Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Internet des objets

 | 
Pierre-Jean Benghozi
, 
Sylvain Bureau
, 
Françoise Massit-Folléa

L'internet des objets

Chapitre 2

Importance et enjeux de l’internet des objets

Texte intégral

1La montée en puissance des applications de l’IdO peut s’observer dans plusieurs secteurs ou registres des activités sociales  : des plus personnelles (animaux familiers, santé) aux plus industrielles (gestion logistique). Le large spectre des applications d’ores et déjà observables indique que nous sommes aujourd’hui face à une tendance bien ancrée. Le poids et l’intérêt économiques de certaines applications contribuent à stimuler les investissements de recherche et développement et à installer durablement les utilisations de l’IdO. Ensuite, par son caractère très global, l’IdO est porté par des mouvements profonds de la société  : la convergence grandissante, la communication en réseau et les systèmes d’information, le développement de la mobilité et la constitution d’environnements socio-techniques autonomes et centrés sur l’individu, le renforcement de la traçabilité et des processus de contrôle des activités et des personnes. Ainsi, l’IdO sous-tend à la fois un renforcement des outils de simulation et de modélisation et l’amélioration des performances dans la réalité physique, grâce aux possibilités offertes dans la manipulation, le traitement et l’enrichissement des objets physiques identifiés.

2Dans un cas, il construit des passerelles entre le monde de l’internet et le monde réel, en connectant les objets et les informations qui les concernent (identification, localisation, état). Dans le second cas, il prolonge les promesses de l’internet et des systèmes d’information existants en remplaçant l’observation et la saisie d’informations par l’intégration même des objets dans le réseau. Cette convergence s’exprime aujourd’hui sous des noms différents (réalité augmentée, machines communicantes ou réseaux ubiquitaires notamment) qui expriment la variété des registres dans lesquels se déploie l’internet du futur.

3Pour comprendre l’importance et les enjeux associés de l’IdO, il paraît utile de revenir sur certains traits saillants qui marquent ce mouvement vers l’internet du futur. Sans nous attarder sur les aspects plus strictement économiques ou technologiques qui seront traités plus avant, nous rappellerons plutôt ici quelques caractéristiques des sociétés contemporaines. Il est important de garder à l’esprit que l’internet du futur s’inscrit dans une trajectoire socio-technique déjà ancienne. Les nouvelles directions où il se déploie restent marquées par certaines orientations initiales de l’internet qui pèsent sur l’infrastructure et les configurations actuelles. Les choix d’aujourd’hui guideront, pour plusieurs années encore, les trajectoires de développement, les structures de gouvernance ainsi que les usages de l’IdO.

Un relais de croissance pour l’économie

La reconfiguration des secteurs de l’internet et des télécoms

4L’IdO aura sans aucun doute des effets importants sur la reconfiguration de l’internet et des services associés  : rôle accru des moteurs de recherche, développement des intermédiations électroniques, portabilité et interopérabilité des différents registres d’applications, renforçant d’autant les dynamiques économiques et de développement afférents. Les applications existantes montrent d’ailleurs comment certaines activités radicalement nouvelles peuvent être amenées à se développer, autour des services de sécurité ou de santé par exemple.

  • 1 D’après China Internet Network Information, cité par The Economist, “The meek shall inherit the web (...)

5À l’heure où le degré d’équipement de télécommunications et de connexion traditionnelle atteint sans doute son niveau de saturation dans les pays développés, l’IdO appelle des investissements importants pour soutenir la recherche et le développement, pour perfectionner les puces, les marqueurs et les lecteurs, pour créer et diffuser de nouveaux services. Ces investissements et ces développements sont opérés au niveau des États, des entreprises comme des individus  ; ils devraient constituer un relais de croissance sérieux pour l’internet. De telles innovations en matière d’usage et de technologies s’observent dans les pays occidentaux comme dans les pays émergents. Ils constituent à ce titre un axe stratégique pour les opérateurs de télécommunications. La multiplication d’applications associées à l’IdO pourrait d’une part contribuer à la valorisation des architectures à haut débit (Ultra Broad Band) encore liées à des incertitudes quant aux modes de valorisation des nouveaux réseaux et à la nature des applications à même d’appuyer leur mise en œuvre. Elle pourrait également, dans le cadre d’utilisations élargies disséminées sur tous les territoires, soulever des problèmes importants de bande passante, du fait du flux des connexions et de leurs redondances. Le cas de la Chine est de ce point de vue intéressant  : 73 millions d’utilisateurs, soit 29 % des internautes, se connectent en effet via leur téléphone mobile et ce chiffre connaît une croissance bien plus importante que celui des connexions par ordinateur portable1.

L’apport de nouveaux services pour l’industrie en général

6Néanmoins, alors que ce sont les apports de l’IdO pour l’industrie ou pour le consommateur qui sont le plus volontiers mis en avant, il importe de rappeler qu’un des facteurs d’intérêt le plus puissant de l’IdO tient sans doute, au premier chef, à l’enjeu majeur de développement qu’il peut représenter pour l’industrie et l’économie au niveau mondial.

Une opportunité de réduire la fracture Nord-Sud

7Si l’IdO peut constituer un relais de développement dans les économies européennes et, plus largement, occidentales, il faut souligner qu’il pourrait offrir également un moyen de contribuer à réduire la fracture Nord Sud en créant des opportunités pour développer des coopérations renouvelées avec les pays en développement. L’IdO est à même d’apporter des solutions inédites à certains problèmes spécifiques aux pays en croissance ou disposant d’infrastructures administratives insuffisamment robustes. En ouvrant des formes nouvelles d’automatisation des dispositifs d’information et de suivi, il peut offrir des substituts à des processus de gestion, de gouvernance et de coordination mal consolidés. L’IdO peut trouver, dans ces pays, des opportunités de croissance inattendues, à l’image de celles que l’on peut déjà y constater pour d’autres technologies de l’information et de la communication, telles que le courrier électronique ou la téléphonie mobile.

8Ce développement pourrait être facilement appuyé par les organismes internationaux dans la mesure où plusieurs de leurs champs d’intervention sont directement concernés par les applications envisageables. C’est le cas de la santé et de la prévention des dangers associés à la contrefaçon des médicaments  ; c’est aussi celui de l’amélioration de la gestion de l’eau, ou encore de l’anticipation des risques climatiques et géologiques. Ces exemples ne sont bien sûr pas fournis au hasard mais ils correspondent chacun à des expérimentations ou des solutions existantes.

Tableau 4 Répartition des applications RFID par grands domaines sociétaux

Tableau 4 Répartition des applications RFID par grands domaines sociétaux

Source  : IdTechEx 2006, cité dans RFID Technologies : Emerging Issues, Challenges and Policy Options, JRC Reports 2007.

Figure 1 Projets RFID par types d’applications

Figure 1 Projets RFID par types d’applications

Source : Radio-Frequency Identification tags Portfolio of European research, 2006.

Tableau 5 Applications RFID dans les secteurs privés et publics

Tableau 5 Applications RFID dans les secteurs privés et publics

Source  : Working Party on the Information Economy : RFID applications, impacts and country initiatives, DSTI/ICCP/IE (2007) 13/FINAL, OCDE 2008.

Un des nouveaux vecteurs de la compétition internationale

9En la matière, les investissements importants de la Chine (dans les technologies mais aussi dans les processus même de standardisation) sont intéressants à souligner. Ils indiquent clairement d’une part l’enjeu économique très important associé à l’IdO par ce pays à forte croissance, d’autre part comment cette technologie y est également envisagée comme support de développement en soi.

  • 2 Working Party on the Information Economy, RFID applications, impacts and country initiatives, DSTI/ (...)
  • 3 OECD (2007), RFID Implementation in Germany: Challenges and Benefits, www.oecd.org/dataoecd/19/23/3 (...)

10Le travail de synthèse élaboré à l’OCDE2 souligne, de manière plus générale, l’importance du marché potentiel des puces RFID et sa croissance, à la fois forte et rapide. Il constate cependant la difficulté de fournir des données précises sur l’impact de ces technologies. Les raisons tiennent à la fois au caractère émergent de la technologie et à l’absence d’études d’impact agrégées au niveau des différents pays. Selon les sources, les estimations du marché des solutions RFID varient ainsi de quelques centaines de millions à plusieurs milliards d’euros. Peu de travaux précis existent donc, mais ceux qui ont été menés, (notamment en Allemagne3) confirment l’importance de l’impact de l’IdO en termes de productivité tout comme la grande variété des situations observables entre les différents marchés.

Les enjeux de gouvernance

L’irruption des puces RFID dans la vie quotidienne

11Du point de vue technique, l’importance des perspectives actuelles de l’internet du futur s’explique par l’importance de la miniaturisation et de la réduction des coûts associées aux nanotechnologies et, surtout, par les possibilités d’utilisation désormais permises par la mise en réseau et le couplage, via internet, avec les systèmes d’informations. Si ces perspectives apparaissent radicales, elles ne sont pas totalement nouvelles. On rappellera que les premières puces RFID ont été développées dès la Seconde Guerre mondiale et que leur forme moderne est apparue dans les années 1980, avant même que l’internet ne se développe massivement. C’est la généralisation du couplage entre objets physiques, systèmes d’information et réseaux de communication qui explique le caractère résolument nouveau des développements actuels ainsi que leurs conséquences, souvent occultées par l’accent privilégié mis sur la dimension strictement technique (fréquences, alimentation, etc.).

L’apparition de nouveaux usages et le besoin de nouveaux arbitrages

12Cette dimension informationnelle doit conduire à repenser les équilibres économiques et techniques associés à l’IdO et, par voie de conséquence, sa gouvernance. Les risques associés au développement des puces RFID reposent sur des problématiques complexes. Par exemple, la protection des données personnelles ne relève pas seulement de la réglementation mise en place au niveau des normes. Elle repose aussi sur des questions techniques telles que le droit au «  silence des puces,  » c’est-à-dire la possibilité ou non de les désactiver. Et elle se rapporte également à la manière dont les informations collectées seront mises en réseau et réappropriées, dans des séquences d’applications successives difficilement maîtrisables en tant que telles. Parallèlement, la tentation de disposer prochainement de puces à bas prix pourrait conduire certains acteurs à s’en saisir avant que des pratiques «  robustes  » de protection des données personnelles et industrielles n’aient pu être développées.

13Ces questions ne sont pas neuves. L’IdO risque de redonner une actualité nouvelle à certains points sensibles de l’internet qui avaient déjà soulevé des débats aigus, ces dernières années, entre les différentes parties prenantes. Nous allons rapidement évoquer les plus importants d’entre eux  : les modèles économiques de l’internet, la gouvernance et la protection des individus.

La nécessité de favoriser un déploiement rapide et massif

14Du point de vue économique, le succès même de l’internet avait soulevé deux grandes catégories de problèmes que l’IdO risque de rencontrer à nouveau. Les premiers tenaient à la capacité d’assurer un déploiement assez rapide et d’atteindre la masse critique suffisante pour permettre le lancement conjoint d’applications à tous les niveaux d’une même filière. Le cas de la logistique dans la grande distribution alimentaire montre, à cet égard, que la capacité de déployer la technologie sur l’ensemble de la supply chain est déterminante pour assurer sa pérennité et en retirer tous les bénéfices. Cette rapidité de mouvement suppose de pouvoir mobiliser des investissements importants, à même de soutenir la construction d’équipements, le développement d’applications massives ainsi que la capitalisation d’entreprises innovantes. Des dynamiques spéculatives et l’éclatement futur des bulles d’investissements sont dès lors à craindre si les retours économiques attendus ne sont pas au rendez-vous, ou pas aussi rapidement qu’espéré. L’autre point économique sensible résulte du découplage qui tend à s’opérer entre d’un côté, les nécessités attachées à la gestion des infrastructures et des réseaux de télécommunications, et de l’autre, la dynamique de développement des applications.

La nécessité de préserver la neutralité du réseau

15Le succès massif de certaines entreprises telles que Google suscite, chez les opérateurs et les fournisseurs d’accès, le sentiment que de telles réussites devraient se traduire par une participation au financement des infrastructures. Ils tendent de ce fait à remettre en cause ce qui constituait jusque-là l’un des principes fondateurs de l’internet  : à savoir sa neutralité et le traitement indifférencié des données ou des contenus y circulant. Il faut s’attendre à ce que la question se pose rapidement en matière d’IdO. En effet, ce dernier ne peut que renforcer l’écart déjà existant entre les modèles économiques à la base des infrastructures et ceux des utilisateurs ou secteurs applicatifs, qu’il s’agisse d’industriels intégrant l’IdO dans leurs processus de production et leur logistique, ou de fournisseurs de services grand public.

Une gouvernance «  multilatérale, transparente et démocratique  »

16La question des formes de la gouvernance d’ensemble du système constitue un autre des grands enjeux de l’IdO.

17La gouvernance de l’internet est actuellement marquée par une polarisation autour d’organismes de normalisation technique. Elle résulte de l’établissement d’un consensus entre opérateurs et acteurs privés, organismes publics et communautés d’utilisateurs. Envisagé d’abord à un niveau national, le processus a été déployé au niveau international. Il répartit les responsabilités entre différentes structures qui prennent chacune un élément en charge  : normes techniques d’interface, gestion des noms de domaine, sécurité et évolutions de l’architecture, etc.

18Cette gouvernance n’a pas été sans soulever des débats très vifs  : sur son degré effectif d’autonomie par rapport aux grands pays ou aux grands opérateurs de télécommunications, ou sur la délégation à des structures privées des ressources-clés de l’internet (gestion des noms de domaine génériques, notamment).

19Plus encore que l’internet «  traditionnel  », l’IdO touche des dimensions éminemment stratégiques et des informations critiques. De ce fait, il appelle des formes renforcées de coordination et de gouvernance au niveau national ou régional. En même temps que l’on maintient une véritable lingua franca et une interopérabilité de l’IdO, il s’agirait donc d’assurer une certaine «  régionalisation  » de l’IdO pour permettre à chaque État d’exercer ses prérogatives de souveraineté.

Garantir la protection des individus et des entreprises

20Enfin, le dernier enjeu important de gouvernance de l’IdO concerne la protection des individus et des entreprises. Les applications de l’IdO soulèvent de manière récurrente la question de la privacy ou protection des données personnelles, dans la mesure où elles touchent très directement l’intégrité même des individus  : dans leurs actions, dans les objets qu’ils manipulent ou dans leur simple présence. Cela pourrait entraîner une accentuation radicale des difficultés déjà rencontrées sur l’internet (traçabilité, interconnexion des informations...) et en particulier dans certaines applications récentes (réseaux sociaux, moteurs de recherche, internet mobile...). Comme l’ont montré, ces dernières années, les réactions suscitées par le développement du Digital Rights Management (DRM) et les réglementations associées, la question suppose en effet, de plus en plus, une faculté et une volonté de contrôle des modes d’usage, et donc un empowerment des consommateurs.

21Les débats suscités par l’IdO autour des données personnelles risquent de se voir renforcés par les différences de traitement de la protection des individus selon les systèmes juridiques  : faut-il prioritairement protéger les citoyens de l’action des gouvernements ou de celle des opérateurs privés  ? La capacité d’observer des actions dans l’espace public doit-elle rendre de facto les informations publiques et accessibles  ? Les architectures techniques seront particulièrement déterminantes dans la manière dont ces questions se poseront (en ouvrant la possibilité de désactiver les puces ou de contrôler les informations véhiculées)... mais les réponses dépasseront, en tout état de cause, les seuls enjeux techniques.

22L’accent légitimement mis sur la question de la privacy ne doit pas occulter une autre dimension importante de la protection des données  : celles qui ne concernent pas uniquement l’individu ou la personne mais aussi les données sensibles des entreprises. En effet, se posent en la matière des problèmes inédits tenant à l’intégration d’informations qui portent sur les processus de production ou de circulation des objets. L’accès à de telles informations, même partiel, est souvent stratégique pour des partenaires industriels en compétition ou impliqués dans des relations commerciales. On peut dès lors s’interroger pour savoir si la protection des données industrielles ne risque pas d’appeler, dans le futur, une structuration de règles et d’organismes de régulation spécifiques, tout comme les opportunités de croisement des bases de données individuelles avaient suscité, dans le passé, la création de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) et de ses équivalents européens.

23Les chapitres qui suivent ont pour objectif d’éclairer ces différentes dimensions de l’internet des objets.

Notes

1 D’après China Internet Network Information, cité par The Economist, “The meek shall inherit the web” 4/09/08, http://www.economist.com/science/tq/displaystory.cfm?story_id=11999307.

2 Working Party on the Information Economy, RFID applications, impacts and country initiatives, DSTI/ICCP/IE(2007)13/FINAL, OCDE 2007.

3 OECD (2007), RFID Implementation in Germany: Challenges and Benefits, www.oecd.org/dataoecd/19/23/39693586.pdf, accessed 1 February 2008.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 Répartition des applications RFID par grands domaines sociétaux
Crédits Source  : IdTechEx 2006, cité dans RFID Technologies : Emerging Issues, Challenges and Policy Options, JRC Reports 2007.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/92/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 1 Projets RFID par types d’applications
Légende Source : Radio-Frequency Identification tags Portfolio of European research, 2006.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/92/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Tableau 5 Applications RFID dans les secteurs privés et publics
Légende Source  : Working Party on the Information Economy : RFID applications, impacts and country initiatives, DSTI/ICCP/IE (2007) 13/FINAL, OCDE 2008.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/92/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 804k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540