Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots de la stigmatisation urbaine

 | 
Jean-Charles Depaule

Bidonville : paradigme et réalité refoulée de la ville du xxe siècle

Raffaele Cattedra

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos Lussault 1998 : le paragraphe « L’urbanisme guérisseur ».

1Parallèlement à un urbanisme contemporain naissant, « art » de construire des « villes nouvelles » et thérapeutique d’une ville malade, l’habitat précaire, provisoire, et par là même, misérable et insalubre, se développe en représentant quant à lui une de ses « plaies » majeures qu’il se doit de soigner1 – ne serait-ce que pour valider sa crédibilité. Bidonville constituera de la sorte la catégorisation dénominative de l’espace géographique et social correspondant à cette pathologie urbaine.

2Les bidonvilles existaient avant le mot, pourrait-on dire. Ce nom commun fut (serait ?) à l’origine un nom propre, celui d’un quartier de Casablanca. Un nom qui se généralisera par la puissance évocatrice de sa clarté sémantique (la ville des bidons) et qui va s’affirmer – par antonomase – en tant que catégorie stigmatisée de la ville contemporaine. Notamment dans la langue française, mais occasionnellement et accessoirement dans d’autres langues. Suivant une variabilité dans le temps et dans les registres langagiers, progressivement, ce mot sera employé tout au long du XXe siècle pour désigner un « phénomène (devenu) universel ». Bidonville voyagera ainsi entre Casablanca, Tunis, Alger et des villes du Maghreb vers celles du « tiers-monde », en passant par les périphéries urbaines de France et d’Europe.

3Équivalent d’« habitat spontané » (ce qui n’a pas été toujours le cas, d’ailleurs), d’« habitat insalubre et misérable », d’« habitat non régleréglementaire», « clandestin », « illicite », « marginal » ou « informel », d’« habitat bidon » – pour reprendre les principales formules de stigmatisation en usage – le terme bidonville a l’avantage de comprendre, par un seul vocable, des exemples multiples de situations locales. Il permet de rapprocher des conditions différentes d’habitat présentes dans le monde entier ; et cela tant du point de vue des divers statuts juridiques et du foncier que des situations sociales et économiques des habitants, des différents types de localisation et des modalités de la construction.

4Le passage du toponyme au générique se réalise en quelques années, après 1930. Le mot trouvera place initialement entre un répertoire descriptif et narratif et un registre appartenant au monde technique, administratif et à la décision politique. Il est également présent dans le vocabulaire de la presse, il entrera dans le langage scientifique, figurera, dès 1960, dans les pages des dictionnaires, deviendra l’objet de définitions dans des articles encyclopédiques en langue française et en d’autres langues (italien, anglais). Tout en gardant la marque de la stigmatisation urbaine, le mot-objet bidonville paraît plus récemment attester une certaine euphémisation, d’après des contextes d’usage repérables le plus généralement dans le système de communication appartenant aux milieux de la culture écologiste, artistique et alternative.

5Bidonville est donc un paradigme. Paradigme d’un espace stigmatisé et stigmatisant : un lieu-dit, fait de tôle et de bidons. Un type d’habitat, ainsi dénommé par les objets-matériaux qui en assurent l’édification. Un espace social, précaire, temporaire ou pas, nécessaire ou non. Un espace caché et marginal, la « zone », au sens littéral et/ou figuré, aux lisières de la ville et en marge de la norme sociale urbaine. Une catégorie de la ville, participe fonctionnel – bien souvent prépondérant – de l’espace urbain et de sa logique économique capitaliste. Un paradigme, enfin, consubstantiel de la sémantique des « territoires de l’urbain et [des] pratiques de l’espace » (Depaule 1984), ainsi que de leur mémoire : palimpseste refoulé de l’établissement humain contemporain.

L’aventure d’un toponyme érigé en catégorie urbaine

L’origine. Bidonville et le succès sémantique d’un lieu-dit casablancais

6Vraisemblablement, Bidonville fut à l’origine le nom d’une espèce de quartier surgi à Casablanca, pendant le Protectorat français au cours des années 1920. D’autres indices suggèrent toutefois des pistes alternatives, ou complémentaires, comme celle de Tunis, et contribuent à brouiller l’investigation. Nous opterons pour la première, car l’identification du toponyme nous permettra plus aisément d’en suivre l’aventure. Cependant, il se peut que le mot bidonville ou bidon-ville ait surgi antérieurement à Tunis. Mais c’est à partir de Casablanca que le succès de la formule se répandra.

  • 2 Yvone Mahé, 1936, L’extension des villes indigènes au Maroc. Thèse de droit, Université de Bordeaux (...)
  • 3 « Mais je crois bien qu’il [bidonville] est né en Afrique du Nord et probablement au Maroc. Je ne s (...)

7À la différence de Tunis, ville historique, avec sa médina prestigieuse, et capitale du Protectorat depuis plusieurs décennies, Casablanca était alors synonyme de réussite économique et sociale urbaine, à la manière américaine : une bourgade qui s’apprêtait à devenir la plus grande ville du Maghreb. Tout autant, elle devenait une ville de misère, de grandes pauvretés urbaines, caractéristiques d’un monde qui deviendrait bientôt « le tiers-monde ». Selon Jean-Louis Cohen et Monique Eleb (1998 : 221), Bidonville était localisé sur le site « d’un gigantesque campement dénommé Gadoueville ». Cette première dénomination, d’après André Adam, « n’eut pas de succès » (1968 : 85-86). Dans sa thèse sur Casablanca, Adam s’était déjà orienté dans cette direction, à partir d’une enquête effectuée par Yvonne Mahé en 19362, sans toutefois se référer explicitement à la présence du toponyme Bidonville3. La sémantique de la tôle et du bidon va donc se révéler plus évocatrice, efficace et moderne que celle de la boue. Dans le français d’Afrique du Nord, les formules comme « gadoueville », « cloaque-ville » « beni ramassés », etc., furent « évincées parce qu’[elles] traduisaient mal les caractéristiques de ces agglomérations dans les années 1930 » (Liauzu 1976). Voici une description, probablement tardive, de ce qu’était le quartier dénommé Bidonville à Casablanca, d’après le témoignage du journaliste allemand Friedrich Sieburg :

Bidonville désigne une cité de fer-blanc. Les immigrés à la recherche de travail habitaient auparavant dans des camps sous la tente [...]. Là s’amoncelaient les ordures de la ville. Les autorités parèrent au danger en faisant évacuer de force ces locaux et en y portant le feu. Aux habitants fut affecté un champ dans la banlieue, où se trouvait de l’eau. De vieilles plaques de tôle ondulée, surtout de caisses et de bidons hors d’usage, furent édifiés de nouveaux abris, qui bientôt firent une vraie ville. Aujourd’hui, Bidonville s’étend comme un bourg monstrueux, où lentement commencent à se tracer des places et des rues. (Sieburg 1938)

8Pendant blâmé de la modernité casablancaise et de ses architectures d’avant-garde, et de façon plus générale de la rationalité fonctionnelle de l’urbanisme colonial au Maghreb des années 1920-1930, Bidonville assume déjà, comme on le voit ci-dessus, le statut de « cité », de « vraie ville » et de « bourg monstrueux », voire de « village indigène ». Il est frappé par les stigmates de la dégradation humaine causée par la prolétarisation de la nouvelle vie urbaine, qui explose pendant le Protectorat sous l’effet de l’exode des populations rurales précarisées. Les descriptions qui en parlent sont à plusieurs égards analogues à celles qui découvrent la création des premiers « gourbis » aux portes de Tunis, ou dans son agglomération. Les différences ne concernent pas tant les causes de la formation, voire le type de peuplement, que le caractère rural de l’un face au caractère distinctement urbain (ou suburbain) de l’autre (Signoles 1985 : 29-30). Pour autant, Bidonville deviendra également, à l’image de la ville qui l’accueille, Casablanca – déjà dénommée « Capitale économique » du Maroc–, une bizarre « capitale de la “mouise”, construite en bidons de pétrole et en tôle ondulée » (Mac Orlan 1989 [1934] : 47).

Réputation du lieu et réprobation morale

9Dans l’odyssée d’un imbroglio spatial, la marque de la réprobation morale scelle la réputation du lieu et ses stigmates. Inévitablement, Bidonville n’échappe pas non plus aux stéréotypes quelque peu voyeuristes de la représentation coloniale, comme ceux d’un Mac Orlan qui, en décrivant ce fameux Bousbir, le quartier réservé de Casablanca, « Magic-City ou [...] Luna-Park spécialisé dans les jeux de la Vénus populaire », dédiera, non sans ambiguïtés, quelques mots aux « tôles surchauffées de Bidonville » (ibid. : 48, 65), qui s’étendent à perte de vue en contrebas de la cité réservée.

  • 4 Fonds de la Résistance tunisienne. Archives diplomatiques de Nantes, 2MI 394, dossier 2, p. 117.

10Un étrange parallèle, une identification inquiétante et sordide entre le quartier réservé Bousbir – du nom d’un lotisseur français prénommé Prosper – et Bidonville va d’ailleurs s’établir, ainsi que nous le découvrons dans les pages d’un dossier traitant de Casablanca (Taraud 1998 : 4-5 ; 2003 : 1064). Il s’agit d’une correspondance topologique, fausse mais efficace. Celle-ci ne fait qu’assimiler deux lieux urbains bien distincts : « le bourg monstrueux » et la ville réservée à la prostitution officielle. Le « foyer pestilentiel » et le lieu du commerce des corps se transmutent de la sorte en un seul lieu. Il s’agit d’une reconstruction a posteriori, mais qui ne fait que renforcer moralement le stigmate qui marque dès sa naissance le mot bidonville et le type d’habitat qu’il désigne. À cette époque d’ailleurs, le « triptyque » associant hygiène, urbanisme et prostitution s’inscrit à plein titre dans le paradigme réglementaire et moderniste sousjacent à l’action coloniale française (Taraud 2003 : 112). Les trajectoires convergentes des deux toponymes prêtent donc facilement à confusion.

11Du reste, au-delà du transfert spatial et sémantique, le lien entre les bidonvilles et la prostitution – et donc la mauvaise réputation morale – sera une constante relevée par les enquêtes sociales effectuées au cours de plusieurs décennies, dès les années 1930, sur l’habitat précaire et insalubre appelé bidonville, tant au Maghreb qu’ailleurs. Christelle Taraud consacre un paragraphe de son ouvrage à la prostitution « hors la ville : bidonvilles et banlieues ». On y trouve la description d’un de ces lieux, à Alger, faite par l’écrivain René Janon en 1936, condensé effrayant et atroce de la plupart des stigmates abominables qui vont marquer les bidonvilles, et que nous retrouverons sur son chemin. Ces stigmates réfèrent déjà au type de localisation (le ravin, près d’une zone désaffectée, juste à la lisière de la ville, derrière ses remparts) et à la disparition du lieu, au type de construction (tôles), à l’environnement pestilentiel et fétide, à son peuplement misérable, déshérité en proie à la dépravation et à l’abjection humaine (Janon 1936 : 30-31).

Du nom du lieu au nom des lieux

12La première attestation de Bidonville en tant que toponyme remonte d’après Cohen & Eleb (1998 : 221) à un article de Jean Marc paru dans la revue L’Exportateur français (1930 : 54). La vue d’ensemble de Bidonville est exposée sur une carte postale de Casablanca datant de 1932, qui est reproduite dans Cohen & Eleb (1998 : 221). Pour illustrer l’ambiguïté qui demeure de nos jours encore entre le toponyme d’origine et le générique, il suffit de signaler que la même carte postale est reproduite dans un ouvrage de Mohammed Nachoui à la même date (1998 : 56), mais la légende en fait tout simplement : « Un bidonville ».

FIG. 1. Bidonville. Carte postale de 1932. Source Cohen & Eleb 1998 :221

  • 5 Il s’agit d’une référence repérée par nous-même et qui était passée inaperçue dans la littérature s (...)

13L’année de parution de la carte postale, en 1932, Jean Ladreit de Lacharrière, épigone de l’aventure coloniale au Maroc, évoquera « la lèpre de Bidonville » à Casablanca dans les pages du Bulletin du Comité de l’Afrique française à propos de « L’urbanisme colonial français » (Ladreit de Lacharrière 1932)5. La même expression sera d’ailleurs utilisée par André Adam, presque trente ans plus tard, mais cette fois-ci au pluriel – « la lèpre des bidonvilles » – , pour rendre compte de l’appréhension de l’opinion publique et des autorités coloniales devant la diffusion du phénomène (1950 : 61).

14Une « paternité » successive et une origine tunisoise sont envisagées par d’autres auteurs. Ainsi que l’écrit Claude Liauzu, « on attribue couramment au Maroc la paternité de ce terme ; pourtant, dès le 6 novembre 1931, dans La Voix du Tunisien, le Dr Materi décrit “Bidonville” au bord du lac, et le 8, dans Tunis socialiste, Ève Nohelle relate sa visite dans le même “gourbi-ville” ou “bidon-ville”. Les hésitations de l’orthographe et l’émotion du nationaliste comme celle de la socialiste prouveraient que la chose est à peine naissante » (Liauzu 1976 : 608). Jean-Marie Miossec envisage dans cette même perspective que « la paternité du terme revient au Dr Materi qui décrit “Bidonville” », dans le même journal tunisois évoqué par Liauzu (Miossec 1985 : 269). Le sociologue tunisien Fredj Stambouli écrit – sans toutefois citer Jacques Berque (1958) qui l’a remarqué en premier – que « le terme de bidonville se répand à partir de 1936. On le trouve dans le livre de Félicien Challaye (1934) à propos de la Tunisie » (Stambouli 1977 : 252). À Alger, « le bidonville apparaît dès 1934 » d’après Claude Chaline (1990 : 108).

15Au cours des années 1930, finalement, le terme est utilisé pour désigner par analogie les mêmes baraquements sordides surgis tant à Casablanca, qu’à Tunis ou Alger, ainsi que dans nombre de villes du Maghreb. Jacques Berque note alors que le mot est devenu courant « en 1936 dans les pages du Bulletin économique du Maroc » (Berque 1978 : 201). C’est ainsi que, progressivement, Bidonville perdit sa majuscule à l’écrit et fut utilisé au pluriel, initialement entre guillemets, voire en italique. André Adam, qui repère le terme en 1934, remarque qu’il est employé entre guillemets par Léandre Vaillat (1934 : 91) à propos de Casablanca, et ajoute « qu’il est aujourd’hui assez couramment employé en France même pour qu’on me dispense de l’encadrer de guillemets » (Adam 1968 : 65 et 85-86).

16À partir des années 1950, le terme est adopté en France métropolitaine, devenant progressivement d’un usage universel dans la langue française. Paul Bairoch (1985 : 605) note alors « [qu’il] a pénétré d’autres langues, notamment l’allemand, l’italien et le russe ». Finalement, il sera attesté dans les dictionnaires généraux en 1960, à partir de la définition du Grand Larousse encyclopédique :

Bidonville [...] en Afrique du Nord, et par extens. dans d’autres contrées, quartiers urbains ou suburbains, parfois importants, constitués de cabanes faites de matériaux de récupération, en particulier de métaux provenant de vieux bidons (Dans ces agglomérations s’entassent les populations rurales qui, chassées des campagnes par le chômage et la faim, ne trouvent pas de travail régulier dans les villes). (Grand Larousse encyclopédique 1960)

17Noblesse oblige, bidonville sera encore absent du dictionnaire de l’Académie française, dans son édition de 1978. Il donnera lieu à plusieurs mots dérivés : bidonvilliens, bidonvillois ou bidonvilliers désigneront les habitants des bidonvilles (Rachdi 1967 : 32). D’autres auteurs analyseront le phénomène de bidonvillisation, les « banlieues bidonvillisées », « la société bidonvilloise » (Pétonnet 1985 : 51) ou l’action collective dite de « se bidonvilliser » (Sayad 1995 : 32). Ils décriront les « bidonvilles en paillote » des villes tropicales (Salem 1984), les « bidonvilles sur pilotis » des villes lagunaires asiatiques ou d’Amérique du Sud, des « bidonvilles d’altitude » sur les toits des villes surpeuplées, des « bidonvilles durcidurcifiés», des « microbidonvilles », des « bidonvilles sauvages », des « bidonvilles urbains... péri-urbains... suburbains », enkystés au coeur de la ville, ou cachés au fond de ravins, voire derrière les remparts.

Les mots et les noms des bidonvilles

18Un seul mot va donc permettre de contempler des contextes géographiques et modes de construction bien différents, mais qui gardent leurs propres expressions locales : les favelas de Rio, les invasaos de Salvador de Bahia, les gecekondu d’Ankara, les bastees de Calcutta, les ranchitos de Caracas, les mussequés de Luanda, les townships de Johannesburg, les kébé de Nouakchott, les barrios piratas de Bogota pour n’en citer que quelques-uns parmi les plus connus (Cattedra & Memoli 1995 ; Agier 1999). Tandis que dans la littérature anglophone le concurrent de bidonville est shantytown, en italien le mot bidonville (au féminin) devient courant – même si d’autres sont employés, comme borgata, à Rome ; il est attesté dans les dictionnaires (Treccani 1974) et est utilisé dans la presse (Sannino 1994).

19Si « l’Asie et l’Afrique n’ont rien à envier à l’Amérique latine quant au nombre et à l’ampleur des bidonvilles » (Guglielmo 1996 : 127), ici, comme le souligne Bairoch, « les termes ne manquent pas pour décrire ce type d’habitat [...], où l’imagination – jointe au fait que ce phénomène y a commencé plus tôt et y a revêtu, en raison de l’intensité de l’inflation urbaine (et démographique), une importance plus grande – a conduit à une floraison d’appellations » (Bairoch 1985). Ainsi, « en opposition au discours savant, à la langue administrative, les populations réagissent par leurs propres mots » (Moussaoui 1999). Les bidonvilles demeurent des espaces de l’invention langagière collective, soit du fait d’une dénomination – le plus souvent stigmatisante – qui procède de l’extérieur, soit du fait d’une appellation qui – éventuellement par opposition de celle-ci – essaie de restituer une image de soi et une identité positives.

Catégories

  • 6 Ravennes s.d. [1932], cité dans Lavaud 2002 : 77.

20Plutôt que des « miséreux, qui ont inventé son nom, ignoré des cartocartographes », comme l’écrit Jean Ravennes au début des années 19306, Bidonville – né à l’origine comme un toponyme francophone – semblerait procéder d’une invention langagière des colons français ou européens implantés à Casablanca, voire à Tunis. À cet égard est significative la légende d’une photographie de Casablanca dans le recueil de Flandrin : « Les Bidonvilles – Les populations du bled, attirées par la vie plus facile de notre grande cité, ont créé un problème difficile à résoudre. Partout ces pauvres gens ont construit, par leurs moyens, des agglomérations que nous avons appelées Bidonvilles du fait que ces baraques étaient recouvertes de vieux bidons à essence. » (Flandrin 1956 : 49)

21En arabe dialectal marocain, les bidonvilles seront nommés karyan, derb [quartier] ou douar [dwar = cercle, village], en référence à l’origine rurale des habitants. Aussi, « la population emploie le terme de brarek, le quartier de “baraques” » (Naciri 1980 : 15). Si les derb et dwar sont des mots arabes – le premier désignant, ici, sous le registre administratif colonial, un type d’« habitat indigène » insalubre plus structuré, « en dur », et le second étant employé en référence à l’origine rurale des habitants – , Karyan et brarek ne le sont pas. Karyan n’est autre qu’une déformation du mot « carrière », mais son adoption langagière renvoie, à l’origine, à un lieu bien précis : une carrière désaffectée proche d’un établissement industriel, la centrale thermique du quartier des Roches Noires à Casablanca. En ce lieu, au début des années 1920, se logèrent sous des tentes et dans des baraques les ouvriers embauchés pour la construction de la centrale. Il fut donc appelé Karyan centrà, c’est-à-dire, la Carrière de la Centrale. Si d’une part il maintint son patronyme dans les nombreux déplacements auxquels il fut soumis par l’administration – et devint, d’après la dénomination officielle et courante, le fameux « Bidonville des Carrières centrales » dans son établissement définitif sur un terrain municipal-, d’autre part, ce premier noyau bidonvillois céda par filiation son nom à d’autres baraquements, qu’ils soient ou non localisés dans des carrières désaffectées (Adam 1968 ; Rachik 1995). La généralisation du mot karyan, qui demeura plutôt d’emploi local à Casablanca, diffère peu de l’aventure de Bidonville du fait que ce dernier, tout en cédant et propageant son propre nom, disparaîtra pour donner vraisemblablement naissance au grand Bidonville de Ben M’sik. La sémantique de Bidonville, transmuté en mot générique et en catégorie urbaine, fut plus efficace que son propre destin topologique.

  • 7 Sous-commission d’hygiène, 22 janvier 1931, BMO janvier-février 1931, cité dans Cohen & Eleb 1998 : (...)

22Dans le cas de Bidonville, cependant rien ne prouve qu’il ne s’agit pas, dès l’origine, d’une dénomination explicite attribuée par l’administration municipale du Protectorat français. Néanmoins – que l’Administration en soit ou non le premier désignateur, voire l’inventeur-, c’est avec l’adoption par le registre administratif que Bidonville s’institutionnalise et acquiert une certaine légitimité. En 1931, la souscommission d’hygiène de la ville de Casablanca, en s’appuyant sur un des premiers dahirs (décrets) édictés sous le Protectorat en 1915, décide par arrêté municipal d’interdire l’établissement de noualla-s (tentes) à l’intérieur du périmètre urbain. Elle estime en fait que « son application aura pour premier effet la disparition de Bidonville7 ». Paradoxe flagrant : pour éliminer le lieu néfaste il faudra bien l’identifier, ce qui ne fait qu’attribuer à Bidonville une objectivation et une existence, et par là une légitimité administrative et toponomastique.

23Quelques années plus tard, en conséquence de la diffusion incontrôlée de ce type d’habitat, la menace sanitaire de ce nouvel « habitat indigène » plane sur la ville, bien qu’il soit tenu pour un phénomène temporaire. En 1934, Leandre Vaillat (1934 : 90-91) estime, d’après l’administration, à « 85000 [les musulmans] qui, pour le moment, habitent dans des huttes faites de couvertures, de branchages, de bidons ». L’exode rural aura comme conséquence la prolifération et l’extension des noyaux insalubres et infects confectionnés avec les matériaux de récupération de la ville industrielle. D’ailleurs, comme le retient l’administration vers la fin des années 1930 :

Les bidonvilles [...] plaisent aux indigènes, qui les peuplent. Ces indigènes, qui sont rarement des citadins, mais des ruraux, trouvent dans les bidonvilles des conditions d’existence qui ne sont pas inférieures à celles de leurs tribus, et qui leur sont même supérieures parce que ces bidonvilles ont reçu quelques aménagements. Et surtout, le bidonville couvre chacun d’un commode anonymat [...]. On peut s’y livrer à ses petits trafics, à ses habitudes, à ses goûts à ses vices même ; en un mot, on est chez soi et l’on ne demande qu’à y rester. (Girardière 1939 : 1-2)

24La théorie de la séparation entre « habitat indigène » et « habitat européen », élaborée dès 1912 par le résident général Lyautey, ne semble plus tenir. Cette idéologie territoriale est en train de faire le deuil de l’esthétique et de l’approche culturaliste lyauteyennes, pour se décliner de manière explicite à l’aune des soucis hygiénistes et sécuritaires. Quand on observe les cartes ou plans de cette époque, les deux dispositifs urbains de la ville coloniale – « médina » et « villeneuve » – apparaissent irréductibles, séparés qu’ils sont, physiquement et symboliquement, par une zone non aedificandi. Bien souvent ce hiatus est occupé dans les villes intérieures du Maroc (celles qui sont relativement les plus dangereuses pour la sécurité des Européens : Fès, Marrakech, Meknès...) par des bâtiments de casernes et des camps militaires. C’est la logique topographique du cantonnement, du regroupement de la population musulmane soumise à la ségrégation, et de l’étanchéisation de l’espace urbain qui prime (voir Cattedra 1990 ; 1998) : « Un véritable danger pour la cité européenne gît dans ces “Bidonvilles”. L’ennemi est aux portes de la ville, non un ennemi de la dissidence, avec des carabines à tir rapide, mais un terrible seigneur, subtil, insaisissable, qui a nom typhus, choléra ou peste. » (Vaillat 1934 : 91)

  • 8 Bon 1939 : 23-24, cité in Cohen & Eleb 1998 : 222, note 87.

25Vu la difficulté d’éliminer d’emblée de tels habitats, une autre approche sera tentée, dans la deuxième moitié des années 1930, visant à « tolérer pendant un certain temps “ce mal nécessaire” » (Cohen & Eleb 1998 : 222), en travaillant à les rassembler et à les améliorer. C’est l’intitulé même d’un rapport municipal qui fait manifestement apparaître la généralisation du toponyme : il s’agit du Rapport général sur l’assainissement de la ville de Casablanca, Bidonvilles et derbs, exercice 1938-39, établi par M. Bon (le 27 février 1939). Dans ce même texte officiel apparaît l’usage de bidonville en minuscules, au singulier et privé de guillemets8.

  • 9 Voir à ce propos Navez-Bouchanine 1997 : chap. 5.
  • 10 Gaud & Sicaud 1937 : 96, cité dans Cohen & Eleb 1998 : 222, note 85.

26On dit alors « vivre en bidonville », et non plus « vivre à Bidonville » : l’expression ratifierait dès lors une modalité « indigène » de vivre en ville et de vivre la ville en contexte colonial. « Un modèle d’habiter », pourrait on dire aujourd’hui9. Le mouvement des hygiénistes commence à se poser le problème d’une amélioration des conditions de vie de la «populationlation de ces baraques et nouallas [...] ». Ainsi des médecins suggèrent que, au lieu « de supprimer les bidonvilles en tant que solution provisoire du logement pour une partie de la population indigène », il vaudrait mieux « les aménager de telle sorte qu’ils constituent l’équivalent d’un habitat amélioré »10. Ce débat aura une suite.

L’ubiquité. De la périphérie au centre, à la conquête de la ville et de la Nation

27Le fléau des bidonvilles gagnera ensuite de nombreuses agglomérations du Maghreb : les capitales et les principales villes industrielles et commerciales en sont atteintes de plein fouet. En Tunisie, dans les années 1940, c’est le mot gourbiville, comme on l’a vu, qui s’impose par référence à l’origine rurale du peuplement de ces installations suburbaines et aux modalités traditionnelles de construction. Quelques années plus tard Pierre George analysera le cas des bidonvilles de Tunis, dans son Précis de géographie urbaine (George 1964 [1961] : 159).

28Par ailleurs, Marrakech sera considérée pendant une longue période comme dépourvue de bidonvilles (Leenheer 1981) : d’une part, l’exode rural se déversait essentiellement vers les villes côtières (Escallier 1981) ; d’autre part la médina, plus ample que dans d’autres villes, avait permis d’absorber l’excès de migrants ruraux. D’après les auteurs qui en parlent, cette ville n’avait pas été en mesure de produire les « déchets de la civilisation urbaine » (Lourde 1984), la matière première de la fabrication des bidonvilles. Autrement, « autour des grandioses remparts de Fès, des bidonvilles [avaient] commencé à pousser dans les carrières dont la ville s’est construite, dans ces excavations, où jadis vivaient les lépreux » (Berque 1958 : 34).

29L’accroissement dit anarchique des villes du Maghreb apparaît comme le contexte privilégié de production de ce nouveau type d’habitat. L’« agression démographique », dite également « sauvage », conduit d’après Pierre Marthelot (1970 : 302) à « l’assaut vengeur du faubourg, organe ou chancre du bidonville ». Le constat qu’en fait Jacques Berque en 1961 présentant l’ouvrage de Robert Descloitres, L’Algérie des bidonvilles, est symptomatique : « Juste derrière les collines, aux replis des ravins, à toutes les failles de la bâtisse communale, s’est massée, depuis plus d’une vingtaine d’années, une vie puissante et misérable : l’Alger des bidonvilles, attentat topographique et menace sociale contre un certain ordre urbain. » (Berque 1961 : 7-8)

  • 11 On remarquera d’ailleurs que ce genre d’analogies entre Bidonville, cité et capitale avaient été su (...)

30Les figures de style comme l’hypostase adoptée par Berque pour la capitale du pays, ou celle utilisée dans l’intitulé même de l’ouvrage de Descloitres – validant la transposition sémantique du sujet par le complément de spécification, à l’égard d’une formulation plus ordinaire telle que « Les bidonvilles d’Alger » ou « Les bidonvilles d’Algérie » – ne font, au demeurant, qu’ériger le bidonville en Ville, en Capitale et en Nation11. Davantage, le bidonville – à travers la synecdoque (la partie pour le tout) – en devient le symbole dissimulé et légitime : cela traduit concrètement le fait que le bidonville avait déjà colonisé un pays tout entier, qui était au seuil de son indépendance.

31De fait, déjà dans les années 1950, le bidonville s’était affirmé à plein titre comme la troisième composante de la ville en Afrique du Nord : le corollaire stigmatisé qui « s’oppose » à la fois à la Médina et à la Villeneuve, comme en rendra compte Jacques Berque dans un article célèbre publié en 1958. Les grands bidonvilles d’Alger, de Casablanca et de Tunis accueillent dans la période 1950-1970 jusqu’au tiers de la population de ces villes. Dans les années 1970, les quartiers périphériques (les bidonvilles) n’ont plus le « privilège » de ce qu’on appelle la marginalité. Les ruraux ont occupé une grande partie des médinas et les ont transformées en « bidonvilles » ou « gourbivilles » (Zghal & Rassam 1976 : 19 ; Signoles 1994 : 155).

32Le bidonville est de la sorte devenu au Maghreb le paradigme manifeste et refoulé d’« une forme majeure d’habitat » (Bairoch 1985 : 604), ainsi qu’il est en train de le devenir dans le monde entier.

La spatialité éphémère : l’habitat provisoire

  • 12 Ce témoignage est publié dans Lallaoui 1993 : 54-56, sous le titre « Retour à Nanterre ».

33Si pour les administrateurs coloniaux, dès les années 1930, « la question des bidonvilles appartient à un domaine strictement administratif [... car] le plan des réformes est un acte politique et que la lutte contre les taudis est un acte de technique administrative... » (Giradière 1939 :1), en France, leur présence ne sera admise qu’après les années 1950, même si, comme dans le cas de Nanterre, « le bidonville a commencé dans les années 1945-50 [...], les premiers [étant] arrivés ici en 1946... », d’après un témoignage du docteur François Lefort12. À la différence des nombreuses enquêtes sociales et sanitaires lancées au Maghreb, en France il faudra attendre, après la fin de la guerre d’Algérie, la loi Debré (1964) dite « de suppression des bidonvilles » pour que le phénomène soit enregistré officiellement (Lallaoui 1993 : 44-71).

  • 13 Je tiens à remercier M. Bernard Bret qui a bien voulu me communiquer aimablement ce document.

34Au demeurant, au cours des années 1960-1970, les savants français tentent de manipuler avec précaution l’emploi du mot bidonville, plus particulièrement quand il s’agit de l’appliquer à des espaces précaires des villes françaises. Il ne s’agit pas d’occulter le phénomène qui est manifeste, mais de lui attribuer une dénomination visant à dépasser la stigmatisation dont le mot est porteur. Ce sera initialement la formule « habitat provisoire » qui sera employée, renvoyant donc à l’idée du transitoire et du « logement de passage ». L’intitulé du mémoire de maîtrise de géographie rédigé par Bernard Bret en 1968 sous la direction de Pierre George : Contribution à l’étude de l’habitat provisoire dans la banlieue parisienne : les bidonvilles de Nanterre13 illustre clairement l’état d’esprit du milieu académique de la Sorbonne. L’auteur avertit que « le mot “bidonville”, qui sera souvent employé par commodité et parce que l’usage l’a consacré, ne correspond pas au paysage qu’il désigne, le bidon étant absent des matériaux de construction. Il serait préférable d’user d’une périphrase comme habitat spontané » ; et d’ajouter que « le terme “bidonville”, à rigoureusement parler, ne coïncide avec la réalité que dans peu de pays au monde » (Bret 1968 : 2-3).

L’impuissante maîtrise de la croissance urbaine : l’habitat spontané

35Dans l’article qu’il consacre à bidonville dans l’Encyclopedia Universalis, le géographe Yves Lacoste écrit que « le terme [...] s’est progressivement imposé dans la langue française » et qu’il « a désigné des formes diverses d’habitat urbain qui présentent, sans être toutefois constituées par des matériaux de récupération, les mêmes problèmes économiques et sociaux, à savoir la pauvreté des habitants et la grande précarité de leurs conditions d’habitat ». Dans son « essai typologique », il insiste sur le fait que si « les différentes formes de croissance urbaine spontanée présentent un certain nombre de caractères communs », il est important de distinguer celles qui sont propres aux « pays développés » (où elles ne représentent qu’un phénomène marginal) de celles qui existent dans « les pays sous-développés » (où elles constituent « un phénomène de masse »). Le vocabulaire des journalistes, des voyageurs et des géographes français avait de fait contribué à désigner sous le terme de bidonville les formes les plus diverses de baraquements insalubres surgis dans de nombreuses villes européennes comme Barcelone, Naples, Rome, Lisbonne, Porto, Paris, Marseille, Madrid et surtout dans tant d’autres agglomérations des pays appelés alors du « tiers-monde ». C’est à ce titre que Lacoste recommande, car « scientifiquement plus juste, de les désigner par l’expression générale formes de croissance urbaine spontanée et de réserver bidonville à l’une des formes particulières que présente ce phénomène dans certains pays et dans certains cas » (Lacoste 1980 [1968], citations : 258, 260).

36Pour autant, le phénomène des bidonvilles n’appartient pas strictement à l’ordre du spontané, bien au contraire. Il est aussi le résultat de l’action volontariste des autorités. Comme l’écrit Saad Benzakour, « l’action de l’administration coloniale sera déterminante dans la formation de ce nouveau type d’habitat » (1978 : 94). C’est ainsi que voient le jour, à côté des « bidonvilles sauvages » et « privés », des « bidonvilles municipaux » (où une taxe est perçue par l’administration) (Adam 1949-1949-1950 ; 1968). Robert Montaigne, professeur au Collège de France, directeur d’une vaste enquête sur La naissance du prolétariat marocain (1951 : 138), observe avec acuité : « Ces bidonvilles ont été à plusieurs reprises refoulés, déplacés, alignés, découpés en blocs pour des raisons d’hygiène et de bon ordre, transportant avec eux, sur leurs nouveaux emplacements, leur noms primitifs. » L’ubiquité du bidonville tient également à la transhumance de son nom.

L’autoconstruction : savoir-faire ordinaire et universalisme prolétaire dans la ville capitaliste

37Comme nous l’avons déjà évoqué, « l’existence des bidonvilles est reconnue officiellement en France dès le début des années 1950 » (Lallaoui 1993 : 44). Leur origine est liée à la présence « de travailleurs étrangers immigrés temporairement » (Lacoste 1980 [1968] : 260), provenant de l’Afrique du Nord – d’où probablement l’importation du mot – mais également d’Europe : Espagne, Portugal, Italie... On oublie souvent de considérer qu’à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale plusieurs centaines de milliers de logements avaient été détruits en France, comme dans plusieurs pays européens, et qu’une grande partie des habitants était considérée comme mal-logée. En Europe, le phénomène des bidonvilles est « surtout la marque de l’après-guerre », rappelle Paul Bairoch (1985 : 604).

38En tout état de cause, le phénomène d’autoconstruction de baraques édifiées à l’aide de matériaux de récupération de la « civilisation industrielle », à l’extérieur des villes, paraît bien précéder l’invention du mot bidonville et la désignation sous ce terme de ce type d’agglomération suburbaine. Dans la région parisienne, depuis 1919, écrit René Clozier dans son « Essai sur la banlieue » (paru en 1945), « surgirent du sol ces assemblages géométriques de bicoques disparates, baraquements informes et de pistes boueuses ; la détresse de la “zone” semblait s’étendre à toute la banlieue » (Clozier 1945, in Roncayolo & Paquot 1992 : 450).

  • 14 Cité dans Robert, Dictionnaire des mots contemporains, par P. Gilbert, 1980.

39On peut facilement comparer le zonard, habitant « La Zone » qui correspond aux terrains des anciennes fortifications, au bidonvillois. D’ailleurs le vocable de bidonville pourra souvent être employé en tant qu’équivalent stigmatisé de catégories de la ville ayant une origine bien antérieure et n’exprimant pas nécessairement – à l’origine, toujours – un sens péjoratif : faubourg, banlieue, cité... Mais les relations, les interférences et les transferts entre l’un et l’autre sont également courants et symptomatiques : « Ces cités satellites ne sont en fait que des bidonvilles faisant le siège de la grande ville » (Le Monde, 5 juillet 197814).

40D’autre part, se pose la question de l’appartenance « ethnique » ou de la nationalité de ceux qui ont fabriqué et habité les bidonvilles à l’origine. André Adam signale cet aspect : « Comme il y eut autour de Paris, entre les deux guerres, la “Zone”, il exista à Casablanca, à certaines époques, des bidonvilles des Européens » (Adam 1968 : 87). Il n’avait été pas le seul d’ailleurs à suggérer la comparaison avec Paris. Déjà à Tunis, le 19 novembre 1930, la Tunisie française signale que le cimetière de la rue du Réservoir s’est rempli de « gourbis analogues à ceux de la zone de Paris ».

  • 15 « It is worth mentionning that working-class, Méditerranean proletariat and subproletariat European (...)
  • 16 « L’assainissement de Casablanca », Le Petit Marocain, quotidien.

41Or, la filiation pour une part européenne et « prolétaire » du bidonville est attestée par Paul Rabinow, qui rappelle explicitement que le sousprolétariat originaire de la Méditerranée du Nord habitait les espaces des bidonvilles15. Un chercheur marocain est allé encore plus loin, affirmant sans ambages la paternité européenne de ce type d’habitat : « Les premiers bidonvilles utilisant les déchets de l’industrie étaient construits et habités par des Européens, qu’on trouvait au milieu même de la ville européenne. Goulven rapportait qu’en 192216 [...], il y avait des petits bidonvilles à la rue de Marseille (quartier Liberté) et à tsf. (du côté du quartier Bourgogne). Ils étaient habités par des Espagnols et des Portugais. » (Nachoui 1998 : 45)

42En France, en tout cas, les bidonvilles n’abritèrent pas que des populations immigrées d’Afrique du Nord, dites le plus généralement « arabes », « musulmanes » et composées par des « célibataires » ou des « isolés » (ces derniers ayant laissé leur famille au pays d’origine). Des familles entières, portugaises, espagnoles, yougoslaves, italiennes et même françaises ont habité les bidonvilles métropolitains au cours des années 1950-1970. Ainsi, les Français constituaient 20 % du total des 75000 bidonvillois officiellement recensés en 1966 par le ministère de l’Intérieur ; 20 % étaient des Portugais, 42 % des Maghrébins (Lallaoui 1993 : 44). L’émigration de l’Afrique du Nord, démarrée plusieurs années auparavant, prend au cours des années 1950 des proportions importantes : 300000 Maghrébins y sont installés en 1953 (Rouissi 1983 : 101). Aux abords des villes se retrouveront également des « Gitans rapatriés » du Maghreb, comme au bidonville dit « La Campagne Fenouil » à Marseille (Brun 1964). Les bidonvilles de Nanterre abritent jusqu’à 300 familles de différentes nationalités en 1968, ainsi que le relève Bernard Bret (1968). La complexité sociale de ces microcosmes bidonvillois est à la fois le produit d’une « homogénéité » sociale et géographique par le phénomène des recompositions villageoises ou tribales, de provenance plus ou moins lointaine, mais également le produit de la diversité des origines, qu’elle soit d’ordre géographique, national, « ethnique », rural ou urbain. Ainsi la composition sociale et les provenances disparates du peuplement de trois petits bidonvilles de la banlieue parisienne étudiés par Colette Pétonnet au cours des années 1970 renvoie, plus qu’à l’idée même du microsome, à l’idée d’un nouveau cosmopolitisme métropolitain, dont les grandes agglomérations multiethniques d’aujourd’hui sont probablement héritières.

43Quel qu’en soit le bien-fondé, le propos de Nachaoui, quant à l’usage du mot bidonville dès 1922, permet de mettre en exergue un aspect particulier de la question. C’est-à-dire de considérer l’impact d’un savoir-faire introduit au Maroc (et au Maghreb) à la suite de l’immigration coloniale, ainsi que l’impact de l’importation de nouveaux modes de production et d’organisation du travail, voire de valeurs, de technologies et de matériaux nouveaux. Ce seraient, si on suit Nachoui, les migrants européens arrivés à Casablanca dès sa conquête militaire en 1907 qui auraient donc édifié les premières baraques qui vont engendrer Bidonville et les bidonvilles, utilisant des modes de construction déjà employés dans les périphéries prolétaires des villes de l’Europe industrielle du début du XXe siècle. Le bidonville est donc dans sa genèse le produit de la civilisation industrielle, du capitalisme et du colonialisme, dans un contexte marqué par l’exode rural et par ce qui sera appelé par la suite le « processus d’urbanisation ».

Le concept d’habitat sous-intégré face à l’inertie de la sémantique

44Afin de « réagir contre l’emploi de plus en plus fréquent du terme “bidonville” pris dans un sens de plus en plus extensif et confusionniste » (Lacoste 1980 : 6-7), fut organisé à Vincennes un colloque sur « les formes d’habitat urbain sous-intégré », dont une partie des actes sera publiée dans un numéro de la revue Hérodote, où le géographe marocain Mohamed Naciri (1980) présentera la notion d’« habitat sous-intégré ».

45Paul Bairoch (1985 : 605) constate qu’au cours des années 1980 « même les Nations unies reviennent aux “bidonvilles” », alors que les enquêtes menées précédemment sur l’habitat urbain étaient tenues de recenser – d’après les recommandations de la commission statistique de l’onu – des « unités d’habitations improvisées ». Un rapport des Nations unies (1977) avertit explicitement : « On a employé les expressions “zones de peuplement non réglementées”, “de transition”, et “marginales” pour tenter d’échapper à la connotation péjorative de termes tels que “taudis” ou “bidonville” » (cité dans Bairoch 1985).

46Ce retour des bidonvilles constaté par Bairoch dans le lexique onusien de version française, semble bien correspondre en France à un dépassement de la phase de réticence et de résistance idéologique quant à l’emploi inconditionné du mot dans le registre scientifique. Ce mouvement des mots, qui n’est pas linéaire, nous semble traduire une nouvelle posture, s’inscrivant à la fois dans le constat (pas totalement avéré dans les faits) de la disparition des bidonvilles en métropole et du déferlement de l’habitat précaire et insalubre dans les villes du monde entier, l’explosion urbaine continuant à se propager.

47Tout en se démarquant des courants proprement tiers-mondistes et développementalistes des sciences sociales – qui avaient quant à eux bien identifié depuis des années l’universalité des mécanismes et la portée mondiale du processus, mais qui s’efforçaient d’en différencier les formes proprement locales – , le discours qui se développe dans la décennie 1980 ne fait que postuler la démarche des savants français qui vont finalement ériger le bidonville en catégorie universelle.

48Un important vecteur de diffusion du mot est représenté par la parution d’ouvrages sur le phénomène de l’urbanisation dans le Sud du monde, à quoi s’ajoute la publication de revues et périodiques scientifiques et de divulgation consacrés au tiers-monde et au sous-développement. L’ouvrage de Bernard Granotier La planète des bidonvilles. Perspectives de l’explosion urbaine dans le Tiers Monde (1980), et celui de Noël Cannat, Sous les bidons la ville..., de Manille à Mexico à travers le bidonvilles de l’espoir (1985), constituent à cet égard deux exemples significatifs. Paul Bairoch estime que le bidonville est désormais « une forme majeure de l’habitat » dans les agglomérations du Sud ; on ne manquera pas toutefois de remarquer que « le bidonville est absent de la Chine » (Bairoch 1985 : 606).

49Néanmoins, il est assez probable que le passage du mot bidonville du Maghreb au tiers-monde s’est opéré par un détour préalable et une « naturalisation » du terme à travers la France métropolitaine. Ce mot n’est généralement pas employé pour les villes africaines au sud du Sahara au cours des années 1950. Certes, le temps de l’urbanisation africaine diffère de celui de l’Afrique du Nord, et l’industrie n’assume pas le même poids que dans des villes telles que Casablanca, Alger ou Tunis (Cattedra & Memoli 1995). Jean Dresch, dans son essai pionnier, Les villes d’Afrique occidentale, publié en 1950, utilise les termes de « villes noires » ou de « villages » pour évoquer les établissements suburbains. Georges Balandier, quant à lui, dans sa Sociologie des Brazzavilles noires, décrit des « centres » ou des « villages noirs », dont Poto-Poto : un toponyme qui sera adopté par la suite comme emblème des bidonvilles d’Afrique occidentale (Balandier [1955] 1985). Le constat que nous pouvons établir est le suivant : « pas de bidonvilles » en Afrique avant 1960.

50Les africanistes soulignent que l’usage colonial du mot « village » ne fait que dénier, sur le fond, la dimension urbaine des civilisations africaines, tout en maintenant aux marges des villes les nouveaux arrivants (CoquéryVidrovitch 1988). De fait, l’idiome disciplinaire aurait tendance à faire une distinction entre le bidonville maghrébin, construit par les matériaux de récupération et les déchets industriels, et l’habitat spontané ou informel des villes d’Afrique au sud du Sahara, qui est l’expression de savoir-faire et de traditions d’autoconstruction d’origine rurale, impliquant l’usage de matériaux locaux : les deux types étant le résultat d’une occupation illégale. Pourtant, là aussi, provoquant la perplexité des africanistes les plus orthodoxes, le mot bidonville fera son apparition, surtout après les indépendances. Il se diffuse à travers une certaine littérature savante, les guides de voyage, et la presse. Il doit toutefois se confronter rudement soit avec la concurrence de la toponymie locale – qui aurait tendance à échapper à toute catégorisation –, soit avec les dénominations et classements anglophones. Le cas de Johannesburg est exemplaire : dans les banlieues de cette ville se produit une espèce de phénomène inverse de Bidonville car c’est à partir d’une catégorie administrative déjà ratifiée – les townships – et d’une localisation géographique – South West – que prend origine depuis 1976 le toponyme Soweto (acronyme de « southwestern townships ») (Bonnet 1994 : 179).

51Dans l’ouvrage classique de Pierre Vennetier sur Les villes d’Afrique tropicale, la seule occurrence de bidonville que nous avons repérée est contenue dans la légende d’une photographie montrant le quartier de Pikine à Dakar, loti au cours des années 1950 « pour accueillir les “déguerpis” des “bidonvilles” intra-urbains » (Vennetier [1976] 1991 : 87). Xavier Crépin remarque pour autant qu’en Afrique « le bidonville, occupation précaire avec des matériaux de récupération, phénomène marginal au départ, a eu tendance dans les trente dernières années à devenir le modèle dominant du développement des villes » (Crépin 1993 : 77). Signalons enfin, à titre d’exemple, que dans Le Guide du Routard, Afrique noire (1994/95 : 41), bien que l’expression bidonville n’apparaisse pas ailleurs, dans la rubrique de conseils et renseignements de voyage le lecteur est averti « qu’il n’y a guère de problèmes pour dormir dehors, à part évidemment à proximité des bidonvilles ».

52Un récent rapport rédigé en anglais par UN-Habitat (2003 : 30) permet de faire un distinguo de principe. Un encadré spécialement consacré à « The words that describe the slums » indique que « The delimitation of what the word “slum” covers is even more complex when one considers the variety of word it has generated in other languages ». Avant de proposer une liste des mots utilisés en français, espagnol, arabe, russe, portugais, anglais américain et « autres langues », une spécification rappelle que « the words which describe the slums also incorporate other specific realities, such as in French the bidonvilles, describing precarious setdements made out of iron sheets and tins (bidons) ». Si l’on renverse le propos de cette formulation, d’après ces experts des Nations unies, le terme bidonville ne recouvre qu’une partie de l’habitat précaire urbain dans le monde, celui qui renvoie à ses origines sémantiques : le fer, la tôle ondulée, le bidon... Cela ferait déroger de la sorte à l’usage uniformisant et universel, voire normalisateur, du mot.

53Le débat sur la fonction sociale du bidonville et sur l’opportunité scientifique d’adopter une telle dénomination n’est pas, on l’a vu, tout à fait récent. Bidonville – le mot et ce qu’il désigne – est chargé depuis l’origine d’une signification sociologique et politique très dense, lourde de conséquences. Son sens évolue en fonction des faits – l’urbanisation agressive et la prolétarisation – , mais aussi des enquêtes, des recensements, des diagnostics – , des représentations et les idéologiques sousjacentes à la prise de décision.

L’espace destiné à la disparition et les permanences aléatoires de la stigmatisation

54Les méthodes de « lutte dite “antibidonville” », pour reprendre une expression employée par Monique Hervo et Marie-Ange Charras, à propos du contexte français du début des années 1970 (1971 : 403), sont différentes et même opposées, ainsi que l’est la signification sociologique qu’on prête aux bidonvilles. Diverses stratégies évoluent au gré des politiques urbaines et des contextes locaux, ou selon les préconisations de la Banque mondiale, ou les orientations des agences onusiennes, voire d’ong internationales – ce qui a été plutôt le cas ces dernières décennies (Osmont 1995). Ces actions se mettent en oeuvre, s’estompent ou se contredisent (Signoles et al. 1999). Des politiques sournoises de « laisser-faire » peuvent vite basculer dans l’action radicale des bulldozers, la stratégie primaire de « contrôle » peut s’engager dans une véritable politique de regroupement des sites. Séparation, cantonnement, ségrégation, ghettoïsation, apartheid, exclusion rempliront alors, avec toutes leurs sonorités, « l’espace de débat » sur le sort du bidonville. Le regroupement des bidonvilles peut mener également à leur déplacement à l’aune, par exemple, de l’extension progressive des périmètres municipaux (voir à ce propos Topalov 2002).

55Le choix politique de l’« amélioration » signifie, quant à lui, une espèce de reconnaissance de légitimité – quoique transitoire – des bidonvilles : l’amélioration comporte leur viabilisation, l’installation de quelques fontaines ou points d’eau, des latrines, voire l’électrification, le ramassage des ordures, la présence d’un poste sanitaire et de police, l’installation d’infrastructures et d’équipements comme les égouts et des lieux de culte. Cette méthode est connue sous l’appellation de up-grading dans le jargon de la Banque mondiale (Balbo 1992).

56D’un autre côté, l’action radicale n’aura pas à craindre l’invention de mots appropriés, incorporés ou élaborés dans le langage administratif et urbanistique pour se mettre à l’oeuvre : arasement, démolition, éradication, « déguerpissement » (Sénégal), « dégourbification », « résorption », débidonvillisation. Ce lexique aura le privilège d’entrer dans les dictionnaires, quand il n’y apparaissait pas auparavant. Mais la voie qui conduit de la résorption au recasement peut se révéler tortueuse. Dans les villes en développement, le recasement via l’autoconstruction (assistée par l’administration locale ou par des experts des organismes internationaux et des ong) peut s’inscrire dans des projets dits de sites & services – dont l’origine remonte à la « trame sanitaire » d’Écochard (1951). En France, le passage « du bidonville aux hlm » (Lallaoui 1993) a signifié pour les populations concernées plusieurs années d’attente dans les « cités de transit » (1960), ou les « cités d’urgence » (1973), voire des foyers. Un tract de la Ligue du coin de terre et du foyer diffusé en 1958 mettait en garde contre l’assimilation des jardins ouvriers à un bidonville, défini comme une « sorte de degré zéro, misérable et non équipé, du lotissement pavillonnaire » (cité par Weber 1998). D’autres expressions comme Maroc, «appellationlation générique des lotissements pauvres » (Fourcaut 2000 : 150), sont signalées en région parisienne (Champigny) vers le milieu des années 1950 (Wender 2001 : 47). Ainsi, dans ces cas, la stigmatisation dont est chargé le bidonville se transpose, par métonymie (c’est-à-dire le contenant pour le contenu), et donc par le transfert de ses anciens habitats, même aux logements transitoires, ou « logements tiroirs » dans lesquels ces populations seront hébergées, de manière dite non permanente, sur leur voie « d’accès à la ville et à la citoyenneté ». Néanmoins, les formes qu’empruntent ces lieux de transit, qui accueillent également « les sinistrés » de l’après-guerre, sont susceptibles elles-mêmes de renvoyer au paysage du bidonville : « On appelait ces habitations des “igloos”. Le temps s’est installé. Des jardinets, des barrières, des baraquements et même des rues ont eu raison de l’urgence. Un embryon de ville a jailli. Ces “igloos” rassemblaient à de gros bidons ensevelis à moitié et couchés sur le côté. Peut-être trouvons-nous ici l’origine du mot “bidonville”. » (Lallaoui 1993 : 18)

Géographie émotionnelle et rationalité des récits du paradigme bidonville

57Nous l’avons déjà évoqué, il y eut dès les années 1930 un débat sociologique et politique et de nombreuses polémiques sur le bidonville. Pour les uns, il peut être appréhendé comme le lieu de la marginalité, du danger social et politique de la ville : les « révoltes des bidonvilles » ont hanté les autorités coloniales et préoccupé les États indépendants. Au moment où s’effectue le passage du bidonville maghrébin au bidonville métropolitain, la métaphore des « ceintures rouges », spectre des banlieues françaises, fut simultanément utilisée pour désigner les marges tentaculaires des grandes villes d’Afrique du Nord. Le « danger » des bidonvilles, « foyer de terrorisme » (De La Varde 1955 : 46), devient de la sorte un thème habituel du discours ordinaire dans la société coloniale, à la veille de la guerre d’Algérie et des indépendances du Maroc et de la Tunisie. Dans les analyses marxistes ou marxiennes sur la colonisation française en Afrique du Nord dans les années 1970, le discours sera souvent focalisé sur la gestion capitaliste du bidonville, en tant qu’il serait le lieu de «reproductiontion d’une force de travail » indigène stable au service de l’entreprise industrielle, souvent désignée comme impérialiste (Benzakour 1978 : 95). Le bidonville maghrébin est assez souvent le bassin de recrutement de la main-d’oeuvre prolétaire à des salaires risibles.

58Il convient de rappeler que dans l’entre-deux-guerres et après 1945 de nombreuses enquêtes sur les bidonvilles furent menées en Afrique du Nord par des administrateurs français, souvent en collaboration avec des médecins hygiénistes et des universitaires, en vue de l’obtention de leurs diplômes de l’éna, du cheam ou de l’Institut d’urbanisme (Ratier 1949 ; Manneville 1950 ; Mas 1950). Elles fournissent des statistiques sur les médinas « ruralisées » et les bidonvilles « sous-prolétaires ». Les tableaux sont utilisés pour illustrer les conditions sanitaires et sociales de l’ensemble des « populations des taudis et bidonvilles », ou bien pour les comparer l’une à l’autre. On pourra de la sorte affirmer que la tuberculose sévit moins en bidonville que dans les centres anciens (Stambouli 1977 ; Adam 1968) ; que les conditions d’ensoleillement, de l’air et la présence d’espaces libres constituent un cadre de vie moins nuisible que celui des taudis sordides des médinas surpeuplées ; on évaluera que les taux de chômage dans les bidonvilles sont moins sensibles que dans les espaces dégradés de la ville ancienne.

  • 17 Cité dans Belhadj 1993 : 24

59Des sociologues signalent que « certains travaux sur les bidonvilles qualifient trop hâtivement ces populations de marginales » (Stambouli 1977 : 249). Ces derniers insisteront sur le fait que la vie en bidonville – pour mieux dire la transition par le bidonville – est à considérer comme une espèce de passage obligé, une adaptation des modèles d’habitat rural à la métropole. Il s’agit d’une « étape de l’acculturation au monde urbain » (Pétonnet 1982 ; voir 1972)17, un stade sur la voie d’accès à l’urbanité et à la citadinité, un instrument d’acculturation douce (Pétonnet 1985 : 52). Une telle orientation peut d’ailleurs être soutenue par les tenants d’une vision progressiste et de type culturaliste, voire, à l’opposé pour justifier la permanence des bidonvilles dans leur fonction d’espaces de cantonnement de groupes sociaux reconnus comme mal adaptés et nuisibles à la « norme sociale » de vie urbaine.

60Les raisons qui mènent par exemple les populations algériennes arrivées en France après 1962 « à trouver refuge à l’intérieur de bidonvilles » comme ceux de Nanterre (qui s’étaient constitués dans les années 1950) « se conjuguent souvent avec le souci de trouver dans ce type de regroupement “spontané et inhérent à l’action humaine” [Pétonnet 1982 : 64] une solidarité et un univers familier composé d’interconnaissances permettant de maintenir un équilibre interne et d’éviter une rupture trop brutale avec la société d’origine » (Belhadj 1993 : 26). Encore une fois nous nous retrouvons face au leitmotiv du « spontané » : « c’est ainsi – comme le remarque Marnia Belhadj – que Colette Pétonnet qualifiait ce type d’habitat dans la mesure où leur conception est perçue comme étant exclusivement le fait des individus et non de la rationalité administrative » (ibid.).

61Par ailleurs, l’analyse de la stratification sociale montre qu’« il y a aussi des riches en bidonville » (Écochard 1955 : 27). À Alger, Jaques Berque (1958 : 35) repère un « bidonville chic ». Les spécialistes français souligneront encore que « les pires bidonvilles » d’Amérique latine sont pourvus de branchements électriques, d’antennes de télévision (Guglielmo 1996 : 121), voire d’antennes paraboliques !

62Le débat social et politique sur l’objet bidonville est loin, encore aujourd’hui, de s’estomper.

Bidonville à la Une

  • 18 Le Dictionnaire des mots nouveaux de P. Gilbert (1971) souligne explicitement que « la presse a rép (...)

63La presse a constitué un vecteur privilégié de la diffusion du mot18. Les références à la presse de la période 1920-1930 reviennent d’ailleurs continuellement, comme on l’a vu chez les divers auteurs cités plus haut, à attester et isoler le « degré zéro » de bidonville : le temps et le lieu de sa première occurrence écrite. Ces références sont activées afin d’en justifier la paternité géographique entre les villes du Maghreb. Plus tard, d’autres auteurs vont souligner que si en région parisienne (à Saint-Denis) « les îlots des baraquements auto-construits [seront] appelé [s] “bidonvilles” à partir de la fin des années 1950 » (David 2002), c’est que la presse a vraisemblablement contribué à la diffusion du mot, car leur présence sous cette appellation y avait été niée jusqu’à l’entrée de la deuxième moitié du siècle (Gastaut 2000).

64Le recours à la presse est d’autre part assez commun dans les dictionnaires généraux. D’après le Trésor de la langue française (1975), c’est à travers les pages du Monde du 9 septembre 1953 que mot bidonville aurait fait son apparition dans la presse française, mais avec une attestation concernant le Maroc. Avec cette dernière, les références géographiques les plus usitées par les dictionnaires concernent plusieurs villes de la région parisienne et Marseille, ainsi que des villes européennes comme Barcelone, Naples, Lisbonne ou Athènes. Toujours dans le Trésor (1975), la citation qui illustre le contexte et le sens d’usage est : « Dans les bidonvilles de Barcelone des familles s’entassent à dix par pièce », tirée du Monde du 17 juillet 1958. Plus récemment, en signifiant la prise en compte de l’usage encore plus extensif et englobant du mot, les dictionnaires vont évoquer « Les bidonvilles de Rio » avec le renvoi explicite (=>) à l’entrée favela (Petit Robert 1996).

65Dans le Dictionnaire des mots contemporains (Robert 1980), parmi d’autres, c’est une longue citation de La Croix du 1er octobre 1970 qui est sélectionnée pour indiquer l’apparition du dérivé « bidonvillien ».

66De nos jours, le mot bidonville continue d’être assez courant dans l’usage journalistique français. Les références les plus communes relèvent géographiquement d’un grand nombre de villes du Sud de la planète : Bombay, Calcutta, Jakarta, Mexico, Le Caire, Rangoon, Lagos, Kampala, Port-au-Prince, Bogota... Il ne manque pas d’ailleurs de chroniques consacrées aux bidonvilles qui résistent dans certaines villes européennes : « Le Portugal éradique ses bidonvilles » est le titre du reportage d’Emmanuel Vaillant, envoyé spécial du Monde diplomatique (janvier 2000). « Battaglia per la bidonville » (Bataille pour le bidonville), tel est le titre d’un article de Concita Sannino paru dans La Repubblica (20 janvier 1994), rapportant des troubles éclatés à Herculanum suite « au déguerpissement des baraquements ».

  • 19 Par exemple : Pérouse 1993 : 5 ; Guglielmo 1996 : 118-152.

67Les géographes font d’ailleurs un large emprunt à ces références dans leurs ouvrages pédagogiques ou de vulgarisation19. Ainsi, langage journalistique et langage savant interfèrent, et ne font que décliner – en l’amplifiant – le paradigme sémantique du mot et de la chose. Les registres adoptés par la presse dans les références au bidonville relèvent de plusieurs ordres : la spectacularisation, la catastrophe, le drame, l’objectivation, la dénonciation de la stigmatisation... Le plus souvent, c’est toutefois par la spectacularisation et par le drame que le phénomène des bidonvilles est objet de chroniques et d’analyses. C’est le drame des réfugiés de guerre ou de famine au sein des campements de Gaza, Khartoum et d’autres villes africaines ou asiatiques, assimilés aux bidonvilles, ou désignés sous ce nom. La catastrophe constitue fréquemment l’occasion de parler des bidonvilles dans les journaux.

68Le lexique journalistique et le support médiatique de la presse peuvent également, mais bien plus rarement, représenter des vecteurs d’euphémisation du paradigme stigmatisant des bidonvilles. C’est le cas, à Bombay, de « Dharavi, le plus grand bidonville d’Asie », lequel est à plusieurs reprises objet d’intérêt dans la presse française, en automne 2004, du fait qu’il serait susceptible de procurer « des leçons de survie » : « Ils sont un million à s’entasser dans cette zone déshéritée de Bombay. Les gens de Dharavi sont pauvres, dignes et industrieux. » (Shamrma 2004)

69Mais, fatalement ( ?), le retour aux origines s’impose. Ce sont encore les bidonvilles casablancais qui auront le privilège de la une dans la presse mondiale au lendemain des « attentats suicides » de mai 2003. Un article de Fahd Iraqui, paru dans Le Journal hebdomadaire et reporté par Courrier international, (n° 658, juin 2003), n’est pas sans rappeler les descriptions rebutantes de ce fameux Bidonville des années 1930, à proximité du Bousbir, ou celles du bidonville d’Alger (Iraqui 2003).

  • 20 Aechimmann & Natan, Libération, 29 octobre 2004.

70« Misère et djihad au Maroc » seront encore à la Une, cette fois-ci, du Monde diplomatique, en novembre 2004 : « C’est dans les espaces délaissés par l’État, dans la misère des bidonvilles que, chaque jour, se fabriquent les conditions d’une révolte désespérée » (tel est l’en-tête de l’article de Selma Belaala). On dirait que rien n’a changé. La sémantique de la « révolte désespérée des bidonvilles » révèle et atteste un registre que nous avons déjà rencontré, exactement cinquante ans auparavant, au moment de l’indépendance, quand, à « mourir pour mourir », les habitants des Carrières centrales « préféreront mourir sous le plomb de la force publique que mourir de misère et de mépris » (Clément 1982-83 : 27). Si l’espace du bidonville, renversant alors le stigmate du lieu de la révolte, pouvait être identifié, tant au Maghreb qu’en France, au « berceau du nationalisme » – « le 5 juillet 1962, à l’indépendance enfin obtenue, une explosion de joie secoue le bidonville [de Nanterre]20 » – , que lui reste-t-il aujourd’hui ?

71Les dénominations courantes d’un célèbre bidonville comme Chichane, c’est-à-dire « Tchétchénie », ou celle d’un quartier appelé Zbalat Miricane, « la décharge ou l’ordure américaine », témoignent du renversement de la stigmatisation de la part des habitants – comme on l’a vu pour Constantine, dans les cas de New York et Chicago, signalé par Moussaoui (1999). Ces noms deviennent de la sorte l’emblème de la naissance d’une « nouvelle banlieue chaude » (Iraqui 2003), aux marges de Casablanca, dont la sémantique marque à la fois la dangerosité autoproclamée de ses espaces, tout en attestant le soutien à la résistance islamique en Asie centrale et le mépris de l’Amérique.

72« Les damnés de la ville. En 2020, deux milliards d’humains vivront dans des bidonvilles : c’est le constat alarmant dressé au Forum mondial urbain de Barcelone » lisait-on à la Une de Libération le 16 septembre 2004.

Bidonville@net : espace virtuel, espace d’euphémisation

73Bidonville désigne toujours dans l’usage courant et scientifique français un type d’habitat urbain, spontané, précaire. Il renvoie à la représentation d’un espace marginal et réprouvé, misérable et dangereux, métaphore de l’insécurité du monde urbain d’aujourd’hui. Il reste marqué le plus souvent par l’empreinte de ses stigmates, même après sa disparition, que ce soit dans la mémoire du lieu, ou dans les traces et les blessures que les habitants gardent avec eux (mémoire de l’espace vécu), sans pouvoir s’en réhabiliter, et qui éventuellement seront transmises à leurs nouveaux espaces d’habitat. Paradigme refoulé de la ville du XXe siècle, il s’apprête – semble-t-il – à devenir le paradigme dominant de la ville du XXIe.

FIG. 2. 1re page de Libération, 16 septembre 2004. ©Libération, 11 rue Béranger, Paris

  • 21 Et qui mériterait une exploration plus approfondie que nous n’avons pu conduire ici.

74Néanmoins, le mot a commencé à être employé dans d’autres contextes et avec d’autres significations. Les résultats de l’investigation « indiciaire » que nous avons menée sur le Web, à différents moments, entre juin 1999 et décembre 200421, permettent de montrer qu’il est actuellement l’objet d’une action réformatrice – accidentelle ou volontaire – qui prend corps dans un contexte d’usage qui est devenu universel : Internet. Elle représente et rend virtuellement opératoire à l’entrée du XXIe siècle une déclinaison ultérieure – cette fois-ci positive et euphémique – du paradigme bidonville.

  • 22 « Sarkozy expulse les Roms de leur bidonville. Le camp de fortune de Choisy-le-Roi (Valde-Marne) a (...)
  • 23 « Antibes : le bidonville Muratori détruit » (article du 21 avril 2004) sur http://www.pcfvsa.org/b (...)

75La première recherche, effectuée en langue italienne à travers le moteur de recherche Altavista le 1er juin 1999, a permis d’identifier 759 sites ou entrées se rapportant à (ou aux) bidonville(s). La dernière recherche, toutes langues confondues, du 10 décembre 2004, conduite à travers le moteur Google, présente le résultat surprenant de 52 300 références ! L’amplification du nombre d’entrées sur le Web ne change pourtant pas les principes et les déterminations du répertoire sémantique déjà identifié en 1999. L’amplification ne fait qu’étayer et consolider une sorte de réhabilitation virtuelle du mot. Différents domaines, les plus variés, sont associés au mot bidonville de deux manières. Ou bien on évoque un bidonville, ou les bidonvilles dans leur réalité, objectivée ou en projet au sein de sites officiels de l’institution, comme au Maroc, dans les travaux des chercheurs en sciences sociales (des géographes aux anthropologues et aux urbanistes), dans les sites ou projets de cabinets d’études, d’association non gouvernementales, ou dans les cv d’experts, voire encore des articles de presse évoquant tout autant la présence actuelle de bidonvilles en France (Lyon, Marseille, Val-de-Marne22, Nîmes ou Antibes23), que celle de bidonvilles algériens, expression de contrepouvoir. Ou bien on réfère plutôt à la sphère sémantique et idéelle du bidonville ou de son monde et qui apparaît notamment dans le contexte ou l’expression de type artistique. Ce monde, associé à celui des milieux associatifs écologistes, alternatifs voire altermondialistes, constitue les principaux vecteurs d’euphémisation de la sémantique bidonvilloise. Et même certains sites liés à la thématique résorption ou réhabilitation des bidonvilles, liée à l’action de solidarité des ong et à l’idée du développement participatif et/ou durable, peut en représenter un deuxième vecteur, lui-même relié au premier.

76Dans le monde de l’expression artistique, c’est la musique, le cinéma, la photographie, la danse, le théâtre, la peinture et la sculpture qui font la part belle à l’entrée bidonville – que celle-ci réfère expressément ou non à la réalité du topos. Elle peut également émerger au sein de références à la photographie, à la littérature de voyage, aux revues alternatives, à des périodiques et des quotidiens, aux jeux et quiz. En 1999, notamment, dans le domaine musical figuraient de nombreuses récurrences de la page Web « MP3.com », qui était à l’époque un site très réputé et utilisé pour le téléchargement de fichiers musicaux... Si la musique est toujours présente, dans les recherches effectuées en 2003 et 2004, ce sont les sites consacrés à Claude Nougaro qui en sont la vedette, référant directement à une de ses vieilles chansons : Bidonville.

Regarde-la ma ville
Elle s’appelle Bidon
Bidon, Bidon, Bidonville
Vivre là-dedans, c’est coton
Les filles qui ont la peau douce
La vendent pour manger
Dans les chambres l’herbe pousse
Pour y dormir faut se pousser
Les gosses jouent, mais le ballon
C’est une boîte de sardines, Bidon
(Claude Nougaro 1966)

FIG. 3. Le Grand Bwa-Vlopé (1998), de Serge Hélénon. Image dans son contexte original, sur la page www.dapper.com.fr/.../expositions/2002_03.htm

77D’autres euphémisations sont plus particulièrement liées à l’univers de la peinture et à la sculpture. Ainsi, le Web est en mesure de proposer des oeuvres d’art désignées comme « expression-bidonville », telle une sculpture, le Grand Bwa-Vlopé (1998) de l’artiste martiniquais Serge Hélénon, présentée lors d’une exposition sur l’art métis afroaméricain au musée Dapper à Cagnes-sur-Mer, intitulée « Les Bois sacrés d’Hélénon ».

78Même l’objectivation du bidonville et la mise en perspective d’une action pour en améliorer les conditions de vie participent du changement de sens. Dans cette perspective apparaissent des univers comme la coopération et l’« aide au développement », la santé, la recherche scientifique et l’expertise dans le pvd, les milieux associatifs de matrice écologiste, les associations engagées dans les actions de respect des droits de l’homme, ou sur les terrains des droits des migrants, des « sans-papiers », des femmes et des enfants en milieu bidonvillois. Plusieurs associations présentent des sites invitant à parrainer des enfants, une école ou un micro-projet dans les bidonvilles, comme à Haïti « Cité-Soleil », au nom si lumineux, ou plus généralement en Inde, en Afrique, au Brésil...

FIG. 4. La Cité-Soleil et le parrainage d’enfants haïtiens

79L’espace virtuel du mot bidonville semble référer dans ces contextes à l’idée de la diversité culturelle de la planète et de la richesse d’invention des populations. La tendance à l’euphémisation du mot bidonville est assez présente dans l’usage italien, mais elle est susceptible de se diffuser. Le site de Bidonville (www.bidonville.com) – une association écologiste de Naples qui anime depuis le milieu des années 1990 plusieurs initiatives (récupération et recyclage d’objets, marchés aux puces, expositions · « Fiera del baratto », « Operazione Ri-Ciclo » (pédaler dans la ville), « Recycle-Art ») – apparaît, le 25 novembre 2004, en première position (sur plus de 18 000 résultats) sur le moteur de recherche Google, si l’on recherche bidonville sur tout le Web, dans toutes les langues européennes disponibles, y compris le français. À remarquer que la seule langue de recherche dans laquelle l’association italienne Bidonville n’apparaissait pas en en tête de liste était le français, seulement une année auparavant.

FIG. 5. L’association napolitaine Bidonville et les affiches de « La fiera del baratto ». www. bidonville, org/bidonville/bidonville, htm

80Parmi des références particulières de la « nouvelle vague », on remarque de nombreux sites concernant Karyan Ben M’sik à Casablanca, d’autres qui réfèrent à Mère Teresa, prix Nobel de la paix, une photo montrant le Pape Jean-Paul II dans un bidonville, une nouvelle formule d’action collective protestataire que nous avons retrouvée mise en scène à Londres et à Montréal, consistant à « créer un bidonville » devant le siège d’une institution officielle, pour revendiquer le droit d’asile, ou « le respect du droit au logement », et enfin, le sitewww.unesco.org/most!

FIG. 6 : Manifestation à Montréal

81Que soient ici remerciés pour leurs divers apports à l’élaboration de ce texte, les conseils, les discussions fécondes et les documents qu’ils ont bien voulu me transmettre, Maxime Del Fiol, Arnaud Delojfre, Jean-Marie Miossec, Pierre Signoles, Christian Topalov et Carlo Cattedra.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abdelkafi, Jalal. 1991. « Du bidonville à l’habitat officiel », in C. et Y. Lacoste (dir.), L’Etat du Maghreb. Paris, La Découverte : 192-194.

Adam, André. 1949-1950. « Le bidonville de Ben M’sik à Casablanca ». Annales de l’Institut d’études orientales de la Faculté des Lettres d’Alger, vol. VIII : 61-199.

1950a. « La population marocaine de l’Ancienne Médina de Casablanca », BESM, 45-46 : 183-185.

1950b, « La prolétarisation de l’habitat dans l’ancienne Médina de Casablanca », BESM, 45 : 247-255 ; 46 : 44-50.

— 1968. Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident. Paris, cnrs, 2 vols.

Agier, Michel. 1999. L’invention de la ville. Banlieues, townships, invasions etfavelas. Amsterdam, οpa-Éditions des archives contemporaines.

Ameur, Mohamed. 1988. « Le logement des pauvres à Fès : processus de production et tendances de l’évolution », Revue Tiers Monde, t. XXIX, 116, octobre-décembre : 1171-1181.

— 1998. « Le déguerpissemnt des bidonvilles à Fès : un aménagement qui produit son négatif », Les Cahiers d’Urbama, 14 : 23-36.

Arrif, Abdelmajid. 1999. « Les compétences citadines à l’épreuve de l’exclusion. L’exemple du Bidonville de Ben Msik à Casablanca (Maroc) », in P. Signoles, G. El Kadi & R. Sidi Boumedine (éds), Politiques, instruments et acteurs. L’urbain dans le monde arabe. Paris, cnrs : 224-239.

— 2001. Le passage précaire du bidonville au lotissement. Anthropologie appliquée d’une mutation résidentielle. Le cas de Hay Moulay Rachid à Casablanca. Thèse de doctorat nouveau régime, Université d’Aix-Marseille I (sous la direction de B. Etienne).

Bairoch, Paul. 1985. De Jericho à Mexico. Villes et économie dans l’histoire. Paris, Gallimard.

Balandier, Georges. [1955] 1985. Sociologie des Brazzavilles noires. Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques.

Balbo, Marcello. 1992. Povera grande città. L’urbanizzazione nel Terzo Mondo. Milan, Angeli.

Bataillon, Claude & Jacques Gilard (éds). 1998. La grande ville en Amérique latine. Paris, cnrs.

Belhadj, Marnia. 1993. Une révolution tranquille. Stratégies professionnelles et dynamique familiale d’un groupe de femmes françaises d’origine algérienne. Thèse de doctorat en sociologie, Paris, ehess.

Benzakour, Saad. 1978. Essai sur la politique urbaine au Maroc, 1912-1975. Casablanca, Éditions Maghrébines.

— 1982, « Casablanca ou le mythe urbain », in Actes du Colloque de Casablanca. Casablanca, Faculté des Lettres et des Sciences humaines I : 39-73.

Berque, Jacques. 1958. « Médinas, villeneuves et bidonvilles », Les Cahiers de Tunisie, 1er et 2e trimestre, t. VI, 21-22 : 5-42.

— 1961. « Préface », in Robert Descloitres et al., L’Algérie des bidonvilles. Le Tiers Monde dans la cité. Paris, Éditions Mouton : 7-9.

— 1978. Le Maghreb entre deux guerres. Paris, Seuil, 2e édition (1re éd. 1962).

Bon, M. 1939. Rapport général sur l’assainissement de la Ville de Casablanca.

Bidonvilles et derbs, exercice 1938-39. Casablanca, Secrétariat général du Protectorat.

Bonnet, Jacques. 1994, Les grandes métropoles mondiales. Paris, Nathan.

Bret, Bernard. 1968. Contribution à l’étude de l’habitat provisoire dans la banlieue parisienne : les bidonvilles de Nanterre. Maîtrise de géographie, Paris, Sorbonne (sous la direction de P. George).

Brun, Françoise. 1964. « Un bidonville de gitans rapatriés : la Campagne Fenouil », Méditerranée, juillet-septembre, année 5, 3 : 243-255.

Cannat, Noël. 1985. Sous les bidons la ville..., de Manille à Mexico à travers les bidonvilles de l’espoir. Paris, L’Harmattan.

Cattedra, Raffaele. 1990. « Nascita e primi sviluppi di una città coloniale : Casablanca 1907-1930 », Storia Urbana, 53, octobredécembre :127-180.

— 1998. (En collaboration avec H. Bennani), « De la ville indigène au centre historique, ou la réinvention d’une médina à Casablanca », in J. Dakhlia (textes rassemblés par), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit. Paris, Actes Sud, Sindbad : 322-352.

Cattedra, Raffaele & Rosario Sommella. 1994. « La città del Terzo Mondo », in E. Turri (éd.), La civiltà urbana, III. Coll. « L’uomo sulla terra ». Novara, De Agostini & Banca Popolare di Novara : 216-249 (+ biblio)

Cattedra, Raffaele & Maurizio Memoli (éds). 1995. La città ineguale. Pratiche culturali e organizzazione della marginalità in Africa e in America Latina. Milan, Unicopli.

Cattedra, Raffaele & M’hamed Idrissi-Janati. 2003. Espace du religieux, espace de citadinité, espace de mouvement. Les territoires des mosquées au Maroc, in M. Bennani-Chraïbi et O. Fillleule (éds), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes. Paris, Presses de Sciences Po : 127-175.

Cee. 1984. Royaume du Maroc, Contrat de financement entre la Cee et le royaume du Maroc. Projet : Résorption des bidonvilles de Salé.

Chaline, Claude. 1990. Les villes du monde arabe. Paris, Masson.

Clément, Jean-François. 1982-1983. « Les révoltes urbaines au Maroc », in C. Girard, J.-F. Clément, E. Kinley, J.-L. Piernay, Habitats et cultures. Nancy, École d’architecture de Nancy : 9-49.

Clozier, René. 1945, « Essai sur la Banlieue », La pensée, 4 (repris dans : M. Roncayolo & T. Paquot. 1992. Villes et civilisation urbaine XVIIIe-XXe siècle. Paris, Larousse : 444-453)

Cohen, Jean-Louis & Monique Heleb. 1998, Casablanca. Mythes et figures d’une aventure urbaine. Paris, Hazan.

Coquéry-Vidrovitch, Catherine. 1988. « Villes coloniales et histoire des Africains », Vingtième siècle, pfnsp, 20, octobre (repris dans Roncayolo & Paquot, 1992 : 633-655) Crépin, Xavier. 1993. « Beaux quartiers et bidonvilles », Afrique contemporaine, numéro spécial « Villes d’Afrique », 168, octobre-décembre : 69-81.

David, Cedric. 2002. La résorption des bidonvilles de Saint-Denis. Un noeud dans l’histoire d’une ville et « ses » immigrés (de la fin des années 1950 à la fin des années 1970). Mémoire de maîtrise (résumé par l’auteur in Association Histoire et Mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis, octobre 2003,www.bisonc.univ-parisl.fr/ahmo).

Depaule, Jean.-Charles, 1984. « Territoires de l’urbain et pratiques de l’espace », in J. Métral & G. Mutin (éds), Politiques urbaines dans le monde arabe. Lyon, Maison de l’Orient/CNRS : 485-88.

Depaule, Jean-Charles & Christian Topalov. 1996. « La ville à travers ses mots », Enquête, 4.

Descloitres, Robert, avec Jean-Claude Reverdy, & Claudine Descloitres. 1961. L’Algérie des bidonvilles. Le Tiers Monde dans la cité. Paris, Éditions Mouton.

Dresch, Jean, 1950. « Villes d’Afrique occidentale », Cahiers d’Outre-Mer, 11, juillet-septembre : 200-230.

Écochard, Michel. 1951, « Problèmes d’urbanisme au Maroc », Bulletin économique et social du Maroc, 52 : 3-10.

— s. d. [1955 ?]. Casablanca. Le roman d’une ville. Paris, Éditions de Paris.

— 1984. « L’urbaniste et le pouvoir », in : J. Métral & G. Mutin (éds), Politiques urbaines dans le monde arabe. Lyon, Maison de l’Orient/cnrs : 53-57.

El Kadi, Galila. 1987. L’habitat spontané au Caire. Tours, Urbama.

— 1990, « La cité des mort au Caire », Maghreb-Machrek, 127, janviermars : 134-153.

Escallier, Robert. 1981, Citadins et espace urbain au Maroc. Tours, Urbama, 2 t.

Farkhani, Omar & Raffaele Cattedra. 1997. Résorption des bidonvilles de Salé – Extension Ard Ben Acher. Rapport d’évaluation. Commission de l’Union européenne, Délégation de Rabat, cept.

Flandrin, Marcelin. 1956. Casablanaca de 1889 à nos jours. Photographies de comparaison prises du même point de vue, Casablanca

Fourcaut, Annie. 2000. La banlieue en morceaux. La crise des lotissements défectueux en France dans l’entre-deux-guerres. Grâne, Créaphis.

Gastaut, Yves. 2000. « Visites au bidonville : habitat des migrants primoarrivants (1955-75) », in C. Lévy-Vroleant, Logements de passage. Formes, normes, expériences. Paris, L’Harmattan.

George, Pierre, 1961 [1964]. Précis de géographie urbaine. Paris, puf.

— 1964. Géographie de l’Italie. Paris, puf, coll. « Que sais-je ? »(2e édition 1973).

Girardière, M. 1939. « La lutte contre les bidonvilles ». Centre de préparation du brevet des hautes études d’administration musulmane, archives du Cheam, dactylographié.

Granotier, Bernard. 1980. La planète des bidonvilles. Perspectives de l’explosion urbaine dans le Tiers Monde. Paris, Seuil.

Guglielmo, Raymond. 1996. Les grandes métropoles dans le monde. Paris, Armand Colin.

Le Guide du Routard, Afrique Noire, 1994/95. Paris, Hachette.

Hervo, Monique & Marie-Ange Charras. 1971. Bidonvilles, l’enlisement. Paris, Maspero.

Idrissi Janati, M’hammed. 2003. « Les images identitaires à Fès : divisions de la société, divisions de la ville », in C. Topalov (éd.), Les divisions de la ville. Paris, Éditions de l’unesco – Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Iraqi, Fadh. 2003. « À Sidi Moumen, d’où viennent les kamikazes », Le Journal hebdomadaire (in Courrier international, 658, 12-15 juin).

Janon, René. 1936. Hommes de peine et filles de joie. Alger, Chariot.

Lacoste, Yves. 1968. « Bidonville », in Encyclopaedia Universalis, Paris (réédition 1980. Vol. 3 : 258-261).

— 1980. « Éditorial. Le colloque de Vincennes », Hérodote, 19, septembreoctobre : 3-12 (numéro monographique : L’habitat sous-intégré).

Ladreit de Lacharrière, Jean. 1932. « L’urbanisme colonial français et ses réalisations au Maroc », Bullettin du Comité de l’Afrique française : 158-162.

Lallaoui, Mehdi. 1993. Du bidonville aux HLM. Paris, Syros.

La Varde, Michel de. 1955. Casablanca. Ville d’émeutes. Givors, André Martel.

Lavaud, Alain. 2002. Casablanca. Années 20. Salé. Éditions La croisée des chemins.

Leenheer, M. de. 1981. « L’“habitat precario” à Marrakech en nella sua zona periferica », in Mario Cataudella & Maria giovanna Riitano (éds), Decolonizzazione e spazio urbano. Il caso del Maghreb. Milan, Angeli ; 150-162 (traduction partielle de M. Leenheer, « L’habitat précaire à Marrakech », Revue de géographie du Maroc, 17 : 43-50).

Lehzam, A. 1982. Structuration et dynamique de l’espace urbain au Maroc. Devenir d’un espace bidonvillois. Thèse de3e cycle, Faculté d’économie, Université de Saint-Etienne

Liauzu, Claude. 1976. « Un aspect de la crise en Tunisie : la naissance des bidonvilles », Revue française d’histoire d’outre-mer, 232-233, t. LXIII : 607-621.

Lourde, A. 1984. « Le service public de l’urbanisme au Maroc 1900-1975 », in : Collectif, Histoire des grands services publics au Maroc de 1990 à 1975. Toulouse, Presse de l’Institut d’études politiques de Toulouse : 105-135.

Lussault, Michel. 1998. « Un monde parfait : des dimensions utopiques du projet urbanistique contemporain », in Emmanuel Eveno (éd.), Utopies urbaines. Toulouse, Presses universitaires du Mirail : 150-176

Mac Orlan, Pierre. 1934. « Bousbir », in Rues secrètes. Paris, Gallimard. Rééd. 1989, Paris, Arcéa : 46-65.

Manneville, Roger. 1950. Prolétariat et Bidonvilles, Archives du Centre des hautes études d’administration musulmane (2 fascicules ronéotypés).

Marc, Jean. 1930. « L’oeuvre française au Maroc : Casablanca la nouvelle », L’Exportateur français, 9 octobre.

Marthelot, Pierre. 1970. « Agression démographique et développement urbain : variantes sur le thème villeneuves et médinas », ROMM, numéro spécial : 297-309.

Mas, Pierre. 1950. Les phénomènes d’urbanisation et les bidonvilles du Maroc. Mémoire de l’Institut d’urbanisme de Paris.

— 1954. « Problèmes d’habitat musulman au Maroc », Bulletin économique et social du Maroc, 62 : 201-218.

Mathieu, J. & P.-H. Maury. 1951. La prostitution marocaine surveillée de Casablanca. Le Quartier réservé (Archives de la Direction de la santé publique, inédit, consultable aux archives du cheam à Paris).

Mauclair, Camille. 1938. Les couleurs du Maroc. Paris, Grasset.

Merlin, Pierre & Françoise Choay. 1996. Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement. Paris, puf.

Milbert, Isabelle. 1988. « II – L’évolution des politiques vis-à-vis des bidonvilles », in « Politiques publiques et logement du plus grand nombre en Inde », Revue Tiers Monde, t. XXIX, 116, octobre-décembre, 1988 : 1188-1191 (usage du mot bidonville pour les villes de l’Inde).

Miossec, Jean.-Marie. 1985. « Citadins, néocitadins et organisation spatiale », in Jean-François Troin (dir.), Le Maghreb. Hommes et espaces. Paris, Armand Colin : 256-278.

Montagne, Robert. 1951. Naissance du prolétariat marocain. Enquête collective. Cahiers de l’Afrique et de l’Asie, III, Paris, Peyronnet.

Moussaoui, Abderrahmane. 1998. « La mosquée en Algérie : religion, politique et ordres urbains », in J. Dakhlia (textes rassemblés par), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit. Paris, Actes Sud, Sindbad : 257-295.

— 1999. « Catégories de l’urbain : entre langue administrante et désignations ordinaires », communication au séminaire du programme most – Les mots de la ville, « Nommer et catégoriser les espaces urbains. La stigmatisation urbaine », Paris, Ehess, 25-26 juin 1999.

Nachoui, Mohammed. 1998. « Les bidonvilles et les cités de recasement », in M. Nachoui, Casablanca. Espace et société. Casablanca, Publication de la revue Espace géographique et Société marocaine : 45-50.

Naciri, Mohammed. 1980. « Les formes d’habitat sous-intégré », Hérodote, 19, septembre-octobre : 13-70 (numéro monographique : L’habitat sous-intégré).

Naciri, Yasmina & Michel Porte. 1980. « L’habitat mirage des petits bidonvillois de Casablanca. Vivre dans un bidonville, interview de la famille Ahmed Ben Tahar », Hérodote, 19 : 103-107.

Nations Unies. 1977. Enquête sur la situation du logement dans le monde, 1974. New York.

Navez-Bouchanine, Françoise. 1992. « Autour du territoire urbain, la société civile ? », Signes du Présent, numéro spécial : « La société civile au Maroc » : 275-283.

— 1997. « Modèles d’habiter en bidonville », in F. Navez-Bouchanine, Habiter la ville marocaine. Rabat, G. Morin – L’Harmattan : 135-172.

— 2002. Les interventions en bidonville au Maroc. Une évaluation sociale. Rabat, ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement, Secrétariat d’État à l’Habitat, anhi.

Noin, Daniel. 1965. « Les bidonvilles », in D. Noin, Casablanca. (Planches 36a et 36b). Villes. Atlas du Maroc. Rabat, Centre national de la recherche scientifique : 43-44.

Osmont, Annik. 1995. La Banque mondiale et les villes. Du développement à l’ajustement. Paris, Karthala.

Pérouse, Jean-François. 1993. Villes du Tiers Monde. Paris, Hatier.

Pétonnet, Colette. 1972. « Espace, distance et dimension dans une société musulmane », in l’Hormme. Revue française d’anthropologie, XI, 2, juin : 47-84.

— 1982. Espaces habités. Ethnologie des banlieues. Paris, Galilée.

— 1985. On est tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues. Paris, Galilée.

Rabinow, Paul. 1989. French modem : Norms and Formes of the Social Environment. Cambridge, mit Press.

RACHDI, Omar. 1967. « Casa bidons », Lamalif, 13, juillet : 30-33.

RACHIK, Abderrahmane. 1995. Villes et pouvoir au Maroc. Casablanca, Afrique Orient.

— 2002. Casablanca : l’urbanisme de l’urgence. Casablanca (à compte d’auteur).

Ratier, Jean. 1949. Les problèmes du Bidonville des Carrières centrales. Paris, École nationale d’administration (mémoire de stage).

Résidence générale de la république française au Maroc, S. d. (1922). La Renaissance du Maroc 1912-1922. Dix ans de Protectorat. Rabat.

Rivière d’arc, Hélène (dir.). 2001. Nommer les nouveaux territoires urbains. Paris, Éditions unesco – Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Roncayolo, Marcel & Thierry Paquot. 1992. Villes et civilisation urbaine XVIIIe-XXe siècle. Paris, Larousse.

Rouissi, Moncer. 1983. Population et société au Maghreb. Tunis, ceres production, coll. « Horizon maghrébin ».

Royer, Jean. 1928. « Rapport au Congrès international de l’urbanisme aux colonies », Cahiers tropicaux, Paris.

Salem, Gérard. 1984. « Le bidonville dans la ville », dossier « Fragment de vie à Fass paillote », in Bruno Tillette (dir.), Capitales de la couleur. Paris, Autrement (série Monde, 9) : 34-38.

Sannino, Concita. 1994. « Battaglia per la bidonville. Forzato dai camion il sit-in dei baraccati », La Repubblica (édition de Campanie), 20 janvier.

Sayad, Abdelmalek. (avec la collaboration de Éliane Dupuy). 1995. Un Nanterre algérien, terre de bidonville. Paris. Autrement.

Sebag, Paul. 1958. « Le bidonville du Bouger », Cahiers de Tunisie, VI, 23-24 : 267-309.

— 1998. Tunis. Histoire d’une ville. Paris. L’Harmattan.

Shamrma, Kalpana. 2004. « Bombay. Leçon de survie à Dharavi, le plus grand bidonville d’Asie », Courrier international, numéro hors série « Maison. De toi à moi », octobre-décembre : 73-75.

Sieburg, Friedrich. 1938. « Le rôle économique de Casablanca vu par un écrivain allemand », Bulletin économique et social du Maroc, juillet : 205-207.

Signoles, Pierre. 1985. L’espace tunisien : capitale et Etat-Région. Tours, Urbama, 2 t. (Fascicule de Recherches n° 14).

— 1994. « Actualité et centralité des médinas », Maghreb/Machrek, Monde arabe, 143, (numéro special « Monde arabe. Villes, pouvoirs et sociésociétés ») : 155-161.

Signoles, Pierre, Galila El Kadi & Rachid Sidi Boumedine (éds). 1999. Politiques, instruments et acteurs. L’urbain dans le monde arabe. Paris, cnrs.

Stambouli, Fredj. 1977. « Urbanisation difforme et émergence d’une nouvelle société urbaine au Maghreb », Les Temps modernes, 375, octobre : 249-272.

Taraud, Christelle. 1998. « Urbanisme, hygiénisme et prostitution à Casablanca dans les années 1920 », Communication au séminaire afemam, « La ville et ses représentations », Lyon.

— 2003. La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962). Paris, Payot Tavares Correia de Lira, José. 1996. « Mots cachés : les lieux du mocambo à Recife », Genèse, 33, décembre : 77-106 (repris dans cet ouvrage : 165-197).

Topalov, Christian (éd.). 2002. Les divisions de la ville. Paris, Éditions de l’unesco – Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

— 2002. « Conclusions. Langage, société, divisions, urbaines », inTopalov 2002 : 375-449.

UN-Habitat. 2003. Slums of the World : The Face of Urban Poverty in the New Millennium ?, Working Paper, Nairobi.

Vaillant, Emmanuel. 2000. « Liquider les baraques. Le Portugal éradique ses bidonvilles », Le Monde diplomatique, janvier 2000 : 13.

Vaillat, Léandre. 1934. Le périple marocain. Paris, Flammarion.

Vennetier, P. 1991 [1976]. Les villes d’Afrique tropicale. Paris, Masson.

Weber, Florence. 1998. L’Honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du XXe siècle. Paris, Belin.

Wender. Philippe. 2001. Le mouvement Castor en France dans les années cinquante. Construction coopérative de dix pavillons de Castors des Transports parisiens à Champigny-sur-Marne en 1954-55. Mémoire de L’ehess.

Yapi Diahaou, Alphonse. 1984. Bidonvilles d’Abidjan. Origines géo-culturelles et profils socio-économiques de 65 locataires du quartier Zoé Bruno. Petit Bassam, Orstom.

Zghal, Abdelkader & Amel Rassam. 1976. Système urbain et développement au Maghreb. Tunis, Ceres.

Principaux dictionnaires

Dictionnaire des mots nouveaux, par P. Gilbert, Paris, Robert, 1971.

Dictionnaire des mots contemporains, par P. Gilbert, Paris, Robert, 1980.

Dizionario Enciclopedico Italiano Treccani, Rome, 1974 (vol. XIV, supplément).

Grand Larousse encyclopédique, Paris, Librairie Larousse, 1960, vol. II.

Petit Robert, 1981.

Trésor de la Langue française. Dictionnaire de la langue des XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions du cnrs, 1971-1997, vol IV.

Notes

1 Voir à ce propos Lussault 1998 : le paragraphe « L’urbanisme guérisseur ».

2 Yvone Mahé, 1936, L’extension des villes indigènes au Maroc. Thèse de droit, Université de Bordeaux, citée dans Adam 1968.

3 « Mais je crois bien qu’il [bidonville] est né en Afrique du Nord et probablement au Maroc. Je ne serais même pas étonné que ce soit à Casablanca, où il supplanta le mot “gadoueville”, attesté vers 1930 (Mahé 1936, voir note 2), mais qui n’eut pas de succès » (Adam 1968 : 85-86).

4 Fonds de la Résistance tunisienne. Archives diplomatiques de Nantes, 2MI 394, dossier 2, p. 117.

5 Il s’agit d’une référence repérée par nous-même et qui était passée inaperçue dans la littérature sur la question, l’auteur n’y dédiant que quelques mots en décrivant le peuplement «indigène»«indigène» de la ville de Rabat.

6 Ravennes s.d. [1932], cité dans Lavaud 2002 : 77.

7 Sous-commission d’hygiène, 22 janvier 1931, BMO janvier-février 1931, cité dans Cohen & Eleb 1998 : 222, note 82.

8 Bon 1939 : 23-24, cité in Cohen & Eleb 1998 : 222, note 87.

9 Voir à ce propos Navez-Bouchanine 1997 : chap. 5.

10 Gaud & Sicaud 1937 : 96, cité dans Cohen & Eleb 1998 : 222, note 85.

11 On remarquera d’ailleurs que ce genre d’analogies entre Bidonville, cité et capitale avaient été suggérées déjà à propos du premier bidonville de l’histoire (Sieburg 1938, voir plus haut).

12 Ce témoignage est publié dans Lallaoui 1993 : 54-56, sous le titre « Retour à Nanterre ».

13 Je tiens à remercier M. Bernard Bret qui a bien voulu me communiquer aimablement ce document.

14 Cité dans Robert, Dictionnaire des mots contemporains, par P. Gilbert, 1980.

15 « It is worth mentionning that working-class, Méditerranean proletariat and subproletariat Europeans lived in bidonvilles as well as in substandard housing in the old medina » (Rabinow 1989 : 308).

16 « L’assainissement de Casablanca », Le Petit Marocain, quotidien.

17 Cité dans Belhadj 1993 : 24

18 Le Dictionnaire des mots nouveaux de P. Gilbert (1971) souligne explicitement que « la presse a répandu [« bidonville »] dans la métropole ».

19 Par exemple : Pérouse 1993 : 5 ; Guglielmo 1996 : 118-152.

20 Aechimmann & Natan, Libération, 29 octobre 2004.

21 Et qui mériterait une exploration plus approfondie que nous n’avons pu conduire ici.

22 « Sarkozy expulse les Roms de leur bidonville. Le camp de fortune de Choisy-le-Roi (Valde-Marne) a été vidé de ses habitants mardi, comme deux autres lieux où ces familles, roumaines pour la plupart, avaient trouvé refuge. Reportage. Par Ludovic Blecher. » (3 décembre 2002, Liberation.fr – 17 :46)

23 « Antibes : le bidonville Muratori détruit » (article du 21 avril 2004) sur http://www.pcfvsa.org/breve.php3?id_breve=54 (le 10 décembre 2004).

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Bidonville. Carte postale de 1932. Source Cohen & Eleb 1998 :221
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende FIG. 2. 1re page de Libération, 16 septembre 2004. ©Libération, 11 rue Béranger, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende FIG. 3. Le Grand Bwa-Vlopé (1998), de Serge Hélénon. Image dans son contexte original, sur la page www.dapper.com.fr/.../expositions/2002_03.htm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 4. La Cité-Soleil et le parrainage d’enfants haïtiens
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9225/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende FIG. 5. L’association napolitaine Bidonville et les affiches de « La fiera del baratto ». www. bidonville, org/bidonville/bidonville, htm
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9225/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende FIG. 6 : Manifestation à Montréal
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9225/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteur

Géographe et urbaniste, enseigne à l’université Paul Valéry, Montpellier III.raffaele.
cattedra@univ-montp3.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable