Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La favela d'un siècle à l'autre

 | 
Licia Valladares

1. La genèse de la campagne à la ville du rejet à la réforme

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, qui traite de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe, la ville de (...)

1Pendant la première moitié du XXe siècle, les favelas, vues aujourd’hui comme un phénomène typiquement urbain, ont pourtant été considérées comme « le monde rural dans la ville » (Bonilla, 1961). Nous commencerons par analyser les premières représentations de ces espaces à Rio de Janeiro1, ville où les tavelas sont déjà centenaires.

  • 2 Ces idées sont déjà présentes dans Valladares (2000b).

2On avance ici l’hypothèse, dont on cherchera plus loin à montrer le bienfondé, que les représentations de la tavela qui dominent la seconde moitié du XXe siècle, y compris celles élaborées par les sciences sociales, sont largement tributaires des représentations du début du siècle. Celles-ci peuvent être considérées comme organisant un mythe fondateur de la représentation sociale de la tavela. Il convient donc de reconsidérer la place de la tavela dans l’histoire du débat politique et social du début du siècle jusqu’aux années 19502.

3Pour ce faire, nous allons montrer comment les hommes de lettres et des gens de pouvoir et d’action parlaient de la tavela, en repérant dans la littérature les documents qui mettent en évidence son importance croissante dans le discours savant et la pratique urbaine, à une époque où l’action était inséparable de la connaissance, où les intellectuels, à Rio comme dans l’ensemble du pays, se préoccupaient du futur de la jeune République, de la santé de ses habitants, de l’assainissement du pays ou de l’embellissement de la ville. Dans les discours de l’époque, dans l’analyse des multiples points de vue et des interprétations exposés par des journalistes, des médecins, des ingénieurs et des urbanistes, nous chercherons à saisir ce processus de construction sociale de la représentation de la tavela, engagé bien avant l’intervention des sciences sociales.

4L’examen de cet ensemble de textes suggère une périodisation différente de celle, largement répandue, qui est construite sur l’évolution de la relation de l’État à la favela et de celle-ci avec les différents régimes politiques propres à chaque période (Parisse, 1969a ; Leeds A., Leeds E., 1978 ; Valla et al, 1986 ; Burgos, 1998).

5Notre étude part de la constitution d’un mythe d’origine : la vision du village de Canudos par Euclides da Cunha dans son ouvrage Os Sertões (1902), vision qui est aussi celle des premiers visiteurs de la favela de Rio, qui transposent dans leur description la dualité litoral versus sertão en dualité ville versus favela. À cette période de découverte succède une deuxième période de transformation de la favela en problème social et urbanistique, suivie à son tour d’un troisième moment où le projet d’un traitement administratif du problème prend la forme de mesures et de politiques concrètes. Une quatrième période est celle de la production de données officielles, marquée par la réalisation du recensement de 1948, spécifique aux favelas du district fédéral, et du recensement général de 1950 qui entérine le repérage de ce type d’agglomérat urbain. D’autres périodes suivent, avec l’entrée en scène des sciences sociales. Dans ce chapitre, nous entendons considérer seulement les quatre premières périodes, afin de mettre au jour les représentations contre lesquelles se sont construites les sciences sociales, ou dont elles ont hérité, pas toujours consciemment.

Un héritage mal connu le cortiço, germe de la favela et du Morro da Favella3

  • 3 L’orthographe initiale du mot « favela » était favella, le second l n’ayant disparu que lors de la (...)

6Ni en Europe ni au Brésil, les sciences sociales ne sont à l’origine de la découverte de la pauvreté (Jones, 1976 ; Leclerc, 1979 ; Himmelfarb, 1984 ; Bresciani, 1984 ; Barret-Ducrocq, 1991 ; Valladares, 1991). Au XIXe siècle, lorsque la pauvreté urbaine devient une préoccupation pour les élites, les sciences sociales existent à peine, et ce sont d’autres professions qui se mettent à la décrire, à proposer des mesures pour la combattre : journalistes, écrivains, ingénieurs, médecins, juristes, philanthropes… La connaissance est soumise à une finalité pratique : connaître pour dénoncer et agir, connaître pour proposer des solutions, pour une meilleure administration et gestion de la pauvreté et des personnes concernées. La science se met au service de la rationalité, de l’ordre urbain, de la santé du pays et de sa population.

  • 4 Cette vision des cortiços de Rio de Janeiro semble très proche du diagnostic fait pour les villes (...)

7À Rio de Janeiro comme en Europe, les premiers observateurs de la ville se sont intéressés aux quartiers pauvres et aux personnages populaires. Les cortiços (taudis) de Rio au XIXe siècle étaient considérés comme le lieu même de la pauvreté, là où résidaient les travailleurs mais aussi les vagabonds et les voyous ou malandros, cette classe que l’on disait « dangereuse ». Défini comme un véritable « enfer social », le cortiço carioca était représenté comme l’antre du vagabondage et du crime, et aussi un lieu propice aux épidémies, donc une menace à l’ordre moral et social (Azevedo, 1890). Cet espace, qui propageait la maladie et le vice, était dénoncé et condamné par le discours médical et hygiéniste, qui conduisit à l’adoption de mesures administratives4.

8Des lois furent promulguées pour empêcher la construction de nouveaux cortiços à Rio (M. Abreu, 1987). Une véritable « guerre » fut déclenchée, conduisant à la destruction du cortiço le plus important, Cabeça de Porco (Vaz, 1986). Pereira Passos, maire de Rio de 1902 à 1906, connu comme le « Haussmann tropical » (Benchimol, 1990), élabora une grande réforme urbaine, dont l’un des objectifs était d’assainir et de civiliser la ville en éradiquant ces logements non conformes aux normes sanitaires.

9Les études sur les cortiços de Rio de Janeiro montrent que ce type d’habitat peut être considéré comme le « germe » de la favela ; ainsi, le célèbre ensemble Cabeça de Porco comprenait-il des baraquements et des habitations précaires comme ceux qu’on retrouve ensuite dans les favelas (Vaz, 1994 : 591) ; de plus, on a pu établir un lien direct entre les démolitions des taudis du centre de la ville et l’occupation illégale des collines au début du XXe siècle (Rocha, 1986 ; L. Carvalho, 1986 ; M. Abreu, 1987 ; Benchimol, 1990).

  • 5 Voir Euclides da Cunha (1902), traduction française par Jorge Coli et Antoine Seel, 1997. Au début (...)

10Ce n’est qu’après une dure campagne contre le cortiço que l’on s’est intéressé à ce nouvel espace géographique et social, la favela, qui se présente peu à peu comme le nouveau territoire de la pauvreté. On s’intéresse surtout au début à une favela particulière, le Morro da Favella qui entre dans l’histoire à cause de son lien avec la guerre de Canudos5 ; en effet des anciens combattants de cette guerre s’y sont installés en 1897 pour obliger le ministère de la Guerre à leur payer les soldes non perçues. Le Morro da Favella, qui existait sous le nom de Morro da Providência, donne peu à peu son nom à tout ensemble de baraques s’agglomérant sans tracé de rues, sans accès aux services publics et sur des terrains publics ou privés envahis. Ces ensembles commencent à se multiplier dans le centre et les zones sud et nord de la ville de Rio de Janeiro.

11D’après M. Abreu (1994b), ce n’est que dans la seconde décennie du XXe siècle que le mot « favela » devient un substantif qui ne se réfère plus exclusivement au Morro da Favella. Ainsi apparaît une nouvelle catégorie qui désigne un habitat pauvre, installé illégalement, sans respect des normes et généralement sur des pentes. Notons donc que le phénomène est nettement antérieur à l’apparition de la catégorie « favela » en tant que telle. L’occupation du Morro da Providência date de 1897, et celle d’une autre colline, le Morro de Santo Antonio, de 1898, selon un processus semblable : d’après M. Abreu et Vaz (1991), des soldats d’un autre bataillon, de retour de la même campagne de Canudos, construisirent des baraques avec l’autorisation des chefs militaires sur une colline située au bout de la garnison entre les rues Evaristo da Veiga et Lavradio. En 1898, un membre d’une commission d’hygiène signalait le développement inquiétant de baraquements dans une zone déjà occupée tandis que la presse dénonçait en 1901 « le développement d’un quartier tout à fait nouveau, construit sans avoir obtenu un permis des autorités municipales et sur des terrains appartenant à l’État… Il rassemble un total de 150 baraques… et près de 623 habitants » (M. Abreu, 1994b : 37).

  • 6 Registre des favelas de l’Instituto Pereira Passos (anciennement IPLAN-Rio) officiellement appelé (...)

12La Quinta do Cajú, la Mangueira – à ne pas confondre avec l’actuelle Favela da Mangueira, bien connue – et la Serra Morena datent également du XIXe siècle et sont toutes antérieures au Morro da Favella. L’occupation de ces terres a commencé en 1881. Rien ne prouve d’ailleurs que ces zones aient fait l’objet d’une occupation illégale. Dans la Quinta do Cajú comme dans la Mangueira, les premiers habitants n’étaient pas originaires du monde rural brésilien mais plutôt des immigrés portugais, espagnols et italiens dont on a tout lieu de penser que leur établissement dans ces quartiers était autorisé6.

13C’est cependant le Morro da Favella qui entre dans l’histoire. Déjà en 1900 le Jornal do Brasil proclame que c’est un lieu « infesté de vagabonds et de criminels qui portent le trouble dans les familles ». Un commissaire de police, selon Bretas (1997 : 75) signale dans son rapport que « bien qu’il n’y ait pas de familles dans le lieu ici désigné, il y est impossible de faire la police car cet endroit, qui attire les déserteurs, les voleurs et les soldats de l’armée, n’a même pas de rues, les baraques sont faites en bois avec des toits de zinc. Pas un seul réverbère à gaz sur toute la colline. »

  • 7 Oswaldo Cruz, médecin hygiéniste ayant séjourné en France, fut responsable de la grande campagne d (...)

14Déjà photographié au début du siècle, le Morro da Favella n’est pas seulement un centre d’intérêt, il suscite des initiatives de la part des autorités comme la campagne d’assainissement de 1907 dirigée par Oswaldo Cruz7 et illustrée par deux importantes caricatures publiées dans la presse.

1. OSWALDO CRUZ ASSAINISSANT LE MORRO DA FAVELLA

1. OSWALDO CRUZ ASSAINISSANT LE MORRO DA FAVELLA

Source : Falcão, 1971, tome I, CLXXXVIII

15La première, parue dans la revue O Malho, montre Oswaldo Cruz portant un brassard avec le symbole de la santé sur le bras gauche. Il expulse les habitants du Morro da Favella avec un peigne sur lequel on peut lire « Service de l’hygiène ». Le Morro da Favella est représenté par un homme au visage patibulaire. La caricature est accompagnée d’un texte court : « Un nettoyage indispensable ; l’Hygiène va nettoyer le Morro da Favella, près de la Gare centrale. C’est pourquoi nous demandons aux habitants de bien vouloir quitter les lieux dans un délai de dix jours. » L’autre, publiée dans le Jornal do Brasil, intitulée « Assainissement des morros », représente Oswaldo Cruz montant la pente du Morro da Favella à la suite du maire lui-même et précédé du chef de la police. « Les trois autorités, dit le texte d’accompagnement, vont travailler d’un commun accord pour améliorer les conditions sanitaires desdits morros, en les expurgeant du même coup de ces bandes de sans-travail qui vivent dans ces baraques. »

  • 8 Ce débat sur la pauvreté et le logement populaire au tournant du siècle a été analysé par J. M. de (...)

16Les journalistes, les ingénieurs, les médecins et les hommes publics liés à la gestion de la capitale, y compris les chefs de la Police, cessent progressivement de s’intéresser au cortiço, figure qui perd progressivement de l’importance aux yeux du courant hygiéniste. La favela prend définitivement la première place dans les débats sur l’avenir de la ville de Rio et du Brésil et dans les mesures d’intervention publique. Elle devient la cible du discours des médecins hygiénistes qui condamnent les logements malsains, et c’est sur elle que l’on transfère la vision des couches pauvres considérées comme responsables de leur destin et des maux de la ville8 Ainsi donc le débat sur la pauvreté et l’habitat populaire, qui agitait depuis le XIXe siècle les élites cariocas et nationales, va faire émerger une pensée spécifique sur la favela de Rio.

La découverte de la favela et son mythe d’origine Euclides da Cunha, Canudos et la favela de Rio de Janeiro

17Les débuts du processus de construction des représentations sociales de la favela remontent aux descriptions et aux images que nous ont léguées des écrivains, des journalistes et des réformateurs sociaux du début au XXe siècle. Bien qu’appartenant à diverses tendances idéologiques et politiques, ou poursuivant des objectifs différents lors de leur visite des morros, ils avaient néanmoins la même compréhension de ce que représentaient ces zones et leurs habitants dans le contexte de la capitale fédérale et de la jeune république. Leurs points de vue se rattachaient à un même ensemble de conceptions, à un même monde de valeurs et d’idées. Leurs représentations ont convergé vers l’établissement d’un archétype de la favela, monde différent émergeant dans le paysage carioca, à contre-courant de l’ordre urbain et social qui s’établissait.

18Mais quelle fut la source de ces modes de compréhension communs ? Pourquoi une certaine vision finit-elle par devenir consensuelle ? Pourquoi cette construction sociale se rattache-t-elle à un mythe, auquel se réfèrent pratiquement tous les auteurs qui parlent de la favela au début du XXe siècle, le mythe de Canudos ?

  • 9 Voir la définition d’Euclides da Cunha donnée en introduction (p. 1).

19En effet, la lecture de textes écrits au début du siècle conduit à associer le Morro da Favella à Rio et Canudos. Les deux histoires se recoupent car ce furent d’anciens combattants de la guerre de Canudos qui s’établirent sur le Morro da Providência, dès lors dénommé Morro da Favella. La plupart des commentateurs avancent deux raisons à ce changement de nom : a) la plante (la favella)9, qui avait donné son nom au Morro da Favella situé dans la commune de Monte Santo dans l’État de Bahia se retrouvait dans la végétation qui recouvrait le Morro da Providência ; b) dans la guerre de Canudos, la résistance farouche des combattants retranchés sur cette colline bahianaise retarda la victoire finale de l’armée de la République, tournant décisif de la bataille ; l’installation des soldats démobilisés sur le Morro da Providência les plaçait en position surplombante par rapport au ministère de la Guerre avec lequel ils étaient en conflit.

20Si la première explication se limite à une simple similitude, la seconde a une forte connotation symbolique qui renvoie à la résistance, à la lutte des opprimés contre un adversaire puissant et dominateur.

21La marque de Canudos sur ce moment fondateur est donc évidente. Ce que nous voulons montrer ici, c’est que la constitution du mythe d’origine de la favela carioca ne résulte pas de la seule référence géographique au village de Canudos, et de la référence historique à la bataille finale. Elle s’appuie en fait surtout sur le récit de ces événements faits par Euclides da Cunha dans Os Sertões.

22Longtemps considéré comme le best-seller des livres brésiliens (R. Abreu, 1998) avec plus de trente éditions en portugais, la première en 1902, la seconde en 1903 et la troisième en 1905 par les éditions Laemmert, Os Sertões a été lu par tous les intellectuels de l’époque, rendant ainsi la guerre de Canudos (C. Almeida, 1997) très présente dans la mémoire collective. Zilly (1998) fait remarquer que sans Euclides da Cunha et son livre retentissant, cette épopée des sertões de la Bahia de la fin du XIXe siècle n’aurait pas aujourd’hui l’importance qui lui est attribuée dans l’histoire de la Première République. Cette répercussion considérable peut se mesurer au nombre d’écrits que cet ouvrage a suscités, qui sont recensés dans la bibliographie de Garcia et Furstenau (1995), à laquelle on peut ajouter des publications récentes sur le rôle d’Euclides da Cunha dans la pensée sociale brésilienne et son influence passée et présente (Lima, 1999 ; R. Abreu, 1998 ; numéro spécial de juin 1998 de la revue História, Ciências, Saúde : Manguinhos, publié par la Fundação Oswaldo Cruz).

23Le livre d’Euclides da Cunha est pourtant postérieur (1902) au moment où le Morro da Providência a été rebaptisé Morro da Favella (1897), mais cet événement serait passé inaperçu et ce mot n’aurait pas eu la postérité qu’il a connue sans les images fortes et prégnantes transmises par Os Sertões, qui ont permis aux intellectuels brésiliens de comprendre et d’interpréter la favela émergeante.

24À titre d’exemple, prenons le célèbre article de João do Rio, chroniqueur de « flâneries », publié dans la Gazeta de noticias en 1908 et republié dans le livre Vida vertiginosa en 1911 sous le titre « Os livres acampamentos da miséria ». Cet article relate une visite à l’occasion d’une fête au Morro de Santo Antonio, devenu comme le Morro da Providência une favela à la fin du XIXe siècle.

  • 10 Souligné par l’auteur.

« J’avais, moi, de ce lieu, l’idée que des ouvriers pauvres s’y regroupaient dans l’attente d’un logement et j’eus l’envie d’accompagner les musiciens […]. La colline était comme toutes les autres collines. Un chemin large et en mauvais état permettait de découvrir une vue de plus en plus vaste, sur la ville illuminée […]. Je les accompagnai donc et me suis retrouvé dans un autre monde. Plus de lumière. Nous étions en pleine campagne, dans le sertão10, loin de la ville. Le chemin qui descendait en serpentant était tantôt étroit, tantôt large, mais toujours plein de creux et de bosses. De chaque côté, se trouvaient des maisons petites et étriquées, faites de planches de récupération, et entourées de clôtures délimitant des jardins potagers. La descente allait être bien difficile… » (P. 51-52.)

