Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots de la stigmatisation urbaine

 | 
Jean-Charles Depaule

Cortiços, porões, casebres : où habitent les pauvres ?

(sud du Brésil, fin du xixe siècle)

Sandra Jatahy Pesavento

Texte intégral

Et dans cette terre trempée et fumante, dans cette humidité chaude et boueuse, a commencé à ramper, à grandir, un monde, une chose mauvaise, une génération qui bourgeonnait comme spontanément, là, dans cette boue, et à se multiplier comme des larves dans le fumier.
Aluísio de Azevedo,
[1890] 1981 : 34

1Dans son roman Ο cortiço (« Le Bouge »), publié en 1890, qui a pour décor Rio de Janeiro, Aluísio de Azevedo décrit une communauté bourgeonnant dans la boue, fourmillante de vie. Habitat caractéristique des populations pauvres de la ville au Brésil, décrit dans sa matérialité physique, le cortiço est représenté par cette fiction comme un contexte de vie animale, qui prolifère sans contrôle, et obéit à d’autres règles. Le biais « biologique » de la description de l’auteur, naturaliste, est caractéristique de ce regard qui perçoit le social dans un étroit rapport avec le milieu. C’était un point de vue présent chez les écrivains brésiliens à partir des années 1880, et l’approche littéraire d’Aluísio de Azevedo fait que la fonction du cortiço – abriter les parias de l’urbs – domine toute description. Progressivement, le lecteur se fait une idée de cette profusion de petites habitations rudimentaires et biscornues. Elles « bourgeonnent » sur un terrain dont le propriétaire, un commerçant de Rio de Janeiro, voit dans le lotissement de cette aire urbaine qui lui appartient une nouvelle occasion de s’enrichir.

  • 1 Beco : désignation brésilienne de la rue étroite et courte, parfois sans issue – cul-de-sac où se c (...)
  • 2 Correio do Povo, Porto Alegre, 31 janvier 1897.

2On retrouve le même jugement « organique » d’une vie désordonnée et bruyante dans la description que donnent les journaux des becos1 dans le sud du Brésil : « Dans les becos, le bruit est inscrit dans le sang ; on ne conçoit pas un beco sans bruit2.» Dans une certaine mesure, beco et cortiço se confondent : cet espace entre les constructions d’une rue, ce terrain qui s’ouvre à une succession de petites maisons autour d’une cour, est-ce un habitat ou une voie publique ? Où finit le domaine public et où commence le privé ? La matérialité des formes et le tracé de l’architecture se confondent sur le plan de l’usage. À quel point peut-on parler de vie privée pour les habitants d’un cortiço, ou même d’un beco ? « Public » signifie-t-il un espace appartenant à tout le monde, ou soumis à la tutelle du pouvoir public dont il est la propriété ? Nous savons que le cortiço était construit sur un terrain appartenant à un propriétaire, tandis que – c’était sa dimension « publique » – la municipalité devait, en théorie, superviser et fournir les éléments pour la réalisation de services urbains de base.

FIG. 1. Plan de Porto Alegre de 1888, de João Cândido Jacques. © Mapoteca. Secretaria Municipal de Obras Públicas. Porto Alegre, RS, Brésil

FIG. 2. Plan de Porto Alegre de 1896, de Alexandre Ahrons. © Mapoteca. Secretaria Municipal de Obras Públicas. Porto Alegre, RS, Brésil

FIG. 3. Les becos de Porto Alegre au XIXe siècle. Porto Alegre, RS, Brésil. Création de Marlise Giovanaz. © Sandra Jatahy Pesavento. Repris de Pesavento 2001

3Ce qui transparaît dans les discours de l’époque – en l’occurrence ils concernent la ville de Porto Alegre, capitale de l’État le plus méridional du Brésil, Rio Grande do Sul, à la fin du XIXe siècle – n’est pas seulement la reconnaissance de l’existence d’espaces urbains surpeuplés, mais aussi celle de l’excès de vie qui se maifestait dans de tels endroits, dans ces contextes organiques en ébullition et apparemment incontrôlables, qui croissaient continuellement, comme par génération spontanée. Le langage littéraire du romancier Aluísio de Azevedo vient, apparemment, conforter les appréciations des journaux du Sud à propos des bouges : « Les niches se subdivisaient en cellules de la taille de tombes, et les femmes y déposaient des enfants avec une régularité de bovin procréateur. » (Azevedo [1890] 1981 : 166)

4Cortiço est un mot très ancien de la langue portugaise. On le trouve déjà au XVe siècle dans Auto da barca do inferno, de Gil Vicente, dans la bouche d’un gentilhomme qui hésite à entrer dans la barque dont le diable est capitaine : « Ceci me paraît être un cortiço. » (Vicente 1996 : 6) Étant donné l’un des sens premiers du mot – « ruche » –, l’allusion métaphorique paraît évoquer le surpeuplement de la barque et la gêne de voyager parmi tant de condamnés, et non pas la connotation symbolique positive que suggérerait la diligence des occupants... Cependant, à partir d’une signification première qui réfère à la forme et à l’occupation – une enceinte délimitée et surpeuplée –, le mot en serait venu à désigner un type d’habitation spécifique, apparu au Brésil. L’acception « brésilienne » du mot, donnée par les dictionnaires les plus anciens, se réfère plutôt à une « cour avec plusieurs petites maisons » (Dicionário enciclopédico da língua portuguesa : 384). Le propriétaire d’un terrain de la ville construisait ou autorisait que soient construites des maisons destinées à être louées, des habitations modestes et petites, mitoyennes, disposées autour d’une cour centrale, où généralement on installait des citernes, un robinet, un dispositif pour l’obtention de l’eau.

FIG. 4. Photo d’un cortico dans le quartier Menimo Deus, Porto Alegre, RS, Brésil, vers 1900. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil

5La figure classique, immortalisée par la littérature, provient du roman d’Aluísio de Azevedo, dont le cadre est un cortiço à Rio de Janeiro. Au cours du récit, en apparaît un autre, situé à côté, appelé Cabeça de Gato (« Tête de chat ») (Azevedo [1890] 1981 : 166). Il est difficile de ne pas rapprocher ce nom de celui du célèbre cortiço Cabeça de Porco (« Tête de cochon »), établi lui aussi à Rio de Janeiro, qui devait son nom à une tête de cochon trônant sur le portail d’entrée. Il était connu pour sa superficie et sa population. Les informations sont contradictoires : de 4 000 à 2 000 habitants, ce dernier chiffre correspondant à l’estimation faite au moment de sa démolition en 1893. Il était le plus grand cortiço de Rio dans les années 1880, constitué de mansardes, petites maisons et chambres (Vaz 1986 : 30). Dans ce « labyrinthe architectonique » au centre de Rio, se mêlaient étables (avec animaux et charrettes) et poulaillers. De taille exceptionnelle à l’époque, Cabeça de Porco est devenu un symbole des habitations collectives populaires de la fin de siècle au Brésil. Pendant longtemps il résista aux tentatives de démolition, ce qui est peut-être dû au pouvoir de son supposé propriétaire – le Comte D’eu, mari de la Princesse Isabelle – ou au fait qu’il abritait des capoeiristas, gardes du corps des politiciens locaux (ibid. : 31). Mais sous la République, le préfet Barata Ribeiro finit par gagner la bataille pour la destruction de ce symbole de la vieille ville qui faisait tache dans le paysage de Rio. En louant l’action du préfet, Machado de Assis écrivait à ce propos dans une chronique de journal, en 1893 :

Comme Josué, il vient de faire tomber les murailles de Jéricho, autrement dit « Cabeça de Porco ». Il a appelé les troupes selon les ordres de Jéhovah, pendant les six jours de l’Écriture il a fait le tour de la ville, puis a fait sonner les trompettes. Tout est tombé par terre et, pour être encore plus fidèle à la Bible, même des moutons sont sortis du Cabeça de Porco, comme de l’autre Jéricho sont sortis boeufs et ânes. (Machado de Assis 1994 : 566-567)

6La configuration du cortiço Cabeça de Porco apparaît comme une extrapolation de la définition brésilienne rappelée plus haut : il s’agit d’un amoncellement de constructions diverses circonscrites dans le même espace, une vraie « ville » dans la ville. De nos jours l’appellation cabeça de porco continue, à Rio, à être employée comme synonyme de cortiço ou d’habitation collective des pauvres.

  • 3 Un pardieiro est une habitation dégradée, en état de conservation précaire.

7Une autre définition du mot cortiço est celle que les dictionnaires donnent comme étant un sens figuré, c’est-à-dire un équivalent de « bouge » : « petite maison habitée par plusieurs personnes » (Dicionáro Enciclopédico 1907 : 384). On retrouve l’idée d’un espace surpeuplé, mais la configuration de cet espace se transforme : à partir de la notion d’une cour abritant des petites habitations, une autre acception, brésilienne, du terme se forme : « édifice construit pour abriter plusieurs familles pauvres » (Lello Universal : 843). Et l’on en vient à désigner par cortiço une habitation qui a été divisée, sans préciser si elle a été construite spécialement pour être louée ou si cet usage est le signe de la dégradation d’un édifice plus ancien, un pardieiro3 qui, avec le changement d’habitants, est devenu une habitation collective.

  • 4 Archives historiques de l'État du Rio Grande do Sul, CL, Lei 405, 28 décembre 1857.

8Le Nouveau Dictionnaire « Aurélio » de la langue portugaise consacre les traits propres du mot cortiço – « habitation collective des classes pauvres » – et en donne une série d’expressions synonymes : casa de cômodos, cabeça-de-porco, caloji, estância, quadro, zungu (Ferreira 1986 : 487). Les registres linguistiques ainsi mobilisés réfèrent tantôt à des figures historiques (le fameux Cabeça de Porco, déjà cité), tantôt aux conditions de location (casa de cômodos), tantôt encore à une particularité du type d’habitat, comme pour zungu. Dans ce dernier cas, il y a une identification avec l’origine ethnique des occupants. Les zungus étaient les batuques, cérémonies religieuses des esclaves noirs où intervenaient chants et danses au rythme d’instruments à percussion. Dans le Sud, la répression des pratiques religeuses des Noirs, par la loi provinciale n. 405, du 28 décembre1857, avait condamné les zungus, en les assimilant à des « réunions d’esclaves »4. Un double stigmate associe donc la couleur à la condition sociale et à l’habitation. Il faut également signaler que zungu est devenu synonyme de « conflit », « pagaille », « confusion », « désordre ». Par ailleurs, dans le rapprochement de cortiço avec casa de cômodos, l’accent n’est pas mis sur une éventuelle assimilation à une « pension », mais sur la connotation péjorative qu’a une habitation qui loue des pièces/chambres. Ainsi, non seulement on évoque la précarité ou la dégradation des habitations, mais on suggère un jugement moral sur leurs habitants, qui va bien au-delà de leur pauvreté manifeste. Ces divers registres linguistiques contribuent à mettre en évidence la situation d’inégale appropriation de l’espace urbain et l’asymétrie sociale en vigueur dans la ville.

9Le lexique de la stigmatisation associe donc des désignations référant au type d’habitation avec la pauvreté et une perception péjorative de leurs occupants. Le résultat est un jugement de valeur fortement négatif, qui fait de ces habitations populaires la cible que vise une proposition « moderne » de ville. Les gestionnaires de l’urbain, tous ceux qui interviennent sur l’espace public trouvent un écho auprès des habitants « citoyens » de l’urbs, probablement propriétaires ou qui ne sont pas obligés de louer ce genre de logement. Et les journaux apportent des informations qui permettent de recomposer la construction de l’imaginaire en l’opposant à une autre ville : celle qui est niée, condamnée, et que l’on veut exclure du paysage urbain. Ainsi une « sensibilité urbaine » se forme à la fin du siècle, qui condamne le cortiço en tant qu’il est indésirable, en modelant son image péjorative. Mais cette proposition ne sera effective qu’au long des deux premières décennies du XXe siècle au Brésil.

  • 5 Le sobrado est l'habitation des classes plus favorisées, composée de deux étages ou plus. La maison (...)
  • 6 Anuario do Estado do Rio Grande do Sul 1893 : 155.

10Selon l’annuaire statistique de l’État du Rio Grande do Sul, en 1893 la capitale comprenait 5996 immeubles. Parmi ceux-ci, 4692 étaient d’un seul étage, 464 de deux étages, 634 sobrades5 et 141 cortiços, tous dans les limites de paiement du « dixième urbain » (impôt sur la propriété urbaine), avec seulement 65 immeubles hors de ces limites. On notera que le cortiço se distinguait des autres habitations, même s’il pouvait, en tant qu’édifice, être d’un seul étage, de deux étages ou même sobrado. Les cortiços étaient, selon les journaux de l’époque, « [...] un genre d’habitations parfois indescriptibles, où l’entassement est tel qu’il sera difficile de faire un bon recensement de ses habitants, la plupart d’entre eux sans famille et vivant dans une promiscuité répugnante6 ». Si, pour les autres habitations, la moyenne des habitants était de 8 pour les habitations à un seul étage, 10 pour les deux étages et 12 pour les sobrados, la population du cortiço était, donc, impossible à calculer, échappant aux régulations qu’on cherchait à établir.

11Quel était l’aspect de ces logements pour pauvres dans la ville de Porto Alegre, capitale du Rio Grande do Sul, au sud du Brésil, dans cette fin de siècle ?

  • 7 Lois, décrets, actes et résolutions. Acte n° 3, du 16 décembre 1896, Porto Alegre, A Federação, 189 (...)

12Pour s’assurer de la salubrité de ces immeubles, en 1894 le gouvernement avait créé la charge d’inspecteur d’hygiène, qui devait visiter les maisons. Nous disposons d’une liste de ces visites, mais nous ne connaissons pas leurs effets pratiques. Nous savons en revanche que cette entrée en scène des autorités a donné lieu à toutes sortes de « combines » et « arrangements » possibles entre les locataires et/ou les propriétaires qui, pour éviter les amendes, avaient recours tantôt à de fausses déclarations de loyers, tantôt à de fausses descriptions des habitations (Bakos 1986 : 177). Pour essayer de contourner ce processus préjudiciable au fisc, en 1896 le gouvernement établit que le paiement de l’impôt devrait être fait sur présentation de la quittance de loyer7.

FIG. 5. Cortiços et portões de Porto Alegre, RS, Brésil. Création de Marlise Giovanaz. © Sandra Jatahy Pesavento. Repris de Pesavento 2001

13Les journaux nous procurent un très riche matériel : il s’agit du résultat des « visites domiciliaires », des inspections qu’effectuaient les agents du fisc pour constater de visu les conditions d’hygiène et, si besoin était, organiser le transfert des malades à l’hôpital. L’action se concentrait dans les rues du centre-ville et du début du quartier Cidade Baixa, dans le périmètre constitué par le 1er District. Une série de visites effectuées, au cours de l’année 1899, par l’inspecteur de police sanitaire municipal José Rodrigues Vianna nous permet de nous faire une idée du mauvais état des logements du point de vue de la salubrité, de leur localisation dans la ville, de leur type de construction et de leur taille. Il est même possible d’établir une sorte de géographie du cortiço au coeur de la ville. Les mesures à prendre, par les habitants et/ou propriétaires, montrent bien les conditions de ces logement : sans égouts, avec de l’eau stagnante dans les cours, les immeubles sont sales et sans peinture, les animaux et porcheries y partagent le même espace…

  • 8 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 6, 7, 9, 12, 16, 19, 22, 28 septembre 1899 ; 10 octobre 1899.
  • 9 Expression référant à un alignement de petites maisons, en général jumelles.

14Regardons de plus près les descriptions relatives au logement que l’on appelle cortiço, telles qu’elles ont été publiées par les journaux8. L’habitation formellement définie en tant que cortiço est constituée de plusieurs taudis, petites maisons ou maisons louées, qui tombent sous le coup d’une obligation sanitaire de nettoyage, de blanchiment à la chaux, et parfois même d’un ordre de démolition, car elles sont jugées inhabitables. L’identification d’un cortiço en tant qu’habitation indique l’existence d’un espace où il y a un lance ou un corre9 de maisons à louer. Donc cortiço se rapporte aussi bien à un habitat populaire qu’au terrain construit. Cortiço implique l’idée d’une habitation collective, dans une construction appartenant à un propriétaire privé. Il s’agit d’un habitat locatif pour des non-propriétaires, formé par un ensemble d’édifices – les petites maisons – qui se trouvent sur un terrain délimité. Cette spécification renvoie, à son tour, à l’image du cortiço de Rio – des maisons disposées autour d’une cour centrale. Le cortiço, plutôt qu’un immeuble, est une agglomération d’habitations dans un espace déterminé.

  • 10 Récipients de métal pour la récupération des matières fécales qui étaient enlevées par les services (...)

15Il existe également une autre forme d’habitation proche du cortiço qui, dans les informations fournies par les journaux à la suite des visites domiciliaires, est identifiée sous le nom de portão (« portail »). Portão ne désigne pas seulement un élément de construction, mais un genre d’habitation collective, semblable au cortiço, puisqu’il s’agit d’un terrain où s’élèvent maisons et taudis, qui s’ouvre vers la rue à travers un… portail. On se souvient du célèbre portão à l’entrée du Cabeça de Porco de Rio dont la description, nous l’avons vu, est proche de celle des habitations du Rio Grande do Sul du même nom. Si l’on en juge par les informations des journaux, les portões se trouvaient dans des conditions sanitaires aussi précaires : plusieurs d’entre eux, outre le blanchiment à la chaux, le nettoyage ou la démolition, nécessitaient l’installation de cubes10 ou toilettes sommaires à l’usage des locataires, ou alors le nettoyage urgent des toilettes déjà existantes. À l’un d’eux on impose celui de la cuisine des maisons. De la même façon, on impose l’installation d’égouts pour évacuer les eaux usées.

16Cortiço et portão, apparemment, sont équivalents en ce qui concerne les caractéristiques morphologiques, mais il semble que le portão présente un degré plus élevé de dégradation du point de vue des règles d’hygiène. Tels sont du moins les termes d’un rapport des agents du fisc obéissant aux directives de la municipalité pour établir les mesures à prendre dans les habitations insalubres.

17Une autre catégorie d’habitat collectif apparaît dans la liste, pour indiquer un immeuble locatif : le « bâtiment », construçao. Naturellement, nous pouvons dire que tout immeuble ou édifice est un « bâtiment », mais ce que nous intéresse ici est de voir dans quelle mesure il se croise avec les habitations populaires que l’on appelle cortiço. En principe, une habitation ou bâtiment dégradé, un vieil immeuble à deux étages dont les anciens propriétaires sont partis, est loué, et on l’appelle aussi cortiço. Généralement, les propriétaires ont déménagé dans les zones les plus nobles de la ville, et ont vendu leur immeuble à des tiers, qui le divisent pour en louer chaque pièce à un individu ou une famille aux ressources limitées.

FIG. 6. Beco da Garapa (Beco de l’eau de vie), Porto Alegre, RS, Brésil, vers 1880. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil

FIG. 7. Beco do Fanha (Beco du Nasillard), Porto Alegre, RS, Brésil. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil

18Selon le rapport des visites domiciliaires, parfois, on l’a vu, le propriétaire se voyait obligé de nettoyer et de blanchir à la chaux ou était même tenu de vider les « bâtiments »/cortiços, étant donné le manque absolu d’hygiène. Fréquemment, le propriétaire du bâtiment dégradé utilisait la cour pour faire construire au fond du terrain un ensemble de petites maisons à louer qui peuvent être rapprochées de la définition du cortiço, puisqu’elles formaient elles aussi une espèce de cortiço dans le jardin. Ce serait le cas de l’auberge citée dans les rapports du département d’hygiène en tant que « Quartier Alexandre Herculano », avec ses suites de maisons, qui évoquent la casa de cômodos, désignation qu’on pouvait appliquer au cortiço.

  • 11 Dans la campagne du Rio Grande do Sul, dans les fermes pour l'élevage du bétail (estâncias), le gal (...)
  • 12 A Gazetinha, Porto Alegre, 20 août 1898.

19Une autre forme de cortiço existant dans la ville, mais qui n’est pas signalée dans le rapport des visites des autorités, est 1e galpão11, grande construction simple, en bois, une grande pièce que l’on subdivisait : « Dans cette ville, celui qui possède un morceau quelconque de terrain croit avoir une “Californie” dont l’exploitation est très facile. Pour cela on construit un galpão sans alignement, sans confort, on le divise en quelques centaines de niches sans air ni lumière et les loue pour un prix exorbitant au pauvre prolétaire qui est obligé de les habiter12. » La description du journal A Gazetinha expose une espèce de plan standard pour un type de cortiço existant dans le vieux Porto Alegre : celui du galpão, c’est-à-dire une vaste structure en bois, divisée en compartiments, qui était l’initiative des propriétaires de terrains. D’autres descriptions de cortiços de la capitale coïncident avec cette disposition, comme celui existant place de l’Harmonie :

  • 13 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 15 décembre 1896.

[...] il y a longtemps, derrière le chalet qui existait sur cette place, a été construite une espèce de galpão en bois, divisée en compartiments qui sont loués à des gens de la plus basse classe sociale. Ce n’est ni plus ni moins qu’un cortiço, ce que nous avons là, au détriment de la salubrité et de la propreté qui doivent exister sur une place publique et fréquentée. En outre, il s’agit d’une construction grossière, sale, qui contraste avec la beauté de l’endroit. Nous devons ajouter que c’est un cas de vraie spéculation, puisque ces compartiments, tous occupés, sont une source de profit pour un concessionnaire, qui se croit peutêtre le propriétaire de cette place.13

20De l’image du galpão construit dans un terrain pour être loué, nous passons à un autre type de cortiço, celui de la construction en maçonnerie subdivisée en plusieurs pièces, et dont on utilise aussi le sous-sol. Dans la rue do Arroio, Germano Hasslocher, propriétaire du journal Gazeta da Tarde, visitait, en 1883, avec le sous-intendant, un cortiço qui, par sa description, laissait entendre qu’il s’agissait d’une maison hantée, puisqu’elle avait un sous-sol (porão), une espèce de cave, elle aussi habitée :

Nous sommes entrés dans la Rua do Arvoredo et nous nous sommes arrêtés devant un portail. Il nous a fallu descendre des escaliers immondes et nous sommes entrés dans un antre misérable, sale, puant, où un vieux couple noir préparait à manger, au milieu d’un tas d’os, de morceaux de viande sèche, de couvertures, de paniers pleins et vides, de cages contenant des cochons d’Inde, etc., etc. Toute la petite maison était divisée en plusieurs pièces sombres, minuscules, desquelles sortaient des gens somnolents, les yeux sales, qui nous regardaient avec curiosité. Notre tâche accomplie, nous allions sortir lorsque le sousintendant s’est demandé si les caves de cet immeuble étaient habitées. Du regard il m’a invité à aller voir, comme s’il se doutait que je n’en avais pas envie :

— Allons-y, lui dis-je.

Alors, en faisant des prodiges d’équilibre, nous avons descendu un escalier qui conduisait à une cour immonde, d’où nous avons pénétré dans les caves…

Oh ! Quelle horreur. C’était un bouge.

Tout était redivisé, au moyen de vieilles boîtes d’aluminium, des morceaux de cercueils, en « pièces ». Chaque pièce avait son locataire.

Ici dormait un soldat, là une femme faisait la cuisine. Une misère, enfin.

— C’est le ventre de Porto Alegre, dis-je au sous-intendant.

  • 14 Ibid., 27 avril 1895.

— Ou quelque chose en plus, observa-t-il.14

  • 15 Maisons laides, sales, vieilles et mal fréquentées, abritant en général bordels ou tavernes, où se (...)

21Commentant la visite, l’auteur concluait, après cette allusion malvenue à Emile Zola, que la municipalité devrait interdire que soient habités de tels endroits, espeluncas ou bibocas15 qui abritaient, comme celui visité, environ trente personnes. Il faut noter la récurrence d’expressions populaires qui identifiaient la dégradation et le mauvais état des immeubles, dans un lexique de stigmatisation qui concernait aussi les habitants. L’article s’achevait sur l’affirmation que, s’il était impossible d’éviter que de telles habitations fussent construites, il fallait au moins limiter le nombre d’habitants par immeuble. En outre, il se demandait si c’était vraiment la nécessité qui obligeait les gens à une telle situation, ou bien la paresse.

22La représentation péjorative, qui marque l’identification de l’endroit mauvais, de la non-ville, de l’habitation condamnée, devient ici claire. Le préjugé contre les habitants, plutôt que contre l’endroit où habitent les pauvres, configure de façon exemplaire la représentation « excluante ». C’était, réellement, une autre ville : celle des cortiços et des porões, où hommes et animaux vivaient les uns sur les autres. L’idée de ruche à laquelle renvoie le terme cortiço est symptomatique, mais il ne s’agit pas du travail constant et bien fait que nous associons habituellement, de nos jours, aux abeilles... Ici le cortiço est une ruche à cause de son extrême division et de son surpeuplement, et il est significatif que cette caractéristique du cortiço soit également attribuée à l’habitation dans des porões. Sales et infects, humides et sombres, les porões étaient l’objet d’une stigmatisation encore plus forte. Souterrains, ils formaient un sous-monde, nocif non seulement pour ses habitants mais aussi pour la ville, puisqu’ils étaient une source de miasmes pestilentiels. La situation atteignait parfois des extrêmes, comme l’écrivait la Gazeta da Tarde :

  • 16 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 24 mai 1897.

Le grand nombre de porões infects, insalubres, sans lumière ni ventilation, qui existent dans cette ville et qui sont utilisés en tant qu’habitations, est parvenu à la connaissance du directeur de l’hygiène et de l’intendance municipale. Entre autres, il y a ceux de la maison sise au 68, rue Gen. Portinho, de vrais souterrains, puisque le propriétaire de l’immeuble, pour pouvoir avoir des porões à louer, a fait creuser ces trous qui ressemblent beaucoup à des sépultures.16

FIG. 8. Praia do Riacho, costa do rio (plage de la rivière, côte du fleuve), Porto Alegre, RS, Brésil. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil

  • 17 A Gazetinha, Porto Alegre, 30 juin 1898.
  • 18 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 25 avril 1896.
  • 19 Femmes légères, prostituées.
  • 20 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 20 mai 1899.
  • 21 Ibid, 21 janvier 1896.

23Les porões ou les immeubles qui les abritent font partie des habitations visitées par les autorités municipales qui, avec les cortiços, se situaient, en tant qu’habitations souterraines, au bas de l’échelle de l’habitat populaire de la ville. La stigmatisation de ces habitations se faisait par la dénonciation, non seulement du manque d’hygiène et d’esthétique, mais aussi du comportement de ses occupants qui était considéré comme une atteinte à la morale publique. Des infectes et misérables espeluncas de la rue General Paranhos17 aux cortiços de la rue Duque de Caxias18, les « femmes de vie airada »19 étaient ce qui dérangeait le plus. Certains des cortiços, dans la représentation de l’époque, équivalaient aux tavernes et aux maisons closes, parce que des gens de réputation douteuse, qui n’exerçaient pas d’activités honnêtes, y logeaient20. Ces gens étaient sales, sans notion d’hygiène, et ils jetaient les ordures dans les jardins21.

24La liste des habitations visitées par l’inspecteur de la police sanitaire comptait encore plusieurs maisons ou édifices, où non seulement aux propriétaires, mais surtout aux locataires, comme ceux de la rue General Paranhos et de la rue Demétrio Ribeiro, était intimé l’ordre de prendre des mesures d’hygiène, comme installer des cubes, des systèmes d’égout, évacuer les eaux stagnant dans la cour, se débarrasser des ordures accumulées dans les jardins, voire suivre les directives de l’Hygiène publique. C’est-à-dire qu’on obligeait les individus à s’acquitter de leur devoir citoyen de payer des impôts, pour améliorer l’hygiène de la ville.

  • 22 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 7 avril 1897.
  • 23 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 4 octobre 1894.
  • 24 Ibid., 5 mai 1900.
  • 25 Expression propre au Rio Grande do Sul pour désigner les femmes de « mauvaise vie », les prostituée (...)
  • 26 Correio do Povo, Porto Alegre, 13 décembre 1895.
  • 27 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 3 mai 1894.

25Outre les cortiços et porões, les exclus de la ville habitaient dans des casebres. Cette dénomination paraît réservée à la petite maison isolée, rustique, précaire, avec tous les attributs négatifs des autres habitations collectives. Ils étaient aussi surpeuplés et, à leur tour, pouvaient être subdivisés de façon sauvage. Il est difficile d’évaluer, d’après les informations qui individualisent telle ou telle habitation, à quel point ces casebres étaient vraiment des habitations isolées ou s’ils étaient mitoyens avec d’autres pour former un cortiço. Les casebres s’éparpillaient dans le centre-ville, abritant aussi des personnages étranges, comme celui du Alto da Bronze, où un vieux sorcier noir exploitait la crédulité des gens22, ou ceux de la Rua do Arvoredo, avec les femmes dépravées qui adressaient des joyeuses boutades aux passants23, comme les petites maisons surpeuplées du Beco do Império24. Les casebres de la rue Demétrio Ribeiro étaient le théâtre de bagarres à coups de bâton, comme ceux situés dans la petite rue à côté de l’église du Rosaire, toujours mêlés à des désordres, ou encore ceux du fameux Beco do Oitavo, avec les bagarres entre chinas25 et soldats26. Dans les casebres de la rue Ramiro Barcelos, un bal dégénérait en assassinat27.

FIG. 9. Deixe disso, Nhô João (Arrête tonton Joao...). Maisons populaires (casebres) de la périphérie urbaine et couple de nègres affranchis, vers 1900.
Photo de Luis do Nascimento Ramos, nommé Lunara. © 2002 Eneida Serrano, Lunara amador 1900. Porto Alegre

  • 28 Correio do Povo, Porto Alegre, 13 janvier 1897.
  • 29 Native du Ceara, État brésilien de la région du Nordeste.
  • 30 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 28 juin et 14 août 1900.

26La grande question, toutefois, était les « femmes de mauvaise note » (prostituées) qui habitaient ces endroits et dont la présence amenait la police à sans cesse inspecter ces habitations. C’était le cas, par exemple, de l’horizontale afro (« prostituée noire ») qui habitait un casebrc dans la rue da Varzinha28 et perturbait les voisins, ou celui de la prostituée cearense29, qui habitait derrière l’École militaire30. Parmi les personnages marginaux, la prostituée était vue comme omniprésente et elle était rendue responsable de la plupart des échauffourées : elle était l’actrice principale de ces espaces maudits ainsi que l’occupante par excellence des habitations précaires.

  • 31 O Século, Porto Alegre, 15 janvier 1882.
  • 32 O Mercantil, Porto Alegre, 9 et 13 février 1889.
  • 33 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 27 juillet 1900.
  • 34 Correio do Povo, Porto Alegre, 7 mai 1898.
  • 35 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 25 janvier 1894.
  • 36 Ibid., 14 mars 1899.
  • 37 Correio do Povo, Porto Alegre, 20 janvier 1897.
  • 38 Jornal do Comércio. Porto Alegre, 24 mai 1900.
  • 39 Voir, à ce propos, la manchette du Jornal do Comércio (Porto Alegre, 23 mai 1899).

27Ces jugements de valeur allaient tous dans le sens d’une prise de position moralisatrice. La ville des gens « bien » jugeait la révoltante promiscuité de tels endroits scandaleuse, ainsi que le spectacle peu édifiant qu’ils offraient : porões avec prostituées31, cortiços faisant du bruit toute la nuit32, sarilhos (« désordre », « pagaille ») sans fin dans les habitations souterraines de la Rua da Aurora33... Un cadavre était trouvé dans un porão de la rue General Paranhos, qui révélait l’extrême pauvreté de son occupant34. La précarité de ces constructions et la vie déréglée qu’elles abritaient avaient certainement un rapport avec les tragédies qui s’abattaient fréquemment sur elles : ainsi, des casebres s’écroulaient dans le Beco do Poço35, tandis que d’autres prenaient feu dans le Beco do Império36, dans le Beco do Jacques37 et dans la Rua da Margem, où habitaient des prostituées38. La très longue suite de semblables événements non seulement nous éclaire sur le quotidien de ces habitations précaires, mais elle est révélatrice, d’après le ton des informations et le vocabulaire utilisé, de la charge symbolique affectée à ces espaces, à ces personnages et à ces immeubles. Il est notable que les journaux, lorsqu’ils identifient l’adresse où la tragédie est survenue, la contravention ou le crime, indiquent non seulement le numéro de l’immeuble, mais aussi la lettre qui l’accompagne, par exemple : 66F, 66J, 4B, etc.39. Le rapport de l’inspecteur de la police sanitaire contenait déjà ce genre d’information, ce qui nous permet de conclure qu’il s’agit de lances ou correr de maisons, qui indiquent la séquence de casebres qui forment un cortiço et/ou qui s’abritent à l’intérieur d’un beco.

FIG. 10. Photo de la Colônia Africana (quartier nommé « colonie africaine »), vers 1900. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil

28Avec cette appréciation négative, convergente, des cortiços, porôes et casebres nous avons affaire à une prise de position des habitants de l’urbs, ou, du moins, de la société qui s’exprimait et qui consommait les opinions émises par les journaux, qui intériorisaient les représentations de la citoyenneté et de la ville hygiénique, belle et ordonnée. Qui prenait l’initiative de dénoncer le cortiço ? Les pouvoirs publics, les habitants ?

  • 40 Rapport de la Chambre municipale de Porto Alegre, 1876 : 7.
  • 41 A Gazetinha. Porto Alegre, 25 août 1895.
  • 42 Ibid., 9 novembre 1898.
  • 43 Ibid., 16 janvier 1896.

29La préoccupation de la Chambre municipale à l’égard des habitations insalubres « sans air, ni lumière, ni la ventilation indispensables40 » s’était déjà manifestée bien avant l’installation de la République, mais c’est avec le changement de régime que l’aspect des cortiços et de la vie qu’ils abritaient fut diffusé par les journaux de la capitale. Une constatation s’imposait : la ville grandissait et il n’y avait pas de logement pour tous. L’augmentation de la population de l’urbs à la fin du XIXe siècle – de 42115 habitants en 1888, à 73274, en 1900 (Macedo 1993 : 75) – aggravait le problème du logement. Si les « classes moins favorisées » n’avaient pas accès à la propriété et le prix des terrains augmentait, la solution était le loyer, avec bénéfice pour les capitalistes locaux, qui investissaient sur les constructions à louer. À en croire les protestations des journaux, les loyers montaient au point de devenir insupportables pour les pauvres. Des périodiques populaires, tels que A Gazetinha, disaient que la hausse des loyers était due non seulement à l’avidité des propriétaires des immeubles, mais surtout à cause de l’Intendance municipale même41. L’accusation s’appuyait sur le fait que celle-ci, en augmentant l’impôt sur les immeubles, incitait les propriétaires à surpeupler les maisons à louer, en élevant par la même occasion les loyers42. La situation se révélait dramatique, avec l’expulsion des habitants qui ne pouvaient pas payer le loyer43. La conclusion du journal était que justement ceux qui travaillaient le plus dur, dans des conditions difficiles, étaient les grands perdants avec cette politique municipale consistant à augmenter l’impôt sur les immeubles, en particulier sur les habitations insalubres et populaires situées au centre de la capitale : les cortiços.

  • 44 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 17 janvier 1898.
  • 45 A Gazetinha, Porto Alegre, 20 août 1898.

30La plus grande dénonciation, cependant, semblait concerner les propriétaires de ces immeubles, les « pseudo-philanthropes », qui prétendaient aller aux devants des besoins des pauvres44. Ces mêmes propriétaires de cortiços se voyaient placés dans l’obligation, par une ordonnance de la municipalité, de blanchir à la chaux leurs immeubles au moins une fois par an, sous peine d’amende. Toutefois, comme le révélaient les journaux, jamais on n’avait entendu parler d’un agent du fisc qui aurait mis en application cet article45... De leur côté, les habitants se plaignaient de l’absence ou de la négligence des pouvoirs publics, critiquant leurs mesures, et notamment l’absence des effets sociaux qu’on aurait pu attendre de l’augmentation des taxes, avec l’efficacité accrue des services publics.

  • 46 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 27 décembre 1894.

31Faisant allusion à des cortiços existants dans le Campo da Redençâo et, donc, dans les limites urbaines d’alors, le Jornal do Comércio demandait au gouvernement des mesures visant à éliminer ce genre de logement : « Il y a par là des cortiços dégoûtants et habités par des gens de mauvaise vie, qui jettent toutes les ordures au bord du trottoir, offensant ainsi le nez du voisinage. Il faut que le balai bénéfique des 2 % de l’Intendance passe par cet immondice et nettoie toute la saleté qui y bouillonne sous le soleil46. » L’exemple illustre l’exigence citoyenne qui s’ébauche. Mais l’opinion ne s’accordait pas sur la question des impôts demandés. Les contribuables approuvaient l’interdiction totale d’habiter dans les porões qui présentaient les pires conditions d’habitation, mais ils admettaient qu’il fallait lever l’impôt (« le dixième urbain ») sur ceux qui étaient dans un meilleur état.

32La situation mettait face à face plusieurs acteurs : les locataires étranglés par la hausse des loyers, les propriétaires d’immeubles de rapport, qui cherchaient à reporter sur les locataires la hausse des impôts demandée par le gouvernement, et le gouvernement lui-même, qui cherchait à renflouer ses caisses. D’autre part une « opinion publique » s’exprimait par le biais de ceux qui écrivaient des articles dans les journaux, attaquant les habitations populaires infectes et aussi les actions du gouvernement, avec des prises de position ambivalentes et contradictoires.

  • 47 Lois, décrets, actes et résolutions. Actes de l'Intendant, Porto Alegre, A Federação, 1896 : 6.
  • 48 Anais do Conselho Municipal, 1894 : 22.

33Face à un tel problème, que faisait la municipalité ? Depuis 1890, l’Intendance avait augmenté les impôts sur les cortiços et, pour essayer d’amoindrir l’effet « domino » sur l’augmentation des loyers, la municipalité avait décidé de réglementer le paiement du dixième urbain, en condamnant à une amende les propriétaires qui augmenteraient le loyer au-delà du prix fixé par le pouvoir municipal47. Si l’on en juge par le flot continu de réclamations, le problème ne fut pas résolu, soit à cause de la non-application de la disposition légale, soit par la non-observance de celle-ci par les propriétaires... Les conseillers municipaux, de leur côté, affirmaient que la hausse des loyers était, évidemment, une conséquence fatale du manque d’immeubles à louer et que cette augmentation serait bénéfique pour la collectivité, puisque le gouvernement l’utiliserait pour faire enlever les matières fécales48...

  • 49 Code des ordonnances sur les constructions, Actes de l'Intendant, n° 22, loi n° 2.

34Une autre mesure pour empêcher la prolifération de ces habitations indésirables fut l’établissement de règles à observer dans les constructions dans la ville, règles établies par le Code des ordonnances sur les constructions datant de 189249. Avec cette normalisation, le pouvoir cherchait à standardiser et réglementer la construction de nouveaux immeubles, pour donner à la ville une apparence plus « civilisée ». Des maisons alignées, avec une hauteur minimale sous plafond à l’intérieur ; des chambres à coucher avec une ouverture pour l’aération obligatoire, et aussi une surface minimale... Fixation de l’épaisseur des murs, règles pour la construction de terrasses et balcons ; interdiction de grilles et portes ouvrant vers l’extérieur ; toilettes obligatoires ; distances moyennes pour l’alignement, telles étaient les mesures à observer par les constructeurs ou ceux qui faisaient des travaux de remise en état des habitations, et assujetties à la fiscalisation par la municipalité. Étaient interdites les constructions en bois dans l’alignement des rues, ou contiguës à d’autres immeubles. Les immeubles subdivisés en plus d’une habitation n’auraient pas en commun une cour, un système d’égout, des toilettes ou des aires de service. Les immeubles collectifs devraient donc satisfaire aux règles d’hygiène, de sécurité et d’esthétique établies par l’Intendance.

  • 50 Anais do Conselho Municipal, 24 novembre 1893 : 72.
  • 51 Ibid., 19 mars 1896 : 10.

35Dans sa défense de cette normalisation des constructions dans la ville, le conseiller municipal Ramiro Barcelos rappelait, en 1893, « le besoin de voir prise au plus tôt une ordonnance municipale interdisant l’habitation d’immeubles qui ne satisfaisaient pas aux conditions d’hygiène50 ». Il faisait allusion surtout aux porões qui servaient de logement dans le centre-ville et qui étaient un foyer d’insalubrité. Or, le Code des ordonnances sur les constructions visait, clairement, à mettre hors normes les vieux sobrados, cortiços et casebres, autorisant ainsi l’Intendance à faire démolir les nouvelles constructions qui ne suivaient pas les nouvelles règles. Une campagne s’ouvrait ainsi, légalement et publiquement, contre les habitations pauvres dans le centre-ville. Et pour empêcher les « mauvaises constructions » en ville, le conseil municipal approuva, le 19 mars 1896, un projet de loi établissant un impôt sur les terrains vides encore présents dans le centre51.

36Nous voyons que le problème ne résidait pas dans l’absence de tels terrains dans le centre de la ville, mais dans la propriété du sol. Ce que l’on cherchait à empêcher, c’était, donc, que ces terrains soient utilisés pour abriter les pauvres. Ainsi non seulement des espaces du centre étaient perçus comme des lieux d’exclusion – les becos – et des acteurs nettement définis – prostituées, gens oisifs, criminels, chômeurs –, mais avec l’extension des constructions la stigmatisation s’amplifiait en englobant l’ensemble de la population pauvre. L’exclusion de la citoyenneté, donc, croissait avec la prolifération des indésirables au-delà des endroits maudits qui constituaient des enclaves dans la ville : à la limite, toutes les habitations des pauvres avaient une connotation négative. Ces habitations agressaient, menaçaient et dérangeaient la vue et le nez des citoyens.

Fig. 11. Beco do Poço (Beco du Puits). Aquarelle de Francis Pelichek, Porto Alegre, RS, Brésil, 1915. © Caixa Econômica Federal, Porto Alegre, RS, Brésil.

37L’Intendance municipale se voyait confrontée à un vrai problème social et urbain : le besoin du gouvernement de lever des impôts, parmi lesquels celui de l’habitauon, les tentatives pour réglementer les constructions, d’un côté, et empêcher l’augmentation excessive des loyers, de l’autre. Il y avait aussi la nécessité de mettre au jour et de déjouer la fraude fiscale à laquelle s’adonnaient les particuliers, avec la connivence des agents du pouvoir public. Notons qu’on ne songeait pas pour autant, à l’époque, à construire des maisons à bon marché. Les mesures cherchaient à empêcher, éliminer, expulser, cacher, mais n’apportaient aucune solution. Quant aux habitations insalubres qui attentaient à la morale, la municipalité voulait qu’elles fussent détruites, empêchées de proliférer, et pour cela on avait recours, comme nous l’avons vu, au fisc et aux visites du Département d’hygiène.

  • 52 A Gazetinha, Porto Alegre, 16 septembre 1898.
  • 53 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 13 mars 1896.

38Les habitants de Porto Alegre, à leur tour, venaient dénoncer aux journaux ces habitations. Certains journaux racontent, par exemple, que les habitants du centre-ville se plaignaient d’un certain cortiço infect de la Praça da Harmonia qui se situait à peine à deux pas de l’immeuble où se trouvait le Département d’hygiène52. Donc, il y avait une pression – citoyenne, dirons-nous – pour que la municipalité remplisse son devoir. Si le cortiço était indésirable, si l’hygiénisation des logements était un besoin urgent, le problème était exposé par la presse. La dénonciation indiquait que la racine de tout le problème des habitations pas chères pour les pauvres n’était pas considérée comme une question prioritaire, ni pour le gouvernement ni pour les citoyens de l’urbs53. Si tous réclamaient, la situation serait bien différente... Si le gouvernement faisait son travail, il n’y aurait pas de cortiços... Si tout le monde avait du travail, il n’y aurait pas de pauvres immondes voués à habiter des porões sordides... Un journal populaire comme la Gazetinha, d’inclination parfois socialiste, défendait les travailleurs et leur dignité. Mais lui aussi distinguait le monde de l’ordre, animé par la valeur du travail, et celui de son contraire social, à cause duquel le regard dépréciateur porté par la société sur la pauvreté s’étendait de tous les chômeurs à tous les pauvres.

39En outre, le journal Gazeta da Tarde, qui s’adressait aux couches moyennes urbaines plutôt qu’aux couches populaires, avançait un autre type de considération : la prolifération des cortiços dans la capitale était imputable à la « tendance criminelle » de l’Intendance, qui consentait à la construction de tels immeubles. Très critique à l’égard du parti républicain du Rio Grande do Sul, alors au pouvoir, le journaliste réclamait à la municipalité l’adoption d’un standard minimum de construction dans les limites urbaines. Pourquoi ceux qui détenaient le capital et qui étaient responsables de la construction des cortiços n’investissaient-ils pas dans la construction de petites maisons hygiéniques dans les espaces éloignés du centre, en banlieue ? « Le pauvre n’a pas de luxe [...]. Habite la ville celui qui remplit les conditions de citoyen » (Cidade 1897). Le journaliste ajoutait que cela avait été son cas, puisque, ne pouvant pas se permettre d’habiter le centre, il avait déménagé en banlieue...

40L’idée d’une « ville-citoyenne » concentrée autour du noyau central – la vraie ville – prenait consistance et l’on admettait que ceux qui n’avaient pas la possibilité d’y habiter devaient chercher un logement dans la périphérie, où les maisons à louer étaient nombreuses. L’expulsion des pauvres et la guerre aux cortiços, porões et autres casebres commençaient, une forte tendance se dessinait, qui se difusait progressivement à travers les journaux. Poussés par les réclamations des habitants ou les devançant, avec leurs articles qui contribuaient à former une opinion contraire aux habitations des pauvres, les périodiques finissaient par rejoindre les desseins de la municipalité dans le sens de la construction d’une représentation identitaire stigmatisée de ces espaces et de ces logements. Des logements qui, dans ce cas, appartenaient à une autre ville, celle des exclus du social.

Bibliographie

Références bibliographiques

Azevedo, Aluísio de. [1890] 1981. Ο cortiço. Porto Alegre, Editora Movimento.

Bakos, Margareth. 1986. La continuité administrative du gouvernement municipal de Porto Alegre. 1897-1937. Thèse de doctorat, São Paulo, usp.

Cidade, Licio. 1897. « Melhoramentos da cidade », Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 12 avril 1897.

Dicionário enciclopédico da lìnguaportuguesa. 1907. Paris – Rio de Janeiro, H. Gamier : 384.

Ferreira, Α. Β. H. 1986. Novo dicionario da lingua portuguesa. Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 2· édition.

Lello Universal, s.d. Dictionário enciclopédico luso-brasileiro. Porto, Lello & Irmão, vol. I.

Macedo, Francisco Riopardense de. 1993. Histoire de Porto Alegre. Porto Alegre, Ed. da Universidade, 1993 : 75.

Machado de Assis. 1994. Crônica, 29-01-1893. A Semana, in Œuvres complètes. Rio de Janeiro, Nova Aguilar, vol. III : 566-567.

Pésavento, Sandra Jatahy. 2001. Uma outra cidade. Ο mundo dos excluidos no final do seculo XIX. São Paulo, Editora Nacional.

Vaz, Lilian Fessier. 1986. « Notas sobre ο Cabeça de Porco », Revista Rio de Janeiro, 2, avril 1986.

Vicente, Gil. [s. d.] 1996. Auto da barca do inferno. Mira-Sintra, EuropaAmérica.

Notes

1 Beco : désignation brésilienne de la rue étroite et courte, parfois sans issue – cul-de-sac où se concentrent les habitations des pauvres et qui sont le théâtre de pratiques jugées condamnables.

2 Correio do Povo, Porto Alegre, 31 janvier 1897.

3 Un pardieiro est une habitation dégradée, en état de conservation précaire.

4 Archives historiques de l'État du Rio Grande do Sul, CL, Lei 405, 28 décembre 1857.

5 Le sobrado est l'habitation des classes plus favorisées, composée de deux étages ou plus. La maison « assobradée » est celle d'un demi-étage, ce qui équivaut à dire que dans le porão « haut » on monte une volée de marches pour atteindre le « rez-de-chaussée » de la maison.

6 Anuario do Estado do Rio Grande do Sul 1893 : 155.

7 Lois, décrets, actes et résolutions. Acte n° 3, du 16 décembre 1896, Porto Alegre, A Federação, 1896.

8 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 6, 7, 9, 12, 16, 19, 22, 28 septembre 1899 ; 10 octobre 1899.

9 Expression référant à un alignement de petites maisons, en général jumelles.

10 Récipients de métal pour la récupération des matières fécales qui étaient enlevées par les services de l'hygiène publique.

11 Dans la campagne du Rio Grande do Sul, dans les fermes pour l'élevage du bétail (estâncias), le galpão était l'habitation collective des travailleurs. Sa construction en ville va de pair avec une dégradation des conditions d'habitat.

12 A Gazetinha, Porto Alegre, 20 août 1898.

13 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 15 décembre 1896.

14 Ibid., 27 avril 1895.

15 Maisons laides, sales, vieilles et mal fréquentées, abritant en général bordels ou tavernes, où se concentrent ou se réunissent les gens de « mauvaise vie ».

16 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 24 mai 1897.

17 A Gazetinha, Porto Alegre, 30 juin 1898.

18 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 25 avril 1896.

19 Femmes légères, prostituées.

20 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 20 mai 1899.

21 Ibid, 21 janvier 1896.

22 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 7 avril 1897.

23 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 4 octobre 1894.

24 Ibid., 5 mai 1900.

25 Expression propre au Rio Grande do Sul pour désigner les femmes de « mauvaise vie », les prostituées.

26 Correio do Povo, Porto Alegre, 13 décembre 1895.

27 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 3 mai 1894.

28 Correio do Povo, Porto Alegre, 13 janvier 1897.

29 Native du Ceara, État brésilien de la région du Nordeste.

30 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 28 juin et 14 août 1900.

31 O Século, Porto Alegre, 15 janvier 1882.

32 O Mercantil, Porto Alegre, 9 et 13 février 1889.

33 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 27 juillet 1900.

34 Correio do Povo, Porto Alegre, 7 mai 1898.

35 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 25 janvier 1894.

36 Ibid., 14 mars 1899.

37 Correio do Povo, Porto Alegre, 20 janvier 1897.

38 Jornal do Comércio. Porto Alegre, 24 mai 1900.

39 Voir, à ce propos, la manchette du Jornal do Comércio (Porto Alegre, 23 mai 1899).

40 Rapport de la Chambre municipale de Porto Alegre, 1876 : 7.

41 A Gazetinha. Porto Alegre, 25 août 1895.

42 Ibid., 9 novembre 1898.

43 Ibid., 16 janvier 1896.

44 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 17 janvier 1898.

45 A Gazetinha, Porto Alegre, 20 août 1898.

46 Jornal do Comércio, Porto Alegre, 27 décembre 1894.

47 Lois, décrets, actes et résolutions. Actes de l'Intendant, Porto Alegre, A Federação, 1896 : 6.

48 Anais do Conselho Municipal, 1894 : 22.

49 Code des ordonnances sur les constructions, Actes de l'Intendant, n° 22, loi n° 2.

50 Anais do Conselho Municipal, 24 novembre 1893 : 72.

51 Ibid., 19 mars 1896 : 10.

52 A Gazetinha, Porto Alegre, 16 septembre 1898.

53 Gazeta da Tarde, Porto Alegre, 13 mars 1896.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Plan de Porto Alegre de 1888, de João Cândido Jacques. © Mapoteca. Secretaria Municipal de Obras Públicas. Porto Alegre, RS, Brésil
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende FIG. 2. Plan de Porto Alegre de 1896, de Alexandre Ahrons. © Mapoteca. Secretaria Municipal de Obras Públicas. Porto Alegre, RS, Brésil
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende FIG. 3. Les becos de Porto Alegre au XIXe siècle. Porto Alegre, RS, Brésil. Création de Marlise Giovanaz. © Sandra Jatahy Pesavento. Repris de Pesavento 2001
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende FIG. 4. Photo d’un cortico dans le quartier Menimo Deus, Porto Alegre, RS, Brésil, vers 1900. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende FIG. 5. Cortiços et portões de Porto Alegre, RS, Brésil. Création de Marlise Giovanaz. © Sandra Jatahy Pesavento. Repris de Pesavento 2001
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIG. 6. Beco da Garapa (Beco de l’eau de vie), Porto Alegre, RS, Brésil, vers 1880. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende FIG. 7. Beco do Fanha (Beco du Nasillard), Porto Alegre, RS, Brésil. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 8. Praia do Riacho, costa do rio (plage de la rivière, côte du fleuve), Porto Alegre, RS, Brésil. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende FIG. 9. Deixe disso, Nhô João (Arrête tonton Joao...). Maisons populaires (casebres) de la périphérie urbaine et couple de nègres affranchis, vers 1900.Photo de Luis do Nascimento Ramos, nommé Lunara. © 2002 Eneida Serrano, Lunara amador 1900. Porto Alegre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende FIG. 10. Photo de la Colônia Africana (quartier nommé « colonie africaine »), vers 1900. © Museu da UFRGS et Museu de Porto Alegre. Portro Alegre, RS, Brésil
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 11. Beco do Poço (Beco du Puits). Aquarelle de Francis Pelichek, Porto Alegre, RS, Brésil, 1915. © Caixa Econômica Federal, Porto Alegre, RS, Brésil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9223/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteur

Spécialiste d’histoire urbaine, est professeur à l’université fédérale du Rio Grande do Sul au Brésil.
sandrajp@terra.com.br

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable