Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots de la stigmatisation urbaine

 | 
Jean-Charles Depaule

Un faubourg, des banlieues, ou la déclinaison du rejet

Alain Faure

Texte intégral

1Les mots sont souvent de faux amis par lesquels on vous souffle ce qu’il faut penser et croire. Si à la question : « Où habites-tu ? » je réponds : « En banlieue » et non pas une commune ou un point cardinal, il s’ensuivra tout de suite dans l’esprit de mon interlocuteur une cascade d’images et de mots associés qui lui donnera de moi une imaginaire prescience. En un mot, il m’aura « situé ». Mais il faut bien passer par les mots pour appréhender le réel, quitte à l’enfermer dans un carcan trompeur. Faire l’histoire des mots, c’est mettre au jour leur relativité, dresser l’inventaire de leurs trahisons et de leur fidélité envers les faits sociaux. « Faubourg » autrefois, « banlieue » aujourd’hui sont des mots essentiels pour qualifier des espaces réputés précisément sans qualité. Nous allons essayer de suivre les méandres de leur cours, d’en souligner les contradictions de sens et leurs successives captations par des intérêts sociaux. Jean-Luc Godard disait, à propos d’un plan dans un de ses films : « Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image. » Oui : faubourg et banlieue ne sont pas des mots justes, mais juste des mots.

Le faubourg ou la sainte canaille

2Le mot « faubourg », attesté dès le XIIe siècle, a longtemps servi à désigner le ou les territoires qui se développaient aux portes des villes. Un faubourg, c’est la zone habitée qui se trouve « fors le bourg », c’est-à-dire hors, à l’extérieur, de la ville ancienne, le plus souvent ville fortifiée. La graphie « fauxbourg », courante au XVIIIe siècle, ne doit pas tromper : on ne se représentait point du tout le faubourg comme un faux semblant de ville, mais comme un rameau de la ville poussé hors de ses limites officielles ou coutumières, en continuité spatiale avec elle, et qui, en raison même de cette proximité, était exposé à se voir un jour ou l’autre réuni à la ville, soit par l’avancée de l’enceinte soit par une quelconque décision d’annexion ou de réunion.

  • 1 Extrait de la célèbre déclaration de 1724, cité par Perrot 1782 : 168.

3Le mot contient donc d’abord l’idée d’une expansion linéaire de la ville, par opposition à sa densification centrale. Le processus s’est toujours prêté aux images puisées dans l’expérience. Citons par exemple en 1893 un patron de la métallurgie parisienne, Albert Piat, qui évoquait Londres où « les faubourgs s’allongent [...] comme des tiges de fer que l’on étirerait d’une masse centrale dont la matière serait inépuisable » (Piat 1893 : 86-87). Les autorités ont souvent vu avec méfiance la prolifération de ces rameaux extérieurs, pouvant craindre qu’à force la ville en pâtisse. À Paris, les opérations de bornage décrétées par le roi, aux XVIIe et XVIIIe siècles, avaient pour but d’empêcher les départs « de gens qui multiplieraient les maisons des Fauxbourgs, pendant que le milieu de la ville se trouverait à la fin désert et abandonné1 ». La crainte était aussi de voir se former une agglomération ingouvernable et impossible à ravitailler. En tout cas, pour beaucoup d’auteurs du XIXe siècle, « faubourg » était le mot qui convenait le mieux pour parler de l’expansion urbaine des deux siècles précédents : « [...] et le village devint faubourg », écrit-on en 1845 à propos de Chaillot, dénommé en effet faubourg de la Conférence après sa réunion à Paris en 1756 (Marbeau 1873 : 55) ; plus tard, un auteur lyonnais affirmera que la Guillotière au XVIIIe siècle, était déjà « une véritable banlieue de grande ville, un faubourg, comme on disait alors » (Kleinclausz [1925] 1980 : 344-345).

  • 2 Pierre Larousse disait à peu près la même chose : faubourg est le « nom que l’on donne dans certai (...)
  • 3 Par contre, Chaillot resta Chaillot pour cette raison que « faubourg de la Conférence » n’effaça j (...)
  • 4 Voir la liste établie par Michel Fleury et Jeanne Pronteau dans la réédition de Perrot 1987 : 22sq
  • 5 Dans la dénomination officielle des quartiers de Paris après 1860 le mot « faubourg » disparaît, à (...)

4Les dictionnaires du XIXe siècle insistent sur le fait qu’une fois réalisée la réunion à la ville, les territoires concernés gardaient, dans leur nom même, le qualificatif de faubourg. Lachatre (s.d.), dans son Nouveau dictionnaire universel2, était très net : « Réunies plus tard dans l’enceinte des cités, ces parties extérieures des villes conservèrent leur ancien nom. » Le phénomène est frappant en effet à Paris, où les faubourgs réunis à la ville, à la fin du XVIIe siècle – on comptait treize « fauxbourgs » en 1680 –, conservèrent le plus souvent ce titre, à condition qu’ils l’aient porté à l’origine3. Et ce en dépit de la réticence des pouvoirs en place : « faubourg » apparaît peu souvent dans la dénomination des sections révolutionnaires de 17904 ; en 1860, le rapporteur d’une commission sur la nomenclature des rues estime que « le terme de faubourg » devrait être mis « hors d’usage », pour cette raison qu’il n’a plus « en lui-même qu’une valeur historique de peu d’importance » (Merruau s.d. : 35-36). N’encombrons pas le présent avec des mots qui fleurent l’Ancien Régime ou évoquent de mauvais souvenirs5... Mais force resta à l’usage, que ce soit dans le nom des rues, dans la langue administrative elle-même et bien sûr dans le langage courant, si bien qu’on parle encore aujourd’hui du faubourg Saint-Honoré ou du faubourg Saint-Germain, du faubourg Saint-Denis ou du faubourg Saint-Antoine, que l’on veuille désigner par là une rue, un quartier ou une qualité de la ville.

  • 6 Une étude sur la « réhabilitation » de l’habitat conduite en 1993 par la mairie de Meaux parlait « (...)

5Mais qu’en est-il dans d’autres villes ? À Lille, la partie de Fives dénommée faubourg Saint-Maurice, annexée en 1859, devint officiellement – c’est du moins ce qu’on lit sur les cartes de la ville – le quartier Saint-Maurice ou Saint-Maurice tout court, en revanche le faubourg de Béthune, une partie d’Esquermes, garda ce nom après l’annexion, et cela jusqu’à nos jours. Il en est de même à Meaux où chacun aujourd’hui connaît le faubourg Saint-Nicolas6 ; citons encore à Chambéry le faubourg Montmélian... Un rapide examen de ces cas conduit à penser que, peut-être – et au fond cette « règle » vaudrait pour Paris –, un quartier a toutes chances d’avoir conservé dans l’usage son titre de faubourg lorsque, contre vents et marées administratives, s’est perpétuée dans la nomenclature des rues, une Rue du faubourg Untel..., tuteur indispensable de la mémoire des lieux.

  • 7 Dictionnaire universel français et latin, [dit] Dictionnaire de Trévoux, 1771, art. « Faubourg ».

6Mais pour ces lieux où poussait la ville, quel statut ? Dans beaucoup de cités à la fin de l’époque moderne, les faubourgs, souvent mal délimités dans l’espace du côté du plat pays, étaient perçus par les gens de la ville comme un territoire lointain et particulier, mais du point de vue des lois, ils faisaient bel et bien partie du même ensemble urbain. Les habitants avaient les mêmes droits ou privilèges (le plus souvent dispense de la taille ou du logement des gens de guerre), les mêmes charges (octrois, droits d’entrée...) et relevaient des mêmes juridictions que ceux de la ville. D’où à cette époque dans les textes réglementaires l’usage de la locution « la ville et ses faubourgs ». Pour Paris, citons entre mille déclarations royales, celle du 16 juin 1693 « portant règlement pour les fonctions et droits des officiers de la voirie en la ville et faubourgs de Paris » (cité dans Alphand & Jourdan 1890 : 15). Dans une supplique présentée au maire et jurats de Bordeaux, des frotteurs savoyards demandaient qu’un d’entre eux soit « chassé de la ville et fauxbourgs avec inhibitions et déffenses [sic] d’y paroitre » (cité dans Butel & Poussou 1980 : 221). « La ville et ses faubourgs » était aussi une expression toute faite pour signifier « une grande multitude, un grand concours de monde », comme l’explique le Trévoux7 ; au XIXe siècle, Littré dit encore : « Assembler la ville et ses faubourgs : exciter un grand concours de monde. » L’idée d’une communauté était bien là.

7D’où aussi, parfois, de la part de certaines localités, le refus de se dire ou d’être dites faubourgs de la grande ville voisine, et cela dans le but d’échapper aux charges qui en découlaient, l’octroi tout particulièrement. Les habitants du bourg de Vaise, aux portes de Lyon, prétendaient n’être que des « habitants du plat pays » puisqu’ils payaient la taille, ce que, disaient-ils, ne « faisaient ni Lyon ni le faubourg ». Même au XIXe siècle, la municipalité de Vaise évitait, jusqu’à son annexion en 1852, d’user du mot dans ses délibérations, se qualifiant en 1849 par exemple de « ville suburbaine faisant partie d’une grande agglomération » (Kleinclausz [1925] 1980 : 344-345), comme si le mot contenait une promesse d’absorption qui répugnait à cette commune.

  • 8 Extrait de l’article paru dans le Journal des Débats du 8 décembre 1831, cité par Rude 1969 : 663.

8Il est vrai qu’en 1849, « faubourg » avait déjà pris le sens de quartier périphérique mal bâti et mal habité. Mais de quand date cet avatar sémantique ? Il serait tentant de penser qu’au XVIIIe siècle, « faubourg » n’avait encore qu’une valeur de désignation topographique, sans contenu social particulier. Ainsi, on pouvait lire dans un dictionnaire géographique de 1771 à l’article Bordeaux (Hesseln 1771 : 490) que « le fauxbourg des Chartreux [auj. : Chartrons] [...] est un des plus magnifiques qu’il y ait en Europe, tant pour l’étendue que pour la somptuosité des bâtimens [sic] ». Puis l’industrialisation et le peuplement ouvrier de la périphérie des villes auraient déteint sur le mot, lui donnant son contenu péjoratif, avec derrière l’idée d’une menace pesant désormais sur l’ordre social et politique établi. En témoignerait, dès 1831, la célèbre phrase du journaliste Saint-Marc Girardin écrite au lendemain de l’insurrection lyonnaise du mois de novembre, partie de la Croix-Rousse : « Les barbares qui menacent la société ne sont pas dans le Caucase [...], ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières8. » Ce sont donc les révolutions du XIXe siècle qui auraient donné aux faubourgs, exacte préfiguration de nos actuelles « banlieues », leur réputation de lieux agités et sinistres.

  • 9 Nous sommes persuadé qu’il en existe de plus précoces, mais, pour le prouver, il faudrait entrepre (...)

9L’histoire du mot est en réalité plus complexe, au moins à Paris où, on l’a vu, le mot restait attaché dans l’usage au titre des quartiers intégrés à la ville, comme le paraphe du passé. En fait, dès le XVIIIe siècle, il admet une double acception : il y avait d’une part le faubourg nommé, partie spécifique de la ville décrite ou évoquée dans ses particularités, et il y avait le faubourg tout court, ou les faubourgs, façon langagière de désigner collectivement les lieux misérables voire horribles où, quelque part loin du centre, habitait le bas peuple. Le plus remarquable est que les deux représentations coexistaient souvent chez le même auteur. Le premier exemple net9 est Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris, paru entre 1783 et 1788. Il évoque tour à tour les faubourgs de la capitale dans leur diversité : « Le quartier le plus sain est le faubourg Saint-Jacques » (Mercier 1783-1788,t. I : 17) ; « il y a plus d’argent dans une maison du faubourg Saint-Honoré que dans tout le faubourg Saint-Marceau » (ibid. : 254), mais il use aussi, à plusieurs reprises, de l’expression « cabarets [ou gargotes] de [ou des] faubourgs » (ibid., t. III : 211), et surtout il a cette phrase : « Curieux de voir ce monde [celui des tavernes mal famées] je me couvris un jour d’une redingote brune, et je m’enfonçai dans un faubourg » (ibid., t. VII : 204-205). Aucun lieu ni quartier précis n’est plus cité, la ville est comme entourée par un brouillard d’infamie.

  • 10 Suburbain, précisait-il, vient de suburbanus, qui signifie « qui est des faubourgs, qui habite dan (...)

10Il est vrai que Mercier, qui fut député à la Convention, n’avait pas forcément le peuple en horreur. Dans sa Néologie, parue en 1801, il s’interroge sur la façon la plus convenable de désigner « les habitants de la banlieue, des faubourgs », et propose d’adopter le mot « Suburbains », tant il est vrai, écrit-il, que « l’esprit et l’oreille s’accordent pour repousser les mots faubourgs [ou] banlieue, et pour adopter ce signe pittoresque et sonore »10. Voilà qui en dit long sur le jugement que les possédants et les hommes d’ordre en général pouvaient avoir sur tout ce qui vivait et s’agitait aux marges de la ville, puisqu’il était proposé d’user d’un mot nouveau pour dissiper l’image associée à l’ancien. L’assimilation entre les faubourgs et la banlieue, assez étonnante à vrai dire, relevait du même sentiment : dès les portes franchies, commencent les ténèbres, vous aurez beau marcher et même entrer dans ces villages vivant dans l’orbite de la grande cité, tout là-bas est laid et suspect, sinon coupable. « Suburbain » – le mot est-il une invention de Mercier, ou, sinon, d’où vient-il ? – s’appliquera ensuite à la banlieue, non pas, on le verra, avec le contenu euphémique que Mercier entendait lui donner, mais à titre de simple qualificatif topographique, sans opprobre particulier. « Faubourg » n’aura pas cette chance.

  • 11 Texte paru en 1890 : la ligne du boulevard Saint-Germain, dit-il « coupait en deux l’angle de la r (...)

11La Révolution passée, le mot « faubourg » garde son contenu ambivalent, mais une nette décantation s’opère. À Paris, on continue à évoquer les faubourgs comme autant d’entités géographiques et sociales distinctes. Le faubourg Saint-Jacques, écrit-on en 1857 (Lavallée 1857 : 316), « forme la transition entre le faubourg Saint-Marceau et le faubourg Saint-Germain, c’est-à-dire entre les quartiers pauvres et les quartiers riches de Paris méridional ». Les habitants des lieux considérés n’avaient d’ailleurs aucun scrupule pour désigner leur propre quartier par ce mot, comme une sorte de diminutif familier. « Les gens du faubourg Saint-Antoine n’appellent jamais autrement ce quartier célèbre que le faubourg », écrit Balzac ([1846] 1962 : 514). D’autre part, certains faubourgs remarquables par tel ou tel trait pouvaient recevoir une sorte de surnom connu de tous, comme « le noble faubourg » pour désigner le faubourg Saint-Germain, lieu de résidence des familles titrées. Balzac use couramment de la locution, forgeant même l’adjectif « faubourg-saint-germanesque » (Balzac [1834] 1962 : 960). « Noble faubourg » se rencontre plus tard dans les mémoires du baron Haussmann11, et même encore en 1909 chez le sociologue Maurice Halbwachs (1909 : 66-77)... Il y avait donc faubourg et faubourg.

  • 12 Dans le texte d’une pétition au maire du Xe arrondissement, cité dans Debofle 1986 : 847.
  • 13 « Aussi, malgré les fleurs et l’air de la campagne, s’exhalait-il de cette chaumière la forte et n (...)

12Mais dès qu’il n’était plus question que du faubourg en général, ou des faubourgs, toute singularité s’évanouissait et s’imposait l’image d’un espace périphérique déshérité et pauvre. Les notables des lieux sans prestige savaient parfaitement mettre en avant le mot pour exposer leurs doléances. Ainsi en 1830, les « propriétaires ou habitants du Gros Caillou », un quartier alors un peu perdu au bout de la ville, réclamaient un meilleur entretien de leurs routes : « Les habitants des faubourgs, écrivaient-ils, sont peut-être fondés à remarquer que les marbres et les granits prodigués dans le centre de la ville font un contraste bien choquant avec les boues qui encombrent leurs rues12. » On est là très proche d’un contenu péjoratif ou dévalorisant. Et, comme au siècle précédent, nombre d’auteurs, entre 1800 et 1850, jouaient alternativement sur l’un et l’autre registre du mot. Balzac, pour qui le faubourg Saint-Germain était un faubourg à nul autre pareil, parlait aussi, comme Mercier, de « gargotes de faubourgs »13 ; ailleurs, il évoquait avec mépris un « petit chirurgien de faubourg » (Balzac [1843] 1962 : 555), ou, pour dire l’origine populaire d’un personnage, parlait de son « origine faubourienne » (Balzac [1845] 1962 : 273), un qualificatif un peu étonnant sous sa plume et que nous retrouverons plus loin. Le mot faubourg restait un mot arrangeant.

  • 14 Document d’origine militaire, cité dans Merriman 1994 : 58.
  • 15 Commission départementale faisant fonction de conseil général de la Seine, Mémoire présenté par M. (...)
  • 16 Commission départementale faisant fonction de conseil général de la Seine, Session extraordinaire (...)
  • 17 La bibliographie est abondante sur la question ; voir en dernier lieu Faure 2004 : 433-448.

13Mais c’est le contenu péjoratif qui allait rapidement triompher. La fortune du mot tint au fait qu’après 1850 on l’employa couramment, à Paris tout du moins, pour désigner la nouvelle périphérie urbaine en développement. Pour les contemporains en effet, les communes en plein essor autour de Paris – Belleville, Charonne, Montmartre..., trop éloignées du centre pour avoir jamais eu le statut de faubourg au XVIIIe siècle – n’étaient pas autre chose que les nouveaux faubourgs de Paris. Dès 1825, la Villette était considérée comme « une sorte de faubourg de la capitale »14. En 1857, le préfet Haussmann affirmait que cet ensemble de communes représentait les « véritables faubourgs extérieurs [...] de la ville15 » et le ministre de l’Intérieur évoquait, à la veille de l’annexion de ces communes en 1860, les « immenses faubourgs de la cité16 » qu’il lui fallait maintenant absorber. L’annexion accomplie, on parlait, pour nommer ce territoire entourant maintenant le Paris central, aussi bien du « nouveau Paris », de la « périphérie », des « arrondissements excentriques » que des « faubourgs ». Or, cette périphérie nouvelle était éminemment pauvre et usinière, c’était elle qui accueillait les Parisiens chassés du centre par les grands travaux17. Le Paris bourgeois de l’ouest était encore dans les limbes. Faubourg prit donc nettement le sens non ambigu de zone ouvrière ou pour le moins populaire, et marquée par le labeur et la misère. Certes cette périphérie allait rapidement évoluer, mais il fut un temps où le mot et le territoire qu’il désignait collaient parfaitement l’un à l’autre.

  • 18 Préfecture de la Seine, Annuaire statistique de la ville de Paris, année 1888 : 131. Ainsi en effe (...)
  • 19 Document du service des canaux, cité par François 1984 : 167-168.

14Les faubourgs, dans l’opinion dominante, c’était alors une ville à part, où des comportements différents du reste de la ville pouvaient s’observer dans la population. « On est frappé [...] de voir combien les enfants de moins de cinq ans sont plus nombreux dans les faubourgs que dans les dix premiers arrondissements », affirme le service de la Statistique municipale en 188818. Les faubourgs, c’était la ville des taudis ; le chapitre d’un ouvrage écrit par le député et ministre Pierre Baudin (1908 : 45-59), où il traite des fléaux accablant « la famille ouvrière », portait précisément ce titre : « Les faubourgs » ; il y évoquait les jeunes filles « vouées aux appartements sans soleil et sans air des faubourgs ». Les faubourgs, c’était aussi le terrain de chasse des souteneurs et des voleurs : « Le récidiviste opère dans la rue [...], non pas dans la rue heureuse où vous passez, mais dans la rue des faubourgs », dit le ministre Waldeck-Rousseau devant les députés en 1884 (Waldeck-Rousseau 1906 : 239). En vérité, une globale réprobation enveloppait tous les habitants des faubourgs dans l’opinion bourgeoise. Les gens qui se baignent dans le canal de la Villette sont « d’une immoralité flagrante », dit un rapport d’ingénieur municipal en 187719, mais quoi d’étonnant puisque le lieu est « hanté exclusivement par la population des faubourgs » ?

  • 20 Voir le très éclairant recueil d’études rédigé par Annie Fourcaut, La ville divisée. Les ségrégati (...)

15L’usage péjoratif du mot dans la bonne société parisienne ne fait aucun doute, mais avait-il ce même contenu de répulsion quand il était parlé d’autres villes, surtout des villes en développement ? La citation faite plus haut de Saint-Marc Girardin, à propos de Lyon en 1831, va dans ce sens. En 1835, des auteurs nantais parlaient des différences perceptibles « entre les hommes des faubourgs et ceux des quartiers riches » (Guépin & Bonamy 1835 : 488). Si tel était bien toujours le cas, faudrait-il y voir une contamination de l’usage né à Paris ou bien l’effet d’une croissance urbaine partout semblable dans ses formes ? La diversité de cette croissance – même sous le sceau de l’industrie – fait hésiter sur la réponse20. Peut-être, ici ou là, s’était-il créé un fort hiatus entre le mot et la chose, entre le sens et le sol.

  • 21 La situation industrielle et commerciale de Paris en octobre 1871. Rapport de l’enquête faite par (...)
  • 22 Le « et il en est » visait la conversion de Rochefort à la cause ouvrière, et non ses origines soc (...)
  • 23 Jules Vallès, Œuvres IL. 1871-1885, Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 1990 : 743 ; ext (...)

16Mais, par une sorte de choc en retour, le mot allait s’intégrer au vocabulaire de la révolte ou de la dénonciation sociale. Puisque le peuple souffrant habitait désormais les faubourgs, et que la cause de ce peuple était bonne, il s’accomplit chez ceux qui l’épousaient une transfiguration du mot. Déjà, quand des conseillers municipaux de gauche à Paris, en octobre 1871, évoquaient une population ouvrière « reléguée dans les faubourgs » alors que, remarquaient-ils, le « Paris privilégié » lui doit entièrement sa « gloire »21, toute trace de réprobation avait disparu. Pour peu que l’on veuille aller au peuple, le mot venait naturellement sous la plume, comme chez ces prêtres modernistes, désireux d’entreprendre un travail social en quartier ouvrier, qui fondèrent peu avant 1900 une société dite « des prêtres des Faubourgs » (Simon-Michel 1988 : 45). Mais ce sont les socialistes qui, le plus tôt, se mirent à user couramment du mot, comme lieu universel du peuple. Un journal d’extrême gauche de la fin du Second Empire disait d’Henri de Rochefort, leader alors adulé : « On l’aime au faubourg, celui-là, et il en est22 ! » Plus tard, la journaliste Séverine, dans un article du Cri du peuple, en 1888, interpelle ainsi ses lecteurs : « mes chers amis de l’atelier ou de l’usine, mes camarades du faubourg » (Séverine 1893 : 47). L’ouvriérisme passait désormais par le faubourg, comme dans cet apologue sur la maturité intellectuelle du peuple écrit par Jules Vallès : « Mettez cinquante perruques de cuistres en face de cinquante socialistes pauvres, jetez-leur une question vivante, et ce ne sera pas au faubourg, mais à la Sorbonne qu’il faudra mettre le bonnet d’âne23. » Les faubourgs de Paris (ou le Paris des faubourgs) étaient devenus l’image à la fois symbolique et concrète de la classe ouvrière consciente et révolutionnaire. Plus tard, un article de L’Humanité saluant les succès communistes aux élections de 1924 en banlieue parisienne contenait cette formule : « Paris a retrouvé ses faubourgs !» (Cité dans Fourcaut 1986 : 30) Belleville renaissait à Bobigny.

  • 24 Reproduit dans Les Révolutions du XIXe siècle. 1848, La révolution démocratique et sociale, t. VII (...)
  • 25 L’Aimable Faubourien..., n° 2, 4-8 juin 1848. Nous ignorons les circonstances de cette phrase attr (...)

17Il arrive souvent dans l’histoire de ces mots de la déqualification que les déqualifiés, ou leurs porte-parole, s’emparent du mot lui-même pour en faire le drapeau de leur cause : « faubourg » représente donc un bon exemple de ce phénomène que nous avons appelé d’appropriation de l’opprobre (voir Faure 1995 : 58-69). Meilleur encore celui de « faubourien ». Ce qualificatif était en effet devenu usuel au début du XIXe siècle, nous l’avons vu, mais le mot avait quelque chose de vulgaire, à l’image de ceux qu’il visait. Selon un dictionnaire du bas langage publié en 1821, « soiffer pour boire est un mot de faubourien et aussi français que faubourien lui-même » (Gougenheim 1929 : 144). Le mot resta d’ailleurs longtemps cantonné dans les dictionnaires d’argot, où il avait le sens non pas du tout d’habitant quelconque d’un faubourg quelconque, mais carrément d’« un homme, [ou d’]un enfant mal élevé », d’un « voyou », précise encore un traité spécialisé en 1856 (Michel 1856 : 421). Bref, un mot sans feu ni lieu, mais qui, parallèlement, faisait son chemin pour dire homme du peuple digne et fier. En 1848, un journal démocrate-socialiste s’intitula L’Aimable Faubourien, Journal de la canaille24. Il était expliqué au lecteur que le titre s’inspirait d’une formule qu’aurait eue Louis-Philippe, le roi que la révolution venait de chasser, quand il avait parlé des mesures à prendre pour maintenir « dans le devoir et la soumission la très-turbulente population de Paris, et ses aimables faubourgs ». Un article de ce journal eut pour titre la « Lettre d’un faubourien sur [...] les ateliers nationaux »25. Le faubourien, ou le faubourg incarné.

  • 26 Texte paru dans Gil Blas, s.d., cité dans Andrieux 1991 : 92.
  • 27 Voir L’Œuvre du 10 avril 1941 : « Fréhel chante [...] les meilleurs morceaux de son répertoire "fa (...)

18Mais à la fin du siècle, apparut un usage populiste du mot, au service d’une représentation édulcorée du peuple des faubourgs, mièvre ou complaisante. Quand un chroniqueur parle des jeunes couturières, « pauvre et dur métier où s’usent vite les vingt ans de la fille de faubourg » (Boutet 1910 : 102), cela sent un peu l’eau de rose, tout comme cette phrase de Gustave Charpentier, l’auteur de l’opéra Louise, qui écrivait vers 191026 : « Vous n’imaginez pas quel amour j’ai pour le peuple, le peuple du faubourg, celui qui chante, qui forge, qui espère, celui qui ramasse le pavé pour la barricade ou mène son gamin à l’école. » Le ton sonne faux ici : c’est plus un goût pour une certaine couleur locale qu’un sentiment profond qui inspire le compositeur. Sa Louise – représentée pour la première fois en 1900 – reposait sur le conflit entre la passion libératrice vécue par la jeune ouvrière de Montmartre et la morale étriquée de ses parents qui la maintenaient en cage. Le faubourg qu’il met en scène dans son « roman musical » était plein de pères tragiques et grondeurs, de chiffonniers philosophes et de filles énamourées rêvant au Paris des plaisirs. La peur de la « banlieue rouge », nous le verrons, ne fera qu’accélérer l’évolution du mot vers une sorte d’image conservatoire et pittoresque du peuple de Paris où le faubourg n’est plus qu’un décor pour chanson réaliste27. La gargote de Mercier s’était transformée en cabaret artistique.

19Aujourd’hui, l’usage du mot se ressent de cette histoire tumultueuse. Beaucoup hésitent à l’employer à propos de formes urbaines anciennes ou d’étapes historiques de la croissance urbaine qui ne cadreraient pas avec le contenu social attendu. Le géographe Bernard Rouleau (1996 : 15-18), évoquant le très huppé faubourg Saint-Germain, trouve « malgré tout que l’appellation “faubourg” est ici un peu abusive ». Dans un article qu’un journal local consacrait en 2000 à l’histoire de Concarneau, il était dit que le « Faubourg », le quartier neuf qui se développa aux XVIIe et XVIIIe siècles aux portes de la célèbre Ville close, devint « contrairement à ce que l’on pourrait penser, le royaume des riches négociants » (Jézéquel 2000 : 12). Quoi qu’il en soit, de nos jours, le terme « faubourg » a un caractère nettement désuet ; son usage se limite à celui d’un synonyme un peu édulcoré du mot « banlieue ». Dans le même paragraphe d’un article du journal Le Monde en 2001 étaient évoquées « les banlieues difficiles » de Strasbourg, le dialogue délicat avec les « jeunes des quartiers », c’est-à-dire les habitants de ces banlieues, et cette phrase suivait immédiatement : « Chacun sait que, dans ces faubourgs, la main-d’œuvre qualifiée recherchée par les entreprises alsaciennes est une denrée rare » (Scotto 2001). « Faubourg » n’a pas ici la valeur topographique qu’il avait autrefois, mais, pour peu que le mot « banlieue » vienne à sa rescousse, on constate que son contenu péjoratif ancien – espace de relégation et lieu d’indignité – peut resurgir dans les représentations d’aujourd’hui.

20C’est en effet le mot « banlieue » qui a remplacé « faubourg » dans le vocabulaire de la déqualification attachée aux lieux habités par les pauvres. Mais quelles furent les étapes de cette substitution langagière ? Il nous faut reprendre les choses du début, car le mot « banlieue » a naturellement sa propre histoire. Et, de tous les mots de la ville, c’est peut-être celui dont l’histoire est la plus heurtée, pour cette raison qu’il désigne des espaces soumis, depuis deux siècles au moins, à de profonds changements, et associés à des images très fortes, où la part d’imaginaire trahit ou travestit le réel souvent plus que de raison.

Les avatars de la banlieue

21Attesté dès le XIIIe siècle, sa racine est le mot ban, terme féodal signifiant le territoire sous la juridiction d’un seigneur, là où ses décisions sont l’objet de proclamations. S’appliquant à une ville, le terme de banlieue se mit à désigner l’étendue de pays, d’une lieue ou de plusieurs lieues – et la lieue variait d’une région à l’autre – soumise « à la juridiction et au pouvoir de commandement d’un seigneur urbain, le plus souvent une municipalité » (Bochaca 1997 : 8). D’étendue fort variable d’une ville à l’autre, parfois inexistante, soit concédée par le roi ou un suzerain soit conquise par empiètement progressif, la banlieue était un « îlot de droit urbain » dans les campagnes environnantes (ibid. : 170) et dans lequel la bourgeoisie de la ville entretenait le plus souvent de multiples intérêts fonciers et économiques.

  • 28 « Le terme de banlieue signifie à la fois région périphérique, lieu où on chasse les gens et pays (...)
  • 29 Règlement concernant la communauté des maîtres cordonniers de la ville, fauxbourgs et banlieue d’O (...)
  • 30 Édit du roi, portant création de dix officiers-gardes du commerce, & règlement pour les contrainte (...)
  • 31 On trouve dans Expilly 1762, à l’article « Banlieue », un tableau du « dénombrement de la Banlieue (...)

22Notons au passage, pour faire un sort à une étymologie actuelle bien ancrée, mais fantaisiste, que banlieue et bannissement sont deux notions différentes28. Bannissement est un autre dérivé du mot ban – songeons à des expressions comme être « au ban de », ou « en rupture de ban » –, il n’est en rien un fils de banlieue. On pouvait être banni de la banlieue d’une ville. Citons les Établissements de Bordeaux parlant, au XIIIe siècle, des « meurtriers [...] bannis de Bordeaux et de la banlieue » (Bochaca 1997 : 45). Certes il y avait bien l’idée de dépendance d’une périphérie par rapport à un centre, mais la banlieue n’était pas pour autant un territoire subordonné en droit à la ville, ou encore moins assimilé à elle, comme les faubourgs. Du fait des intérêts qu’elle y avait, mais aussi pour la bonne marche des échanges locaux, la ville exerçait un contrôle sur cet arrière-pays tombé dans son orbite. Cela se marque par exemple dans la titulature des corporations d’arts et de métiers qui, au XVIIIe siècle au moins, incluait la banlieue, quand la ville en avait une. Le Règlement concernant la communauté des maîtres cordonniers de la ville, fauxbourgs et banlieue d’Orléans29 est un cas parmi des dizaines. Évoquons aussi un édit royal de 1772 qui réglementait « les contraintes par corps pour dettes civiles dans la ville, fauxbourgs & banlieue de Paris »30. Un débiteur qui pouvait avoir l’idée d’aller se cacher à Passy ou à « Yvri », deux des quarante et une localités figurant alors au « dénombrement de la Banlieue de Paris »31, savait que les gardes du commerce avaient désormais le pouvoir de l’y aller chercher. La banlieue, c’était l’œil de la ville sur ses alentours.

23Mais tout n’allait pas dans un seul sens. Les effets de la proximité et l’importance des échanges pouvaient faire que la banlieue existe déjà comme conscience locale ou du moins que des groupes d’habitants aux intérêts communs s’approprient le mot pour se définir face à la ville et revendiquer leurs droits. Ainsi en 1789, dans les cahiers de doléances rédigés par les paroisses autour de Paris, il est souvent question des plaintes formulées par les « habitants de la banlieue ». Étaient ainsi dénoncés la prétention des autorités à interdire l’accès des voiries parisiennes aux cultivateurs, habitués à y trouver un engrais gratuit, ou encore l’insupportable arbitraire des Fermiers généraux voulant, dit un mémoire (cité dans Chassin 1889 : 189-219), « assujettir les habitants de la banlieue » à certaines taxes sur les marchandises consommées par eux, alors que les droits d’octroi « ne peuvent être perçus que dans les villes closes et leurs faubourgs ». La capitale sait bien faire appel à nous pour son approvisionnement quotidien, qu’elle nous permette donc, à nous « malheureux cultivateurs », de travailler et de vivre, pensaient ces paysans. Sous le sceau de la ruralité, on voit s’esquisser les images des périodes à venir : celle la ville-marâtre, dont les décisions pèsent d’un poids considérable sur la vie locale, et celle d’un appendice fort utile à la ville, mais déconsidéré, sans qualité.

24Une décision de l’année 1790 montre bien quel rôle la banlieue était appelée à jouer aux yeux des autorités centrales. Lors des discussions sur la création des départements, le problème surgit de savoir quelle extension il convenait de donner à celui où serait Paris. L’Assemblée nationale décida finalement de le borner à Paris même, mais « accompagné d’une banlieue assez étendue pour renfermer tous les établissements nécessaires aux besoins journaliers de cette ville, tels que ses boucheries, ses voiries, ses cimetières, ses carrières, une partie de ses jardins, etc. » (cité dans Bournon 1897)... D’où les « trois lieues de rayon, à partir du parvis Notre-Dame » concédées au département dit de la Seine et dont les districts, puis arrondissements, de Saint-Denis et de Sceaux allaient constituer, de fait, la banlieue de Paris pendant un siècle et demi. La notion était quoi qu’il en soit trop confuse et trop particulière pour que la banlieue conservât une existence officielle ou juridique dans les nouveaux découpages territoriaux, mais le mot se perpétua, y compris dans le langage administratif ou politique, lié en l’occurrence à l’idée d’une zone hors les murs à la fois nourricière et sanitaire.

25Pour ce qui va suivre, on trouvera sans doute que la part faite à Paris est trop belle. C’est un effet de la centralisation dans l’historiographie des villes françaises, mais aussi la rançon inévitable du primat de Paris dans le développement du phénomène banlieue et donc dans la vie du mot. Paris est aussi la capitale de la banlieue.

  • 32 Comme dans cette phrase : « Les douze arrondissements de Paris, et même les deux arrondissements r (...)
  • 33 Le qualificatif de rural n’a à l’époque rien de péjoratif, nuance qu’il prendra à la fin du Second (...)
  • 34 Gazette municipale de la Ville de Paris, février 1844, cité dans Lambeau 1926 : 304.
  • 35 La Banlieue, revue mensuelle, n° 1, octobre 1846.
  • 36 Observations sur le projet d’annexion à la capitale des communes suburbaines, lithographié chez Mo (...)

26Jusque vers 1850 au moins, qui dit banlieue, à Paris, pense d’abord campagne. C’est le mot rural qui est le plus communément associé au mot banlieue. On parle des « communes rurales » autour de Paris, des deux « arrondissements ruraux du département de la Seine »32, en mettant derrière ce mot un mélange de paysans, de boutiquiers et de petits rentiers33. La banlieue évoque alors irrésistiblement l’idée de plaisir, celui d’une promenade au bon air ou même d’une sortie au spectacle dans un lieu agreste. En 1817 le privilège des « spectacles de la banlieue » – c’est-à-dire le droit d’y donner des pièces – avait été cédé à un entrepreneur qui avait construit lui-même des théâtres dans les communes. Le préfet de la Seine, en 1830, remarquait que « la classe ouvrière de Paris qui va se délasser de ses travaux dans les campagnes environnantes forme la grande partie des spectateurs qui assistent au théâtre de la banlieue » (cité dans Girod 1994 : 117). Certains, comme l’essayiste Hippolyte Meynadier (1843 : 198-199), se désolaient de la disparition des ombrages sous la poussée des « petites maisonnettes » construites pour les « bourgeois d’outre-faubourg », responsables à ses yeux de la formation d’une horrible « banlieue anti-champêtre », mais surtout, à côté de la villégiature, d’autres réalités commençaient à s’imposer. Le paysage était de plus en plus déparé par l’installation d’établissements peu ragoûtants, comme par exemple un dépotoir à La Villette : « La Ville de Paris a pris une fâcheuse habitude d’égoïsme vis-à-vis des communes rurales », commente un journaliste en 184434. L’industrie y était également devenue une présence envahissante, d’où parfois des transitions curieuses dans les façons de dire, comme cette phrase de journal en 1846 : « On ne peut nier l’importance commerciale et industrielle des deux arrondissements ruraux du département de la Seine35 »... Dorénavant pour parler d’Ivry ou de La Villette, on évoquera plutôt des « communes industrielles [...] dont toute la vie réside dans les usines36 ». Le langage suivait donc les mutations de cet espace, déjà en proie au mauvais goût pour les uns, ou bien pour d’autres en passe de devenir un pur et simple espace de rebut où la grande industrie pouvait s’étaler à l’aise.

  • 37 La Banlieue, revue mensuelle, n° 2, novembre 1846, article d’Oscar Jungmann du Chatellier. Je reme (...)
  • 38 Voir les nombreux documents cités par Nathalie Montel 2000-2001 : 217-254.
  • 39 Commission départementale faisant fonction de conseil général de la Seine. Session extraordinaire (...)

27Les historiens de Paris évoquant cette époque usent volontiers d’une autre expression qu’ils pensent avoir été aussi des plus courantes après la construction des fortifications en 1840-1841, celle de « petite banlieue » pour désigner les communes incluses dans le nouveau périmètre. En 1991 par exemple, Philippe Vigier écrit que « étroits et divers sont les liens qui unissent Paris à ces communes de petite banlieue [...] enfermées comme les quartiers parisiens par le mur des fortifications » (Vigier 1991 : 242). À espace singulier, expression singulière ? En fait, « petite banlieue » n’avait point du tout la fréquence qu’on lui prête aujourd’hui. L’expression se rencontre, il est vrai, et dotée de l’acception géographique très précise donnée par les auteurs. Un journaliste en 1846 cite, pour la combattre, l’opinion de ceux qui vont disant : « Réunissons à la métropole les importantes communes de la petite banlieue qui se pressent entre le mur de l’octroi actuel et [...] l’enceinte continue37.» Mais n’est-il pas symptomatique que dans les nombreux textes produits à l’occasion précisément de cette annexion, en 1859-1860, elle brille par son absence38 ? Le qualificatif « suburbain », sans nul rapport désormais avec les faubourgs, était finalement plus courant, concurremment à « rural », nous venons de le voir. On écrivait par exemple : « Des commissionnaires craignent le ralentissement de l’activité commerciale sur tel point donné de la banlieue suburbaine39 ». « Petite banlieue » était simplement une forme d’époque pour proche banlieue, intra ou extra-muros. L’expression perdure d’ailleurs : en 1909, par exemple un agent d’affaires publie une « liste des maisons de rapport [...] à vendre ou à louer à Paris et dans la petite banlieue », à savoir, précise-t-il, « jusqu’à 1/2 heure ou 20 K. de Paris en chemin de fer » (Boisselot 1909-1910). Petit est une question de distance, donc de vitesse et de temps. D’autre part, à l’époque, s’il y avait une petite banlieue, c’est qu’il y en avait une grande. Nous n’en connaissons qu’une occurrence, et de nature littéraire. Gérard de Nerval écrit, évoquant un séjour à Senlis : « On ne prenait pas d’ordinaire de passeport pour visiter la grande banlieue de Paris » (Nerval [1854] 1965 : 57). La phrase atteste en tout cas un usage banal de la locution. Cette façon de dire la distance ne s’est pas modifiée puisque « grande banlieue » s’emploie toujours. « Notre grande banlieue », écrivait Brigitte Gros (1970 : 3) en 1970 pour qualifier les communes de Meulan et d’Aubergenville, en Seine-et-Marne. Ces qualificatifs de grand ou de petit expriment, à chaque époque, les différents degrés du semblable.

28L’annexion de 1860 rendit en quelque sorte la banlieue à elle-même puisque les limites du département de la Seine – la nouvelle « petite banlieue», si l’on veut... – resteront inchangées jusqu’au nouveau découpage départemental de 1964, mais sa remarquable croissance démographique et économique allait amplifier, tout en le compliquant, l’usage du mot dans les discours et les textes.

  • 40 Exposition universelle de 1867, Rapports des délégations ouvrières, t. I, Facteurs de pianos, acco (...)
  • 41 Paroles de Victor Zigelman cité par Morier 1994 : 5.
  • 42 Ouvrage remarquable, qui appellerait une réédition.

29Jusque vers 1914, et même bien au-delà, subsiste l’image, ou plutôt la valeur, d’une banlieue restée campagne aux portes de Paris, mais une campagne maintenant sans caractère rural ou agricole, sans paysans ou même habitants, essentiellement peuplée d’arbres et de jolis endroits pour se poser. Banlieue égale bonté de la nature, de multiples textes le disent. « Ah ! mes beaux dimanches de la banlieue lorsque j’avais vingt ans ! » écrivait Émile Zola, nostalgique de ces instants de « liberté dans les grands bois » (Zola [1881] 1994 : 41). Qui sont « les voyageurs du dimanche pour les banlieues de Paris » prenant d’assaut les trains afin d’aller respirer « l’air pur des champs », sinon « l’ouvrier laborieux [...] avec sa famille »40 ? Pendant longtemps, la banlieue, ce fut les vacances à petit prix. À la déclaration de la guerre, en 1939, « je me souviens, on revenait de vacances [...] On louait une chambre chez l’habitant dans la banlieue parisienne41 ». Les lotisseurs et les constructeurs de pavillons savaient très bien faire vibrer la fibre rousseauiste du public parisien : « Le souci de l’hygiène et de l’économie commande [...] à tout chef de famille prévoyant de quitter Paris et d’installer son foyer à la campagne, c’est-à-dire dans la banlieue. » (Tranchant s.d. : 5). Après la révolution, prophétisaient des syndicalistes, le premier mouvement des travailleurs sera de fuir les « cages à mouches » des villes entassées et de « s’essaimer vers les banlieues et [...] y édifier des cottages où le “chez soi” se pourrait mieux savourer » (Pataud et Pouget s.d. : 14842).

  • 43 Bertot, Jean. Guides du cycliste. Les plus belles excursions des environs de Paris, C. Mendel, 191 (...)
  • 44 La rédaction du texte date en effet de 1915.

30Mais cette banlieue de miel et de lait se heurtait au même moment à la conscience d’une autre banlieue, celles des usines et des fumées, une banlieue qui, elle, avait tout pour déplaire. Le texte qui suit, datant de 1912, rassemble en une seule phrase les thèmes et les images alors associés à cet espace repoussoir : « La banlieue immédiate de Paris, vaste plaine qui fait le tour presque entier de la ville et se prolonge jusqu’à deux ou parfois quatre kilomètres des fortifications [est une] plaine parsemée d’usines malodorantes, de carrières, de cultures maraîchères empestant le fumier, pis encore, la gadoue, de misérables habitations ou de villes industrielles fort laides43.» On retrouve encore la question délicate du proche et du lointain. Quand Henri Sellier, en 1915, parle des « employés du centre » qui, ne pouvant plus vivre près de leur travail, « ne s’arrêtent pas à la périphérie de la cité de plus en plus industrielle et empoisonnée », mais « vont plus loin, vers les champs, vers la verdure, vers le soleil » (Sellier 1920 : 34-35)44, visait-il les faubourgs de Paris – La Villette, Javel, Belleville... – ou bien « la banlieue immédiate » évoquée dans la citation précédente – Saint-Denis, Aubervilliers, Ivry... – ou bien encore, comme cela arrive dans d’autres textes de la même époque, mettait-il dans le même sac ces faubourgs misérables et cette banlieue puante ? Un tel flou était bien le produit du heurt entre ces deux images contradictoires de la banlieue, objet à la fois de désir et de répulsion.

  • 45 Paul Strauss dans un article du journal Paris, cité par Aline Muller (1988, t. II : 14-15).
  • 46 Trace évidente en même temps de la persistance, dans le discours politique républicain, de l’usage (...)
  • 47 Citation d’un article de Charles Mirande paru dans Le Républicain de Levallois du 7 décembre 1890, (...)

31Mais les choses allaient se compliquer encore par l’entrée en scène de la banlieue elle-même, ou plus précisément des banlieusards. En effet, la sous-représentation de la banlieue au sein des institutions du département et les griefs accumulés contre Paris dans des communes en plein développement (question de l’abonnement aux hôpitaux de Paris, question du rejet en Seine des eaux d’égouts de la capitale, etc.) créa un contexte polémique dans lequel apparut le mot « banlieusard ». L’occasion en fut, au mois de mai 1889, une élection sénatoriale très disputée où les délégués désignés par les communes de banlieue pour participer au vote avaient porté leurs suffrages sur un candidat républicain modéré qui se disait aussi « candidat des justes revendications de la banlieue » (cité dans Waraschitz 1989 : 90). Il aurait alors été traité de « candidat banlieusard » par les délégués parisiens radicaux, outrés aussi du cri de « À bas Paris ! » qui aurait salué l’élection. Un leader parisien rapportant ce dernier épisode en concluait que « nos concitoyens de la Banlieue » avaient été emportés par un « souffle rural »45. Avec ce mot, on voit combien était forte aussi l’image d’une banlieue peuplée de campagnards arriérés aux penchants réactionnaires46. La banlieue rend bête. « Banlieusard » voulait donc évoquer un rustre installé à la porte de la ville, en rien touché par sa grâce. L’épithète fut reprise par les intéressés, exactement comme « faubourien » l’avait été en son temps, même s’il n’était pas question ici de prolétaires à la recherche d’un drapeau, mais simplement de notables et d’élus locaux à la recherche de pouvoir. « Hardi, les banlieusards, puisque banlieusards il y a », écrit un journaliste du Républicain de Levallois en 1890 à propos d’autres élections à venir. Et il précisait que « ce sont les représentants de Belleville et de La Villette qui nous ont gratifiés de ce vocable quelque peu faubourien »47. Façon de dire que le mot était un mot vulgaire, forgé par des connaisseurs du bas langage et destiné à jeter l’opprobre sur d’honorables concitoyens réclamant pour leurs droits face au sans-gêne d’une cité arrogante.

  • 48 On le trouve dans les numéros du journal du syndicat, La Banlieue, organe des intérêts généraux de (...)
  • 49 Article signé P.E., « Paris dans le brouillard », La Bataille syndicaliste, 2 février 1913.
  • 50 Fédération des comités d’usagers des transports en commun de la région parisienne, Livre noir des (...)

32Dès cette époque, banlieusard devint d’usage courant, et dans la bouche même des intéressés, répétons-le, du moins chez leurs divers porte-parole. Le slogan du « Syndicat général de la Banlieue parisienne », un groupe d’intérêts de notables, était : « Banlieusards, venez à nous48. » En 1909, un tract du Parti socialiste (section d’Alfortville), titré La banlieue est écrasée, contenait cette formule : « Le Banlieusard paie plus que le Parisien et obtient moins. » (Comby 1966 : 141bis) Mais c’est avec une acception plus précise que le mot passe alors dans la langue : le banlieusard est celui qui habite la banlieue, bien sûr, mais qui n’y travaille pas, qui prend tous les matins le train ou le tramway, le plus souvent pour Paris, et rentre le soir chez lui par le même moyen. Qui dit banlieusard dit et pense transports en commun. Il ne faut pas avoir peur, dit une pétition circulant à Asnières vers 1900 et réclamant des horaires plus adaptés, que les compagnies de chemin de fer puissent dire : « Vous voyez que ces banlieusards ne sont jamais contents. » (cité dans Dubesset 1982 : 98) Récemment, écrivait un journaliste en 191349, il y avait du brouillard sur la banlieue : « Les banlieusards, qui doivent chaque matin rentrer à l’atelier ou au magasin, étaient inquiets. » Le plus remarquable est qu’en dépit des avatars contemporains du mot banlieue, le mot banlieusard a gardé jusqu’à nos jours ce même contenu : un salarié dont la vie est marquée par les horaires de transport, plus ou moins trimbalé sinon exploité par des réseaux décrits soit comme obsolètes soit comme monstrueux ou inhumains. Le Livre noir des transports parisiens, en 1970, parle des « 800 000 banlieusards » qui chaque jour « viennent travailler à Paris »50. Brigitte Gros, déjà citée, évoque le calvaire quotidien de ses administrés : « Le train était bondé de banlieusards, épuisés par leur journée de travail. » (Gros 1970 : 11) Son ouvrage inspira un célèbre film réalisé en 1972 par Gérard Pirès et intitulé précisément, Elle court, elle court, la banlieue. Citons enfin Le Monde qui titrait, le 25 juin 2002, sur « les tribulations quotidiennes des banlieusards ». Comme si ce mot avait toujours plus ou moins servi à penser qu’il ne saurait exister de population vivant sur place en banlieue – la banlieue, c’est pas une vie – et qu’autrement dit la banlieue ne saurait exister sans Paris. Transposons le vieux slogan : l’État ne nous transporte pas, il nous nomme.

  • 51 Ce journal était l’organe de la fédération du bâtiment de la CGT avant 1914, cité dans Le Maner 19 (...)
  • 52 Procès-verbal du Conseil de surveillance de l’Assistance publique, 1er décembre 1904.
  • 53 « Périphérien » ou « circumparisien » furent également proposés. Cité dans Blanc-Chaléard 2000 : 2 (...)

33On ne saurait non plus quitter le mot banlieusard sans ajouter que, cette question des transports mise à part, il a toujours gardé une nuance péjorative, ce qu’il doit à sa naissance. Il n’est pas impossible qu’il ait pu être employé quelque temps dans son sens premier de paysan attardé, de rural. C’est peut-être ainsi qu’il faut comprendre une phrase curieuse du journal Le Travailleur du bâtiment, qui, en avril 1907, décrit ainsi un cortège de grévistes dans les rues d’une petite ville après le succès du mouvement51 : « Les boutiquiers et les six pandores d’Évian-les-Bains virent défiler, non pas un cortège de Banlieusards avec des fétiches et des amulettes, mais la classe travailleuse, prenant conscience d’elle-même. » Quoi qu’il en soit, il est clair que le mot rebute et que certains se refusent manifestement à l’utiliser comme raccourci commode pour « habitants de la banlieue ». En 1904, le directeur de l’Assistance publique disait dans une réunion à propos des gens résidant en banlieue et ayant leur emploi à Paris : « Qui pourrait dire si ce sont là des Parisiens ou des suburbains52 ? » En 1934, un journal de banlieue, Le Petit Nogentais, lança un concours sur le thème : « Quel nom donner aux habitants de la banlieue ? » On écarta le mot de « blédard », qui dut apparaître de la même eau trouble que banlieusard, pour couronner le mot « périparisien »53. En banlieue, dirait-on, tous les chemins du langage menaient à Paris.

  • 54 Banlieue rouge par exemple était l’organe des « sous-rayons communistes de la banlieue nord-est de (...)
  • 55 Titre d’un article de Georges Sadoul dans le magazine communiste Regards en juin 1935 : « Ceinture (...)

34Mais depuis quand le mot banlieue sert-il à donner un nom à certaines peurs ? Au XIXe siècle, la banlieue ne faisait pas peur, ses habitants étaient plutôt réputés conservateurs : « La garde nationale de la banlieue était vaillante contre les insurrections », écrivait Hugo à propos de l’émeute de 1832 qu’il décrit dans Les Misérables (Hugo [1862] 1951 : 1232). La banlieue ne sentait pas bon, c’est une affaire entendue, mais on faisait avec, et le banlieusard toujours entre deux trains semblait plus à plaindre qu’à craindre. Mais avec les succès électoraux du Parti communiste en banlieue parisienne, au début des années 1920, naît la« banlieue rouge ». L’expression a-t-elle surgi à l’occasion d’une péripétie électorale précise, comme banlieusard en son temps ? Nous l’ignorons, mais comme souvent en pareil cas, l’épithète malsonnante au départ – qu’aurait pensé et dit l’habitant de Neuilly ou du Vésinet si la presse avait parlé de « banlieue blanche » ? – fut reprise tel un drapeau par les groupes et les appareils visés par elle. Banlieue rouge est le titre de plusieurs journaux communistes54, et probablement celui de nombreux articles ou de tracts d’extrême gauche. À vrai dire, il était à l’époque une autre expression, concurrente et peut-être plus courante, celle de « ceinture rouge », qui exprimait à la perfection l’image fausse mais terriblement efficace d’un Paris complètement vidé de ses usines et de ses prolétaires, assiégé désormais par « des cités satellites industrialisées » (Blanc 1927 : 135-136) formant la ronde autour de lui et n’attendant que le moment propice pour fondre sur ses richesses et s’emparer de l’État. Là encore, constatons que l’expression était utilisée aussi dans le camp adverse, celui en l’occurrence des assiégeants55, mais on voit bien que banlieue tendait déjà à s’imposer dans les représentations comme le lieu où campe « la population ouvrière, chassée du centre », où les « refoulés » (Landhe 1927 : 3, 12-13) de la grande ville, abandonnés de Dieu et des hommes, ne songeaient qu’au moment délicieux et terrible du règlement de compte final avec la civilisation.

  • 56 Les mots étaient soulignés dans le texte (Blanc 1927 : 24).

35Cependant, aux yeux de certains, si un tel péril politique existait c’est parce qu’on laissait la banlieue aller à vau-l’eau : personne ne contrôle plus rien, ni l’industrialisation ni le peuplement. Par conséquent, l’« agglomération parisienne » – le terme se répand alors dans la littérature administrative et dans la presse – avait besoin de façon urgente d’un « plan d’aménagement » – le mot aménagement fait alors florès, avec la banlieue au centre des dispositifs-, bref il fallait entreprendre « ce qu’on pourrait appeler une politique de la banlieue parisienne »56. C’était un peu les noces entre les mots Politique et Ville qui étaient célébrées alors, avec la banlieue dans la corbeille de mariage.

36Visant un espace depuis toujours réputé sans qualité et désormais affublé d’une réputation d’extrême dangerosité politique et sociale, le mot banlieue n’entrait pas sous les meilleurs auspices dans la période suivante, celle d’après 1945, période marquée par le formidable développement du logement social et le remodelage administratif de la région. Le mot perd aussi sa spécificité parisienne, tant il apparaît clair que la croissance urbaine est désormais partout en France la seule affaire des banlieues. Un honneur qui dans le discours ressemble plutôt à une indignité.

  • 57 Article de France-Soir du 21 décembre 1965 consacré à l’élection présidentielle de décembre 1965 : (...)
  • 58 Michel Bosquet, « La colère des mal-transportés », Le Nouvel Observateur, 28 septembre 1970.
  • 59 Le Monde, 1er-2 avril 1984, cité dans Ficot s.d. : 164.
  • 60 Libération, 17 janvier 1991, cité dans Roland 1996 : 105.
  • 61 Christiane Duparc, « Une parenthèse de bonheur », Le Nouvel Observateur, 6-12 juillet 1970.
  • 62 « Les échanges enrichissants des rencontres possibles en ville, et qui créent le véritable citadin (...)
  • 63 Le Monde, 15 novembre 1983 : « Et la banlieue ? Cet immense territoire, peuplé d’étrangers venus d (...)

37Comme les lotissements dans les années 1920, les grands ensembles construits dans les années 1960 ont frappé les contemporains par leur surgissement soudain dans le paysage habité. France-Soir parle en 1965 des « nouveaux électeurs des cités champignons de banlieue »57. Beaucoup pensent – et mai 1968 en a sans doute multiplié le nombre – que ces barres et ces tours sont d’abord et avant tout le lieu de relégation des populations pauvres chassées des villes-centres. Les « quartiers d’habitation jadis populaires » sont rasés et « les anciens habitants sont exilés dans les cités-dortoirs », écrit-on en 1970 (Bosquet 1970)58. La cabane du mal-loti aurait fait place à un gigantesque dortoir collectif. En effet, que faire en banlieue sinon y dormir ? Plus que jamais, nous l’avons vu, elle reste la patrie des banlieusards, ces sempiternels voyageurs sans bagages ; la banlieue est donc un lieu où l’on dort et non un lieu où l’on vit. La Grande-Synthe n’est pas autre chose que « le nouveau faubourg-dortoir de Dunkerque59 » et quand on a dit de Clichy-sous-Bois qu’elle est une « ville-dortoir de Seine-Saint-Denis », on a tout dit60. Il y a sans doute un discours de la modernité et du progrès associés à cet urbanisme et à cette architecture nouvelle, mais incluait-il le mot banlieue ? Nous en doutons, et en tout cas, ce que l’usage consacre dans les années 1960 et 1970, c’est bien plutôt l’association entre banlieue et ennui, et même déprime. Une idée reçue de l’époque est bien celle du grand ensemble qui rend fou. Pour un médecin (Le Guillant 1960 : 34-36), il était évident que « la vie dans les vastes ensembles immobiliers modernes, à propos de laquelle on a décrit la “névrose des ménagères de banlieue”, atrophie, altère ou détruit de multiples rapports humains ». Un enquêteur était formel : c’est de « l’éloignement » du reste de la société que souffrent le plus les habitants de ces cités, et pour eux, à l’en croire, une déclaration « résume tous les inconvénients concernant l’éloignement : la vie de banlieue » (Clerc 1967 : 205-206). Et pour un journaliste qui voulait dénoncer « la Côte d’Azur bétonnée », l’image qui venait sous la plume était celle d’un « Sarcelles de luxe », à savoir « la lèpre, le bruit, le toc, la promiscuité, la haine »61. Rien moins... Donc, en banlieue, pas de « véritable citadin »62, ni en conséquence de sentiment collectif d’appartenance au même territoire63. Le degré zéro de la ville, à mille lieues d’une vraie cité.

38Mais cela n’était rien encore puisque le mot va servir, à partir de 1985 à peu près, à désigner tout à la fois les lieux, les maux et les peurs associés à la crise de la société française née du chômage et du racisme qui aujourd’hui compromettent l’intégration d’une partie importante des enfants de migrants. Peu importe que la banlieue compte des communes riches, voire opulentes, peu importe que les populations montrées du doigt à travers ce mot vivent aussi dans les villes-centres, voire encore dans les centres-villes, peu importe enfin qu’il existe nombre de quartiers d’habitat social parfaitement intégrés au reste de la commune, c’est le mot banlieue qui va servir à nommer cette crise, outrancière simplification dont l’effet est double : camoufler une question sociale derrière une question d’urbanisme ou d’architecture, jeter le même discrédit sur tous ceux et celles dont le seul tort est de vivre là et les transformer en épouvantails dont la rentabilité électorale n’est plus à démonter, hélas !

  • 64 Travail fait sur le catalogue informatisé du SUDOC (aussi complet pour cette période que celui de (...)

39On peut juger de l’inflation dont le mot a été l’objet en faisant d’abord le compte des ouvrages parus depuis 1970 et dont le titre comporte le mot banlieue ou banlieusard. Nous nous sommes cantonnés aux ouvrages universitaires ou savants – géographie, histoire, sociologie et ethnologie, linguistique, sciences de l’éducation – et aux ouvrages dits d’actualité, les témoignages et les récits64. Voici les chiffres absolus et relatifs :

Périodes quinquennales

Nombre de titres

%

1970-1975

3

1,6

1976-1980

12

6,6

1981-1985

22

12

1986-1990

21

11,5

1991-1995

61

33,3

1996-2000

64

35

Total

183

100

40Nous ne voulons pas dire que la recherche universitaire, qui forme ici une partie notable des titres, ait été à la remorque de l’« actualité » : ce serait trop simple, un peu faux et de plus hors sujet. La production dite savante s’est trouvée intégrée dans un océan d’ouvrages naviguant tous sous le même pavillon. L’explosion éditoriale des années 1990 répondit au désir du public – de tous les publics – de trouver des ouvrages qui lui expliquent la banlieue ou surtout qui lui parlent d’elle dans les termes qu’il attend. Elle accompagna aussi, avec un léger décalage dans le temps, l’extraordinaire prolifération du mot, décliné et qualifié de toutes sortes de manières, dans la presse écrite ou parlée. « Crise », « malaise », « maladie » – Le Monde du 23 mars 1986, entre mille exemples : « L’agglomération lyonnaise est malade de ses banlieues » –, il ne semble pas y avoir alors d’image assez forte pour dire la gravité du problème. Le patron de Libération, Serge July, parle en octobre 1990 (Roland 1996 : 76) d’un phénomène relevant de « l’apartheid », d’une « tiers-mondisation » de la ville. Le mot, déjà de bien mauvais aloi, on l’a vu, a cristallisé sur lui toutes les hantises ; le flou qui entoure ce mot passe-muraille permet à chacun d’y voir ce qu’il veut : de lointains grands ensembles vivant sous l’empire de la drogue et de la violence juvénile, une zone urbaine tout entière abandonnée à la misère et à l’immigration étrangère ou bien les prodromes d’une nouvelle culture populaire. Dis-moi comment tu parles de la banlieue, je te dirai qui tu es.

  • 65 L’auteur écrit en tant que « délégué interministériel à la ville et au développement social urbain (...)

41À l’évidence aussi le mot sert d’accroche, de simple annonce. On le voit bien quand l’auteur d’un ouvrage de valeur est amené, pour les besoins de l’analyse ou de la description, à définir l’espace dont il parle. Soit l’auteur se dérobe : c’est le cas de Jean-Marie Delarue, auteur en 1991 d’un rapport officiel diffusé sous le titre Banlieues en difficultés ; dans le corps de l’ouvrage, le mot banlieue n’apparaît jamais (sauf à l’occasion de citations de presse...), et l’introduction qui le précède, bien loin d’éclairer le lecteur, dit qu’il va être parlé de communes pauvres, « qu’on [...] appelle “quartiers” ou “cités”, on n’entrera pas ici sur l’usage de ces termes65 » (Delarue 1991 : 15)... Mais où est donc passée la banlieue ? Soit l’auteur trébuche sur les définitions. L’ouvrage de Monique Grandjonc intitulé Les Canourgues [...] Singulière banlieue, paru en 1996 et consacré à la vie des habitants de ce quartier de Salon-de-Provence, contient une sorte de guide du lecteur dont il vaut la peine de citer les premières phrases : « À l’évidence, Salon est une ville de taille trop modeste pour que sa partie nord puisse être appelée banlieue si l’on s’en tient au sens moderne que les urbanistes donnent à ce terme. Cependant les Canourgues présentent les caractéristiques sociologiques d’une banlieue : cité-dortoir excentrée et dévalorisée, grande densité de population [...], fort taux de chômage, etc. » Le coin répond donc à la définition sociale de la banlieue, mais il n’en est pas topographiquement pas une... Alors, à quoi bon cette confusion ? N’est-ce pas que l’auteure a été en quelque sorte contrainte par la pression médiatique (et éditoriale) à user du mot, alors qu’il n’avait rien à faire là ? Et faut-il préciser que dans la parole des habitants, si heureusement restituée dans l’ouvrage, le mot banlieue brille par son absence ?

42C’est là sans doute une caractéristique de l’histoire actuelle du mot : il n’a pas provoqué la création d’un mot-choc en retour, comme banlieusard ou faubourien en leur temps, soit que les populations visées aient d’autres mots pour retourner l’opprobre, soit surtout que, chez elles, nulle conscience n’existe de former un ensemble dont le nom serait alors jeté à la face de leurs contempteurs. Ce mot-images est trop vague et trop vaste pour appeler un ricochet vengeur. Il est resté de consommation extérieure. Mais ne dirait-on pas que le mot est, à l’heure présente, en perte de vitesse, comme s’il était trop usé, qu’on en avait épuisé tout le suc à force de le presser ? En son lieu et place, le mot de « cité » semble se répandre, et cela est fort heureux car il est, en termes de morphologie urbaine et de groupes humains, infiniment plus proche des réalités que le mot banlieue est aujourd’hui censé désigner. Mais, sous l’influence de la terminologie officielle qui, depuis déjà longtemps, parle du « développement social des quartiers », des « quartiers sensibles », des « quartiers difficiles », ce sont « les quartiers » – tout court – qui semblent aujourd’hui être devenus l’équivalent, au moins médiatique, sinon même dans l’usage, de « banlieue », au sens dépourvu de sens, ou plutôt trop chargé de sens, de ce mot. La « politique de la ville » aura eu au moins cette réussite d’avoir imposé un mot !

43Le mot « banlieue » serait-il donc appelé à rejoindre « faubourg » dans le magasin d’antiquités des mots de la ville ? C’est l’avenir politique de la cité qui tranchera.

Post-scriptum ou la sainte racaille

44Et il a tranché. Ce texte était depuis longtemps rédigé lorsqu’en octobre-novembre 2005, éclata l’émeute des cités dans maintes communes populaires de banlieue. J’y suggérais in fine que le mot, en tant que mot-images, était appelé à progressivement s’effacer et n’avoir plus, quelque jour, que le charme désuet des termes vieillis, comme faubourg. Les événements ont fait voler en éclats cette prédiction aventureuse. La « banlieue » ou plutôt « les banlieues » – le pluriel semble maintenant définitif – furent partout à la Une au cours de ces jours de colère, à égalité avec le mot cité, il est vrai. Le mot a de nouveau dévoré la réalité composite des agglomérations urbaines, et surtout s’est réinstallé sans vergogne dans le discours dominant avec la même charge de peur sociale, le même sentiment d’étrangeté voire de répulsion devant cette détresse juvénile qui ne sait pas se résigner, mais avec maintenant dans son usage un contenu « ethnique » infiniment plus fort qu’il y a une décennie. Autre démenti : je parlais de l’absence de conscience chez les populations recouvertes par le mot de former un ensemble ; or, la simultanéité de l’embrasement prouve que cette conscience existe bel et bien.

45L’épisode a en tout cas montré, s’il en était encore besoin, le formidable effet des mots qui stigmatisent lorsqu’ils sont jetés au cœur d’un foyer de discorde où le feu couve. Je songe au mot racaille. Quelles qu’aient été les intentions de l’homme politique qui proféra ce mot, et même s’il est bien clair qu’il ne visait que des individus et non pas toute une population, ce mot ne lui appartint plus dès qu’il sortit de sa bouche et joua à l’évidence un rôle essentiel dans l’éveil, ou le réveil, de cette conscience collective dont je parlais à l’instant. Il y a bien des précédents à ce processus où un mot, échappé de la bouche d’un puissant, se transforme en brûlot qui met le feu aux consciences : nous songeons à la « vile multitude » de Thiers, à la « foule des pourceaux » – la swinish multitude – de Burke, ou encore à l’épithète malsonnante de « nomades » par laquelle le préfet Haussmann émailla un de ses discours en 1865, épithète que les ouvriers parisiens prirent pour eux et qui joua dans la détestation populaire de l’homme et du régime impérial un rôle aussi grand que le souvenir du 2 décembre ou les casse-tête des sergents de ville. Et tout cela bien avant les écrans de télévision et les blogs...

46Les mots sont souvent des armes, alors démilitarisons le langage !

Bibliographie

Références bibliographiques

Alphand, Adolphe & Gustave Jourdan. 1890. Recueil des règlements concernant le service des alignements et des logements insalubres dans la ville de Paris. Paris, Chaix.

Andrieux, Françoise. 1991. « Les fêtes de l’art social à Suresnes au début du siècle autour du Conservatoire populaire de Mimi Pinson », Bulletin de la Société historique de Suresnes, t. 10, 48 : 86-98.

Balzac, Honoré de. [1834] 1962. La Comédie humaine. La Duchesse de Langeais. Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, t. V.

— [1843] 1962. La Comédie humaine. Honorine. Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, t. II.

— [1845] 1962. La Comédie humaine. Les Paysans. Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, t. VIII.

— [1846] 1962. La Comédie humaine. La Cousine Bette. Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, t. VI.

Baudin, Pierre. 1908. La vie dans la cité. Paris, Librairie universelle.

Bernini, Gérard (éd.). 1992. Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux. T. III, Les faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux, Société littéraire et historique de la Brie.

Blanc, Édouard. 1927. La ceinture rouge. Paris, Spès.

Blanc-Chaléard, Marie-Claude. 2000. Les Italiens dans l’est parisien des années 1880 aux années 1860. Une histoire d’intégration. Rome, Publications de l’École française de Rome.

Bochaca, Michel. 1997. La banlieue de Bordeaux. Formation d’une juridiction municipale suburbaine (vers 1250-vers 1550). Paris, L’Harmattan.

Boisselot, J.-B. 1909-1910. Liste des maisons de rapport... à vendre ou à louer à Paris et dans la petite banlieue (sept numéros parus du 1er octobre 1909 au 1er juin 1910).

Borgé, Jacques & Nicolas Viasnoff. 1994. Archives de la banlieue parisienne. Paris, Trinckvel.

Bosquet, Michel. 1970. « La colère des mal-transportés », Le Nouvel Observateur, 28 septembre.

Bournon, Fernand. 1897. La création du département de la Seine et son étendue (1789-1790). Paris, Honoré Champion.

Boutet, Henri. 1910. Métiers de Paris, chez l’auteur.

Butel, Philippe & Jean-Pierre Poussou. 1980. La vie quotidienne à Bordeaux au XVIIIe siècle. Paris, Hachette.

Chassin, Charles-Louis. 1889. Mémoire pour servir à la confection du cahier de doléances des habitants de la banlieue de Paris, rédigé par Darigrand et signé des syndics de 20 paroisses, in Les élections et les cahiers de Paris en 1789. T. IV, Paris hors-les-murs. Paris, Jouaust et Sigaux.

Clerc, Paul. 1967. Grands ensembles, banlieues nouvelles. Paris, puf.

Comby, Louis. 1966. Alfortville, commune de banlieue. Thèse de 3e cycle, Université de Paris. Édition postérieure sous le titre : Alfortville (1860-1929) : au confluent des libertés, Val Arno, 1987.

Debofle, Pierre. 1986. La politique d’urbanisme de la ville de Paris sous la Restauration. Thèse de l’École des Chartes.

Delarue, Jean-Marie. 1991. Banlieues en difficultés : la relégation. Paris, Syros.

Dubesset, Martine. 1982. L’émergence d’une population ouvrière dans la commune agricole de Gennevilliers (187411880-1914). Mémoire de maîtrise, Université de Paris X-Nanterre.

Duparc, Christiane. 1970. « Une parenthèse de bonheur », Le Nouvel observateur, 12 juillet : 6.

Expilly, Abbé. 1762. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France.

Faure, Alain. 1995. « Urbanisation et exclusions dans le passé parisien (1850-1950) », Vingtième siècle, 47, juil.-sept.

— 2004. « Spéculation et société : les grands travaux à Paris au XIXe siècle », Histoire, Économie et Société, 3 : 433-448.

Ficot, Élodie. s. d. L’image de la banlieue dans le journal Le Monde de décembre 1980 à juillet 1984. Mémoire de maîtrise, Université de Paris I.

Fourcaut, Annie. 1986. Bobigny, banlieue rouge. Paris, Éditions ouvrières et Presses de la FNPS.

— 1996. La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question (France, XVIIIe-XXe siècle). Grâne, Créaphis.

— 2000. La banlieue en morceaux. La crise des lotissements défectueux en France dans l’entre-deux-guerres. Grâne, Créaphis.

François, Emmanuelle. 1984. Le XIXe du bassin de la Villette. Mémoire de maîtrise, Université de Paris VII.

Girod, Marc. 1994. « L’urbanité des faubourgs : les théâtres de la banlieue parisienne (1817-1932) », Recherches contemporaines, 2 : 117.

Gougenheim, Georges. 1929. La langue populaire dans le premier quart du XIXe siècle d’après le Petit Dictionnaire du Peuple de J. P. L. P Desgranges (1821). Paris, Les Belles Lettres.

Gros, Brigitte. 1970. Quatre heures de transport par jour. Paris, Denoël.

Guépin, Ange & Eugène Bonamy. 1835. Nantes au XIXe siècle. Statistique topographique, industrielle et morale... Nantes, Prosper Sebire.

Halbwachs, Maurice. 1909. Les expropriations et le prix des terrains à Paris (1860-1900). Paris, Société nouvelle de Librairie et d’Édition.

Haussmann, Georges-Eugène (baron). 2000. Mémoires. Paris, Seuil.

Hesseln, Robert de. 1771. Dictionnaire universel de la France, t. I : 490.

Huard, Raymond. 1998. « “Rural”, la promotion d’une épithète et sa signification politique et sociale, des années 1860 aux lendemains de la Commune », Revue d’histoire moderne et contemporaine, oct.-déc.

Hugo, Victor. [1862] 1951. Les Misérables. Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade.

Jézéquel, Stéphane. 2000. Le Télégramme, 16 juillet.

Jungmann du Chatellier, Oscar. 1846. La Banlieue, revue mensuelle, 2, novembre.

Kleinclausz, Arthur. [1925] 1980. Lyon, des origines à nos jours. La formation de la cité. Marseille, Laffitte reprints.

Lachatre, Maurice, [circa 1865] s. d. Nouveau dictionnaire universel. Paris, É. Blot.

Lambeau, Lucien. 1926. La Villette. Paris, Ernest Leroux.

Landhe, Pierre. 1927. Le Christ dans la banlieue. Enquête sur la vie religieuse dans les milieux ouvriers de la banlieue de Paris. Paris, Plon.

Lavallée, Théophile. 1857. Histoire de Paris..., t. II. Paris, Lévy frères.

Le Guillant, Louis, médecin-chef des hôpitaux psychiatriques de la Seine. 1960. « Psychopathologie de la transplantation », Le Courrier médical, 2 juillet.

Le Maner, Yves. 1975. Le travailleur du bâtiment. Mémoire de maîtrise, Université de Paris I.
Livre noir des transports parisiens. Paris, [1970] s. d. : 12.

Marbeau, Firmin. [1845] 1873. Crèches pour les petits enfants des ouvriers ou Moyen de diminuer la misère en augmentant la population. Paris, Comptoir des imprimeurs unis.

Marchand, Bernard. 1997. « La banlieue des grandes villes : enfer... ou bouc émissaire », in Jean-Pierre Renard (éd.) Le géographe et les frontières. Paris, L’Harmattan.

Mercier, Louis-Sébastien. 1783-1788. Tableau de Paris. Amsterdam, s.n.

— 1801. Néologie ou vocabulaire de mots nouveaux à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles. Paris, Moussard et Maradan.

Merriman, John. 1994. Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France 1815-1870. Paris, Seuil.

Merruau, Charles. s.d. Rapport sur la nomenclature des rues et le numérotage des maisons fait à M. le sénateur, préfet de la Seine, au nom d’une commission spéciale. Paris, Charles de Mourgues.

Meynadier, Hippolyte. 1843. Paris sous le point de vue pittoresque et monumental ou éléments d’un plan d’ensemble de ses travaux d’art et d’utilité publique. Paris, Dauvin et Fontaine.

Michel, Francisque. 1856. Études de philologie comparée de l’argot et sur les idiomes analogues parlés en Europe et en Asie. Paris, Firmin Didot.

Montel, Nathalie. 2000-2001. « Chronique d’une mort non annoncée. L’annexion par Paris de sa banlieue en 1860 », Recherches contemporaines, 6 : 217-254.

Morier, Françoise (éd.). 1994. Belleville, Belleville. Visages d’une planète. Paris, Créaphis.

Muller, Aline. 1988. Les relations Paris-banlieue ouest de 1884 à 1900 (canton de Neuilly) d’après la presse locale. Mémoire de maîtrise, Université Paris X.

Nerval, Gérard de. [1854] 1965. Les Filles du feu. Paris, Garnier-Flammarion. « Paris dans le brouillard », La Bataille syndicaliste, 2 février.

Pataud, Émile & Émile Pouget. [1909] s.d. Comment nous ferons la révolution. Paris, Librairie illustrée J. Taillandier.

Perrot, Auguste-Pierre. 1782. Dictionnaire de voierie. Paris, Prault, Onfroy et Belin.

Perrot, Aristide-Michel. [1834] 1987. Petit atlas pittoresque des quarante-huit quartiers de Paris. Paris, Service des travaux historiques de la ville de Paris.

Piat, Albert. 1893. Allocution prononcée aux assemblées générales des 29 et 30 juillet 1893. Société de secours des employés et ouvriers de la maison Piat, n° 14, Le Havre, Imp. du Commerce : 86-87.

Rimbert, Sylvie. 1967. La banlieue résidentielle du sud de Strasbourg : genèse d’un paysage suburbain. Paris, Les Belles Lettres.

Roland, Patrick. 1996. L’image de la banlieue dans le quotidien Libération de 1981 à 1991. Mémoire de maîtrise, Université de Paris I.

Rouleau, Bernard. 1996. « Des contrastes nécessaires à la ville », in Jacques Lucan, Paris des faubourgs. Paris, Pavillon de l’Arsenal, Picard.

Rude, Fernand. 1969. L’insurrection lyonnaise de novembre 1831. Paris, Anthropos (2e édition).

Sadoul, Georges. 1935. « Ceinture rouge. Au pays des mal-lotis », Regards, juin.

Scotto, Marcel. 2001. « Strasbourg ne sait pas comment faire face au rituel des voitures brûlées », Le Monde, 1er février.

Sellier, Henri. 1920. Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine. Paris, M. Rivière.

Séverine. 1893. Pages rouges. Paris, H. Simonis Empis (article du 28 août 1888 : 47).

Simon-Michel, J.H. 1988. L’abbé Soulange-Bodin et Notre-Dame-du-Travail : mission et chrétienté dans un faubourg de Paris. Mémoire de maîtrise, Université de Paris IV.

Tranchant, Marius. s.d. L’habitation du Parisien en banlieue. Après le travail à Paris, le repos à la campagne. Paris, 23 boulevard du Montparnasse.

Vigier, Philippe. 1991. Paris pendant la monarchie de Juillet. Hachette, coll. « Nouvelle Histoire de Paris ».

Waldeck-Rousseau, Pierre. 1906. L’État et la Liberté. Paris, Bibliothèque Charpentier.

Waraschitz, Bruno. 1989. Les élections sénatoriales dans le département de la Seine de 1876 à 1914. De la volonté d’hégémonie politique de Paris à la primauté électorale de la banlieue. Mémoire de maîtrise, Université de Paris IV.

Zola, Émile. 1994. « La banlieue » (article paru dans Le Figaro du 25 juillet 1881), in É. Zola, Aux champs, réédition, La Rochelle, Rumeur des âges.

Notes

1 Extrait de la célèbre déclaration de 1724, cité par Perrot 1782 : 168.

2 Pierre Larousse disait à peu près la même chose : faubourg est le « nom que l’on donne dans certaines villes, et notamment à Paris, à des quartiers depuis longtemps réunis à la ville, mais qui ont conservé leur nom primitif » (Grand dictionnaire universel du XIXe siècle 1866 Larousse).

3 Par contre, Chaillot resta Chaillot pour cette raison que « faubourg de la Conférence » n’effaça jamais le nom du ci-devant village.

4 Voir la liste établie par Michel Fleury et Jeanne Pronteau dans la réédition de Perrot 1987 : 22sq.

5 Dans la dénomination officielle des quartiers de Paris après 1860 le mot « faubourg » disparaît, à deux exceptions près (« Faubourg Montmartre » et « Faubourg du Roule »). Rayer de la carte administrative le faubourg Saint-Antoine et le faubourg Saint-Marcel, c’était chercher à effacer symboliquement tout un passé parisien de révolte et de misère.

6 Une étude sur la « réhabilitation » de l’habitat conduite en 1993 par la mairie de Meaux parlait « du centre ancien et du Faubourg Saint-Nicolas », cité dans Bernini 1992 : 216.

7 Dictionnaire universel français et latin, [dit] Dictionnaire de Trévoux, 1771, art. « Faubourg ».

8 Extrait de l’article paru dans le Journal des Débats du 8 décembre 1831, cité par Rude 1969 : 663.

9 Nous sommes persuadé qu’il en existe de plus précoces, mais, pour le prouver, il faudrait entreprendre une recherche systématique dans tous les écrits susceptibles de nous informer sur les visions familières de la ville au XVIIIe siècle.

10 Suburbain, précisait-il, vient de suburbanus, qui signifie « qui est des faubourgs, qui habite dans les faubourgs » [...] (Mercier 1801 : 266-271).

11 Texte paru en 1890 : la ligne du boulevard Saint-Germain, dit-il « coupait en deux l’angle de la rue de Bourgogne et du quai d’Orsay, pour pénétrer diagonalement dans le noble Faubourg jusqu’à la rue Saint-Dominique » (Haussmann 2000 : 822).

12 Dans le texte d’une pétition au maire du Xe arrondissement, cité dans Debofle 1986 : 847.

13 « Aussi, malgré les fleurs et l’air de la campagne, s’exhalait-il de cette chaumière la forte et nauséabonde odeur de vin et de mangeaille qui vous saisit à Paris, en passant devant les gargotes de faubourgs » (Balzac [1845] 1962 : 82).

14 Document d’origine militaire, cité dans Merriman 1994 : 58.

15 Commission départementale faisant fonction de conseil général de la Seine, Mémoire présenté par M. le préfet de la Seine à la Commission départementale (session ordinaire de 1856), p. 7.

16 Commission départementale faisant fonction de conseil général de la Seine, Session extraordinaire de 1859, Rapport de M. Delangle, ministre de l’Intérieur, p. 14.

17 La bibliographie est abondante sur la question ; voir en dernier lieu Faure 2004 : 433-448.

18 Préfecture de la Seine, Annuaire statistique de la ville de Paris, année 1888 : 131. Ainsi en effet découpait-on souvent à l’époque l’espace parisien : le centre, c’était les arrondissements allant de 1 à 10, et les faubourgs – la périphérie – ceux de 11 à 20.

19 Document du service des canaux, cité par François 1984 : 167-168.

20 Voir le très éclairant recueil d’études rédigé par Annie Fourcaut, La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question (France, XVIIIe-XXe siècle), Grâne, Créaphis, 1996, 465 p.

21 La situation industrielle et commerciale de Paris en octobre 1871. Rapport de l’enquête faite par une fraction du Conseil municipal, 1871, p. 49-50.

22 Le « et il en est » visait la conversion de Rochefort à la cause ouvrière, et non ses origines sociales puisque l’article soulignait qu’il y a peu encore, il allait « insouciant sur l’asphalte des quartiers élégants ». Extraits du journal Le Faubourg (rédacteur en chef : Gustave Maroteau), n° 1, 26 février 1870.

23 Jules Vallès, Œuvres IL. 1871-1885, Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 1990 : 743 ; extrait du Réveil, 7 décembre 1881. Ou encore dans un article de La Rue en 1867 : « J’aime le peuple, il me le rend un peu. Bien des mains noires ont serré les miennes dans les faubourgs. » (Jules Vallès, Œuvres I. 1857-1870, Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 1975, p. 1148).

24 Reproduit dans Les Révolutions du XIXe siècle. 1848, La révolution démocratique et sociale, t. VIII, Paris, Éd. EDHIS, non pag. Le journal eut cinq numéros en juin 1848 et un numéro en mai 1849.

25 L’Aimable Faubourien..., n° 2, 4-8 juin 1848. Nous ignorons les circonstances de cette phrase attribuée à Louis-Philippe – sans doute le débat sur les fortifications et les forts détachés dont les canons étaient censés faire réfléchir les futurs insurgés... –, et où le qualificatif « aimable » semble employé pour son contraire. L’expression est citée aussi, en français dans le texte, par Friedrich Engels décrivant le déclenchement des journées de juin à Paris dans un article de La Nouvelle Gazette rhénane (K. Marx et F. Engels, La Nouvelle Gazette rhénane, t. I, Paris, Éditions sociales, 1972, n° 26 du 26 juin 1848). Cette piquante citation aurait donc été alors au goût du jour... En 1870, certains articles du journal Le Faubourg, déjà cité, étaient signés « L’aimable faubourien ». Le Faubourien fut aussi le titre d’une feuille qui eut quelques numéros en novembre 1870. Quant à la « canaille », c’était une allusion aux vers d’Auguste Barbier dans le poème « La Curée » (paru dans ïambes en 1832), magnifique ode aux combats de juillet 1830 où, dit le poète, « La grande populace et la sainte canaille / se ruaient à l’immortalité ». C’était déjà là un exemple d’appropriation d’une injure bourgeoise : ces gens de rien que vous méprisez, cette canaille, savent mourir pour leur cause et cette mort les sanctifie. Ce sous-titre fut néanmoins contesté et quand le journal reparut en 1849, il fut remplacé par celui de « Journal des honnêtes gens », subtile ironie.

26 Texte paru dans Gil Blas, s.d., cité dans Andrieux 1991 : 92.

27 Voir L’Œuvre du 10 avril 1941 : « Fréhel chante [...] les meilleurs morceaux de son répertoire "faubourg" avec réverbère à l’appui », cité dans Trésor de la langue française 1980 : 682.

28 « Le terme de banlieue signifie à la fois région périphérique, lieu où on chasse les gens et pays soumis à l’autorité centrale », affirme Bernard Marchand (1997 : 220-221).

29 Règlement concernant la communauté des maîtres cordonniers de la ville, fauxbourgs et banlieue d’Orléans du 28 mars 1783, Orléans, chez Rouzeau-Montaut, 6 p.

30 Édit du roi, portant création de dix officiers-gardes du commerce, & règlement pour les contraintes par corps pour dettes civiles dans la ville, fauxbourgs & banlieue de Paris. Donné à Fontainebleau au mois de novembre 1772..., Paris, chez P. G. Simon, 1773, 7 p.

31 On trouve dans Expilly 1762, à l’article « Banlieue », un tableau du « dénombrement de la Banlieue de Paris », fort de 41 « lieux ou articles ». Le tableau du « dénombrement de la Banlieue de Roue » est suivi dans l’ouvrage de cette définition : « On appelle de ce nom un District de la Généralité de Rouen, qui s’étend aux environs de la ville de ce nom. » Le périmètre de ces banlieues à l’ancienne mode était d’ailleurs bien plus considérable que celui des banlieues modernes.

32 Comme dans cette phrase : « Les douze arrondissements de Paris, et même les deux arrondissements ruraux du département de la Seine, forment, au point de la salubrité, un tout qu’il n’est pas possible de fractionner » (Archives nationales, carton F8 171, « Instructions du préfet de police à MM. les membres des commissions d’hygiène », document imprimé daté du 22 septembre 1852).

33 Le qualificatif de rural n’a à l’époque rien de péjoratif, nuance qu’il prendra à la fin du Second Empire, au moins un temps, dans le discours politique. Voir infra.

34 Gazette municipale de la Ville de Paris, février 1844, cité dans Lambeau 1926 : 304.

35 La Banlieue, revue mensuelle, n° 1, octobre 1846.

36 Observations sur le projet d’annexion à la capitale des communes suburbaines, lithographié chez Montigny, 19 mars 1859, 11 p. : 6.

37 La Banlieue, revue mensuelle, n° 2, novembre 1846, article d’Oscar Jungmann du Chatellier. Je remercie Virginie Capizzi de m’avoir mis sur la piste de ce texte.

38 Voir les nombreux documents cités par Nathalie Montel 2000-2001 : 217-254.

39 Commission départementale faisant fonction de conseil général de la Seine. Session extraordinaire de 1859 sur l’annexion, p. 44 (rapport du préfet Haussmann).

40 Exposition universelle de 1867, Rapports des délégations ouvrières, t. I, Facteurs de pianos, accordéons, orgues-harmoniums : 67.

41 Paroles de Victor Zigelman cité par Morier 1994 : 5.

42 Ouvrage remarquable, qui appellerait une réédition.

43 Bertot, Jean. Guides du cycliste. Les plus belles excursions des environs de Paris, C. Mendel, 1912, cité dans Borgé et Viasnoff 1994 : 126.

44 La rédaction du texte date en effet de 1915.

45 Paul Strauss dans un article du journal Paris, cité par Aline Muller (1988, t. II : 14-15).

46 Trace évidente en même temps de la persistance, dans le discours politique républicain, de l’usage du mot « rural » pour qualifier les masses paysannes réputées réactionnaires. Voir Huard 1998 : 789-806.

47 Citation d’un article de Charles Mirande paru dans Le Républicain de Levallois du 7 décembre 1890, cité par Aline Muller (1988, t. II : 16).

48 On le trouve dans les numéros du journal du syndicat, La Banlieue, organe des intérêts généraux de la Petite et Grande Banlieue, qui paraît en 1908 et 1909.

49 Article signé P.E., « Paris dans le brouillard », La Bataille syndicaliste, 2 février 1913.

50 Fédération des comités d’usagers des transports en commun de la région parisienne, Livre noir des transports parisiens, Paris, s.d. [1970] : 12.

51 Ce journal était l’organe de la fédération du bâtiment de la CGT avant 1914, cité dans Le Maner 1975 : 214.

52 Procès-verbal du Conseil de surveillance de l’Assistance publique, 1er décembre 1904.

53 « Périphérien » ou « circumparisien » furent également proposés. Cité dans Blanc-Chaléard 2000 : 273.

54 Banlieue rouge par exemple était l’organe des « sous-rayons communistes de la banlieue nord-est de Paris » (CD-Rom Maitron, notice « Charles Piétri » rédigée par Claude Pennetier).

55 Titre d’un article de Georges Sadoul dans le magazine communiste Regards en juin 1935 : « Ceinture rouge. Au pays des mal-lotis », cité dans Fourcaut 2000 : 176.

56 Les mots étaient soulignés dans le texte (Blanc 1927 : 24).

57 Article de France-Soir du 21 décembre 1965 consacré à l’élection présidentielle de décembre 1965 : « Les nouveaux électeurs des cités champignons de banlieue ont dans l’ensemble reporté sur le général [de Gaulle] les voix qu’ils avaient données à Lecanuet » (c’est-à-dire n’ont pas voté François Mitterrand).

58 Michel Bosquet, « La colère des mal-transportés », Le Nouvel Observateur, 28 septembre 1970.

59 Le Monde, 1er-2 avril 1984, cité dans Ficot s.d. : 164.

60 Libération, 17 janvier 1991, cité dans Roland 1996 : 105.

61 Christiane Duparc, « Une parenthèse de bonheur », Le Nouvel Observateur, 6-12 juillet 1970.

62 « Les échanges enrichissants des rencontres possibles en ville, et qui créent le véritable citadin, sont en banlieue très limités », écrit la géographe Sylvie Rimbert (1967 : 220).

63 Le Monde, 15 novembre 1983 : « Et la banlieue ? Cet immense territoire, peuplé d’étrangers venus des provinces et d’au-delà des mers, a-t-il une âme, une nature, une fierté qui lui soient propres ? [...] Il faudra des générations pour réunir dans un même esprit de solidarité géographique l’ouvrier de Montreuil et le retraité de Fontainebleau », cité dans Ficot s.d. : 141-143.

64 Travail fait sur le catalogue informatisé du SUDOC (aussi complet pour cette période que celui de la BNF). Notre relevé exclut les ouvrages de nature littéraire, les publications officielles, la bande dessinée et les guides.

65 L’auteur écrit en tant que « délégué interministériel à la ville et au développement social urbain ».

Auteur

Historien, chercheur à l’université de Paris X-Nanterre ; il travaille sur l’histoire sociale des espaces urbains (XIXe et XXe siècles).
afaure@u-paris10.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540