Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots de la stigmatisation urbaine

 | 
Jean-Charles Depaule

Slum et suburb : les mots de la stigmatisation dans le discours urbain en Angleterre au xixe et au début du xxe siècle1

David A. Reeder

Texte intégral

  • 1 David Reeder (1931-2005), historien des villes et de l’éducation, fut l’un des animateurs, aux côt (...)

1Cet article porte sur la stigmatisation dans le discours urbain en Angleterre au cours du XIXe et au début du XXe siècle, et s’appuie principalement sur un corpus de textes décrivant les quartiers et les modes de vie londoniens. Dans une première partie, nous envisagerons ce phénomène à travers l’évolution du terme slum [taudis] et des images qui lui sont associées. Dans une seconde partie, nous confronterons cet usage aux significations attribuées à suburb [banlieue], conçu comme une antithèse de slum. Nous verrons toutefois que ce terme en est venu à acquérir une valeur péjorative et stigmatisante selon les différents groupes qui ont traité des modes de vie des banlieues.

Slums

2En Grande-Bretagne, slum n’est pas d’un usage courant avant les années 1880. Néanmoins, à mon avis, il est possible de penser qu’il trouve son origine dans un lexique ancien de la stigmatisation urbaine. Dès le début du XIXe siècle, on parle des quartiers pauvres de la partie centrale la plus ancienne de Londres (et d’autres villes britanniques) en termes de rookeries [colonies de corneilles], low life haunts [repaires de basse vie], wynds [venelles], purlieus [confins], hell holes [trous de l’enfer] et back slums [arrière taudis]. De pareilles expressions apparaissent régulièrement dans les descriptions des quartiers pauvres notamment dans le magazine Ragged School Union. En 1862, pour ne citer qu’un exemple, un chroniqueur évoque, à propos de « l’habitat modèle » à Londres, diverses explorations conduites dans « les régions inconnues des backslums, rookeries, little hells [petits enfers] et devil’s sores [plaies du diable] » (A London clergyman 1862 : 411).

3Ces termes appartenaient au langage urbain courant, mais les commentateurs leur ont associé des significations ou des images particulières par l’emploi répétitif d’expressions métaphoriques – « antres » ou « repères » (de brigands), « sordides trous de l’enfer », « nids à fièvres ». Ces expressions associent des conditions de vie matérielles (état des bâtiments, conditions sanitaires, etc.) à des modes de vie. Issu d’une expression argotique, signifiant entre autres un lieu de mauvaise réputation, slum est entré dans l’usage comme un terme péjoratif parallèlement à ces termes plus anciens (et fréquemment utilisés entre guillemets) ou en se substituant à eux. Désignant tout d’abord certains quartiers, voire des rues particulières de ces quartiers, son usage s’est étendu, à partir de 1880, à ceux où vivaient les pauvres, dans un sens général, que ce fût dans l’East End de Londres ou le centre des villes de province. Aux alentours des années 1920 et 1930, on avait recours à ce terme pour désigner n’importe quel quartier de vieux immeubles de la classe ouvrière, pauvre et surpeuplé. C’est dans ce sens élargi que C. R. A. Martin, dans un soi-disant traité de sociologie, put affirmer malgré la législation sur l’élimination du slum [slum clearance] pas plus tard qu’en 1935 : « Il n’est pas d’autres pays civilisés, à l’exception de la Russie, où l’on rencontre d’aussi vastes étendues de “slumitude” [slumdom] » qu’en Grande Bretagne.

4Ce langage de stigmatisation fut élaboré et utilisé par toute une série de chroniqueurs sociaux : réformateurs de l’hygiène et du logement, médecins, divers philanthropes, beaucoup ayant des préoccupations évangélistes, une nouvelle race de journalistes réformateurs, des enquêteurs sociaux autoproclamés et des politiques. Quelle est la meilleure manière de lire leurs textes ? Tous ces écrivains prétendent être en empathie avec les conditions de vie des pauvres, mais en rendant publiques celles-ci et en appelant à des améliorations, ils relaient fréquemment les angoisses et les craintes de leurs lecteurs qui appartiennent à la classe moyenne. La manière dont ils décrivent ces conditions est aussi liée à leur propre programme de réformes sociales ou, dans le cas des évangélistes, à la nécessité de réunir des fonds pour financer l’activité des missions, des « écoles de pouilleux » [ragged schools] et d’autres formes de « sauvetage social ». Il est utile, en conséquence, de considérer ces images associées aux slums comme des éléments d’une rhétorique de l’appel. Ces appels représentent le type même de ce que l’anthropologue Mary Douglas a défini comme « armes verbales de contrôle » qui sont déployées par les militants et les participants aux conflits sociaux. Cette notion a été judicieusement employée dans de récents débats d’historiens de la médecine à propos des conflits sur l’environnement, mais elle est applicable aussi bien à d’autres types de controverses ou de militance. Nous allons tenter maintenant d’illustrer de telles armes de contrôle en identifiant quelques points communs dans le discours social sur les quartiers pauvres tenu en Grande Bretagne durant le XIXe siècle et au début du XXe siècle.

5Le premier élément à mettre en évidence est l’idée partagée par beaucoup de chroniqueurs sociaux que, sans la curiosité et le courage d’intrépides sociologues, la classe moyenne ignorerait l’existence des quartiers pauvres. « Profonds sont les “Mystères de Londres” et si embrouillés de difficultés que fort peu parviennent à les pénétrer », déclare George Godwin (1854). Son livre propose la description de rues labyrinthiques et des cours de certains slums et rookeries. Comme il le dit :

6Il y a quelques années, il était à la mode de visiter le « rookery » de Saint-Gilles, et de s’étonner des particularités de cette étrange contrée (et il est probable que certaines améliorations sont imputables à ces visites). Néanmoins, fort peu de ces visiteurs sont au fait du nombre de lieux qui, dans Londres et Borough, sont actuellement dans un état semblable au Saint Gilles de la pire époque. Ces taches abondent dans Londres et dans beaucoup de cas, ces nids à microbes et à vices sont si bien dissimulés par des maisons décentes que les habitants de ces dernières sont rarement conscients de la pauvreté et de la maladie existant à un jet de pierre de leur propre porte.

7Ainsi, les campagnes d’amélioration des voies publiques, certainement engagées pour décongestionner la circulation, pouvaient toujours être justifiées comme une façon de supprimer les parties cachées de la vieille ville, surpeuplées et insalubres. Un auteur exalté notait déjà en 1800 que le percement de tels nids permettrait de détruire les ruelles insalubres tout en mettant au jour les lieux cachés de la métropole.

8La rengaine d’une Londres « cachée » et « inconnue » est déjà un lieu commun dans les années 1830 et 1840 et un aspect essentiel de la Londres imaginaire des romans de Dickens. On a aussi suggéré que la notion d’« exploration » et que le recours à l’analogie ethnographique, dans les écrits sur les pauvres, date du milieu du siècle. Mayhew y a grandement contribué par sa description des tribus errantes de pauvres nomades dans ses lettres au Morning Chronicle (1851-1862). Dès lors, cette analogie devient une convention bien établie. Elle a été largement exploitée pendant les deux dernières décennies du siècle en raison des circonstances politiques et sociales. Le tract du chef de l’Armée du Salut, William Booth (1890) et le roman de Margaret Harkness sur l’Armée du Salut (1891), fournissent deux exemples célèbres. Des quartiers entiers, en fait tout l’East End de Londres, sont considérés comme une terra incognita, et les sociologues se décrivent voyageant au pays des slums, avec l’esprit pionnier de l’ethnologue dans l’Afrique profonde. Ces créations littéraires – particulièrement efficaces dans un contexte impérial – ont contribué à forger l’image des quartiers pauvres comme un repaire de peuples sauvages et barbares jusque-là inconnus, aux manières et aux coutumes étranges. Il ne s’agissait pas tant de chercher à choquer que de tenter d’éveiller la conscience de la nation impériale, ce qui impliquait de comprendre et de considérer les pauvres sans leur manifester uniquement du mépris, ni les rejeter ou les ridiculiser.

9Il entre néanmoins dans la stratégie des militants de produire de l’indignation et leurs écrits transmettent presque toujours un sentiment de révolte face aux conditions de vie qu’ils révèlent. En conséquence, des journalistes tels que George Sims ou Andrew Mearns, presbytérien, adoptent un style empreint d’images vives et éloquentes pour caractériser les quartiers les plus pauvres et, par association, leurs populations. Ce faisant, Mearns, en particulier, recycle des expressions et des images qui ont longtemps constitué le réservoir du chroniqueur social, dans sa description des conditions de vie des pauvres : « fourmilières humaines pestilentielles », « saturées d’effluves fétides et malodorantes », « sombres et immondes passages, grouillant de vermine ». Il évoque aussi l’idee d’une Londres de parias, exclue de la pieuse civilisation victorienne, évocation qui eut grande influence à l’époque et à qui l’on conféra par la suite une sorte de signification cosmique dans des expressions telles que « le monde souterrain » ou « l’abysse », comme dans le roman de George Gissing ou dans le titre du récit que fait Jack London de son séjour parmi les pauvres d’East London.

10Il y a toujours un élément théâtral ou spectaculaire dans ces reportages, et particulièrement chez les chefs de file du journalisme de slum, comme James Greenwood dont le recueil d’articles sur « les sauvages de Londres » (1876) entendait aussi bien amuser qu’instruire le public. Les slums étaient l’une des curiosités de la capitale, que l’on pouvait visiter par procuration à travers les descriptions journalistiques ou les dessins d’une Blanche Jerrold, d’un George Sims ou d’un Sala... Depuis les années 1860, les pauvres faisaient l’objet de portraits photographiques tandis que, dès les années 1890, les romanciers du réalisme social, Morisson, Zanguill et autres, décrivant les détails de la déchéance sociale, mettaient en scène les slums, ces derniers fournissant ainsi le lieu de nombreuses fictions romanesques, comme le récit en trois volumes par Joseph Hatton (également adapté pour le théâtre), qui raconte la chute d’« une innocente beauté américaine qui, d’une luxueuse maison située dans une vallée riante et idyllique, tombe dans les tréfonds du plus terrible des slums de la terrible Londres, le lieu caché de la Pauvreté et le sombre repaire du Vice ».

11Les descriptions des slums peuvent susciter la compassion envers les misérables, victimes d’une situation dans laquelle on les voit « démunis et désespérés » (Jerrold 1872) ou alternativement (et parfois en même temps), susciter la condamnation du manque de caractère ou de l’inconstance individuelle de certains d’entre eux. Déjà dans les années 1840 et 1850 dans les villes, les hygiénistes considéraient la pauvreté et ses corrélats (le froid, la faim et le désespoir) comme des facteurs décisifs de la maladie et de la surpopulation. Toutefois, les réactions peuvent aussi bien être engendrées par l’idée que les pauvres sont davantage les auteurs que les victimes de leurs mauvaises conditions de vie. Certains ont protesté contre cette insinuation dans de rares articles et des récits, tels que celui de H. L. Williams qui se déroule en 1872 et qui tend à illustrer « l’honnêteté, la gentillesse et la noblesse des pauvres des rues de Londres ». Mais la grande majorité des écrivains a cherché à trouver des boucs émissaires au sein même des plus pauvres. Comme le montre Richard Rodger à propos de la politique sociale dans l’Edimbourg victorienne, ceux qui dressaient les barrières morales de la société victorienne dénonçaient diversement boisson, prostitution, jeux, crime et absentéisme à l’église, comme les raisons pour lesquelles les individus vivaient dans des logements insalubres et des quartiers surpeuplés, situation qui ruinait leur espérance de vie. Les écrivains évangélistes sont les premiers à porter ce type de jugement. À Londres, ils associent fréquemment la ville à une « moderne Babylone » dans les tracts et pamphlets sur les « périls de la ville » ou sur « la ville, ses péchés et sa détresse », qui constituent une vaste littérature. Dans ces textes, certains historiens en ont débattu, les pauvres ont le rôle de démons familiers, les Irlandais n’arrivant qu’en deuxième position dans cette catégorie. Les écrits sur les slums dans les années 1880, si prolifiques sur les problèmes de logement et de surpopulation, sont caractéristiques d’une sorte de panique morale qui n’est pas déclenchée par un événement ou une quelconque circonstance mais par un tract vigoureux du révérend Andrew Mearns. Cette panique est liée au sentiment d’immoralité (concernant notamment l’inceste) qu’inspirent les populations vivant dans le surpeuplement, aussi bien pour Mearns que pour les enquêteurs de la Commission royale qui est saisie par la suite. Mearns lance un appel pour éradiquer ce qu’il considère comme les germes d’une déchéance morale et spirituelle, une « immense masse de corruption morale, de misère bouleversante », puis met en garde contre « cette déferlante de péchés et de misère qui nous gagne peu à peu ».

12Il est important de percevoir aussi dans cet appel à la sensibilité victorienne la puissance d’une conceptualisation des pauvres comme un élément d’un substratum, une couche inférieure, ou residuum, résidu irréductible. On y associe rookeries et backslums, car, comme l’explique le réformateur social George Godwin (1854) : « ces grappes de maisons très peuplées ou “rookeries” comme on les appelle, sont le plus souvent habités par les femmes de chambre et gardiens irlandais les plus pauvres, les clochards, les marchands des quatre-saisons, les voleurs et la classe la plus basse des arpenteurs de rues ». À partir des années 1840, on élabore l’idée de l’existence d’un substratum au plus bas de la société, en dessous des classes laborieuses, « un agglomérat instable de matériaux mélangés » dont « les influences corruptrices se propagent continuellement au-dessus » (Alexander Thomson 1853). Utilisant une analogie médicale, le recteur de Durweston décrit cette couche inférieure comme un « égout moral » : « il existe, écrit-il, des miasmes moraux au même titre qu’il y en a de physiques... il existe un typhus mental » (Meliora ; Or Better Times are Coming 1853).

13Les historiens des idées ont parlé d’un tournant décisif de la pensée sociale à propos de ce substratum avec l’adoption de l’idée d’un residuum dans le contexte de théories sociales évolutionnistes et biologiques postdarwiniennes. Néanmoins, les écrivains du milieu de l’ère victorienne avaient déjà élaboré un concept évolutionniste et « résidualiste » de ce substratum défini comme un groupe laissé derrière elle par la marche de la civilisation, et qui « macère dans la lie de nos grandes villes » (Shuttleworth 1864). David Englander, dans une comparaison entre les enquêtes de Mayhew et Booth, considère que le residuum et sa répression ont été annoncés par Mayhew dans sa description de la dégénérescence sociale et culturelle, alors que Jose Harris, historien de la politique sociale, met l’accent sur des continuités dans le développement de la théorie résidualiste au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. Comme il le note, le residuum apparaît en tant que concept politique, utilisé à partir du milieu de l’ère victorienne dans des débats sur l’intégration politique de la classe ouvrière. Toutefois, le sens de ce concept dans le discours social revient à considérer le substratum comme non seulement indolent, corrompu ou même potentiellement révolutionnaire, mais aussi comme une classe dégénérée, minant la vigueur de la race, bien qu’aucun des écrivains ayant parlé du residuum n’adopte le point de vue de l’évolutionnisme darwinien. Les slums des années 1880 sont le lieu de ce residuum dégénéré.

14Le sensationnalisme journalistique a pu exploiter ces représentations de la dégénérescence, mais on pouvait les retrouver dans des analyses réputées plus scientifiques dans leur méthode et leur approche. L’exemple le plus célèbre demeure le tableau des quartiers pauvres fourni l’enquête de Charles Booth. Les catégories du bien-être, selon l’expression utilisée par l’auteur pour désigner l’échelle sociale qu’il propose, incarnent jusqu’à l’outrance les stéréotypes de l’époque. Les classes A et Β (les plus pauvres) sont localisées dans les slums. La classe A comprend les criminels ou les délinquants, les fainéants et les mendiants de la prétendue leisure class [classe oisive], tout comme les travailleurs intermittents et les vendeurs de rue. Mais la classe Β distingue aussi les éléments inférieurs les plus brutaux de ces pauvres.

15Alors que la préoccupation initiale de Booth consiste à mesurer l’extension de la pauvreté, le fil conducteur de son tableau est le slum, motif qui exprime l’importance du logement parmi les questions sociales des années 1880, et constitue aussi un élément clé de la méthode de l’auteur. Aussi, dans sa description des groupes les plus pauvres, Booth identifie à partir des rapports de police mis à sa disposition un réseau de rues dégradées qui parcourent Londres et ont certaines caractéristiques communes. Chacune d’elle est « brutale » – c’est-à-dire exposée à la bagarre en public et à la violence domestique – mais aussi « basse », c’est-à-dire de mœurs sociales indigentes et vicieuses (délinquance et prostitution). La brutalité est considérée comme un motif central des lieux indiqués en bleu et noir sur son relevé cartographique : « des femmes au nez cassé, des visages tuméfiés, des jupes déchirées, des faces grossières d’Irlandais, des bras nus. Ni l’humanité ni la loi ne fréquentent ces rues, le prêtre y est impuissant. Seule la police vient lorsqu’on la sollicite, récoltant une pluie de projectiles lors de ses interventions ». Dans le panorama de Booth, de telles rues fonctionnent comme des sortes de cuvettes ou de réservoirs dans lesquels on déverse les détritus de la métropole. Malgré les tentatives de Booth pour montrer que l’échelle et les chiffres de la pire des classes sociales ne sont pas aussi importants qu’on peut le craindre, l’idée de residuum représente un élément clé de sa théorie évolutionniste et « résidualiste » de la pauvreté.

16Étant donné la nature des images associées aux quartiers pauvres de la ville, il n’est pas surprenant de découvrir un sentiment d’urgence et de crise imminente dans nombre de rapports. On avait presque toujours l’idée que les slums constituaient une menace pour l’ensemble de la société. Cette idée du slum menaçant découlait des inquiétudes relatives aux dangers sanitaires représentés par des rues infectées. Comme le note en 1842 un auteur à propos des « arrière-confins » [purlieus] de la métropole : « Il n’est pas un lieu de son imposant périmètre qui ne recèle une source plus mêlée de répugnante impureté ; et qui, comme une nauséabonde maison de tolérance, ne répande une mortelle malaria sur toute la longueur et la largeur de sa superficie ». Selon un historien de la médecine, l’idée de rues contagieuses, où les riches aussi bien que les pauvres pouvaient être contaminés, trouve son origine dans la représentation du « nid de fièvre » [fever nest] par Dickens dans les slums londoniens de Bleak House. Elle fut confortée par le point de vue miasmatique du milieu de l’ère victorienne concernant le danger qu’impliquait une brume malsaine s’étendant comme un linceul sur les zones les plus pauvres de la métropole. La notion de slum comme source de pollution de l’environnement était influente par elle-même, mais devenait plus puissante encore quand on l’associait, comme c’était souvent le cas, à d’autres angoisses – celles des slums considérés comme le repaire des « classes dangereuses et sensuelles » pour reprendre les mots de la Ragged School Union, et le terrain propice au désordre social, le lieu de cette « grande masse de force physique brute et immorale » pour employer l’expression de Henry Solly, écrivant sur la nécessité d’éduquer et purifier cette fraction de la classe ouvrière.

17Les crises politiques et sociales des années 1880 ont motivé l’enquête de Booth tout comme précédemment la crainte du choléra, du crime et du chartisme avait motivé le tableau de Mayhew. Nous avons vu comment la peur récurrente d’un effondrement moral et spirituel sous-tendait les interventions d’écrivains tels que Mearns. Ce n’était pas seulement l’existence des slums qui provoquait ce genre d’alerte mais aussi leur taux de natalité, problème qui semblait être devenu une menace majeure avec l’accumulation des données statistiques montrant le déclin des naissances parmi les populations suburbaines respectables de la nation. Samuel Smith M. P. compte parmi ceux qui ont brandi le spectre de la pauvreté dégénérée et proliférante. Comme il le déclare : « Un des éléments les plus effrayants dans toute cette affaire est la rapidité avec laquelle se multiplie la population avilie ». Son plan de formation industrielle était une entreprise « pour désodoriser, pour ainsi dire, cette humanité infecte ». D’autres écrivains furent le relais d’inquiétudes politiques, sans qu’aucun ne rivalise avec l’auteur et politicien, G. F. G. Masterman, qui véhiculait de manière dramatique les craintes de la classe moyenne à travers l’image saisissante des classes ouvrières envahissant des sentiers de jardins et plantant le drapeau rouge au beau milieu de pelouses de banlieue. Pour Masterman et d’autres libéraux de l’époque, les gens des slums étaient comme un géant endormi que l’on devait prudemment surveiller, mais lorsque la chose remuait ou menaçait de rompre ses chaînes, c’était comme s’ils avaient vu un fantôme. « Nous nous efforçons de remettre nos idées en place », écrit Masterman après une brève démonstration de force de la foule lors des émeutes de Hyde Park. « Mais au dedans il y a un nuage qui obscurcit l’esprit des hommes, dans la conscience miétouffée de la présence d’une force nouvelle jusqu’ici insoupçonnée ; la reptation vers l’existence consciente de peuples étranges et innombrables engendrés dans l’abysse ».

18On pourrait poursuivre, mais nous en avons dit peut-être assez pour démontrer combien les slums sont devenus une puissance symbolique ayant acquis une existence indépendante dans et parmi les textes qui proposent de les décrire. Les historiens de la vie urbaine conviennent depuis longtemps que slum fut un terme venu d’ailleurs, un concept relatif, manquant d’une définition suffisamment précise, dont les significations variaient en fonction de la perception de ceux qui les décrivaient ou les commentaient. Cependant dans une étude récente sur le discours sur la pauvreté à la fin du XIXe siècle, Alan Mayne va plus loin en présentant le slum comme un concept imaginé. Son analyse des éléments communs à ce qu’il considère comme une construction essentiellement bourgeoise découle de sa lecture de la littérature de slum de trois villes anglophones. L’objectif principal de Mayne est de souligner l’importance des représentations de la presse dans la création du slum imaginé, mais son analyse du concept est très utile à notre réflexion. Il déclare à juste titre :

19Tout comme l’expression « ville pourrie » [rotten city] à laquelle il est si souvent associé, le mot slum acquiert la valeur d’un concept ayant valeur universelle. De manière sélective il réduit des formes spatiales complexes et des conditions sociales à des images de privation et de pathologie sociale immédiatement compréhensibles. (Mayne 1993)

20Ces stéréotypes ont été réactivés à la fin des années 1920 lorsqu’une nouvelle volée de rapports et de brochures sur le logement ont été publiés en liaison avec une campagne nationale pour l’élimination des slums [slum clearance]. Alors que des efforts étaient entrepris pour défendre et reconnaître la dignité de l’existence des pauvres ou du « peuple secret », selon l’expression d’un auteur, d’autres écrivains recyclaient les vieilles images. Dans cette littérature du XXe siècle, le slum est encore représenté comme un ulcère social, le lieu d’une part enfouie, ou un groupe à problèmes sociaux, dont les failles congénitales sont fréquemment rendus publiques, dans une phraséologie eugéniste par des travailleurs sociaux, des fonctionnaires médicaux et autres militants de l’élimination du slum.

Suburbs

21Si slum est un concept imaginé, peut-on dire la même chose de suburb ? À la différence du slum, le suburb avait une existence en tant qu’entité géographique et élément de territoire. Le terme décrivait à l’origine des quartiers situés quasi littéralement à l’extérieur des enceintes. En ce sens suburb désignait dans de nombreux registres topographiques populaires au XIXe siècle les paroisses londoniennes extérieures aux villes de Londres et Westminster. Toutefois le mot pouvait avoir aussi une signification normative. Paradoxalement, suburb a reçu un premier sens péjoratif de lieu de mauvaise réputation dès le XVIIe siècle. Étant situé en dehors des limites de la ville, il s’agissait d’un lieu où résidaient des immigrés et des serfs et où l’on rencontrait des prostituées, des spectateurs de théâtre et autres gens de moeurs inférieures. Les fameux « ragoûts » de Southwark en étaient un exemple parmi d’autres. Au XVIIe siècle, à Londres, le suburb était l’équivalent du slum. Sa réputation s’est transformée au cours du XVIIIe siècle, avec l’installation progressive dans les villages de la banlieue de Londres d’une classe aisée qui y possédait tout d’abord des résidences d’été, puis des lieux de séjour plus permanents. Dépendant des transports à cheval, durant sa première période, le nouveau suburb a damé le pion au vieux slum. Vers le milieu du XIXe siècle, on l’a progressivement utilisé comme un terme socialement reconnu et comme l’antithèse du slum.

22Dans les écrits des premiers véritables habitants des suburbs, pour la plupart artistes ou littérateurs, la banlieue est souvent décrite comme un idyllique paradis pastoral, dans le style des topoï romantiques chers à l’époque. Vers la fin du XIXe siècle et jusqu’à l’époque edwardienne, la vie et les scènes de banlieue sont célébrées dans les tableaux littéraires de la vie londonienne et évoquent les souvenirs d’une enfance choyée.

23Suburb, comme on l’a souvent dit, implique l’idée d’une retraite loin de la ville. On considérait la banlieue certainement comme un lieu plus sain et préservé du labeur, du tohu-bohu et de la corruption de la vie citadine. Comme H.J. Dyos et moi-même l’avons relevé en 1973 : « C’est le sens pratique de l’homme anglais qui a inventé en ville une solution au problème essentiellement propre à la classe moyenne d’échapper aux encombrements de la cité tout en gardant le contrôle sur elle. Cette idylle romantique du bonheur pastoral a présidé à tous ces projets de fuite vers la banlieue ». Il n’importait guère de savoir si le slum ou le suburb correspondait aux clichés, ce qui importait était que le suburb semblait offrir une issue au chaos de la ville, une protection pour la famille, un rafraîchissement pour les sens, une oasis salvatrice où construire un château sur un terrain solide, même sous la forme d’une maison jumelle [semi-detached villa]. De ce point de vue, la fuite en banlieue a été pour une ou deux générations une manière de se retirer de tout ce qu’impliquait la vie dans le slum.

24Dans les écrits des évangélistes, le suburb jouissait d’une faveur particulière en tant que garantie de pureté pour les familles. Si cette perspective religieuse condamnait d’un côté les slums, elle encensait de l’autre le suburb. Les évangélistes ont conféré une grande importance aux valeurs de la vie rurale et domestique en les opposant à l’anarchie et au déracinement de la ville. Ils ont exalté les valeurs des liens traditionnels et, dans cette conception générale, la famille, imprégnée d’un esprit religieux particulier, est devenue le refuge idéal et l’étalon avec lequel mesurer le pouvoir des villes. De tels idéaux soutenaient non seulement la critique de la classe ouvrière, mais encourageaient la classe moyenne à migrer vers le suburb. Pour ceux qui avaient le temps et les moyens de voyager, c’était l’endroit où déployer, dans les volumes et les décors de leur maison, leur distinction tout en cultivant les vertus de la vie familiale. Le suburb moral était ainsi érigé contre la ville [city] immorale. Au XXe siècle, et particulièrement durant l’explosion immobilière des banlieues dans les années 1930, le stéréotype du paradis domestique a été incorporé dans les publicités destinées à tenter les acquéreurs de maisons, aux clichés des jardins et autres scènes de bonheur domestique.

25Néanmoins, suburb n’a jamais été un mot complètement ou univoquement associé à l’approbation morale des Britanniques. Dans les nombreux guides et manuels consacrés à Londres, il est possible de discerner, selon les auteurs, une attitude ambivalente envers la banlieue. Il y avait dans la seconde moitié du XIXe siècle une morgue métropolitaine qui se manifestait dans des commentaires sur la médiocrité et la banalité de la vie en banlieue, une attitude sarcastique à l’égard des quartiers situés hors de la ville et dépourvus de toute la distinction à la mode. On accusa les spéculateurs immobiliers de produire en masse des villas de pacotille dans un style italien néogothique auquel manquait toute authenticité. Ce mépris s’exprimait de manière flagrante dans le célèbre guide de Mrs Panton destiné aux personnes de goût : Les banlieues et la façon d’échapper à leur piège (1894). Vers la fin du XIXe siècle, le terme suburbia était frappé d’une sorte de rejet collectif. Ainsi l’homogénéisation des banlieues victoriennes était devenu synonyme de médiocrité architecturale. En réaction, les ateliers Arts and Crafts, William Morris et occasionnellement Barry Parker et Raymond Unwin inventèrent un style décoratif utilisé dans les premières habitations sociales publiques [council housing], bâties sur des jardins dans les banlieues.

26Cette dépréciation des banlieues découlait aussi de la tendance des chroniqueurs sociaux et des romanciers à parodier et caricaturer les prétentions des classes moyennes de banlieue et à se moquer de leur « dis«distinction». Ce genre d’appréciation était une conséquence de l’ouverture des banlieues à des groupes de conditions plus modestes que la classe très aisée, en raison de l’augmentation des revenus et du développement des moyens de transport au cours du XIXe siècle. Le succès du Journal d’un homme sans importance des frères Grossmith (The Diary of a Nobody 1892) tint à la description des trivialités de l’existence chez les Pooter – Charles Pooter en est le narrateur et le héros – qui appartiennent à la toute petite bourgeoisie de banlieue. Même des auteurs, qui comme C. F. G. Masterman, recommandaient la migration vers les banlieues comme une solution aux problèmes de logement de l’époque, avaient un sentiment aigu de la médiocrité sociale et culturelle de la vie de banlieue. En même temps, on reconnaissait que les suburbia étaient durables et que les banlieusards étaient une sorte de « quart état » dont les goûts et les allégeances (l’allégeance civique, en particulier) devaient être reconnus.

27Les banlieues n’étaient pas seulement susceptibles d’être brocardées dans une comédie de moeurs. Il y avait également un élément tragi¬ comique. À partir du début du XXe siècle, leur paysage commença de changer dramatiquement. Leur identité devint moins évidente, elles n’étaient plus regardées comme le rempart de la classe moyenne. Avec le développement des ensembles d’habitat social [subsidised council housing estates] à côté (mais séparés d’eux) des ensembles d’habitations privées [estates of private housing], avec l’afflux d’une classe moyenne modeste ou de familles de la classe ouvrière, dont beaucoup comptaient des femmes employées, l’identité des sexes et de la classe suburbaine se brouilla. Après 1931, même les habitants des taudis furent déversés dans les banlieues sous l’égide des programmes d’élimination des taudis [slums clearance]. Contre ces événements, bien des critiques sociales des banlieues de l’entre-deux-guerres ont été exprimées par divers représentants autoproclamés de l’élite intellectuelle. Le ton des commentaires devint plus incisif, plus hostile. Ce qu’on avait pu décrire autrefois comme la « crapulisation» des banlieues devint un motif des chroniques sociales anglaises et a perduré depuis lors.

28Un groupe d’intellectuels incluait la nouvelle génération d’architectes avant-gardistes (disciples de Le Corbusier et autres) et d’urbanistes qui lançaient des attaques acerbes contre l’extension des banlieues. Pour ces modernistes, elles étaient devenues l’antithèse de leur propre conception de la ville du futur. Paradoxalement, les urbanistes anglais ayant favorisé l’idée des cités-jardins [garden cities] ont été en fin de compte instrumentalisés au profit de la mise en forme des « banlieues jardins » [garden suburbs] au cours de l’entre-deux-guerres en Grande-Bretagne (habitat social inclus). En second lieu, on développa une critique de nature médicale qui remettait en cause les anciennes convictions relatives aux avantages sanitaires de ces quartiers « salubres ». Certains médecins réfutaient les arguments de ceux qui prônaient le relogement des pauvres en banlieue. Le rôle des suburbs dans la réduction des risques de tuberculose était une question très controversée ; ainsi que celle de l’impact sur la santé des ouvriers de la vie dans ces nouveaux ensembles d’habitat social de banlieue, où manquaient les anciens réseaux informels et qui étaient dépourvus d’agrément. On inventa ou on reformula de nouveau concepts, à partir des récentes théories de la psychologie sociale, notamment le concept de névrose sociale, et la crainte du développement d’une telle névrose dans les banlieues était une évidence du discours médical des années 1930. Tout cela tournait autour de l’insécurité sociale et culturelle que ressentaient les femmes des suburbs, dans leur rôle de mère et d’éducatrices. Compte tenu de la prédisposition des ménagères de banlieues à la dépression nerveuse, les suburbs constituaient potentiellement des « slums mentaux » potentiels passant pour héberger une nouvelle forme suburbaine de dégénérescence.

29De manière plus fondamentale, on considéra les suburbs comme une menace pour les qualités morales, culturelles et civiques de la Nation. Des écrivains défenseurs de l’identité anglaise et de l’« anglicité » durant la période edwardienne se plaignaient de l’émasculation subie par les mâles de banlieues où les femmes donnaient le ton et dominent l’univers culturel. Des intellectuels anglais préoccupés par les questions d’éducation et de culture, de gauche aussi bien que de droite, de R. H. Tawney à F. R. Leavis, se plaignaient de l’apathie politique des banlieues et de la domination d’une culture consumériste. Les éducateurs pour adultes lancèrent une offensive culturelle contre le matérialisme des suburbs. Dans ces critiques, la banlieue commença à représenter et concentrer bien des maux de la société contemporaine. Comme dans le cas du slum les observateurs exprimaient des jugements sur le mode de vie. Ces idées préconçues ont contribué à créer en Angleterre des stéréotypes durables – à propos de l’homme de suburb tout autant que de la population des slums. On peut y trouver des menaces pour l’avenir de la Nation, émanant aussi bien des pauvres du slum que des habitants de la middle Angleterre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Cette bibliographie a été établie par l’éditeur d’après notamment des éléments trouvés dans les textes de David A. Reeder.

A London Clergyman. 1862. « As the Homes, so the People », Ragged Scool Union Magazine, vol. 14.

Beames, Rev Thomas. 1852. The Rookeries of London : Past, Present and Prospective. 2e éd. Londres, Thomas Bosworth.

Booth, Charles. 1892-1897. Life and Labour of the People in London. Londres, Macmillan.

Booth, William. 1890. In Darkest England and the Way Out.

Dyos, Harold James. 1961. Victorian Suburb. A study of the Growth of Camberwell. Leicester, Leicester University Press.

— 1967-1968. « The Slums of Victorian London ». Victorian Studies, vol. xi : 5-40. Reprinted in David Cannadine & David A. Reeder (éds.)· 1982. Exploring the Urban Past. Essays in Urban History by H. J. Dyos. Cambridge, Cambridge University Press : 129-53.

Dyos, Harold James & David A. Reeder. 1973. « Slums and suburbs », in H.J. Dyos & M. Wolff (éds). The Victorian City : Images and Reality (1973), vol. 1. Londres, Routledge & Kegan Paul : 359-386.

Englander, David. 1998. Poverty and Poor. Law Reform in Britain : from Chadwick to Booth, 1834-1914. Londres, Addison Wesley Longman.

Gaskell, S. Martin (éd.). 1990. Slums. Leicester, Leicester University Press.

Gavin, Hector. 1848. Sanitary Ramblings : Being Sketches and Illustrations of Bethnal Green. A Type of the Condition of the Metropolis and Other Large Towns. London, Churchill.

Gissing, George. 1884. The Unclassed. Londres, Chapman & Hall, 3 vols.

Godwin, George. 1854. London Shadows.

Greenwood, James. 1874. The Wilds of London. 12 Illustrations dAlfred Concanen. Londres, Chatto & Windus,

Grossmith, George & Weedon. 1892. A Diary of a Nobody. Traduction française : 2004. Journal d’un homme sans importance. Lausanne, L’Âge d’homme.

Harris, Jose. 1984. Unemployment and Politics : a Study in English Social Policy 1886-1914. Oxford, Oxford University Pess.

Hatton, Joseph. 1865. Bitter Sweats : a Love Story, 3 vol., dramatized as Two May Days, 1871.

Harkness, Margaret. 1891. In Darkest London : a Story of the Salvation Army.

Howard, Ebenezer. 1898. Tomorrow : a Peaceful Path to Real Reform. Revu en 1902, Garden Cities of Tomorrow. Londres, Sonneschein. Traduction française : 1969. Les cités-jardins de demain. Paris, Dunod.

London, Jack. 1966. The People of the Abyss. In The Bodley Head Jack London, 4 vol., Londres (1903) Martin, C. R. A. 1935. Slums and Slummers : a Sociological Treatise on the Housing Problem. Londres, J. Bale & Co.

Masterman, Rt Hon Charles Frederick Gurney. 1902. From Abyss.

— 1909. The Condition of England. Londres, Methuen & Co.

Mayhew, Henry. 1851-1862. London Labour and the London Poor, 4 vol.

Mayne, Alan. 1993. The Imagined Slum. Newspaper Representation in Three Cities 1870-1914. Leicester, Leicester University Press.

Mearns, A. 1883. (éd. Anthony S. Wohl 1970). The Bitter Cry of Outcast London. Leicester, Leicester University Press.

Panton, Mrs. 1894. The Suburbs and how to Circumvent Them.

Rodger, Richard. 2000. « Slums and Suburbs : the Persistence of Residential Apartheid », in Philipp Waller (éd). The English Urban Landscape. Oxford, Oxford University Press : 233-268.

Shuttleworth, James Kay. 1864. The Moral and Physical Condition of the Working Classes Employed in the Cotton Manufacture in Manchester.

Smith, Samuel. 1974. Victorian Townscape : the Work of Samuel Smith. [compiled by] Michael Millward and Brian COE. Londres, Ward Lock.

Solly, Henry. 1868. A few Thoughts on how to Deal with the Unemployed Poor of London, and with its Rough and Criminal Classes. Londres, Society of Arts.

— 1904. Working Men’s Social Clubs and Educational Institutes (2e éd.).

Τhomson, Alexander. 1853. Our Treatment of the Lower and the Lowest Classes of Society.

Walters, J.C. 1901. Scenes in Slum – Land : Pen Pictures of the Black Spots of Birmingham. Birmingham, Daily Gazette Group.

Williams, H.L. 1880. The Streets of London.

Williams, Roberts. 1893. London Rookeries and Colliers’Slums : a Plea for more Breathing Room. Londres, W. Reeves.

Wohl, Anthony S. 1977. The Eternal Slum : Housing and Social Policy in Victorian London. Londres, Edward Arnold.

Yelling, James A. 1986. Slums and Slum Clearance in Victorian London. Londres, Allen & Unwin.

Notes de fin

1 David Reeder (1931-2005), historien des villes et de l’éducation, fut l’un des animateurs, aux côtés de James Dyos, de l’Urban History Group, puis du Center for Urban History de l’Université de Leicester. La maladie l’aura empêché d’apporter à sa contribution certains développements et les précisions qu’il aurait souhaitées.

Auteur

(†1931-2005) a été un grand spécialiste de l’histoire urbaine et de l’histoire de l’éducation. Il a collaboré avec un grand nombre d’institutions comme le Vaughan College, Leicester, le Ruskin College, Oxford, et Madingley Hall, Cambridge. Sa contribution a été traduite par JeanMichel Henny et Emmanuelle Corne et revue par Jean-Charles Depaule.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540