Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie III. Conserver, transmettre

Donner à voir, donner à lire, réflexion pour une histoire de la communication

Mireille Corbier

Texte intégral

1Pourquoi la communication s’est-elle imposée récemment aux historiens comme un thème de recherche fécond sur les sociétés du passé ? Pour deux raisons que l’on retrouverait associées dans d’autres cas antérieurs comparables.

2La première est la place centrale prise par la communication dans les sociétés contemporaines. Son étude fédère, autour d’un noyau composé surtout de sociologues, des spécialistes d’autres disciplines comme la psychologie et la psychologie sociale, la sémiotique, l’économie, l’anthropologie, etc. : l’historien, s’il veut y jouer son rôle, est poussé à relever le défi, et à s’interroger sur les formes, les modalités et les contenus de la communication à différentes époques du passé et dans différentes civilisations. Son objectif : mettre en évidence que les situations contemporaines de communication de masse se situent au point d’arrivée (provisoire) d’une évolution de longue durée, marquée, comme toujours, par des continuités, mais aussi par des ruptures qui ne sont pas seulement liées aux changements technologiques. Son ambition : réintégrer le présent dans une histoire.

3La seconde raison est en revanche interne à l’évolution de la recherche historique au cours des dernières décennies. Elle est marquée par l’ouverture de nouvelles pistes grâce aux recherches que les historiens ont conduites sur l’alphabétisation, sur les formes de la lecture, sur les usages de l’imprimé, sur les stratégies d’écriture, sur la formation de publics et sur la naissance d’une opinion publique organisée – souvent identifiée avec l’époque des Lumières –, sur la formation des langages politiques et sur les efforts faits, aussi bien par les Églises et les autorités politiques que par certains groupes sociaux, pour faire passer leurs messages en direction des différents secteurs de la population. Ces recherches ont permis aux historiens d’accumuler une quantité très importante d’informations, de se poser de manière critique un grand nombre de questions, et de se préparer ainsi à un dialogue d’égal à égal avec les spécialistes des sociétés contemporaines.

  • 1 Ce programme a notamment à son actif un colloque international organisé en décembre 2008 par Mirei (...)

4J’ai moi-même suivi ce second chemin depuis plus de vingt ans, et ma première étude sur ce sujet traitait précisément du thème « Qu’y avait-il d’écrit sur les murs de Rome? ». Mais étant aussi par ailleurs épigraphiste – une discipline qui étudie les messages que les diverses composantes de la société romaine ont choisi d’inscrire et d’exposer au regard du public sur des supports durables, comme la pierre, le bronze, le bois, la céramique, la mosaïque, etc., mais non les messages écrits à l’encre sur papyrus, cet ancêtre égyptien de notre papier (que nous devons, lui, à la Chine), qui relèvent, eux, de la papyrologie –, j’ai été tout naturellement conduite à répondre à ces sollicitations de nos collègues spécialistes du contemporain. D’où le livre que je viens de publier, Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne (Paris, CNRS Éditions, 2006). D’où aussi le projet que j’ai présenté au printemps 2007 dans le cadre du programme interdisciplinaire lancé par le tout nouvel Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) dirigé par Dominique Wolton sur les « Pratiques de la communication dans les sociétés à alphabétisation restreinte » et qui a été retenu par cet institut1.

5Si je regarde le présent, je suis tentée d’en isoler deux éléments principaux : les nouveaux outils techniques et l’usage qu’en font non seulement ceux qui s’en servent pour « émettre des messages » – les « émetteurs » –, mais aussi ceux qui les « reçoivent » – les « récepteurs » des différents publics.

6Par la photographie, le disque, la radio, le cinéma, la télévision, mais aussi par la généralisation de la scolarisation, les sociétés du monde contemporain ont en effet réalisé une double révolution dans le domaine de la communication. Elles se sont donné les moyens d’abord de fixer, puis de transmettre à distance les images et les sons, en les associant étroitement, de manière à toucher un large éventail de publics. Ces publics ont en commun d’avoir, grâce à l’école, accédé parallèlement à la lecture et à l’écriture, dont ils font un usage quotidien pour lire par exemple les journaux. L’écrit et l’oral (un oral lié lui-même par le cinéma et la télévision à l’image) sont désormais complémentaires et concurrents : sont ainsi abolies, ou du moins régulièrement transgressées, les frontières traditionnelles qui avaient pendant si longtemps séparé et distingué les usages respectifs de la parole et de l’écriture.

7M’interrogeant sur le passé, j’ai choisi de vous parler seulement ici des sociétés qui ont précédé les nôtres. Pour ces sociétés, j’emprunterai à l’anthropologue de Cambridge Jack Goody la dénomination de « sociétés à alphabétisation restreinte » (en anglais, restricted literacy) pour les opposer à la fois aux « sociétés sans écriture » et aux « sociétés à alphabétisation généralisée » (en anglais, mass literacy) qui sont les nôtres. Sans doute les historiens ont-ils besoin d’une grille plus fine que celle de sociétés à alphabétisation restreinte qui s’applique à des mondes très variés. Mais nous nous en contenterons aujourd’hui. Et je centrerai l’attention sur le monde méditerranéen antique, en particulier sur le monde romain de la fin de la République et de l’Empire (entre le 1er siècle avant J.-C. et le ive siècle après J.-C). Ce choix n’est pas innocent : le monde romain est la première grande construction politique qui réussit à unifier l’ensemble du bassin méditerranéen et la partie méridionale et occidentale de l’espace européen (à l’ouest du Rhin et au sud du Danube). Mais il est contemporain de l’Empire chinois des Qin et des Han, avec lequel on est inévitablement tenté de le comparer, et qui s’est sûrement posé, quoique dans des termes sans doute différents et en proposant des solutions elles-mêmes différentes, des problèmes de même nature.

8Une part importante des messages qui nous sont parvenus, soit qu’ils aient été plus nombreux au départ, soit qu’ils se soient mieux conservés, concerne la communication politique et administrative des gouvernants vers les gouvernés pour les décisions et les réponses données aux demandes qui leur ont été adressées, ou en revanche des gouvernés vers les gouvernants, quand nous avons conservé les sollicitations des premiers. Ce type de communication est loin d’être le seul, comme le suggère l’image de couverture de mon livre (fig. 1, voir aussi fig. 23).

Fig. 1. Page de couverture du livre Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, CNRS Éditions, 2006

9Cette interrogation du passé vise, je l’ai dit, à approfondir notre compréhension du présent. Ces sociétés ont constitué des laboratoires où ont été mis au point des usages, des pratiques et aussi des codes de communication qui ont formé à leur époque des systèmes cohérents ; ces usages ont perduré en s’adaptant au cours des siècles à des conditions techniques et à des exigences nouvelles. Ces sociétés qui ont précédé les nôtres ont ainsi créé des traditions ; elles ont contribué à modeler des usages que nous pouvons observer dans les sociétés contemporaines, par-delà la rupture technologique et le changement évident d’échelle, maintenant planétaire. Mais ces sociétés elles-mêmes, dans la mesure où l’alphabétisation n’y touchait qu’une minorité de la population, n’ont pu que perpétuer, en les adaptant, des traditions héritées des sociétés sans écriture, où la communication passait exclusivement par l’utilisation conjointe, ou séparée, de l’oral et du geste.

10Les sociétés de l’Antiquité classique, et en particulier la société romaine, sont les premières en Occident où, dans le cadre de cités-États, l’organisation des débats en assemblée, les votes, les élections et surtout l’élaboration et la publication de la loi ont constitué le politique en secteur autonome et central de la communication. Depuis Solon en Grèce (à Athènes, au vie siècle avant J.-C.) la loi doit être publiée, c’est-à-dire mise par écrit et affichée. De ces pratiques le monde romain a hérité, et il les a infléchies pour les adapter à ses propres besoins. Mais il a aussi recueilli, avec la fondation de l’Empire, certaines des pratiques mises au point par les anciennes monarchies du Proche et du Moyen-Orient (Égypte, Mésopotamie, Iran), reprises déjà à leur compte par les souverains hellénistiques : des pratiques qui mettaient la communication au service de l’exaltation de la figure du souverain, de ses victoires et de ses bienfaits. Nous disposons ainsi pour Rome et le monde romain d’une information abondante sur les usages de la parole, de l’écrit et de l’image non seulement par les autorités politiques, mais aussi par d’autres groupes sociaux. Il s’agit d’une société fortement urbanisée pour l’époque, qui s’est posé, à l’échelle d’un empire particulièrement étendu et à l’échelle des municipalités qui le composaient, de vrais problèmes de communication, notamment politiques mais pas exclusivement, nous le verrons, permettant la comparaison avec les nôtres dans le sens même où les réponses apportées sont à la fois proches et éloignées des nôtres.

11Dans le monde romain, le pouvoir (central ou local) et les élites ne cessent de « communiquer », par la parole comme par l’écriture.

12L’éloquence, le don de persuader par le discours, est un art très apprécié et enseigné aux jeunes garçons de bonne famille dès l’adolescence. La communication par le discours oral joue un rôle essentiel dans la vie politique, dans l’activité judiciaire, comme dans la vie familiale : souvent la première prestation d’un adolescent consiste à prononcer l’éloge funèbre public d’un membre de sa famille, un éloge qu’il n’a pas écrit lui-même. Le maître du futur empereur Marc Aurèle – l’orateur Fronton – lui conseillait d’éviter dans ses discours les mots rares, les images inhabituelles (qui n’auraient pas rencontré d’écho dans la mémoire de ses auditeurs). À une communication de masse, visant un large public, devait correspondre un parler simple, sans ambiguïtés ni nuances. La persuasion par le discours est un art qui, dans l’Antiquité tardive, a été adopté par l’Église avec la pratique du sermon.

13Pour le monde romain antique, il serait donc inapproprié d’identifier l’oral avec la culture populaire et l’écrit avec la culture de l’élite. Les orateurs rédigeaient leurs discours à l’avance. Après les avoir prononcés, ils les réécrivaient souvent afin de les publier, c’est-à-dire de les faire recopier par des esclaves lettrés à l’encre sur des rouleaux de papyrus, qu’ils offraient ensuite à leurs amis et déposaient aussi dans des bibliothèques où ils rejoignaient les textes des auteurs des siècles précédents devenus classiques.

14Pour les Romains, l’écriture n’est en effet qu’une représentation de la parole. L’écriture alphabétique, qui est celle du latin comme du grec – les deux langues officielles de l’Empire – et qui transcrit – à la différence de l’écriture des langues sémitiques – à la fois les consonnes et les voyelles, est à leurs yeux une notation codifiée des sons. À la différence du chant des oiseaux, la parole humaine, articulée, serait selon eux une voix « scriptible » - une voix que l’on peut reproduire par écrit. Pour un Romain « bien dire et bien écrire sont une seule et même chose » et « un discours écrit n’est rien d’autre que l’enregistrement du discours prononcé » (Quintilien, Institution oratoire, XII, 10, 51).

15Mais l’écriture rend la parole durable ; l’écrit est un puissant moyen de communication à distance et dans le temps. L’espace public d’une ville romaine prévoit des parois consacrées à l’affichage d’informations écrites destinées aux citoyens ; cet affichage peut être temporaire, avec l’exposition de textes écrits à la peinture sur des tableaux de bois blanchis à la chaux, tableaux qui seront ensuite badigeonnés de blanc pour une nouvelle utilisation. Ou bien cet affichage peut être durable : dans ce cas, le texte est gravé dans une matière dure, la pierre ou le bronze.

16Par sa permanence, la gravure de textes dans la pierre ou dans le bronze a inscrit certains messages dans la durée ; au point que certains sont même parvenus jusqu’à nous. S’ils cherchent donc à transmettre un message immédiat, relevant de l’information et de la communication, ces textes servent aussi de référence et visent à constituer une mémoire pour les générations à venir. Parfois même les textes disent explicitement, lorsqu’ils reproduisent l’éloge d’une personne, qu’ils doivent inviter les lecteurs à imiter les comportements de la personne honorée.

Fig. 2.Temple d’Antonin et de Faustine divinisés. Rome, Forum. Cliché Deutsches Archäologisches Institut Rom

17L’usage de l’écriture exposée de façon durable est à la fois une pratique politique et une consommation de prestige des classes urbaines. J’envisagerai donc successivement ces deux aspects.

18Parmi les écrits à la gloire du pouvoir et des élites, la priorité revient aux écritures gravées en grandes lettres sur les monuments publics, sur les arcs honorifiques, mais aussi sur les bases de statues et sur les tombeaux. L’urbanisme et l’architecture antiques s’y prêtaient particulièrement, en offrant à la gravure de textes des surfaces rectangulaires bien exposées au regard sur des places publiques ou le long de larges rues, où le recul favorisait la lecture. La façade des édifices supportée par une colonnade est surmontée d’une architrave qui peut être inscrite : on peut lire ainsi sur un temple du forum romain les noms de l’empereur Antonin et de son épouse Faustine dont il est précisé qu’ils sont morts et divinisés (fig. 2).

Fig. 3 et 4. Arc de Septime Sévère. Rome, Forum. Cliché Deutsches Archäologisches Institut Rom

Fig. 5. Inscription martelée de l’Arc de Septime Sévère, Rome, Forum.
Cliché Soprintendenza archeologica di Roma

19Les arcs honorifiques, qui n’ont pas de fonction architecturale porteuse, comportent ce que l’on appelle en architecture une attique, qui présente le nom de l’empereur ou dans ce cas des co-empereurs (fig. 3 et 4) : il s’agit en effet ici de l’arc de Septime Sévère et ses fils sur le forum romain. Plusieurs éléments concourent à glorifier l’empereur en offrant l’image d’un pouvoir victorieux : la forme même du monument (un arc de triomphe), son emplacement (le forum, c’est-à-dire la grande place publique de la ville de Rome), l’inscription en lettres capitales (reproduite de chaque côté, lisible donc des deux côtés et de très loin puisqu’un arc enjambe toujours une rue) portant le nom de l’empereur et de ses fils, honorés « pour avoir rétabli l’Etat et étendu la domination du peuple romain », mais aussi les images (des deux côtés sont illustrées en hauts-reliefs des scènes de prise de villes par l’empereur lors de ses campagnes militaires en Mésopotamie). Par la suite il a fallu adapter le texte aux circonstances. Après la mort de Septime Sévère, son fils aîné et successeur, Caracalla, a fait assassiner son frère cadet Geta. Le nom de Geta a été effacé par martelage et, pour ne pas laisser un espace vide qui aurait rappelé éternellement ce drame, on a gravé un texte de remplacement (fig. 5) : des titres honorifiques supplémentaires ont été attribués à Septime Sévère et à son fils aîné. Le message est d’autant plus efficace qu’il est clair aussi pour ceux qui maîtrisent mal la lecture.

Pont de Saint-Chamas, Bouches-du-Rhône. Clichés A. Roth-Congès

Fig. 6. Arc nord, face nord, entablement central (CIL, XII, 647)

Fig. 7. Arc sud face sud, entablement central (CIL, XII, 647)

20Mais je ne voudrais pas laisser l’impression que ce type d’inscription monumentale est réservé aux empereurs et à la capitale. Dans les provinces romaines, de riches notables municipaux qui ont offert une construction à leurs concitoyens ont fait graver eux aussi leur nom pour toujours (en tant que constructeurs, ou parfois seulement de restaurateurs, d’un édifice). Sur les figures 6 et 7, on peut voir des deux côtés d’un pont, dans le Midi de la France, le nom de la personne qui, par testament, a décidé d’en payer la construction. Un pont offre le même avantage qu’un arc de triomphe : le généreux constructeur peut faire écrire son nom deux fois, aux deux extrémités.

21À côté de ces inscriptions monumentales on trouve des textes émanant du pouvoir qui ont été gravés sur des plaques de marbre ou de bronze ; ils faisaient connaître des documents importants, copie exposée au public d’originaux conservés dans les archives. Très tôt, le monde romain a pratiqué l’exposition des lois parallèlement à leur archivage (la figure 8 montre un fragment de loi d’époque républicaine), mais aussi l’exposition des décisions du Sénat romain (la figure 9 présente un sénatus-consulte de l’année 20 après J.-C.) et par la suite l’exposition de certains discours et lettres des empereurs. Ainsi, le discours prononcé par l’empereur Claude en faveur des notables des Trois Gaules en 48 après J.-C. a été affiché à Lyon (fig. 10) ; il a fait l’objet d’une mise en page soignée avec identification des paragraphes en retrait sur la marge, ainsi que d’une graphie particulièrement élégante, afin d’en faciliter la lecture.

Fig. 8. Lex Antonia de Termessibus, 68 ? avant J.-C. Naples, Musée archéologique national (d’après ILLRP. Imagines, n° 388)

Fig. 9. Sénatus-consulte de Cn. Pisone patre. Séville, Musée archéologique. cliché A. Caballos Rufino

Fig. 10.Table de Claude. Lyon, musée de la Civilisation gallo-romaine. Cliché Ch. Thioc

Fig. 11. L’album de Canusium, 223 après J.-C.

Cliché Marcella Chelotti

22Le bronze a joui d’un prestige symbolique particulier ; le motif donné à un ordre d’affichage dans le bronze était toujours celui de la pérennité de la décision : « Pour que ceci soit perpétuellement observé nous ordonnons que cette loi gravée sur des tables de bronze soit publiquement exposée », dit encore l’empereur Constantin au début du ive siècle. Paradoxalement, ce matériau, qui devait assurer aux documents l’éternité, s’est montré l’un des plus périssables ; car à toute époque le bronze a été refondu.

23Le bronze comme la pierre sont utilisés aussi pour présenter des textes qui ne rendent pas compte d’une décision mais donnent de simples listes, le plus souvent des listes de noms ; Jack Goody a attiré l’attention sur l’importance de la liste dans les phases premières d’usage public de l’écriture. Mais la liste est aussi un type de documents que des personnes semi-alphabétisées sont capables de lire.

Fig. 12. Arc de Titus : le triomphe sur les Juifs. Rome, Forum. D’après R Bianchi Bandinelli, 1969

24Une plaque de bronze, gravée et exposée à Canosa en Italie du Sud, fait connaître en colonnes avec des titres explicites pour chaque catégorie la liste dans l’ordre hiérarchique des « autorités » de la ville, à la date de 223 après J.-C. (fig. 11) : d’abord les « patrons » de la cité, de grands personnages (des sénateurs) qui ne résidaient pas là, puis les membres du conseil municipal du rang le plus élevé au rang le plus bas (en fonction des magistratures locales qu’ils avaient exercées) ; enfin, en bas à droite, les jeunes gens qui n’étaient pas encore conseillers municipaux mais étaient admis à assister aux séances parce qu’ils le deviendraient un jour. On constate sans surprise que certains portent le même nom que les conseillers en exercice, leur père ou leur oncle (la transmission du nom se faisant chez les Romains en ligne masculine). D’autres qui portent un nom différent peuvent être aussi bien des oncles maternels ou des cousins. Les élites locales liées par une politique d’intermariage se reproduisent d’une génération à l’autre et laissent peu de place à l’ascension sociale de nouveaux venus. On a donc ici une représentation statique du groupe social le plus élevé de la ville à un moment donné.

Fig. 13.Autel de la Paix, Rome. Détail de la procession : la famille de l’empereur Auguste

25Mais, parmi les pratiques de communication du pouvoir, nous ne devons pas oublier les cérémonies, dont la mise en scène est conçue pour donner du pouvoir et de son détenteur une certaine image, immédiatement compréhensible par les spectateurs. Toute cérémonie a, hier comme aujourd’hui, une dimension rituelle ; nos sociétés contemporaines filment et retransmettent systématiquement à la télévision ce type d’événement ; pour éviter des maladresses dans l’accomplissement du rituel, les organisateurs procèdent parfois à de longues répétitions : ainsi, en France, pour le défilé annuel sur les Champs-Élysées, le jour de la fête nationale, le 14 Juillet. La société romaine, quand elle produisait une représentation figurée d’une cérémonie publique, pouvait se permettre de rendre la représentation de la réalité strictement conforme au modèle idéal : j’en retiendrai deux exemples.

26Un relief de l’arc de Titus montre un détail de la cérémonie du triomphe qui marquait le retour à Rome d’un général victorieux (fig. 12). En 71 après J.-C, Vespasien et son fils Titus ont célébré un triomphe pour avoir vaincu le peuple juif. Ce qui est présenté ici au public, c’est une pièce du butin, le chandelier à sept branches – un objet sacré arraché au temple de Jérusalem. Il est porté sur un brancard, précédé d’une pancarte sur laquelle était peint le nom de l’objet exposé (à l’intention de ceux qui savaient lire mais qui pouvaient lire aussi le texte à haute voix pour les autres badauds).

27Les célèbres reliefs de l’autel de la Paix mettent en scène les participants à la procession lors d’une cérémonie religieuse célébrée en 13 avant J.-C, sous le règne d’Auguste, le premier empereur. L’un des objectifs visés était de faire connaître les membres de la famille impériale et de procéder ainsi à une forme de légitimation des successeurs potentiels d’Auguste (car il n’existait aucune règle de succession). Pour émouvoir le bon peuple on a donc représenté aux côtés des principaux membres adultes de la famille leurs jeunes enfants. Sur le détail reproduit ici (fig. 13) le personnage à la tête voilée est Agrippa, le gendre d’Auguste. L’enfant qui se tient à sa toge est son fils aîné, le jeune Gaius, qu’Auguste avait adopté - mais qui ne succéda pas à son grand-père car il mourut dix ans avant lui.

Fig. 14. Peintures de la « casa del Bell’Impluvio ». Pompei. Cliché de A. Barbet

28Je voudrais maintenant aborder brièvement quelques formes de la contre-communication. Pour les sociétés fortement hiérarchisées ou monarchiques qui ne font aucune place à la critique ou à l’opposition, nous connaissons surtout les messages que les autorités ont voulu transmettre au reste de la population. Pourtant, même dans ces sociétés, la communication n’a jamais fonctionné totalement à sens unique. Des formes d’expression contestataire ont pu apparaître et se manifester par la parole ou par l’écrit ; ce sont surtout des voix – par le biais de cris, de nuit surtout, ou de simples chansons satiriques –, mais aussi des écrits : les auteurs anciens nous font connaître l’existence de pamphlets rédigés à l’encre sur des feuilles de papyrus et affichés, ou de simples graffitis griffonnés sur les monuments publics. Ces voix et ces écrits modestes qui ne nous sont pas parvenus remettaient en cause la prétention du pouvoir au monopole de la communication. Les historiens de l’Antiquité ont pris grand plaisir à nous les rapporter.

Fig. 15. Hommage rendu au sénateur Lucius Aemilius Carus (vers 150 après J.-C). Rome, musée du Capitole. Cliché Deutsches Archäologisches Institut Rom

Fig. 16. Base de statue portant l’éloge suivi du cursus du sénateur Sextus Petronius Probus (378 après J.-C). Rome, musée du Capitole. Cliché Deutsches Archäologisches Institut Rom

29L’un des procédés utilisés était de retourner les techniques de communication de ce même pouvoir pour en inverser le sens. Ainsi, pour se moquer de l’empereur Domitien qui faisait construire partout des arcs pour déployer son nom, une main anonyme avait écrit un graffiti humoristique (transmis par l’historien Suétone et que, d’ailleurs, nous ne comprendrions pas s’il n’avait pas été expliqué par cet auteur). Il s’agissait d’un message crypté, utilisant le verbe grec signifiant « ça suffit », qui se prononçait comme le mot latin désignant les « arcs ». Le message était donc : « Cessez de construire des arcs. »

Fig. 17.Table de patronat provenant de Banasa (Maroc) (IAM, 2, 125; 1er février 162 après J.-C). Rabat, musée des Antiquités.

Cliché Centre Camille Jullian, CNRS, Aix-en-Provence

Fig. 18. Pompéi. Nécessaire d’écriture : une tablette à deux volets, un style, un encrier double avec calame, un grattoir et une lettre, scellée, adressée à Marcus Lucretius (CIL, IV 879). Cliché A. Barbet

Fig. 19. Peinture représentant Ménandre. Pompei, maison du Ménandre.

Cliché Soprintendenza archeologica di Pompei, « su concessione del Ministero per i Beni e te Attività Culturali »

Fig. 20. Mosaïque de Sousse représentant Virgile entre Calliope et Melpomène. Tunis, musée du Bardo. Cliché du musée

Fig. 21. Mosaïque des auteurs grecs : panneau de Métrodore. Autun, musée Rolin.

Cliché H. N. Loose

Fig. 22. Mosaïque avec scènes de combats de gladiateurs provenant de Rome.

Madrid, Museo arqueológico nacional. Archivo Fotográfico, Museo arqueológico nacional

30Un autre procédé était de faire parler les statues : après l’assassinat, sur ordre de l’empereur Néron, de sa mère Agrippine, un passant avait écrit sur la base d’une statue d’Agrippine (comme si c’était elle qui parlait) : « Moi j’ai honte de toi; mais toi, ne rougis-tu pas? »

31Évidemment, ces écritures contestataires, à la différence des autres qui ont pour but de faire connaître le nom d’un individu et de le transmettre à la postérité, étaient toujours anonymes.

32Nous savons que ces formes de contre-communication pouvaient avoir un effet. L’empereur Auguste s’était efforcé de répondre par écrit aux plaisanteries qui circulaient à son propos. L’empereur Domitien a fait retirer l’un de ses édits déjà proclamé parce qu’un libelle avait été affiché dans Rome contre cette décision ; etc.

33Dans la communication de nature politique, l’oral et l’écrit sont toujours associés : sous la République les textes de loi étaient systématiquement lus avant d’être votés, mais ils étaient aussi affichés pendant trois marchés consécutifs avant le jour du vote pour permettre à ceux qui voulaient les lire de le faire. Les édits des empereurs étaient lus à travers la ville par des crieurs publics et affichés durant trente jours pour que l’on puisse en prendre connaissance.

34Dans les villes de l’Empire, le peuple était convoqué, souvent dans le théâtre en plein air, pour écouter la lecture d’une lettre de l’empereur. Cette lecture se terminait toujours par des acclamations populaires. Le texte était ensuite affiché. Seules quelques lettres impériales étaient gravées pour être exposées durablement, à l’initiative de la municipalité ou d’un particulier; on a même gravé parfois le texte de l’acclamation, ainsi à la fin d’une lettre de l’empereur Antonin Caracalla : « Antonin est notre bienfaiteur! »

35Lorsque les cités de l’Empire romain voulaient envoyer un message à l’empereur ou, seulement, à son représentant dans la province, le conseil municipal votait un décret, c’est-à-dire un texte rédigé, qui n’était pas envoyé par la poste publique mais apporté en mains propres par des délégués de la cité qui faisaient le voyage et délivraient le message oralement et pat écrit pour en rapporter ensuite la réponse. Ce décret pouvait transmettre simplement des vœux, des félicitations ou des condoléances à l’occasion d’événements qui concernaient la famille impériale ; il pouvait aussi communiquer le texte d’une requête.

36L’Empire romain a beaucoup pratiqué en effet un type de communication sous forme de pétition avec réponse de l’administration au nom de l’empereur ou réponse de l’empereur lui-même lorsque les demandeurs étaient des cités ou des personnages importants. Quand les intéressés recevaient une réponse favorable, leur accordant pat exemple un privilège, ils faisaient procéder à sa gravure et à son exposition permanente. Bien évidemment, les réponses négatives n’étaient jamais exposées. Cette pratique politique, qui pourrait donner l’impression que le pouvoir ne gouverne pas mais se contente de répondre à la demande, est une illusion d’optique créée par la masse des inscriptions parvenues jusqu’à nous. Il existait en fait aussi des décisions prises par le pouvoir central, relayées par les gouverneurs des provinces. Mais elles avaient moins de raison d’être exposées pour toujours, à moins qu’un ordre exprès n’en ait été donné par le pouvoir émetteur, ce qui arrivait parfois, je l’ai déjà signalé à propos d’une loi de Constantin.

37Nous devons donc imaginer un espace public couvert de textes mais aussi d’images, notamment de statues et de reliefs avec des représentations historiques, comme les scènes de prise de villes de l’arc de Septime Sévère, donnés à voir au passant et proposés éventuellement à leur lecture. Comme les images, ces écrits sont par eux-mêmes des monuments appelés à témoigner par leur seule présence.

38Les mêmes procédés de communication par l’écrit et par l’image, familiers au pouvoir politique, étaient mis en œuvre dans la capitale, Rome, par les aristocrates et, dans les villes de province, par les notables dans le cadre de leur maison. Il s’agissait dans leur cas de faire passer un message social qui n’était pas sans connotation politique : les élites exercent le pouvoir et doivent prouver qu’elles en sont dignes. La maison doit donc démontrer au visiteur que le maître est un homme de rang social élevé, dont les qualités et les comportements sont à la hauteur de son statut – un statut qui peut être en partie hérité mais qu’à chaque génération un individu doit à son tour mériter. Les messages mettaient donc l’accent sur l’ancienneté (la noblesse) de la famille, sur les hautes fonctions que le propriétaire actuel avait lui-même exercées au service de l’État ou de la cité; certains notables choisissaient de valoriser leur culture, d’autres préféraient illustrer leur générosité d’hommes riches envers leurs concitoyens – leur capacité à redistribuer par des dons une partie de leur fortune, une qualité très appréciée dans l’Antiquité.

39Dans les grandes demeures, l’espace domestique comprenait en effet deux parties : un ensemble de pièces de réception dont le caractère était semi-public et un ensemble de pièces privées. Les égaux du maître de maison étaient admis jusque dans sa salle à manger. Les dépendants ne dépassaient pas le seuil de son bureau. Dès l’entrée, un message pouvait être déployé, sur la mosaïque du seuil par exemple, par lequel les propriétaires se présentaient favorablement aux visiteurs. Des portraits de famille pouvaient être exposés de différente manière : sur la figure 14 on peut voir ainsi une reproduction en peinture de la façon dont les portraits en médaillon étaient accrochés dans une pièce de la maison. Mais on trouvait aussi des statues du maître de maison ; ces statues portaient sur leur base une inscription énumérant les principales étapes de son curriculum vitae ; le propriétaire ne les faisait pas graver lui-même, ce sont des amis ou des personnes dépendantes de lui qui les lui offraient en hommage. Les figures 15 et 16 en proposent deux exemples qui concernent des sénateurs romains (c’est-à-dire des hommes placés au sommet de l’échelle sociale), datant l’un du iie, l’autre du ive siècle. On pouvait trouver le même type d’hommage sur la base de statues exposées sur des places publiques ou sur des tombeaux.

40Les inscriptions sur bronze ne manquaient pas non plus dans la maison d’un grand personnage. Elles ne reproduisaient pas d’ordinaire l’une de ses décisions ou l’un de ses discours mais au contraire une mesure prise en sa faveur. C’était aussi un acte politique : quand un conseil municipal avait voté un décret par lequel il décernait le titre de « patron », c’est-à-dire de protecteur, à un homme de haut rang, des délégués de la cité venaient lui annoncer la nouvelle et lui offrir une plaque de bronze commémorative, déjà gravée, à accrocher et à exposer dans sa maison. La cité pouvait en exposer une copie dans son espace public car le rang de ses patrons était aussi un honneur pour elle ; il est possible que la table de patronat mise au jour sur le forum de Banasa (fig. 17) ait constitué un tel double.

41Le décor de la maison – les peintures murales et les mosaïques de pavement – diffusait d’autres messages. Le maître de maison pouvait ainsi afficher son éducation : dans les maisons de Pompéi, bien conservées à la suite de l’éruption du Vésuve en 79 après J.-C. (elles ont été recouvertes de cendres et non de lave), un des thèmes décoratifs de « nature morte » les plus répandus est précisément le nécessaire d’écriture. Sur la figure 18 on reconnaît le matériel d’écriture de l’époque, composé d’une tablette à deux volets, d’un style, d’un encrier double avec calame, d’un grattoir, accompagné d’une lettre scellée adressée à Marcus Lucretius (qui indique ainsi le nom du propriétaire de la maison).

42Plus que son éducation, on peut manifester sa culture en faisant représenter sur les murs (en peinture murale) ou sur le sol (en mosaïque) un écrivain célèbre : par exemple, à Pompéi (fig. 19), Ménandre, auteur de comédies grecques, ou le poète latin Virgile, à Sousse, en Afrique du Nord (fig. 20). Plus sophistiquée est la représentation en mosaïque, à Autun, d’auteurs grecs avec la reproduction de fragments de leur œuvre, alors qu’on se trouvait en Gaule où on parlait latin (fig. 21).

43Certains ont plaisir à rappeler qu’ils sont aussi des hommes généreux et qu’ils ont offert de beaux spectacles à leurs concitoyens. Ce sont parfois des spectacles de gladiateurs : sur la figure 22 on lit dans l’angle droit le nom de l’organisateur du spectacle, Symmacchius, qui est acclamé par la foule Symmachi, homo felix (« Symmaque, homme heureux ! »). Il s’agissait d’un sénateur romain du ive siècle. La mosaïque retrouvée à Rome décorait les bains privés de sa maison.

Fig. 23. Mosaïque de Magerius provenant de Smirat. Musée de Sousse. Cliché du musée

Fig. 24. Mosaïque tardive (règne de Constantin) : ensemble du pavement Paphos, Chypre.
Cliché University of Cyprus. Department of Antiquities

Fig. 25. Mosaïque tardive (règne de Constantin), détail, panneau du haut à droite : remise de l’enfant Dionysos par Hermès à ses nourriciers, Silène et les Nymphes, et premier bain du nouveau-né.
Paphos, Chypre. Cliché University of Cyprus, Department of Antiquities

Fig. 26. Mosaïque de Cirta (Algérie) : texte latin « lustus sibi lex est », dessin.
Cliché R. Hanoune

44Ce sont aussi des chasses d’animaux sauvages, offertes en spectacle. La figure 23 nous conduit en Afrique du Nord dans la Tunisie actuelle ; sur le pavement d’une pièce de réception on voit des chasseurs – en fait des professionnels – se produisant dans l’arène. Ils ont été affrontés ici à des léopards qu’ils ont tués. C’est la célèbre « mosaïque de Smirat » – la plus suggestive car elle associe à des images colorées de petits textes latins qui racontent ce qui s’est passé, non pas sous la forme d’un récit, mais par la reproduction des paroles prononcées.

Fig. 27. Mosaïque de Bulla Regia (Tunisie) : traduction du texte grec « mets tes espoirs en toi-même ». Cliché R Hanoune

Fig. 28. Monument funéraire des Haterii, détail. Rome, musées du Vatican.
Cliché Musei Vaticani. Anchivio fotografico

45Certains notables vont bien au-delà dans la communication privée : ils s’efforcent de transmettre à leurs visiteurs leurs opinions philosophiques. Au ive siècle de notre ère, les pavements mosaïques de certaines maisons reflètent l’attachement de leur propriétaire à la culture et à la philosophie au moment où les empereurs, à partir de Constantin, ont fait eux le choix du christianisme qu’ils s’efforcent d’imposer et qu’ils imposent d’ailleurs définitivement, avec Théodose, à la fin du siècle.

46À Chypre, au début du ive siècle, à l’époque de Constantin précisément, un grand personnage a fait couvrir sa salle de réception de tableaux en mosaïque représentant diverses scènes mythologiques réinterprétées selon sa propre sensibilité (fig. 24-25). Pour orienter la « lecture » de l’ensemble il a identifié tous les personnages, notamment les figures allégoriques, par des légendes en grec. Le premier panneau, en haut à droite, représente l’épiphanie de Dionysos, fils de Jupiter (fig. 26) : incarné dans un nouveau-né qui va recevoir son premier bain, l’enfant-dieu est entouré des personnifications de Theogonia (« Naissance divine »), Nectar et Ambroisie (les aliments divins qui donnent l’immortalité) et Anatrophè (« Première éducation »). Pour certains, cette présentation de l’enfant sur les genoux d’Hermès a des précédents en Orient. Pour d’autres, comme Glen Bowersock, cette image témoignerait de la contamination des différents courants religieux et philosophiques de l’époque : non seulement l’enfant-dieu est rapproché de Jésus sur les genoux de sa mère mais les figures en adoration sont rapprochées des rois mages.

47À Cirta (en Algérie aujourd’hui), au ive siècle sans doute, le maître de maison a exposé sur la mosaïque de sol le texte suivant (fig. 26) : « Le juste est la loi pour lui-même », profession de foi stoïcienne en opposition absolue avec la doctrine chrétienne selon laquelle : « Il n’y a de loi que provenant de Dieu. » À la même époque, à Bulla Regia (dans la Tunisie actuelle), un autre a affiché une profession de foi très voisine : « Mets tes espoirs en toi-même », mais cette fois en grec, qui était, dans le monde romain, la langue de la philosophie (fig. 27). Dans cette province de langue latine, utiliser le grec était aussi une forme de « distinction » au sens donné à ce terme par Bourdieu.

Monument funéraire élevé à une affranchie (milieu du ier siècle après J.-C), Rome, musée du Capitole. Fig. 29. Face : épitaphe en latin et poème funéraire en grec.

Fig. 30 et 31. Côtés : inscriptions latines versifiées (dialogues de la défunte avec le passant et son mari). Clichés Deutsches Archäologisches Institut Rom

48Parmi les multiples déclinaisons de la communication à usage privé, il faut faire dans l’Antiquité romaine une place importante aux tombeaux, utilisés comme un moyen de perpétuer le souvenir d’une famille ou d’une personne. Sur les tombeaux des grands personnages étaient fixées des plaques reproduisant leur carrière ou faisant leur éloge, comme celles présentes dans les maisons évoquées précédemment (fig. 15 et 16) ; je n’y reviens pas. Mais des personnes de statut plus modeste n’hésitaient pas à utiliser leur tombeau pour laisser une image d’elles-mêmes. La figure 28 nous en fournit une illustration : sur son tombeau monumental, un affranchi, un ancien esclave, devenu un riche entrepreneur public, a fait reproduire les monuments de Rome à la construction desquels il a participé; il propose ainsi au regard du passant une véritable scénographie urbaine qui l’apparente à un grand constructeur; mais lui, au lieu d’être un bienfaiteur de la cité qui aurait édifié ces monuments à ses frais, a été payé pour les bâtir. Avec les figures 29 à 31 c’est une autre pratique de communication qui est révélée par le monument funéraire d’une affranchie, épouse d’un affranchi sans doute également riche. Sur l’inscription latine du côté droit on peut lire : « Toi qui passes lis ces quelques mots ». Les épitaphes visent surtout à parler du mort au passant, invité à les lire et à prononcer ainsi son nom (les Romains ne pratiquaient pas usuellement la lecture silencieuse). Parfois une banquette était installée pour que le passant puisse s’asseoir et être à son aise pour lire. Dans le Satiricon, roman latin de Pétrone, l’affranchi Trimalcion décrit le tombeau qu’il se fait construire : il a demandé à l’architecte de placer au milieu de la façade un cadran solaire; ainsi tout passant tenté de regarder l’heure sera forcé de lire son nom. En échange d’un instant d’attention, le défunt offre au passant un moment de repos, un conseil de sagesse : « Souviens-toi que tu dois mourir », ou au contraire, en se plaçant du côté de la vie : « Prends bien soin de vivre. » Il peut présenter aussi des vœux de bon voyage; on lit sur une épitaphe romaine : « Toi qui ne m’as pas salué, porte-toi bien (tout de même). » Le constructeur d’un tombeau familial prévoit le cas d’un passant qui se fera lire le texte de l’inscription funéraire : il s’adresse aussi bien à celui qui la lira qu’à celui qui écoutera une autre personne la lui lire. C’est une façon de continuer à vivre et à dialoguer avec les vivants.

49Un autre type d’écrit est très caractéristique du monde romain : l’écriture d’un jour, d’un moment, d’une occasion, produite par des personnes qui maîtrisent parfois mal l’écriture mais veulent témoigner de leur dévotion ou, simplement, de leur présence en un lieu. Ce sont des textes, réduits parfois à un nom, incisés ou peints sur les parois des grottes sacrées, sur les enduits de maisons, de tavernes, d’ateliers, etc. Ils montrent que la culture graphique déborde largement le domaine de l’écriture officielle.

Fig. 32. Canosa (Italie). Graffiti « À l’atelier; Eutychus, tisserand, ici ». Cliché M. Silvestrini

50Ces graffitis sont très nombreux mais difficiles à photographier. L’un d’eux vient d’être mis au jour précisément à Canosa (fig. 32). Il fournit un témoignage très différent de la table de bronze exposant la liste des notables. Un simple artisan lainier, vraisemblablement un esclave car il porte un seul nom, Eutychus, a écrit en majuscules en s’inspirant de la mise en page des inscriptions monumentales :

51STATIONAE

52EVTHYCYS

53LANARIVS

54HIC

55Le « ici » (hic) de la figure 32 est très représentatif des graffitis des petites gens qui veulent transmettre le souvenir de leur présence en un lieu à des lecteurs potentiels.

56L’écriture est utilisée aussi pour communiquer avec les dieux ou les puissances de l’au-delà par ceux qui savent écrire comme par ceux qui ne savent pas. Les grottes sacrées sont couvertes d’écrits laissés par les dévots désireux d’attirer l’attention de la divinité sur leur passage et de faire savoir aux futurs visiteurs qu’ils sont passés avant eux. Car l’écriture manuscrite jouit d’un réel prestige. On a retrouvé ainsi dans des sources (notamment à Bath en Angleterre, où l’on vénérait Sulis Minerva) des petites lamelles de plomb inscrites enroulées comme du papier à cigarette dans lesquelles étaient exprimés des vœux (qui ne sont d’ailleurs pas des vœux positifs émis par les rédacteurs mais des malédictions proférées à l’encontre de personnes qui leur ont nui). La plupart de ces lamelles conservent donc un petit texte adressé aux puissances infernales. Celle que montre la figure 33 porte une pseudo-écriture, c’est-à-dire un gribouillage imitant l’écriture : on ne communique pas sa prière à la divinité seulement mentalement ou oralement ; on lui laisse une trace écrite de la demande, comme lorsqu’on adresse une requête à un supérieur.

57Il nous faudrait arriver à une conclusion.

58Les pratiques de la communication que nous pouvons reconstituer pour la société romaine à travers les traces qui nous en sont parvenues mettent en cause plusieurs catégories d’acteurs, d’auteurs, de médiateurs et de lecteurs : le pouvoir, incarné par l’empereur et par ceux qui parlent, décident et jugent en son nom (un préfet du prétoire, un gouverneur de province, etc.) ; les élites sociales, qui dotent leurs enfants, au moins masculins, d’une éducation très poussée, en grec comme en latin – celle-ci leur sera nécessaire pour faire carrière au service du prince ou dans le cadre de leur cité et exercer magistratures et responsabilités – et qui utilisent aussi, pour leurs propres besoins personnels, familiaux et sociaux, les possibilités que leur offrent ces pratiques de communication ; les artisans et commerçants des métiers urbains qui s’efforcent d’attirer l’attention du client ; et, bien entendu, les publics, auxquels ces messages sont destinés, appelés à les lire ou à se les faire lire, à les comprendre, à les accepter, à les réinterpréter, mais sachant tout aussi bien les critiquer, les ridiculiser, et exprimer leur hostilité et leur ironie par des formes d’écriture sauvage, notamment les graffitis. L’officiel alimente ainsi l’officieux, la communication la contre-communication, l’autoexaltation du pouvoir et des élites la contestation.

59Ces pratiques suggèrent que se sont ainsi élaborés des codes partagés, du haut vers le bas de la société et du centre vers les périphéries de l’Empire. Elles ont permis aux différents acteurs d’exprimer leurs points de vue, de faire circuler des messages sous une forme publique, et de créer ainsi, tout en maintenant leurs différences, des formes de compréhension et de connaissance communes. Certaines ont disparu avec l’Empire romain. D’autres au contraire ont été reprises à leur compte au cours des siècles suivants par les Églises chrétiennes et, dans une certaine mesure, par l’Islam, par les nouveaux pouvoirs politiques, par les nouvelles élites sociales, et adaptées à leurs besoins. Peu à peu étendues aux campagnes, alors qu’elles avaient jusqu’ici surtout fonctionné à partir des villes et pour les villes, et associant toujours ou presque l’écrit, la parole et l’image, elles ont encadré les échanges interpersonnels publics de messages, d’informations et d’idées à longue comme à proche distance qui ont constitué l’un des traits originaux de la culture européenne : politiquement et linguistiquement divisée, l’Europe avait besoin de langages communs.

Fig. 33. Lamelle de plomb n° 122 provenant de la source de Bath, lieu de vénération de Sulis Minerva : pseudo-écriture. Cliché Institute of archaeology. Oxford

60Nota : ce texte est celui d’une conférence donnée en septembre 2007 à Shanghai à l’intention d’un public d’étudiants et de chercheurs chinois qui bénéficiaient d’une traduction simultanée.

Notes

1 Ce programme a notamment à son actif un colloque international organisé en décembre 2008 par Mireille Corbier (USR 710 du CNRS) et Christian Jouhaud (GRIHL-EHESS) avec l’aide de l’ISCC à l’Ecole normale supérieure à Paris sous le titre « Informer, commander, persuader, débattre : la communication comme action ».

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Page de couverture du livre Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, CNRS Éditions, 2006
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 2.Temple d’Antonin et de Faustine divinisés. Rome, Forum. Cliché Deutsches Archäologisches Institut Rom
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Fig. 3 et 4. Arc de Septime Sévère. Rome, Forum. Cliché Deutsches Archäologisches Institut Rom
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 5. Inscription martelée de l’Arc de Septime Sévère, Rome, Forum.Cliché Soprintendenza archeologica di Roma
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Légende Pont de Saint-Chamas, Bouches-du-Rhône. Clichés A. Roth-Congès
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 8. Lex Antonia de Termessibus, 68 ? avant J.-C. Naples, Musée archéologique national (d’après ILLRP. Imagines, n° 388)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 10.Table de Claude. Lyon, musée de la Civilisation gallo-romaine. Cliché Ch. Thioc
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 11. L’album de Canusium, 223 après J.-C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Légende Fig. 12. Arc de Titus : le triomphe sur les Juifs. Rome, Forum. D’après R Bianchi Bandinelli, 1969
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Fig. 13.Autel de la Paix, Rome. Détail de la procession : la famille de l’empereur Auguste
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Légende Fig. 14. Peintures de la « casa del Bell’Impluvio ». Pompei. Cliché de A. Barbet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Fig. 15. Hommage rendu au sénateur Lucius Aemilius Carus (vers 150 après J.-C). Rome, musée du Capitole. Cliché Deutsches Archäologisches Institut Rom
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 17.Table de patronat provenant de Banasa (Maroc) (IAM, 2, 125; 1er février 162 après J.-C). Rabat, musée des Antiquités.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Fig. 18. Pompéi. Nécessaire d’écriture : une tablette à deux volets, un style, un encrier double avec calame, un grattoir et une lettre, scellée, adressée à Marcus Lucretius (CIL, IV 879). Cliché A. Barbet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Légende Fig. 19. Peinture représentant Ménandre. Pompei, maison du Ménandre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Légende Fig. 21. Mosaïque des auteurs grecs : panneau de Métrodore. Autun, musée Rolin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Légende Fig. 22. Mosaïque avec scènes de combats de gladiateurs provenant de Rome.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 23. Mosaïque de Magerius provenant de Smirat. Musée de Sousse. Cliché du musée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 24. Mosaïque tardive (règne de Constantin) : ensemble du pavement Paphos, Chypre.Cliché University of Cyprus. Department of Antiquities
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Légende Fig. 25. Mosaïque tardive (règne de Constantin), détail, panneau du haut à droite : remise de l’enfant Dionysos par Hermès à ses nourriciers, Silène et les Nymphes, et premier bain du nouveau-né.Paphos, Chypre. Cliché University of Cyprus, Department of Antiquities
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Fig. 26. Mosaïque de Cirta (Algérie) : texte latin « lustus sibi lex est », dessin.Cliché R. Hanoune
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Légende Fig. 27. Mosaïque de Bulla Regia (Tunisie) : traduction du texte grec « mets tes espoirs en toi-même ». Cliché R Hanoune
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Fig. 28. Monument funéraire des Haterii, détail. Rome, musées du Vatican.Cliché Musei Vaticani. Anchivio fotografico
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende Monument funéraire élevé à une affranchie (milieu du ier siècle après J.-C), Rome, musée du Capitole. Fig. 29. Face : épitaphe en latin et poème funéraire en grec.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 32. Canosa (Italie). Graffiti « À l’atelier; Eutychus, tisserand, ici ». Cliché M. Silvestrini
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 33. Lamelle de plomb n° 122 provenant de la source de Bath, lieu de vénération de Sulis Minerva : pseudo-écriture. Cliché Institute of archaeology. Oxford
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/919/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Mireille Corbier est directeur de recherche émérite au CNRS et directeur de L’Année épigraphique. Elle étudie, au contact de l'histoire et de l'anthropologie, différents aspects du monde romain : l’État, la monnaie, la fiscalité, l’économie, le don ; la famille et la parente (Adoption et fosterage, Paris, De Boccard, 1999) ; le statut de l’écrit ; l'alimentation et les relations liées a la nourriture.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540