiner régulièrement la ville dans ses quartiers, pour y pointer les injustices liées à la taille des logements, les déplacements dans et entre les quartiers » (Astier, Laé, 1991 : 85). Pour eux aussi, le quartier était conçu d’abord comme une « communauté », même si leur conception de la communauté différait de celle des sociologues américains de Chicago. Pour les chercheurs d’Économie et Humanisme, le quartier, lieu de vie, par opposition au lieu de travail (l’usine), se transforme en une sorte de « communauté idéale », qu’il convient de préserver ; car s’il est vrai que les familles, cellules de base, sont les meilleures garantes du lien social et de la solidarité, elles sont néanmoins menacées par la modernisation. Pour cette raison même, c’est sur l’espace de la communauté qu’il faut intervenir pour garantir le développement d’une société harmonieuse. La solidarité est le ciment du lien social. « La communauté possède une fonction intérieure et extérieure. Conçue pour insérer et protéger les individus entre eux, elle apparaît dans un second temps comme une forme intermédiaire de représentation collective, au même titre que les corporations professionnelles et syndicales » (Astier, Laé, 1991 : 94). Si l’on peut donc observer une conviction commune entre les deux écoles quant à l’intérêt d’étudier d’abord les petites unités urbaines, elle renvoie cependant à des lectures différentes de la réalité sociale de ces unités. Pour Économie et Humanisme, la construction de l’identité sociale est pensée à partir de la situation de classe – d’où l’importance de la référence à l’usine – et l’intervention sociale est envisagée avec en arrière-plan l’action syndicale, le mouvement ouvrier. Pour l’école de Chicago, ce sont plutôt des éléments culturels – ethnicité, origine nationale – qui sont les éléments intégrateurs de la communauté locale.

  • 65 Grafmeyer et Joseph insistent sur l’expérience professionnelle de Park en tant que journaliste, ave (...)

85g) La valorisation d’une approche multidisciplinaire des phénomènes sociaux et la reconnaissance de la complémentarité entre disciplines. Jusqu’aux années 1940, le département de sociologie de Chicago représenta une exception dans le contexte américain en refusant tout monopole disciplinaire dans l’analyse des phénomènes sociaux. La sociologie se réclamait de la tradition du pragmatisme philosophique de Dewey et Mead, et le recours à la biologie et à la psychologie sociale avait été fréquent dans les études empiriques réalisées à la suite des travaux de Thomas (Buhner, 1986 : 29). Le département de sociologie, qui jusqu’en 1929 comprenait aussi l’anthropologie, valorisait l’apport du passé de journaliste de Park65, mais aussi celui du travail social de Palmer. L’usage de la statistique et de la cartographie qu’on doit à Burgess et Ogburn fut aussi encouragé. Cette absence de frontières rigides entre les disciplines (Bulmer, 1986 : 38) résultait de la politique de contacts et d’échanges de Park et Burgess avec des membres des autres départements de sciences sociales de l’université. Les différentes recherches réalisées par l’intermédiaire du Local Community Research Committee témoignaient de cette tendance multidisciplinaire (ibid. : 125).

86Lebret, sans doute en raison de sa formation d’ingénieur naval, était également partisan de ne pas rendre l’enquête sociale tributaire d’une seule discipline. Lui-même reconverti à la fois à l’économie et à la sociologie, il a su faire appel à différentes méthodes avant de développer la sienne. C’est à partir de la pratique de vingt années d’enquêtes sociologiques et économiques qu’il en vient à synthétiser ce qu’il reconnaît être un travail d’équipe dans une conception méthodologique unifiée. Mais celle-ci fait explicitement appel à plusieurs disciplines, comme le souligne l’aperçu bibliographique, annexe n° 6 du Manuel de l’enquêteur (Lebret, 1952 : 121-125), qui indique les ouvrages français ou étrangers utiles pour la formation des enquêteurs ou des directeurs d’enquête. En ce qui concerne les guides pour enquêteurs, Lebret renvoie à Bardet, à Bettelheim, à Chombart de Lauwe et à Deffontaines ; pour les analyses statistiques et démographiques aux manuels de l’INSEE et à Sauvy ; en sociologie générale, presque toutes les références vont à des auteurs américains (dont Merton), le seul auteur français étant Cuvillier. La lecture de L’Année sociologique et des Cahiers internationaux de sociologie était cependant recommandée. Mais d’autres références sociologiques sont présentes sous diverses rubriques, dont Le Play et ses descendants. La géographie humaine est une autre discipline largement sollicitée par Lebret, qui conseille la lecture de Vidal de La Blache, Max Sorre, Pierre George, Jean-François Gravier.

87Au-delà de la mise en évidence des points communs aux approches de l’école de Chicago et d’Économie et Humanisme que nous venons d’examiner en détail, il faut enfin souligner que l’étude de la SAGMACS a été l’occasion d’une rencontre explicite des deux perspectives. Le témoignage d’Arthur Rios, directeur de cette étude, le souligne sans ambiguïté :

  • 66 « Eu sou uma encruzilhada ». Entretien de l’auteur avec José Arthur Rios en 1998. Rappelons qu’Arth (...)

« Ma méthodologie s’est construite au croisement d’Économie et Humanisme, c’est-à-dire de la méthode analytique et monographique de Lebret, inspiré lui-même par Le Play, avec l’école de Chicago. J’ai fait des cartes des favelas, cherchant à définir les “zones internes”. Sans aucun doute sous l’influence de l’écologie humaine inspirée de l’école de Chicago. Je suis moi-même un hybride66. »

  • 67 L’histoire de l’influence française a déjà été bien étudiée et a donné lieu à de nombreuses publica (...)

88Notons que cette hybridation s’inscrit tout à fait dans la tradition des sciences sociales au Brésil. La sociologie et l’anthropologie brésiliennes, dès les débuts de leur développement universitaire dans les années 1930-1940, ont valorisé leur double filiation, héritières à la fois des sociologies et des anthropologies françaises et américaines67.

89On trouve la trace explicite de ce caractère hybride dans la thématique même de la recherche : certains sujets appartiennent clairement à l’approche typique d’Économie et Humanisme, comme le logement, la famille, la solidarité, l’école ou la religion, alors que d’autres comme la délinquance ou les processus politiques (démagogie, etc.) sont plus caractéristiques de l’approche de l’école de Chicago.

La réception et les conséquences de l’étude de la SAGMACS

  • 68 La seule analyse détaillée du rapport de la SAGMACS que nous connaissions a été publiée dans Valla (...)

90Publié dans le supplément d’un quotidien à grande diffusion, le rapport de la SAGMACS a eu un retentissement immédiat dans l’opinion publique et les débats politiques autour de la favela au cours des années 1960. Cet impact mériterait à lui seul une étude historique qui n’a pas été réalisée à ce jour68. Par contre, il a eu des effets repérables dans le monde académique, ce qui a fait l’objet de notre attention, et certaines conséquences politico-institutionnelles que nous évoquerons plus rapidement.

91Ce travail, abondamment cité, a continuellement servi de référence, vingt ans après sa publication, y compris à tous ceux qui ont travaillé sur les favelas. En revanche, si l’on se penche sur une période plus récente, force est de constater qu’il a été peu à peu oublié, sans doute parce qu’il n’a jamais fait l’objet d’une édition sous forme de livre et qu’il est absent des rayonnages des bibliothèques universitaires, au point même de ne pas figurer dans la bibliographie du recueil d’articles Um século de favela (Zaluar, Alvito, 1998), publié lors du centenaire de la favella.

92Plus encore que les résultats et les méthodes qui ont fait référence au rapport de la SAGMACS dans les années qui ont suivi sa publication, nous émettons l’hypothèse que cette étude a surtout eu pour conséquence d’inaugurer un véritable programme de recherche sur les favelas de Rio, axe programmatique pour des générations de sociologues et chercheurs ayant travaillé sur cet objet sans être nécessairement conscients de cette dette.

  • 69 Les conditions exceptionnelles propres à l’université de Chicago dans les premières décennies de 19 (...)

93L’analogie avec le programme de recherche présenté en 1925 dans The City : Suggestions for the Investigation of Human Behavior in the Urban Environment peut être à première vue considérée comme excessive. En effet, le texte fondateur de Park a été écrit dans un contexte universitaire privilégié69 et comme un guide définissant les thèmes et les questions à envisager pour les recherches à venir, et ce aussi bien pour les étudiants et les professeurs de Chicago que ceux d’autres universités américaines. A contrario, l’étude de la SAGMACS ne se présente nullement comme la proposition d’un programme de recherche. Ce n’est qu’a posteriori qu’on peut s’apercevoir du rôle d’agenda qu’elle a effectivement joué, à travers l’analyse des travaux de plusieurs générations de chercheurs et des thématiques qu’ils ont privilégiées, comme nous le montrerons au chapitre 3.

94Les différents thèmes abordés par la SAGMACS pour l’analyse de l’émergence et du développement des favelas se retrouveront systématiquement dans les travaux ultérieurs : la relation avec le processus d’urbanisation du pays et du développement de la ville de Rio de Janeiro et les enjeux du marché du logement. Il en est allé de même pour l’analyse de la réalité sociale des favelas ; tous les thèmes seront repris de façon continue jusqu’à aujourd’hui : le profil sociodémographique de la population locale, la vie quotidienne dans la favela, la spécificité de l’espace bâti et de l’organisation sociale, la place de la politique, la vie religieuse, la médecine populaire, l’école, la délinquance et la criminalité.

95Enfin, la démarche méthodologique combinant l’analyse des données statistiques disponibles, l’observation et l’étude de cas est un modèle qui a été très largement suivi. Dans l’approche statistique par exemple, la SAGMACS a procédé la première à la comparaison des données des recensements sur les favelas et leur population avec les données sur les autres habitants et quartiers de la ville de Rio de Janeiro, ce que l’on retrouve ensuite dans d’innombrables travaux.

96Si la SAGMACS a ouvert la voie par les thèmes abordés et les méthodes utilisées, elle a aussi innové en avançant des résultats majeurs qui auront pourtant une postérité plus incertaine. Son rapport a décrit et analysé les favelas en tant que réalités hétérogènes, dotées d’une population diversifiée. Le rapport insiste sur l’origine différente de chacune des favelas étudiées, ainsi que sur l’importance des variations internes, proposant un découpage en zones d’étude qui permettait de mettre en évidence les écarts de statut social à l’intérieur des favelas. Les premiers chercheurs à avoir pris la relève, Leeds (1969), Medina (1969) et surtout Parisse (1969a ; 1969c), développeront cette approche de la diversité, comme nous le verrons, mais beaucoup d’autres, jusqu’à ce jour, « oublieront » ces analyses et en resteront à une vision unifiante de la spécificité de la favela.

97Il faut aussi souligner que la vision des favelas que le rapport inspirait aurait dû définitivement aller à l’encontre des mythes que les premiers recensements (notamment celui de 1948, spécifique aux favelas de Rio, et le recensement général de 1950 de l’IBGE) avaient déjà en partie remis en cause. La favela telle qu’elle est présentée dans cette recherche ne constitue pas un monde à part, ses habitants sont des pauvres comme d’autres pauvres, eux-mêmes victimes du clientélisme politique. En cela, le favelado se trouve dans une situation politique semblable à celle des autres aires urbaines du pays, et ne doit donc pas être considéré comme victime d’une anomalie politique (SAGMACS, 1960, vol. 2 : 35). Là encore, ces résultats importants seront par la suite un peu trop oubliés.

  • 70 Équivalent d’un maire-adjoint chargé des services sociaux.

98Voyons enfin quelles furent les conséquences politiques de la publication de ce rapport. Ces questions et l’histoire de cette recherche permettent d’éclairer l’émergence d’une nouvelle représentation des favelas. La prise en compte de la dimension politique, que le rapport a mise en valeur, s’est traduite par l’embauche de José Arthur Rios, en 1960, c’est-à-dire immédiatement après la réalisation de l’étude, comme directeur du SERPHA (Service spécial de réhabilitation des favelas et des logements insalubres), organisme gouvernemental créé à Rio quatre ans plus tôt pour gérer le problème des favelas. Il devient ensuite secrétaire des Services sociaux70, institution mise en place lors d’une réforme administrative par le journaliste Carlos Lacerda devenu gouverneur du nouvel État de Guanabara en 1960, après que Rio a cédé à Brasilia le statut de capitale du pays.

99Arthur Rios s’est appuyé sur les résultats de l’étude de la SAGMACS pour élaborer ses propositions (Leeds A., Leeds E., 1978 : 214). L’appartenance des favelas à la ville de Rio devant être assumée, il s’agissait de les considérer comme autant de quartiers pauvres à « urbaniser », c’est-à-dire à équiper des mêmes services municipaux que ceux qui étaient offerts aux autres quartiers de la ville – proposition que certains secteurs de l’Église catholique défendaient d’ailleurs depuis plusieurs années, mais dans une perspective plus paternaliste, comme nous l’avons montré précédemment. La perspective politique nouvelle introduite par Arthur Rios se concrétisa par un décret de 1961 (Machado da Silva, 1967) qui demandait aux favelas de s’organiser au moyen d’associations de quartier pour permettre un dialogue avec les instances de l’administration et les agences de services, afin de parvenir à un accord formel signé entre ces associations et le SERPHA pour contrecarrer les pratiques clientélistes antérieures.

  • 71 Lacerda, journaliste de métier, avait lancé en 1948 la « Bataille de Rio » (voir Introduction et Ch (...)
  • 72 Ce point a été confirmé par Arthur Rios lors de l’entretien qu’il nous a accordé.
  • 73 On peut les comparer aux arrondissements d’avant la loi PLM (promulguée en janvier 1983 et relative (...)

100Cet engagement politique du chercheur Arthur Rios a été mal perçu71. On lui reprochait son allégeance à la droite, qu’on disait destinée à contrôler la population des favelas à l’aide de la machine d’État (Valla et al., 1986 : 175-198). D’autres chercheurs (Leeds A., Leeds E., 1978) ont pris sa défense en soulignant qu’il est resté très peu de temps en poste pendant le gouvernement Lacerda, refusant de servir ses intérêts électoraux72. Lacerda avait en effet divisé la ville de Rio de Janeiro en vingt-trois « régions administratives73 » et il avait fait en sorte que les favelas soient intégrées à ce découpage de manière à les transformer en champ de clientèle électorale.

101Cependant, la notoriété d’Arthur Rios ne s’est pas limitée aux cercles de la politique. Il multiplia la publication d’articles et devint « le professeur des favelas », c’est-à-dire celui que tout chercheur se trouvant à Rio de Janeiro dans les années 1960 et s’intéressant à la pauvreté se devait de consulter. Dans ces années, le siège de la SAGMACS à Rio était le passage obligé des chercheurs étrangers venus au Brésil étudier la favela. Défilèrent ainsi Anthony Leeds, Lucien Parisse, Janice Perlman pour n’en citer que quelques-uns. La SAGMACS a été dissoute et remplacée par un nouveau bureau d’études, lui-même disparu, mais Arthur Rios occupe toujours son bureau, et c’est encore lui qui a rédigé la notice « favela » dans le Dicionário das Ciências Sociais publié en 1987.

102Cette brève biographie d’Arthur Rios permet aussi de faire entrer en scène un nouveau groupe d’acteurs qui vont « découvrir » à leur tour les favelas dans les années 1960 : les Peace Corps, jeunes Américains qui sont partis à travers le tiers-monde œuvrer pour la coopération internationale à l’époque du gouvernement Kennedy. Lors de l’un de ses nombreux voyages aux États-Unis, Arthur Rios fut en effet invité à participer à un cursus de formation réservé à ces jeunes volontaires qui se préparaient à « débarquer » dans les favelas de Rio.

103Au cours des années 1960, la coopération internationale s’est fortement développée et les Américains sont devenus tout particulièrement présents et actifs au Brésil. C’est ainsi que plusieurs universitaires ont commencé à s’intéresser aux favelas de Rio, que les fondations américaines ont favorisé les Latin American Studies et que différents accords de coopération ont impliqué la municipalité de Rio et d’autres institutions. C’est précisément dans ce contexte plus général que se situe l’arrivée du Peace Corps.

Le Peace Corps, ses volontaires et le Community Development

  • 74 Cette organisation, peu connue et peu étudiée en France, a suscité un grand nombre de travaux aux É (...)

104Le Peace Corps voit le jour dans les années 1960 aux États-Unis. Il s’agit d’une organisation américaine mobilisant de jeunes volontaires désireux d’aider les populations démunies des zones rurales et urbaines des pays sous-développés74. Les affiches appelant à rejoindre le Peace Corps, sous le leitmotiv The Human Care Package, exposaient clairement la nécessité de cette aide, en invitant le peuple américain à se sentir concerné :

« Il y a, quelque part, un homme qui n’a rien. Peut-être voudriez-vous lui donner quelque chose ? Voici quelques suggestions. Envoyez-lui de la patience. Il en sera content pour le reste de sa vie. Envoyez-lui de la compréhension. C’est quelque chose qui peut lui être utile. Envoyez-lui de la bonté. C’est quelque chose qui ne se démodera jamais. Envoyez-lui la seule chose que vous seul pouvez lui offrir. Vous-même. Le Peace Corps, Washington D.C. » (Hoffman, 1998 : 131.)

  • 75 Hoffman (1998 : 11) reproduit le discours de Kennedy devant 10 000 étudiants de l’Union des étudian (...)

105Cette organisation, qui a été l’une des initiatives les plus importantes de l’administration Kennedy durant la guerre froide (Fischer, 1998), a symbolisé une nouvelle forme des relations entre les États-Unis et le tiers-monde. Son objectif déclaré était de permettre une meilleure compréhension entre les Américains et le reste du monde. Inscrit officiellement au programme de la politique étrangère américaine, le Peace Corps affichait un idéal humanitaire sans cacher la volonté de donner une meilleure image des États-Unis et de sa diplomatie, image qui s’était quelque peu détériorée pendant la guerre froide : « Le Peace Corps pourrait recréer l’Amérique dans ce qu’elle a de meilleur », pensait-on (Hoffman, 1998 : 23)… et Kennedy avait bien compris que les universitaires étaient les mieux placés pour assumer ce rôle75.

106Dans son livre All you Need is Love, Hoffman (1998) analyse en détail l’impact de cet appel sur la nation américaine. Le succès en termes de nombre de jeunes universitaires recrutés (au total, 94 023 volontaires vont ainsi courir le monde entier entre 1961 et 1979) peut sans doute s’expliquer, au-delà de l’idéal humanitaire, par le goût de l’aventure et le désir de voir autre chose. On partait toujours au bout du monde, là où le sous-développement semblait irrémédiable. La possibilité de devenir « un héros » (« The Hero’s Adventure » est le titre d’un des chapitres du livre) excitait l’imagination de ces jeunes Américains, prêts à changer de vie pendant quelques années et à renoncer au confort et à la sécurité de leur pays d’origine.

  • 76 Le candidat pouvait seulement indiquer des préférences.

107De très nombreux volontaires sont ainsi partis aux quatre coins de la planète. Les premiers, engagés dès 1961, devaient avoir plus de 18 ans, être en bonne santé et être diplômés (licence ou équivalent en termes d’expérience professionnelle). Le service durait 27 mois dont trois consacrés à la formation préalable au départ en mission. Le candidat ne pouvait pas choisir la région où il allait exercer, les affectations se faisaient en fonction des demandes des pays et des compétences du volontaire76.

108Apprendre à vivre parmi les pauvres a été un objectif stratégique important, caractéristique de cette nouvelle « croisade ». Fondée sur cette « armée » de volontaires laïques (très clairement différents de la tradition catholique européenne), l’impulsion missionnaire restait cependant évidente. Partager le quotidien du village ou du quartier et participer aux problèmes de la communauté constituent une priorité essentielle de la mission. Il fallait vivre comme l’autre pour sentir ses difficultés, pour lui montrer qu’on était soi-même concerné et engagé.

  • 77 Publicité dans le New York Times en 1964, citée par Hoffman (1998 : 124).
  • 78 Hoffman (1998 : 133) fournit des données intéressantes sur les premières années du Peace Corps : da (...)

109La foi dans la possibilité d’une transformation des hommes et surtout dans celle de l’amélioration de leurs conditions de vie était clairement proclamée : « Le Peace Corps travaille dans 46 pays – ne transformant pas le monde du tout au tout, mais ne le laissant pas cependant sans changement77. » Un tel objectif impliquait un engagement total, il fallait prendre à cœur la mission confiée, comme un soldat, être prêt à prendre tous les risques nécessaires. On attendait de ceux qui étaient envoyés dans les zones rurales où manquait tout équipement sanitaire qu’ils sachent construire des puits, des fosses, des latrines et qu’ils connaissent un minimum de techniques agricoles. Les instituteurs devaient à la fois maîtriser la pédagogie et s’imprégner de la culture du pays pour tenir compte du choc culturel. Les ingénieurs et les techniciens étaient censés apprendre les techniques traditionnelles avant de penser en introduire de plus modernes. Les médecins étaient invités à se spécialiser dans les maladies tropicales ou locales, avant de songer à implanter les outils d’un meilleur développement de la santé publique et de l’administration hospitalière78.

  • 79 Comme le signale bien Hoffman (1998 : 134) : « Le choc culturel était une autre façon de promouvoir (...)

110Une meilleure efficacité de l’aide supposait que les « missionnaires » soient capables, quel que soit le lieu où ils étaient envoyés, de s’identifier à la population locale pour mieux comprendre – comme de l’intérieur – les problèmes qu’elle avait à surmonter. S’accepter comme étranger tout en refusant de rester « extérieur », respecter la culture locale et les traditions, ne pas s’y opposer, accepter le plus naturellement possible le décalage culturel79 que connaissait nécessairement tout volontaire du Peace Corps, telles étaient les règles de base d’une bonne implantation. Le dépaysement, en fin de compte, faisait partie de l’expérience, inévitable et nécessaire. Pour aider les autres, il fallait vivre et sentir comme eux, pénétrer véritablement dans leur monde et leur culture. Dans les années 1960 et 1970, la théorie du développement communautaire était considérée par la plupart des organismes internationaux de coopération comme la perspective la plus appropriée pour toute action auprès des pauvres et de leurs communautés, qu’elles soient rurales ou urbaines. Les objectifs de l’organisation du Peace Corps s’intégraient parfaitement dans cette vision.

Le Peace Corps dans les favelas de Rio de Janeiro

  • 80 Selon Hoffman (1998 : 263-264), ces chiffres regroupent les volontaires des pays suivants, tous cla (...)
  • 81 Le Peace Corps n’est plus présent au Brésil depuis 1981. Cecilia Azevedo (1998, 2002), qui a souten (...)

111Dans les années 1960 et 1970, pas moins de 31186 volontaires furent ainsi envoyés en Amérique latine et dans les Caraïbes. Dans la décennie suivante, leur nombre se limita à 8 851. La grande période du Peace Corps a donc été principalement celle des années 1960 et 197080. On ignore le nombre exact de membres envoyés au Brésil81.

  • 82 Jusqu’à ce que nous nous penchions sur cette question (Valladares : 2002), aucun des nombreux trava (...)
  • 83 Estimation d’Elizabeth Leeds, politologue, venue au Brésil pour la première fois dans les années 19 (...)

112Les favelas de Rio ont constitué un lieu privilégié pour ces volontaires82. Idéalistes et pleins de bonne volonté, ils étaient certains de pouvoir contribuer à l’amélioration des conditions de vie des pauvres urbains du Brésil. Dans les années 1960, ils étaient environ une trentaine, répartis dans différentes favelas de Rio83. Rappelons-le encore une fois, à l’époque, les favelas étaient considérées comme le lieu même de la concentration de la pauvreté et de la misère à Rio.

  • 84 Comme le signale Levine (1994 : 16), « les militants du Peace Corps avaient déjà connaissance du te (...)
  • 85 Sur la réception du livre aux États-Unis voir Meihy et Levine, particulièrement le chapitre « A per (...)

113Pendant les trois mois de la formation intensive qui leur était donnée aux États-Unis avant leur affectation, ils avaient tous lu le livre de Carolina Maria de Jesus, Quarto de despejo (1960)84, et sans doute aussi celui d’Oscar Lewis, Five Families (1959). Le livre de Carolina, traduit en anglais sous le titre de Child of the Dark (1961) avait remporté un grand succès aux États-Unis, ses nombreuses éditions étant disponibles dans la plupart des bibliothèques du pays85. Ce journal écrit par une femme sachant à peine lire et écrire, Noire, mère célibataire de plusieurs enfants, était un cri contre la misère et l’injustice sociale. Certes, Carolina habitait une favela de São Paulo, mais son récit n’aurait guère été différent si elle avait été une favelada de Rio. Et les favelas de Rio étaient déjà devenues, dans la littérature internationale comme dans les médias, le symbole des espaces ségrégés des villes latino-américaines, où vivait une population dite « marginale », géographiquement, socialement et économiquement.

114Plus qu’une enclave de pauvreté, la favela décrite dans l’ouvrage apparaît comme un microcosme culturellement différent où l’anomie et l’individualisme l’emportaient sur l’esprit collectif. Sans revenu régulier, au seuil de la misère, Carolina partageait avec d’autres un espace misérable, sans aucun équipement. La favela était présentée comme un rassemblement d’individus dépourvu de toute forme d’organisation interne. Les liens de solidarité y étaient représentés comme faibles, voire même absents. Et le statut illégal de son implantation était aggravé par l’image de l’abandon total des pouvoirs publics.

115À Rio, l’objectif poursuivi par l’action des membres du Peace Corps, défini précisément à partir de ce type de représentation, était d’aider les pauvres à s’organiser pour promouvoir leur propre développement.

  • 86 L’accord de l’USAID relatif à Rio de Janeiro couvrait plusieurs domaines : la construction de logem (...)
  • 87 Selon Elizabeth Leeds, le groupe des Peace Corps auquel elle appartenait dépendait de la région adm (...)
  • 88 Rappelons que le Morro do Borel était connu pour l’action des communistes et que Jacarezinho, alors (...)
  • 89 Dans la favela de Jacarezinho, Dona Filinha ouvrit une véritable pension de famille pour les Améric (...)

116Le Peace Corps, en tant qu’organisation d’aide internationale, avait des liens officiels avec la municipalité. Des accords intergouvernementaux existaient entre le Brésil et les États-Unis, comme celui de l’USAID (Agence des États-Unis pour le développement) destiné à aider le financement du logement populaire par la Compagnie du logement (COHAB-GB)86. Les premiers volontaires ont donc pu s’installer dans les favelas avec le soutien de l’administration locale87. Leur choix s’est seulement porté sur un nombre limité de favelas sur les 147 recensées alors : Morro do Borel, Tuiuti, Salgueiro, Morro Azul, Ruth Ferreira, Vigário Geral, Roquete Pinto, Morro do Estado, Rocinha et surtout Jacarezinho88. Ils réussirent à louer des maisons de brique dans ces mêmes quartiers89.

117Quelle était l’action concrète des membres du Peace Corps dans les favelas ? Comment ces jeunes universitaires américains ont-ils organisé leur travail communautaire ? Quelle fut, en fin de compte, leur contribution au dispositif d’aide à la pauvreté ?

  • 90 Il faudrait, entre autres, assurer le repérage et l’interview d’anciens membres du Peace Corps qui (...)
  • 91 Lorsque je suis arrivée pour la première fois à la Rocinha en 1967. (Medina, Valladares, 1968), un (...)
  • 92 Notamment Luis Antonio Machado da Silva, que nous avons interviewé.

118Répondre à ces questions exigerait la mobilisation de nombreuses informations, certaines issues des récits des acteurs sur leur expérience, et de ce qu’on sait par ailleurs des pratiques des Peace Corps90. À défaut, nous nous appuyons sur notre propre expérience de terrain dans une des favelas de Rio91 ainsi que sur des entretiens menés récemment auprès de Brésiliens ayant bien connu ces volontaires92.

  • 93 Nous avons signalé la contribution d’Arthur Rios à ces formations. Ce fut aussi le cas d’Anthony Le (...)
  • 94 À la Rocinha, nous avons aussi identifié, comme seuls autres étrangers, un groupe de trois religieu (...)

119Ces jeunes Américains parachutés dans les favelas n’avaient qu’une connaissance très limitée de la ville de Rio de Janeiro et particulièrement de ses quartiers pauvres. S’il est vrai qu’ils avaient bénéficié avant leur départ d’une formation spécifique, notamment dans le cadre de conférences données par des professeurs et des chercheurs seniors ayant déjà travaillé sur le Brésil93, il leur fallait malgré tout faire face à une réalité nouvelle, inconnue pour la grande majorité d’entre eux – le tiers-monde… Le choc culturel était inévitable. Les volontaires, en effet, expérimentaient un double dépaysement : la différence entre le pays d’origine et le pays de mission et l’écart entre la vie quotidienne dans les quartiers de classes moyennes ou supérieures d’une ville américaine et celle des favelas. De plus, les volontaires du Peace Corps ne pouvaient qu’apparaître aux habitants comme des individus étranges, impossibles à situer dans le contexte de la vie locale. Jusqu’alors, les seuls étrangers partageant leur mode de vie – et ils étaient rares – étaient des religieux, frères ou sœurs catholiques, dont la présence était légitime dans l’univers culturel des favelados, où la religion catholique avait sa place94.

120La première consigne donnée aux volontaires du Peace Corps était de se faire accepter par leur nouvel entourage. Une fois leur présence acceptée, ils devaient établir un diagnostic, dresser la liste des priorités locales et enfin agir. Mais comment se faire accepter dans une favela, espace non fréquenté, voire surtout évité, par les classes moyennes brésiliennes à l’exception de quelques artistes et de quelques militants ? Comment faire admettre aux résidents qu’un gringo puisse faire, de son propre gré, ce que la grande majorité des Brésiliens n’osaient pas et ne souhaitaient pas faire ?

  • 95 La location de ces maisons par les Américains a d’ailleurs souvent permis aux propriétaires d’améli (...)
  • 96 Ils ne connaissaient pas très probablement l’annexe méthodologique de William Foote Whyte à son cla (...)
  • 97 Les membres du Peace Corps rédigeaient régulièrement des rapports – ce qui les a souvent fait soupç (...)

121À quelques exceptions près, ces Américains ont eu bien du mal à s’intégrer et à trouver leur place. Louer une maison95 était plus simple que de parvenir à justifier sa présence et son utilité dans un milieu considéré comme une enclave déshéritée de la « ville merveilleuse ». Sans disposer de la formation des ethnologues, lesquels connaissent bien les difficultés et l’enjeu que représente une bonne introduction sur le terrain quand on veut se lancer dans la pratique de l’observation participante, les membres du Peace Corps ont cru parvenir simplement à leurs fins en obtenant, en apparence, la confiance de quelques résidents devenus leurs interlocuteurs96. Ravis qu’une famille les accepte, les invite à partager quelques moments de sa vie quotidienne dont son poulet du dimanche, enchantés de pouvoir les entendre parler de ses problèmes, fascinés par les conversations entre hommes qu’ils pouvaient avoir dans les bistrots de la favela (biroscas), ils ne se posaient guère de questions sur la nature des relations sociales ainsi établies. En même temps qu’ils nouaient ces contacts plus limités et plus illusoires qu’ils ne le croyaient, il est vrai que les membres du Peace Corps apprenaient peu à peu à trouver leur chemin à l’intérieur des favelas, se familiarisaient avec le réseau de ses ruelles, avec l’histoire de son occupation et avec la trajectoire des quelques familles qu’ils avaient approchées. Pour beaucoup, cette implantation a paru suffisante pour parvenir à formuler un diagnostic concernant les principaux problèmes auxquels il fallait s’attaquer97.

  • 98 Par exemple, les assistantes sociales du département du Service social et de la Fondation Léon-XIII (...)

122Le travail de développement communautaire qu’ils étaient supposés mener à bien dépendait cependant de la participation des résidents eux-mêmes, de leur accord sur les priorités de l’action à conduire. Or, dans plusieurs favelas existaient déjà des associations de résidents dont il fallait tenir compte. La perspective du développement communautaire n’était pas inconnue des assistantes sociales brésiliennes depuis les années 1950, comme nous l’avons signalé. Mandatées par l’administration municipale, elles avaient, elles aussi, favorisé voire même impulsé, la création d’associations de résidents dans bon nombre de favelas de Rio. Partageant avec les membres de l’Église catholique le contrôle de l’assistance aux pauvres, elles se considéraient comme les premiers acteurs légitimes pour développer les pratiques de participation des résidents98. Avec l’arrivée du Peace Corps, cette configuration s’est trouvée modifiée, bouleversée par les atouts particuliers de la jeunesse des intervenants, de leur extériorité par rapport au système en place et de leur volonté de donner au développement communautaire un nouveau visage. On peut imaginer que cela n’a pas été sans quelques tensions et situations de concurrence…

123Les membres des Peace Corps ont tardivement découvert l’existence de réseaux informels pour l’approvisionnement en eau, de réseaux semi-légaux d’électricité, de réseaux sociaux autour des écoles de samba, des centres religieux. Il était tout aussi impossible d’ignorer l’importance des fortes connections entre les leaders des favelas, certains hommes politiques et des représentants de l’administration de la ville. Cette densité de réseaux sociaux a quelque peu étonné ces Américains qui avaient, avant leur arrivée, une tout autre idée de la vie dans les quartiers pauvres peuplés de migrants d’origine rurale. Le récit de Carolina Maria de Jesus en tête, ils étaient convaincus qu’ils auraient d’abord à faire face à une situation caractérisée par l’anomie et l’absence d’action collective. La réalité à laquelle ils se trouvèrent confrontés à Rio était tout autre, comme certains l’ont mis explicitement en évidence par la suite (Morocco, 1966 ; Leeds E., 1966 ; Silberstein, 1969).

  • 99 Les chercheurs brésiliens ont beaucoup écrit sur le mutirão. Citons seulement les ouvrages de Maric (...)

124Ils devaient donc prendre en compte ces réseaux qui révélaient l’existence d’un potentiel de participation et d’engagement collectif chez les résidents. L’histoire des favelas montrait d’ailleurs que le peu d’infrastructures urbaines existantes résultait toujours de la combinaison d’une action d’investissement public, menée par des organismes officiels et l’Église, et de la mobilisation collective des habitants, prenant souvent la forme du mutirão (mot d’origine indigène qui signifie « entraide »), action coopérative informelle99. Cette forme de solidarité, originaire des zones rurales, fortement associée à la « culture des pauvres », était considérée dans les favelas comme la contrepartie « naturelle » des habitants aux rares travaux publics d’aménagement. La Fondation Léon-XIII avait ainsi réussi, dès la fin les années 1940, à installer des réseaux partiels d’eau et à assurer l’ouverture de quelques voies de circulation publiques en s’appuyant sur ces formes de mobilisation interne. De leur côté, les associations de résidents invoquaient justement la pratique du mutirão pour démontrer aux hommes politiques et aux pouvoirs publics que les favelas pouvaient participer activement à toute action impulsée par une aide externe.

  • 100 Pour une analyse de la structure interne des favelas et des associations volontaires, voir Medina ( (...)

125Les volontaires du Peace Corps, presque dans leur totalité, sont pourtant restés étrangers aux principaux enjeux qui caractérisaient alors la « question des favelas ». Quand ils ont réussi à y pénétrer et à se faire accepter par certains groupes locaux, quand ils ont pu y trouver des collaborateurs, ils ont souvent essayé de s’appuyer sur cette pratique du mutirão. Mais leur action s’est cantonnée à une très petite échelle, souvent fondée sur l’unité de voisinage où ils résidaient. N’ayant pas pris la mesure de la structuration sociale des favelas, de l’existence de différents groupes en situation de conflit ou de concurrence100, les volontaires, par leur intégration microlocale, ont probablement été assimilés aux petits groupes auxquels ils s’étaient intégrés et ont défendu leurs intérêts particuliers. Aidant ainsi, plus ou moins consciemment, les uns parfois aux dépens des autres, ils ont pris parti dans des disputes et des conflits qui non seulement n’étaient pas les leurs, mais qui les empêchaient de mettre en place les conditions d’une action communautaire efficace.

126Malgré leurs bonnes intentions et leur esprit de coopération, les volontaires du Peace Corps pâtissaient de nombreux handicaps. Même s’ils avaient reçu une formation minimale en sciences humaines, ceux qui résidaient dans les favelas manquaient néanmoins des compétences techniques nécessaires pour concevoir les réseaux d’infrastructure. De plus, ils étaient démunis face aux lourdeurs de la machine bureaucratique brésilienne. Comment alors pouvaient-ils planifier des opérations d’assainissement, d’implantation de réseaux d’égouts, etc., sans posséder un minimum de rudiments en ingénierie et urbanisme ? Comment participer efficacement à des opérations de régularisation du statut foncier, sans connaître en détail le droit foncier brésilien et les différences assez complexes qu’il définit entre les droits des squatters selon le caractère récent ou ancien de leur occupation ?

127Ces éléments expliquent en partie les limites rencontrées par ces projets de développement communautaire. Les observations de Norma Evenson, de l’université de Californie, en visite à Rio en 1966, confirment l’échec de l’action engagée dans certaines favelas pour mobiliser les résidents sur ce qui leur semblait être le problème principal – l’illégalité de l’occupation et la non-possession de titres de propriétés :

« Un volontaire du Peace Corps en poste dans la favela de Jacarezinho indiqua qu’il avait essayé de lancer un mouvement auprès des résidents pour l’obtention de droits de propriété foncière, mais se rendit compte que les favelados ne désiraient pas particulièrement obtenir le titre de propriété de leur terrain. Nombre d’entre eux y résidaient depuis longtemps, certains depuis une vingtaine d’années, et étaient convaincus que les autorités publiques n’envisageraient pas de les expulser. » (Evenson, 1973 : 25.)

128Insuccès un peu surprenant a priori si l’on pense que c’est justement au début des années 1960 que le gouverneur Lacerda a mené les politiques de suppression des favelas les plus actives. On peut penser que la réticence des favelados résultait d’une prudence politique qui a échappé à ces jeunes Américains car contrairement aux explications données, les mobilisations contre les expulsions et les suppressions de favelas avaient été fortes : la FAFEG (Fédération des associations de favelas de l’État de Guanabara), créée en 1962, avait lancé un mot d’ordre contre la suppression de la favela do Pasmado en 1964, relayée par une campagne de presse en 1968 dont le slogan était « Urbanisation, oui, suppression, jamais ! » mais il est vrai que son action déclencha une forte répression politique et les principaux leaders furent emprisonnés en 1969 (Valladares, 1978a : 29-30).

129Ajoutons que la conjoncture politique brésilienne n’était guère favorable à une forte connivence entre les militants locaux et les Américains, fussent-ils membres du Peace Corps. Présent au moment du coup d’État de 1964, le Peace Corps s’est maintenu durant les années les plus dures du régime militaire. La plupart des Brésiliens mettaient en cause le bénévolat de ses membres, parfois même perçus comme des agents de la CIA. Le contenu de leurs rapports était suspect, ainsi que leurs visites au consulat des États-Unis à Rio. La révolution cubaine et la guerre du Vietnam ne jouèrent pas non plus en leur faveur. Dans les représentations des cariocas, ces jeunes Américains venaient au Brésil principalement pour se dérober au service militaire et éviter d’être envoyés au front. Le rôle du Peace Corps dans la politique étrangère du gouvernement Kennedy était moins interprété comme une tentative d’ouverture des États-Unis vers le tiers-monde, selon la justification officielle analysée par Hoffman (1998) et Fischer (1998), que comme une manière de combattre l’avancée communiste en Amérique latine, dont Cuba était le symbole.

  • 101 Ce fut le cas du couple du Peace Corps que nous avons rencontré à la Rocinha. Devant la difficulté (...)

130Les jeunes volontaires ainsi envoyés dans les favelas de Rio ont fini par se soumettre à des objectifs plus modestes. Certains ont concentré leurs efforts sur des programmes de vaccination et de prévention des maladies, d’autres se sont essentiellement consacrés à des cours d’enseignement professionnel et d’anglais. D’autres encore tournaient en rond, résidant toujours dans la favela mais s’investissant ailleurs101. Enfin, quelques-uns profitèrent de leur situation pour observer la vie locale, notamment en collaborant avec l’éminent anthropologue américain Anthony Leeds déjà évoqué et qui avait fait des favelas de Rio son terrain de recherche dans la seconde moitié des années 1960.

  • 102 Échec par rapport au but principal affirmé qui était d’aider les résidents pauvres à s’organiser po (...)

131Quarante ans plus tard, et avec le recul sur cette expérience, l’échec102 de la mission des Peace Corps dans les favelas de Rio apparaît plus compréhensible. On ne peut pas réduire les explications à la seule insuffisance de connaissances techniques, ni aux enjeux liés à la conjoncture politique du moment, certes très défavorable, ni même au type d’interventions proposées. Elles tiennent surtout, selon nous, à la lecture qui a été faite des favelas et de la pauvreté par l’institution du Peace Corps. L’idée de « la favela » en tant que communauté homogène prédominait alors. À cette conception qui justifiait une ligne d’action plutôt universaliste, inefficace du fait de la diversité des favelas et de leurs habitants, s’ajoutait la difficulté, qui a échappé au personnel de Washington, de s’insérer et d’intervenir dans des espaces aussi particuliers. Enfin, la méconnaissance de la réalité socio-politique locale, malgré l’effort de formation fait aux États-Unis, était patente chez la plupart des membres du Peace Corps. Ils ignoraient notamment l’existence d’une scène politique locale constituée et active, comptant de nombreux acteurs locaux et nationaux, ce qui est assez typique de la vision « missionnaire » de l’intervention sociale.

Anthony Leeds : l’anthropologie comparative et la transformation des membres du Peace Corps en observateurs

  • 103 Les informations sur Anthony Leeds viennent des entretiens que nous avons menés avec Elizabeth Leed (...)
  • 104 Selon Luiz Antonio Machado da Silva, qui était à l’époque déjà engagé dans des recherches sur les f (...)

132Si les membres du Peace Corps envoyés par leur organisation dans les favelas ont échoué pour l’essentiel dans leur action d’agents du développement communautaire, en revanche, certains ont joué un rôle important dans la meilleure connaissance de ces espaces, grâce à la présence active à Rio, durant ces années, de l’anthropologue américain Anthony Leeds103, qui a su percevoir et exploiter l’opportunité que constituaient ces observateurs participants potentiels. Ce rôle d’observateur est d’ailleurs, à notre connaissance, une spécificité de l’intervention du Peace Corps au Brésil, puisque les ouvrages publiés sur l’institution ne mentionnent pas ce type de pratique ailleurs (Ridinger, 1989 ; Hoffman, 1998 ; Fischer, 1998). Les résultats de certaines de ces observations ont été présentés par ces jeunes universitaires, à l’initiative d’Anthony Leeds104, au 37e Congrès international des américanistes qui a eu lieu en 1966 à Mar del Plata, en Argentine (Hoenack, 1966 ; Leeds E., 1966 ; Morocco, 1966 ; Naro, 1966 ; O’Neill, 1996). Certains d’entre eux ont ultérieurement valorisé cette expérience de terrain dans des travaux et des thèses universitaires (Silverstein, 1969 ; Leeds E., 1972).

133Issu d’une famille d’intellectuels d’origine européenne, Anthony Leeds est né en 1925 à New York et il a fréquenté l’université de Columbia entre 1947 et 1957, date à laquelle il a obtenu son PhD. S’il n’a pas bénéficié directement, de ce fait, de la formation donnée par l’université de Chicago, comme tout anthropologue urbain de l’époque, il a été inévitablement formé en référence à ses acquis, théoriques et méthodologiques, mais aussi en référence à ceux de l’anthropologie classique. Selon Sanjek (1994 : X), il a été particulièrement influencé par Kroeber et Marx, ainsi que par le courant d’écologie évolutionniste de l’anthropologie américaine, à partir desquels il aurait développé une orientation personnelle à la fois matérialiste et behaviouriste, particulièrement attentive à l’approche écologiste et à la question du pouvoir.

  • 105 S’il ne publia pas sa thèse, son article « Brazilian Careers and Social Structure » (1964) eut un r (...)

134Deux ans (1951-1952) passés dans la région de la culture du cacao à Bahia, au sein d’une équipe de Columbia coordonnée par le professeur Charles Wagley et l’anthropologue bahianais Thaïes de Azevedo, lui ont donné l’occasion de mener le travail de terrain sur lequel il a construit sa thèse (Leeds, 1957) et l’ont surtout mis en mesure d’acquérir une connaissance de la réalité brésilienne qui lui a ultérieurement donné, auprès de ses confrères américains, la notoriété d’un spécialiste du Brésil105 apportant une lecture originale du fonctionnement de la structure sociale brésilienne, des relations entre les élites et les classes populaires, de la mobilité sociale et des interactions entre les localités et les structures de pouvoir. Au cours des années 1960, Anthony Leeds revint plusieurs fois au Brésil, d’abord comme chef du programme de développement urbain de l’Union panaméricaine et plus tard comme chercheur financé par le Social Science Research Council et enseignant engagé par la Fondation Ford.

135Anthony Leeds décida alors de faire des favelas de Rio de Janeiro son terrain de recherche pour étudier la pauvreté urbaine en Amérique latine. Nous pouvons avancer ici l’hypothèse que s’est opéré un partage implicite du terrain entre les latino-américanistes anglo-saxons travaillant sur la pauvreté urbaine et le logement populaire : Oscar Lewis s’est consacré d’abord au Mexique, et plus tard à Puerto Rico et à Cuba ; William Mangin au Pérou ; John Turner au Pérou et au Chili ; Anthony Leeds au Brésil. Dans le même temps, Leeds se montrait très critique vis-à-vis d’Oscar Lewis (Leeds A., Leeds E., 1970 : 87-88 de la publication en portugais, 1978) et il s’appuyait sur son expérience brésilienne pour remettre en question la thèse de la « culture de la pauvreté » et la « théorie de la marginalité » (dont nous débattrons au chapitre suivant), tout en cherchant à élargir son travail par une dimension comparative avec des recherches sur le Pérou et des échanges avec Mangin, Turner et José Mattos Mar.

136Anthony Leeds a sans doute perçu rapidement l’intérêt de convaincre certains des membres du Peace Corps de se transformer en observateurs participants. D’autant qu’il connaissait bien cette institution pour avoir dispensé des enseignements sur le Brésil et l’Amérique latine dans le cadre des formations des futurs volontaires à l’université du Texas (1963-1972).

137Parmi ces jeunes universitaires américains, ceux qui s’intéressaient aux sciences sociales avaient souvent suivi des cours de sociologie ou d’anthropologie dans les deux premières années de leur formation. Une fois sur place, ils avaient d’eux-mêmes compris que leur travail d’assistance dans les favelas, tel qu’il se présentait, ne faisait guère sens… Bien qu’un tel choix ne corresponde pas vraiment à la politique officielle de coopération internationale, trouver au Brésil un anthropologue, professeur renommé aux États-Unis (Sanjek, 1994) et pouvant les aider à valoriser leur insertion dans les favelas au moyen de leur statut privilégié de résidents, était sans doute une opportunité à ne pas laisser passer.

138Déjà insérés dans ces espaces difficiles à pénétrer, parlant le portugais, ayant constitué un réseau de relations (même s’il était parfois problématique), ils représentaient un soutien inespéré pour Leeds lui-même, qui pouvait ainsi être informé de ce qui se passait dans plusieurs favelas de Rio. Celui-ci, héritier d’une tradition américaine où les études de cas et l’enquête de terrain constituaient les outils privilégiés de l’ethnologue, en connaissait aussi les limites, c’est-à-dire l’impossibilité de généraliser à partir d’une seule étude de cas. Leeds était d’ailleurs lui-même critique de tout travail de micro-anthropologie se limitant à étudier une communauté en soi sans considérer son insertion dans le processus social total avec ses dimensions économiques et politiques, sans prendre en compte son caractère de sous-ensemble d’une ville et d une société nationale (Leeds, in Sanjek, 1994 : 234).

  • 106 Selon Luiz Antonio Machado da Silva.

139Il avait pour objectif de parvenir à une explication globale du phénomène des favelas, mais il restait conscient de la lourdeur de la tâche – 147 favelas avaient été répertoriées lors du recensement de 1960. Un des principaux articles de Leeds (1969) porte en effet le titre explicite de « The Significant Variables Determining the Character of Squatter Settlements ». Pour raisonner à un niveau de généralité acceptable, pour prendre la mesure de cet univers complexe et différencié, il était nécessaire d’étudier parallèlement de nombreux cas. Leeds avait donc besoin d’observateurs nombreux et stratégiquement situés. Les Peace Corps pouvaient précisément constituer à ses côtés un réseau d’informateurs qualifiés, lui garantissant l’entrée dans plusieurs favelas de Rio, puisqu’en quelque sorte ils avaient « débroussaillé le terrain » avant son arrivée. Selon Luiz Antonio Machado da Silva, Leeds a formé les Peace Corps pour faire le travail que lui-même souhaitait. Il allait là où ils habitaient et les orientait dans leurs contacts, les guidait dans les informations qu’ils devaient collecter106.

  • 107 L’image de Leeds et des membres du Peace Corps semble cependant quelque peu remise en question par (...)

140Anthony Leeds s’est lui-même établi dans la favela de Tuiuti, puis plus longuement à Jacarezinho, la plus grande favela selon le recensement de 1950, là où résidait le leader le plus connu à l’époque du mouvement des favelados, le président de la FAFEG. Faisant de cette dernière favela son lieu de fieldwork permanent, il y vécut en 1965 et 1966 avec Elizabeth Plotkin, devenue Leeds après leur mariage. Il y retourna régulièrement, jusqu’aux années 1970, afin de poursuivre son travail de terrain107.

  • 108 D’après Bulmer (1986), la colonne vertébrale des Post-Graduate Studies à l’université de Chicago ét (...)
  • 109 En fréquentant ce séminaire, j’y ai rencontré des membres du Peace Corps, les rares chercheurs brés (...)

141À la manière de l’école de Chicago108, Leeds a tenu un séminaire de recherche et de discussion lors de ses différents séjours à Rio, notamment dans son appartement de Copacabana dans les années 1967-1968. Sieber souligne (1994 : 11) dans « The Life of Anthony Leeds », l’importance de ce séminaire qui réunissait de manière informelle des membres du Peace Corps, des chercheurs brésiliens ou américains, des travailleurs sociaux, des habitants des favelas qui, ensemble, discutaient des conditions de vie dans les favelas109. Selon Sieber, « il ne s’agissait pas seulement de confronter des données ou des interprétations, mais du séminaire résultaient aussi des stratégies pour une action locale de développement communautaire, voire pour son élargissement à d’autres lieux » (ibid. : 11).

142Lieu de rencontre pour une bonne partie des personnes qui s’intéressaient aux favelas dans ces années 1960, qu’il s’agisse de les étudier ou d’y mener une action concrète, ces séminaires ne sont que rarement perçus aujourd’hui – à l’exception des anciens participants – pour le rôle important, voire déterminant, qu’ils ont joué dans les débuts historiques de la recherche universitaire sur les favelas de Rio. De même, on méconnaît encore l’apport de l’équipe informelle constituée par Anthony Leeds et les membres du Peace Corps alors qu’il est probable que sans elle, son travail sur les favelas n’aurait pu avoir l’ampleur qui lui est reconnue.

  • 110 Selon Gilberto Velho, interviewé par l’auteur.

143Il ne faut pas négliger, par ailleurs, le fait que dès ses premiers séjours à Rio, Leeds noua aussi des relations importantes avec des spécialistes brésiliens de sa génération : José Arthur Rios, déjà cité, à qui Leeds lui-même attribuait la responsabilité de ses premiers contacts avec les favelas en 1961 lorsqu’il était venu à Rio pour l’Union panaméricaine (Leeds A., Leeds E., 1978 : 212), Helio Modesto, l’architecte qui avait participé à l’étude de la SAGMACS, et Roberto Cardoso de Oliveira, éminent anthropologue brésilien qui, devenu directeur du nouveau mestrado en anthropologie du Museu Nacional de l’université fédérale de Rio de Janeiro, l’invitera ensuite à y donner les premiers enseignements d’anthropologie urbaine110.

Convergences et continuités

  • 111 Nous l’avions rencontré dans les années 1960 mais nous n’avons pu l’interviewer pour cette recherch (...)

144La période que nous venons de décrire est celle où se constitue véritablement un champ de recherche sur les favelas de Rio de Janeiro. Certes, les principaux travaux sont encore très liés à des préoccupations de politique publique, mais ils acquièrent une autonomie nouvelle, par la construction intellectuelle de leur objet et par la mise en place de méthodes d’investigation empirique propres. Le nombre des acteurs concernés est restreint, et ils constituent un réseau limité, avec les liens interpersonnels qui vont de Lebret à José Arthur Rios, et de celui-ci à Anthony Leeds. Ce réseau est cependant engagé dans une dynamique d’élargissement qui concerne les principaux acteurs que nous avons analysés. Certains des membres de cet entourage sont restés des individus plutôt isolés, comme Lucien Parisse, déjà cité, jeune dominicain lié à Économie et Humanisme venu faire sa thèse sur les favelas de Rio à la fin des années 1960111. D’autres, comme Luiz Antonio Machado da Silva, qui avait commencé ses recherches dès 1964 puis s’était intégré au séminaire de Leeds, participeront à la construction de la recherche universitaire brésilienne.

145Les travaux de ces acteurs jettent les bases des enquêtes sociologiques et pluridisciplinaires, avec l’étude inaugurale de la SAGMACS, et des enquêtes ethnologiques, avec le travail d’observation participante des Américains dans les favelas, deux approches que l’Université brésilienne va par la suite développer elle-même à plus large échelle. Ils ont aussi contribué à former, directement ou indirectement, une partie des acteurs de cette recherche brésilienne qui va prendre de l’ampleur.

146Malgré la diversité de leurs formations initiales et de leurs modes d’approche, il nous semble que leurs travaux sont marqués par une convergence assez nette sur plusieurs points majeurs :

  • l’insistance sur la prise en compte de la place de la favela dans le processus de croissance urbaine et de transformation de la ville de Rio de Janeiro (SAGMACS, 1960 ; Parisse, 1969c, 1970 ; Leeds, 1969) ;

  • l’attention portée au travail de définition des catégories permettant d’appréhender le phénomène et ses variantes, la reconnaissance de la diversité des favelas qui se manifeste dès leur mode d’implantation (SAGMACS, 1960 ; Leeds, 1969 ; Parisse, 1970) ;

  • la nécessité de prendre en compte divers niveaux d’analyse, des variables macros (économiques, sociologiques, politiques) jusqu’aux variables locales (Leeds, 1969) ;

  • la remise en cause du consensus qui s’était largement établi, comme nous l’avons vu au chapitre 1, pour stigmatiser la favela et ses habitants, considérés comme des « marginaux » (SAGMACS, 1960 ; Machado da Silva, 1967 ; Leeds, 1969 ; Silberstein, 1969 ; Parisse, 1970) ;

  • l’importance d’une analyse des processus internes aux favelas, pour saisir les différentes stratégies mises en œuvre par les résidents, soit au niveau des individus et des ménages, soit au niveau des réseaux locaux (SAGMACS, 1960 ; Morocco, 1966 ; Machado da Silva, 1967 ; Leeds, 1969 ; Medina, 1969) ;

  • l’existence d’une économie interne à la favela non négligeable, et plus large que le seul marché immobilier (Leeds, 1969).

147Si l’on ne peut repérer de véritables divergences entre ces analyses, on peut cependant relever des nuances dans les points de vue présentés sur l’organisation interne des favelas et dans les recommandations avancées quant au rôle des organisations locales. Même si tous les auteurs, sans exception, se déclarent favorables à la formation et à la reconnaissance officielle des associations de résidents, ils en arrivent cependant à diverger sur certains points.

148De la lecture du texte de la SAGMACS (1960), on est conduit à penser que les résidents des favelas avaient déjà des pratiques d’organisation, mais que celles-ci dépendaient du bon vouloir des politiciens démagogues et de leurs cabos eleitorais (Medina, 1964). Tout en se montrant capables de s’organiser collectivement, les favelados étaient ainsi à la merci d’intervenants externes liés aux agences publiques et à l’Eglise.

  • 112 On trouve le texte de cet accord dans Leeds A., Leeds E. (1978 : 248-250).

149On en arrivait alors à déduire que pour garantir l’indépendance de ces organisations par rapport aux circuits du clientélisme politique, il valait mieux les associer directement au Secrétariat des services sociaux et à lui seul. C’est la conclusion tirée par José Arthur Rios, qui, après avoir dirigé l’enquête de la SAGMACS, est devenu le directeur de la Coordination des services sociaux de l’État de Guanabara et du SERPHA (voir supra, « La réception et les conséquences de l’étude de la SAGMACS », p. 97). Il est le principal responsable de l’accord officiel que nous avons déjà mentionné, signé en 1961 entre les associations de résidents des favelas et la Coordination des services sociaux112 (ibid.). La polémique déclenchée par cette mesure politico-administrative, en raison à la fois de l’obligation d’une association unique et du lien de dépendance ainsi établi avec l’administration, met en lumière les interrogations sur l’homogénéité supposée de la structure sociale interne de la favela, et sur celle de l’autonomie ou hétéronomie des formes d’organisation des habitants – deux questions jusque-là masquées par la représentation des « favelas comme communautés » que partageaient les membres du clergé, les assistantes sociales ou l’administration elle-même.

150Ce nouveau lien de dépendance administrative a été interprété par Machado da Silva (1967) comme renforçant des différences sociales internes qui existaient déjà dans les favelas, où s’était progressivement imposée ce qu’il appelait une « bourgeoisie favelada », capable d’assurer son pouvoir par le contrôle des ressources locales (comme les réseaux d’eau et d’électricité, même s’ils étaient précaires) et souvent aussi par le contrôle des associations de résidents. De ce fait, la dépendance de la politique dans la favela (política na favela) par rapport à la politique de la favela ne pouvait qu’être renforcée par la nouvelle mesure.

  • 113 Bien que ce texte ait été publié en anglais pour la première fois en 1973, l’auteur lui-même dit qu (...)

151Pour sa part, Anthony Leeds fit de la question des relations entre le pouvoir local (dans la favela) et les institutions supralocales un élément important de sa problématique. Il proposa de remplacer la notion de communauté, dont il connaissait bien l’usage en anthropologie, et qu’il critiquait chez certains de ses collègues nord-américains, par celle de localité. Selon Leeds113,

« […] l’usage du terme “localité” ne nous oblige pas à postuler une unité minimale ou maximale d’organisation comme dans le cas de la communauté, ni à discuter son statut ontologique. […] Il ne nous oblige pas non plus à supposer que toute localité où l’on vit ou qu’on étudie en tant qu’anthropologue soit aussi une communauté. En général ce n’est pas le cas. […] Les localités en tant que points nodaux d’interactions se caractérisent par des réseaux très complexes de différents types de relations, de parenté, d’amitié, de voisinage, mais aussi de plusieurs types de relations face à face secondaires et impersonnelles. » (Leeds A., Leeds E., 1978 : 32-33.)

152Ce qui, toujours selon Leeds, contribue à caractériser une localité est qu’elle ne permet que l’identification résidentielle des individus ; le fait d’y résider ne signifiant pas nécessairement l’appartenance à une communauté locale (ibid. 55). Cette conception est d’ailleurs appuyée, chez Leeds, par une vision de la société urbaine comme système complexe, dont on ne peut comprendre un élément isolément sans considérer ses relations avec les autres – vision également présente chez Lebret, nous l’avons noté, mais poussée ici plus loin.

153Cette insistance de Leeds résultait aussi, très certainement, de ses observations de terrain et des contacts intenses qu’il avait lui-même noués dans les favelas de Rio ou dans son groupe informel d’observateurs. La vision de la communauté sur laquelle insistaient José Arthur Rios et les membres de l’Église catholique était sans doute plus liée à leur action pratique et à leur position d’agents externes.

154Soulignons enfin, au-delà de ces nuances, l’importance de la valorisation de la réalité sociale des favelas, valorisation liée à une affirmation politique commune du droit des favelas à exister et de leur acceptation et de leur amélioration nécessaires, comme une des modalités de l’habitat des pauvres dans la grande ville.

  • 114 Cette revue était l’un des rares périodiques de sociologie existant à l’époque au Brésil. Elle acce (...)
  • 115 Directeur du CLAPCS à l’époque. Les articles présentés dans le numéro sont signés par les Américain (...)
  • 116 Signalons que dès 1964, un programme de recherche-action en coopération avec les États-Unis, le BEM (...)

155De par l’importance du problème social et urbain, de par la visibilité des politiques publiques sur la question, et sans doute dans une large mesure du fait de la qualité et de la reconnaissance des travaux de recherche que nous venons d’évoquer, les favelas de Rio étaient devenues, à la fin des années 1960, un objet d’intérêt reconnu par les sciences sociales en plein développement, ce dont témoigne le numéro 12 de la revue América Latina114, publié en 1969 par le CLAPCS (Centre latino-américain de recherches en sciences sociales), dont le siège, rappelons-le, se trouvait à Rio de Janeiro. Ce numéro spécial, présenté par l’anthropologue brésilien Manuel Diegues Junior115, signale au public universitaire brésilien et international qu’il est déjà possible de « considérer la favela comme un thème que les sciences sociales peuvent étudier et analyser » (Diegues Junior, 1969 : 6). En effet, au moment de la publication de ce numéro, non seulement des Américains et des Français avaient-ils, comme nous venons de le voir, « découvert » la favela comme objet d’étude, mais aussi des universitaires brésiliens116 commençaient-ils à y distinguer un domaine d’intérêt qui dépassait le seul enjeu politique qu’elles avaient jusque-là constitué.

156Avec ce numéro d’América Latina, la favela trouve pleinement sa place dans l’agenda universitaire, et non plus seulement politique. Dès lors, elle était prête à entrer vraiment à l’Université.

Notes

1 L’apogée de cette période correspond aux années 1956-1960.

2 Ce fut aussi ce journal qui avait envoyé Euclides da Cunha comme correspondant pendant la guerre de Canudos en 1897.

3 Regrettons que cette étude soit aujourd’hui oubliée par la plupart des auteurs récents qui, au mieux, en citent indirectement des extraits tirés de Parisse, Leeds A., Leeds E. ou Valla.

4 « É necessário subir o morro antes que dele desçam os comunistas » (SAGMACS, 1960 : 28).

5 Livre préfacé par Luiz Carlos Prestes, le plus prestigieux leader communiste brésilien.

6 D’après Luiz Werneck, dans un entretien avec l’auteur, Vianna, Magarinos Torres était à l’époque membre du parti communiste, tout comme Manoel Gomes.

7 Les entretiens que nous avons réalisés auprès de trois anciens militants confirment ces éléments et précisent l’existence d’un travail d’éducation populaire développé par les communistes dans les favelas.

8 On trouve une description détaillée de la Cruzada dans Parisse (1969a : 175-190) ainsi que dans le travail plus récent de Slob (2002).

9 Un des acteurs de cette politique de formation en milieu rural fut José Arthur Rios, qui a écrit un livre sur la question (1957) et que nous retrouverons comme responsable de la SAGMACS à Rio.

10 Selon Carlos Alberto de Medina, interviewé par l’auteur, et qui fut l’un des principaux chercheurs de l’équipe de la SAGMACS à Rio.

11 On a déjà beaucoup écrit en France sur Économie et Humanisme et Louis-Joseph Lebret. Les livres les plus récents sur lesquels nous nous appuyons sont ceux de Pelletier (1996), Garreau (1997) et Houée (1997). Dans ces trois ouvrages, on trouve la bibliographie complète du père Lebret. On y traite de son séjour au Brésil, surtout à Sao Paulo. Mais curieusement le passage de Lebret par Rio de Janeiro et son rôle dans l’étude entreprise sur les favelas de Rio par l’équipe brésilienne de la SAGMACS sont ignorés.

12 Voir Houée (1997 : 104).

13 Le dominicain Romeo Dale, alors prieur à São Paulo, a été à l’origine de cette invitation. Il avait séjourné à La Tourette et s’était lié d’amitié avec Lebret, comme en témoigne l’introduction de son cours d’ouverture le 14 avril 1947. Voir Lebret (1947).

14 Nous avons pu consulter le texte intégral de ce cours, que Lebret avait fait dactylographier, conservé dans plusieurs volumes reliés à la bibliothèque du couvent des dominicains de Rio de Janeiro. Voir Lebret, 1947.

15 Sur l’ELSP, voir Kantor, Maciel et Simões (2001). Y sont rassemblés des témoignages d’anciens enseignants.

16 Pelletier (1996 : 298) explique que la SAGMACS, subventionnée au début par le Jockey Club de São Paulo, avait été conçue comme un laboratoire d’enquêtes sociales où les dominicains n’apparaissaient pas officiellement. Parmi ses membres fondateurs, on trouve Luis Cintra do Prado, ancien directeur de l’école polytechnique de São Paulo, le docteur Freitas, directeur de l’école de médecine de São Paulo et Franco Montoro, sécretaire général de l’Action catholique de São Paulo (Leme, 2004 : 112).

17 La CEPAL, Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, fut créée en 1948 par les Nations unies et joua un rôle très important dans les années 1950 à 1970 dans le développement de la pensée économique et sociale latino-américaine. Cette institution a été le lieu majeur de rencontre et de débats des intellectuels, là où s’est élaborée la théorie de la dépendance.

18 Rappelons que dans les années 1950-1960, le Brésil symbolisait le pays de la misère et de l’analphabétisme. Un tel succès éditorial – en 1959, Principes pour l’action en était à sa 7e édition – est le signe de l’audience considérable qu’a eue la pensée de Lebret.

19 Sur l’histoire de l’Université brésilienne dans la première moitié du XXe siècle, notamment de l’USP qui s’est développée avec l’aide de professeurs français tels que Fernand Braudel (séjours en 1935 et 1948), Claude Lévi-Strauss (1935), Pierre Deffontaines (1934), Pierre Monbeig (1935-1946), François Perroux (1936), Roger Bastide (1941-1954), Georges Gurvitch (1947-1948), voir le livre dirigé par Miceli (1989), notamment la contribution de Massi sur le rôle des Français et des Nord-Américains dans les sciences sociales brésiliennes.

20 Bien que Lévi-Strauss et Bastide se soient opposés à la pensée durkheimienne tout au long de leur trajectoire scientifique, on ne peut nier l’impact de Durkheim sur leur formation. Et c’est ainsi qu’ils étaient perçus au Brésil (Massi, 1989).

21 Sur l’héritage leplaysien de Lebret, voir Pelletier (1996 : 131-136). Sur Le Play, voir Le Play ([1879] 1989) et Kalaora et Savoye (1983).

22 L’histoire de l’anthropologie au Brésil a été étudiée par plusieurs auteurs brésiliens. Nous renvoyons à quelques-uns des principaux textes : Melatti (1984), Durham et Cardoso (1961), Peirano (1995).

23 Information obtenue dans un entretien de l’auteur avec Celso Lamparelli qui a suivi le cours de Lebret à l’époque.

24 Leme et Lamparelli (2001) soulignent l’apport inaugural de Lebret dans les études de planification urbaine à São Paulo et décrivent en détail ses apports méthodologiques.

25 Lamparelli (1995 : 9) distingue : a) un urbanisme à l’américaine qui propose un modèle de ville bourgeoise qui répond aux intérêts des propriétaires et de la croissance économique à travers la restructuration des bases physiques d’une métropole capitaliste ; b) une planification tournée vers le développement qui donne la priorité à l’amélioration des conditions de vie de toute la population urbaine à partir d’une connaissance de la ville réelle, de ses dynamiques, de ses carences et de ses potentialités.

26 À São Paulo, selon Taschner (1997), ce ne fut que dans les années 1970 que cette forme d’habitat a commencé à attirer l’attention des pouvoirs publics.

27 C’est dans la favela du Morro da Babilonia que Marcel Camus tourna le film Orfeu negro en 1959.

28 Information obtenue lors d’un entretien de l’auteur avec Adriane Macedo, qui participa au travail social dans la Cruzada pela Infancia do Leme après la Seconde Guerre mondiale.

29 Sur cette « Bataille de Rio », voir Chapitre 1.

30 Les résultats de ce travail furent publiés en français dans la revue Économie et Humanisme – Le Diagnostic n° 1, et en portugais, dans la Revista do Arquivo, Lebret (1931).

31 Voir Pelletier (1996). Houée (1997) ouvre même l’introduction de son livre avec des mots de Dom Helder en hommage au père Lebret prononcés à la sortie du petit cimetière du Minihic-sur-Rance où il repose depuis 1966.

32 Le père Lebret a eu des difficultés au sein de l’Église lors de son premier séjour au Brésil. Pelletier (1996 : 300) en parle : « La correspondance entre le père Tauzin, vice-provincial dominicain au Brésil, et le père Nicolas à Toulouse, témoigne aussi de l’hostilité que professait l’archevêque de São Paulo contre les dominicains en général, et le père Lebret en particulier, depuis le passage de ce dernier en 1947. »

33 L’article d’Astier et Laé (1991) analyse les enquêtes sociales du groupe Économie et Humanisme en France dans les années 1940 et 1950. Mais il nous fournit aussi les principes de base du mouvement qui s’est répandu hors du continent européen.

34 Medina fut un des premiers auteurs à attirer l’attention sur ce rôle des favelas. Dans son livre, il consacre un chapitre aux « chemins du démagogue » (1964 : 73-101).

35 Michel Marié, a évoqué le « mythe Lebret » en Amérique latine (Marié, 1989). D’après lui, d’autres bureaux d’études comme la CINAM s’implantèrent dans le sillage du père Lebret.

36 Nous pensons au rapport de Loew sur les dockers de Marseille (Loew, 1945) et au livre de Quoist (1952) édité par les Éditions ouvrières qui avait pris Rouen et ses quartiers populaires comme terrain d’observation.

37 Voir le témoignage de Whitaker Ferreira (1997). Entre autres choses, il parle de l’importance du Guide pratique de l’enquête sociale pour les planificateurs qui ont participé à plusieurs études menées par la SAGMACS dans différentes villes et régions du Brésil. Une bonne synthèse des enquêtes entreprises dans les années 1952-1954 par différentes équipes de São Paulo et Recife est présentée par Pelletier (1996 : 305-310). L’auteur signale qu’« Économie et Humanisme-Brésil bénéficie de l’appui de l’archevêque de Recife ainsi que du mouvement d’intérêt qui commence à se manifester à travers tout le Brésil dans les années 1950 pour le “mal développement” du Nordeste » (p. 308).

38 Voir Leme et Lamparelli (2001). Sur Recife, voir Pontual (2001) qui a interviewé Antonio Baltar e Souza Barros, collaborateur de Lebret pendant quinze ans.

39 Cette interprétation est celle de José Arthur Rios, interviewé par Lima (1989) et par nous-même plus récemment.

40 Image attribuée par l’écrivain Coelho Neto en 1908 dans un article du journal A Notícia. En 1935, le compositeur André Filho a écrit Cidade maravilhosa, resté jusqu’à nos jours l’hymne de l’État de Rio.

41 On peut faire un parallèle entre l’USP et l’université de Chicago. Les deux universités avaient en commun leur financement par le patronat local. Ces patronats industriels ne pouvaient pas concevoir une grande ville moderne sans une université qui serait à la fois pionnière et d’excellence dans leur pays, contribuant par là à améliorer le statut de leur métropole. Voir Bulmer (1986) et Chapoulie (2001) pour les origines de l’université de Chicago et Miceli (1989) pour les origines de l’USP.

42 Signalons que la haute bourgeoisie industrielle de São Paulo a toujours joué un rôle important dans la vie culturelle de cette ville. La biennale d’Art moderne doit sa création et le financement de ses premières éditions à l’entrepreneur Titilo Matarazzo.

43 Voir Pelletier (1996 : 465-466) pour la liste de ces travaux d’aménagement urbain et régional au Brésil.

44 Sur les différences dans les processus d’institutionalisation des sciences sociales entre Rio de Janeiro et São Paulo voir Miceli (1989).

45 Signalons que l’Unesco désigna précisément Costa Pinto comme premier directeur de ce centre. Sur l’histoire du CLAPCS, voir Oliveira (1995 : 268-300).

46 À propos d’Arthur Rios et de son action politique voir Freire et Oliveira (2002).

47 Le sociologue américain Lynn Smith, qui travaillait à l’époque sur le Brésil rural, a été son principal interlocuteur.

48 Entretien de l’auteur avec José Arthur Rios.

49 Entretien de l’auteur avec Carlos Alberto de Medina.

50 Dans son témoignage recueilli par Correa (1987), Pierson mentionne deux fois Kalervo Oberg, son collègue du Smithsonian Institute, disant qu’il avait non seulement enseigné mais fait de longues recherches dans l’intérieur du pays, régulièrement accompagnés par des étudiants brésiliens (p. 58 et 71).

51 Plus tard, Medina entra au CLAPCS.

52 Nous avons peu d’informations sur Helio Modesto, aujourd’hui décédé et que nous n’avons pu rencontrer. Il a eu après l’enquête de la SAGMACS des responsabilités importantes dans les organes de planification urbaine de l’État de Guanabara.

53 Parmi les Français qui sont venus dans les années 1930 au Brésil se trouvait le géographe Pierre Deffontaines, qui enseigna d’abord à l’USP (où il fonda la chaire de géographie) et s’installa ensuite à Rio de Janeiro (1936-1938) où il a joué un rôle fondamental dans la formation des géographes brésiliens (Abreu, 1994a ; Ferreira, 2000). Ceux qui ont travaillé dans l’étude de la SAGMACS sur les favelas (Lysia Bernardes, Nilo Bernardes, Orlando Valverde) l’ont fait à une époque où la géographie brésilienne, sous influence française, « fit du travail de terrain, du contact direct avec l’observation, une activité non seulement essentielle pour la recherche mais aussi pour la formation » (M. Abreu, 1994a : 25). Signalons que Lysia Bernardes (1958) avait écrit un article que nous avons cité dans le chapitre 1 fondé sur l’étude d’une zone d’occupation ancienne – la Ponta do Cajú – devenue en partie une favela déjà au XIXe siècle. Arthur Rios nous a parlé des géographes qu’il a associés au projet comme du « bouquet des géographes formés par les Français » (entretien de l’auteur).

54 Parmi les favelas étudiées, il y avait le Morro da Providência et les favelas de São Carlos, Esqueleto, Jacarezinho, Barreira do Vasco, Vila do Vintém, Radio Nacional/Parada de Lucas, Vila Proletaria da Penha, Cordovil, Telegrafos, Morro do Bonsucesso, Escondidinho, Praia do Pinto, Rocinha, Cantagalo et le Parque Proletário da Gavea. Ce dernier avait été construit dans les années 1940 (voir chapitre 1) mais était déjà devenu à l’époque une favela comme les autres. Les deux premières études approfondies ont porté sur la Barreira do Vasco où la Fondation Léon-XIII était active depuis sa création (Aragão, 1949) et sur le Parque Proletário da Gávea. La seconde vague d’études approfondies porta sur des favelas où était implantée la Fondation Léon-XIII : Barreira do Vasco, Rocinha, Jacarezinho, Cantagalo, Mangueira, Praia do Pinto, Morro de São Carlos.

55 Le lecteur sociologue ne peut que trouver dans ce passage une référence implicite à Max Weber. Celui-ci n’est pas cité, mais rappelons que l’étude fut publiée dans un quotidien, sans l’appareillage de références bibliographiques d’une publication académique.

56 À distinguer de la « Second Chicago School » dont les deux auteurs les plus influents furent Herbert Blumer et Everett Hugues, principaux initiateurs du courant de l’interactionnisme symbolique. Le livre édité par Fine (1995) montre à la fois la continuité et la différence entre les deux traditions représentées par les deux générations, celles de la première et de la deuxième école de Chicago.

57 Plus tard, Castells (1968) a évoqué l’école de Chicago, mais son propos visait à critiquer les community studies pour justifier une autre approche de l’urbain. Les textes fondateurs de l’école de Chicago n’ont été accessibles en français qu’en 1979 grâce à Grafmeyer et Joseph. La première présentation un peu détaillée en français est sans doute celle de Herpin (1973).

58 Colloque franco-américain organisé par Chapoulie et Tripier, 3-4 avril 1988, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

59 Comme l’a confirmé Isaac Joseph (1998).

60 Certes, la conception du travail de terrain et de la pratique de l’enquêteur n’est pas aussi élaborée que dans les instructions données par les méthodologues américains comme Palmer qui avait publié dès 1928 un manuel pratique pour les étudiants, dont parlent Bulmer (1984) et Platt (1996), mais l’esprit est très proche dans son pragmatisme.

61 Comme le note fort justement Leclerc (1979 : 66-67) : « […] la méthode d’exposition étant la méthode cartographique, la représentation des données statistiques sur des cartes, selon la technique des statisticiens européens, elle a sans aucun doute influencé les travaux “d’écologie urbaine” de l’école sociologique de Chicago à partir des années 1920. »

62 Traduction de Grafmeyer et Joseph (1984 : 142).

63 Platt (1996) offre un compte rendu et une analyse très achevée des méthodes de terrain à Chicago depuis le début du XXe siècle.

64 Entretien de l’auteur avec Michel Marié, 1999.

65 Grafmeyer et Joseph insistent sur l’expérience professionnelle de Park en tant que journaliste, avec laquelle ils suggèrent qu’il n’y eut aucune rupture épistémologique. « Le devoir du sociologue, c’est d’ajouter à l’œil du journaliste un instrument susceptible d’améliorer la forme : microscope, lunette, etc. » (1984 : 8).

66 « Eu sou uma encruzilhada ». Entretien de l’auteur avec José Arthur Rios en 1998. Rappelons qu’Arthur Rios avait étudié aux États-Unis puis séjourné à La Tourette.

67 L’histoire de l’influence française a déjà été bien étudiée et a donné lieu à de nombreuses publications dont les ouvrages collectifs dirigés par Miceli (1989 et 1995), déjà cités, et le livre de Martinière (1982). Quant à l’influence américaine, on sait que Gilberto Freyre, un des premiers grands sociologues brésiliens, a étudié à Columbia University et a maintenu des relations étroites avec des sociologues et des anthropologues américains. Nous avons signalé que Costa Pinto était lui aussi lié à Columbia University. La trajectoire et l’influence de Donald Pierson ont été étudiées par quelques auteurs, dont Correa (1987). Nous avons nous-même coordonné un ouvrage sur l’influence de l’école de Chicago au Brésil (Valladares, 2005).

68 La seule analyse détaillée du rapport de la SAGMACS que nous connaissions a été publiée dans Valla et al. (1986), dans l’annexe 1, où l’auteur fait une analyse critique détaillée du contenu mais ne dit rien sur la réception.

69 Les conditions exceptionnelles propres à l’université de Chicago dans les premières décennies de 1900 sont soulignées par tous les auteurs, entre autres Bulmer (1986).

70 Équivalent d’un maire-adjoint chargé des services sociaux.

71 Lacerda, journaliste de métier, avait lancé en 1948 la « Bataille de Rio » (voir Introduction et Chapitre 1). Il suggérait que la favela n’était pas uniquement un problème limité à la ville de Rio mais bel et bien celui du pays tout entier. Élu gouverneur de l’État de Guanabara, il met en pratique les propositions défendues des années plus tôt en rasant plusieurs favelas et en relogeant leurs habitants dans la périphérie éloignée de l’agglomération carioca. Paradoxalement, ses idées contrastaient avec les positions du rapport SAGMACS.

72 Ce point a été confirmé par Arthur Rios lors de l’entretien qu’il nous a accordé.

73 On peut les comparer aux arrondissements d’avant la loi PLM (promulguée en janvier 1983 et relative à l’organisation administrative de Paris, Lyon, Marseille et des établissements publics de coopération intercommunale).

74 Cette organisation, peu connue et peu étudiée en France, a suscité un grand nombre de travaux aux États-Unis, comme le montre la bibliographie commentée de Ridinger (1989).

75 Hoffman (1998 : 11) reproduit le discours de Kennedy devant 10 000 étudiants de l’Union des étudiants de l’université du Michigan en 1960 : « Combien d’entre vous sont prêts à passer dix ans en Afrique, en Amérique latine ou en Asie à travailler pour les États-Unis et pour la liberté ? Combien d’entre vous qui vont devenir médecins sont prêts à travailler au Ghana ? Techniciens et ingénieurs, combien parmi vous sont prêts à s’engager dans l’action internationale de notre pays et à passer votre vie à voyager autour du monde ? » On peut imaginer l’impact d’un tel discours du candidat à la présidence des États-Unis sur les étudiants.

76 Le candidat pouvait seulement indiquer des préférences.

77 Publicité dans le New York Times en 1964, citée par Hoffman (1998 : 124).

78 Hoffman (1998 : 133) fournit des données intéressantes sur les premières années du Peace Corps : dans la période qui va de 1961 à 1965, plus de la moitié des volontaires travaillaient en tant qu’enseignants (y compris instituteurs), 30 % dans le développement communautaire et 20 % dans des activités liées à l’agriculture, la santé, les travaux publics et l’administration. Selon l’auteur, ces pourcentages n’ont pas changé substantiellement dans les décennies suivantes.

79 Comme le signale bien Hoffman (1998 : 134) : « Le choc culturel était une autre façon de promouvoir le relativisme culturel et donc l’idéal du respect universel. »

80 Selon Hoffman (1998 : 263-264), ces chiffres regroupent les volontaires des pays suivants, tous classés comme « Inter-America » : Anguilla, Antigua et Barbuda, Argentine, Barbades, Belize, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Dominique, République dominicaine, Equateur, Salvador, Grenade et Cariacou, Guatemala, Guyana, Haïti, Honduras, Jamaïque, Montserrat, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Saint-Kitts et Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et les Grenadines, Surinam, Turks-Caicos, Uruguay, Venezuela.

81 Le Peace Corps n’est plus présent au Brésil depuis 1981. Cecilia Azevedo (1998, 2002), qui a soutenu une thèse de doctorat « Em nome da América : os Corpos da Paz no Brasil 1961-1981 » à l’université de São Paulo, raconte l’histoire du Peace Corps au Brésil, mais ne fournit pas le nombre de ceux qui y sont allés.

82 Jusqu’à ce que nous nous penchions sur cette question (Valladares : 2002), aucun des nombreux travaux publiés sur les favelas de Rio ne discutait l’action des Peace Corps dans les favelas.

83 Estimation d’Elizabeth Leeds, politologue, venue au Brésil pour la première fois dans les années 1960. Membre d’un groupe du Peace Corps qui travaillait dans le domaine de la santé publique et du développement communautaire, elle a vécu dans la favela de Tuiuti et a épousé l’anthropologue Anthony Leeds avec qui elle a mené des recherches dans les favelas de Rio, notamment à Jacarezinho, et écrit plusieurs textes. Signalons cependant que sa trajectoire n’est pas courante parmi les volontaires. Lorsque nous l’avons interviewé, elle travaillait à la Fondation Ford à Rio de Janeiro.

84 Comme le signale Levine (1994 : 16), « les militants du Peace Corps avaient déjà connaissance du texte par les cours qu’ils recevaient pendant leur entraînement pour pouvoir travailler dans des favelas et autres quartiers pauvres et éloignés du Brésil ».

85 Sur la réception du livre aux États-Unis voir Meihy et Levine, particulièrement le chapitre « A percepção de um estrangeiro » (1996 : 13-19).

86 L’accord de l’USAID relatif à Rio de Janeiro couvrait plusieurs domaines : la construction de logements sociaux destinés au relogement des habitants d’un petit nombre de favelas, le financement d’un projet pilote d’urbanisation d’une favela et la construction d’un centre de santé. Voir Leeds A., Leeds E. (1978).

87 Selon Elizabeth Leeds, le groupe des Peace Corps auquel elle appartenait dépendait de la région administrative de São Cristovão où il y avait un centre de santé qui avait servi de tremplin à son entrée dans la favela. La plupart des membres du Peace Corps avaient choisi d’habiter dans les favelas (entretien avec E. Leeds).

88 Rappelons que le Morro do Borel était connu pour l’action des communistes et que Jacarezinho, alors la plus grande favela de Rio d’après le recensement de 1960, était dans une zone très ouvrière et comptait des militants actifs dans le mouvement des favelados.

89 Dans la favela de Jacarezinho, Dona Filinha ouvrit une véritable pension de famille pour les Américains dans un petit immeuble en dur, pension qui servit ensuite à d’autres chercheurs brésiliens comme Jane Souto de Oliveira (interviewée par nous).

90 Il faudrait, entre autres, assurer le repérage et l’interview d’anciens membres du Peace Corps qui ne se trouvent plus au Brésil.

91 Lorsque je suis arrivée pour la première fois à la Rocinha en 1967. (Medina, Valladares, 1968), un couple de membres du Peace Corps y habitait déjà. Ils enseignaient à l’Université catholique de Rio de Janeiro, située à proximité, et avaient loué une des bonnes maisons de la favela. Ils essayaient de faire du développement communautaire sans succès. Sur place bien après leur départ, j’ai pu évaluer leur image auprès des habitants et les traces qu’ils avaient laissées (Valladares, journal de terrain non publié).

92 Notamment Luis Antonio Machado da Silva, que nous avons interviewé.

93 Nous avons signalé la contribution d’Arthur Rios à ces formations. Ce fut aussi le cas d’Anthony Leeds qui avait fait sa thèse de doctorat sur le Brésil.

94 À la Rocinha, nous avons aussi identifié, comme seuls autres étrangers, un groupe de trois religieuses d’une mission italienne. Elles habitaient dans une baraque assez pauvre, contrairement au couple américain (Valladares, journal de terrain non publié).

95 La location de ces maisons par les Américains a d’ailleurs souvent permis aux propriétaires d’améliorer leurs investissements. Le cas quasi légendaire est celui de Peggy (Margaret Dulany) Rockfeller, de la célèbre famille, dont le fiancé était membre du Peace Corps à Jacarezinho, et qui contribua notablement aux améliorations de ce qui devint la pension de Dona Filinha (entretien de l’auteur avec Jane Souto de Oliveira). Elle a écrit un mémoire pour le Radcliff College (1969).

96 Ils ne connaissaient pas très probablement l’annexe méthodologique de William Foote Whyte à son classique Street Corner Society, paru pour la première fois en 1943, qui a été ajoutée dans l’édition de 1955.

97 Les membres du Peace Corps rédigeaient régulièrement des rapports – ce qui les a souvent fait soupçonner d’espionnage. Ce matériel précieux pour une analyse sociologique plus approfondie n’a jamais été diffusé publiquement.

98 Par exemple, les assistantes sociales du département du Service social et de la Fondation Léon-XIII organisaient des cours de formation professionnelle pour jeunes et adultes, offraient de l’assistance médicale dans des centres sociaux qu’elles géraient dans les favelas et jouaient en plus le rôle d’intermédiaires entre la population locale et l’administration municipale.

99 Les chercheurs brésiliens ont beaucoup écrit sur le mutirão. Citons seulement les ouvrages de Maricato (1979), Bonduki, Rolnik (1979). Nous renvoyons à notre propre article (Valladares, Figueiredo, 1981) pour une analyse de cette littérature au Brésil, à Sachs (1985) et Bisilliat (1995) pour une présentation en français de cette forme d’action collective brésilienne.

100 Pour une analyse de la structure interne des favelas et des associations volontaires, voir Medina (1969) et Valladares (1977).

101 Ce fut le cas du couple du Peace Corps que nous avons rencontré à la Rocinha. Devant la difficulté rencontrée pour mener sur place les actions envisagées, ils se sont limités à leur collaboration avec l’Université catholique où ils étaient enseignants.

102 Échec par rapport au but principal affirmé qui était d’aider les résidents pauvres à s’organiser pour mieux répondre à leurs problèmes.

103 Les informations sur Anthony Leeds viennent des entretiens que nous avons menés avec Elizabeth Leeds, Gilberto Velho et Luiz Antonio Machado da Silva. J’ai moi-même rencontré Anthony Leeds pendant ses séjours au Brésil dans les années 1960 et 1970. D’autres éléments proviennent de l’ouvrage dirigé par Sanjek (1994) qui est un recueil d’articles d’Anthony Leeds augmenté de textes sur Leeds par Sanjek et Sieber.

104 Selon Luiz Antonio Machado da Silva, qui était à l’époque déjà engagé dans des recherches sur les favelas et qui connaissait bien quelques membres du Peace Corps.

105 S’il ne publia pas sa thèse, son article « Brazilian Careers and Social Structure » (1964) eut un retentissement important au sein de la communauté scientifique américaine.

106 Selon Luiz Antonio Machado da Silva.

107 L’image de Leeds et des membres du Peace Corps semble cependant quelque peu remise en question par les observations du sociologue portugais Boaventura Santos dans le récit de son propre travail de terrain à Jacarezinho dans les années 1970 (1988 : 59), même s’il ne cite pas de noms : « Un jour un ami m’a présenté à une personne qui savait beaucoup de choses sur la favela et sur les Américains. Avant même que je le questionne, il se lança dans un long discours sur la favela, sa localisation géographique, les types de logements, de constructions, les occupations des résidents. […] C’était un discours qui utilisait un langage scientifique populaire, qui révélait une connaissance technique de la communauté […] il finit par cette phrase surprenante : “Vous faites une recherche sur la favela, n’est-ce pas ? Les Américains ont écrit leurs livres sur mes épaules !” […] Mon ami me dit que, vrai ou faux, on racontait qu’il avait gagné beaucoup d’argent grâce aux entretiens qu’il avait donnés aux sociologues américains. »

108 D’après Bulmer (1986), la colonne vertébrale des Post-Graduate Studies à l’université de Chicago était un séminaire de recherche où chaque étudiant en doctorat partageait avec le groupe l’état d’avancement de ses travaux, ses difficultés et ses données.

109 En fréquentant ce séminaire, j’y ai rencontré des membres du Peace Corps, les rares chercheurs brésiliens qui à l’époque étudiaient les favelas, dont Luiz Antonio Machado da Silva et l’architecte Carlos Nelson Ferreira dos Santos, qui travaillait au programme d’urbanisation des favelas de la CODESCO (dont nous parlerons plus loin), ainsi que quelques universitaires américains qui faisaient du travail de terrain pour leur PhD, comme Diana Brown, Lawrence Salmen et Janice Perlman, qui ont en effet publié leurs thèses peu après (Salmen, 1969, 1970 ; Perlman, 1977 ; Brown, 1986).

110 Selon Gilberto Velho, interviewé par l’auteur.

111 Nous l’avions rencontré dans les années 1960 mais nous n’avons pu l’interviewer pour cette recherche. Nous ne savons donc pas précisément quels étaient ses liens avec Lebret, ni les raisons de son choix des favelas de Rio pour une thèse de géographie à l’université de Strasbourg – première thèse d’un Français sur la question (Pires-Saboia, 2000). Il n’a pas effectué lui-même de travail de terrain comme les Américains, puisqu’il entendait plutôt réaliser un travail de synthèse regroupant les données disponibles sur les favelas, leur croissance et leur place dans le processus d’urbanisation.

112 On trouve le texte de cet accord dans Leeds A., Leeds E. (1978 : 248-250).

113 Bien que ce texte ait été publié en anglais pour la première fois en 1973, l’auteur lui-même dit qu’il a été rédigé en 1964. Nous traduisons ici la version portugaise, publiée dans Leeds A., Leeds E. (1978).

114 Cette revue était l’un des rares périodiques de sociologie existant à l’époque au Brésil. Elle acceptait et publiait des articles en portugais, espagnol, anglais et français, ce qui lui conférait un caractère vraiment international. Les sociologues de Sao Paulo disposaient de leur côté de la revue Sociologia.

115 Directeur du CLAPCS à l’époque. Les articles présentés dans le numéro sont signés par les Américains Anthony Leeds et Paul Silberstein, les Français Lucien Parisse et Jean-Pierre Bombart, les Brésiliens Carlos Alberto de Medina et Luiz Antonio Machado da Silva.

116 Signalons que dès 1964, un programme de recherche-action en coopération avec les États-Unis, le BEMDOC (Brésil-États-Unis Mouvement pour le développement et l’organisation de la communauté), visait au développement communautaire dans quatre favelas. Luiz Antonio Machado da Silva y travaillait.

Table des illustrations

Titre 10. PAGE DE COUVERTURE DU RAPPORT DE LA SAGMACS
Légende Source : O Estado de São Paulo, 13 avril 1960
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 11. TABLEAUX DE NOTATION DES FAVELAS PAR LA SAGMACS
Légende Source : O Estado de São Paulo, 13 avril 1960
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540