Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots de la stigmatisation urbaine

 | 
Jean-Charles Depaule

Les mots français du mauvais logement, xixe-xxe siècle

Taudis, bouge, gîte. Habitat incommode, insalubre, insuffisant, défectueux, inhabitable, indigne...

Yankel Fijalkow

Texte intégral

  • 1 Loi de solidarité et renouvellement urbain 2000.

1La fin des Trente Glorieuses a rappelé l’existence du mal-logement qui désigne aujourd’hui, en France, plus de trois millions de personnes habitant des logements surpeuplés ou sans confort, des habitations de fortune, des garnis et hôtels meublés (Bouche 1998). Le souci de l’affichage politique ou celui de « coller avec de nouvelles réalités » a permis l’apparition de nouveaux termes (« logement décent », « habitat indigne »1), supposés renouveler les pratiques professionnelles, intégrer des procédures non coordonnées et gagner en efficacité. Quoi qu’il en soit, ces stratégies de désignation de l’objet renvoient à des analyses différentes de la cause du mauvais logement. Car si celui-ci est connu dès l’Antiquité, sa causalité n’en reste pas moins discutée : est-il le reflet de modes de vie non conformes ou renvoie-t-il à l’inhabitabilité du cadre bâti ? Deux voies d’analyse, deux modalités d’action publique où les experts sont inéluctablement impliqués et qui conduisent à stigmatiser des populations à travers le cadre bâti dans lequel elles habitent.

2Ainsi, l’historien et le sociologue ne sont guère surpris par les démarches lexicales des pouvoirs publics qui, concernant le logement dit insalubre, renvoient à un siècle et demi de débats parlementaires (voir Guerrand 1987 ; Topalov 1999 ; Fijalkow 1998a ; Murard & Zylberman 1996). Néanmoins la diversité du vocabulaire employé à différentes époques selon les groupes d’acteurs reste une énigme de la recherche ; selon quels facteurs varie-t-il ? Quel rôle remplissent les démarches descriptives du phénomène ? L’enjeu de ces questions renvoie inéluctablement au processus d’universalisation des perspectives qui s’opère par l’action de l’État en interaction avec les visions singulières des groupes locaux (voir Guyot & Herault 2001 ; Paquy 2001). Les opérations de totalisation par l’emploi du recensement, de la statistique, de la cartographie (voir Zimmerman 1994 ; Brian 1994 ; Lecuyer 1977 ; Szreter 1996 ; Desrosières 1993 ; Sheard & Power 2000 ; Porter 1998) constituent des moments clés des luttes de définition des termes jugés adéquats pour désigner le phénomène, ici le mauvais logement. À terme ce sont bien des profits d’universalisation que retire du processus le groupe social et professionnel dont la définition de l’objet (et donc le travail) est reconnu comme légitime. Ainsi, les processus et les luttes de définition du mauvais logement participent de la question, plus large encore, de la construction d’une compétence savante sur l’habitat et de sa normalisation.

3Pour entrer dans ce domaine des stratégies lexicales, qui impliquent des déplacements de sens, des tentatives de dévaluation et de rationalisation, nous avons confronté l’évolution des usages du terme de taudis à la rationalisation progressive de la notion de logement insalubre. Le mot de taudis est en effet resté souvent périphérique dans l’usage politique et scientifique mais central dans la problématique hygiéniste. Il a fait dès le XVIIIe siècle l’objet d’une mise à l’écart par les experts contre l’avis des écrivains, journalistes et hommes politiques. Mais son apparition sporadique (et alors virulente !) dans le champ politique des années 1920 ne manque pas de nous interroger sur les possibilités de son inscription durable dans le vocabulaire technique. Comment et pourquoi le mot de taudis fut supplanté, malgré sa richesse sémantique, par celui d’habitat incommode, insalubre, insuffisant, défectueux, inhabitable, indigne ? Le terme de logement insalubre apparaît dans la seconde moitié du XIXe siècle lorsqu’il fut concevable d’attacher cette épithète à l’appartement et non seulement à une région, une ville ou un quartier. Introduit par l’État, interprété par les collectivités et les experts locaux, il a fait l’objet d’une rationalisation progressive. Quelle distance sépare la notion d’habitat insalubre de celle de taudis et pourquoi ?

Origines et usages littéraires du terme de taudis

4Le taudis serait selon le Trésor de la langue française de 1990 une « habitationtation misérable souvent exiguë dépourvue de confort et d’hygiène ». Le dictionnaire historique de la langue française repère l’apparition de ce terme au début du XIVe siècle. « Tauder » ou « se taudir » signifie « se mettre à l’abri ». L’expression remonterait même au XIIe siècle, et viendrait de l’anglo normand, « tialz » ou « teolder » qui désignait une tente que l’on dressait sur le navire au repos. Taudis a d’abord été un terme de fortification désignant un abri, un retranchement. Par extension, il a désigné l’abri des travailleurs qui faisaient des travaux d’approche pour assiéger des villes. Vers 1545, le taudis est un abri précaire, un « bouge ». Il désigne en 1611 un petit logement misérable, et en 1690 un logement mal tenu. À partir du XVIIIe siècle, tous les sens neutres qui désignaient encore au XVIIe siècle une boutique d’orfèvre ou de tailleur ou un grenier dans un faux comble d’une mansarde ont disparu. Ainsi, Molière fait-il dire au Bourgeois gentilhomme « regagnons notre logis et sortons de ce taudis où l’on ne peut s’asseoir ». Voltaire écrit : « Un cuistre en son taudis compose une satire,/En ais je moins le droit de penser et d’écrire ? » (Épitres). Le taudis est alors un logement incommode et socialement déqualifié.

5À la veille de la Révolution, les écrivains de Paris évoquent le taudis pour son caractère marginal et hors la loi. Selon Sébastien Mercier : « La plupart malgré les défenses de la police élèvent dans leurs taudis quantité de lapins » (1783). George Sand (1879) relève aussi que « ce taudis était principalement affecté aux bateleurs ambulants, aux petits colporteurs suspects et aux montreurs d’animaux savants ».

6Au XIXe siècle le caractère romantique du lieu rivalise avec le réalisme. Henri Murger évoque « telles stances amoureuses improvisées dans le taudis ». Zola y va de son réalisme social : « Les expulsions étaient quand même fréquentes si bas que fussent les loyers de certains taudis » (Travail, 1901). Edmont About évoque dans Paris Guide (1876) le taudis comme une chance pour des Bretons illettrés de scolariser leurs enfants dans un bon établissement de la capitale. Mais une fascination positive pour le taudis existe déjà, au nom d’un certain exotisme anticonformiste : Miomandre (1908) « guigne un petit taudis délicieux ».

Les usages politiques et experts du mot taudis avant 1850

7Malgré sa fortune littéraire, le terme de taudis est peu utilisé par les personnes publiques ou dites expertes. Bien qu’on ait qualifié le XIXe siècle d’« âge d’or du taudis » (Guerrand 1987), les écrits politiques et scientifiques utilisent peu ce terme. Peu diserts sur le caractère marginal et hors la loi de cet habitat, souligné par les écrivains, ils insistent beaucoup plus sur la vétusté, l’encombrement et la saleté qui contreviennent à l’hygiène publique.

  • 2 Ni d’ailleurs dans Le Play (1855).
  • 3 Qui évoque la règle de commoditas par l’architecte Alberti au XVIe siècle.

8Ainsi, le mauvais habitat est-il plutôt référencé aux « logements de peu de valeur » ou comme dans le traité De la bienfaisance du baron de Gerando (1839) aux « maisons dégradées de vétusté ». Taudis n’apparaît pas (ou peu) dans les écrits de Villermé sur l’épidémie de choléra de 1832 à Paris, ou dans la description de l’habitat des ouvriers des fabriques de coton, lin, soie2. Villermé évoque des « huttes sans fenêtres ni meubles ne recevant de jour que de la porte », « une seule pièce encombrée de lits, de coffres, de chaises, de métiers, d’outils ». En définitive ses tableaux s’attachent plutôt à des « logements incommodes, insuffisants et peu salubres » (Villermé 1850 : 81). Cette expression de logements incommodes3 est d’ailleurs reprise dans les gravures de Daumier (propriétaires et locataires).

9En ce qui concerne la référence à la saleté des lieux, Alexis Parent du Châtelet écrit notamment que « là où une population misérable s’est trouvée encombrée dans des logements sales et étroits, là aussi l’épidémie a multiplié ses victimes » (1834 : 34). Quant au Docteur Hellis de Nantes, célèbre pour un état sanitaire édifiant, il écrit tout simplement « entrez dans un de ces cloaques ouverts sur la rue » (cité par Guerrand 1987 : 51). Notons d’ailleurs que dès cette époque l’usage du terme de « cloaque » désignant habituellement l’égout concerne aussi relativement souvent l’habitat insalubre.

10Mais c’est lorsqu’il est fait référence à la santé publique que le terme de taudis semble s’imposer comme représentatif de la diversité des problèmes du logement des classes laborieuses. Ainsi Louis Blanc écrit-il en 1845, « Je sais bien que pour ses enfants élevés à la publique bienfaisance il en est beaucoup que tue au sortir du taudis l’air vif de la rue ou l’atmosphère de l’hospice » (Blanc 1845). Cette citation précède de quelques années la loi de 1850 « relative aux logements insalubres » qui va donner une unité à un ensemble d’impressions, d’enquêtes et d’écrits.

Après la loi de 1850 : les critères des logements insalubres

  • 4 En 1834, la loi sur les pauvres permet le vote de textes importants relatifs à l’amélioration de la (...)
  • 5 Présidées à Paris par le maire de l’arrondissement, ces commissions se composent de médecins, pharm (...)

11La loi de 1850 relative au logement insalubre s’intègre dans un mouvement européen d’inquiétude face aux conditions d’habitat des populations laborieuses. Certes, les ambitions du texte français semblent bien modestes comparées à celles prévalant en Angleterre4. De plus, la loi de 1850 n’est pas le premier texte concernant l’insalubrité. La loi de 1807 relative au dessèchement des marais, aux travaux des rues, places et quais dans les villes et de salubrité dans les communes s’était donné très tôt pour objectif d’assainir les localités, c’est-à-dire d’imposer aux municipalités, aidées par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, des Mines, et de l’École des arts et manufactures, la réalisation de plans d’alignement et d’extension destinés à limiter les effets nocifs de milieux naturels et le laisser-faire des propriétaires privés. De même un arrêté du 18 décembre 1848 avait créé, à la suite de l’exemple parisien initié dès 1802, des conseils d’hygiène et de salubrité dans les départements au niveau du canton et de l’arrondissement. Des professionnels nommés par le préfet devaient être consultés sur des problèmes aussi divers que l’assainissement des localités et des habitations, les maladies épidémiques et endémiques, la qualité des aliments et des eaux, les grands travaux d’utilité publique5. Enfin, le décret du 15 décembre 1810 relatif aux ateliers qui répandent une odeur insalubre ou incommode préfigure la loi de 1850 dans son intention de s’attacher à une des sources du mal. Mais celle-ci a pour originalité fondamentale de se préoccuper pour la première fois dans le droit français de l’habitat et, qui plus est, de l’habitat du pauvre.

  • 6 La loi de 1850 permet de soumettre à la question l’idéal type de la bureaucratie développé par Max (...)

12Néanmoins, la loi de 1850 sur les logements insalubres est volontairement imprécise dans la définition de l’insalubrité, et libérale pour ce qui concerne l’interprétation de cette notion et les pouvoirs nouveaux accordés aux municipalités. Mais l’ambition nationale de ce texte, conjuguée à la mobilisation des notables et des pouvoirs locaux, fait de lui un élément radicalement nouveau en raison des principes et des mécanismes auxquels il conduit. En effet, ce sont les villes qui se trouvent amenées à définir localement l’insalubrité et qui contribuent à la rationalisation, à la technicisation, à la normalisation de la notion. Un processus d’adaptation, d’ajustement local, débute dès la publication de la loi à partir du moment où celle-ci est interprétée et intégrée à l’action municipale6. Ce processus explique en partie pourquoi, en définitive, la loi s’est peu appliquée dans les villes et est restée au stade expérimental.

13Que signifie alors cette notion d’insalubrité ?

Insalubrité de l’habitat, insalubrité du milieu

  • 7 En 1866, le préfet de la Seine introduit les séances d’une Commission des Logements Insalubres en r (...)
  • 8 Et celle-ci n’est possible que si le logement a été signalé. Néanmoins cette règle semble levée ver (...)

14Selon la loi de 1850, « les logements réputés insalubres se trouvent dans des conditions de nature à porter atteinte à la vie ou à la santé de leurs habitants ». Néanmoins l’application de la loi dans les communes et les départements varie fortement selon les rapports de force locaux, en raison du caractère facultatif de la loi (les conseils municipaux pouvant nommer une commission des logements insalubres), de la composition de ces commissions présidées par le maire, et de la possibilité qu’ont celles-ci7 de proposer au conseil municipal, après une visite sur place8, d’obliger les propriétaires à réaliser des travaux d’assainissement ou d’interdire la location à titre d’habitation. Comme les propriétaires bénéficient de leur côté d’une procédure doublement contradictoire (auprès de la mairie et du Conseil de préfecture), l’insalubrité, dénoncée par la plainte d’un locataire, évaluée par des experts locaux et par le pouvoir politique, se trouve soumise à des acceptions très éclatées.

15Néanmoins, la loi distingue l’insalubrité provenant de causes inhérentes à l’habitation, soumise au régime précédemment décrit, et l’insalubrité extérieure et permanente, plutôt soumise à l’expropriation. Alors que les causes inhérentes à l’habitation relèvent des défauts du logement (pièces sans jour, approvisionnement en eau, systèmes d’évacuation, surpeuplement), l’insalubrité extérieure et permanente représente tout ce qui fait de l’espace urbain un milieu nocif et requiert une intervention de la commune par l’expropriation. En outre, les propriétés insalubres comprises dans un périmètre de travaux peuvent également faire l’objet d’acquisitions forcées : « Lorsque l’insalubrité est extérieure et permanente ou lorsque ces causes ne peuvent être détruites que par des travaux d’ensemble, la commune pourra acquérir la totalité des propriétés comprise dans le périmètre des travaux » (article 13).

16Pourtant, malgré son caractère « localiste », la loi de 1850 a permis une évolution de la notion d’insalubrité. Élaborée progressivement par les « experts » de la commune (Fijalkow 2000 : 135-156) après de nombreuses visites de logements, de tenues de commissions et de procédure, cette notion s’est intégrée au répertoire expert.

Insalubrité des modes de vie et des équipements

  • 9 Selon un rapport réalisé en 1858 par le ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publi (...)

17La commission des logements insalubres de Paris est souvent citée comme modèle de cette évolution9. L’évolution de la notion d’insalubrité et l’émergence de nouveaux objets insalubres à Paris y est révélatrice d’une préoccupation de plus en plus centrée sur la famille et le logement. Dans ses premiers jours d’exercice, la commission des logements insalubres de Paris est profondément « aériste » (Corbin 1982), attentive aux miasmes et aux odeurs. Elle n’admet sa compétence que dans la sphère intime de l’appartement :

18Il y a insalubrité partout où il y a mauvaises odeurs pouvant vicier l’air de l’habitation. Cette insalubrité peut être extérieure : amas d’immondices, stagnation d’eau pour cause de mauvais pavage, défaut d’entretien des conduites d’eau ménagères, mauvaise odeur des fosses et cabinets, saletés des murs, corridors et escaliers. Cette insalubrité extérieure n’entre pas dans la compétence de la loi de 1850. (Juillerat & Levy-Dorville 1900 : 4)

  • 10 Cette ordonnance est le fruit des recommandations du conseil d’hygiène. L’instruction qui accompagn (...)

19Ainsi, l’insalubrité intérieure, inhérente à l’habitation, se manifeste par « l’agglomération des habitants, l’humidité, le défaut d’air et de lumière, l’exiguïté des logements, la malpropreté » (ibid. : 20). Dans le cadre restreint de l’univers domestique, la commission impose donc aux propriétaires le nettoiement, l’ouverture d’une fenêtre, la création d’un vasistas, la suppression de cloisons, le pavage. Mais elle souligne rapidement son impuissance devant le surpeuplement : aérer le logement sans tenir compte de la taille des appartements et du nombre d’habitants par foyer relève parfois de l’absurde. L’absence d’eau dans les maisons comme cause d’insalubrité est évoquée, sans doute sous l’influence de l’ordonnance de police du 23 novembre 1853 relative à la salubrité des habitations10.

  • 11 Rapport de 1857, dans Paul Juillerat & André Levy-Dorville : 17. En majuscules dans le texte. Voir (...)

20Cette attention aux appartements familiaux la conduit à s’intéresser de plus en plus aux dispositifs techniques et aux modes de vie des habitants. Dans son rapport de 1857, la commission des logements insalubres déplore « les habitudes invétérées et l’insouciance de gens qui ne comprennent pas la portée des conseils et pour lesquels le mot d’INSALUBRITÉ est vide de sens11 ». Quelques années plus tard, l’annexion des communes suburbaines de Paris modifie le volume et la nature des affaires traitées, conduisant la commission à de nouvelles problématiques. Les loges de portier, les baraquements de banlieue, les maisons nouvellement construites constituent une part importante des interventions. Mais on doit désormais s’évertuer à rechercher dans les baraquements de la petite banlieue qui, du locataire du terrain ou du propriétaire, doit supporter les travaux de réduction de l’insalubrité. Cherchant à s’échapper des cas isolés, la commission rapporte volontiers ces faits à d’autres espèces proches, en termes de quartiers, de rues, de cités ou d’immeubles.

Insalubrité technique et du bâti

  • 12 Selon le rapport du Comité consultatif d’hygiène du 19 décembre 1870 (rapporteur Jean Isabelle), la (...)

21Après l’épisode de la Commune, le ton accommodant de la commission des logements insalubres change sous l’effet d’un conseil municipal élu depuis 1871 et de rapporteurs plus véhéments, annonçant les premières escarmouches de la « bataille du tout-à-l’égout ». La commission des logements insalubres n’est plus présidée par un médecin12 mais elle intègre des ingénieurs. La commission s’intéresse alors à la mauvaise construction originelle, aux modifications opérées sans contrôle à l’intérieur des bâtiments, au défaut d’entretien. Il s’agit désormais de préserver le bâti contre l’humidité, de permettre un renouvellement de l’air grâce à un cubage adéquat, de se préserver des émanations provenant des fosses, de permettre l’écoulement des eaux pluviales et ménagères. Dès lors, la définition de l’insalubrité s’élargit, recouvre le champ de l’habitabilité et parfois même du confort, si bien que le devoir social du propriétaire se trouve investi de nouvelles obligations. Le souci d’une intervention publique forte est confirmé. Il s’exerce sur les équipements sanitaires (eau salubre et fosses fixes), les réseaux et la solidité des constructions. Ainsi, « les causes de l’insalubrité les plus fréquentes et les plus graves sont l’humidité, le défaut d’air et de jour, l’absence d’eau salubre, le mauvais état des planchers, des parquets ou des carrelages, les infiltrations par les toitures, l’exiguïté des pièces habitées, l’encombrement, l’insuffisance de hauteur des plafonds, l’absence de cheminées, le défaut de tirage des tuyaux de fumée, la mauvaise installation des fosses fixes » (Juillerat & Levy-Dorville 1900 : 33).

  • 13 Ministère de l’Agriculture et du Commerce. Commission ministérielle dite des Odeurs de Paris. Obser (...)

22Cette attention plus forte aux dispositifs techniques et au cadre bâti, qui dénote la présence des ingénieurs se traduit par des projets d’équipements. Ainsi, lors de la séance du 16 avril 1883, le docteur Napias indique qu’il lui semble indispensable de doter chaque logement d’un cabinet d’aisance, cette formule « révolutionnaire » rappelant les premiers termes d’un rapport remis au préfet par l’ingénieur Durand-Claye13.

  • 14 Ou un renvoi au Conseil d’hygiène et de salubrité présidé par le préfet de police qui dispose évent (...)

23L’établissement de critères techniques n’accorde pourtant pas une définition homogène à la notion d’insalubrité selon les groupes sociaux. En 1883, sur 2498 plaintes reçues émanant de locataires, 1428 soit 56 % ont donné lieu à visites et rapport au conseil municipal, c’est-à-dire ont été considérées comme relevant vraiment de l’insalubrité ; 855 soit 34 % n’ont donné lieu qu’à des visites seules14. De plus, 75 % des plaintes de locataires habitant le 16e arrondissement sont déclarées recevables contre 40 % dans les 19e et 20e, mais seulement 25 % dans le 8e. Ces fortes variations géographiques seraient à étudier en détail pour montrer comment la nature des rapports sociaux entre propriétaires et locataires a pu influencer les commissions, même s’il semble difficile d’expliquer systématiquement leurs jugement par le « niveau social » des arrondissements (Kalf 1995).

24Néanmoins, ces écarts de jugements ne laissent pas d’inquiéter certains médecins tel Octave Du Mesnil. Ce fidèle successeur de Villermé à la rédaction des Annales d’hygiène publique et de médecine légale recherche en 1878 une définition universelle du mauvais logement, nécessaire pour rationaliser l’action publique. Cette idée, exprimée dans un article paru dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale (Du Mesnil 1878 : 84-105), se traduit par la tentative de systématisation des rapports soumis à la commission des logements insalubres sous la forme de dix-sept questions établissant une description précise des lieux : nombre d’habitants dans l’immeuble et par chambre, description de l’immeuble insistant particulièrement sur l’aération, la ventilation, l’état des sols, la description des chambres en termes d’éclairage, le mode d’écoulement des matières usées, la présence d’industrie... Ce questionnaire rompt radicalement avec l’idée que l’insalubrité ne peut faire l’objet de normes universelles supra locales.

Insalubrité et habitat surpeuplé

25Ces réflexions en faveur d’une rationalisation des jugements d’insalubrité aboutissent à la mise en oeuvre du recensement de 1891 à Paris qui prend en compte pour la première fois en France la question du surpeuplement. Celle-ci est décidée par la Commission permanente de statistique municipale, dont le secrétaire est Jacques Bertillon, docteur en médecine et fils du démographe Louis-Alphonse Bertillon (1821-1883). Dans une séance du 25 octobre 1881, qui réunit entre autres l’ingénieur Durand-Claye, le docteur Du Mesnil et le statisticien Toussaint Loua, Bertillon déclare :

  • 15 Commission permanente de statistique municipale de Paris. Compte rendu des débats du 25 octobre 188 (...)

26Il existe à Paris un grand nombre de personnes qui vivent dans des logements beaucoup trop étroits. Sans même parler des malheureux qui vivent dans des garnis affreux où la même chambre sert à plusieurs dizaines de personnes, il y a beaucoup de familles d’ouvriers et d’ouvriers aisés où père, mère, garçons et filles vivent dans la même pièce. Il est aisé de deviner les conséquences d’un tel entassement au point de vue de l’hygiène et de la morale.15

27Ce principe de mesure statistique, motivé par la posture charitable héritée de la loi de 1850, définit le surpeuplement en terme de personnes par pièce, l’habitat insalubre devenant ipso facto l’habitat surpeuplé. Les statistiques de surpeuplement de Jacques Bertillon ont très souvent été reprises pour évaluer les besoins de construction et de peuplement de l’habitat social (Fijalkow 1998b : 113-127).

Brochure pour l’amélioration du logement, vers 1960. © pacte

Immeubles insalubres et casier sanitaire

28Mais la nécessité pour le conseil municipal de disposer de moyens d’action particuliers à l’échelle des immeubles (et non de logements) le conduisit à promouvoir un autre système statistique d’observation : le casier sanitaire des maisons de Paris. Celui-ci permet l’apparition de nouvelles échelles de l’insalubrité : l’immeuble et l’îlot.

29En 1894, Paul Juillerat (1854-1935), chef du service technique de l’assainissement et de l’habitation à la préfecture de la Seine, propose un véritable système d’informations sur les 70 000 immeubles parisiens. Ce procédé repose sur le principe de relevés de terrain consignés dans des chemises de maisons classées dans des chemises de rues. On trouve dans les chemises de maisons des relevés physiques relatifs au tissu urbain et sanitaire, notamment une enquête à l’intérieur de chaque bâtiment pour consigner la présence d’équipements, la propreté et l’état d’entretien des parties communes d’immeubles : cabinets d’aisance et ventilateurs, cours, escaliers, couloirs, écuries. Des données sur la nature de l’occupation identifient la présence d’établissements industriels ou commerciaux, le nombre de boutiques sur rue, le nombre d’habitants et surtout la statistique démographique et sanitaire provenant du service de la statistique municipale : nombre de décès par maladies transmissibles, dont la tuberculose et vers 1904 le cancer. À ce dossier sont joints, s’il y a lieu, les comptes rendus de visite des commissions des logements insalubres.

  • 16 Préfecture de la Seine, Rapports sur la répartition de la mortalité par tuberculose pulmonaire dans (...)
  • 17 Rapports sur la répartition de la tuberculose pulmonaire dans les maisons de Paris, 1905 : 59.

30Les statistiques issues de l’exploitation du casier sanitaire permettent d’élaborer rapidement une théorie. Dans ses premiers essais, Paul Juillerat montre que la mortalité par immeuble varie selon le degré d’équipement sanitaire (Juillerat 1899). Mais dès 1905, il impute les plus fortes mortalités à l’absence d’air et de lumière, et donc à la densité bâtie16. En effet, l’attention nouvelle portée à la phtisie pulmonaire, liée à l’émergence du mouvement pastorien, semble condamner les rues étroites et les cours obscures. En 1888, les médecins pastoriens Nocard et Roux déclarent pouvoir cultiver le bacille de Koch (1884) contenu dans des produits pathologiques comme le crachat et le pus. Si selon ces expériences, le bacille se développe beaucoup mieux à l’obscurité qu’à la lumière, dans le froid qu’à la chaleur humide, le casier sanitaire est le nouvel outil permettant d’exporter sur le terrain urbain ces découvertes de laboratoire. Ces principes permettent de détecter des « immeubles insalubres », aussi qualifiés de maisons meurtrières. Ainsi, l’étude de l’influence de l’ensoleillement sur la maladie permet-elle à Juillerat d’affirmer qu’un nombre non négligeable de décès tuberculeux se concentrent depuis 1894 dans les mêmes maisons17. Par itération, celles-ci s’agglomèrent dans des milieux particulièrement nocifs, les îlots insalubres.

Îlots insalubres et tuberculeux

31Le 8 mars 1906, le conseiller municipal Ambroise Rendu reprend mot pour mot une note technique de 1904 rédigée par Juillerat et précisant les caractéristiques, les délimitations, les classements en terme de risque de six îlots meurtriers, agglomérations d’immeubles, d’une dizaine à une trentaine de rues où le taux de mortalité par tuberculose, 800 pour 100 000 habitants, selon les rapports du casier sanitaire, est le double de la moyenne parisienne. Dans ces îlots qui représentent 1 600 maisons et 59000 logements, 80 % des immeubles de ces secteurs sont considérés comme « tuberculeux » !

  • 18 Ibid.
  • 19 « Les quartiers où la tuberculose s’établit à demeure sont les quartiers où les logis sont obscurs (...)

32L’expression d’immeubles tuberculeux est significative. Elle traduit l’importance accordée à la notion de milieu qui, dès lors, empêche de rechercher l’insalubrité dans le logement comme le voudrait la loi de 1850. Mais cette expression est aussi liée au concept de contagion qui porte l’attention sur les individus, porteurs de contages. Ces deux éléments résument toute l’ambiguïté de la notion d’insalubrité à la fin du XIXe siècle, réduite à des éléments techniques et des statistiques de mortalité, mais qui n’en continue pas moins à être un « marqueur social ». D’après Juillerat, « presque jamais une maison à forte mortalité n’est isolée. Dans la presque totalité des cas, les maisons contiguës à des immeubles contaminés sont également frappées avec plus ou moins de sévérité. Le résultat est la formation de véritables îlots infectés18. » Cette idée de contagion par le bâti a pour corollaire le refus d’une causalité sociale19 : « Pour nous la tuberculose n’est pas une maladie populaire. Ce n’est pas telle ou telle classe de la société qui est frappée de préférence à d’autres. Ce sont les habitants des logements sombres et mal aérés quelles que soient leurs conditions sociales, qui paient le plus lourd tribut » (Juillerat 1920 : 45). La quantification s’exerce en priorité sur l’immeuble tuberculeux susceptible d’en contaminer d’autres.

  • 20 Alain Cottereau souligne aussi ce parti pris écologique alors que l’usure du travail aurait pu être (...)

33Néanmoins Juillerat ne manque pas de souligner combien la contagion urbaine peut provenir des individus vivant dans des îlots insalubres. Citant le professeur Louis Renon, auteur d’un ouvrage sur les maladies populaires et inquiet de l’augmentation de la densité des rapports sociaux en ville, Juillerat est conduit à se méfier de l’apparence anodine du tuberculeux éparpillant ses germes au gré de ses allées et venues (Juillerat 1906 : 12). La recherche des lieux de primo-infection, en l’occurrence les îlots insalubres, se révèle alors fondamentale20.

L’apparition du mot taudis dans le débat public au début du XXe siècle

34Au tournant du siècle le nouvel usage du terme de taudis renvoie au danger du lieu infecté. Dès 1905, Paul Juillerat développe l’idée que « la tuberculose est la maladie des taudis » (Juillerat 1905 : 45). Cette idée fait écho à celle déjà avancée dans le mouvement HBM (Magri 1991). Les fichiers, les statistiques et les cartes sur lesquels il s’appuie lui donnent un crédit scientifique. Il reçoit l’appui d’architectes comme Adolphe Augustin Rey et Louis Bonnier à la recherche d’une architecture hygiénique (Rey 1905) et dont l’influence sur le règlement sanitaire de Paris du 22 juin 1904 est connue (Mory 2001). Des promoteurs de l’ingénierie sociale comme Emile Cheysson participent aussi à l’intégration de ce terme dans le vocabulaire spécialisé (Cheysson 1907).

35En 1906, Georges Cahen décrit dans la Revue bleue politique et parlementaire « les taudis parisiens : leur insalubrité » en utilisant sous une forme qualitative les thèmes associés aux résultats du casier sanitaire : danger de la gangrène tuberculeuse, surpopulation, saleté, alcoolisme, hôtels meublés, immigration. « Ce sont d’innommables taudis où cinq, six êtres humains grands et petits s’entassent. » De tels écrits permettent à quelques conseils municipaux xénophobes d’évoquer « des étrangers qui méconnaissent les lois de l’hygiène et louent clandestinement à leurs compatriotes d’infects taudis » (Badini-Jourdin 1909 : 2).

36En 1925, l’écrivain Paul Lantelme écrit dans la Nouvelle Revue un article intitulé « Les cités de la misère », un résumé de ce point de vue. Cet auteur ne distingue guère les hommes des lieux car il écrit : « À quoi bon tenter de s’affranchir moralement dans le cadre d’un taudis. Le milieu annihile l’effort individuel. »

  • 21 Et qui garde cette raison sociale jusqu’en 1970.

37Ce point de vue est celui du groupe Propagande et Action contre les taudis créé en 192521. Dès la première page la brochure du groupe lance un appel vibrant : « Le taudis doit disparaître ! Aidez-nous ! ». Les diverses descriptions de la brochure de création relèvent des « chambres à peine éclaiéclairées », un « bouge », « un triste gîte ». On distingue le « taudis rural », les « ateliersliers taudis », le « taudis tuberculeux à Paris » et surtout les « îlots maudits ».

38Le repérage de zones à risques tuberculeux, les îlots insalubres de Paris, s’inscrivent donc dans cette lutte contre les taudis. En 1937, alors qu’aucune action administrative n’a réellement commencé pour détruire ces espaces infectés de la capitale, le député Louis Sellier s’insurge : « Quand et comment on endiguera la gangrène du taudis qui a depuis longtemps franchi les pauvres frontières des 17 îlots officiellement délimités et avoués pour envahir et inquiéter des zones insoupçonnées du passant jusqu’en bordure des plus larges et des plus belles voies parisiennes ? »

39Ainsi le terme de taudis requiert-il aussi l’indignation parce qu’il soustend un danger de contagion entre pauvres et riches.

Les déplacements de sens dans la seconde moitié du XXe siècle

40La hantise de la gangrène explique sans doute l’existence de nombreux projets de « suppression des taudis » dans les plans d’urbanisme établis pendant et après-guerre. Le terme est vigoureusement utilisé par les hérauts du principe de la tabula rasa. Selon Le Corbusier : « Le taudis est caractérisé par les signes suivants : insuffisance de surface habitable par personne, médiocrité des ouvertures sur le dehors, absence de soleil, vétusté et présence de germes morbides, absence ou insuffisance des installations sanitaires. »

  • 22 Voir la critique de Simon (1936). Et celle de l’Institut national d’hygiène de 1946 montre, mais un (...)

41Mais elle fait l’objet de critiques vigoureuses22. Dès 1943 Henri Sellier (1943 : 9-11) distingue :

Une maison est insalubre quand elle est construite d’une façon défectueuse, quand la protection contre les intempéries est insuffisante, quand l’ensoleillement et l’aération ne s’y manifestent pas conformément aux règles de l’hygiène, si elle est édifiée sur un terrain qui crée une ambiance défavorable et si les possibilités d’évacuation des matières usées et l’alimentation en eau potable ne sont pas parfaites. Une troisième catégorie de taudis tient à l’absence de soins et de propreté des habitants.

  • 23 Il utilise dans son article sur l’École de Chicago le terme de « slum ».

42De même Robert Auzelle s’insurge-t-il contre le terme de taudis qui exprime un « jugement de valeur » : le mot taudis « ne s’applique qu’au local sans tenir compte des occupants » (Auzelle 1949). Mais il juge aussi le terme insalubrité « trop restrictif ». Fort de ce recul épistémologique, Auzelle affirme que « l’immeuble insalubre est une généralisation trop hâtive et erronée dans son détail, l’îlot insalubre est une généralisation encore plus chargée d’erreurs. Et ces erreurs ne manquent pas d’être relevées par les personnes intéressées lorsqu’il s’agir de déclarer un immeuble ou in îlot insalubre ». C’est pourquoi il souscrit à la notion de « logementment défectueux » préférée au terme de taudis par le courant Économie et Humanisme soucieux de prendre en compte « l’action d’habiter, c’està-dire la participation de l’homme à son habitation »23 (voir les enquêtes de Quoist 1952 ; Père Loew 1945 ; Chombart de Lauwe 1952 ; voir aussi Topalov 1997).

43Le problème posé de la catégorisation de l’insalubrité, de sa mesure et de son éradication à l’échelle de la politiques urbaines, de logements ou à l’égard de catégories de population est donc loin d’être résolu.

44Au cours des années 1950 la notion de « logement défectueux » connaît encore un certain succès pour désigner les populations. Dans un contexte de relance de la construction publique, on évoque les « mal logés ». Le cumul des critères de « mal logement » permet d’établir des listes de « prioritaires » pour la location d’un logement social.

45Mais on continue aussi à se préoccuper de l’habitat insalubre sous sa forme spatiale. Ainsi de nouveaux critères comme les éléments de confort à partir du recensement de 1962 (absence de W.-C. et d’installation sanitaire) permettent d’établir des délimitations d’action publique pour la rénovation urbaine. Jusqu’au début des années 1970, l’habitat insalubre concerne aussi la forme des « bidonvilles » ou les centres anciens exploités par des « marchands de sommeil ». Leur dégradation conduit d’ailleurs les spécialistes à dénoncer, sans doute dans la lignée de la loi Malraux (1962) et des Opérations groupées de restauration immobilière, leur « taudification ».

46Mais vers le milieu des années 1970, le tournant en faveur de la réhabilitation du patrimoine ancien par les propriétaires privés, soutenus par l’action publique, permet un autre regard sur le mauvais logement. On fixe alors des « normes minimales d’habitabilité » en deçà desquelles un logement resterait soumis à des plafonds de loyers. Il s’agit en définitive de prolonger de quelques années encore l’idée d’un « loyer scientifique » dont la loi de 1948 illustrait l’apogée. Si un tel dispositif vise à travers le logement des catégories spécifiques, les espaces centraux et anciens des villes sont explicitement visés.

47Tel n’est pas le cas des dernières catégories en date apparues à la fin des années 1990 qui désignent moins des « classes d’individus » que des « personnes » sans rattachement spatial. Le concept d’« habitat indigne » s’attache à un plan quinquennal d’éradication qui regroupe les immeubles insalubres, les immeubles menacés de ruine et ceux présentant un risque d’exposition à une intoxication par le plomb. La notion de santé publique y est fortement inscrite. Sa connotation humanitaire est transparente, mais son attachement concerne surtout une qualité subjective de l’être humain : la dignité. Quant à la notion de « logement décent », qui renvoie à une codification technique relativement normée, elle désigne un logement qui « ne laisse pas apparaître de risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou à la santé et doté des éléments le rendant conforme à l’usage d’habitation ».

48La richesse du lexique consacré à l’habitat insalubre depuis un siècle et demi montre l’importance des stratégies lexicales. Le terme de taudis, rejeté au début du XIXe siècle en raison de son affiliation à des modes de vie marginaux, est préféré au concept d’insalubrité : notion floue, polysémique, multi-échelle (région, ville, quartier logement, immeuble, îlot), multi-thème (équipement, bâti, modes de vie, surpeuplement). Le caractère fédérateur de la notion, le souci de la santé publique, lui permet malgré ses approximations de perdurer. Il justifie une politique publique de l’habitat selon des critères statistiques et financiers. Mais le terme de taudis, qui réapparaît au début du XXe siècle, est tout de même chargé d’une autre épaisseur. Même s’il ne désigne qu’une seule échelle (le logement, la famille), il évoque une plus grande diversité de thèmes (surpopulation, saleté, alcoolisme, instabilité résidentielle et immigration). Il s’avère donc, plus que le terme d’« insalubrité », particulièrement armé pour défendre l’idée que la « gangrène urbaine » ne saurait être stoppée sans une amputation, conforme aux doctrines de la tabula rasa. Les années qui ont suivi l’après-guerre semblent, avec leur alternance de politiques urbaines (aides à la pierre notamment) et du logement (Topalov 1987) (aides à la personne), avoir expérimenté toutes les formes de traitement du mauvais logement. Mais, aujourd’hui, alors que les termes d’insalubrité et de taudis s’effacent en faveur de concepts attentifs à la préservation de la personne (décence et dignité), quels mots peut-on utiliser pour construire un projet urbain ?

49Paris, 29 octobre 2003

Usages et contextes des termes désignant le mauvais logement

Usages et contextes des termes désignant le mauvais logement

Bibliographie

Sources et références

Sources

Dictionnaire de l’Académie française, 1694.

Dictionnaire de l’Académie française, 1878.

Dictionnaire historique de la langue française, Robert, 1992.

Ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics (1858), Rapport sur une enquête auprès des Préfets, Archives Nationales F8 211.

Rapports de la commission des logements insalubres 1851-1870. Série VD 6-83 des Archives de Paris (par arrondissements). Également Rapports de la commission des logements insalubres de la Ville de Paris, Archives nationales F8 211.

Références bibliographiques

About, Edmond. [1876] 1996. « Dans les ruines », Paris Guide. Paris, La Découverte.

Auzelle, Robert. 1949. Recherche d’une méthode d’enquête sur l’habitat défectueux. Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme.

Badini, Jourdin. 1909. Rapport au Conseil municipal de Paris, n° 108, relatif à la sécurité et à l’insalubrité du quartier Saint-Gervais.

Bertillon, Jacques. 1894. Essai de statistique comparée du surpeuplement des habitations. Imprimerie Chaix.

Blanc, Louis. 1845. Organisation du travail. Caville.

Bourdelais, Patrice (éd.). 2001. Les hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques (XVIIIe-XXe siècle). Paris, Belin.

Bourdelais, Patrice & Yves Raulot. 1983. Une peur bleue : le choléra. Paris, Payot.

Brian, Eric. 1994. La mesure de l’Etat. Statisticiens et géomètres au XVIIIe siècle. Paris, Albin Michel.

Cahen, Georges. 1906. « Les taudis parisiens : leur insalubrité », Revue bleue politique et parlementaire

Commission permanente de statistique municipale de Paris. 1881. Comptes rendus des débats, 25 octobre 1881.

Corbin, Alain. 1982. Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social XVIIIe et XIXe siècles. Paris, Aubier-Montaigne.

Cottereau, Alain. 1978. « La tuberculose à Paris, 1882-1914 : maladie urbaine ou maladie du travail ? Un exemple de production de connaissances et de méconnaissances sur les modes de vie », in « Vie Quotidienne en milieu urbain », supplément aux Annales de la recherche urbaine, Paris.

Cuvier, Georges. 1805. Leçons d’anatomie comparée. Paris, Baudoin.

Daumier, Honoré. [1848] 1977. Locataires et propriétaires (préface de Paul Guth). Paris, Vilo, A. Sauret.

Desrosières, Alain. 1993. La politique des grands nombres, histoire de la raison statistique. Paris, La Découverte.

Hellis, Dr. 1833. Souvenir du choléra en 1832. Paris, Ballière [sic].

Du Mesnil, Octave. 1886. L’habitat du pauvre à Paris. Paris, Masson. — 1878. « Les garnis insalubres de Paris », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. I : 84-105.

Engels, Friedrich. [1845] 1975. Les conditions des classes laborieuses en Angleterre. Éditions Sociales.

— [1887] 1976. La question du logement. Paris, Éditions Sociales.

Fijalkow, Yankel. 1998a. La construction des îlots insalubres. Paris (1850-1945). Paris, L’Harmattan.

— 1998b. « Le surpeuplement ou la tuberculose. Deux critères pour identifier les mal-logés. Paris, 1850-1945 », in Nicole Haumont & J.-P. Levy (éds), La ville éclatée, quartiers et peuplement. Paris, L’Harmattan : 113-127.

— 2000. « La notion d’insalubrité, un processus de rationalisation, 1850-1902 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 1 : 135-156.

Gerando, Joseph-Marie de. [1839] 1971. De la bienfaisance publique. Paris, Hachette.

Guerrand, Roger Henri. 1987. Propriétaires et locataires. Les origines du logement social en France 1850-1914. Paris, Quintette.

Guyot, Jean-Claude & Bruno Herault (éds). 2001. La santé publique, un enjeu de politique municipale. Bordeaux, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Juillerat, Paul. 1899. « Note statistique sur deux groupes de maisons de Paris d’après les données fournies par le casier sanitaire », Revue d’hygiène et de police sanitaire, 20 janvier.

— 1905. « L’habitation urbaine », Premier congrès international d’assainissement et de salubrité de l’habitation, Paris : 45.

— 1906. Une institution nécessaire : le casier sanitaire des maisons de Paris. Paris, J. Rousset.

Juillerat, Paul. & André Levy-dorville. 1900. Note sur l’organisation et le fonctionnement du bureau de l’assainissement et de l’habitation, Préfecture de la Seine, Direction des affaires municipales.

Kalf, Elsbeth. 1995. L’hygiénisation de la vie quotidienne. Le logement Insalubre à Paris. Thèse de doctorat, Université de Paris VII (sous la direction de Nicole Haumont).

Le Corbusier. 1942. La charte d’Athènes. Paris, Minuit, réédition 1957.

Lécuyer, Bernard Baptiste. 1977. « Médecins et observateurs sociaux : les Annales d’hygiène publique et de médecine légale », in Pour une histoire de la statistique. INSEE.

Le Play, Frédéric [1855] 1983. « Les ouvriers européens », in Les ouvriers des deux mondes, Éditions de l’Arbre verdoyant.

Magri, Suzanna. 1991. « Des ouvriers aux citoyens modestes », Genèse, 5.

Mercier, Sébastien [1783] 1998. Tableaux de Paris. Paris, Mercure de France.

Ministère de l’Agriculture et du Commerce. Commission ministérielle dite des Odeurs de Paris. 1881. Observations des ingénieurs du service municipal de Paris au sujet des projets de MM. Girard et Brouardel. Paris, Chaix.

Miomandre, Francis de. 1908. Écrit sur de l’eau. Paris, H. Falque, éditions du Feu.

Molière. [1670] 1990. Le Bourgeois gentilhomme. Paris, Larousse.

Mory, Pascal. 2001. « Architecture et hygiénisme », in P. Bourdelais (éd.), Les hygiénistes. Paris, Belin.

Murard, Lion & Patrick Zylberman. 1983. « Les murs qui tuent », Les cahiers médico-sociaux, Genève, 4 : 285-294.

— 1996. L’hygiène dans la République, la santé publique en France ou l’utopie contrariée, 1870-1918. Paris, Fayard.

Murger, Henri. [1851] 1988. Scènes de la vie de bohème. Paris, Gallimard.

Paquy, Lucie. 2001. Santé publique et pouvoirs locaux. Le département de l’Isère et la loi du 15 février 1902. Thèse de doctorat en histoire, Université Lyon II.

Préfecture de la Seine. 1894-1910. Rapports sur la répartition de la mortalité par tuberculose pulmonaire dans les maisons de Paris depuis le 1er janvier 1894 jusqu’au 1er janvier 1910, (12 volumes).

Propagande et Action contre les taudis. 1925. Le taudis, brochure.

Rey, Adolphe Augustin. 1905. « L’exposition de la tuberculose », La construction moderne, 9 décembre.

Sand, George. [1879] 1993. Histoire de ma vie. Paris, Flammarion.

Sellier, Henri. 1937. Rapport sur les îlots insalubres. Conseil municipal de Paris.

— 1943. « Définition du logement normal », Musée social : 9-11 Sheard, Sally & Helen POWER. 2000. Body and City. Histories of Urban Public Health. Aldershot, Ashgate.

Simon, Norbert. 1936. Etude critique du taudis. Paris, Vigot.

Szreter, Simon. 1996. Fertility, Class and Gender in Britain 1860-1940. Cambridge, Cambridge University Press

Topalov, Christian. 1987. Le logement, une marchandise impossible. Paris, fnsp.

— 1999. Laboratoire du nouveau siècle, la nébuleuse réformatrice et ses réseaux. Paris, Éditions de l’ehess.

Villermé, Louis René. 1833. « Note sur les ravages du choléra morbus dans les maisons garnies de Paris », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. XI, 2 : 385-409.

— 1840. Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie. s. l., Renouard.

Weber, Max. 1921. Economie et Société (traduction française, Paris, Plon 1971).

Zimmermann, Bénédicte. 1994. « Statisticiens des villes allemandes et action réformatrice (1871-1914) », Genèses, 15.

Zola, Émile. [1901] 2002. Travail. Paris, Robert Laffont.

Annexes

Brochure de l’Association pour l’amélioration du confort, les travaux d’entretien des locaux d’habitation et la lutte contre le taudis à Paris, vers 1960. © pacte

Notes

1 Loi de solidarité et renouvellement urbain 2000.

2 Ni d’ailleurs dans Le Play (1855).

3 Qui évoque la règle de commoditas par l’architecte Alberti au XVIe siècle.

4 En 1834, la loi sur les pauvres permet le vote de textes importants relatifs à l’amélioration de la ville (1847), à la santé publique (1848), et au surpeuplement (loi sur les garnis de 1851). Ces textes se préoccupaient de l’alimentation en eau courante, de la ventilation et des égouts dans les constructions neuves, permettant même aux collectivités locales de se substituer aux propriétaires privés pour les bâtiments existants.

5 Présidées à Paris par le maire de l’arrondissement, ces commissions se composent de médecins, pharmaciens, chimistes, vétérinaires, parfois ingénieurs, industriels. Ils ont un rôle d’observation et de recommandations, visitent sur place à la suite d’un dépôt de plainte les lieux désignés et tentent de concilier dans ce cadre les parties. Leur statut de bénévoles et leur appartenance à la notabilité leur permettent d’exercer un ascendant sur les locataires et propriétaires. À Paris leur rôle est à la fois complémentaire et concurrentiel à celui des commissions de logements insalubres.

6 La loi de 1850 permet de soumettre à la question l’idéal type de la bureaucratie développé par Max Weber dans Économie et Société, à savoir la compatibilité de la rationalisation avec la décentralisation des pouvoirs.

7 En 1866, le préfet de la Seine introduit les séances d’une Commission des Logements Insalubres en relevant que la commission se trouve être un arbitre entre deux nécessités aussi fondamentales l’une que l’autre : la santé et la propriété.

8 Et celle-ci n’est possible que si le logement a été signalé. Néanmoins cette règle semble levée vers 1852-1853 lors de l’épidémie de choléra, sous l’effet de la rumeur publique (voir Kalf 1995 : 58 ; sur les processus à l’oeuvre lors de l’épidémie de choléra, Bourdelais & Raulot 1983).

9 Selon un rapport réalisé en 1858 par le ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics à la suite d’une enquête auprès des préfets, la diffusion des rapports de la commission de Paris a convaincu le préfet du Gard du bien-fondé de la loi. Archives nationales : F8 211.

10 Cette ordonnance est le fruit des recommandations du conseil d’hygiène. L’instruction qui accompagne cette ordonnance indique que l’insalubrité peut être soit locale (le logement de la famille) soit générale (provenant de la maison tout entière). Dans le premier cas, résoudre l’insalubrité conduit à s’intéresser à l’air, au mode de chauffage, à la propreté. Dans le second cas, la salubrité des maisons dépend de la présence de cabinets d’aisance communs, de l’évacuation des eaux ménagères. Lorsqu’ils instruisent une plainte les conseils d’hygiène doivent, si l’insalubrité leur semble fondée et le propriétaire récalcitrant à toute recommandation, transmettre le dossier à la commission des logements insalubres. On comprend que, dans ce cadre, l’exigence des conseils d’hygiène ait des effets importants sur l’activité de la commission et sur la nature des affaires qu’elle a à connaître.

11 Rapport de 1857, dans Paul Juillerat & André Levy-Dorville : 17. En majuscules dans le texte. Voir aussi rapport de 1866, p. 4 (AN : F8 211).

12 Selon le rapport du Comité consultatif d’hygiène du 19 décembre 1870 (rapporteur Jean Isabelle), la loi de 1850 est en train de perdre son caractère moral et charitable. AN : F8 211.

13 Ministère de l’Agriculture et du Commerce. Commission ministérielle dite des Odeurs de Paris. Observations des ingénieurs du service municipal de Paris au sujet des projets de MM. Girard et Brouardel, Paris, Chaix, 1881.

14 Ou un renvoi au Conseil d’hygiène et de salubrité présidé par le préfet de police qui dispose éventuellement à son tour de la possibilité de saisir la commission des logements insalubres.

15 Commission permanente de statistique municipale de Paris. Compte rendu des débats du 25 octobre 1881, p. 5.

16 Préfecture de la Seine, Rapports sur la répartition de la mortalité par tuberculose pulmonaire dans les maisons de Paris depuis le1er janvier 1894 jusqu’au1er janvier 1910, 1894-1908 (12 volumes). Le titre du volume change en 1905, Rapports sur la répartition de la tuberculose pulmonaire dans les maisons de Paris et en 1906 : Rapports sur la répartition de la mortalité par tuberculose pulmonaire et par cancer dans les maisons de Paris.

17 Rapports sur la répartition de la tuberculose pulmonaire dans les maisons de Paris, 1905 : 59.

18 Ibid.

19 « Les quartiers où la tuberculose s’établit à demeure sont les quartiers où les logis sont obscurs et mal aérés. Toutes les autres causes invoquées jusqu’ici, la misère, l’alcoolisme, le vice sous toutes ses formes sont des causes secondaires si on en compare l’effet à la privation d’air et surtout de la lumière solaire » (Juillerat 1906).

20 Alain Cottereau souligne aussi ce parti pris écologique alors que l’usure du travail aurait pu être l’une des causes étudiées à l’époque (Cottereau 1978 ; voir aussi Murard & Zylberman 1983 : 285-294).

21 Et qui garde cette raison sociale jusqu’en 1970.

22 Voir la critique de Simon (1936). Et celle de l’Institut national d’hygiène de 1946 montre, mais un peu tard, que le taudis n’est pas la cause unique de la tuberculose.

23 Il utilise dans son article sur l’École de Chicago le terme de « slum ».

Table des illustrations

Légende Brochure pour l’amélioration du logement, vers 1960. © pacte
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Usages et contextes des termes désignant le mauvais logement
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Brochure de l’Association pour l’amélioration du confort, les travaux d’entretien des locaux d’habitation et la lutte contre le taudis à Paris, vers 1960. © pacte
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteur

Maître de conférence en géographie à l’université de Paris VII. Centre de recherches sur l’habitat, UMR CNRS LOUEST 7145.
cy.fijalkow@wanadoo.fr.http://perso.wanadoo.fr/sociologie-de-la-ville/

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable