Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie IV. Autour de la modernité

Les Trente Glorieuses et la crise de 1973

Maurice Aymard

Texte intégral

1Il est indispensable de préciser d’entrée de jeu les deux expressions qui composent ce titre, qui m’avait été proposé au printemps 2005 par les organisateurs de la deuxième édition des rencontres de Shanghai (septembre 2005), Duanmu Mei et Jean-Claude Thivolle.

  • 1 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1 (...)

21. Les « Trente Glorieuses » sont la première partie du titre d’un ouvrage de Jean Fourastié, un économiste dont la vie a couvert le xxe siècle (1910-1990), et qui avait bâti son œuvre et sa réputation sur deux directions complémentaires de recherche, ou plutôt sur deux façons, étroitement associées, d’aborder les questions qu’il traitait1 : la longue durée des mouvements de l’économie (l’évolution des prix, du travail et de sa rémunération) ; les effets globaux de ces évolutions sur la société, sur ses façons de vivre et de penser. D’où son intérêt pour les grandes masses, beaucoup plus que pour les détails.

3Jean Fourastié se distinguait par ailleurs de la majorité de ses collègues universitaires au moins sur un point. Il avait choisi de donner à la présentation de ses idées et de ses conclusions, en dehors de la démonstration scientifique qui passait souvent par des études et des articles destinés aux spécialistes, une forme susceptible d’atteindre le grand public : il a été un grand « communicateur » avant la lettre. De là des essais, dont les titres, choisis avec soin, ont eu un effet de choc, amplifié par les commentaires et les débats qu’ils ont suscités, au point d’échapper à leur auteur et de passer, comme des expressions de référence, dans la langue courante : Pourquoi nous travaillons ? ou Les quarante mille heures, Machinisme et bien-être, Histoire du confort, ou encore Comment mon cerveau s’informe. Parmi ceux-ci Les Trente Glorieuses (1979), qui a eu sans doute l’impact le plus profond et le plus durable, et dont le sous-titre explicite le sens : La révolution invisible de 1946 à 1975. Son objectif est de montrer que ces trente années qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale voient une transformation fondamentale de la société et de l’économie françaises. Cette transformation s’inscrit elle-même dans une durée plus longue : elle ne naît donc pas de rien. Elle est à la fois globale (elle touche à tous les secteurs de la vie économique et sociale), rapide (elle accélère les rythmes des évolutions antérieurement amorcées), et cohérente (elle fait passer d’un « état d’équilibre » antérieur, accepté par tous, à un autre, radicalement différent, et jugé irréversible). De ce fait, elle marque une véritable rupture : la France de 1975 n’est plus, nous dit Jean Fourastié, celle de 1946. Cette rupture, les historiens de l’époque contemporaine, trop attentifs aux événements politiques, à leur succession et à leur impact sur l’opinion publique, ont trop souvent, à ses yeux, tendance à ne pas y prêter suffisamment attention : elle est comparable à une « révolution invisible » dont il faut tenir compte pour comprendre tout le reste, même si les contemporains, pour lesquels elle s’est étalée sur trente années, et qui l’ont vécue, selon leur âge, à des moments différents de leur vie, sont, comme les historiens, portés à en minimiser ou à mal en mesurer les effets sur leur propre existence.

  • 2 Fernand Braudel, « Histoire et sciences sociales. La longue durée », Annales ESC, vol. XIII, 4, oc (...)

4Du même coup, les « Trente Glorieuses » sont à la fois comparées et opposées aux « Trois Glorieuses » journées de la révolution de juillet 1830, qui mettent un terme aux quinze années de la Restauration. De la même façon, le changement économique et social, échelonné sur trente ans mais touchant aux structures les plus profondes, se trouve lui aussi comparé et opposé au changement politique concentré sur trois journées, mais volontairement limité par la petite élite qui réussit à contrôler et à canaliser le mouvement et finit par en confisquer le résultat (changement de souverain et de personnel politique, modification de la Charte, léger élargissement du droit de vote qui reste censitaire), même s’il marque une étape dans la stabilisation d’un régime constitutionnel en France. Fernand Braudel, dans son grand article de 1958 « Histoire et sciences sociales. La longue durée »2, avait repris de Claude Lévi-Strauss une citation de Marx qui pouvait rapprocher à ses yeux le point de vue de l’anthropologue structuraliste (celui du temps immobile) et celui de l’historien attentif à la longue durée (celui du « temps quasi immobile », lent à s’écouler, mais conservant toujours une dimension de changement) : « Les hommes font l’histoire, mais ils ne savent pas qu’ils la font. » Jean Fourastié dit implicitement : « Les hommes vivent l’histoire, mais ils n’en ont qu’une conscience limitée », car les événements quotidiens leur cachent les ruptures plus profondes. Ce qui définit du même coup la mission et la responsabilité des sciences sociales et humaines : il revient à l’anthropologue, à l’historien, au sociologue, à l’économiste de mettre à jour et de faire partager à leurs contemporains cette connaissance et cette conscience à la fois des continuités et des transformations souterraines et silencieuses, et, du même coup, de leur apprendre à jouer sur plusieurs temporalités.

5La formule a fait mouche, d’autant plus qu’à cette époque Fourastié écrit régulièrement dans un grand quotidien comme Le Figaro. L’expression est devenue proverbiale dans les milieux cultivés, et se trouve régulièrement reprise par des personnes qui n’ont pas lu le livre, qui souvent ignorent le nom de son auteur et se contentent de savoir en gros de quoi il parle. Celles-ci s’en servent surtout pour soutenir l’idée que nous vivons aujourd’hui une période différente, caractérisée par des mutations économiques et donc sociales souvent douloureuses, er que l’opinion doit accepter l’idée que les acquis, notamment sociaux, de ces trente années de l’après-guerre, peuvent, et pour certains doivent, être remis en question pour faite face aux difficultés actuelles : il suffit de penser au débat sur le « modèle social français » qui a accompagné le référendum sur la constitution européenne, et qui constitue aujourd’hui encore l’arrière-plan des discussions sur les réformes que le président de la République actuel s’efforce de faire aboutir depuis 2007.

62. La crise de 1973 : celle-ci constitue l’arrière-plan du livre de Jean Fourastié (publié en 1979) qu’elle justifie. Elle vient même à ses yeux confirmer ses prévisions de la fin des années 1960, et fixer le cadre chronologique de son analyse : l’année 1975 n’a été retenue que pour faire un compte rond de trois décennies (1946-1975), et pour faire sa part à une certaine inertie des phénomènes économiques, que les politiques et l’opinion ont toujours du mal à appréhender, à accepter comme durables, et encore plus à comprendre – une inertie que nous retrouvons aujourd’hui face à la crise financière internationale.

7La crise, c’est, à court terme, le premier choc pétrolier, qui ébranle au lendemain de la guerre du Kippour toute l’économie mondiale, et, de façon spectaculaire, les économies les plus avancées de l’époque : celles de l’Europe occidentale et des États-Unis. Celles-ci voient le chômage reprendre chez elles une place qu’il avait progressivement perdue depuis la fin de la guerre, la reconstruction puis la croissance économique l’ayant réduit à presque rien. Mais c’est aussi une crise « qui commence en 1973 », et dont nul ne saurait dire si elle est aujourd’hui réellement terminée, plus de trente ans après. Les signes observables actuellement sont en effet contradictoires. On enregistre, d’un côté, la croissance très forte des économies asiatiques (Chine et Inde notamment) qui semblent avoir réussi à surmonter rapidement la crise financière, et celle, soutenue depuis le début des années 1990 jusqu’en 2007-2008, des États-Unis ; d’un autre côté, les difficultés de la conversion à l’économie de marché des anciens pays communistes de la moitié orientale de l’Europe ; et d’un troisième côté enfin, celles des économies d’Europe occidentale confrontées, Angleterre désormais comprise, avec des taux de chômage élevés, des déficits budgétaires conduisant – avant même les débuts de la crise financière qui les a propulsés à des niveaux records – à remettre en cause en partie au moins les redistributions sociales de l’époque du welfare state (notamment pour la santé, l’éducation et la recherche, l’aide aux chômeurs, le logement), mais aussi avec la fermeture des industries traditionnelles, les délocalisations et relocalisations, ou encore les retards pris dans la généralisation de la révolution informatique.

8Cette date du milieu des années 1970 continue aujourd’hui encore, trente ans après la publication du livre de Jean Fourastié, à marquer pour beaucoup, une frontière, dont les effets se sont fait sentir dans d’autres domaines, y compris celui des sciences sociales. Après s’être développées et imposées dans le contexte qui portait à l’optimisme des trente années d’après guerre, celles-ci ont dû s’habituer, au moins en Europe, à un environnement radicalement différent du précédent, qui imposait de remettre en cause les anciennes certitudes, de concevoir de nouvelles méthodes d’analyses et de nouvelles théorisations, d’élaborer de nouveaux concepts et de poser de nouvelles questions, dont certaines « politiquement incorrectes ».

9J’organiserai donc mon exposé en quatre points : l’analyse de cette « révolution invisible » par Jean Fourastié ; la périodisation proposée – deux périodes trentenaires ; la critique de cette double lecture, et en particulier de ces « Trente Glorieuses » – ; l’amorce d’une réflexion sur « Comment écrire l’histoire de ces soixante dernières années ? » : quels liens établir entre les différents niveaux ou différentes formes d’histoire, quelles cohérences suggérer ou proposer ?

Une « révolution invisible »

10Cette révolution invisible, Jean Fourastié a choisi de la mettre en scène, et de la faire toucher du doigt de façon concrète à ses lecteurs en comparant deux villages français, Madère (M) et Cessac (C), que toutes les statistiques semblent opposer. En matière d’emploi, on trouve une population totale comparable, 534 habitants pour M contre 670 pour C, mais des chiffres très différents de population active (279 contre 215, soit 109 actifs pour 100 inactifs contre 48), d’actifs travaillant dans l’agriculture (208 contre 53) et dans le secteur tertiaire (32 contre 102).

11Du point de vue démographique : une natalité de 21 pour mille dans le premier cas contre 14 dans le second, mais, dans le premier, un taux de mortalité infantile dix fois plus élevé, une espérance de vie à la naissance inférieure de dix ans (62 contre 72 ans) et, à 20 ans, de huit (45 contre 53 ans), un pourcentage de personnes nées dans le village deux fois et demie supérieur (75 % contre 31 %), et double pour les personnes nées dans un rayon de 20 kilomètres (90 % contre 44 %), une taille moyenne inférieure de 9 centimètres (1,65 mètre contre 1,74).

12En ce qui concerne l’agriculture : on trouve à M des exploitations agricoles deux fois plus nombreuses, deux fois et demie plus petites (5 hectares contre 13), employant plus de travailleurs (2 contre 1,4), des rendements trois fois plus faibles pour le blé (12 quintaux à l’hectare contre 35) et, pour le vin, quatre fois, plus de trois fois plus de travailleurs pour 100 hectares (28 contre 8), cent fois plus d’animaux de labour (100 contre 1) mais vingt fois moins de tracteurs (2 contre 40)

13Pour ce qui concerne le logement : des maisons individuelles dans les deux cas, mais, à M, peu de maisons neuves de moins de 20 ans (3 sur 50), des foyers se chauffant et cuisinant presque toutes au bois dans la cheminée (150 sur 163 contre 5 sur 212 à C), l’absence presque générale de tout équipement électroménager et des services sanitaires à M, et leur présence tout aussi générale à C : cuisinières, réfrigérateurs, machines à laver, téléphone, etc., radio (50 à M contre 250 à C) et télévision (200 sur 212 foyers à C). Pour les voitures : on en trouve 2 à M contre 200 à C.

14Exprimé en temps de travail, le coût des denrées alimentaires est, pour un kilogramme, de 24 minutes à M, et de 10 minutes à C pour le pain, de 45 minutes contre 13 pour le sucre, de 7 heures contre 1 heure 25 pour le beurre, de 8 heures contre 45 minutes pour le poulet.

15Enfin, le vêtement, la nourriture, la cuisine, les soins médicaux, les lectures et les activités de loisir, les voyages, l’accès à l’éducation au-delà du primaire font apparaître des écarts d’ampleur comparable, toujours dans le même sens.

16Or ces deux villages sont en fait un seul, Douelle, dans le Quercy, observé à trente ans de distance, 1946 et 1975. Et ces chiffres ressemblent très fortement à ceux de mon propre village, situé à 150 kilomètres plus au nord, en Limousin, où j’ai passé toutes mes vacances depuis ma naissance jusqu’au début des années 1980. Voici les Trente Glorieuses, qui ont transformé la vie des campagnes françaises : une histoire silencieuse, qui s’est déroulée au-dessous du niveau des crises politiques, sociales, culturelles et spirituelles, qui, elles, ont occupé le devant de la scène.

17C’est le modèle de Douelle que Jean Fourastié se propose alors d’étendre, statistiques à l’appui, à l’ensemble de la France, pour opposer terme à terme deux France, celle de 1946-1950 et celle de 1975-1978.

18Les grands traits de l’évolution sont confirmés par toutes les statistiques disponibles. On trouve ainsi au milieu des années 1970, une population plus nombreuse (52,6 millions d’habitants contre 40,5), mais une population active à peine supérieure, avec un taux d’activité en baisse (41,4 % contre 51,4), passée de 36 à 10 % dans l’agriculture, de 32 à 38,6 % dans l’industrie, de 32 à 51,4 % dans le secteur tertiaire. Le nombre de logements de moins de sept ans a augmenté de 450 000 à 4 millions (sous l’effet de l’urbanisation). Le parc d’automobiles est passé de 1 million à 15,3 millions. La mortalité infantile est tombée de 84,4 pour mille à 13,8 (une baisse à mettre en relation avec la généralisation des contrôles médicaux pendant la grossesse et de l’accouchement en milieu hospitalier), et l’espérance de vie s’est accrue (de 61,9 années à 69,1 pour les hommes, de 67,4 à 77 pour les femmes). Le niveau de vie a plus que triplé par rapport à celui de 1938. Le pouvoir d’achat a été multiplié par 3,5. La population scolarisée après 14 ans est passée de 650 000 à 4 millions. Enfin la population rurale a diminué, de 19 à 14,3 millions d’habitants, la population active agricole tombant de 7,4 à 2 millions d’habitants, tandis que la population urbaine enregistrait une hausse de 21,5 à 38,3 millions d’habitants.

19Tous ces chiffres s’inscrivent dans des évolutions à long terme, amorcées depuis les dernières décennies du xviiie siècle. Mais celles-ci, d’un coup, connaissent une très forte accélération après 1945, pour tendre à se ralentir après 1975 (par exemple pour l’espérance de vie).

20Résultat : pour le travail, on entre plus tard dans la vie active, et on en sort plus tôt (avec l’extension du système des retraites à une part croissante de la population, y compris paysanne), on travaille moins de semaines par an, moins de jours par semaine et moins d’heures par jour. En définitive, la durée totale de la vie active se réduit par les deux bouts.

21Ajoutons à cela que le travail dans le secteur tertiaire, en forte progression, est moins exigeant en force physique, et donc plus favorable à l’emploi des femmes. Celles-ci peuvent ainsi ouvrir plus largement – en particulier dans les emplois plus qualifiés et de responsabilité – des portes qui ne leur étaient jusqu’ici qu’entrouvertes. Le contenu du travail lui-même change, pour faire une part de plus en plus large au maniement de l’information. Mais les effectifs industriels augmentent parallèlement d’un tiers (passant de 6 à 8 millions) : une évolution à rapprocher de la baisse du nombre des agriculteurs.

22D’autres indicateurs, plus qualitatifs, viennent renforcer encore le sens de ces changements :

  • l’accès à l’éducation, avec l’extension de la scolarité obligatoire (la loi de 1959, s’appliquant aux enfants nés après 1953, établit le principe du collège pour tous, reportant à 15 ou 16 ans la fin de la scolarité), l’augmentation très forte du nombre des bacheliers, la multiplication pat 2,6 entre 1963-1964 et 1975-1976 du nombre des étudiants (de 383 000 à 1,29 million), la très forte augmentation du nombre des enseignants de tout niveau : le budget de l’Éducation nationale rejoint et dépasse celui de la Défense ;
  • les loisirs, malgré les progrès de l’emploi féminin, avec l’extension de la durée des vacances légales, même si les pourcentages de départs en vacances varient très fortement selon les catégories professionnelles et les niveaux sociaux ;
  • le logement, avec l’augmentation de 80 % du nombre des logements, qui passe de 13 à 21 millions entre 1946 et 1968. Cette progression est liée à la croissance urbaine, qui augmente autant en trente ans (13 millions d’habitants) que pendant les cent précédentes années (12 millions entre 1845 et 1946) ;
  • une forte augmentation du niveau de vie, qui traduit la hausse de la productivité du travail, mais aussi celle de l’emploi salarié, et qui permet une baisse de 44 à 26 % des dépenses alimentaires dans le budget des ménages, dont une part croissante devient disponible pour d’autres achats, au premier rang desquels ceux de biens de consommation durable (équipement électroménager et voitures) et pour des investissements, notamment dans l’immobilier, la propriété de l’appartement ou de la maison tendant à remplacer celle de la terre dans le patrimoine des familles françaises ;
  • les soins médicaux, dont la croissance spectaculaire est soutenue par l’extension progressive de la couverture sociale à tous les secteurs de la population, y compris le monde rural et paysan.
  • 3 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 a 1975, Paris, Fayard, 1 (...)

23Je ne m’attarderai pas ici sur les explications données par Jean Fourastié de cette croissance : la hausse parallèle de la production et de la productivité tant agricole qu’industrielle permet la baisse des prix d’un large nombre de produits mais pas de tous. Pas davantage sur les considérations politiques et morales qu’il en déduit : le discours de l’économiste, appuyé sur des batteries de statistiques qui le persuadent de maîtriser les réalités concrètes, affirme ouvertement sa distance par rapport au discours politique, parlant de l’instant dans l’instant, et donc accusé de rester à la surface des choses. Je retiendrai seulement ici deux points essentiels pour cet exposé. D’abord la constatation que les Français eux-mêmes n’ont pas eu, tout au long de cette période, une claire conscience de la transformation profonde de leur mode et de leur niveau de vie. Et ensuite l’affirmation que les temps faciles sont, en 1979, désormais derrière nous, que la crise était prévisible (du fait des limites objectives des possibilités de consommation) même si le facteur qui l’a déclenchée (la hausse du prix du pétrole) ne l’était pas : il écrit lui-même dans les pages finales que, depuis 1968-1970, il l’attendait, « mais plutôt de la désorganisation et de l’engorgement du crédit et du système monétaire international3 » - une prévision qui s’appliquerait plutôt à la crise financière qui a commencé pendant l’été 2007, et dont nous vivons actuellement les conséquences, mais que bien peu d’économistes avaient pressentie !

  • 4 Ibid. : 252

24L’important reste pour Jean Fourastié cette opposition entre deux France, et entre deux périodes : une périodisation de l’après-guerre qui ne coïncide pas avec la périodisation politique, la IVe République y a en effet contribué autant que la Ve, qui prolonge et poursuit l’action du régime précédent, dans les mêmes cadres et avec les mêmes moyens, notamment la planification, et la forte intervention de l’État dans la vie économique. Mais il est aussi que le cas de la France, choisi pour exemple, n’est qu’un cas particulier d’un phénomène plus général : « l’Occident presque tout entier a eu ses "trente glorieuses", et, notamment, le Japon, la Suisse et l’Allemagne fédérale ont fait mieux encore que nous4. »

De trente à soixante ans : une périodisation prospective sur deux générations

  • 5 Douelle avait pu servir à Jean Fourastié d’exemple pour la période des Trente Glorieuses, mais per (...)

25L’intérêt de la démarche de Jean Fourastié ne se limite pas en effet à la lecture et à la mise en scène des trois décennies qui viennent de s’achever quand il écrit son livre. Le passé ne compte à ses yeux que dans la mesure où il invite à et permet de se projeter sur l’avenir et d’en identifier les tendances de fond, que les péripéties du quotidien risquent de nous masquer. Une période vient, quand il écrit, de s’achever au milieu des années 1970. Une autre s’ouvre qu’il nous faut, nous dit-il, prévoir pour la comprendre, pour nous y préparer et nous y adapter, et pour peser, dans la mesure du possible, sur ses orientations5. Trente ans derrière nous, trente ans devant nous : soit le temps de deux générations. L’économiste Jean Fourastié fait un choix à ses yeux stratégique : il établit son point d’observation à la frontière du passé et de l’avenir. Trente-quatre ans nous séparent, quand il publie son livre, de la fin de la guerre. De ce point privilégié, il peut ainsi ou croit pouvoir opposer terme à terme deux périodes trentenaires, quelle que soit l’explication que l’on en avance, en faisant un choix parmi celles qui sont envisagées à la fin des années 1970, et qui se regroupent autour de trois positions principales.

26Pour lui, une révolution lentement initiée entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle vient de s’achever au milieu des années 1970, après une période de forte accélération dans le troisième quart du xxe siècle : elle a désormais produit ses effets et atteint ses propres limites. Fourastié se démarque ainsi de l’interprétation, inspirée par Walt Rostow, qui avait dominé dans les années 1960, et qui proposait de voir dans cette phase d’accélération le point de départ d’une croissance continue : la self-sustained growth.

27Pour d’autres (dont Fernand Braudel, pourtant sensible par ailleurs aux idées de Jean Fourastié), influencés par une autre périodisation trentenaire de la vie économique, celle qui avait été proposée par Kondratieff pour le xixe siècle, la crise économique qui commence au milieu des années 1970 serait à comparer avec son homologue du dernier quart du xixe siècle, la Grande Dépression : un rôle clé reviendrait aux nouvelles technologies dans la relance d’une économie industrielle fondée elle-même sur l’invention de nouveaux produits et la croissance de la productivité du travail. De ce point de vue, l’impact de nouveaux métaux comme l’aluminium, de nouvelles sources d’énergie comme l’électricité, de nouveaux moyens de transport comme l’automobile ou l’avion à partir de la dernière décennie du xixe siècle serait à rapprocher de celui de l’informatique qui, à la fin du xxe siècle, est venu dynamiser le secteur des services et du tertiaire, révolutionner la production industrielle, relancer la croissance de la productivité, et ouvrir l’ère des technologies de l’information et de la communication.

  • 6 Organisation de coopération et de développement économique, Interfuturs, face aux futurs : pour un (...)
  • 7 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1 (...)

28Une troisième interprétation, avancée dès le début des années 1970, met en revanche l’accent sur le changement d’échelle de l’économie mondiale. D’un côté, une nouvelle division internationale du travail ouvre la voie à des délocalisations industrielles, en direction de pays à moindres coûts de main-d’œuvre, qui reproduisent le schéma de la mobilisation des ressources agricoles des pays neufs durant le dernier tiers du xixe siècle). D’un autre côté, les États détenteurs de réserves importantes de certaines matières premières (pétrole et gaz surtout) voient s’ouvrir de nouvelles possibilités de valoriser la rente qu’ils retirent de la vente de celles-ci sur le marché mondial, et cela d’autant plus que ces réserves ne peuvent plus être considérées comme inépuisables. Enfin, l’émergence de nouvelles puissances économiques apparaît susceptible de modifier les grands équilibres mondiaux et de déplacer les frontières entre développement et sous-développement : elle invite à penser et, pour les responsables politiques et économiques, à décider à une autre échelle que celle de la France ou même de l’Union européenne, et, en particulier, à choisir entre protection des marchés nationaux et ouverture sur le marché mondial. Jean Fourastié reprend à ce sujet les conclusions du rapport Interfuturs élaboté pour l’OCDE par Jacques Lesourne6, qui propose pour les vingt dernières années du xxe siècle une hiérarchie internationale des taux de croissance moyenne : de 3 à 3,2 % pour les nations européennes, mais 2 à 2,5 % seulement pour la France ; plus de 3 pour les États-Unis et entre 4 et 5 pour le Japon. Mais des taux nettement supérieurs pour « certains pays du tiers-monde », qui « pourraient accéder à des croissances aussi rapides que les nôtres au cours des glorieuses années 1950 et 1960 : 6 % peut-être pour la Chine, la Corée, la Malaisie, les Philippines... 5 % pour le Brésil, le Mexique7. »

Critique d’une telle mise en perspective

29Si bien présentée soit-elle, et de façon si convaincante, une telle mise en perspective des transformations de la France pendant le troisième quart du xxe siècle, replacées elles-mêmes dans un contexte international et temporel plus large, appelle pourtant un certain nombre de remarques critiques.

30La première concerne le choix des indicateurs de cette « révolution » des Trente Glorieuses : d’autres auraient pu être retenus, tout aussi signifiants. En choisissant de privilégier les secteurs d’occupation professionnelle, les niveaux de consommation et les modes de vie (voiture, voyages, biens électroménagers et autres biens de consommation durables, les niveaux d’études secondaires et supérieures), l’espérance de vie et les pratiques tant religieuses que démographiques, Jean Fourastié nous propose d’établir entre eux un lien implicite ou explicite de corrélation / causalité : la mesure statistique en est facile, l’interprétation plus discutable et incertaine.

  • 8 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1 (...)

31D’autres indicateurs tout aussi importants ne s’inscriraient en effet pas forcément dans la même chronologie : ainsi des rapports hommes / femmes (avec la transformation de la législation sur le divorce et la libéralisation de l’avortement introduites en 1974-1975, donc en fin de période), ou de l’impact du mouvement de 1968 (« révolution culturelle », qui remet en cause toute une série de pratiques hiérarchiques dans la société : école et université, armée, Église, famille, partis politiques). Donc à la fois des chronologies plus longues, des révolutions amorcées bien avant 1946 (avec même des inversions de tendance, comme pour la fécondité et la natalité, vers 1936) et d’autres qui se poursuivent et se prolongent au-delà. Tous ces changements, et leurs conséquences, débordent largement le cadre des « invités inattendus » et des « effets pervers » évoqués dans la conclusion de la première partie du livre, dont les pages intitulées « L’homme nouveau, l’enfant nouveau » laissent le lecteur sur sa faim8.

32Seconde remarque critique : malgré le rappel du contexte occidental et européen plus général dans lequel il faut le resituer, le cadre français, trop hexagonal, limite la portée de la démonstration. Cette « révolution invisible » a de fait touché tous les pays d’Europe occidentale, et ce d’autant plus profondément qu’ils avaient, comme la France, et souvent plus que la France, conservé un pourcentage élevé de population rurale. Le transfert de cette population des campagnes vers les villes, et vers des emplois dans l’industrie et les services, a contribué à nourrir une croissance qui a aussi été celle de la consommation monétaire aux dépens de l’autoconsommation. Les performances successives, et décalées dans le temps, des pays de l’Europe du Sud comme l’Italie (dont le PIB par tête d’habitant rejoint à la fin des années 1970, puis à nouveau en 2009, celui d’un vieux pays industriel comme l’Angleterre), suivie dans les années 1980-1990 par l’Espagne, le Portugal ou la Grèce, ou encore, en Europe du Nord, celles de l’Irlande, témoignent toutes en ce sens. Après avoir été longtemps des pays d’émigration, vers l’Amérique puis vers l’Europe du Nord-Ouest, tous ces pays sont devenus à partir des années 1980-1990 des pays d’immigration : une immigration d’abord originaire de la rive sud de la Méditerranée, puis des anciens pays socialistes européens, puis, et de plus en plus, d’Afrique subsaharienne et d’Asie.

  • 9 Ibid. : 200.

33Troisième remarque critique enfin. Trop sensible à la crise, bien réelle, qui frappe dans les années 1970, en France comme dans tous les pays industrialisés, les secteurs d’activité traditionnels de l’industrie (métallurgie, chimie, textile, etc.), les plus touchés par les délocalisations, et, avec la montée du chômage, la vente de biens de consommation durable (l’automobile, l’électroménager, l’immobilier), Jean Fourastié tend à s’enfermer dans le cadre hexagonal : « La consommation nationale ne peut excéder durablement (ni même, à court terme, substantiellement) la production nationale9. » Ce qui le conduit à dénoncer une élévation du pouvoir d’achat des salaires les plus bas supérieure non seulement à celle de la productivité moyenne du travail en France, mais, plus encore, à celle de cette même productivité dans les secteurs qui offrent de tels salaires. Et ceci alors même que les progrès de productivité sont très inégalement répartis entre les différents secteurs : considérables dans certains, nettement plus faibles ou nuls dans d’autres. Par ailleurs, et malgré la place centrale qu’il accorde pour cette même raison au « savoir des hommes », facteur de développement infiniment plus important à ses yeux que le capital, dans la mesure où c’est lui qui permet d’accroître l’efficacité productive, il ne fait aucune place, dans ses prévisions de la troisième partie de son ouvrage, « Et maintenant? », placées sous le signe de « La morosité » (chap. IX) et de « La fin des temps faciles » (chap. x), à une possible et nouvelle révolution technologique. Il n’évoque pas une telle révolution qui viendrait, d’un côté, relancer la croissance de la productivité du travail et l’étendre à des secteurs d’activité jusqu’ici peu touchés, comme les services, et, de l’autre, introduire sur le marché de nouveaux produits manufacturés, de nouvelles façons de les produire, et de nouveaux services, venant à leur tout bouleverser nos façons de vivre, de penser et de communiquer, et cela à l’échelle non plus d’un seul pays, mais du monde.

34Jean Fourastié, dans son effort de prévision de l’avenir, passe donc en fait « à côté » des deux transformations qui ont marqué le plus profondément les trente années qui nous séparent de la publication de son livre (1979) : la mondialisation et la révolution informatique. Que ces transformations aient eu elles aussi des conséquences négatives, et qu’elles n’aient pas été vécues par les populations et les gouvernements des vieux pays industriels d’Europe occidentale comme alimentant la dynamique de nouvelles « Trente Glorieuses », sans aucun doute. Mais la période trentenaire précédente avait-elle vraiment été vécue par les mêmes comme celle des « temps faciles » ? Le bilan qu’en trace Jean Fourastié n’a pu en être établi qu’au point d’arrivée, et il aide à provoquer une prise de conscience ex post. Mais il bloque la prévision de l’avenir alors même qu’il souhaitait la rendre possible. Il enferme le lecteur dans un jeu à somme (presque) nulle, alors que, précisément, la mondialisation a rendu possible l’émergence de nouvelles grandes puissances économiques qui ne sont pas tout à fait celles qu’avait prévues Fourastié (les BRIC – Brésil, Russie, Inde, Chine – ont pris le relais des anciens « tigres » de l’Asie de l’Est et du Sud-Est, dont on exaltait les performances vers 1980), et qui représentent de nouveaux partenaires et viennent modifier les équilibres antérieurs du monde. Parallèlement les TIC (technologies de l’information et de la communication) semblent bien avoir devant elles un long avenir, qui risque de nous surprendre. La démonstration de Jean Fourastié illustre l’une des limites des sciences sociales. Leurs prévisions sont le plus souvent fondées sur une forme d’extrapolation prolongeant vers l’avenir les évolutions passées. Elles hésitent à prendre en compte les ruptures et les changements d’orientation souvent profonds que peuvent entraîner les innovations. Elles voudraient dessiner les lignes du futur, mais elles restent prisonnières du passé.

Implications d’une telle périodisation sur la conception et l’écriture même d’une histoire contemporaine

35La périodisation proposée par Jean Fourastié ne recoupe aucun des grands clivages politiques évoqués par Pascal Ory dans une intervention lors du colloque dont le présent ouvrage est issu : 1958, 1954/1962, 1968, 1981. La décolonisation n’y joue aucun rôle, le mouvement de mai 1968 non plus, sinon pour contester un modèle de société de consommation, et pour proposer une critique – tardive – du mode d’organisation dominant du travail industriel à la chaîne, incarné dans la figure emblématique de l’OS (l’ouvrier « spécialisé », français mais souvent aussi immigré) de l’industrie automobile : un travailleur non qualifié, affecté à des tâches surtout répétitives. La Ve République a repris à son compte et poursuivi les programmes et les orientations de la IVe, eux-mêmes esquissés avec les nationalisations, les allocations familiales et la Sécurité sociale par le gouvernement dirigé par de Gaulle en 1944-1945. Les mesures prises en 1981 par la gauche pour relancer l’emploi et l’activité, après les mesures d’austérité, de réduction des dépenses publiques et d’efforts pour limiter l’inflation du gouvernement Barre, se situent encore dans la même perspective volontariste. Il faudra attendre 1986 pour assister au début du renversement de tendance, avec les premières privatisations (1986-1988), interrompues par François Mitterrand (1988-1993) puis reprises de façon continue par la droite puis par la gauche à partir de 1993.

36Les Français, nous dit Jean Fourastié, n’ont pas eu une claire conscience de cette révolution silencieuse, alors même qu’ils en vivaient les effets dans leur vie quotidienne et dans leurs carrières professionnelles : d’où la multiplication des mouvements sociaux, qui se situent il est vrai dans le court terme, alors que la mutation des Trente Glorieuses se situe dans le moyen terme. Il faut attendre les toutes dernières années pour voir idéaliser a posteriori « le modèle social français », qui devrait être défendu aujourd’hui contre les effets pervers de la mondialisation, mais aussi contre les efforts des différents gouvernements pour réduire les dépenses de santé et le niveau des retraites, pour augmenter la durée du travail calculée sur une vie, pour privilégier l’initiative privée dans le domaine du logement au lieu de développer la construction de logements sociaux, c’est-à-dire, de manière plus globale, pour redéfinir en le diminuant le rôle et les responsabilités de l’État dans la vie économique et sociale.

37Mais les Français n’ont pas eu non plus, et n’ont toujours pas une claire conscience de la crise commencée en 1973, de ses causes profondes (imputées au seul renchérissement du pétrole), de sa durée vraisemblable (« la crise est finie », nous a-t-il été souvent répété depuis le début des années 1980), des solutions possibles pour en limiter l’impact. Il est vrai que les économistes, engagés dans les prévisions à court terme, ne les y ont pas vraiment aidés. Tout au plus, indépendamment des revendications ou des promesses collectives reprises dans les programmes des grands partis au moment des élections, ont-ils réagi à titre individuel par les décisions qu’ils ont prises en fonction de l’information dont ils disposaient : protéger leur épargne par l’achat de leur logement (un fait majeur de la seconde moitié du xxe siècle), surtout en période d’inflation ; investir dans les études de leurs enfants en tournant les contraintes de la carte scolaire (pour les faire accéder aux meilleures écoles) et en les poussant vers l’Université ; renforcer la solidarité entre les générations (par des transferts des grands-parents retraités vers leurs enfants touchés par le chômage et leurs petits-enfants engagés dans leurs études) ; etc. Ce qui ne les a pas empêchés de transformer leurs comportements familiaux : cohabitation plus que mariage, fréquence du divorce, familles recomposées, etc.

38Nous nous trouverions donc placés devant des niveaux d’histoire qui ne se recouperaient pas : histoire politique, culturelle, religieuse, histoire sociale et histoire économique suivraient à la fois des orientations et des temporalités différentes que l’historien ne parviendrait jamais à réconcilier dans une histoire « globale » et devrait se contenter, tout au plus, de juxtaposer, privilégiant tantôt l’événement, tantôt la continuité, tantôt au contraire la rupture. Ou, sur un autre plan, en privilégiant tantôt la conscience qu’ont les acteurs de l’histoire à laquelle ils participent (les évolutions et les révolutions « visibles » qu’ils perçoivent et dans lesquelles ils interviennent), tantôt au contraire les structures plus profondes dont les changements échappent en partie aux acteurs qui n’en ressentent et n’en mesurent les effets que du point de vue individuel alors qu’il s’agit de phénomènes collectifs (évolutions et révolutions « invisibles »). Nous avions hérité de Braudel une représentation hiérarchisée des différentes temporalités, qui se renvoyaient l’une à l’autre et s’intégraient dans un modèle relativement cohérent. Nous nous retrouvons devant un enchevêtrement de fils de différentes couleurs et de différentes longueurs, étroitement associés mais sans que jamais l’un d’entre eux permette d’expliquer l’autre.

39Prenons l’exemple des femmes : la Libération avait introduit à la fois le vote des femmes (la France était l’un des derniers pays d’Europe occidentale à le faire) et les allocations familiales (destinées à valoriser le travail domestique des femmes). Cependant rien ne permettait de prévoir que le fait majeur allait être l’accès des femmes non seulement à un emploi, mais à un emploi durable et à une carrière professionnelle qui ne s’arrête pas avec le mariage et la naissance des enfants ; le premier tournant est marqué par la loi Neuwirth faisant de la contraception un acte médical remboursé comme tel, malgré les réticences du général de Gaulle ; le second par celui de l’avortement, dont le problème avait été posé sur la place publique par une proclamation signée de désobéissance collective à la loi qui l’interdisait - une proclamation qui débouchera, avant même la loi Veil de 1975, sur l’engagement pris par les deux candidats à l’élection présidentielle de 1974, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, de modifier la loi sur ce point. Le troisième tournant est celui de l’égalité politique réelle, amorcé par les premières mesures prises par le gouvernement Jospin pour imposer aux partis politiques, dans certaines limites, la parité dans les candidatures. Le quatrième, lui aussi inachevé, a été lié à la question du mariage homosexuel, en partie résolue par le Pacs, mais toujours ouverte pour les questions d’adoption et de fécondation assistée. Seule une partie de cette histoire coïncide avec les Trente Glorieuses, et elle n’a pas été interrompue par la crise. La partie visible en est constituée par les moments où elle s’impose comme un enjeu dans le débat politique et contraint les partis et les responsables à des choix qu’ils auraient sans doute préféré éviter, mais que les réactions de l’opinion publique finissent par leur imposer d’accepter ou de soutenir. Mais la partie « invisible », souterraine, en est infiniment plus riche et plus complexe, et mérite d’être étudiée comme telle.

40La prise de conscience par les historiens de cette complexité croissante de l’histoire qu’il leur appartient d’étudier et d’expliquer pour répondre aux interrogations de leurs contemporains a eu ses implications sur la discipline historique. Au cours des trente dernières années, celle-ci a amorcé une profonde transformation, que certains regrettent en parlant d’une « histoire (désormais) en miettes », alors qu’elle marque à mes yeux un ajustement nécessaire, destiné à poser sous des angles nouveaux des questions également nouvelles, et à esquisser des premières réponses. Je me contenterai de signaler ici, pour conclure, trois changements qui m’apparaissent les plus fondamentaux et les plus significatifs.

41Le premier a correspondu à un changement de partenaires privilégiés. L’alliance avec l’économie avait soutenu les progrès de l’histoire entre 1945 et la fin des années 1960. Elle s’est trouvée remise en cause par les nouvelles orientations prises par l’économie : alors que l’histoire avait appris à privilégier le temps long, l’économie, sous sa forme de plus en plus mathématique, a tendu à se concentrer sur le temps très court des politiques et des décisions économiques. Dans sa variante microéconomique, elle a proposé aux autres sciences sociales, et en particulier aux historiens, des modèles de formalisation des rapports entre les acteurs susceptibles d’être appliqués à l’analyse de situations passées ou contemporaines concrètes : théorie des jeux, construction sociale de la confiance, incertitude et risque, information, réversibilité et irréversibilité. Mais le temps des économistes est de plus en plus un temps mathématique, réversible et abstrait, et non le temps concret des historiens ou des sociologues.

42Pour l’analyse du temps long, et même très long, les historiens ont trouvé en revanche un nouveau partenaire dans l’anthropologie, désormais associée à l’archéologie : celle-ci les a poussés à se tourner vers l’identification de permanences (et pour certains même d’invariants) et de mutations à très long terme, débordant très largement les durées temporelles couramment maniées et étudiées par les historiens.

43Un troisième changement enfin a correspondu au dédoublement des niveaux d’analyse : à côté et au-delà des « réalités », longtemps privilégiées par les historiens qui croyaient pouvoir atteindre et établir des vérités « objectives », l’accent est de plus en plus couramment mis sur les « représentations », c’est-à-dire sur des constructions culturelles qui ont leur genèse et leur durée propres, qui s’expriment dans des « discours » et qui conduisent et modèlent les actions des individus et des groupes. De ce point de vue, les Trente Glorieuses proposées par Jean Fourastié ont pu fonctionner comme une représentation efficace d’un passé encore proche et aujourd’hui plus éloigné, sans pour autant être imposée aux acteurs de l’époque comme encadrant leurs vies et leurs actes. À ce titre, la périodisation qu’elles proposent peut apparaître à l’historien d’aujourd’hui comme une construction intellectuelle et savante ex post, coupée, ou en tout cas relativement éloignée, de l’histoire même qu’elle prétendait expliquer.

Notes

1 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979, réédition Hachette (Pluriel, 8363).

2 Fernand Braudel, « Histoire et sciences sociales. La longue durée », Annales ESC, vol. XIII, 4, octobre-décembre 1958.

3 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 a 1975, Paris, Fayard, 1979, réédition Hachette (Pluriel, 8363) : 249.

4 Ibid. : 252

5 Douelle avait pu servir à Jean Fourastié d’exemple pour la période des Trente Glorieuses, mais perd cette valeur pour la prévision de l’avenir, qui met en cause la France dans son ensemble. Ces pages étaient déjà rédigées quand Le Monde a publié, le 19 novembre 2009, une étude sur Douelle aujourd’hui : « Comment la France a changé en trente ans : Douelle, village témoin ». Douelle y devient « le miroir de la France », et des changements qualitatifs plus que quantitatifs ont transformé ce village : la quasi-disparition des exploitations agricoles, seule la vigne et les noyers ayant résisté (mais pour combien de temps?), l’attraction de la ville proche (Cahors, à 11 kilomètres) autour de laquelle tout gravite, les retraités qui évoquent le « tremblement de terre » qui a secoué « le monde figé qu’ils avaient connu pendant leur enfance », peu d’immigrés, sauf des Anglais, un curé originaire de Birmanie arrivé depuis dix ans. Non pas la « terre qui meurt », mais la campagne intégrée dans une civilisation urbaine, où elle maintient son originalité : la convivialité des rapports humains.

6 Organisation de coopération et de développement économique, Interfuturs, face aux futurs : pour une maîtrise du vraisemblable et une gestion de l’imprévisible, rapport de secrétaire général de l’OCDE, travaux réalisés sous la direction de Jacques Lesourne, Paris, 1979.

7 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979, réédition Hachette (Pluriel, 8363) : 258.

8 Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979, réédition Hachette (Pluriel, 8363) : 169-174.

9 Ibid. : 200.

Auteur

Maurice Aymard est historien du monde méditerranéen et de l’Europe a l’époque moderne et contemporaine. Il enseigne depuis 1976 a l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Administrateur adjoint puis administrateur (1992-2005) de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme, il a coordonne, avec Perry Anderson, Paul Bairoch, Walter Barberis et Carlo Ginzburg, La storia d’Europa, Turin, Einaudi, 5 vol., 1992-1996, et, avec Helene Ahrweiler, Les Européens, Paris, Hermann, 2000.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540