Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie III. Conserver, transmettre

Sur le musée de l’Europe

Krzysztof Pomian

Texte intégral

1Interrogé sur l’Europe, Henry Kissinger, secrétaire d’État des États-Unis de 1973 à 1977, a répondu par la question : « Europe? Quel numéro de téléphone? » En effet, dans les années 1970, il n’y avait que le Marché commun et encore en était-il à ses débuts. Le traité de Rome signé en 1957 a initié l’intégration économique des six pays de l’Europe occidentale : Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, République fédérale d’Allemagne. Trois pays de plus – le Danemark, la Grande-Bretagne et l’Irlande - les ont rejoints en 1973. Trente-cinq années plus tard l’Union européenne est composée des vingt-sept États qui, ensemble, couvrent la quasi-totalité de l’Europe occidentale et de l’Europe centrale et dont quatre appartiennent à l’Europe de l’Est. Tous les pays membres de l’Europe occidentale à trois exceptions près (le Danemark, la Grande-Bretagne et la Suède) mais avec la Grèce et la Slovénie ont une même monnaie : l’euro. Tous les pays membres excepté la Grande-Bretagne et l’Irlande ont déjà aboli ou aboliront à brève échéance des frontières qui les séparent ; une fois entré légalement sur le territoire de l’un, on peut voyager librement dans tous; c’est ce qu’on appelle l’ » espace Schengen », du nom de la localité luxembourgeoise où fut signé le traité sur la disparition des frontières internes à l’Union. Tous partagent des valeurs communes résumées dans les « critères de Copenhague » : démocratie, économie de marché, État de droit, refus de la discrimination des minorités, respect de la personne humaine qui entraîne l’abolition de la peine de mort. Il existe un Parlement européen élu dans tous les États membres au suffrage universel et dont le rôle augmente lentement mais sûrement. Il existe aussi la Commission européenne, déjà présente du temps de Kissinger, mais dont l’importance est aujourd’hui bien plus grande. Il existe même une personnalité responsable de la politique extérieure et de la sécurité commune. Autant dire que si l’on veut téléphoner, il y a plusieurs numéros que l’on peut appeler.

2À l’exception de la majeure partie du territoire européen de la ci-devant Union soviétique, l’Europe est aujourd’hui unifiée comme elle ne l’a jamais été, non seulement au plan économique mais aussi politique et culturel. Cela signifie-t-il que l’Union est aujourd’hui une sorte de super-État? Certainement pas. L’Union n’est pas une fédération. Elle n’est pas même une confédération. Elle est un mélange d’institutions fédérales, telle la Banque centrale européenne, des institutions qui résultent d’une association des États et d’autres qui sont de vraies innovations impossibles à faire entrer dans les rubriques standard de la science politique. En ce sens, comme l’a remarqué Jacques Delors, l’Union est un objet politique non identifié. Mais ce qui est pour nous, ici, plus important que la complexité institutionnelle de l’Union, c’est la diversité intrinsèque de l’Europe : diversité de langues, de religions, de coutumes, de traditions, d’histoires. Les nations sont toujours là et elles ne disparaîtront pas dans un avenir prévisible. Et les États gardent toujours le monopole des décisions essentielles concernant en particulier les affaires étrangères, le maintien de l’ordre public, la défense nationale, l’éducation, la culture, la protection sociale. Quand nous pensons à l’Europe, il nous faut, par conséquent, prendre en considération ces deux aspects : l’unité et la diversité.

3Cela est tout aussi vrai quand nous étudions l’histoire de l’Europe. Il existe une histoire commune à tous les pays européens, bien que chacun y participe à un autre degré. Et il existe des histoires spécifiques à chacun de ces pays pris à part. Celle-là n’est pas une addition ou une résultante de celles-ci. Elle se déploie à un niveau différent. Pendant les cinquante dernières années ou, si vous voulez, pendant toute la période consécutive à la Seconde Guerre mondiale, cette histoire européenne commune est une histoire de l’intégration européenne insérée jusqu’à 1989 dans l’histoire de la guerre froide. Qu’en est-il alors des périodes plus anciennes du passé européen enraciné, comme vous le savez, dans une lointaine Antiquité ? Peut-on parler légitimement des siècles, voire des millénaires de l’histoire européenne commune ? Je réponds par l’affirmative. Si vous me concédez cela, nous pouvons passer de l’histoire au musée.

1.

4Le musée de l’Europe existe depuis dix ans mais il n’a toujours pas de bâtiment ou des collections qui lui appartiennent en propre. Il n’est pas le premier à commencer de cette manière. Presque tous les musées américains ont eu des débuts similaires. Et cette similitude n’est pas accidentelle. À la différence de la plupart des musées européens mais comme presque tous les musées américains, le musée de l’Europe ne résulte pas de la décision d’une autorité qui l’aurait doté d’emblée d’un bâtiment, d’une collection et d’un budget. Il est l’effet d’une initiative citoyenne, ce qui signifie qu’il doit conquérir sa place au soleil. Le musée de l’Europe n’est pas une créature du Conseil de l’Europe ou de la Commission européenne. D’un point de vue juridique, il est une association de plusieurs personnalités éminentes de la politique, de l’économie et de la culture belges convaincues que Bruxelles, devenue une vraie capitale de l’Union européenne, a besoin d’un lieu où on aurait pu voir l’Europe sous une forme autre qu’un ensemble de bâtiments de bureaux dont l’architecture est loin d’être enthousiasmante. Où on aurait pu prendre conscience de l’histoire européenne et des valeurs européennes. En d’autres termes, d’un lieu qui serait en mesure de contribuer à la formation et à la propagation d’une conscience civique européenne.

5Je commencerai par une présentation formelle, un peu ennuyeuse peut-être, mais indispensable. Le musée est régi par un Conseil d’administration composé de figures remarquables de la vie publique belge et présidé conjointement par Antoinette Spaak, ministre d’État - titre honorifique en Belgique –, ancien député au Parlement belge et au Parlement européen, et par Karel Van Miert, ministre d’État, ancien vice-président de la Commission européenne. Tous les deux faisaient partie du groupe qui a pris l’initiative de la création du musée. Le Conseil d’administration a deux comités spécialisés : l’un financier, présidé par le baron Jean Godeaux, ancien président de la Banque nationale belge, et l’autre scientifique, que j’ai l’honneur de présider et que composent neuf historiens ou historiens d’art qui habitent ou Bruxelles ou Paris, ce qui leur permet de se rencontrer souvent, sans que cela entraîne de trop lourdes dépenses. Le secrétaire général du musée, Benoît Remiche, est en même temps directeur de la société Tempora, spécialisée dans l’organisation des expositions. Le musée de l’Europe et Tempora sont des organismes différents mais cette dernière joue par rapport au premier le rôle de l’exécutif : elle réalise les expositions programmées par le musée à côté de celles qu’elle organise elle-même ou pour lesquelles elle remporte les appels d’offres.

6Le budget du musée provient de trois sources différentes : des subventions du gouvernement fédéral belge et des régions et communautés qui composent la Belgique; des cotisations payées par vingt grandes entreprises qui sont les membres fondateurs du musée et qui se sont engagées à financer ses activités pendant la période de lancement; des sponsors – fondations ou entreprises – qui donnent de l’argent pour une exposition ou une manifestation déterminée. L’exposition inaugurale ouverte le 25 octobre 2007 et qui a duré jusqu’au 12 mai 2008 – j’en parlerai assez longuement plus loin – a bénéficié, en outre, d’une allocation de la Commission européenne parce que le musée a remporté l’appel d’offres qu’elle a lancé pour organiser à Bruxelles l’exposition commémorative du cinquantième anniversaire du traité de Rome. Cette allocation plafonnée et qui ne peut pas couvrir plus de 60 % des dépenses en a payé dans notre cas environ un cinquième, ce qui est loin d’être négligeable. Le reste devait être trouvé ailleurs.

7Pendant les dix années de son existence, le musée de l’Europe a organisé deux expositions et trois colloques internationaux. Il a poursuivi parallèlement un travail sur son programme à long terme et il a préparé son exposition inaugurale.

8La première exposition, La Belle Europe. Le temps des expositions universelles 1851-1913, fut ouverte à un moment particulièrement défavorable, en septembre 2001. Elle a duré quatre mois. Nous avons voulu y montrer la civilisation européenne dans la période de son expansion maximale, quand elle se présentait elle-même d’abord aux Européens dispersés sur plusieurs continents au cours de ces cérémonies grandioses qu’étaient les Expositions universelles avec leurs millions de visiteurs.

9La deuxième exposition, Dieu(x), mode d’emploi, était une tentative de montrer l’expérience religieuse de manière à en souligner la diversité, tout en rendant manifestes les similitudes entre les différentes religions dans le traitement de la réalité supranaturelle, de la vie de l’individu (naissance, entrée dans l’âge adulte, mariage, mort), de l’espace et du temps, du corps, des pèlerinages, etc. L’Europe d’aujourd’hui, y compris l’Europe occidentale, doit vivre avec une pluralité de religions, non seulement de différentes confessions chrétiennes, ce qui était devenu normal après la Réforme et la fin des guerres qu’elle a provoquées, mais de religions telles que le judaïsme, l’islam, le bouddhisme, l’animisme, etc. et de différents courants à l’intérieur de chacune. C’est là une différence très importante par rapport au passé. Dans la seule Bruxelles, on en rencontre un grand nombre. Par conséquent la question de la coexistence pacifique de plusieurs religions est devenue un des défis culturels et politiques majeurs auxquels sont confrontés les pays européens. Notre exposition qui essayait de contribuer à trouver une réponse à cette question fut un succès. Elle a duré d’octobre 2006 à mai 2007 et fut visitée par environ 80 000 personnes parmi lesquelles les plus hautes autorités religieuses du pays : le cardinal-archevêque, le grand rabbin et le mufti de Bruxelles, venus ensemble, qui ont appelé leurs fidèles à se rendre à l’exposition. Présentée à Madrid en automne 2007, elle ira à Paris en janvier 2009, à Varsovie en avril 2010 et probablement aussi ailleurs.

10En rapport avec nos expositions, nous avons organisé trois colloques internationaux : Les frontières de l’Europe (1999), De l’Europe-monde à l’Europe dans le monde (2002) et Europe, religions et modernité (2007).

2.

11Le musée de l’Europe fut conçu par les historiens. C’est pourquoi c’est un musée de l’histoire de l’Europe, différent à cet égard d’autres musées qui, eux aussi, se concentrent sur l’Europe tels le Museum Europäischer Kulturen à Berlin ou le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille. Je signale au passage que ces musées avec quelques autres qui s’intéressent à l’Europe ont créé un réseau des musées de l’Europe ; leurs conservateurs se rencontrent deux fois par an et ils essaient de travailler ensemble.

12Telle que nous l’entendons, l’histoire de l’Europe ne se limite pas au dernier demi-siècle. Et elle ne se réduit pas aux seuls événements politiques. Nous aimerions montrer à nos futurs visiteurs la formation de l’Europe en tant qu’une communauté historique et culturelle, et ses évolutions sur un territoire aux frontières mouvantes qui coïncident de nos jours avec les frontières occidentales de la Russie et de la Turquie ; j’y reviendrai. Maintenant qu’il suffise de dire qu’une si grande extension spatiale et temporelle du musée que nous projetons nous confronte avec des difficultés particulièrement redoutables, étant évident qu’une seule exposition permanente ne saurait satisfaire à de telles exigences sans être soit très superficielle, soit surchargée au point de rebuter les visiteurs.

13Comme je l’ai déjà dit, parallèlement à l’organisation de nos expositions temporaires et de nos colloques, nous avons commencé à travailler à notre future exposition permanente. Ce travail lui-même avait dès le début une dimension européenne. Le premier projet du musée a été présenté au cours d’un séminaire à Bruxelles auquel nous avons invité des historiens de presque tous les pays européens et des États-Unis. Ils ont soumis notre projet à des critiques dont il nous a fallu reconnaître dans plusieurs cas le bien-fondé. Nous avons donc remanié le projet en conséquence et en avons présenté la deuxième mouture à un séminaire auquel ont participé environ cinquante directeurs des musées d’une vingtaine de pays européens ; ils auraient même été plus nombreux, si tous ceux qui avaient été invités étaient venus. Ils représentaient aussi bien les très grands musées, tel le Louvre, que plusieurs petits établissements importants de notre point de vue. Après ce séminaire, le projet fut retravaillé encore une fois. Un troisième séminaire qui a réuni les historiens et les directeurs des musées en a approuvé la version définitive qui sera de ce fait mise en œuvre.

14Il procède de quelques présupposés qu’il faut expliciter pour que le projet soit bien compris. Premier présupposé : nous regardons l’histoire de l’Europe d’un point de vue européen. Ce n’est, certes, pas le seul possible. Considérée à partir de la Chine ou de l’Islam, l’histoire de l’Europe se présente autrement que pour nous. Mais si ces perspectives sont dans leurs limites légitimes, cela n’entraîne pas l’illégitimité de celle pour laquelle l’unité de l’Europe est une valeur et qui met par conséquent au premier plan les efforts en vue de la réaliser ou, au contraire, de la détruire, les uns et les autres ayant été entrepris dans le passé européen.

15Deuxième présupposé : l’histoire de l’Europe n’est pas une addition des histoires nationales. C’est l’histoire d’un niveau d’intégration supérieur à celui des États ou nations et qui se superpose à ce dernier. Le mot « supérieur » ne revêt aucun jugement de valeur. Il signifie simplement que l’intégration européenne a parmi ses conditions nécessaires une unification religieuse et culturelle préalable ainsi que l’existence des États et du sentiment national - selon la période prise en considération. Quant au verbe « superposer », il signifie que l’intégration européenne n’efface pas les intégrations partielles réalisées par les religions, les États et les nations, mais qu’elle les préserve dans leur diversité, tout en leur permettant de coexister et de résoudre leurs différends sans recours à la violence et partant sans se faire la guerre. Nous comprenons donc l’histoire de l’Europe comme une histoire de l’émergence, de la maturation et de la fracture du niveau d’intégration qui s’installe au-dessus des États, nations, confessions et idéologies, selon l’époque historique prise en considération.

16Implicite à cela est un troisième présupposé : l’histoire de l’Europe n’est pas une marche triomphale vers l’unité. Pendant certaines périodes, les forces agissant dans ce sens étaient plus puissantes que les forces centrifuges, mais il y eut aussi des périodes qui ont vu la destruction d’une unité déjà réalisée au cours des guerres à l’échelle du continent tout entier, sinon du monde. Or, ce qui s’est produit une fois peut se produire de nouveau. C’est pourquoi nous sommes convaincus – quatrième présupposé – que l’état présent de l’intégration européenne n’a pas de garantie de succès. Les gens doivent vouloir qu’elle réussisse et doivent agir en conséquence, autrement le niveau d’intégration déjà atteint risque de se débiliter. D’où l’importance de la conscience civique européenne pour l’avenir de l’Union européenne.

17Cette perspective permet de comprendre pourquoi nous situons le point de départ de l’histoire de l’Europe vers le milieu du premier millénaire avant notre ère. Car c’est l’époque où le territoire entre la Baltique et la Méditerranée et entre l’Atlantique et le Dniepr, la Volga ou l’Oural – la question de la frontière orientale de l’Europe est débattue depuis l’Antiquité – commence à recevoir une première organisation d’ensemble. Elle permet aussi de comprendre notre choix des dates charnières dans l’histoire de l’Europe. Nous les plaçons aux moments où la tendance dominante vers l’unité s’inverse et laisse place à la désintégration de l’unité déjà atteinte, en général sous forme de guerres, et aux moments où la tendance dominante vers le morcellement laisse place à son tour aux tentatives d’édification d’une unité nouvelle qui émerge lentement du chaos initial. Il est vrai que de telles tentatives sont réalisées chaque fois par des forces différentes. Il est tout aussi vrai que ces forces visaient en général non pas l’unité de l’Europe mais leurs objectifs particuliers différents dans des périodes différentes ; les cinquante dernières années sont une exception à cette règle. Chaque tentative d’unification de l’Europe n’en prenait pas moins appui sur les mémoires, coutumes, institutions et œuvres laissées par les périodes d’unité antérieures, moyennant quoi, au lieu d’être obligés de recommencer chaque fois à zéro, les gens pouvaient utiliser les fondements posés auparavant. Tout cela deviendra plus clair quand nous le regarderons de plus près. En ce point, qu’il suffise de remarquer que si, après une période de guerres parmi les plus sanglantes et les plus barbares connues dans l’histoire, l’Europe a pu être unifiée en moins de soixante ans à un degré plus grand que par le passé, c’est uniquement parce qu’il y avait un héritage commun qui a rendu cette unification possible.

18L’histoire de l’Europe que nous voulons montrer dans notre musée est une série en sept épisodes. Les deux premiers – Celtes, Grecs et Romains (ve siècle avant J.-C. – ve siècle après J.-C.) et Chrétienté latine et Byzance (ve xve siècles) – couvrent la partie du continent qui était incluse dans l’Empire romain. Les cinq autres traitent de la chrétienté latine parce que l’histoire des peuples de la chrétienté grecque ou orthodoxe a suivi un chemin différent. Ces cinq épisodes sont : L’Unité par la foi (ve-xvie siècles), Les Guerres de religion (1520-1720), L’Unité par les Lumières (1720-1914), Guerres des idéologies (1914-1990), L’Unité par le projet commun (depuis 1950). Il va de soi qu’on ne saurait présenter une histoire si longue dans le cadre d’une seule exposition. Aussi prévoyons-nous sept expositions, chacune d’une durée de six mois. Elles se suivront dans l’ordre chronologique avec une seule exception : l’exposition consacrée à la période la plus récente que nous considérons comme notre exposition inaugurale et plaçons en tête de la série. Elle a été ouverte le 26 octobre 2007 et fermée le 12 mai 2008 avant d’être remontée sous une forme modifiée comme composante de l’exposition permanente. J’y reviendrai.

19Commenter les autres expositions de la série aurait été prématuré. Je dois souligner seulement une difficulté que rencontre la tentative de montrer l’histoire de l’Europe par le biais d’une série d’expositions. Elle résulte du fait que seule une petite minorité composée surtout des habitants de Bruxelles sera en mesure de visiter toutes les sept expositions. Les autres en verront une, peut-être deux. Que peut-on faire pour leur donner une idée de l’histoire de l’Europe dans sa globalité et leur permettre de placer dans ce cadre l’épisode qu’ils auront visité ? Nous espérons résoudre ce problème par une installation que nous appelons La Chambre des cartes. Il s’agit d’un spectacle cartographique d’une durée comprise entre 10 et 15 minutes. Le visiteur qui entrera dans La Chambre des cartes verra au début, sous un sol de verre, une mosaïque animée qui lui permettra de découvrir les deux premières organisations de l’espace européen correspondant à Celtes, Grecs et Romains et à Chrétienté latine et Byzance. Quand le cadran d’une horloge solaire – en fait, une horloge électronique – divisé en millénaires montrera l’An Mil, un vitrail coloré qui renvoie à L’Unité par la foi entrera en mouvement tandis qu’une cloche sonnera les siècles. Une fois arrivé au xvie siècle, le vitrail deviendra foncé et les images se désintégreront pour signifier que nous entrons dans les Guerres de religion. L’attention est orientée alors vers un globe avec l’Europe éclairée servant de fond aux images présentant les épisodes significatifs de L’Unité par les Lumières, tandis qu’une horloge mécanique indique les décennies jusqu’à ce qu’elle arrive à celle qui voit l’unité se désintégrer sous l’impact des Guerres des idéologies. La dernière composante du spectacle est un tableau semblable à ceux qui annoncent dans les gares les arrivées et les départs des trains. Une horloge digitale indique les années, tandis qu’apparaissent sur le tableau les principaux événements de l’Unité par le projet commun. Le visiteur recevra ainsi un résumé des trois millénaires de l’histoire européenne et pourra replacer dans cette vue d’ensemble l’exposition qu’il vient de parcourir.

3.

20La Chambre des cartes ne sera qu’une composante de l’exposition permanente. La deuxième composante de celle-ci sera une version modifiée de celle consacrée à l’histoire de l’Europe depuis 1945 à laquelle j’ai déjà fait allusion. L’exposition dans sa version d’origine intitulée C’est notre histoire. Cinquante ans d’aventure européenne a fermé ses portes, je l’ai déjà dit, au mois de mai. C’était une grande exposition d’environ 2 500 mètres carrés avec quelque 750 objets empruntés à 80 musées dans une vingtaine de pays. Elle présentait non seulement des œuvres d’art originales, des objets et des documents, mais aussi des installations artistiques et des multimédias interactifs afin de parler non seulement à l’intelligence des visiteurs mais aussi à leurs émotions. Les cartels ont été rédigés en français, néerlandais, anglais et allemand. L’exposition s’est révélée un succès. Elle a accueilli environ 150 000 visiteurs, a reçu une très bonne presse pas seulement en Belgique. Elle rouvrira ses portes entre mai et août 2009 à Wroclaw, en Pologne, tout en étant au départ de plusieurs expositions itinérantes de moindre envergure. Bien qu’elle ne soit pas visitable en ce moment, j’en parlerai au présent.

21L’exposition est composée de dix sections : De si nombreuses paix ; « J’étais » ; 1945, l’Europe année zéro; La révolution européenne 1946-1951 ; L’Europe divisée 1951-1989; 1989 : la chute du Mur; Vers l’unification : 1989-2007; L’Europe dans la mondialisation; Les traités de Rome ; Nous partageons un passé commun. Chaque section est séparée de la suivante par un espace chargé d’assurer le lien entre les deux. Trois sections mises à part – les deux premières et la dernière – le visiteur suit les événements dans l’ordre chronologique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à 2007. Et maintenant permettez-moi de vous montrer les images de chaque section et de commenter celles qui illustrent le mieux l’approche propre au musée de l’Europe.

22À l’entrée de l’exposition, on voit l’installation d’un artiste allemand, Günter Demning : un rouleau de plomb long de 12 mètres sur lequel sont gravées les dates de tous les traités de paix signés en Europe depuis 261 avant notre ère jusqu’à 1981. Cette Friedensrolle montre la vanité de tous les traités violés immédiatement après leur signature. Elle contraste avec l’installation d’une artiste québécoise, Dominique Blain : des godillots suspendus, comme s’ils étaient portés par des jambes invisibles en marche et alignés comme à la parade ; allusion à la mobilisation militaire qui est en même temps une militarisation. Tel est le résumé concis de l’histoire de l’Europe jusqu’à la Seconde Guerre mondiale : alternance de paix qui ne furent en réalité que des trêves, et des guerres.

23Le visiteur arrive alors devant une grande photo représentant vingt-sept hommes et femmes. Elle a l’air d’une « photo de famille » semblable à celles qui réunissent rituellement les chefs d’État ou les Premiers ministres. Mais quand on s’approche, on voit qu’elle montre des visages inconnus. Et, en effet, elle représente vingt-sept Européens et Européennes choisis parce qu’ils ont participé à un événement ou ont été engagés dans une action qui a eu un impact sur l’ensemble de l’Europe. La France est représentée par l’ouvrier qui creusait le tunnel sous la Manche qui a serré la main de son collègue britannique creusant de l’autre côté, également présent sur la photo. La Hongrie est figurée par l’homme qui, enfant, pendant la révolution antisoviétique de 1956 a noté dans son journal ce qu’il a vu de sa fenêtre et dessiné les tanks soviétiques attaquant les combattants hongrois de la liberté ; l’Allemagne par un couple qui a fui l’Allemagne de l’Est par le tunnel qu’il a creusé sous le mur de Berlin. Le Polonais était un des fondateurs de Solidarité et la dame lettonne, née au goulag, a organisé la chaîne humaine de Vilnius, en passant par Riga, jusqu’à Tallin pour protester contre l’occupation soviétique des pays baltes. Pour le Luxembourg, c’est un soldat de l’Eurocorps ; pour le Danemark, une étudiante qui séjourne à Bruxelles avec une bourse Erasmus ; pour la Belgique, une ouvrière qui a organisé dans les années 1960 une célèbre grève des femmes ; pour l’Autriche, le fondateur d’une compagnie aérienne lowcost; pour la Slovaquie, un ancien joueur professionnel de hockey devenu député au Parlement européen ; pour la Bulgarie le producteur du yaourt biologique et pour la Suède, une physicienne qui travaille au Centre de recherches nucléaires à Genève. Ce ne sont que des exemples. Chaque personne présente sur la photo a sa vitrine où se trouvent une photo d’elle et l’objet qu’elle a choisi pour illustrer l’histoire de sa vie ; on peut y écouter un entretien où elle en raconte les épisodes les plus significatifs. Ces vitrines sont dispersées dans l’exposition de manière à se trouver dans des endroits qui correspondent dans le déroulement du récit aux événements qui y sont évoqués.

24Après ces deux ouvertures, on pénètre dans le premier espace de la séquence chronologique : « 1945, l’Europe année zéro » avec une installation artistique de Dominique Blain qui fait un bilan de la Seconde Guerre mondiale. Le nombre de tués, de déplacés, de morts de faim, de bâtiments, chemins de fer, ponts et usines détruits défilent, à la manière du générique d’un film, sur la façade intérieure d’une boîte noire dans laquelle entrent les visiteurs et où la seule lumière vient du sol en verre rétroéclairé qui montre la photo aérienne d’une ville détruite par les bombardements ; il s’agit de Cologne. La visite se poursuit avec des objets qui illustrent la misère de la vie dans les années de l’immédiat après-guerre et des œuvres d’art exprimant les émotions éveillées par cet environnement de désolation.

25Il faut souligner que l’exposition montre l’histoire de l’Europe conçue principalement comme une histoire des Européens. Les avancées et les reculs de l’intégration européenne sont inscrits dans l’histoire de la vie quotidienne pendant les soixante années qui ont vu la transformation des conditions matérielles, du travail, de l’organisation de l’espace domestique et du matériel ménager, des relations entre les générations et les sexes, des moyens de recevoir, enregistrer, sauvegarder et utiliser les informations de toute sorte, des mœurs, des habitudes alimentaires et vestimentaires, des loisirs et du temps libre. Ces avancées et reculs sont inscrits en outre dans l’histoire de la guerre froide et de la division de l’Europe entre l’Ouest et l’Est, les pays libres et ceux qui furent incorporés de force dans le bloc soviétique. Aussi l’exposition consacre-t-elle des vitrines aux pères de l’Europe – Adenauer, Bech, Beyen, De Gasperi, Monnet, Schuman, Spaak – ainsi qu’à Sir Winston Churchill, Harry Truman et Georges Marshall, Keynes et Beveridge, et même Joseph Staline qui suscitait une peur si forte qu’elle a poussé les pays occidentaux à surmonter leurs divisions invétérées et à unir d’abord leurs économies, puis, dans une mesure croissante, leurs politiques. L’exposition montre aussi des événements tels que la décolonisation, la révolution hongroise de 1956, les mouvements des jeunes dans les années 1960, le printemps de Prague, la chute des dictatures en Grèce, au Portugal et en Espagne, l’élection de pape Jean-Paul II, Solidarité en Pologne.

26La section dévolue aux dix dernières années de l’Europe divisée – à Gorbatchev, à la chute du mur de Berlin, à la chaîne humaine dans les pays baltes, à la disparition de l’Union soviétique – débouche sur celle qui traite de l’approfondissement de l’intégration européenne entre 1989 et 2007 et de l’élargissement de l’Union européenne. Elle explique aussi son architecture institutionnelle et les rôles respectifs du Parlement européen, de la Commission européenne, de la Cour de Justice, etc. Le visiteur arrive alors à la section consacrée à la mondialisation et aux défis que l’Europe doit relever si elle veut préserver son mode de vie. Nous avons choisi le conteneur en tant que symbole de la mondialisation et nous avons placé dans cinq conteneurs les discussions préenregistrées entre deux acteurs sur les problèmes de l’écologie, de l’immigration, de la sécurité sociale, de la préservation des libertés fondamentales, de l’élévation du niveau de l’éducation. De là, on passe dans l’espace où est exposé un exemplaire du traité de Rome accompagné d’un tableau présentant l’Europe en tant qu’un work in progress pour assister enfin à un spectacle multimédia qui propose de visualiser le passé millénaire partagé par les Européens — un passé commun qui a permis la création de l’Union européenne et ses élargissements successifs.

27Si maintenant, pour terminer cette partie de ma présentation, je devais décrire en peu de mors les spécificités de l’exposition historique telle que la réalise l’équipe du musée de l’Europe, je dirais qu’elle est conçue comme un spectacle théâtral qui, au lieu d’une suite d’épisodes se déroulant devant les yeux d’un spectateur immobile, fait passer le visiteur d’un épisode à un autre, chacun d’eux étant présenté dans une scénographie appropriée. Et qui à la place des acteurs fait jouer des rôles aux documents, œuvres d’art, installations multimédia et interactives, aux lumières et aux sons, pour délivrer par leur intermédiaire un message : telle qu’elle existe aujourd’hui, l’Europe est une conquête sur les forces de division et de destruction. Son histoire est notre histoire. Ce qui signifie que nous sommes responsables de son avenir.

4.

28Pour terminer, permettez-moi de situer la gestation du musée de l’Europe que je viens de vous présenter dans des considérations plus générales sur la manière dont naissent les musées. Elles tiennent en quelques points.

29Un musée, c’est une collection qui appartient à une personne morale, qui doit être transmise à un avenir indéfiniment lointain et qui est accessible au public suivant des règles portées à sa connaissance. L’appartenance à une personne morale quel qu’en soit le statut juridique assure au musée une vie qui, le plus souvent, dépasse de loin celle d’un individu, à la différence d’une collection particulière qui, dans l’immense majorité des cas, meurt avec son propriétaire. Il est vrai que les musées meurent aussi. Mais cela leur arrive rarement, en général au terme d’une longue existence quand les institutions, les goûts et les intérêts ont profondément changé. La visée d’un avenir indéfiniment lointain oblige le musée à protéger les objets, à les conserver et, le cas échéant, à les restaurer, ce qui n’est compatible avec l’ouverture au public que moyennant diverses solutions techniques qui permettent d’optimaliser l’environnement des objets et les conditions de visite.

30Constitutif d’une collection est un lieu clos destiné à la préserver et à l’exposer; dans le cas d’un musée, un bâtiment. Mais, contrairement à une idée répandue, tant la collection elle-même que le bâtiment chargé de l’abriter ne sont non pas un préalable à la création d’un musée mais l’aboutissement d’un long travail. Même les collections royales, ecclésiastiques ou princières, pour être transformées en musées, ont dû être restructurées et présentées d’une nouvelle manière, ce qui obligeait soit à adapter des édifices déjà existants à leur rôle de lieux de conservation et d’exposition, soit à en construire de nouveaux. Or, la plupart des musées qui existent dans le monde – et même en Europe – ne tirent pas leur origine des collections réunies auparavant.

31La majorité des musées actuels qui ont été formés au cours de cent dernières années ont commencé sans bâtiments et sans collections. À cet égard, soit dit en passant, le musée de l’Europe est tout à fait dans la norme. Ce qu’il y avait toujours au départ d’un musée et qui en est, en effet, la condition nécessaire, c’est ce qu’on a appelé le « désir de musée » ; pour ma part, je préfère l’expression « volonté de musée ». Un musée, il faut d’abord le vouloir et le vouloir fortement. Et il faut se donner les moyens humains, intellectuels et matériels permettant de le réaliser. Il faut, autrement dit, former une équipe qui soit à même de traduire cette volonté dans les faits d’une façon compétente en considération des critères techniques, muséographiques, historiques, artistiques et idéologiques. Il faut élaborer un projet justifié tant sur le plan scientifique et culturel que sur le plan politique, et susceptible de se matérialiser à terme dans une collection et un bâtiment. Et il faut trouver des sponsors prêts à financer les travaux préparatoires, sans lesquels il serait impossible d’atteindre l’objectif final.

32Le temps qui s’écoule entre le lancement d’un projet et sa réalisation est le plus souvent, on l’a dit, un temps long. Le record appartient, à ce qu’il semble, au musée des Arts et Traditions populaires de Paris, aujourd’hui transféré à Marseille sous un nouveau nom, dont la création fut décidée en 1937 mais qui ne fut ouvert qu’en 1972. Même si l’on soustrait dix ans de guerre er de reconstruction, c’est beaucoup. Mais le Metropolitan Museum de New York, après avoir reçu une existence juridique en 1870, a eu besoin de dix ans pour s’installer dans ses murs. Plus près de nous, le Centre Georges-Pompidou, voulu par le président de la République française et mis en œuvre avec tous les moyens de l’État, a eu besoin de huit ans pour ouvrir ses portes et il en a fallu dix pour mener à bien le musée du quai Branly, lui aussi fruit d’une décision présidentielle. La situation du musée de l’Europe qui, faute de bénéficier de protections aussi puissantes, n’a pas de bâtiment à lui, après dix ans d’existence, n’est donc pas exceptionnelle.

33Qu’entre la décision initiale de le créer et son installation définitive un musée soit dépourvu de domicile fixe ne signifie nullement qu’il n’existe pas. Sans le travail qui se fait pendant cette période, un bâtiment, quand bien même il y en aurait un, ne serait qu’une coquille vide. Pour ce qui nous concerne, je vous l’ai dit, nous avons utilisé les dix années qui nous séparent du début de notre aventure à mettre au point le projet scientifique et culturel d’un musée de l’Europe sans aucun précédent et pour en illustrer l’originalité pat des réalisations concrètes.

34Nous avons maintenant une équipe et un projet. Nous avons aussi un programme d’activités bien rempli pour les années qui viennent. Le temps est mûr pour passer au stade suivant.

Auteur

Krzysztof Pomian est professeur a la faculté de philosophie de l’université de Varsovie. Prive de son poste en 1968 a cause de ses prises de position politiques, il émigre en France en 1973. Directeur de recherche honoraire au CNRS et professeur émérite a l’université Nicolas-Copernic a Torun (Pologne), il est, depuis 2001, directeur scientifique du musée de l’Europe a Bruxelles. Il a publie en dernier lieu un ouvrage en collaboration avec Elie Barnavi : La révolution européenne. 1945-2007, Paris, Perrin, 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540