Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La favela d'un siècle à l'autre

 | 
Licia Valladares

Préface

Yves Grafmeyer

Texte intégral

1Il sera ici question de la favela, cet envers du décor de la « Cité merveilleuse », qui a tant contribué à faire de Rio de Janeiro – et plus largement du Brésil – la terre de tous les contrastes. En ouvrant ce livre, le lecteur français pourrait donc à bon droit y voir une invitation au voyage dans un monde qui éveille certes sa curiosité, qui stimule son désir d’une information plus précise au-delà des clichés et des idées préconçues, mais qui lui demeure en définitive étranger. Et ce serait déjà beaucoup, car Licia Valladares est l’une des figures marquantes de la sociologie urbaine brésilienne, dont les travaux font autorité. Mais c’est plus encore au mouvement inverse, de l’exotique au familier, du lointain au proche, que cet ouvrage invite. En effet, son propos n’est pas tant d’ajouter une nouvelle pierre à l’édifice déjà impressionnant des connaissances sur les favelas, ni d’en faire la synthèse, que d’en expliciter les conditions sociales de production. Or cette histoire séculaire au fil de laquelle s’« invente » la favela, à la fois comme catégorie d’analyse, comme foyer de représentations et comme nœud complexe d’enjeux sociaux et politiques, est faite de processus qui sont aisément transposables à d’autres terrains d’étude et d’autres contextes d’exercice des sciences sociales.

2Personne sans doute n’était mieux à même que Licia Valladares de conduire cette entreprise qui impliquait de pouvoir tenir ensemble – et de mettre en relation – deux regards sociologiques complémentaires : l’un sur cette forme particulière et historiquement située d’habitat populaire, l’autre sur les réseaux d’acteurs et d’institutions qui en ont façonné l’image.

  • 1 À la fin de l’ouvrage se trouve la liste des principaux sigles et abréviations.

3Par sa formation scientifique, son parcours intellectuel et académique, Licia Valladares se situe au croisement d’une triple tradition : brésilienne, française et anglo-saxonne. Après avoir été pendant plus de vingt ans professeur de sociologie à l’IUPERJ1 (Instituto Universitário de Pesquisas do Rio de Janeiro), université Candido Mendès de Rio de Janeiro, puis professeur associé à l’Institut d’urbanisme de Paris, université de Paris XII, et à l’université de Paris X-Nanterre, et titulaire de la chaire brésilienne de sciences sociales Sérgio Buarque de Holanda auprès de la Maison des sciences de l’homme de Paris, elle est aujourd’hui professeur à l’université de Lille-I. Outre ses études supérieures de sociologie et de sciences politiques au Brésil, elle s’était également formée à la recherche dans le cadre de cursus universitaires au Royaume-Uni (avec Ruth Glass) et en France (avec Raymond Ledrut).

4Abondante et diversifiée, sa production scientifique a toujours été guidée par deux fils conducteurs : d’une part, le souci de travailler sur les rapports entre la question urbaine et la question sociale, tout particulièrement dans le contexte des grandes agglomérations brésiliennes ; d’autre part, une analyse réflexive, sociologiquement argumentée, des écrits qui ont été produits sur les thèmes et les terrains qu’elle a étudiés.

5Son tout premier travail de terrain (1967) avait porté sur une favela de Rio. Ses observations l’avaient conduite à mettre en évidence la complexité de la structure interne du quartier qu’elle observait, l’hétérogénéité de sa population, son dynamisme économique – et donc à prendre ses distances vis-à-vis des grilles de lecture alors dominantes, en termes de marginalité ou de « culture de la pauvreté ». Reprise dans sa thèse française, cette recherche l’a ensuite amenée à s’intéresser à d’autres formes de quartiers défavorisés, aux politiques du logement et à l’étude des mouvements sociaux urbains.

6Fortement articulé au précédent, un deuxième axe des recherches de Licia Valladares s’est structuré autour des mécanismes de production des inégalités sociales, des actions publiques et privées d’assistance à la pauvreté, dans une perspective comparative tant avec le continent latino-américain qu’avec le contexte européen de l’État-providence.

7La réflexion sur la production intellectuelle concernant ses propres centres d’intérêt a toujours occupé une place importante dans ses travaux. Cette mise en perspective a nourri son œuvre de chercheur et son métier d’enseignante. Depuis une douzaine d’années, elle est le maître d’œuvre d’une importante base de données bibliographiques (URBANDATA-Brasil), qui a recensé l’exhaustivité des publications, assorties de résumés et de commentaires, sur le Brésil urbain. Elle est elle-même l’auteur de plusieurs bilans sectoriels (thématiques, disciplinaires) et d’ouvrages de synthèse sur les recherches urbaines au Brésil.

8Au point de convergence de ces diverses préoccupations, La favela d’un siècle à l’autre est un livre tout à fait original. Intégrant de façon particulièrement heureuse une analyse réflexive exigeante et l’exploitation de nouveaux matériaux, il démontre que la favela dont on parle aujourd’hui « n’est que le résultat plus ou moins cumulatif de représentations sociales successives, issues des constructions des acteurs sociaux qui s’y sont intéressés, et constamment marqué par les enjeux de sa définition même ».

9Le texte suit le mouvement d’une histoire structurée par quelques inflexions fortes. Il commence par étudier la manière dont se sont constituées, par strates successives, les premières représentations sociales de la favela : d’abord à la faveur des descriptions et des images léguées par des écrivains, des journalistes et des réformateurs sociaux, ensuite, par la transformation de la favela en problème social et urbanistique, enfin, par la production de données officielles à l’occasion des recensements de 1948 et de 1950.

10Le tournant des années 1950 est marqué par l’entrée en scène des sciences sociales, qui sont désormais mobilisées de façon explicite. Des chercheurs étrangers découvrent les favelas et les prennent pour objet d’étude dans une perspective qui lie étroitement le travail de terrain et l’intervention. En collaboration avec des spécialistes brésiliens, mais encore en marge des institutions académiques du pays, cette période se signale par un processus de métissage original entre l’influence française et l’anthropologie urbaine anglo-saxonne. Des pages tout à fait éclairantes et solidement documentées sont consacrées, en particulier, à la figure centrale du père Lebret, un des fondateurs du mouvement Économie et Humanisme, et le principal inspirateur de la grande enquête conduite de 1957 à 1959 sur un échantillon de favelas de Rio ; mais aussi, à l’influence de l’anthropologue américain Anthony Leeds, ou encore aux incidences de l’arrivée massive sur ces mêmes terrains des volontaires des Peace Corps créés par l’administration Kennedy.

11À partir des années 1970, travaux et recherches sur les favelas se multiplient, y compris cette fois au sein des universités brésiliennes, mais aussi de façon plus large sous forme de réponses diversifiées (bureaux d’études, organisations non gouvernementales – ONG –, etc.) à une forte demande sociale, technique et politique. Prenant appui sur les données réunies dans la base URBANDATA-Brasil, Licia Valladares se livre à une analyse serrée de l’évolution de la production savante sur les favelas de Rio. Ce travail empirique sur un corpus de plus de huit cents publications permet de se faire une idée très précise de la distribution des thèmes, des disciplines, des sites investis, des démarches adoptées. Il montre que, par-delà l’impression d’un grand foisonnement, cette production intellectuelle converge vers une image partagée de la favela, stabilisée autour d’un petit nombre de véritables « dogmes » : la favela est un espace spécifique ; elle est le lieu par excellence de la pauvreté urbaine ; elle doit être pensée au singulier.

12Or ces dogmes contemporains traduisent tout à la fois l’oubli de ce qu’avaient établi des recherches antérieures et la méconnaissance des résultats des derniers recensements, qui mettent au contraire en évidence l’extrême hétérogénéité interne de ces contextes urbains et la parenté de bon nombre d’entre eux avec d’autres quartiers populaires de Rio non inclus dans la catégorie des favelas. Allant au-delà de ce constat, Licia Valladares s’attache à en rendre raison. A des titres divers, les responsables des politiques publiques, les associations de quartier, les ONG et les chercheurs eux-mêmes, ont d’une certaine manière intérêt à cette croyance partagée dans une vision unifiée et simplifiée de la favela et participent activement à sa perpétuation.

13En définitive, ce champ spécifique de la recherche urbaine, qui a aujourd’hui une grande visibilité internationale, s’est constitué au fil d’une histoire qui n’est ni simple ni linéaire. Prise dans un jeu complexe de déterminants économiques, politiques et sociaux qui la débordent de toute part, l’histoire proprement intellectuelle de l’objet « favela » est le fruit de la construction collective de tous les acteurs qui s’y sont intéressés. Elle est faite de savoirs cumulatifs, mais aussi de récurrences, d’hésitations sur les questionnements et les méthodes, de rencontres fortuites, de bifurcations, d’amnésies, de redécouvertes, qui ont scandé un siècle entier de discours, d’images, de descriptions et d’analyses savantes.

14À certains égards, cette histoire est singulière, tout autant que celle des favelas elles-mêmes, qui représentent une forme originale d’association entre des personnes et des lieux, et occupent désormais une place bien à elles dans l’imaginaire collectif. Pour autant, les enjeux, les processus et les thématiques qui font les ingrédients de cette histoire ont, comme on le verra, une portée beaucoup plus générale. Le plus singulier, sans doute, est ici l’étonnante permanence d’un même vocable en dépit de ses multiples avatars, dans le temps même où, en d’autres pays, le lexique des chercheurs, des politiques et des travailleurs sociaux proliférait pour énoncer en des termes sans cesse renouvelés l’imbrication de la question urbaine et de la question sociale, de la connaissance objective des lieux de la ville et de l’identification des cibles privilégiées de l’intervention publique.

15mars 2005

Notes

1 À la fin de l’ouvrage se trouve la liste des principaux sigles et abréviations.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540