2. VUE GÉNÉRALE DE CANUDOS par le photographe de l’armée Flavio de Barros (in C. Almeida : 1997)

2. VUE GÉNÉRALE DE CANUDOS par le photographe de l’armée Flavio de Barros (in C. Almeida : 1997)

Source : Arquivo Histórico do Museu da República, Centro de Conservação e Preservação fotográfica – FUNARTE

3. MAISON D’UN JAGUNÇO (HABITANT DE CANUDOS) par le photographe de l’armée Flavio de Barros (in C. Almeida : 1997)

3. MAISON D’UN JAGUNÇO (HABITANT DE CANUDOS) par le photographe de l’armée Flavio de Barros (in C. Almeida : 1997)

Source : Arquivo Histórico do Museu da República, Centro de Conservação e Preservação fotográfica – FUNARTE

25Et notre « flâneur » de continuer :

  • 11 Souligné par l’auteur.

« Comment est apparu ce curieux conglomérat d’habitations misérables et indolentes ? Peut-être y a-t-il là aujourd’hui plus de cinq cents maisons abritant près de mille cinq cents personnes […]. Toutes sont construites à même le sol, sur les parties planes, avec des caisses en bois, des plaques de tôle, des bambous […]. Dans l’obscurité lumineuse de la nuit étoilée, venait à l’esprit l’impression littéraire d’être sur la route qui va au village de Canudos11 ou l’idée extravagante d’un vaste poulailler. » (P. 54-55.)

26Le modèle était donc là, très présent à l’esprit de ces intellectuels de Rio qui découvraient ces nouveaux espaces dans leur ville avec le regard d’Euclides da Cunha. Dans les récits des visites des journalistes, les morros sont décrits comme des espaces dotés d’une géographie particulière. C’est ce que fait Benjamin Costallat lorsqu’il narre, dans sa chronique intitulée « A favela que eu vi », les difficultés pour accéder au sommet du Morro da Favella à Rio à cause de la topographie irrégulière. Ce texte est publié dans son livre Mistérios do Rio (1995) :

« C’est un chemin pour les chèvres. On suit moins les lois de la marche que celle de la gravité. Les pieds perdent leur fonction normale de marche pour prendre la forme de griffes […]. On m’a souvent parlé du danger de grimper dans une favela […]. Mais le plus grand danger que j’ai trouvé est le risque, à chaque pas, de me précipiter d’en haut dans la carrière ou jusqu’en bas de la colline. » (P. 34.)

27À Rio comme à Canudos, la colline offre une position stratégique. De par sa situation privilégiée, elle surplombe la ville et, isolée, elle cache à qui la regarde d’en bas ce qui se passe en haut. Tous ceux qui atteignent la partie élevée, comme à Canudos, éprouvent une sensation de peur mêlée à une sorte de fascination. Euclides da Cunha disait (1997 pour l’édition française) :

« Après cette traversée où il avait cru fouler des décombres de tremblements de terre, un tableau imprévu attendait le voyageur qui gravissait les ondulations les plus proches de Canudos [p. 28-29]. […] Et dans un premier temps, avant que le regard pût s’habituer à cet amas de masures prises dans un réseau inextricable de ruelles fort étroites […], l’observateur avait la nette impression de découvrir subitement une grande ville [p. 266] […]. À cheval près des canons, le général Artur Oscar vit pour la première fois, s’estompant dans un clair de lune éblouissant, la mystérieuse cité sertaneja [p. 320]. […] Quinze ou vingt mille âmes entassées dans cette tanière babylonienne… Et invisibles ! […] Quelques soldats se distrayaient à contempler le village intangible [p. 355]. »

28Les journalistes cariocas éprouvaient le même étonnement en voyant d’en haut le tableau qui s’imposait à leur vue et ils évoquaient aussi cet amoncellement de masures.

29Un autre journaliste très connu, Luiz Edmundo, auteur de plusieurs volumes sur la vie politique et culturelle pendant la Belle Époque carioca, n’était pas moins explicite dans sa perception de la favela comme évocation de Canudos dans la ville. Luiz Edmundo visite le même Morro de Santo Antonio et écrit dans le livre O Rio de Janeiro do meu tempo (1957) :

  • 12 Les capoeiras étaient des personnages du registre populaire, un peu marginaux.

« Les habitations sont, en majorité, faites à la va-vite, avec des résidus, des chiffons, aussi dépenaillées et tristes que leurs habitants, des mendiants, des capoeiras12, des voyous, ou vagabonds de toutes origines : des femmes seules, sans famille, des vieux hors d’état de travailler, des enfants abandonnés, de véritables laissés pour compte. » (Vol. 2, p. 251-252.)

30Le journaliste poursuit le récit de sa visite :

  • 13 Souligné par l’auteur.

« Enfin nous atteignons une partie du village plus ou moins plane où s’étend la citadelle de la misère13. Le sol est rocailleux et accidenté, la végétation peu élevée, au feuillage maigre, présente des tapis de tiririca le long des chemins mal tracés, tortueux. Tout un ensemble sinistre d’habitations disloquées, sans alignement, sans valeur. Des constructions en bois de récupération […]. Des toitures fabriquées avec des morceaux de vieux zinc, des bouts de fer blanc provenant d’ustensiles usagés, des plaques de tôle. » (Vol. 2, p. 251-252.)

  • 14 Cette « avenue » se réfère à l’Avenue centrale réalisée par Perreira Passos dans sa réforme urbain (...)

31Notons combien l’analogie est encore une fois mobilisée dans le paragraphe ci-dessus : on arrivait en haut de la favela, à Rio comme à Canudos, après une longue marche où il fallait survivre aux tiriricas – plante urticante comme les feuilles de l’arbuste nommé favela-, traverser des espaces arides pour finalement avoir accès à cet endroit éloigné et inconnu. La favela décrite par Luiz Edmundo rapproche les deux « citadelles de la misère », le réduit de fanatiques dans le sertão et l’enclave des pauvres dans la grande ville du littoral. En décrivant les nouveaux quartiers misérables de la capitale de la République, ces chroniqueurs veulent montrer que le sertão y était présent. Le médecin Afranio Peixoto a d’ailleurs affirmé en 1918 : « Ne nous faisons pas d’illusions, notre sertão commence près de l’Avenue14 » (cité par Hochman, 1998a).

32Ces exemples, qu’on pourrait multiplier, montrent bien l’influence profonde de la lecture du livre d’Euclides da Cunha sur les premiers observateurs de la favela. Pour comprendre les éléments du mythe fondateur de la favela carioca qui se constitue par cette influence et cette transposition, rappelons les principales caractéristiques de Canudos mises en avant par Euclides da Cunha :

33a) La spécificité d’un processus de croissance urbaine (même s’il s’agit au départ d’un village dans une région rurale) rapide, désordonnée et précaire (Cunha, 1997 : 151-152).

34b) La topographie d’une région de collines qui en fait un véritable bastion, d’accès très difficile (ibid. : 155, 323). Les exemples déjà cités ont bien montré la présence de ces thèmes, presque à l’identique, dans la description des favelas. À Rio, l’association entre favela et colline a d’ailleurs été longtemps automatique ; l’une et l’autre appellation étaient utilisées comme des synonymes dans la littérature ou les textes des chansons populaires, genre samba (Oliveira, Marcier, 1998).

35c) L’absence de propriété privée du sol, avec l’établissement d’une forme de propriété communautaire de l’espace du village (Cunha, 1997 : 156). « La terre n’est à personne, elle est à tous » observe Costallat à propos de la favela qu’il visite (1995 : 35).

36d) L’absence d’emprise de l’État et des institutions publiques (lois, police, municipalités, etc.) sur ce territoire, en rébellion contre la République (ibid. : 184-186).

37e) Un ordre politique spécifique marqué par l’emprise du chef, Antonio Conselheiro, leader charismatique qui détournait le peuple de ses obligations (ibid. : 136-149). Comme à Canudos, la favela avait un chef qui contrôlait la citadelle où les institutions publiques n’étaient pas respectées. Voici ce qu’en dit le journaliste Costallat (ibid. : 37) :

« Un jour un homme est arrivé à la Favela, Zé de Barra. Il venait de Barra do Pirai précédé d’une grande renommée. Ses prouesses étaient connues. C’était un homme vaillant mais aussi de grand cœur. Zé de Barra est arrivé et a pris le contrôle de la Favela. Et la Favela, qui ne connaît pas la police, qui ne connaît pas les impôts, qui ne connaît pas les autorités, connut Zé de Barra et il lui a fallu obéir. Et Zé de Barra est devenu le chef incontesté de la Favela. »

38Toutes proportions gardées, il s’agit de la même histoire de l’étranger qui arrive et impose son ordre, dirige et administre un espace qui exclut l’obéissance aux lois nationales et la reconnaissance des autorités constituées ; il finit alors par dominer la population locale. Il convient de rappeler qu’Antonio Conselheiro a commencé sa lutte contre les autorités locales à l’intérieur de l’État de Bahia en arguant de l’autonomie que l’on venait de décréter en faveur des communes et prit la route vers les confins du sertão où il pourrait faire prévaloir ses propres lois, ses propres règles.

39f) Un espace qui conditionne le comportement des individus, les nouveaux arrivants se fondant dans l’identité collective, homogène et uniforme, du groupe qui constitue une communauté autonome (ibid. : 156). L’idée de communauté si présente dans le champ analysé par Euclides da Cunha finit par être également associée à la favela, servant de modèle aux premiers observateurs qui ont tenté de caractériser l’organisation sociale des nouveaux territoires de la pauvreté urbaine. Ainsi, comme à Canudos, la favela est perçue comme une communauté de misérables faisant preuve d’une capacité extraordinaire à survivre face à des conditions de vie extrêmement précaires et inhabituelles, mais marqués par une identité commune. Luiz Edmundo (1957 : 255-259) dans sa « pérégrination par la favela angoissante » raconte ses impressions et ses conversations avec des lavandières, femmes seules avec enfants, analphabètes, vivant dans des conditions d’extrême précarité mais acceptant leur sort avec fatalité (p. 257, on lit : A gente vai empurrando a vida com a graça de Deus, « On fait ce qu’on peut avec l’aide de Dieu »).

40g) Un comportement moral révoltant pour l’observateur, marqué par la promiscuité, la débauche, l’absence de travail, une économie fondée sur le vol et les pillages (ibid. : 157-159).

41Dans le cas de la favela de Rio, João do Rio et Luiz Edmundo nous parlent des personnages du morro, notamment des malandros et des sorcières, des seresteiros (musiciens) qui ont un mode de vie propre d’où le travail salarié paraît absent. João do Rio se demande : « Ces gens étaient-ils des ouvriers ? Non » (1971 : 55), et il voit la favela comme l’espace de la « misère paresseuse » (ibid. : 54).

42h) Au bout du compte, un danger pour l’ordre social de toute la région, voire du sertão, un risque de contagion considérable (ibid. : 159, 201-202). Ce dernier thème n’est pas repris par les premiers observateurs, dans cette période où les favelas constituent encore des espaces peu nombreux et peu importants dans la ville. Mais il sera repris et amplifié par les acteurs de la période suivante lorsque la favela devient un problème à résoudre.

43i) Pour Euclides da Cunha, Canudos représentait la liberté : liberté d’usage de la terre, liberté du travail, de mœurs et de pratiques sociales, du paiement de l’impôt, comme on l’a déjà noté, au bout du compte, dans son jugement ambivalent. S’il en critiquait l’arriération et les dangers de contagion, il en reconnaissait la force et le fait que cet espace de liberté était valorisé par ses habitants. Habiter la favela semble être alors vécu comme un choix, comme aller à Canudos dépendait de la volonté individuelle de chacun. Les habitants de la favela sont attachés à leur communauté, et ne souhaitent pas la quitter (Costallat, 1995). Notons que si la reconnaissance de cette dimension de l’identité des favelados est reconnue sans que les premiers observateurs accordent une grande attention à cette dimension de liberté, celle-ci sera fortement valorisée bien plus tard par les sciences sociales. Pour nos observateurs du début du XXe siècle, comme pour Euclides da Cunha, leurs représentations sont fortement structurées par leurs préoccupations politiques tournées vers la consolidation de la jeune république, la santé de la société et l’entrée dans la modernité. Dans cette perspective, la favela appartient au monde ancien, barbare, dont il faut se détacher pour répandre la civilisation. Comme on l’a noté, la dualité sertão versus litoral présente dans le discours d’Euclides da Cunha se retrouve transposée dans les premières images, sous la forme de l’opposition favela versus ville.

La transformation de la favela en problème

44La découverte de la favela s’accompagne presque aussitôt de sa désignation comme problème à résoudre. Les voix des médecins et des ingénieurs préoccupés par l’avenir de la ville et de sa population viennent rejoindre les écrits des journalistes. Que faire de la favela ? Le débat sur cette question s’engage dès le début du siècle, et dans les années 1920 se déclenche la première grande campagne de dénonciation des favelas, reprise dans les années 1930 par le plan Agache pour la restauration et l’embellissement de la ville de Rio, puis par le Code de la construction en 1937. Ce sont ces étapes du débat que nous allons examiner maintenant.

  • 15 Sur la crise du logement, notamment dans les dernières décennies du XIXe siècle, voir Damazio (199 (...)

45Au début du siècle, l’habitat populaire devient un thème central du débat sur le devenir de la capitale de la République. Ce thème est fortement structuré par le discours médical hygiéniste, repris également par les ingénieurs. La période 1890-1906 correspond à l’apparition d’une forte crise du logement : la population de Rio augmente de 2,8 % par an ; la construction d’immeubles croît à un rythme de 3,4 %, mais ces immeubles sont surtout destinés aux activités économiques ; et le parc de logements ne progresse quant à lui que de 1 % par an. Il en résulte une augmentation du taux d’occupation des logements qui passe de 7,3 à 9,8 personnes par unité d’habitation (Ribeiro, 1997 : 173)15.

  • 16 Valladares et Medeiros (2003), dans leur bibliographie analytique, soulignent que cette étude inau (...)

46Au cours de l’année 1905, en pleine réforme Pereira Passos (voir infra p. 30), le ministre de la Justice et des Affaires intérieures, J. J. Seabra, crée une commission chargée de donner son avis sur le problème de l’habitat populaire et choisit pour traiter de l’aspect « technico-sanitaire » l’ingénieur civil Everardo Backheuser, qui avait déjà occupé des fonctions municipales à ce titre. D’après celui-ci, « les milliers de démolitions imposées par l’élargissement de quelques rues ou l’ouverture de quelques autres, et par l’état de vieilles maisons prêtes à s’écrouler […] ont donné au mal endémique de Rio – le logement défectueux – un caractère de gravité aiguë, angoissante, terrible » (Backheuser, 1906 : 3-4)16.

  • 17 Cette législation et les travaux de Backheuser ont été étudiés par L. Carvalho (1986).

47Ce sont surtout les habitations collectives insalubres qui ont attiré l’attention de l’ingénieur car il connaissait, en matière d’habitat, les lois et les expériences internationales. Préoccupé par les questions d’insalubrité et d’épidémies, Backheuser procède à une étude minutieuse des cortiços, des courées, des hôtels, des pensions, etc. en repérant les différentes législations qui réglementaient la construction et l’usage de ces différentes formes de logement au Brésil17.

  • 18 Ces photos sont sans doute les premières qui aient été publiées du Morro da Favella. Les plus conn (...)

48Bien qu’occupant alors une place de moindre importance dans le paysage urbain, la favela n’échappe pas à l’œil clinique de l’ingénieur-observateur. Dans son rapport pionnier, il lui consacre une mention spécifique qui peut être considérée comme le premier enregistrement officiel de son existence. Une fois encore, c’est le cas du Morro da Favella qui attire l’attention par « son originalité et son côté surprenant » (Backheuser, 1906 : 111). Quelques photos aident le lecteur à visualiser la favela de loin, puis en vue panoramique, et enfin de près, avec un plan rapproché où l’on peut voir les masures et les habitants qui semblent poser pour le photographe devant leur maison18.

49Dans ce document illustré, on évoque d’abord l’aspect physique du lieu et ses pauvres maisons :

  • 19 Dès cette première description de la favela, Backheuser mentionne le paiement d’un loyer du sol. I (...)

« Le Morro da Favella est abrupt et escarpé, s’y incrustent pourtant de petites baraques insalubres, sans le moindre confort. Que l’on imagine des maisons pas plus hautes que la stature d’un homme, avec un sol de terre battue, des parois faites de lattes en treillage comblées par un crépi d’argile, des bidons vides de kérosène voisinant avec des planches provenant des caisses. Le toit est fait de ce même mélange de matériaux fixé à l’ossature par des blocs de pierre les protégeant de l’action des vents ; les cloisons internes ne sont pas finies comme s’il suffisait de subdiviser le sol pour conférer une plus grande rentabilité à l’habitation. Ceci donne une petite idée de ce que sont ces antres où le plus complet désintérêt pour les notions minimales d’hygiène se combine à un manque presque total d’eau, que ce soit de l’eau potable ou juste pour faire la cuisine. Là résident les plus pauvres, les plus nécessiteux, ceux qui acquièrent le droit après avoir payé difficilement quelques arpents de terre19, de creuser les pentes de la colline et de fixer à quatre pitons les quatre piliers de leur petit palais. Les baraques ont poussé sur toute la colline mais comme leur base est la même, elles forment une unité ; elles s’espacent en montant le long de la rue ( !) de l’Église ou de la rue ( !) du Belvédère, rue étant un euphémisme qui désigne un chemin étroit et sinueux qui ne facilite pas l’accès à la partie la plus élevée de la colline. » (Backheuser, 1906 : 111.)

50Notons que Backheuser est un observateur assez attentif de la réalité sociale de la favela pour prendre ses distances avec le mythe – qu’il reconnaît – sur certains points :

« Là ne demeurent pas que des fauteurs de troubles et des scélérats comme le propage la légende (déjà établie sur la Favella). Y vivent aussi des ouvriers, des travailleurs que le manque ou la cherté des logements ont poussé vers ces lieux élevés où les prix sont relativement bas, où une douce brise souffle toujours atténuant l’inconfort de la maison. » (Ibid. : 111.)

4. VUE PANORAMIQUE DU MORRO DA FAVELLA (in Backheuser, 1906)

4. VUE PANORAMIQUE DU MORRO DA FAVELLA (in Backheuser, 1906)

Source : Acervo Fundação Biblioteca Nacional

5. MAISONS ET HABITANTS DU MORRO DA FAVELLA (in Backheuser, 1906)

5. MAISONS ET HABITANTS DU MORRO DA FAVELLA (in Backheuser, 1906)

Source : Acervo Fundação Biblioteca Nacional

51Par ce rapport, la favela a donc été incluse dans la liste des types d’habitat insalubre pour lesquels une intervention publique était demandée. Le pouvoir municipal et son impétueux réformateur, Pereira Passos, étaient prêts à intervenir. Comme l’écrit Backheuser : « L’illustre docteur Passos, ce maire actif et intelligent de la ville, a déjà tourné son œil d’administrateur avisé vers la Favella et dans peu de temps des mesures seront prises, en accord avec les lois municipales, pour en terminer avec ces baraques » (ibid. : 111).

  • 20 Devise inscrite sur le drapeau brésilien.

52L’énoncé du problème que constituait la favela a donc précédé l’extension du phénomène à l’ensemble de la ville et ne s’est pas distingué au départ du diagnostic hygiéniste porté sur le cortiço, forme prédominante alors du logement populaire collectif. Soulignons la contribution à ce diagnostic des ingénieurs réformateurs tels que Everardo Backheuser. Ces professionnels étaient à cette époque, tout comme en Europe (Topalov, 1999), porteurs d’une conception positiviste de la science et de son rôle social ; ils ne s’intéressaient pas seulement aux problèmes d’ordre technique, mais étaient aussi animés par le désir de comprendre le monde et de trouver une explication aux problèmes sociaux. Ils avaient en eux la vocation altruiste de servir le développement matériel du pays, de le conduire vers « l’ordre et le progrès20 » et la modernisation. Depuis l’Empire, médecins et ingénieurs brésiliens avaient déjà joué un rôle important dans la politique municipale : le Code des ordonnances municipales de Rio s’était appuyé sur des suggestions contenues dans les rapports de la Commission de salubrité de la Société de médecine et de chirurgie ; en 1880 fut fondé le Club d’ingénierie, lieu de rencontre de ces professionnels où étaient proposés des noms de responsables pour les services municipaux, où furent élaborées des propositions de solution pour l’urbanisation de la ville (M. A. R. de Carvalho, 1994) ; au tournant du siècle fut instituée une Commission d’assainissement composée d’ingénieurs et de médecins. Après la proclamation de la république en 1889, et aussi longtemps que Rio de Janeiro resta district fédéral, soit jusqu’en 1959, ingénieurs et médecins allaient gouverner la capitale.

53Pour ces catégories sociales, la ville de Rio constituait un espace privilégié, à haute valeur symbolique, d’élaboration et de démonstration d’un projet national. Leurs membres montraient aussi « une solide propension à franchir les frontières internes de leur profession et à s’adresser à la société dans son ensemble, pour la convaincre de la légitimité et de la nécessité de principes qui étaient, pour eux, au fondement d’une société moderne » (Herschmann, Kropf et Nunes, 1996 : 8-9). Ils croyaient, les ingénieurs surtout, que pour résoudre les problèmes d’une ville, il fallait une administration compétente, inaccessible aux injonctions des politiques et fondée sur le principe de la soumission de la politique à la technique (Kropf, 1996 : 148).

  • 21 M. Abreu (1994b : 57) a cartographié la croissance des favelas jusqu’aux années 1920.

54Ces principes d’action ont guidé médecins et ingénieurs dans leur élaboration du problème de la favela. Le diagnostic élaboré à propos des cortiços et du cas du Morro da Favella fut maintenu et généralisé avec la croissance des favelas dans l’ensemble de l’agglomération au cours des années192021. Les médecins hygiénistes, dans leurs études sur les agents déclencheurs d’épidémies, attribuaient aux miasmes de la ville la contamination du milieu urbain (M. Pereira, 1989). C’est donc tout naturellement que la représentation de la favela reprit l’idée de maladie, de mal contagieux, de pathologie sociale qu’il fallait combattre. Les logements devaient donc être salubres, soumis avec rigueur aux règles de l’hygiène, disposant d’aération et de lumière afin de jouir d’une atmosphère saine.

55Les ingénieurs, qui pensaient comme les médecins que le milieu était la source directe des maux physiques et moraux des êtres humains, élaborèrent les propositions techniques pour le traitement de ces maux urbains. S’attachant à identifier de façon précise et scientifique les causes des principaux problèmes, à définir des solutions techniques capables de garantir à la ville un bon fonctionnement, ils insistaient sur la nécessité d’une organisation rationnelle et contrôlée de l’ensemble des éléments urbains. « Expression visuelle d’un tout social, la ville était de façon récurrente conçue comme une machine, un mécanisme dont les engrenages devaient être disposés et manipulés correctement sous une même direction régulatrice » (Kropf, 1996 : 108). Dans leur logique, les favelas étaient des éléments qui s’opposaient tant à la rationalité technique qu’à la régulation de l’ensemble de la ville.

  • 22 Le Rotary Club de Rio de Janeiro, créé en 1922, a été le premier du Brésil. D’après Reis et Aragão (...)
  • 23 Mattos Pimenta est mentionné par M. Abreu (1994b), Stuckenbruck (1996), L. Silva (1996) et Pechman (...)

56Augusto de Mattos Pimenta, un membre illustre du Rotary Club22 et grand voyageur, articule ces deux discours et en fait une bonne synthèse dans ses écrits. Parfois présenté comme médecin spécialiste des questions sanitaires, parfois comme ingénieur et journaliste, personnage important du milieu des affaires carioca à la fin des années 1920, il est pourtant mal connu et peu cité par les auteurs contemporains23. Sa fiche du Rotary Club, auquel il s’est affilié en 1925, indique qu’il était promoteur immobilier et marchand de biens. Ceci est confirmé par le Dicionàrio histórico biográfico brasileiro (FGV-CPDOC, 1984) qui met toutefois en avant son activité de journaliste engagé durant les révolutions de 1930 et 1932.

57Si Mattos Pimenta a eu des activités fort diverses, son action au cours des années 1926-1927 concerne directement notre sujet. Il entreprend alors, avec l’appui de la presse carioca et des pouvoirs publics, la première grande campagne contre la favela, campagne qui s’inscrit dans un projet plus vaste de modernisation et d’embellissement de Rio de Janeiro. Plus que tout autre personnage de son temps, Mattos Pimenta contribue à la transformation de la favela en problème, en combinant le discours médico-hygiéniste avec le réformisme progressiste et les principes d’un urbanisme plus ambitieux que celui de Pereira Passos.

  • 24 O Globo, A Noticia, Jornal do Commercio, O Jornal, Correio da Manha, Jornal do Brasil.

58La campagne, bien organisée, a occupé pendant deux années les pages des principaux journaux de Rio24, mettant en avant l’image de la favela comme « lèpre de l’esthétique ». Cette analogie synthétise bien la façon dont Mattos Pimenta dénonçait la pauvreté. La lèpre était considérée au Moyen Âge comme la maladie des maudits et dans les années 1920 encore comme l’une des pires maladies contagieuses, qui défigurait les malades, impliquait leur mise à l’écart. La favela exige de semblables mesures de rigueur pour Mattos Pimenta :

« Avant même son adoption [il s’agit du plan de rénovation de Rio de Janeiro] il faut que soit mis immédiatement fin à cet état de fait, que l’on dresse une barrière prophylactique contre l’invasion des belles montagnes de Rio de Janeiro dominées par le fléau des « favellas », cette lèpre de l’esthétique qui a surgi sur la colline située entre la Gare centrale et l’Avenue de Cáes do Porto puis s’est diffusée partout, emplissant de saleté et de misère d’abord les quartiers les plus récents et les lieux où la nature est la plus prodigue en beautés. » (Mattos Pimenta, 1926 : 7-8.)

59Mattos Pimenta projette sur la favela ses préoccupations réformistes et sanitaires mais il manifeste aussi ses soucis esthétiques et ses préoccupations architecturales pour « cette œuvre grandiose de la Nature qu’est Rio de Janeiro ». D’autres avaient déjà vu dans la favela un espace anti-hygiénique, insalubre, un lieu de concentration des pauvres dangereux et une zone hors la loi. Mattos Pimenta reprend le même discours :

« Dépourvues de toute forme de contrôle policier, construites librement avec des plaques en fer blanc et des chiffons sur des terrains gratuits qui appartiennent au Patrimoine national, exemptées de toutes catégories d’impôt, étrangères à toute action de surveillance, les favelas incitent à la paresse, attirent les vagabonds, c’est un réduit pour adeptes de la capoeira, un repaire de voleurs qui propagent l’insécurité et l’inquiétude aux quatre coins de la ville à cause de la multiplication des agressions et des vols. » (Ibid. : 8.)

60Mais il introduit, comme nous l’avons noté, un nouveau thème, celui de l’esthétique, de la préoccupation de la beauté de la ville prise dans son ensemble. Pour défendre Rio de Janeiro, Mattos Pimenta met l’accent sur la nécessité de « prendre soin de son esthétique, de son hygiène et de son ordre social avec le même soin que Dieu a eu souci de ses charmes ».

61Comme le signale Pechman (1996 : 354), une nouvelle conception de l’urbanisme commence à s’exprimer pendant les années 1920, s’opposant à la simple action ponctuelle recherchée par l’hygiénisme ou les travaux d’embellissement. La vision purement technique des problèmes urbains – logement, assainissement, circulation – cède le pas à une conception plus systémique de la ville qui devient l’objet d’une nouvelle discipline à ambition scientifique : l’urbanisme. Mattos Pimenta avait passé plusieurs années en Europe, particulièrement en France, où il avait suivi le développement de la nouvelle discipline. Il connaissait bien le prestige dont elle jouissait dans les milieux politiques et avait apprécié l’ampleur des transformations engagées à Paris par la réforme haussmannienne.

62La campagne contre la favela semble avoir été menée avec succès. Elle a été soutenue par le Rotary Club de Rio, une des associations professionnelles de l’élite du monde carioca des affaires. La campagne a innové dans les modes de communication car une partie de la stratégie de Mattos Pimenta consistait à agir sur divers fronts. Un film de dix minutes fut ainsi réalisé par Mattos Pimenta, sous le patronage du Rotary, As Favellas. Il montrait « le spectacle dantesque qu’offraient au visiteur les nouvelles favellas de Rio ». Mattos Pimenta savait qu’à l’époque les visiteurs qui arpentaient les collines et qui avaient eu la possibilité de voir de près, et du dedans, une favela, étaient peu nombreux. Le docteur Castro Barreto, un médecin spécialisé dans les questions sanitaires et aussi membre du Rotary, fut le premier à fournir des photos des favelas à Mattos Pimenta, essentiellement des photos d’enfants.

63Le film fut projeté plusieurs fois entre 1926 et 1927 ; il a même été présenté au président de la République d’alors, Washington Luiz, qui aurait manifesté son désir de le voir. Nous ne savons rien de l’impact qu’il eut mais nous pouvons néanmoins supposer qu’il a contribué notablement à la « croisade contre l’ignominie des favellas ».

64Après avoir obtenu le soutien de la presse pour divulguer ses idées, Mattos Pimenta a cherché à obtenir l’appui du directeur de la Santé, du maire et du chef de la police. Il fait imprimer un prospectus distribué gratuitement, intitulé « Maisons populaires », où il expose une proposition de solution au problème des favelas, et souligne quelques « mesures de santé publique » nécessaires : l’arrêt immédiat de la construction de nouvelles baraques, évitant ainsi la progression des favelas actuelles et la création de nouvelles ; comme principale mesure pour imposer cet arrêt, l’établissement d’un contrôle exercé par des employés de la mairie et du département national de la Santé publique afin d’empêcher les constructions clandestines, bâties en dehors des lois existantes ; l’élaboration d’un programme de construction de maisons pour les prolétaires, d’asiles et de centres d’accueil pour les invalides, les vieux et les enfants abandonnés.

  • 25 Cet extrait provient d’une esquisse de contrat de vente d’appartements, rédigé par Mattos Pimenta, (...)

65Les propositions du Programme de maisons populaires, développées de façon très détaillées par Mattos Pimenta, montraient bien la familiarité de leur auteur avec les pratiques du marché immobilier. La Banque du Brésil et les entreprises de construction devaient souscrire un contrat d’ouverture de crédit avec garantie hypothécaire et obligation de construire des maisons populaires. Le Programme ne devait pas être une charge pour le Trésor public ni entraîner des retenues sur les salaires. Il s’agissait de permettre l’accès à la propriété d’un logement pour la valeur d’un loyer mensuel. Mattos Pimenta conçut le plan d’immeubles de six étages, comprenant chacun cent vingts appartements : « Les grands ensembles d’appartements, avec leur système de vente, peuvent convenir à Rio car ils ont l’avantage d’être plus économiques et d’exiger relativement moins de surface que des maisons individuelles25 », le tout devant respecter les principes modernes de l’hygiène et du confort.

66Ce projet visait ainsi à remplacer les favelas par de grands ensembles de constructions nouvelles. Selon son auteur, il était possible, avec un intérêt de 9 %, de permettre aux habitants des favelas d’accéder en quinze ans à la propriété d’un logement confortable dans une construction solide, sans leur imposer des charges nouvelles insupportables, car « il est rare, très rare, que les taudis improvisés et sordides soient un habitat sans loyer ».

67À cette campagne succéda le début de la mise en œuvre de suppression des favelas, volet annexe du programme : plusieurs centaines de baraques furent détruites en 1928 (Conniff, 1981 : 33)… mais ses propositions de construction de logements pour leurs habitants restèrent sans effet.

  • 26 Contrairement à la présentation courante du personnage comme médecin hygiéniste. La notice antérie (...)
  • 27 Ribeiro (1997 : 183-198) analyse la croissance urbaine entre 1920 et 1933.

68Mattos Pimenta n’était pas, cependant, un réformateur comme les autres, médecins ou ingénieurs26. Son statut d’entrepreneur immobilier lui donnait un poids particulier. Il symbolisait la rencontre pratique et théorisée entre différents segments de l’élite carioca : l’élite intellectuelle, fortement influencée par les idées européennes, et l’élite économique. Il personnifiait l’émergence du capital immobilier comme acteur majeur du développement urbain de Rio – Mattos Pimenta n’a pas été seulement un grand promoteur de Rio, il a aussi créé la Bourse immobilière de Rio – au moment où la croissance urbaine commence à s’opérer par la construction d’immeubles de plusieurs étages27. Son action n’est donc pas interprétable seulement comme le fruit de l’engagement moral et du désir de modernisation des réformateurs sociaux, mais aussi comme le témoignage de la mobilisation de ces nouveaux acteurs économiques en faveur d’une vision nouvelle du développement de la cité, où la valorisation de leur capital passerait par la mise en valeur de la ville dans son ensemble et pas seulement par la réalisation de nouveaux quartiers modernes.

69De ce fait, les idées de Mattos Pimenta concernant l’urbanisme, les favelas et le logement populaire contribuèrent notablement à façonner les représentations des élites. Et ses propositions pionnières ne furent pas sans influencer les acteurs et les institutions qui reprirent peu de temps plus tard le flambeau de la lutte contre la favela – Plan Agache, Code de la construction et BNH (Banque nationale du logement) à partir de 1964.

70L’acteur important qui entre en scène immédiatement après Mattos Pimenta est un urbaniste français, Alfred Agache, architecte et sociologue (Bruant, 1994, 1996). Il arrive à Rio pour la première fois en 1927, sur la recommandation de Francisco Guimarães, attaché commercial du Brésil en France, en tant qu’invité officiel du maire, Antonio Prado Junior, et donne trois conférences qui ont un écho important. Il est ensuite engagé en novembre 1927 par la municipalité pour élaborer le premier plan d’extension, de rénovation et d’embellissement de la ville de Rio de Janeiro.

71Agache reçut un soutien marqué des ingénieurs liés à la municipalité de Rio (Godoy, 1943), du Club des ingénieurs et du Rotary Club de Rio (Stuckenbruck, 1996). Comme on l’a signalé, le Rotary Club représentait des milieux économiques importants, et l’on doit signaler qu’Agache lui-même était issu d’une famille de puissants industriels français du textile qui avaient des intérêts au Brésil.

72Nommé responsable du Plan de la ville de Rio de Janeiro, il est à l’origine de trois types de conflit qui ont occupé des colonnes entières dans les journaux et ont été relatés par divers auteurs (Stuckenbruck, 1996 ; L. Silva, 1996 ; Pechman, 1996). Le premier conflit porta essentiellement sur l’appel à un Européen pour cette tâche, là où certains, surtout les architectes locaux, dans une position de défense corporatiste au moment où la profession était en cours d’institutionnalisation, plaidaient pour l’appel aux professionnels brésiliens et défendaient l’idée d’une approche spécifiquement brésilienne contre l’importation de modèles esthétiques étrangers (L. Silva, 1996 : 401-406). D’autres, comme Mattos Pimenta, considéraient que l’expérience urbanistique des architectes brésiliens était insuffisante, et imposèrent leur point de vue.

