Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mots de la stigmatisation urbaine

 | 
Jean-Charles Depaule

Introduction

Jean-Charles Depaule

Texte intégral

1Ghetto, faubourg, bidonville, slum ou taudis... Du Brésil aux États-Unis d’Amérique, en passant par le monde arabe, la Turquie, la Grande-Bretagne et la France, ce livre s’attache à la façon dont les mots de la ville interviennent dans les phénomènes de stigmatisation urbaine. Il traite des enjeux sociaux et politiques dont ces mots sont tantôt des instruments tantôt des enjeux (et, toujours, des révélateurs) et aux divers remaniements de sens, conversions ou inversions sémantiques opérés aussi bien par l’usage ordinaire que par les classifications savantes ou techniques.

2Il est courant qu’un mot désignant un espace urbain qualifie en même temps les populations auxquelles on l’associe, en leur assignant une identité comme concentrée en un vocable. Il est également courant que, classant, distinguant des groupes, un mot caractérise leurs territoires ne serait-ce qu’implicitement. Du spatial au social, et réciproquement : directe ou biaise, brutale ou euphémisée, la stigmatisation urbaine concerne des lieux marqués par la pauvreté, la dégradation, toutes sortes de menace, et, à divers égards, par un « exotisme » sur lequel un regard inquiet est porté de l’extérieur et d’en haut par les classes supérieures, les mouvements de réforme et les législations sanitaires... Ainsi les mots de la ville participent à un jeu d’étiquetage (ou d’étiquettes, selon la formule de Howard Becker) qui, en fixant, en ancrant au moins pour un temps – mais rarement de manière éphémère – un ensemble de significations (d’ordre spatial et/ou social), classent des lieux et des groupes. Ils les tiennent à distance – à Tozeur, en Tunisie, on dit « ceux de derrière le cimetière », ainsi que le relève Nicolas Puig – ou ils les excluent, métaphoriquement ou littéralement, en les rejetant à la périphérie comme le montre en particulier Sandra Jatahy Pesavento à propos du lexique de l’habitation des pauvres dans le sud du Brésil.

3Dans ces processus d’étiquetage, parlers ordinaires et langages savants ou techniques interagissent, et, avec eux, les classifications spatiales ou sociales dont ils sont porteurs : des écarts et des tensions se manifestent, des détournements et des importations ont lieu d’un registre à l’autre, comme on le voit, tout particulièrement, avec le terme français bidonville étudié par Raffaele Cattedra, ou mocambo analysé par José Tavares Correia de Lira à Recife, au nord du Brésil. Les mots de la stigmatisation urbaine permettent donc de saisir la manière dont classements sociaux et classements spatiaux s’articulent à travers des lexiques divers, qui sont du ressort aussi bien de l’architecture que des formes urbaines, des processus, des activités, des perceptions extérieures ou autoreprésentations, des enjeux de l’aménagement et de la planification ou de la politique sociale.

4Dans tous les cas abordés dans ce livre, les acteurs ou locuteurs, même lorsque leur propos est mal assuré, mobilisent le langage, celui des dénominations urbaines. Les auteurs n’ont pas envisagé des situations limites — appartenant à un au-delà de la stigmatisation ? – qui se caractériseraient, non seulement par un effacement du nom, mais par un refus de nommer, qui serait comme la négation d’une population et d’un lieu. « Y a pas », répond à David Lepoutre l’adolescent qu’il interroge sur les pavillons qu’il aperçoit depuis sa fenêtre, à La Courneuve, dans la région parisienne. « [...] C’est rien, ça a pas de nom, c’est juste des pavillons » (Lepoutre 2001 : 77). Sont également absentes du présent ouvrage des situations incertaines où l’on n’ose, où l’on ne sait ou ne veut pas nommer de nouveaux territoires urbains : où les mots semblent faire défaut (Hourcade & Kian-Thiébaud 2001 : 189-210).

5Comme l’ensemble des mots de la ville, les lexiques de la stigmatisation urbaine prêtent à une analyse qui s’applique non seulement aux figures et aux stéréotypes organisant leur usage, mais aux mécanismes d’évolution, à la manière dont se produisent, dans le temps, des déplacements de signification. Les auteurs de cet ouvrage dégagent plusieurs traits qui viennent enrichir ce que l’on pourrait appeler une rhétorique des mots de la ville.

6Ils rappellent d’abord une vérité générale : les dénominations ont, pour la plupart, une longue histoire et fréquemment certaines, fort anciennes, ont continué d’être utilisées jusqu’à nos jours, grâce à des modifications et des réajustements le plus souvent sans à-coup. À l’intérieur d’une même langue, comme c’est le cas, en français, de taudis, connu dès le XIVe siècle, auquel s’intéresse Yankel Fijalkow, ou de faubourg, attesté dès le XIIe siècle, et de banlieue, en usage depuis le XIIIe, deux mots désignant à l’époque contemporaine « les périphéries mal réputées des villes », qu’analyse Alain Faure en montrant que le second a fini par relayer le premier. Ou par transfert, comme pour ghetto : Tony Schuman rappelle comment, depuis la Venise du XVIe siècle, ce mot a gagné, avec des communautés juives, les Etats-Unis où il s’est identifié aux quartiers noirs. Un triple transfert en l’occurrence, puisque ghetto, une fois détaché de son sens originel (« forge », en dialecte vénitien), a changé de langue en changeant de localisation avant de s’appliquer à un nouvel objet : à l’issue de réajustements successifs la pauvreté et la relégation sont passées au premier plan, alors qu’elles étaient absentes des définitions initiales privilégiant la dimension ethnique et religieuse. C’est aussi une longue aventure que déroule José de Lira en explorant, depuis les lexicographes de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, le destin du terme mocambo qui, venu d’Afrique, est aujourd’hui synonyme d’« habitation misérable ». Celui que retrace Raffaele Cattedra est en revanche court, mais foisonnant. Nous sommes invités à observer la naissance, la fabrication de toutes pièces de bidonville, vraisemblablement dans les années 1920 au Maroc. Ensuite, le mot voyagera vers les autres pays du Maghreb, puis vers le reste du tiers-monde et les périphéries urbaines d’Europe. Et, au-delà des limites de la langue française, il deviendra une catégorie majeure de la « pathologie urbaine » – un paradigme, écrit Cattedra — que les habitations qu’il désigne soient bâties ou non avec des tôles et des bidons. Il y a aussi le cas de slum (un des équivalents britanniques de notre taudis) qui, comme l’explique David Reeder, a fait partie, longtemps sans doute, du slang, de l’argot urbain anglais avant d’entrer dans l’usage commun à la fin du XIXe siècle.

7On vérifie également que les évolutions sont rarement linéaires et que leur vitesse, plutôt lente dans l’ensemble, n’est pas égale. Le mouvement des mots procède par glissements sémantiques ou extensions, par constructions, définitions, uniformisations, mais aussi par résistance, par élimination de termes concurrents, estompages, évanouissements, pertes, par superpositions, essais et erreurs, arborescences, comme l’illustre le lexique du mauvais logement, auxquels se sont attachés David Reeder en GrandeBretagne, Sandra Jatahy Pesavanto, au sud du Brésil (cortiço, beco, casa de cômodo, cabeça-de-porco, estância, quadro, zungu, galpão, espeluncas et bibocas, casebres etporões...) et Yankel Fijalkow en France (des substantifs : taudis, bouge... ; des adjectifs : maudit, meurtrier, tuberculeux, incommode, insalubre, insuffisant, défectueux, inhabitable, indigne).

8Il est fréquent qu’un toponyme soit à l’origine d’une désignation ordinaire. Il peut présenter une affinité sémantique avec le nom commun qui en découle, comme Bidonville qui était réservé à l’origine à un lieu particulier, à Casablanca (selon l’hypothèse la plus vraisemblable rappelée par Raffaele Cattedra), ou au contraire n’en avoir aucune comme pour Nuovo Ghetto, la « Nouvelle Fonderie » de Venise, sur l’emplacement duquel un quartier juif avait été établi. Le mot arabe dâhiye, à Beyrouth, a suivi une trajectoire inverse puisque, de nom commun, il est devenu un quasi-toponyme. Hérité de la langue classique, ce mot, qui peut être traduit par périphérie, a fini au cours de la guerre civile par signifier exclusivement la banlieue sud de la capitale, c’est-à-dire un ensemble de nouveaux quartiers habités par des chiites, assimilé à un espace pauvre, anarchique, illégal et intégriste.

  • 1 Interrogation à rapprocher de l’hypothèse suggérée par Christian Topalov, d’un cycle d’évolution d (...)

9Sous l’effet d’un regard changeant porté sur l’objet qu’ils signifient, des mots qui, comme faubourg ou dâhiye, en sont a priori dépourvus sont capables de se charger de connotations péjoratives. C’est le cas du mot français quartier employé aujourd’hui surtout au pluriel (« les quartiers »), assorti ou non de qualificatifs (« sensibles », « difficiles ») ou de cité, lui aussi généralement au pluriel. On parle, à commencer par ceux que ces termes distinguent, de « jeune de banlieue », ou encore de « jeune » ou « Arabe » ou « mec » de quartier et d’« enfant de cité » (Amrani et Beaud 2005 : passim). David Reeder, pour sa part, décrit le soupçon croissant pesant sur suburb, équivalent britannique de notre banlieue, qui, il est vrai, était dès l’origine ambivalent, par sa connotation potentielle de médiocrité. Jusqu’à désigner un mode vie et un cadre assimilés à un « slum mental ». Ces phénomènes de dévalorisation illustreraient-ils également une tendance générale à la dépréciation sous l’effet d’une inévitable usure menaçant tout mot de la ville1 ? Avec meydan étudié par Jean-François Pérouse, qui désigne ordinairement en turc une place publique, on voit comment sa signification physique s’est brouillée, s’est estompée et comment un sens métaphorique s’est développé. En outre, on observe au cours des dernières décennies une occultation du terme associé à des manifestations susceptibles de dégénérer. À travers un lieu qu’il désigne il stigmatise des groupes, à dimension variable, de citoyens potentiellement contestataires.

10Au besoin, on invente aux mots ainsi réinvestis une étymologie plus conforme : on prête à banlieue, par homophonie, des mises au ban et autres bannissements étrangers à son sens initial. Ils deviennent des vecteurs de stigmatisation, dans un mouvement de va-et-vient entre social et spatial, en permettant à toutes sortes d’acteurs, efficacement relayés et inspirés en retour par les journaux et la littérature, de jouer sur le proche et le lointain, l’intérieur et l’extérieur, le central et le périphérique, l’englobant et l’englobé, le grand et le petit, le haut et le bas... Des qualificatifs s’ajoutent aux termes génériques : « rouge », appliqué à banlieue ou à ceinture, en est une belle illustration. Ou, au contraire, le nom se dégage des spécifications pour devenir un quasi-toponyme, la Dâhiye, le faubourg, et/ou une catégorie générique (« le faubourg », « le ghetto », « le bidonville »...) à partir de laquelle on forge qualificatifs (faubourien, banlieusard...) et substantifs (ghettoization, taudification), ou l’on dérive de nouvelles catégories (hyperghetto).

11Des caractères supposés sont sélectionnés, tandis que d’autres critères de hiérarchisation sont laissés au second plan, pour produire une espèce de référent-type, d’objet notionnel condensé en un mot. Différences et détails sont gommés au profit d’une catégorie englobante. Par exemple à la longue ce sont la précarité, l’illégalité ou la « sous-intégration » qui ont été retenues pour redéfinir bidonville, tandis qu’était négligé le matériau employé (des bidons). On observe également un processus inverse : une catégorisation se diversifie, se subdivise, en intégrant des critères nouveaux ou, comme dans la Dâhiye de Beyrouth, des habitants tentent de rompre l’encerclement d’une homogénéisation jugée abusive, en revenant aux anciens toponymes, ou en recourant à une désignation administrative moins connotée. Et, en substituant ainsi des caractères particuliers à une appellation généralisante, ils essaient de proposer de nouvelles constructions territoriales.

12Les catégorisations stigmatisantes qu’étudie Nicolas Puig à Tozeur se situent sans doute en deçà du processus de généralisation qui vient d’être évoqué. Des caractéristiques contingentes de la topographie sont mobilisées pour construire des hiérarchisations sociales à partir de repères, le cimetière ou la voie ferrée, qui marquent des frontières urbaines. Wara aj-jabbâna, « derrière le cimetière », c’est ainsi que sont localisés les bédouins sédentarisés, perçus par les citadins « légitimes » comme une invasion, qui se sont installés à la périphérie de la ville, dont les quartiers centraux, hûma-s, se démarquent. Ici wara, « derrière », comme, dans d’autres contextes, [les gens] « d’en bas » opposé à [ceux] « d’en haut » (Depaule et al. 1986) est paradigmatique de la stigmatisation.

13On rapprochera du mécanisme de condensation-typification le fait que, même lorsqu’ils sont capables de désigner un objet particulier, individualisé (un taudis, ou un slum par exemple) les mots de la stigmatisation urbains fonctionnent à une autre échelle : à celle d’ensembles – quartiers, groupements, comme le met en lumière l’étude de Sandra Pesavento – et de manière plus abstraite, plus générale à celle, plus englobante encore, d’une catégorie (le taudis ou le ghetto, qui métaphoriquement peut s’étendre à l’univers des intellectuels ou aux riches « résidences protégées » gated communities). On notera que, dans les diagnostics qu’elle pose, la pensée réformatrice procède de la même manière en forgeant des catégories ou en en reprenant qui existent déjà (slum, taudis). Pour être opératoires elles doivent offrir un degré de généralité assez élevé tout en restant suffisamment concrètes pour être « parlantes », en un équilibre difficile à atteindre, ce qui explique sans doute le succès considérable de bidonville qui satisfait à ces deux exigences. En même temps, il faut qu’ils soient susceptibles de définitions juridiques ou techniques univoques.

14Les mots de la stigmatisation présentent deux faces rarement disjointes. Il y a la dénonciation d’un groupe ou d’un lieu par un autre groupe, qui joue le jeu du stigmate et le conforte en réitérant un marquage infamant. Et, dans une perspective de réforme, cette fois, la dénonciation de ce qui motive la stigmatisation. On décèle également, en sens inverse, une tendance à la réhabilitation de lexiques dévalorisants et à l’euphémisation, qui peut s’avérer complémentaire de cette dénonciation, à l’oeuvre dans certaines nomenclatures techniques ou juridiques, substituant par exemple « îlot insalubre » à « taudis ». Le plus souvent tout se passe comme si les réformateurs éprouvaient des scrupules à redoubler le stigmate, à l’aggraver en utilisant le mot stigmatisant, mais ce n’est pas le cas pour taudis·. comme l’explique Yankel Fijalkow, après avoir été rejeté au début du XIXe siècle, ce mot a été réactivé cent ans plus tard dans le débat public, selon une « stratégie lexicale » au service de l’indignation, qui préfère son caractère tranchant, dramatique, au flou du concept d’insalubrité et autres « approximations » (habitat défectueux, indigne...). En cela le destin de taudis semble se distinguer de celui de slum, concept jugé au contraire trop imprécis, et trop investi par l’imagination.

15L’euphémisation passe notamment par une technicisation plus ou moins neutralisante du lexique comme on le voit avec mocambo, qui à l’origine réfère à l’univers rural des esclaves avant de désigner le champ d’intervention par excellence des politiques de logement et de planification urbaine : devenu le taudis à éradiquer, il est désormais une catégorie opératoire pour la cartographie et les recensements. En Grande-Bretagne, slum, qui caractérise un monde longtemps considéré comme une terra incognita à explorer, assimilé à un residuum irréductible du point de vue moral, sanitaire et économique (et impensable ?), s’est sociologisé et est entré un moment dans les grilles classificatoires des enquêtes.

16On assiste également à des entreprises de réhabilitation, via une reconnaissance culturelle, notamment celle, parallèle au développement d’une conscience politique nouvelle, de la musique du ghetto, le rap, et des valeurs hip hop à partir du milieu des années 1970, ou celle dont mocambo, dès les années 1930, a fait l’objet de la part d’intellectuels qui l’assimilaient à un ensemble de valeurs populaires vivantes, symbole d’un métissage dont la culture du Nordeste brésilien serait le creuset. Le lexique est soumis dans ce cas à une tentative de révision sémantique émanant d’un regard savant qui cherche à réhabiliter une identité. Comme le relève Alain Faure à propos de faubourg, elle conduit éventuellement à une « représentation édulcorée ». José de Lira, quant à lui, évoque « un choeur de louanges sentimentales ». Il semble que le pittoresque concoure alors à une patrimonialisation folklorisante de la catégorie.

17Enfin, ainsi qu’on le constate avec le mot français faubourg au XIXe siècle, il arrive que les stigmatisés fassent leurs, voire revendiquent les dénominations stigmatisantes en leur associant les éléments d’une identité non seulement positive mais offensive, pour les retourner contre leurs « stigmatiseurs ». La Banlieue a pu avoir des vertus. Et la canaille des faubourgs devenir peuple des camarades. On pense à l’usage actuel de racaille ou caillera (structurellement opposé à bouffon), avec une nuance importante notée par David Lepoutre dans Coeur de banlieue : « Ce terme, malgré sa réappropriation positive, conserve une connotation fortement péjorative. » (Lepoutre 2001 : 144) Il y a aussi – mais s’agit-il dans ce cas à proprement parler d’une réhabilitation ? – la reprise par les habitants d’une expression officielle qui stigmatise leur espace pour s’autodésigner et exiger de la sorte une place ordinaire dans la ville, pour intégrer l’ordre urbain établi. Cette reprise efface « l’effet péjoratif [...] qu’avait la locution dans le discours administratif », écrit Paul Wald (2004 : 221), en se référant à une étude de Abderrahmane Moussaoui sur les villes algériennes. En règle générale cette réappropriation par les stigmatisés, qui se teinte souvent d’auto-ironie, ne consiste pas seulement en une réfutation ni une inversion pure et simple des traits négatifs que leurs contempteurs leur imputent. Plutôt que d’un détournement il s’agit d’un déplacement qui met en exergue des qualités déniées par la stigmatisation. On pense ici à l’étude réalisée naguère par Sawsan al-Messiri (1978) au Caire sur l’univers populaire de ceux qui sont nommés et se nomment eux-mêmes « enfants du pays », ibn et bent al-balad. Ceux-ci opposent, par exemple, leur absence d’hypocrisie à la vulgarité que les « bourgeois » leur reprochent, leur enracinement urbain à leur prétendue balourdise paysanne et, à la promiscuité, la solidarité qui selon eux régit les relations entre voisins dans leur quartier, la hâra. À la caricature répond un style.

18Parmi les contre-stratégies, il y a aussi celle qui, on le voit avec dâhiye, consiste à opérer un retour à des toponymies anciennes qui ont été recouvertes par un seul terme général. Jean-François Pérouse en relève une autre : face aux tentatives d’encadrement, revendiquer, en restaurant l’usage du mot, des meydan-s « neutres », c’est-à-dire laïques et échappant au contrôle du pouvoir qui ouvrent à une multiplicité de pratiques. La neutralisation est avancée comme antidote à la stigmatisation. Le neutre (« ni l’un ni l’autre ») de l’utopie (Marin 1973 : 21-23) ? Assurément, il est difficile de concevoir une portion de l’espace urbain échappant aux rapports de force et à ce qu’ils recèlent de dissymétrie, que les mots de la ville expriment, entretiennent, et quelquefois désamorcent.

Bibliographie

Références bibliographiques

Al-messiri, Sawsan. 1978. Ibn al Balad, A Concept of Egyptian Identity. Leyde, Brill.

Amrani, Younes & Stéphane Beaud. 2005. Pays de malheur. Un jeune de la cité écrit à un sociologue. Paris, La Découverte.

Depaule, Jean-Charles et al. 1986. Actualité de l’habitat ancien au Caire : le rab Qizlar. Le Caire, Cedej.

Hourcade, Bernard & Azade Kian-thiébaud. 2001. « Nommer les banlieues de Téhéran », in Hélène Rivière d’Arc (éd.), Nommer les nouveaux territoires urbains. Paris, Éditions Unesco, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 189-210.

Lepoutre, David. 2001 [1997]. Coeur de banlieue. Paris, Odile Jacob, nouvelle éd.

Marin, Louis. 1973. Utopiques : jeux d’espaces. Paris, Minuit.

Wald, Paul. 2004. « Conclusion. Registres du discours urbain et genèse des mots de la ville », in Paul Wald & François Leimdorfer (éds), Parler en ville, parler de la ville. Essais sur les registres urbains. Paris, Éditions Unesco, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 217-233.

Notes

1 Interrogation à rapprocher de l’hypothèse suggérée par Christian Topalov, d’un cycle d’évolution des mots de la ville (de certains, au moins) : distinction/vulgarisation/dévaluation (communication du 30 novembre 2005, au séminaire « Les Mots de la ville » de l’EHESS, Paris).

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, Laboratoire d’anthropologie urbaine, depuis 2004 (CNRS, Ivry-sur-Seine).
depaule@ivry.cnrs.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable