Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La généalogie muette

 | 
Marinella Carosso

Chapitre V. Personnifier la coutume

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En été, l’ombre des arbres fruitiers – hauts et luxuriants – protège des regards indiscrets. Dans la cantilène des abeilles et des guèpes, un après-midi de juin, on entrevoit à travers les feuilles, quelques personnes en visite : la tante du curé, le maire et ses enfants, la « grande prieuresse » de la confrérie féminine de la Sainte-Croix et sa sœur.

Sous les arbres, une table est improvisée ; Tia Anastasia la recouvre d’une nappe blanche en byssus, brodée blanc sur blanc. Les cerises s’étalent sur un plateau d’argent. Tandis que son mari Tiu Baillu – âgé de quatre-vingt-sept ans – a grimpé sur plusieurs arbres, tous très hauts, pour cueillir, lui-même, différentes qualités de cerises. Il s’obstine à ne permettre à personne de monter sur les arbres de peur qu’on casse des branches. Ses sujets de conversation préférés sont les « humeurs » de ses abeilles et la qualité des cerises qu’il a greffées.

— La « noire », savoureuse ; la addosa, belle et goûteuse, si merveilleuse ! ; la volpin...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540