73Le deuxième conflit porta sur la récupération par Agache des travaux, des idées et des propositions élaborées par de nombreux professionnels avant lui, allant jusqu’à l’accusation de plagiat sur certains projets spécifiques (ibid. : 405). Agache lui-même a présenté son rôle comme celui d’un « catalyseur » (Agache, 1930 : 21) et a reconnu avoir utilisé de nombreux travaux antérieurs, indiquant que le Plan proposé et signé par lui « est une œuvre collective, réalisée en collaboration […]. Il s’agit non pas de faire une invention mais de condenser, de réunir en un bloc unique et méthodique toutes les idées qui ont été collectées et que vous, messieurs, les reconnaissiez comme fruit de votre travail, concrétisées dans une œuvre unique, sous une forme écrite ou dessinée » (Agache, 1930 : 21). Albuquerque Filho (cité par L. Silva, 1996) note que l’équipe a consulté pas moins de soixante-trois ouvrages, rapports, revues sur tous les aspects de l’œuvre projetée, outre des dizaines de cartes, des photographies et plus de trente plans, projets et dessins divers. Dans l’ouvrage publié, l’absence de bibliographie, de sources des données statistiques et de référence précise aux auteurs ou aux spécialistes qui ont inspiré son travail entame néanmoins cette volonté de reconnaissance collective. Agache se limite à une formule de remerciements bien générale :

« Je désire adresser un remerciement collectif à tous les techniciens, artistes, journalistes ou simples amateurs d’esthétique qui m’ont fait part de leurs suggestions sur les transformations souhaitables ou possibles de la ville. Mais ils sont en nombre si grand que je ne peux les nommer ici individuellement. »

74Le troisième type de conflit porte sur les solutions urbanistiques préconisées par Agache, un des enjeux majeurs étant le choix de la solution d’aménagement pour l’espace laissé libre, depuis 1922, par l’arasement du Morro do Castello en plein centre ville.

75Malgré ces conflits, Agache a mis au point une proposition d’ensemble d’une ambition inédite pour la ville de Rio. À l’appui de ses propositions d’aménagement, cet urbaniste a publié un volumineux document dont la qualité a été soulignée par différents spécialistes de l’histoire de l’urbanisme brésilien, dont M. Pereira :

« Une formidable synthèse […] qui commence avec l’étude de la géographie et de l’histoire, se poursuit par l’analyse des indicateurs socio-économiques, passe par l’observation des formes et des tracés urbains pour enfin proposer des interventions physiques et juridiques nécessaires à la rénovation, l’embellissement et à l’expansion de la ville. » (M. Pereira, 1996 : 369.)

  • 28 Le Corbusier a visité Rio à la même époque, mais après Agache. Santos et al (1987) reproduisent un (...)

76La favela n’est pas passée inaperçue aux yeux d’Agache, le premier étranger dont nous connaissions des écrits sur la favela28. Elle a si bien attiré son attention qu’il l’évoque dès sa troisième conférence, dans le titre même de celle-ci, « Cités-jardins et favellas », alors qu’il n’avait pas encore été engagé pour le plan de Rio. Ainsi, dans le texte de présentation de son plan pour Rio, Agache traite avec un certain détail des favelas, consacrant deux pages au Morro de Santo Antonio (Agache, 1930 : 176-177) et deux autres au problème des favelas en général, dans la troisième partie consacrée aux « Grands problèmes sanitaires » (ibid. : 189-190).

6. Visite du Morro da Favella par Agache et des ingÉnieurs brÉsiliens (1927)

6. Visite du Morro da Favella par Agache et des ingÉnieurs brÉsiliens (1927)

Source : Arquivo Geral da Cidade do Rio de Janeiro, photo de Augusto Matta

  • 29 D’après sa fille, Wanda de Mattos Pimenta Pompeia, interviewée par l’auteur.

77D’après Godoy (1943 : 79), la première visite d’Agache dans une favela, le Morro da Favella, fut en sa compagnie et celle d’autres ingénieurs de la ville ; deux photos témoignent de cette visite (Zylberberg, 1992 : 32). Mais quand on lit Agache, on sent fortement l’influence de Mattos Pimenta. Rappelons que la campagne que Mattos Pimenta avait lancée en faveur de l’esthétique battait son plein lorsque l’urbaniste français débarqua sur le sol carioca, et que Mattos Pimenta avait soutenu son engagement par la municipalité. Ce dernier prononça le discours d’accueil d’Agache et ils devinrent amis proches29. On peut avancer l’hypothèse que Mattos Pimenta fut la principale source d’inspiration d’Agache à propos des favelas, et sans doute sur d’autres points. Leurs discours sont très proches et se réfèrent aux mêmes conceptions hygiénistes et esthétiques – le concept moderne d’urbanisme avec l’hygiène comme principe de base et l’embellissement comme but leur était commun. L’image de la lèpre et du danger de contagion avancée par Mattos Pimenta est reprise par Agache dans la description qu’il donne de la favela :

« Construites contre toutes les règles de l’hygiène, sans canalisation d’eau, sans égout, sans service public de nettoyage, sans ordre, avec des matériaux hétéroclites, les favellas constituent un danger permanent d’incendie et d’épidémie pour tous les quartiers qu’elles infiltrent. Sa lèpre souille les plages environnantes et les quartiers mieux dotés par la nature, elle déshabille les collines de leur couverture verdoyante et corrode jusqu’aux abords des forêts qui couvrent les pentes des montagnes. » (Agache, 1930 : 190.)

78Cependant, Agache ne se contente pas de voir dans la favela un mal contagieux à combattre, son travail révèle le souci de comprendre la cause du phénomène :

« On peut dire qu’elle est le résultat de certaines dispositions des règlements de la construction et de l’indifférence manifestée jusqu’à aujourd’hui par les pouvoirs publics par rapport à l’habitat de la population pauvre. Devant les difficultés accumulées pour obtenir un permis de construire – les demandes et les formalités n’atteignent leur objectif qu’après un long temps et le paiement de lourdes taxes-, l’ouvrier pauvre se décourage et va rejoindre les sans-logis pour édifier une chaumière avec des bidons de kérosène, des caisses d’emballage sur les pentes inoccupées des collines proches de la ville, là où on ne va leur réclamer ni impôts ni permis. » (Ibid. : 189.)

  • 30 Agache fut membre de la section d’hygiène urbaine et sociale du Musée social, lié à Demolins, créa (...)

79Agache semble être un des premiers à percevoir que des éléments extérieurs à la pauvreté, comme les difficultés bureaucratiques d’accès au logement, sont aussi des facteurs explicatifs de l’attraction des favelas. On peut penser que cette première réflexion, même sommaire, sur le processus de constitution des favelas, tient à la dimension sociologique de la formation d’Agache, qui avait été initié à l’observation sociale dans la perspective leplaysienne30. Sa façon de comprendre le problème et de percevoir le social marque une avancée par rapport aux observateurs qui l’ont précédé, et d’ailleurs il évalue les processus de constitution des liens sociaux dans les favelas, y compris l’émergence d’activités économiques, en termes quasiment sociologiques :

« Peu à peu surgissent des maisons appartenant à une population pauvre et hétérogène, c’est l’émergence d’un principe d’organisation sociale, l’apparition d’un sentiment de propriété d’un territoire. Des familles entières vivent les unes à côté des autres, des liens de voisinage se créent, des coutumes nouvelles s’établissent, on voit se développer des petits commerces, des magasins, des estaminets, des tailleurs, etc. » (Ibid.)

80Agache signale aussi l’apparition d’un marché immobilier, dont un marché locatif, qu’il décrit dans les termes suivants :

« Ceux qui ont fait de bonnes affaires améliorent leur logement, et vont jusqu’à le louer, s’établissant ailleurs, et les petits propriétaires capitalistes qui s’étaient installés à l’improviste sur des terrains qui ne leur appartenaient pas seraient bien surpris si on leur démontrait qu’ils ne peuvent, d’aucune façon, revendiquer des droits de possession. » (Ibid.)

81Quant aux solutions, Agache, tout comme Mattos Pimenta, et suivant les orientations largement répandues chez les réformateurs sociaux européens depuis la fin du XIXe siècle (Topalov, 1999), préconise la construction de logements populaires en accompagnement de la destruction des favelas. Si celle-ci est nécessaire « non seulement du point de vue de l’ordre social et de la sécurité mais aussi sous l’angle de l’hygiène générale de la ville sans parler de son esthétique », elle ne suffit pas, car les mêmes causes risquent de produire les mêmes effets, et il craint que les habitants des favelas, « s’ils étaient simplement expulsés, ils se réinstalleraient ailleurs dans les mêmes conditions » (ibid. : 190). Il propose donc dans son plan d’extension, de rénovation et d’embellissement que soient construits des logements adaptés à la population :

« À mesure que seront édifiées les villas-jardins ouvriers en conformité avec les données du Plan d’orientation, il conviendra de réserver un certain nombre de logements simples et économiques, tout en étant sains et pratiques, pour le transfert des habitants de la favella. » (Ibid.)

  • 31 Everardo Backheuser fut en effet l’un des premiers à avoir avancé des propositions précises pour l (...)

82Si Agache reprend donc des propositions de solution déjà avancées par les réformateurs urbains brésiliens comme Backheuser31 ou Mattos Pimenta, il innove par le regard sociologique qu’il porte aux causes de la formation des favelas, le développement de liens sociaux et d’activités économiques qui s’y jouent. Mais cet apport a été peu valorisé, comme d’ailleurs l’ensemble des projets d’Agache, qui furent certes approuvés officiellement, mais aussitôt abandonnés du fait des changements politiques.

Un problème à administrer et à contrôler

  • 32 On trouvera une synthèse de ces débats dans Diniz (1999).

83La révolution de 1930, qui déboucha sur la dictature de Getúlio Vargas, inaugura en effet une nouvelle étape dans les représentations des classes populaires, et partant, des favelas. Cette révolution, dont le fer de lance fut de jeunes lieutenants de l’armée brésilienne, issus des couches moyennes urbaines, engagea une nouvelle période de la République, s’opposant frontalement à la « Vieille République », expression qui désigna dès lors le régime des quarante années antérieures, dominé par les oligarchies rurales et prompte à défendre les intérêts d’une élite agraire exportatrice. Contre l’orientation politico-culturelle prœuropéenne des élites antérieures, la révolution de 1930 et les années Vargas qui suivront instaurèrent un climat de fort nationalisme, centré sur la préoccupation de la construction de la nationalité et la valorisation de l’identité nationale brésilienne. Tout ce qui était étranger devint symboliquement menaçant. Plusieurs chercheurs brésiliens ont écrit sur Vargas, personnage dont l’héritage a toujours suscité des débats au Brésil32 : retour en arrière ou rénovation ? Renforcement de la tradition oligarchique ou rupture avec le passé ? Continuité ou changement avec une ouverture aux intérêts du nouvel ordre urbain industriel ? Les années Vargas se divisent en trois sous-périodes. Entre 1930 et 1934, Vargas était le leader de la révolution de 1930. De 1934 à 1937, il a été élu au suffrage indirect président de la République d’un gouvernement constitutionnel. De 1937 à 1945, Vargas, à la suite d’un coup d’État, se maintient au pouvoir par la voie autoritaire : c’est la période de l’Estado Novo.

84La république de Getúlio Vargas renforça la capacité d’intervention de l’État central. Devenu dictateur en 1937, Vargas poursuivit les communistes dont l’influence progressait, ainsi que tous les opposants à son régime. Mais il instaura une dictature de type populiste, reconnaissant et protégeant les travailleurs par des lois régissant les rapports salariaux, modernisant le système éducatif, développant la protection sociale, au point d’être considéré comme le « père » des lois sociales au Brésil. Selon Gomes (1999 : 62), il mettait en avant une image de guide et de « père des pauvres », son projet était de transformer le Brésil en un lar imenso (immense foyer familial) et l’État en État-providence.

85Le régime de Vargas reprit à son compte la thématique hygiéniste qui considérait que la propagation de nombreuses maladies résultait des mauvaises conditions sanitaires des logements populaires. Getúlio Vargas estimait que la propriété de son logement et une alimentation adéquate étaient des aspirations légitimes des travailleurs (ibid. : 62). La famille devait constituer la cellule politique de base (ibid. : 63) et la question du logement était donc une question majeure.

86L’évolution de la politique municipale de Rio pendant la période qui suit la révolution de 1930 a été étudiée particulièrement par Conniff (1981). Dans les années 1931-1936, Getúlio Vargas nomme le médecin Pedro Ernesto maire de Rio, reconnu ensuite comme « le médecin des pauvres ». Il fut à l’origine du clientélisme politique qui commence à se développer dès cette époque dans les favelas. L’action de Pedro Ernesto s’est portée prioritairement vers la construction d’hôpitaux et d’écoles. Conniff note que l’approche de la question sociale de Pedro Ernesto était assez semblable à celle des réformateurs progressistes du début du siècle aux États-Unis : l’aide aux pauvres devait constituer une responsabilité publique afin de réduire la stigmatisation par l’infériorité et la dépendance qui caractérisent souvent l’assistance (ibid. : 123).

87L’influence et l’action de Pedro Ernesto envers la population des favelas ont été particulièrement importantes, inaugurant ainsi un nouveau type de rapport avec les favelados.

88D’après Conniff (ibid. : 107), Pedro Ernesto eut de nombreux contacts avec les habitants des favelas entre 1932 et 1934, intervenant comme médiateur dans des conflits sur la propriété du sol, distribuant les premières subventions publiques aux écoles de samba pour le Carnaval, et décidant dans quelques cas de l’installation de services publics. En 1934 par exemple, il organisa une manifestation officielle dans la favela de Mangueira pour annoncer l’ouverture d’une école publique. Cette action comporta une dimension politique particulière : le développement de liens clientélistes, qui consistait à échanger le vote des habitants contre divers avantages. Pedro Ernesto compta plus de cent filleuls dans les favelas de Rio. À sa mort en 1942, des foules considérables se pressèrent à son enterrement, les favelados et les membres des écoles de samba marchant à côté des limousines du cortège avec de nombreux messages d’hommage à l’ancien maire (ibid. : 163).

89Si Pedro Ernesto fut écarté en 1936 – Vargas s’inquiétait de sa popularité croissante… –, son action s’inscrit parfaitement dans la politique populiste du régime qui lui survécut au plan municipal. Dans la continuité des discours antérieurs quant à la perspective hygiéniste, elle marque une inflexion notable, celle de la reconnaissance de fait de l’existence des favelas et de la nécessité d’une amélioration locale des conditions de vie des favelados, contre la seule solution de leur destruction prônée antérieurement.

90Cette reconnaissance trouve son expression dans l’approbation en 1937 par la municipalité de Rio, alors dirigée par le maire Olimpio de Melo, lui aussi nommé par Getúlio Vargas, du Código de Obras (Code de la construction). Ce code de 1937 succédait à trois textes antérieurs de 1924, 1926 et 1937 (Prefeitura da Cidade dó Rio de Janeiro, 1977 : 85-86 ; Godoy, 1943 : 320-321 ; L. Silva, 1996 : 399-400). Le nouveau texte, en vigueur jusqu’en 1970, élaboré comme les précédents par une commission technique d’ingénieurs municipaux, participait des efforts inaboutis d’organisation rationnelle de la ville – le texte de 1926 fut d’ailleurs repris avec quelques modifications dans le Plan Agache (Godoy, 1943 : 321). Il s’agissait de doter la ville de moyens de répondre aux problèmes nouveaux posés par la croissance urbaine. Deux points faisaient l’objet d’un soin particulier : le début de la « verticalisation » de la ville, avec les constructions d’immeubles plus hauts en béton armé, et la question des quartiers insalubres. Sur ce dernier point, le texte innova entre autres par l’attention explicite accordée au phénomène des favelas.

  • 33 Les numéros de page font référence à la 4e édition de ce code de 1937, datée de 1964 et publiée so (...)

91Le Code de la construction de 1937 introduit dans le chapitre XV, « Élimination des logements insalubres », une partie intitulée « Favelas » (p. 107)33, dont on peut citer plus particulièrement l’article 349 :

« Art. 349 – Il sera formellement interdit de former des favelas, c’est-à-dire de constituer des conglomérats de deux casebres (habitations précaires) ou plus, disposés selon un ordre ou non, construits en matériaux de fortune et dans le non-respect de ce décret.
1° Il est absolument interdit, dans les favelas déjà existantes, d’édifier ou de construire de nouvelles casebres, d’exécuter des travaux sur celles qui existent, ou d’y ajouter une quelconque construction.
2° La mairie prendra les mesures qui conviennent, par l’intermédiaire des services de contrôle de la Direction des services techniques, et par tous les moyens à sa disposition, pour empêcher la formation de nouvelles favelas ou l’extension des favelas existantes ainsi que tous travaux de transformation ; elle procédera immédiatement à la démolition des nouvelles habitations, de celles où auront été faits des travaux et de toute construction nouvelle […].
7° Si la mairie a la preuve que la favela est un lieu d’exploitation où l’on touche des loyers pour les maisons ou le sol, les amendes seront doublées […].
8° La construction ou l’érection de constructions précaires destinées à être habitées, sur des terrains, cours ou jardins d’immeubles, seront assujetties aux dispositions de cet article.
9° La mairie prendra des mesures, conformément au titre IV du chapitre XIV de ce décret, pour éliminer les favelas et les remplacer par des agglomérations d’habitations atteignant un niveau minimal. »

92Notons tout d’abord la continuité entre les dispositions de ce texte et les orientations antérieures de Mattos Pimenta et d’Agache : l’élimination des favelas et leur remplacement par de nouveaux logements conformes aux normes de salubrité sont préconisés. Mais le texte est ambigu, et dans une certaine mesure contradictoire, puisque, avant de préconiser cette élimination, il propose d’interdire l’expansion des favelas. On peut interpréter cette contradiction en notant que l’article 9 associe l’élimination au relogement des habitants, et considérer alors que les articles précédents visent à mettre en place le contrôle des favelas existantes tant que les logements de substitution ne peuvent être fournis. De ce fait, le Code reconnaît d’une certaine manière l’existence des favelas.

93Ajoutons que le détail de ses dispositions révèle qu’on disposait alors d’une certaine connaissance de la situation des favelas :

  1. Dans cette première définition officielle, il suffit de deux logements précaires au moins pour former une favela (comme nous le verrons plus loin, la définition des recensements retiendra le nombre minimum de cinquante) ; ce conglomérat peut avoir ou non une disposition ordonnée ; la construction est précaire ; ce type d’agglomération se développe en dehors des lois (« dans le non-respect des dispositions de ce décret »).
  2. Les favelas existantes s’agrandissent par l’extension – construction de nouvelles maisons – ou par la densification – agrandissement des constructions existantes.
  3. Les favelas fonctionnent déjà en partie comme des marchés immobiliers : le volume des loyers perçus est assez important pour attirer l’attention, ils portent sur le bâti ou sur le sol.
  4. La favela ne concerne pas que des terrains vides, il existe des processus de « favelisation » de zones déjà construites, par invasion des interstices, des terrains, des cours ou des jardins attenant à des immeubles.

94Malgré ses ambiguïtés, le Code de la construction de 1937 nous paraît inaugurer juridiquement, comme Pedro Ernesto l’avait inaugurée politiquement, une nouvelle période : la nécessité d’administrer la favela et ses habitants s’impose progressivement. Avec la préoccupation d’administrer vient la préoccupation de connaître. On a déjà noté l’esquisse d’une approche sociologique de la population favelada dans les observations d’Agache, mais dans les années 1940, ce souci va réellement se déployer.

Connaître pour mieux réformer

95Pour assurer une bonne administration et un contrôle efficace, il faut classer, mesurer et quantifier le problème. En Angleterre et en France, les statistiques avaient connu un fort développement depuis le XIXe siècle. Leclerc (1979 : 183-189) et Desrosières (1993) soulignent l’importance des arguments quantifiés dans le débat sur la réforme sociale au XIXe siècle, et le rôle de la statistique comme instrument de pouvoir.

  • 34 Agache (1930) évoquait un chiffre de 200 000 habitants dans les favelas de Rio, amplifiant l’estim (...)

96Au début des années 1940, on projette de caractériser précisément les individus et leurs familles, ainsi que leurs conditions de logement, afin de classer les différents types de problèmes et de situations. Les estimations de la population favelada dont on disposait à l’époque34 devaient être remplacées par des chiffres exacts. En 1941, lors du premier Congrès brésilien d’urbanisme, fut réclamée « une étude complète des favelas qui fasse connaître les aspects généraux et particuliers du problème » (Mariano Filho et al., 1941). Les auteurs de ce document, membres là encore du Rotary Club de Rio, le médecin Mariano Filho, l’ingénieur Alberto Pires Amarante et l’architecte Americo Campelo, ont établi la liste des informations nécessaires selon eux à la mise en place d’une action efficace :

  • nombre exact des habitations qui composent l’agglomérat urbain ;
  • type d’occupation du terrain de la favela, densité ;
  • nombre d’habitants ;
  • spécificités des habitations ;
  • caractérisation urbanistique des terres occupées ;
  • activités des hommes et des femmes ;
  • nombre d’enfants en âge scolaire ;
  • conditions sanitaires générales ;
  • superficie de la zone occupée ;
  • dossier photographique ;
  • possibilités d’urbanisation de chaque agglomérat ;
  • nom du propriétaire des terres occupées.

97C’est dans cette perspective que furent réalisées les premières études plus systématiques sur les favelas de Rio, notamment le rapport du médecin Victor Tavares de Moura, publié en 1943 sous le titre Favelas do Distrito Federal, et le travail de fin de cours d’assistante sociale réalisé par Maria Hortência do Nascimento e Silva et publié en 1942 sous le titre Impressões de uma assistente sobre o trabalho na favela. Ces deux textes marquent clairement l’inauguration d’une période nouvelle car ils reconnaissaient le besoin de données concrètes pour la gestion de la pauvreté et de ses espaces. Le premier allait même servir de base à l’action du maire Henrique Dodsworth et à la politique des Parcs prolétaires de l’Estado Novo de Vargas.

  • 35 Ce document, dactylographié et non publié, nous a été communiqué par la fille de Victor Tavares de (...)
  • 36 Son premier poste dans l’administration publique du district fédéral était la direction de l’Alber (...)
  • 37 L’orthographe moderne est celle-ci, que nous avons utilisée, sauf pour les noms d’institutions où (...)

98L’étude du médecin Victor Tavares de Moura commença en 1940 par l’« Esquisse d’un plan pour l’étude et la solution du problème des favelas de Rio de Janeiro » (1940)35, travail préliminaire commandé par le secrétaire général pour les affaires de santé et d’assistance de Rio de Janeiro. Ce médecin36 natif de l’État du Pernambouc était le beau-frère du gouverneur Agamenon Magalhães, nommé en 1937 par Vargas, et à l’origine d’une « Ligue sociale contre le mucambo » (Pandolfi, 1984 ; Melo, 1985 ; Lira, 1998). Le mocambo37 est l’équivalent à Recife du casebre dans la favela de Rio. Cette croisade, à laquelle de Moura avait participé directement, fut sa source d’inspiration (Moura, 1940 : 1). À Recife, une Commission de recensement des Mucambos avait été établie (Lira, 1998 : 94), dont Victor Tavares de Moura cite les résultats : 45 581 mocambos, hébergeant 164 837 personnes. Dans son « Esquisse », il souligne la nécessité de la collaboration d’un statisticien (ibid. : 7) et recommande de procéder à un recensement détaillé des favelas, préalable indispensable selon lui à la définition des actions publiques :

« Du soin et du discernement mis à remplir la fiche du recensement dépendra en grande partie le succès de la campagne ; c’est seulement si on dispose de données réelles et précises que l’on pourra choisir la voie à suivre pour résoudre un problème, dont il n’est pas nécessaire de souligner la complexité. » (Ibid. : 8.)

99Pour ce recensement, il propose même un modèle de fiche qui comporte plusieurs types d’informations à recueillir :

  • quartier, nom de la favela, rue et numéro ;
  • noms et adresses des propriétaires du terrain d’une part, de la construction (casebre) d’autre part ;
  • caractéristiques physiques du logement (matériaux, nombre de pièces, surface, état général) ;
  • statut d’occupation, valeur du bien, montant éventuel du loyer du logement et du sol ;
  • type d’usage (résidentiel, commercial, scolaire, de loisir, mixte, ce qui montre qu’il existait déjà un certain niveau d’équipement des favelas) ;
  • lieu de naissance ;
  • occupation, statut, lieu de travail et revenu du chef de famille et des autres actifs du ménage ;
  • chômeurs selon le secteur d’activité ;
  • invalides ;
  • niveau d’éducation ;
  • nombre, âge, sexe, scolarisation des enfants.

100Notons que les arguments qu’il avance pour justifier des informations à recueillir révèlent une connaissance fine des différents mécanismes de formation des favelas, faisant par exemple la distinction entre des favelas constituées par invasion illégale de terrains publics de celles organisées illégalement par les propriétaires fonciers qui y trouvaient des revenus importants tout en évitant de payer des impôts (ibid. : 3). Il donne l’exemple du Morro da Favella, où la favela s’étendait, d’un côté, sur un terrain municipal et de l’autre, sur un terrain privé. Il remarque d’ailleurs que cette partie est moins peuplée, car « tout habitant paie un loyer pour le sol ou la baraque, et s’il ne le fait pas, il sera expulsé, presque toujours par la violence » (ibid. : 10).

  • 38 Un exemplaire du rapport de Victor Tavares de Moura se trouve vraisemblablement à la bibliothèque (...)

101Ces questionnaires furent employés par la Commission d’étude du problème des favelas dont Victor Tavares de Moura avait recommandé la création et où il eut la responsabilité de diriger les enquêtes de terrain (Parisse, 1969a : 65). Quatorze favelas furent étudiées selon sa méthode. Le rapport présentant les résultats, dont nous n’avons pas retrouvé la trace à ce jour, eut un retentissement considérable dans la presse de Rio (ibid. : 68), surtout dans les journaux favorables au gouvernement Vargas. Selon Anthony et Elizabeth Leeds (1978 : 192-194)38, il met clairement en évidence, pour la première fois, la complexité de la favela. L’auteur présente une cartographie des terrains occupés et souligne la diversité de leur statut. Les situations décrites démystifiaient la vision la plus courante à l’époque, qui prévaut parfois aujourd’hui encore, des favelas comme lieu de criminalité, marginalité et désorganisation sociale (ibid. : 193).

102Le mémoire de fin d’études d’assistante sociale de Maria Hortência do Nascimento e Silva (1942) représente aussi un moment important dans ces débuts de la recherche sur les favelas. Avant le gouvernement Vargas, l’aide sociale aux pauvres avait un caractère quasi exclusivement privé et religieux, suivant des pratiques qui remontaient au Brésil colonial (Moncorvo Filho, 1926 ; Russel-Wood, 1981 ; Landim, 1993). Dans les années 1930, la mairie de Rio de Janeiro commença à employer des assistantes sociales pour la première fois. Pour leur formation, on créa en 1937 l’Institut social, devenu aujourd’hui le département de service social de l’Université catholique.

  • 39 Membres de la congrégation du Cœur de Marie, Fanny du Restu, Germaine Marsaud et Jacinta Pietromac (...)

103Les assistantes sociales constituent ainsi un nouveau type d’acteur qui intervient dans l’histoire de la connaissance des favelas, après les journalistes, les ingénieurs, les médecins et les urbanistes. Malgré l’orientation nationale du gouvernement Vargas, le Brésil suit à cet égard une évolution semblable à celle des pays européens. Deux religieuses françaises et une italienne39 furent d’ailleurs à l’origine de la création de l’Institut social de Rio (A. Lima, 1987 : 54-55), l’une d’elles devenant directrice de son école de service social. Des écoles de service social françaises et belges servirent de modèle à la construction de la nouvelle institution (ibid. : 58).

104L’orientation populiste et clientéliste de l’action publique, que nous avons soulignée à propos de Pedro Ernesto et qui continua après lui, s’imposa cependant au travail des assistantes sociales. Il leur fallut collaborer avec les fonctionnaires municipaux à une gestion de la pauvreté qui mêlait le développement d’une certaine protection sociale et la mise sous contrôle des pauvres.

105Les favelas semblent avoir été, dès cette époque, des terrains privilégiés de cette nouvelle action sociale. Les assistantes sociales considéraient, elles aussi, qu’il était important de bien connaître la population pour effectuer un travail efficace et que les favelas étaient encore mal étudiées. C’est dans le Largo da Memória, favela du quartier Leblon, que Maria Hortência do Nascimento e Silva a mené sa recherche, et elle note les efforts de connaissance antérieurs à son intervention :

« La première fois que le Service social a voulu résoudre le problème du Largo da Memôria, ce fut en octobre 1940. L’assistante sociale de la mairie, formée par l’Institut social, D. Maria Luiza Fontes Ferreira, qui était très intéressée par le problème des favelas, pensa construire un Centre social dans une de ces baraques, bien à la portée des habitants. Pour appuyer son projet sur des données concrètes, elle réalisa un recensement précis des habitants du Largo da Memória, avec l’aide d’employés de la mairie. » (M. Silva, 1942 : 43.)

106C’est dans ce centre social que Maria Hortência do Nascimento e Silva a réalisé son stage, au cours duquel elle a mené les observations consignées dans son mémoire. Soulignons que celui-ci peut être considéré comme la première étude de cas, même s’il n’est pas conforme aux règles qui seront suivies plus tard par les sociologues et les anthropologues.

  • 40 Selon Maria Hortência, interviewé par l’auteur en 1998.
  • 41 Bien qu’elle ne cite pas de source précise, hormis l’institution municipale, ces données viennent (...)

107Fille de famille riche, formée au meilleur lycée religieux de Rio (collège Sion, tenu par des religieuses françaises et où l’on parlait français), elle suivit l’une des rares trajectoires professionnelles possibles pour une jeune femme de ce milieu à l’époque. Contrairement aux observateurs que nous avons évoqués précédemment, elle a fréquenté assez longuement la favela pour son travail, auquel elle se rendait quotidiennement en tramway40. Cette favela, située sur un terrain plat dans la zone sud de Rio, était facilement accessible en transport en commun. Elle propose une description détaillée (ibid. : 19-41) de la favela du Largo da Memôria, qui inclut des plans des divers types de baraques, une présentation de la vie quotidienne de ses habitants, et de cas atypiques, dénommés « types curieux », basés sur des histoires de vie et des citations de propos de résidents. Ces informations sont complétées par quelques commentaires de données statistiques obtenues de la mairie41 concernant une population totale de 1619 personnes. Des tableaux simples montrent la répartition de la population locale par sexe, couleur de la peau, état civil, conditions de travail, nationalité, état d’origine, âge, date d’entrée de la famille dans la favela, salaire mensuel, métier (pas moins de vingt professions ont été recensées).

108Le texte offre de plus quelques données inédites sur l’ensemble des favelas du district fédéral d’alors : la première liste connue des principales favelas, au nombre de 36 (M. Silva, 1942 : 16-17), une ébauche de typologie – favelas de collines, favelas en terrains plats, favelas consolidées, favelas récentes, favelas sur terrain municipal et favelas sur terrain privé – et une catégorisation de l’état des baraques en « bon, mauvais, très mauvais ».

7. LA FAVELA DU LARGO DA MEMÓRIA AVANT SA DESTRUCTION

7. LA FAVELA DU LARGO DA MEMÓRIA AVANT SA DESTRUCTION

Source : VT/MS/19390207 – série Medicina social – Dossier Parques proletários e favelas – Fundo Victor Tavares de Moura. Casa de Oswaldo Cruz

109En outre, le livre présente les activités du service social dans le Largo da Memória. Cela permet de bien comprendre quel était le contenu du travail social à cette époque. D’une part, dans la technique utilisée (dossiers – en français dans le texte-, fiches concernant les visites aux familles, diagnostic du cas et propositions de solution), on trouve une grande similitude avec les formes de travail des assistantes sociales européennes (Barret-Ducrocq, 1991 ; Guerrand et Rupp, 1978). D’autre part, dans les solutions appliquées, on note bien le poids des orientations clientélistes, marqué par la fréquence des lettres de recommandation pour des emplois, mais aussi pour des médecins, des hôpitaux, des écoles, des internats, tous services auxquels les pauvres n’avaient que très difficilement accès sans recommandation.

110Si le mémoire de Maria Hortência do Nascimento e Silva constitue ainsi une avancée par rapport aux écrits antérieurs quant à la connaissance détaillée de la réalité sociale des favelas de Rio, la lecture qu’elle en donne reste fortement empreinte de jugement moral. Malgré ses observations et son travail de collecte de données, son discours est fortement structuré par les représentations de la pauvreté du début du siècle (Valladares, 1991), tenant sans doute à la fois à sa formation d’assistante sociale et à son appartenance aux classes supérieures. La vision suivante est très proche des discours de Mattos Pimenta :

« À Rio, ville à l’exubérance colorée et somptueuse, l’intensité lumineuse, qui fait ressortir la grâce incomparable d’une nature unique, transforme la favela en un cri encore plus dissonant, qui déchire l’harmonie merveilleuse de tant de richesses et de beautés. […] Peut-être est-ce pour cette raison que nos favelas paraissent plus misérables, plus sordides que toutes les autres […]. C’est une terrible pauvreté qu’abritent ces baraques rapiécées, un abandon effrayant qui afflige le cœur de ceux qui pénètrent dans ce monde à part, où vivent ceux qu’a reniés le sort. » (M. Silva, 1942 : 7-8.)

  • 42 Lira (1999) a montré ce même type d’orientation eugéniste dans les discours sur les pauvres et les(...)

111Les jugements de valeur et les préjugés vis-à-vis des pauvres et des Noirs, souvent assimilés aux favelas, apparaissent avec plus d’évidence encore lorsqu’elle discute au chapitre III du problème de la favela qui « réclame de toute urgence une solution ». On peut noter l’orientation raciste, voir eugéniste du discours42 qui, tout en reconnaissant les conséquences de l’esclavage, aboli au Brésil en 1888 seulement, en attribue la responsabilité aux victimes elles-mêmes.

« Fils d’une race châtiée, notre nègre, voyou d’aujourd’hui, porte sur ses épaules une hérédité morbide bien trop lourde pour qu’il puisse la repousser sans aide, puisqu’il vit au milieu de la misère elle-même et des privations ; ce n’est pas sa faute si avant lui les siens ont souffert dans la case des esclaves et soigné leurs maux avec la prière et le fétichisme […] Comment s’étonner alors qu’il préfère rester au soleil sur le pas de la porte, à chanter et à rêver, au lieu d’avoir l’énergie de vaincre l’inertie qui l’envahit, l’indolence qui le domine et de se mettre résolument à travailler ? […] Pour qu’il y arrive, il est nécessaire, avant tout, de le soigner, l’éduquer et surtout lui donner une demeure où l’attend un minimum de confort indispensable au développement normal de la vie. » (M. Silva, 1942 : 62-63.)

112Ainsi, la pratique de l’assistance sociale, qui supposait des visites plus régulières dans les favelas, des contacts plus assidus et plus intimes avec les familles, a contribué à faire avancer la découverte de la favela pendant la longue phase précédant les sciences sociales, mais les données collectées ont été largement occultées par des interprétations conservatrices. Celles-ci sont sans doute l’effet de l’origine sociale des assistantes de l’époque, comme on l’a signalé, et du regard sur le monde très conservateur de l’Église catholique dans cette période, encore essentiellement fondé par le modèle de la charité.

  • 43 Des recherches plus approfondies seraient nécessaires sur ce point. L’histoire et le rôle des assi (...)

113Il est d’ailleurs un peu surprenant a priori que ces assistantes sociales se soient alliées, comme on l’a remarqué, avec le gouvernement populiste de Vargas, qui entretenait un autre rapport aux catégories populaires43. Ainsi, tant l’étude statistique de Victor Tavares de Moura que celle, de terrain, de Maria Hortência do Nascimento e Silva servirent-elles à l’élaboration de la politique des « Parcs prolétaires » du maire Henrique Dodsworth. Cette politique, mise en œuvre par une commission municipale dont Victor Tavares de Moura, devenu directeur du département d’assistance sociale de la mairie, fut le principal animateur, devint la première expérience effective de politique de construction de logements populaires pour des résidants des favelas de Rio (Parisse, 1969a ; Leeds A., Leeds E., 1978).

114Les trois « Parcs prolétaires » construits dans la période 1942-1944 (Gávea, considéré comme le modèle, Cajú et la Praia do Pinto) ont relogé 8 000 personnes, effectif modeste si l’on considère que les estimations de l’époque étaient d’environ 250 000 résidents dans les favelas du district fédéral, et que les objectifs affichés de cette nouvelle politique étaient beaucoup plus ambitieux (Parisse, 1969a : 76).

8. VUE D’ENSEMBLE DU PARQUE PROLETARIO DA GÁVEA

8. VUE D’ENSEMBLE DU PARQUE PROLETARIO DA GÁVEA

Source : VT/MS/19390207 – série Medicina social – Dossier Parques proletários e favelas – Fundo Victor Tavares de Moura. Casa de Oswaldo Cruz

115Malgré la modestie de ces réalisations, ces parcs ont représenté une nouvelle étape dans la conception de l’action publique envers les favelas (Burgos, 1998). Dans l’optique populiste de Vargas, il n’était plus acceptable de concevoir l’aménagement des espaces urbains posant problème sans considérer leur population. Mettre le feu aux zones urbaines occupées irrégulièrement ou simplement expulser les pauvres, comme on l’avait fait à l’époque de la guerre contre les taudis, pendant le mandat municipal de Pereira Passos, n’était plus envisageable. Et si l’on peut considérer que cette politique s’inscrit, d’une certaine manière, dans la continuité de certaines propositions antérieures de Mattos Pimenta et d’Agache, il faut souligner que ceux-ci avaient milité prioritairement pour la lutte contre la favela et rappeler que leurs propositions de relogement des favelados n’avaient pas été suivies par les autorités. Avec Henrique Dodsworth, la priorité fut tout autre : la lutte contre les favelas avait comme premier objectif l’amélioration du sort de leurs habitants pour obtenir l’appui populaire indispensable au maintien du régime. Le nom de « Parcs prolétaires » était à ce titre tout à fait éloquent.

116Ces opérations ne furent pas de simples opérations de relogement provisoire. Il s’agissait non seulement d’extirper les familles de ces espaces insalubres qu’étaient les favelas, et de leur fournir de nouveaux logements conformes aux règles sanitaires, mais aussi d’assister voire d’éduquer les habitants pour qu’ils modifient leurs pratiques afin de se conformer à un nouveau mode de vie garantissant leur santé physique et morale. Les logements des Parcs prolétaires étaient conçus comme des logements provisoires, un habitat de transition pour assurer l’intégration ultérieure des habitants dans la vie urbaine « normale ». Les Parcs prolétaires comprenaient donc aussi des dispensaires, des écoles, des centres sociaux, des équipements sportifs, des crèches et un poste de police. Les assistantes sociales furent mobilisées pour connaître la population à reloger, l’accompagner dans ce processus et participer à sa formation aux nouvelles conditions de vie. Cette politique fut très certainement inspirée des politiques européennes de logement de transition pour la population des taudis (Magri, 1980). Victor Tavares de Moura avait étudié en France et en Allemagne, puis participé à divers congrès internationaux, et connaissait vraisemblablement ces politiques. L’originalité populiste de l’expérience se manifesta dans l’encadrement politique des habitants, mobilisés pour le soutien au régime et contrôlés dans leurs allées et venues, le directeur du Parc faisant un discours quotidien pour commenter l’actualité et veiller à leur éducation politique (Leeds A., Leeds E., 1978 : 195-197).

La nécessité de données quantitatives pertinentes les premiers recensements et les débuts de la production officielle de données

117Un nouveau type de connaissance sur la favela émerge à la fin des années 1940. Esquissé par le travail pionnier de Victor Tavares de Moura, il est produit cette fois par des organismes officiels et permanents chargés de la collecte des données. Ce savoir va révéler des dimensions inconnues du phénomène de la favela, que l’on verra dès lors autrement qu’un problème de santé publique, d’ordre urbain, d’esthétique et d’assistance sociale. Un savoir sur les habitants de la favela (rapport au travail, origine géographique, démographie, etc.) va se constituer. Mais l’émergence d’une production officielle de données et d’analyses objectivant l’ampleur réelle et la complexité du phénomène ne se fait pas sans difficultés et adhérences tardives des représentations antérieures. Elle s’opère en fait en deux étapes : un premier recensement en 1948, qui porte sur les seules favelas du district fédéral, et le recensement général de 1950, dans lequel pour la première fois les favelas sont repérées en tant que telles.

  • 44 Le premier recensement national brésilien date de 1872.
  • 45 Le principal conseiller technique dans la mise en place de ce nouvel organisme et dans la formatio (...)

118Alors que le Brésil avait procédé à des recensements généraux dès la fin du XIXe siècle44 et possédait un institut de statistique, l’IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique), créé en 193845, et que la mairie de Rio, du fait de son statut de capitale disposait elle aussi d’un département de géographie et de statistiques, il n’existait pas de données précises sur l’univers tant controversé des favelas. Le relevé cadastral réalisé lors des recensements de 1920, ainsi que les statistiques de la propriété foncière du district fédéral en 1933, ne donnaient que des comptages de domiciles et de commerces pour des zones correspondant à certaines favelas bien connues, comme le Morro da Favella et le Morro do Salgueiro (A. Guimarães, 1953 : 253). Pas de chiffres exacts sur l’ensemble, mais des estimations, de caractère alarmiste.

119La première favela avait déjà cinquante ans lorsque la décision fut prise de réaliser un recensement spécifique de ce type de quartier et de ses habitants. C’est certainement parce qu’il était défini comme « espace provisoire » qu’il n’avait pas eu sa place dans les recensements officiels de 1920 et de 1940. Rappelons que c’est seulement en 1937 que le Code de la construction a reconnu officiellement la favela comme un type d’espace urbain présent sur le territoire du district fédéral.

120Malgré les demandes pour une étude complète et précise sur les favelas, cette mesure ne s’est concrétisée que lorsque les pouvoirs publics ont eux-mêmes compris qu’il était important, sur le plan de l’administration publique, de disposer de données fiables sur cette forme d’habitat. C’est ce que dit clairement Alberto Passos Guimarães qui occupait alors la fonction de directeur de la division technique du Service national du recensement de l’IBGE :

« Quelles que soient les modalités retenues pour poser les problèmes qui naissent de la multiplication des favelas, les mesures qui seront prises dans la pratique ne réussiront que si l’on a une meilleure connaissance des caractéristiques individuelles et sociales de ces populations. C’est la raison pour laquelle le VIe recensement général du Brésil a pris l’initiative de recueillir séparément les données du recensement démographique concernant les favelas du district fédéral, offrant ainsi à tous les intéressés les éléments de base sur ces établissements humains. » (Ibid. : 256.)

  • 46 Nous analyserons l’action de cette fondation qui venait d’être créée dans le chapitre 2.

121Remarquons que les arguments employés sont pratiquement les mêmes que ceux de Victor Tavares de Moura en 1940. Mais si les résultats produits par ce dernier avaient été largement commentés par les journaux de l’époque, son travail d’enquête semble avoir été oublié par la suite, puisque Alberto Passos Guimarães, décrivant les enquêtes antérieures à 1950, n’en parle pas. Il signale seulement (ibid.) l’enquête faite en 1948 par la Fondation Léon-XIII46 dans deux favelas, les morros de São Carlos et Jacarezinho, et le recensement de 1948.

122La mairie de Rio de Janeiro, désireuse « d’éliminer les favelas ou pour le moins d’en arrêter le développement dans le district fédéral » (Prefeitura do Distrito Federal, 1949 : 6), a en effet devancé l’IBGE en faisant réaliser par son département de géographie et de statistique, pendant le mandat du général Angelo Mendes de Moraes, le premier recensement des favelas de Rio.

Le recensement des favelas de 1948

123Entrepris aux dernières semaines de 1947 et achevé à la fin mars 1948, ce recensement fut publié en 1949. La première étape fut le repérage des favelas comme ensembles urbains, qui permit d’identifier, dans un premier temps, 119 favelas. L’enquête elle-même réduisit ce nombre à 105 favelas, recensant une population totale de 138 837 habitants, dont 68 953 de sexe masculin et 69 884 de sexe féminin. Des chiffres très inférieurs aux estimations avancées par la presse de Rio, qui oscillaient alors entre 400 000 et 600 000 habitants. La part des habitants des favelas dans la population totale de Rio n’atteignait que 7 %. Le nombre de logements s’élevait à 34 528, ce qui correspond à une moyenne de 4,01 personnes par logement.

124Remarquons que le document officiel ne donne pas de définition des favelas, on ne sait donc pas directement quels sont les principes d’identification utilisés. On sait seulement que la réduction du nombre de favelas de 119 à 105 résulte d’une part de la découverte que dans certaines unités, les habitants étaient eux-mêmes propriétaires du sol – ces unités ont alors été exclues du champ, ce qui révèle en soi un critère de définition. D’autre part, certaines unités d’appellations différentes présentaient en fait une seule unité géographique – elles ont été rassemblées en une unique favela (Prefeitura do Distrito Federal, 1949 : 6-7).

125Le texte présente des tableaux qui sont construits par l’addition des vingt-quatre tableaux remplis pour chaque favela. Les données portent sur :

  1. Les logements selon leur type et le nombre de pièces ; les matériaux de couverture du toit, le revêtement de sol, le type d’assainissement, l’éclairage, l’approvisionnement en eau ; le paiement ou non d’un loyer (pour le logement ou le terrain) et son montant.
  2. La population, classée selon les caractéristiques de base : sexe, âge, lieu de naissance, niveau de scolarité, couleur de la peau47, statut matrimonial, enregistrement ou non par l’état civil48, activité professionnelle, lieu de travail, salaire.

126Ces nouveaux résultats donnent une image de la population des favelas assez différente des représentations dominantes jusqu’alors. Par exemple, les deux tiers des habitants des favelas étaient originaires du district fédéral même (38 %) ou de l’État de Rio (29 %), les migrants venant de l’Est et du Nord-Est n’atteignant que 6 % du total. Ou encore, 52 % des enfants de plus de 7 ans étaient analphabètes, et non la très grande majorité, comme on le pensait.

127Le document officiel dans lequel ces résultats sont publiés, Censo das favelas, aspectos gerais (1949), est cependant assez surprenant par le contraste entre la qualité et l’intérêt des informations présentées pour la première fois ainsi qu’en raison des commentaires et des interprétations qui les introduisent et les accompagnent, porteurs de préjugés sociaux et raciaux plus conservateurs et passéistes que ceux de l’assistante sociale citée précédemment.

128Prenons tout d’abord le thème de la « couleur » des résidents. Sont d’abord présentés les résultats qui montrent que le groupe le plus nombreux est celui des métis (pardos), avec 36 %, suivis de celui des Noirs, 35 %, et des Blancs, 29 %. Ces pourcentages contrastent avec ceux de ces mêmes groupes dans l’ensemble du district fédéral selon le recensement de 1940 : respectivement 17 %, 11 % et 71 %. Le commentaire qui suit, loin d’expliciter l’apport de ces résultats par rapport aux discours antérieurs comme on aurait pu s’y attendre, glisse aussitôt vers le préjugé racial le plus sommaire :

« On ne saurait être surpris par la prédominance des Noirs et Métis dans les favelas. Héréditairement attardés, dépourvus d’ambition, et mal ajustés aux exigences sociales modernes, ils fournissent dans presque toutes nos agglomérations urbaines les principaux contingents des basses classes de la population. » (Ibid. : 8.)

129De la page 10 jusqu’à la fin du texte page 19, c’est un discours moral qui prédomine, plein de clichés et de préjugés contre les pauvres, invoquant même la biologie et la race, avec des accents eugénistes :

  • 49 Référence à l’abolition de l’esclavage en 1888 !

« Les caractéristiques et la capacité biologique d’un peuple sont transmises au travers des diverses générations et constituent un substrat sur lequel son existence se construit. En l’absence d’animaux humains [sic] biologiquement sains, aucune richesse de ressources naturelles, aucune amélioration des activités institutionnelles ne peuvent garantir une productivité élevée. […] Le Noir, par exemple, n’a pas su ou pas pu profiter de la liberté acquise49 ni de l’amélioration économique. […] Sa paresse atavique est reparue, ainsi que la stagnation qui débilite, fondamentalement distincte du repos qui revigore, ou alors – et comme lui tous les individus aux besoins primitifs, sans amour-propre et sans respect de leur propre dignité – il se prive des moyens d’un niveau de vie décent mais investit des sommes assez élevées dans des vêtements exotiques, des bals populaires, le carnaval… » (Ibid. : 10-11.)

130Le même discours de jugement moral conservateur se retrouve à propos de l’hygiène et des conditions de vie familiale :

« Les conséquences de ce complexe de conditions négatives ne se font pas sentir seulement dans le domaine de l’hygiène. La saleté est aggravée par la promiscuité et celle-ci, renforçant l’action des autres facteurs négatifs, provoque de lamentables conséquences d’ordre moral. » (Ibid. : 16-17.)

131Le ou les auteurs du document, s’appuyant sur la compétence acquise au cours du recensement quant à la connaissance des favelas, considèrent qu’ils sont légitimement en position de faire des suggestions pour la politique à mettre en œuvre :

« La proportion élevée d’habitants dans les tranches d’âge économiquement passives, en particulier enfants et adolescents, le bas niveau de revenu et d’instruction, les très mauvaises conditions d’hygiène, le grand nombre de couples en concubinage constituent un climat propice au développement de facteurs de désintégration de la personnalité humaine. Le nombre réduit de familles légalement constituées qui réussissent à se maintenir avec dignité dans un tel milieu est digne d’admiration et pour cela leurs représentants doivent être les premiers à bénéficier d’aide dans toutes les initiatives qui visent à la réhabilitation des favelados. » (Ibid. : 17-18.)

132Il est surprenant de trouver, dans un document officiel publié en 1949, un discours aussi conservateur et archaïque, qui contraste avec la glorification du populaire de la période Vargas. Mais il est vrai qu’en 1945 la dictature de Vargas avait été renversée. Et comme on l’a déjà souligné, l’objectif de la mairie de Rio, en lançant ce recensement en 1947, était de justifier le retour à une politique dont l’objectif prioritaire serait la suppression des favelas.

133Notons enfin que le maire de Rio, dont le nom figure en tête de la publication, était un militaire, le général Angelo Mendes de Moraes, et que le directeur du Département municipal de géographie et statistique était lui aussi un militaire, le major Durval de Magalhaes Coelho. Il est également surprenant de trouver dans ce document des arguments racistes et eugénistes, quatre ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la révélation des crimes nazis au nom de cette idéologie. Mais il faut rappeler que si le régime de Vargas s’est allié internationalement aux pays qui combattaient le nazisme, il n’était pas sans sympathies idéologiques avec celui-ci et le fascisme. Et des idéologies fascisantes s’étaient répandues dès les années 1930, en particulier avec le Mouvement intégraliste (Trindade, 1979).

134Même si cette interprétation officielle plaquait les données originales sur des représentations antérieures, la publication des données du recensement des favelas de 1948 n’a pas été sans effet quant à la production de connaissances nouvelles car divers auteurs ont pu les utiliser pour proposer de nouvelles interprétations, comme on le verra plus loin.

Le recensement général de 1950

135Cependant, une nouvelle étape majeure dans la connaissance du problème est franchie l’année suivante avec le recensement général de 1950. Réalisé par l’IBGE sous les auspices du gouvernement fédéral, il enregistre les mêmes données détaillées pour les favelas que pour le reste de la ville, tout en repérant spécifiquement les premières. Il permet donc de connaître non seulement la population des favelas et ses conditions de vie mais aussi de la comparer à celle du district fédéral dans son ensemble.

136La qualité des résultats du recensement de 1950 pour les favelas de Rio est due sans aucun doute à la contribution d’Alberto Passos Guimarães, alors directeur de la division technique du Service national du recensement de l’IBGE. Promoteur de la définition des favelas, il a rédigé le premier texte officiel de présentation des résultats (A. Guimarães, 1953).

  • 50 Les informations que nous avons rassemblées sur Alberto Passos Guimarães proviennent d’un entretie (...)

137Personnage peu étudié jusqu’ici50, né en 1908 dans l’État d’Alagoas et mort à Rio en 1993, Alberto Passos Guimarães appartenait, bien que n’ayant pas fait d’études supérieures, au groupe des intellectuels d’Alagoas parmi lesquels Aurelio Buarque de Holanda, auteur du dictionnaire brésilien le plus connu, et Manuel Diegues Junior, disciple de Gilberto Freyre, qui devint directeur du Centro Latino Americano de Pesquisas em Ciências Sociais de l’Unesco à Rio de Janeiro dans les années 1960. Avant de rejoindre l’IBGE, il aurait été responsable du service statistique du réseau de chemins de fer à Maceio. À l’IBGE, il fut influencé et formé par Giorgio Mortara (voir note 45, p. 52). Membre du Parti communiste brésilien, il est connu pour son travail sur les favelas de Rio mais aussi pour ses publications sur l’économie et la sociologie du monde agraire au Brésil. On peut remarquer qu’Alberto Passos Guimarães, comme Victor Tavares de Moura, était originaire du Nordeste. Leur connaissance de la réalité sociale et urbaine des grandes villes du Nordeste (Salvador de Bahia pour le premier, Recife pour le second) a sans aucun doute influencé leur capacité à percevoir la réalité des favelas avec un regard comparatif plus aigu et moins misérabiliste.

138La première caractéristique remarquable et novatrice de la présentation du recensement de 1950 par Alberto Passos Guimarães est l’importance de la discussion méthodologique autour de la catégorie même de favela. Une définition précise est évidemment nécessaire pour l’opération de recensement, puisqu’il faut distinguer ce qui est favela de ce qui ne l’est pas – contrairement au recensement de 1948 qui ne s’intéressait qu’aux favelas, partant d’une définition a priori des quartiers à étudier sans avoir à objectiver les critères de leur sélection. À cet égard, le texte de l’auteur est particulièrement explicite et intéressant parce qu’il s’appuie sur une double réflexion historique : l’histoire de la formation des favelas et la connaissance des enquêtes antérieures qui les ont étudiées (à l’exception, comme on l’a signalé, de celle de Victor Tavares de Moura).

139Il indique que la définition prend pour point de départ la liste des favelas que « le consensus général reconnaît comme telles, qu’elles soient situées sur un morne ou ailleurs » (A. Guimarães, 1953 : 258). Mais ce « consensus » ne suffit pas et la définition précise suppose l’explicitation des critères.

140La localisation géographique sur un morro n’est plus un critère exclusif, car on sait que diverses favelas se sont développées sur d’autres types de terrain. Le type de logement – barraco, construction précaire – n’est pas à lui seul un critère suffisant, car l’auteur note que ce type de logement se trouve dans nombre de quartiers périphériques que l’on ne saurait considérer dans leur ensemble comme des favelas. On voit à quel point la question de la détermination des limites de la favela représente un problème méthodologique dans bien des cas.

141L’auteur résume le processus de définition des quartiers retenus comme favelas par la mobilisation des cinq critères suivants, appliqués non aux constructions individuelles mais à des ensembles de construction – aglomerados.

« Ont été inclus sous la classification de favelas les ensembles agglomérés qui possédaient, totalement ou partiellement, les caractéristiques suivantes :

  • taille minimale : regroupements de logements en immeubles ou maisons formés d’unités généralement supérieures à 50 logements ;
  • type d’habitat : prédominance dans l’agglomérat de baraques (casebres ou barracões) d’aspect rustique, typique, construites principalement avec de la tôle, des plaques de zinc, des planches ou des matériaux du même style ;
  • conditions juridiques de l’occupation : constructions sans permis et sans contrôle sur des terrains appartenant à autrui ou à des personnes inconnues ;
  • équipements publics : absence totale ou partielle de réseaux d’assainissement, d’électricité, de téléphone, de canalisations d’eau ;
  • urbanisation : zone non urbanisée, sans tracé de rues, sans numéro, sans plaque de noms de rue. » (Ibid. : 259.)

142L’application de ces critères a conduit le recensement démographique de 1950 à enregistrer 58 favelas au lieu des 105 identifiées par la mairie du district fédéral deux ans plus tôt. Cette différence importante ne saurait résulter d’une réduction réelle du nombre des favelas, car il n’y a pas eu de cas connus de transfert ou d’éradication de favelas pendant cette période. On peut faire l’hypothèse que l’écart tient surtout aux critères retenus pour qualifier un agglomérat de favela : de ce fait, les plus petites favelas du recensement précédent ont sans doute été évincées. Cela est indirectement confirmé par le fait que si le nombre de favelas diminue, le nombre d’habitants augmente un peu, passant de 138 837 à 169 305. Il est donc vraisemblable que les plus petites favelas, non prises en compte, comptaient peu d’habitants au total, et que celles de plus de 50 logements ont vu leur population augmenter. On peut aussi envisager que le recensement fait par l’IBGE ait été plus efficace et précis, mais les informations manquent pour le confirmer. Malgré ces différences, remarquons que l’ordre de grandeur reste le même, très inférieur aux chiffres de 400 000 à 600 000 avancés antérieurement.

143La présentation plus détaillée des résultats permet une compréhension plus fine de la diversité des favelas de Rio, particulièrement en ce qui concerne leur taille et leur localisation dans la ville.

144La plus symbolique historiquement, le Morro da Favela, est loin d’être la plus grande puisqu’elle ne compte que 4 567 habitants et ne vient qu’au 13e rang. Elle est dépassée par Jacarezinho, qui est alors, et de loin, la plus grande, avec 18 424 habitants, et dont on n’avait guère parlé jusque-là. La deuxième est Mangueira, avec 8 949 habitants.

145La liste des favelas comporte l’indication de la circonscription administrative, ce qui permet d’opérer des comparaisons entre zones géographiques. On constate ainsi que les favelas se trouvent à peu près dans tous les quartiers de la ville, et pas uniquement là où leur présence était la plus visible, et la plus critiquée, c’est-à-dire les beaux quartiers du centre et de la zone sud (Lagoa, Copacabana et Gávea) – ce que montraient déjà, il est vrai, la liste des favelas et la carte accompagnant la publication du recensement de 1948 (Prefeitura do Distrito Federal, 1949 : 20). La population favelada est à peu près de même importance dans la zone nord (quartiers plus populaires) que dans la zone sud. Cependant, les plus grandes favelas, Jacarezinho et Mangueira, se situent dans la zone nord.

9. CARTE DE LA FAVELA DU MORRO DO CANTAGALO
Préparée par l’IBGE pour l’intervention des agents recenseurs

9. CARTE DE LA FAVELA DU MORRO DO CANTAGALOPréparée par l’IBGE pour l’intervention des agents recenseurs

Source : Revista Brasileira de Estatística, 14 (55), juillet-septembre 1953

146On note que dans la liste des favelas figure le parc prolétaire de Gávea. Ainsi, bien que celui-ci ait été conçu pour offrir une solution provisoire de relogement aux favelados, huit ans plus tard, le provisoire n’était toujours pas consolidé. On ne pouvait que reconnaître l’échec de cette tentative : ce qui aurait dû être une alternative à la favela aboutissait à être considéré comme telle…

147Pour ce qui concerne l’origine géographique des habitants, les résultats confirment ceux du recensement de 1948, avec plus de détails. Les deux tiers d’entre eux sont nés soit dans le district fédéral même (38,6 %) soit dans l’État de Rio (27,5 %). Parmi le tiers restant, la majorité provient des États voisins de Minas Gerais (16,5 %) et Espirito Santo (7,1 %). Il se confirme que les migrants originaires des neuf États de l’Est et du Nord-est sont très minoritaires (8,5 %) : il faut dire qu’à cette époque, il n’existait pas de route goudronnée ni de transports collectifs terrestres entre Rio et Salvador, et que le seul moyen de transport pour les classes populaires était le bateau.

148Ce recensement se distingue de celui de 1948 parce qu’il constitue un recensement général, et qu’il permet ainsi, pour la première fois, la comparaison entre les favelas et le reste de la ville. Alberto Passos Guimarães, dans ses analyses des résultats, procède lui-même systématiquement à cette comparaison. Il note par exemple que 56,5 % de la population du district fédéral en est originaire, contre 38,6 % parmi les favelados. Ceux-ci sont donc effectivement plus des migrants que le reste de la population, même s’ils sont surtout originaires des régions proches.

149Pour ce qui est de la couleur de la peau, les ordres de grandeur sont les mêmes, mais les résultats sont cependant un peu différents de ceux de 1948 : 32 % de Blancs, 29 % de métis et 38 % de Noirs, contre respectivement 29 %, 36 % et 35 % en 1948. Les écarts ne sont pas négligeables, et peuvent résulter de différences de méthode selon l’enregistrement des données, cette variable étant une des moins explicitement définies.

150Quant à l’activité des résidents des favelas, la comparaison entre les deux recensements est impossible, d’une part parce que les catégories d’activité économique retenues varient – elles sont plus détaillées en 1950 – et d’autre part parce que celles de 1950 ne prennent en compte que les personnes de 10 ans et plus – selon le critère de définition de la population économiquement active – alors que les données publiées en 1948 considèrent l’ensemble, et que l’on ne peut en soustraire les moins de 10 ans du fait que les tranches d’âges utilisées pour les données démographiques ne coïncident pas. Guimarães note que le poids des industries de transformation est nettement plus important chez les favelados que dans l’ensemble de la population du district fédéral (23 % contre 13 %), alors que celui des services est assez proche (14 % et 12 % respectivement).

151Cela amène l’auteur à conclure que le recensement montre que l’on trouve dans les favelas « une population active, ouvrière de façon prédominante, liée par diverses occupations aux principaux domaines d’activité du district fédéral » (ibid.). Il met ainsi clairement en cause les discours antérieurs sur la paresse et l’oisiveté des habitants des favelas, dont ceux issus du recensement de 1948 ! Notons que dans ce dernier la catégorie des inactifs était beaucoup plus importante – 65 %, soit presque les deux tiers… mais cette catégorie regroupait les enfants et les femmes exerçant une activité domestique non rémunérée, et pas seulement les hommes adultes inactifs.

152Comme le fait remarquer également Guimarães, la classification plus détaillée des inactifs, « déterminée avec plus de précision dans le recensement de 1950 que dans tous les recensements ou enquêtes antérieurs » (ibid. : 261), permet une meilleure appréhension du phénomène. De fait, parmi la population de 10 ans et plus, on trouve 48 103 personnes classées comme « activités domestiques non rémunérées et activités scolaires (élèves) », qui sont soit des femmes au foyer, soit des enfants scolarisés, et 11 130 classés comme inactifs. Mais le poids de ces derniers se révèle en fait à peine plus élevé dans les favelas que dans l’ensemble de la population du district fédéral (9 % contre 7 %), et l’auteur ajoute même que cette différence est d’autant moins significative que « dans les populations de niveau économique inférieur, les cas d’incapacité partielle ou totale au travail sont fréquents et prématurés, qu’ils résultent d’invalidité ou de toute autre cause » (ibid.).

153Guimarães se distingue aussi fortement de ses prédécesseurs de 1948 par ses commentaires sur la relation entre couleur de peau et activité. Là où, comme on l’a montré, ceux-ci s’en tenaient à la réitération du préjugé raciste, il opte pour une analyse bien plus fine de la relation entre le statut social des catégories raciales et les types d’activité. S’appuyant sur les résultats établis par Giorgio Mortara à partir du recensement de 1940, il indique qu’il n’est pas surprenant que parmi les favelados, qui sont des groupes à faibles revenus, on trouve une proportion élevée de métis et de Noirs, qui sont ceux qui ont le moins accès aux emplois plus qualifiés et mieux rémunérés (ibid. : 260).

154Pour ce qui nous intéresse ici, c’est-à-dire la production des représentations sociales de la favela, le recensement général de 1950 ne se distingue donc de celui des favelas de 1948 que par une précision et une pertinence supérieures des catégories utilisées et des données produites, mais aussi par la qualité de l’interprétation, due à Guimarães, qui explicite l’importance et la signification sociologique des résultats. Après cette publication, l’image publique des favelas de Rio ne pouvait plus être la même.

  • 51 Guimarães tient d’ailleurs le même raisonnement sur le cas de Rio, en soulignant que les condition (...)

155Mais le recensement général de 1950 a eu un impact au-delà même du cas de Rio. Une des conséquences de l’introduction de nouvelles catégories statistiques nécessaires au repérage des favelas dans le recensement national a été la mise en évidence de phénomènes semblables, sous d’autres appellations, dans d’autres villes au Brésil. On avait déjà mentionné les mocambos de Recife, d’autres étaient tout à fait méconnus51. L’existence de lieux comparables à la favela carioca, réalité jusque-là cachée et invisible au plan politique, est devenue visible et mesurée grâce à l’établissement de ces nouvelles catégories statistiques. Le texte de Guimarães est explicite :

« Les favelas cessent d’être un phénomène à part, qui serait propre et exclusif au district fédéral, avec des caractéristiques spécifiques et tout à fait différentes des autres habitats agglomérés des classes pauvres. Ces populations représentent un élément parmi d’autres des groupes sociaux de niveau économique inférieur, de pouvoir d’achat faible, qui font partie de la société brésilienne. » (Ibid. : 254-255.)

156Il est probable que l’introduction de ces nouvelles catégories (« ensembles d’habitats précaires », qu’on retrouve encore aujourd’hui sous le nom d’« aglomerado subnormal »), forgées à partir du cas des favelas cariocas, ait contribué à la généralisation de l’usage du mot « favela », devenu progressivement, de catégorie locale, catégorie nationale.

157Notons enfin que le texte de Guimarães, contrairement à celui du recensement des favelas de 1948 et à tous ceux que nous avons vus antérieurement, est avant tout analytique. Certes, l’auteur évoque la question des solutions nécessaires à ce problème social et urbanistique :

  • 52 Remarque prémonitoire, puisque nos travaux ont précisément montré, lors du programme de relogement (...)

« Les favelas doivent-elles être urbanisées ou simplement supprimées ? […] La suppression des favelas impliquerait de reloger dans des zones distantes environ 60 000 familles, de construire à bref délai près de 50 000 logements neufs pour la location ou la vente à bon marché, et exigerait aussi que soient résolus les problèmes de transport, avec une importante extension des moyens de transport actuels et un net abaissement de leur prix pour les usagers […]. L’urbanisation des mornes et des favelas en général ne serait pas une entreprise moins coûteuse, mais elle semble plus conforme aux sentiments sociaux et humains qu’on peut avoir sur la question. Qu’est-ce qui garantirait, cependant, qu’une fois urbanisés les favelas et les mornes, ce seraient bien leurs habitants actuels qui continueraient à y résider52 ? » (Ibid. : 255-256.)

158Mais sa préoccupation principale consiste à montrer à quel point importe la connaissance précise du phénomène à l’heure de définir des politiques véritablement bien adaptées, en se tenant en retrait par rapport au choix des solutions :

« Quelles que soient les voies qui seront choisies, l’adéquation des mesures à mettre en œuvre dépend de la meilleure connaissance des caractéristiques individuelles et sociales de ces populations. » (Ibid. : 256.)

  • 53 Cette « Bataille » lancée par Carlos Lacerda a été étudiée en détail par Parisse (1969a), R. M. M. (...)

159Cela illustre une posture nouvelle dans le champ de la division du travail intellectuel, l’apparition du chercheur mettant en avant une contribution légitimée par l’effort de connaissance scientifique, posture distincte de celle du politique qui a la responsabilité des solutions qu’il prône. Ce changement mérite d’autant plus d’être souligné que la fin des années 1940 et le début des années 1950 sont des années d’intense débat politique sur le sort des favelas. Parmi les protagonistes figure l’Église catholique qui, pour défendre les favelas, crée en 1947 la Fondation Léon-XIII et lance en 1955 la Cruzada São Sebastião, sous l’impulsion de Dom Helder Câmara. À la même époque interviennent dans ce débat les mouvements anti-favelas cristallisés autour du journaliste Carlos Lacerda qui lance en 1948 « la Bataille de Rio53 ». Les données du recensement de 1950 contribueront à la construction de leurs représentations et arguments, comme nous le verrons au chapitre 2. Elles ont cependant amorcé et alimenté aussi un mouvement de production de représentations centrées avant tout autour de la reconnaissance de la complexité du phénomène, mouvement qui coïncide avec l’entrée en scène des sciences sociales.

160Deux ouvrages parus dans les années 1950 reprennent et approfondissent sur certains points les résultats du recensement. Celui de José Alípio Goulart, Favelas do Distrito Federal, est publié en 1957 par le ministère de l’Agriculture. C’est le premier livre entièrement consacré aux favelas de Rio. Il reprend les analyses de Guimarães en des termes assez proches, tout en les illustrant d’observations concrètes qui donnent un ton plus journalistique sans altérer cependant le sens des résultats. L’auteur met particulièrement l’accent sur les résultats qui remettent en cause la vision traditionnelle des favelas, quant à l’activité de leurs habitants, leur origine migratoire, etc. Sa posture est cependant moins strictement scientifique mais plus engagée quant aux solutions, puisque l’auteur, en conclusion, prend explicitement position en faveur de l’action de la Fondation Léon-XIII (dont il publie d’ailleurs certaines données d’enquêtes sur les favelas) et de la Cruzada São Sebastião.

  • 54 Le travail de Costa Pinto étant antérieur à la publication des résultats du recensement de 1950, i (...)

161L’autre ouvrage est le livre du sociologue Costa Pinto, O Negro no Rio de Janeiro, le premier dans l’ordre chronologique puisque publié pour la première fois en 1953. Il ne porte pas précisément sur les favelas, mais, dans le chapitre intitulé « Écologie », l’auteur analyse la répartition des groupes ethniques dans l’agglomération urbaine de Rio et s’intéresse à ce titre aux favelas. Pour ce faire, il s’appuie sur les nouvelles données sociodémographiques disponibles54. Cherchant à comprendre la favela du point de vue des rapports entre les races, il utilise les indicateurs d’occupation professionnelle et de niveau de revenu tirés du recensement, montrant l’interrelation entre la stratification sociale, la situation écologique et la condition ethnique. Bien qu’il ne cite pas Guimarães, dont il ne pouvait avoir lu l’article publié la même année que son livre, ni Giorgio Mortara dont celui-ci s’était inspiré, ses conclusions sont tout à fait convergentes.

  • 55 Cette recherche fut commandée par l’Unesco dans le cadre d’un ensemble d’études sur les relations (...)

162Première production sociologique traitant des favelas, quoique sous un angle particulier et limité, le livre de Costa Pinto présente les résultats d’une recherche menée pour l’Unesco55. Il manifeste lui aussi la posture intellectuelle du chercheur en sciences sociales, soucieux d’une analyse rigoureuse et non réductrice du phénomène, séparant clairement la démarche cognitive de la démarche prescriptive, contrairement aux contributions analysées antérieurement où les observations, impressionnistes, étaient inséparables des solutions préconisées. Costa Pinto n’a cependant pas mené d’enquête sociologique directe sur les favelas, il s’en est tenu à l’analyse secondaire des données du recensement de 1948. La mobilisation des sciences sociales pour l’observation directe des favelas reste à venir, c’est la phase nouvelle que nous allons étudier au chapitre suivant.

Notes

1 Dans ce chapitre, qui traite de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe, la ville de Rio de Janeiro est la capitale du Brésil, et ses limites institutionnelles sont celles du district fédéral.

2 Ces idées sont déjà présentes dans Valladares (2000b).

3 L’orthographe initiale du mot « favela » était favella, le second l n’ayant disparu que lors de la réforme de l’orthographe du portugais en 1940 au Portugal et en 1942 au Brésil. Nous conserverons l’orthographe d’origine pour la désignation des favelas dans la période antérieure à cette réforme ainsi que dans les titres des publications de cette même période.

4 Cette vision des cortiços de Rio de Janeiro semble très proche du diagnostic fait pour les villes industrielles européennes, notamment à propos des slums des villes anglaises (Engels 1969 ; Barret-Ducrocq, 1991 ; Carré, Révauger, eds., 1995) et des taudis des villes françaises (Butler, Noisette, 1983).

5 Voir Euclides da Cunha (1902), traduction française par Jorge Coli et Antoine Seel, 1997. Au début du XXe siècle, et dans les trois décennies suivantes, un ouvrage a joué un rôle fondamental dans la pensée sociale et politique brésilienne, Os Sertões de Euclides da Cunha. Publié en 1902, se centrant à la fois sur l’espace inhospitalier du sertão et sur l’homme qui y habite, le sertanejo, ce livre servit de signal d’alarme à l’élite politique brésilienne tournée jusqu’alors vers le littoral et la « civilisation » qui fleurissait sous l’influence européenne notamment à Rio de Janeiro et São Paulo. Véritable épopée des temps modernes, l’ouvrage raconte la guerre de Canudos (1896-1897) et analyse son personnage central et mystérieux, Antonio Conselheiro « celui qui donne des conseils ». Ce leader religieux charismatique avait conduit la population du village de Canudos à résister bravement aux quatre armées envoyées par le gouvernement de la République qui venait de se constituer (en 1889) et qui se sentait menacé par ces « sauvages ». Canudos, village perdu et méconnu dans l’intérieur aride de l’État de Bahia fit la une des journaux de l’époque. Après la publication de Os Sertões, Canudos se transforma en légende.

6 Registre des favelas de l’Instituto Pereira Passos (anciennement IPLAN-Rio) officiellement appelé SABREN (Sistema Multimídia sobre os Assentamentos de Baixa Renda do Municipío do Rio de Janeiro). Voir aussi l’article de Bernardes (1958) sur la Ponta do Caju.

7 Oswaldo Cruz, médecin hygiéniste ayant séjourné en France, fut responsable de la grande campagne d’assainissement de la ville de Rio à l’époque du maire Pereira Passos. Son action a déclenché des réactions sociales de plus en plus fortes, culminant avec la « Revolta da Vacina » étudiée par J.M. de Carvalho (1987). Sur la vie, l’action politique et les recherches d’Oswaldo Cruz voir Fundação Oswaldo Cruz (2003).

8 Ce débat sur la pauvreté et le logement populaire au tournant du siècle a été analysé par J. M. de Carvalho (1987), Valladares (1991), Chalhoub (1996).

9 Voir la définition d’Euclides da Cunha donnée en introduction (p. 1).

10 Souligné par l’auteur.

11 Souligné par l’auteur.

12 Les capoeiras étaient des personnages du registre populaire, un peu marginaux.

13 Souligné par l’auteur.

14 Cette « avenue » se réfère à l’Avenue centrale réalisée par Perreira Passos dans sa réforme urbaine de type haussmannien.

15 Sur la crise du logement, notamment dans les dernières décennies du XIXe siècle, voir Damazio (1996) qui présente un portrait social de Rio au tournant du siècle.

16 Valladares et Medeiros (2003), dans leur bibliographie analytique, soulignent que cette étude inaugure la réflexion savante sur les favelas de Rio de Janeiro.

17 Cette législation et les travaux de Backheuser ont été étudiés par L. Carvalho (1986).

18 Ces photos sont sans doute les premières qui aient été publiées du Morro da Favella. Les plus connues, celles du photographe Malta, datent des années 1920 et ont été reproduites dans Zylberberg (1992).

19 Dès cette première description de la favela, Backheuser mentionne le paiement d’un loyer du sol. Il n’en dit pas plus sur l’identité des propriétaires mais on peut supposer qu’il s’agissait des grileiros, usurpateurs sans scrupules qui s’emparaient illégalement des terres.

20 Devise inscrite sur le drapeau brésilien.

21 M. Abreu (1994b : 57) a cartographié la croissance des favelas jusqu’aux années 1920.

22 Le Rotary Club de Rio de Janeiro, créé en 1922, a été le premier du Brésil. D’après Reis et Aragão (1993), le Rotary Club de Rio de Janeiro, en plus de ses activités philanthropiques surtout tournées vers l’éducation (bibliothèques, etc.), fonctionna comme lieu de débat et groupe de pression des milieux économiques sur les problèmes urbains de Rio, tels qu’inondations, approvisionnement en eau, rénovation urbaine, préservation des monuments historiques, hygiène des nouveaux immeubles (ibid. : 7). Notons que ces deux auteurs sont des membres du Rotary Club de Rio qui ont rédigé un historique du club à l’occasion de ses 70 ans. Les historiens n’ont pas, jusqu’ici, analysé en détail l’action de cette institution.

23 Mattos Pimenta est mentionné par M. Abreu (1994b), Stuckenbruck (1996), L. Silva (1996) et Pechman (1996) mais sans faire l’objet d’une analyse approfondie par ces auteurs. Et il est ignoré par Parisse (1969a, 1970), Leeds A., Leeds E. (1978) et Valla et al. (1986), les auteurs les plus connus ayant contribué à l’histoire de la favela.

24 O Globo, A Noticia, Jornal do Commercio, O Jornal, Correio da Manha, Jornal do Brasil.

25 Cet extrait provient d’une esquisse de contrat de vente d’appartements, rédigé par Mattos Pimenta, qui a été publié dans le quotidien O Jornal du 9 décembre 1926, l’article étant intitulé : « As casas populares : um projecto do engenheiro Mattos Pimenta para resolver a crise de habitacoes ».

26 Contrairement à la présentation courante du personnage comme médecin hygiéniste. La notice antérieure du Dicionário historicó biográfico brasieleiro (FGV-CPDOC, 1984) indiquait pourtant qu’il avait abandonné la pratique médicale en 1918 et mentionnait son activité comme directeur de la Companhia construtora do Brasil. Une nouvelle notice a été publiée récemment, révisée à la suite de nos travaux, et qui présente plus précisément son action publique sur les questions urbaines.

27 Ribeiro (1997 : 183-198) analyse la croissance urbaine entre 1920 et 1933.

28 Le Corbusier a visité Rio à la même époque, mais après Agache. Santos et al (1987) reproduisent un de ses croquis de la favela. Berenstein-Jacques (2001a), qui a étudié comment les favelas ont influencé les modernistes brésiliens dans les années 1920, suggère qu’ils l’ont transformée en lieu de culte, en symbole de la culture nationale – des peintres célèbres au Brésil tels que Tarsila do Amaral, Di Cavalcanti, Lasar Segall et Portinari ayant peint à diverses reprises les favelas de Rio. Cet auteur signale que les artistes et les intellectuels étrangers qui sont venus visiter Rio à cette époque ont souvent été invités par leurs amis brésiliens à se promener dans les favelas. Parmi eux, Blaise Cendrars est venu à plusieurs reprises au Brésil entre 1924 et 1929 et, selon l’auteur, il en « profite pour critiquer les plans urbanistiques de la Mairie et, implicitement, celui d’Agache, ainsi que le projet utopique de son ami Le Corbusier » (Berenstein-Jacques, 2001a : 76). Parmi tous ces visiteurs étrangers, notre recherche a montré qu’Agache fut néanmoins le seul à cette époque à marquer véritablement l’histoire des favelas de Rio.

29 D’après sa fille, Wanda de Mattos Pimenta Pompeia, interviewée par l’auteur.

30 Agache fut membre de la section d’hygiène urbaine et sociale du Musée social, lié à Demolins, créateur de l’école des Roches, membre de la Société internationale de sciences sociales, et a publié dans Les Études sociales (Bruant, 1994).

31 Everardo Backheuser fut en effet l’un des premiers à avoir avancé des propositions précises pour la construction de logements populaires, sous le nom de vilas opérarias explicitement inspirées par la pensée réformatrice européenne (Backheuser, 1906).

32 On trouvera une synthèse de ces débats dans Diniz (1999).

33 Les numéros de page font référence à la 4e édition de ce code de 1937, datée de 1964 et publiée sous la direction de A. C. Brandão.

34 Agache (1930) évoquait un chiffre de 200 000 habitants dans les favelas de Rio, amplifiant l’estimation faite par Mattos Pimenta « de plus de 100 000 personnes » (quotidien O Globo du 15 août 1927, « Pela belleza e hygiene da nossa cidade. Façam-se casas baratas, ao alcance da boisa da gente pobre »).

35 Ce document, dactylographié et non publié, nous a été communiqué par la fille de Victor Tavares de Moura, Maria Coeli de Moura. Notons que dès 1940, cet auteur avait adopté la simplification orthographique déjà adoptée au Portugal. Ce document appartient désormais aux archives données par Maria Coeli de Moura au Departamento de Arquivo e Documentação da Casa de Oswaldo Cruz/Fundacão Oswaldo Cruz. Cette donation s’inscrit dans le cadre du projet IUPERJ/Casa do Oswaldo Cruz que j’ai coordonné.

36 Son premier poste dans l’administration publique du district fédéral était la direction de l’Albergue da Boa Vontade en 1937 (asile pour les sans-logis). À ce sujet, voir Medeiros (2002).

37 L’orthographe moderne est celle-ci, que nous avons utilisée, sauf pour les noms d’institutions où nous avons gardé l’orthographe originale mucambo.

38 Un exemplaire du rapport de Victor Tavares de Moura se trouve vraisemblablement à la bibliothèque de l’université de Harvard. Nous n’avons pu jusqu’ici consulter ces archives.

39 Membres de la congrégation du Cœur de Marie, Fanny du Restu, Germaine Marsaud et Jacinta Pietromachi furent reçues, à leur arrivée, par le ministre de l’Éducation et de la Santé et le président de la République (A. Lima, 1987 : 54-55).

40 Selon Maria Hortência, interviewé par l’auteur en 1998.

41 Bien qu’elle ne cite pas de source précise, hormis l’institution municipale, ces données viennent très certainement de l’enquête dirigée par Victor Tavares de Moura.

42 Lira (1999) a montré ce même type d’orientation eugéniste dans les discours sur les pauvres et les mocambos à Recife dans les décennies qui ont suivi l’abolition de l’esclavage.

43 Des recherches plus approfondies seraient nécessaires sur ce point. L’histoire et le rôle des assistantes sociales au Brésil n’ont guère été abordés par les historiens et les sociologues, les rares travaux publiés émanant des assistantes sociales elles-mêmes (A. Lima, 1987 ; Jamur, 1990).

44 Le premier recensement national brésilien date de 1872.

45 Le principal conseiller technique dans la mise en place de ce nouvel organisme et dans la formation de ses premiers cadres techniques fut le démographe italien Giorgio Mortara.

46 Nous analyserons l’action de cette fondation qui venait d’être créée dans le chapitre 2.

47 Tous les recensements brésiliens enregistrent cette caractéristique, côr, sauf celui de 1970, à la suite d’une polémique lancée par les chercheurs en sciences sociales, mais elle fut réintroduite ensuite, vu l’importance de la dimension raciale des inégalités. En 1948, les modalités de cette variable étaient : Blancs, Noirs, pardos (métis) et Jaunes.

48 À cette époque, une partie de la population pauvre et rurale du Brésil n’était pas enregistrée par l’état civil à la naissance. Or le certificat de naissance était indispensable pour avoir accès à certains droits civiques (tels que le droit à la scolarité).

49 Référence à l’abolition de l’esclavage en 1888 !

50 Les informations que nous avons rassemblées sur Alberto Passos Guimarães proviennent d’un entretien avec son fils, Alberto Passos Guimarães Filho, d’une liste de ses publications pour l’IBGE fournie par cet organisme et de renseignements fournis par Luiz Nogueira Barros qui travaille à sa biographie.

51 Guimarães tient d’ailleurs le même raisonnement sur le cas de Rio, en soulignant que les conditions d’habitat précaire des favelas ne se distinguent pas radicalement de celles de nombreux secteurs d’habitat populaire de la périphérie, comme on l’a cité plus haut.

52 Remarque prémonitoire, puisque nos travaux ont précisément montré, lors du programme de relogement des favelados dix ans plus tard, que les investissements publics améliorant un secteur provoquaient une hausse des valeurs foncières et immobilières qui déclenchait un mouvement ample de vente des logements et de renouvellement des habitants (Valladares, 1978).

53 Cette « Bataille » lancée par Carlos Lacerda a été étudiée en détail par Parisse (1969a), R. M. M. Rios (1986a) et plus récemment par M. L. da Silva (2001, 2003).

54 Le travail de Costa Pinto étant antérieur à la publication des résultats du recensement de 1950, il utilise ceux du recensement des favelas de 1948, dont nous avons vu qu’ils étaient proches pour l’essentiel. Il n’a eu accès, d’après sa bibliographie, qu’à des publications préliminaires des résultats de 1950.

55 Cette recherche fut commandée par l’Unesco dans le cadre d’un ensemble d’études sur les relations raciales au Brésil dans les années 1950. Il s’agissait d’une recherche centrée principalement sur l’État de Bahia où une équipe dirigée par Charles Wagley, de l’université de Columbia, a produit plusieurs rapports (Chor, 1998).

Table des illustrations

Titre 1. OSWALDO CRUZ ASSAINISSANT LE MORRO DA FAVELLA
Légende Source : Falcão, 1971, tome I, CLXXXVIII
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre 2. VUE GÉNÉRALE DE CANUDOS par le photographe de l’armée Flavio de Barros (in C. Almeida : 1997)
Légende Source : Arquivo Histórico do Museu da República, Centro de Conservação e Preservação fotográfica – FUNARTE
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre 3. MAISON D’UN JAGUNÇO (HABITANT DE CANUDOS) par le photographe de l’armée Flavio de Barros (in C. Almeida : 1997)
Légende Source : Arquivo Histórico do Museu da República, Centro de Conservação e Preservação fotográfica – FUNARTE
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre 4. VUE PANORAMIQUE DU MORRO DA FAVELLA (in Backheuser, 1906)
Légende Source : Acervo Fundação Biblioteca Nacional
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre 5. MAISONS ET HABITANTS DU MORRO DA FAVELLA (in Backheuser, 1906)
Légende Source : Acervo Fundação Biblioteca Nacional
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 6. Visite du Morro da Favella par Agache et des ingÉnieurs brÉsiliens (1927)
Légende Source : Arquivo Geral da Cidade do Rio de Janeiro, photo de Augusto Matta
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre 7. LA FAVELA DU LARGO DA MEMÓRIA AVANT SA DESTRUCTION
Légende Source : VT/MS/19390207 – série Medicina social – Dossier Parques proletários e favelas – Fundo Victor Tavares de Moura. Casa de Oswaldo Cruz
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre 8. VUE D’ENSEMBLE DU PARQUE PROLETARIO DA GÁVEA
Légende Source : VT/MS/19390207 – série Medicina social – Dossier Parques proletários e favelas – Fundo Victor Tavares de Moura. Casa de Oswaldo Cruz
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre 9. CARTE DE LA FAVELA DU MORRO DO CANTAGALOPréparée par l’IBGE pour l’intervention des agents recenseurs
Légende Source : Revista Brasileira de Estatística, 14 (55), juillet-septembre 1953
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9249/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable