Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Partie III. Conserver, transmettre

Pour une sociologie historique du patrimoine

Christophe Charle

Texte intégral

1Les études sur le patrimoine privilégient, comme c’est normal, le contenu et les formes de ce patrimoine : documents écrits, imprimés, archives, monuments, reliques, objets, trésors, sites, espaces naturels façonnés par les générations et dotés de ce fait d’une valeur spécifique en tant qu’histoire er mémoire matérialisées, échappées à l’usure et aux malheurs des temps.

2Il est l’heure, semble-t-il, de passer de cette approche descriptive à une approche socio-historique permettant de comprendre la logique de la préservation, de la valorisation et de la diffusion du patrimoine ainsi défini.

3Cette approche existe déjà en pointillés à travers les études sur l’émergence de certaines professions ou catégories plus particulièrement chargées de cette conservation ou qui se sont définies grâce à cette mission. Elle peut être croisée aussi avec l’étude des institutions produites par ces catégories ou qui ont été chargées de former ces catégories. Mais elle doit aussi, comme toute histoire socio-culturelle, inclure la dimension de réception (quel public, quels usages ces groupes définissent-ils ou prétendent-ils satisfaire?). Elle doit enfin prendre en compte la dimension comparative puisque la France, du fait de son antériorité relative, a servi de modèle à d’autres nations, mais aussi parce que, en raison de son expansion territoriale (Empire napoléonien, puis colonial, aimantation des créateurs étrangers par sa capitale), elle a diffusé son modèle socio-culturel. On ne pourra qu’esquisser ce dernier aspect. Ce seront les différents points qu’on essaiera d’évoquer dans le présent essai.

Les acteurs de la construction du patrimoine

4Si l’on part de l’évidence que tout peut devenir « patrimoine » au sens actuel du terme, pourvu qu’un individu, un groupe, une institution le prenne en charge et le construise socialement comme tel pour le préserver des atteintes normales de la destruction du temps, l’opérateur social fondamental est bien cet agent de la patrimonialisation. En amont toutefois de celui-ci, afin de définir sa mission et de convaincre le reste de ses contemporains de la légitimité de sa proposition, il faut qu’existe un répertoire d’arguments et de ressources rhétoriques susceptibles d’entraîner l’adhésion. Ceux-ci dépendent eux-mêmes de l’état du rapport au temps propre à une société.

5Les deux étapes bien connues conventionnellement appelées la Renaissance (ou les Temps modernes) et l’époque post-révolutionnaire ont contribué à cette construction mentale nouvelle du temps qui a permis de valoriser, dans le premier cas, toute relique antique et, dans le second, toute relique médiévale que l’époque précédente avait stigmatisée comme gothique et barbare. La troisième étape a coïncidé avec l’expansion sans limites de la notion actuelle de patrimoine. C’est l’ère moderniste (et même post-moderniste) qui a réhabilité, par compensation, l’ancien quel qu’il soit et, en particulier, le patrimoine du xixe siècle, ou plus largement toute la société rurale disparue ou en voie de disparition au moment de ce tournant.

6Les acteurs sociaux et discursifs de ces ruptures sont clairement identifiables et même presque nominativement, ils relèvent tous d’une première catégorie, celle des écrivains d’histoire, catégorie hybride que je vais essayer de définir pour l’époque contemporaine.

Les inventeurs du patrimoine : les écrivains d’histoire

7Les pères fondateurs du patrimoine contemporain combinent le prestige indispensable en France de la grande littérature (donc la ressource rhétorique et la capacité de parler à tous) et de la vue historique perspective. Sans Chateaubriand, Nodier, Mérimée, Hugo, Guizot, leurs voyages mis en récit, leurs nostalgies mises en scène, leur vision du temps océanique où l’homme n’est plus qu’un fétu ballotté dans les orages des cataclysmes historiques, leur angoisse de la perte et leur passion restauratrice d’esthète, la manie conservatoire et inventoriale n’aurait eu aucune chance de se transformer en postes de fonctionnaires appointés, institutions publiques, bâtiments spécialisés, publications ad hoc. Temps heureux où ces écrivains étaient aussi des personnages publics capables directement ou par l’intermédiaire de leurs relations au sommet de l’État de faire mettre en œuvre par le législateur leurs envolées lyriques. Sans doute, leur génie littéraire et politique n’aurait pas suffi s’ils n’avaient pas eu devant eux un public lettré dont certains membres avaient subi dans leur patrimoine personnel ou dans le cours de leur existence familiale les effets douloureux du cataclysme.

  • 1 Voir l’ouvrage de Bénédicte Savoy (2003) qui montre que c’est grâce aux spoliations que bien des vi (...)

8Juste auparavant, les révolutionnaires eux-mêmes ont contribué volontairement et involontairement au sauvetage nécessaire : par la politique de nationalisation des biens privés ou le pillage des pays étrangers1, mais aussi en fonction du projet pédagogique révolutionnaire : le patrimoine monarchique religieux ou aristocratique devenu bien national suscite certes le vandalisme dans la phase radicale de la Révolution en raison des symboles de despotisme ou de superstition dont il est porteur, mais, en même temps, comme l’a montré Françoise Choay, les responsables politiques, selon l’idéologie de la grande nation, veulent en faire des instruments d’éducation et de formation civique puisqu’ils sont le fruit du travail du peuple et du génie français (Choay 1992 : 83-93).

  • 2 Nom pris par le Louvre pendant la période impériale.

9Après la phase néomonarchique impériale où le patrimoine (voir le musée Napoléon2) redevient un instrument au service de la gloire du souverain, la nouvelle conception du patrimoine comme bien public à préserver et instrument d’éducation et de prise de conscience du temps historique écoulé est prise en charge par les écrivains cités plus haut en liaison avec une monarchie modeste dont le souverain s’efface volontairement derrière le drapeau tricolore. Seule la monarchie de Juillet pouvait réaliser cette réconciliation puisque ses fondateurs étaient du côté de 1789 et non parties prenantes dans le débat sut les spoliations, comme c’était le cas pour les dirigeants du régime antérieur (voir la loi dite du milliard des émigrés et l’effort de restauration de l’ancien statut de l’Église).

10Ce qu’apportent les écrivains cités à la nouvelle construction patrimoniale, c’est le regard esthétisant qui neutralise la passion politique et religieuse éventuellement attachée à d’anciens monuments. En effet, avec cette approche nostalgique, l’incroyant et le croyant peuvent vouloir préserver cathédrales et églises, le premier comme cadre approprié à une sensibilité inquiète devant les dégâts causés à l’ancien paysage urbain par le progrès, le second comme lieu où il pourra renouer, par-delà la Révolution et l’incroyance du xviiie siècle, avec la société organique que symbolisait la communauté chrétienne réunie dans ces lieux et que les églises modernes néoclassiques ou néogothiques ne parviendront jamais à égaler faute de ce soutien populaire.

11Chateaubriand qui a inauguré ce nouveau regard en 1802 dans le Génie du christianisme souligne, dans les Mémoires d’outre-tombe, la filiation entre son œuvre et la politique du régime de Juillet qu’il n’apprécie pas. Il prend en même temps ses distances avec l’idolâtrie du gothique et, sans le nommer, avec son jeune rival Victor Hugo :

C’est encore à cet ouvrage que se rattache le goût actuel pour les édifices du Moyen Âge : c’est moi qui ai rappelé le jeune siècle à l’admiration des vieux temples. Si Ton a abusé de mon opinion; s’il n’est pas vrai que nos cathédrales aient approché de la beauté du Parthénon ; s’il est faux que ces églises nous apprennent dans leurs documents de pierre des faits ignorés; s’il est insensé de soutenir que ces mémoires de granit nous révèlent des choses échappées aux savants bénédictins ; si à force d’entendre rabâcher du gothique on en meurt d’ennui, ce n’est pas ma faute. Du reste, sous le rapport des arts, je sais ce qui manque au Génie du christianisme ; cette partie de ma composition est défectueuse, parce qu’en 1800, je ne connaissais pas les arts : je n’avais vu ni l’Italie, ni la Grèce, ni l’Égypte. (Chateaubriand [1850] 1964 : 482)

12Une partie de ces auteurs se retrouve directement dans les institutions chargées de mettre en œuvre ce projet : Guizot, historien, professeur à la Sorbonne, haut fonctionnaire, homme d’État, fils d’un guillotiné de la Terreur, entend ainsi relier les deux France séparées par la Révolution. En restaurant les traces de son histoire dans tous les domaines – archives, monuments, diffusion de l’instruction – la nation retrouvera son héritage indivis et cette piété filiale commune apaisera à la longue les haines contemporaines. Guizot rappelle dans ses Mémoires :

J’avais à cœur, tout en servant la cause actuelle, de ramener parmi nous un sentiment de justice et sympathie envers nos anciens souvenirs, envers cette ancienne société française qui a laborieusement et glorieusement vécu pendant quinze siècles pour amasser cet héritage de civilisation que nous avons recueilli. C’est un désordre grave et un grand affaiblissement que l’oubli et le dédain de son passé. (F. Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, cités in Darcos 1998 : 149)

13Nommé ministre de l’Intérieur, il crée, en 1830, le poste d’inspecteur général des Monuments historiques, puis, devenu ministre de l’Instruction publique (de 1832 à 1837), il fonde en 1835, le Comité des arts et monuments, rattaché à son ministère. En 1837, il institue la Commission des monuments historiques, chargée de dresser un inventaire des monuments anciens : y figurent Ludovic Vitet, le premier inspecteur général, ancien collaborateur du Globe, proche de Casimir Perier dont il a épousé la nièce (Darcos 1998 : 149), Mérimée, le second inspecteur de 1834 à 1860 (Poisson 1999 : 25), Vatout, ancien bibliothécaire de Louis-Philippe, le baron Taylor auteur avec Nodier des Voyages pittoresques qui ont popularisé par les gravures certains monuments, Charles Lenormant, lié à Guizot, plus tard conservateur du Cabinet des médailles, Auguste Le Prévost, antiquaire normand, le comte de Montesquiou, fils de la gouvernante du toi de Rome, deux députés intéressés par l’érudition et enfin deux architectes proches des Orléans.

  • 3 Ludovic Vitet est historien (voir Bercé 1999 : 5 et id. 2000 : 24).

14Au Comité des arts et monuments siégeait Victor Hugo lui-même3. C’est une reconnaissance du fait qu’Hugo a en effet contribué à diffuser dans un large public ce nouveau regard à travers Notre Dame de Paris (1831) et son article de la Revue des deux mondes « Guerre aux démolisseurs » (1er mars 1832). Son projet politique de défense du patrimoine s’appuie sur un diagnostic esthétique sans appel issu du romantisme :

S’il est vrai, comme nous le croyons, que l’architecture, seule entre tous les arts, n’ait plus d’avenir, employez vos millions à conserver, à entretenir, à éterniser les monuments nationaux et historiques qui appartiennent à l’État, et à racheter ceux qui sont aux particuliers. La rançon sera modique. Vous les aurez à bon marché. Tel propriétaire ignorant vendra le Parthénon pour le prix de la pierre.
Faites réparer ces beaux et graves édifices. Faites-les réparer avec soin et intelligence, avec sobriété. Vous avez autour de vous des hommes de science et de goût qui vous éclaireront dans ce travail. Surtout que l’architecte restaurateur soit frugal de ses propres imaginations ; qu’il étudie curieusement le caractère de chaque édifice, selon chaque siècle et chaque climat. Qu’il se pénètre de la ligne générale et de la ligne particulière du monument qu’on lui met entre les mains, et qu’il sache habilement souder son génie au génie de l’architecte ancien.
Vous tenez les communes en tutelle, défendez-leur de démolir.
Quant aux particuliers, quant aux propriétaires qui voudraient s’entêter à démolir, que la loi le leur défende; que leur propriété soit estimée, payée, adjugée à l’État. Qu’on nous permette de transcrire ici ce que nous disions à ce sujet en 1825 : « Il faut arrêter le marteau qui mutile la face du pays. Une loi suffirait. Qu’on la fasse. Quels que soient les droits de la propriété, la destruction d’un édifice historique et monumental ne doit pas être permise à ces ignobles spéculateurs que leur intérêt aveugle sur leur honneur; [...] Il y a deux choses dans un édifice : son usage et sa beauté. Son usage appartient au propriétaire, sa beauté à tout le monde, à vous, à moi, à nous tous. Donc, le détruire c’est dépasser son droit. »
Ceci est une question d’intérêt général, d’intérêt national. (Hugo [1832] 1985 : 188)

15Le projet politique, lui, est autoritaire et anticipe largement sur la législation future en mettant en cause la propriété privée au nom d’intérêts collectifs, esthétiques et nationaux qui ne seront pas pris en compte en France avant la fin du siècle ou même les années 1960.

16C’est à Mérimée, le second et durable inspecteur, que reviendra de faire passer dans la pratique les idées ici exprimées avec vigueur par Hugo. Il a pourtant plutôt des racines classicisantes et irréligieuses : il est le fils d’un peintre second Grand Prix de Rome (Darcos 1998 : 13-16), professeur de dessin à l’École polytechnique, et incroyant qui ne fait pas baptiser son fils en 1803 alors même qu’on est en phase de réhabilitation de la religion, un an après la publication du Génie du christianisme. Sa mère, fille d’une maîtresse de pension, petite-fille d’une femme de lettres, est également anticléricale et admire Rousseau. Ses parents lui donnent une formation de dessin qui lui servira beaucoup dans ses fonctions d’inspecteur pour effectuer des relevés sur le terrain.

17Libéral, anglophile, Mérimée se lie dans sa jeunesse à toute l’opposition libérale et romantique qui arrive au pouvoir avec 1830. Il est donc logique qu’il obtienne ce poste d’inspecteur général des Monuments historiques quand son ami Vitet devenu député y renonce. Il s’en sert pour défendre la nouvelle vision romantique du passé et des monuments historiques. Soutenu à Paris au sommet de l’État, Mérimée est en revanche un homme seul dans ses tournées harassantes. Il doit se battre contre des élites locales peu sensibles au romantisme des anciens temps, contre des architectes formés à l’admiration de l’antique, contre un clergé qui badigeonne les fresques romanes de manière intempestive, contre des ingénieurs soucieux de rationaliser les villes, de faire advenir le progrès et de frayer la voie aux chemins de fer, contre des députés enfin qui refusent toute dépense inutile.

18Ce premier projet patrimonial est donc élitiste, centraliste, volontariste, artiste, même si, çà et là, il peut être relayé par des sociétés savantes ou des antiquaires. Surtout il est partiel, limité pat le manque chronique de crédits, par les querelles entre groupes, parties prenantes, qui ne valorisent pas l’ancien de la même manière et divergent sur la meilleure manière de le préserver.

Nouveaux médiateurs

19La Troisième République voit une modification du regard patrimonial par rapport au projet romantique et guizotiste. Avant même l’extension de la sphère du patrimoine public, ce changement est lié à l’apparition de l’importante catégorie des médiateurs qui rompt avec la perspective élitiste des années 1830. Il ne s’agit plus seulement de réconcilier les élites divisées par un culte commun aux monuments de l’art et de l’histoire, il s’agit de laïciser ce culte en le faisant partager par tous, notamment par ceux que Gambetta appelle les « nouvelles couches », bref de renouer avec la nationalisation révolutionnaire du patrimoine, entendue cette fois non plus seulement comme l’appropriation par l’État des palais, cathédrales, abbayes et châteaux, de leurs trésors, de leurs livres et de leurs archives, mais comme leur prise de possession symbolique par toute la nation. Entreprise non formulée explicitement par le régime avant le gouvernement du Front populaire et rendue utopique par le faible niveau culturel de la majorité, par son éloignement des monuments ou des institutions patrimoniales concentrées principalement dans les grandes villes et singulièrement à Paris alors que l’immense majorité des Français est rurale, ouvrière et d’instruction artistique fort limitée. C’est ici qu’intervient le phénomène inédit des médiateurs chargés de combler des fossés de divers ordres entre les différentes formes du patrimoine et les multiples publics potentiels. Ces médiateurs doivent être compris en des sens multiples.

20Ce peut être tout d’abord des groupes professionnels missionnés par l’État, comme les instituteurs et institutrices chargés de mettre en œuvre l’élargissement des contenus de la culture scolaire commune grâce aux manuels d’histoire et de géographie, aux images et gravures, aux leçons de choses et sorties pédagogiques. Ils introduisent de nouvelles formes du patrimoine national, autres que le patrimoine le plus consacré par les élites : lieux marqués par l’histoire, souvenirs historiques locaux, monuments modestes mais notables pour l’identité de la petite patrie, objets et usages élevés au statut de reliques des anciennes coutumes, collectes de proverbes, contes et chansons qui relaient les entreprises des premiers ethnographes, animation de sociétés d’histoire locale, monographies villageoises dont le ministère de l’Instruction publique encourage la confection et qui forment ainsi des archives pour tous les Français (voir Chanet 1996).

21Ce sont aussi des instruments nouveaux de transmission de la représentation des reliques du passé : représentations imagées sur des objets d’usage courant (assiettes, bibelots, gravures, photographies, etc.), périodiques illustrés de vulgarisation ou suppléments illustrés des quotidiens populaires qui diffusent l’image de monuments historiques, statues, peintures, paysages urbains invisibles concrètement – les voyages sont encore rares –, littérature de grande consommation qui met en scène épisodes et personnages liés à ces diverses formes de patrimoine. C’est au cours de cette période que tous ces nouveaux supports symboliques atteignent des tirages et des ventes véritablement importants. Notre-Dame de Paris, Les Trois Mousquetaires, certains historiens romantiques porteurs de la vision romantique du patrimoine touchent enfin le public de masse qu’ils n’avaient pas atteint au moment de leur publication sous la monarchie de Juillet. Ces représentations du patrimoine le plus noble se déclinent aussi à travers des éléments de la vie quotidienne qu’il n’est même pas besoin d’acheter ou d’emprunter pour en être imprégné : c’est le cas des affiches de chemin de fer qui présentent certains monuments caractéristiques des villes inconnues du commun des Français, des publicités contenues dans les journaux ou magazines, de la politique de marquage de l’espace public par des rappels historiques sous formes de statues, plaques, noms de rue et de place, figures des timbres, monnaies et médailles dont la Troisième République marque l’apogée incontesté et qui ne concernent pas seulement la France urbaine.

22On peut prendre comme indice de ces choix de divulgation la table des monuments ou villes représentés dans le best-seller lu par des millions d’enfants Le Tour de la France par deux enfants (voir tableau en annexe p. 118). On y remarque des absences significatives qui traduisent à la fois le projet pédagogique républicain et une nouvelle lecture du patrimoine pour le plus grand nombre : aucune église ou cathédrale n’est représentée si l’on met à part le Mont-Saint-Michel d’ailleurs invoqué pour mettre en valeur un phénomène naturel, la marée. Le poids du Moyen Âge caractéristique de la vision lettrée romantique est fortement diminué puisque ne figurent plus que 7 monuments ou villes contre 12 pour l’époque moderne et 12 pour l’époque contemporaine. La période ancienne est réduite aussi par rapport à la vision patrimoniale du xviiie siècle avec un seul monument romain, les arènes de Nîmes, tandis qu’un monument gaulois (en fait imaginaire puisqu’il s’agit d’un dolmen d’après la gravure) est élevé au même statut que les autres monuments anciens. Il y a donc un renversement par rapport à l’image passéiste du patrimoine romantique et une réévaluation des temps récents. Un autre trait du livre est la reproduction de statues contemporaines pour évoquer les grands hommes du passé : Jeanne d’Arc, Cujas sont ainsi rendus présents non par une image d’Épinal ou un tableau officiel comme certains autres, mais par un monument de place publique, ce qui entérine la statuomanie décrite par Maurice Agulhon dans des travaux célèbres (Agulhon 1978 ; 1989).

23Ce patrimoine médiatisé a été fortement critiqué et a même fait l’objet d’une entreprise partielle d’éradication ou d’oubli, d’un côté par le régime de Vichy, de l’autre par les courants intellectuels élitistes choqués par cette vulgarisation excessive du regard patrimonial de leurs aînés romantiques. Double erreur qui en a fait sous-estimer l’importance à deux égards. En premier lieu, c’est à ce patrimoine représenté et ainsi omniprésent qu’on doit la massification ultérieure de la fréquentation du patrimoine réel, quand les conditions sociales (allongement des loisirs, hausse du niveau de vie), techniques (vélos, automobiles, trains accessibles), et culturelles (élévation de la scolarisation) ont été remplies. Sans ce chaînon manquant, la politique de démocratisation culturelle et patrimoniale d’André Malraux des années 1960 eût été impossible. En second lieu, l’appropriation généralisée de ce type de patrimoine, sous forme de simulacres, de modèles réduits, de fac-similés, d’icônes présents dans les lieux quotidiens (gravure ou assiette au mur, statuette sur la cheminée, carte postale collectionnée, bibelot offert, etc.), de rituels locaux (en particulier avec la multiplication des monuments aux morts après la guerre de 1914 qui placent au centre des villages la grande histoire commune à tout un peuple), déplace le regard patrimonial de l’esthétique ou de l’émotion historique vers le signe identitaire. La Révolution avait nationalisé les monuments des rois et de l’Église ainsi que leurs trésors, papiers et livres, la médiatisation universelle de ce patrimoine au cours de la période 1880-1940 l’a en quelque sorte redistribué en fonction des goûts et des capacités de chacun à travers cette petite monnaie de l’histoire répandue en tout lieu et en tout groupe. Bien entendu, il s’agit là d’un schéma idéal et théorique jamais complet, jamais achevé et toujours socialement inégal (ce qui permet aux croisés de la culture patrimoniale de toujours remettre sur le métier cette tapisserie de Pénélope), mais cette étape marque un changement majeur qui sort la première patrimonialisation de sa réserve (au double sens du mot).

24Dans le même temps, cette médiatisation universelle transforme les contenus de la notion puisque, dans tout domaine culturel, le changement de médium entraîne celui du message. Parce que tout simulacre peut être substitué au patrimoine réel représenté, ce simulacre désacralise ce patrimoine et devient lui-même partie de ce patrimoine global, si modeste soit sa valeur, puisqu’il fixe un état fugitif qu’un temps ultérieur peut effacer. Photos ou cartes postales d’un monument pris en 1900, pieusement conservées pour des raisons familiales dans quelque album, enveloppe ou tiroir, deviennent morceaux du patrimoine de souvenirs d’une famille mais aussi parfois les archives du monument si celui-ci a été altéré, restauré ou détruit depuis. L’archivage de ces nouvelles formes de patrimoine, non prises en compte à l’époque romantique, s’étend de proche en proche à chaque innovation technique de reproduction et de diffusion du réel : sons (archives de la parole pour fixer le patrimoine linguistique entreprises dans l’entre-deux-guerres), films, bandes magnétiques, vidéos, documents numérisés.

25Surtout, en abolissant les hiérarchies entre objets historiquement ou esthétiquement dignes ou indignes du patrimoine, la médiatisation détruit toute limite fixée a priori à la patrimonialisation, comme c’était encore le cas au xixe siècle. On met en général ce phénomène en liaison avec la seule marche du temps ou du changement du goût pour rendre compte du changement de statut des réalités incluses ou non dans le patrimoine national possible. La loi de 1913 sur les monuments historiques entérine l’acquis du xixe siècle, tandis que celle de 1930 sur les sites prend en compte le processus de médiatisation puisque le monument ou, plus largement, l’ensemble à conserver, naturel ou non, est désormais inscrit dans son cadre social. Il faut attendre la loi du 4 août 1962 pour que cette prise en compte de la pression sociale sur le patrimoine soit étendue avec la loi sur les secteurs sauvegardés, aussi appelée loi Malraux. Cela intervient au moment de l’accélération de la modernisation française (extension des villes, réseaux d’autoroutes, urbanisation littorale, rénovation des quartiers dégradés du xixe siècle) qui rend les lois antérieures insuffisantes. Il s’agit de s’intéresser à des ensembles urbains ou naturels relevant de la propriété privée et touchés par la fièvre de la promotion immobilière de ces années. C’est Michel Debré, Premier ministre et conseiller général d’Indre-et-Loire sensibilisé par les demandes de ses électeurs de Richelieu financièrement incapables d’entretenir et de restaurer leur ville, qui accélère un projet alors en panne depuis 1959 (Laurent 2003 : 170-171). Il est significatif que ceux qui résistent à ces contraintes sur la propriété qu’implique la nouvelle loi soient, d’un côté, le député maire de Versailles qui a le sentiment que l’État le dépossède de tout pouvoir sur sa ville, à travers l’extension du périmètre protégé du château et, d’autre part, des députés indépendants de la droite libérale hostiles à la remise en cause de l’initiative individuelle.

26Mais ce processus législatif ne suffit pas pour expliquer pourquoi ce qui ne relève ni du goût (les objets techniques, les bâtiments industriels, les costumes, etc.), ni du temps historique (les paysages, les espèces, la flore, les sites) a pu se trouver inclus dans le processus patrimonial. À mon sens, c’est parce que les élites qui avaient lancé le mouvement ont à leur tour été prises par l’effet en retour de la diffusion partout de cette appropriation des simulacres : représenté dans son état de 1900 sut des cartes postales ou des affiches tirées à des millions d’exemplaires, le paysage qui entoure le pont du Gard ne peut plus changer sous peine de susciter le mécontentement de ceux qui ne reconnaîtraient pas l’image fixée et vue antérieurement quand ils s’y rendent.

27De même, reproduite à des milliers d’exemplaires sur des calendriers ou dans des catalogues d’exposition, la montagne Sainte-Victoire, peinte par Cézanne, doit rester conforme, dans les siècles des siècles, à ce que voyait l’ermite des années 1890. C’est ainsi qu’en 1969 la menace qui pèse sur ce site classé, due à l’élargissement d’une route entre Aix-en-Provence et le Tholonet, suscite l’intervention du ministre de la Culture qui envoie sur place le directeur de l’architecture. Ce dernier s’oppose catégoriquement au projet de l’Équipement (ibid : 140).

28Vendues à des dizaines de millions d’exemplaires les figurines de la tour Eiffel et du Sacré-Cœur rendent ces monuments – honnis par tout un courant intellectuel au moment de leur érection – intouchables pour les générations futures qui né les apprécieraient pas. On se rappelle pourtant qu’en 1887 un manifeste vigoureux avait dénoncé l’attaque contre le paysage parisien constituée par la construction de la tour. De même Zola dans son roman Paris, en 1897, imaginait un projet d’attentat anarchiste pour détruite la basilique considérée par l’extrême gauche comme une insulte au passé révolutionnaire de la capitale.

Transformation sociale des institutions patrimoniales

Extension du passé à préserver

29Cette magie sociale du phénomène patrimonial engagé dans une course sans fin à l’universel dans son acception comme dans son usage social se décline dans toutes les institutions qu’il a fait naître. On le sait depuis longtemps pour les lieux de conservation les plus classiques sur lesquels je passerai donc vite. On est ainsi, comme l’ont montré les historiens des musées, passé du trésor, bien personnel du souverain ou de tout autre haut personnage, au musée ouvert à tous où l’on rend d’abord un culte au beau idéal, puis à la nation productrice des chefs-d’œuvre, enfin aujourd’hui de plus en plus à l’artiste singulier.

30Surtout on élargit, dès la fin des années 1860, ce qui est digne d’être conservé parmi les objets passés avec le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (1862), inspiré du musée des Antiquités du Nord de Copenhague et du Römisch-Germanisches Museum de Mayence, et le musée des Archives nationales (1867), où ce sont des documents écrits qui sont exposés. En 1889, l’Exposition universelle présente une section des trésors des églises de France. En 1893 est créée une inspection générale des Monuments historiques chargée des objets d’art ; l’inspecteur général est secondé par quatre inspecteurs et deux adjoints (Di Matteo 1997 : 143). Le nombre des musées connaît dans le même temps une poussée remarquable : 550 en 19l4 contre 30 en 1815. Tout cela oblige à multiplier les emplois de conservateurs, archivistes, bibliothécaires, restaurateurs, inspecteurs.

Tableau I : Extension du patrimoine mobilier et immobilier
Source : éditorial de Pierre Dussaul, sous-directeur des monuments historiques, in Monuments historiques, 1976/4, cité in Bercé 2000 : 170-171.

31Les limites du patrimoine à préserver débordent aussi la définition romantique à partir des années 1880. Avec le musée d’Ethnographie, créé à l’occasion de l’Exposition universelle de 1878, le patrimoine sort des frontières nationales et surtout s’intéresse à des objets sans valeur artistique aux yeux des canons du temps ou issus de la vie quotidienne et provinciale, puisqu’on y trouve une salle consacrée à la France rurale (Dias 1991). Le musée Carnavalet, voué à l’histoire de Paris (1880), le musée Guimet (1885) et le musée Cernuschi (1898) consacrés aux arts d’Orient et d’Extrême-Orient, ou encore le musée de l’Armée (Barcellini 2001, et, plus généralement, Georgel 1994) consacré à la fois à la vie militaire et à l’histoire de la nation en armes (1905) confirment cette extension du patrimoine hors des canons hérités.

32La fonction d’exposition change également avec les nouveaux musées d’art liés à une personnalité, à un style ou à une époque récente. L’encyclopédisme et le bric-à-brac des anciennes collections laissent place à l’approche partielle et thématique où le visiteur est transporté dans un autre monde, comme il était censé l’être en pénétrant dans le monument romantique. Surtout la sacro-sainte coupure passé/présent est transgressée quand il s’agit de rendre hommage à des personnalités quasiment contemporaines : les musées Victor-Hugo (1902) et Gustave-Moreau (1903) sont, au-delà du donateur éponyme, des musées du xixe siècle romantique et symboliste avant la lettre. Le musée d’Ennery (1906) et le musée Jacquemart-André (1913), fondations d’origine privée, sont des musées d’intérieurs recomposés du xviiie siècle, une époque considérée alors comme l’apogée du goût français (Silverman 1994). Le musée des Arts décoratifs (1897) est également une initiative privée qui se fixe un but pédagogique de formation du goût des artisans des générations futures par le rassemblement des beaux objets décoratifs du passé (Brunhammer 1992).

33De même, les fonds privés de papiers et manuscrits, petit « tas de secrets », pour détourner la formule de Malraux, sont devenus, au cours du xxe siècle, des archives classées et accessibles, inventoriés et indexées avec la multiplication des institutions spécialisées publiques ou privées : par exemple l’IMEC (Institut mémoires de l’édition contemporaine) près de Caen ou le Deutsches Literaturarchiv de Marbach en Allemagne, les Archives nationales du monde du travail à Roubaix, les archives constituées pat certaines grandes entreprises ou syndicats, etc.

Des institutions de mobilisation

  • 4 Association qui cherchait à favoriser le tourisme notamment en développant les routes touristiques (...)

34Parallèlement à cette mutation des définitions des institutions traditionnelles de conservation, apparaissent des institutions de mobilisation en faveur du patrimoine : le Touring Club de France4 date de 1890, la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France de 1901 (le président est un académicien français, Sully Prudhomme, toujours l’empreinte des écrivains), la Sauvegarde de l’art français, fondée en 1921, destinée à conserver les églises rurales, la Demeure historique, fondée en 1924, les Vieilles maisons françaises, créées en 1958 pour réunir les propriétaires de monuments historiques privés. Elle compte actuellement 20 000 adhérents revendiqués et publie une revue diffusée dans les kiosques, la Ligue urbaine et rurale est due à l’initiative d’un autre écrivain Jean Giraudoux. On peut citer aussi Maisons paysannes de France (1965), la Société des villes d’art, les associations locales de restauration (par exemple la Renaissance du Vieux-Lyon) ou l’association Remparts qui en fédèrent de nombreuses. En 1980 leur nombre était estimé à six mille (Leniaud 2001 : 59). Si elles comptent entre quelques dizaines ou quelques centaines de membres, cela représente un potentiel de militants du patrimoine de plusieurs centaines de milliers de personnes.

35Cette phase a été suivie, elle aussi, par un troisième mouvement social, analogue à la médiatisation et à la divulgation évoquée plus haut. Comme pour les monuments, on est passé du projet de conservation, préservation, restauration, à celui de démultiplication, diffusion, reproduction. Même si les techniques modernes rendent théoriquement possible cette mise à disposition du plus large public, il est clair que ce projet d’une industrie culturelle du patrimoine est partiellement contradictoire avec le premier : en premier lieu parce que les ressources nécessaires aux deux projets entrent en compétition tant qu’on reste dans le cadre d’une gestion publique des fonds et des personnels. En second lieu, ressources et personnels ne peuvent être extensibles à l’infini alors qu’en même temps l’explosion des patrimoines documentaires (images fixes, images animés, supports magnétiques) nés des nouvelles techniques a multiplié les trésors fragiles à préserver ainsi que la demande de consultation par des publics de plus en plus divers.

36Si l’on se limite au cas français, le fait d’avoir rattaché l’ensemble de ces institutions au même ministère produit un effet pervers, puisqu’on met en concurrence, dans les arbitrages financiers, les diverses formes de patrimoine dont les héritages budgétaires et les prestiges sociaux et politiques sont fort inégaux. Dès qu’on rentre dans des périodes de croissance modérée de la dépense publique ou même d’économies, certaines formes du patrimoine (les moins visibles, les moins sociales, les moins chères, bref celles en papier) pâtissent de la nécessité du maintien des gros programmes patrimoniaux qu’il est difficile d’arrêter sans absurdité. La réponse à l’innovation technique ou aux nouvelles demandes s’en trouve retardée ou oubliée. Le récent mouvement des archivistes (2001) (voit Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine 2001) en faveur de la création d’un nouveau site d’archives en région parisienne pour faire face à la saturation et au caractère obsolète du site central et de l’annexe de Fontainebleau a traduit cette prise de conscience et ce combat à armes inégales face aux « grands travaux » du président, aux nouveaux musées de prestige voulus d’en haut, aux grands monuments historiques plébiscités par le public, et aux mastodontes du spectacle vivant à l’appétit insatiable. Au budget 2005, sont bien prévus dix-huit millions d’euros pour la mise en œuvre d’agrandissements aussi bien à Fontainebleau, que pour un projet nouveau à Pierrefitte ou sur le site ancien des Archives (ministère de la Culture 2005 : 59). Mais cette somme qui est le cadeau arraché par la mobilisation des archivistes et des historiens est à comparer aux investissements pour le reste du patrimoine :

Tableau 2 : Les investissements de l’État dans le patrimoine monumental

37Le patrimoine monumental représente dans les dépenses en capital par l’État 42 à 45 % des crédits de paiements d’investissement votés (KPMG 2002). Comme secteur du budget de la culture, les archives ne représentent toujours qu’un dixième des musées nationaux et un seizième du patrimoine monumental, d’après les prévisions du budget 2005.

Réception

Quels publics ?

38Les premiers groupes et publics organisés mobilisés en faveur du patrimoine architectural furent les membres des sociétés savantes qui se multiplient au xixe siècle en particulier dans le domaine archéologique et historique (Chaline 1995).

Tableau 3 : Répartition du nombre des sociétés savantes entre Paris et les départements. Source : Chaline 1995 : 35-47

39Comme le note Jean-Pierre Chaline, les sociétés parisiennes se présentent non comme parisiennes mais nationales dans leur intitulé même : Société nationale d’agriculture, Société géologique de France, Société d’histoire du protestantisme français. Ce statut à part transparaît aussi dans le fait qu’elles se dotent de correspondants en province ou à l’étranger (ibid. : 47). Selon que l’on raisonne en termes purement quantitatifs ou également qualitatifs, on peut donc tirer des enseignements contradictoires de cet indicateur de la sociabilité scientifique parisienne. L’expansion des sociétés savantes en province rééquilibre le centralisme du premier xixe siècle. En revanche, si l’on distingue professionnels et amateurs, activités à rayonnement international et activités locales, la prééminence parisienne reste inentamée en raison du rôle régulateur central des établissements universitaires et des académies comme armature des sociétés savantes les plus influentes à l’échelle nationale. Socialement leurs membres se recrutent dans la bourgeoisie des capacités et la fonction publique ou l’enseignement. Ils sont donc homologues des rénovateurs du patrimoine évoqués plus haut : archivistes et bibliothécaires locaux, conservateurs de musées, professeurs, fonctionnaires moyens ou supérieurs (Chaline 1995 : 109). Quantitativement, ils forment un public considérable dont une grande partie tournée vers le patrimoine, bon nombre de ces sociétés s’intéressant à l’histoire, à l’archéologie ou au patrimoine rural. Jean-Pierre Chaline évalue les effectifs à l’apogée à 200 000 personnes (ibid. : 9). Même si entre le tiers et la moitié seulement ont un goût pour le patrimoine, on est dans les mêmes ordres de grandeur que le lectorat contemporain des archives. On compte en effet 22 000 lecteurs aux Archives nationales en 1960, 43 000 en 1969, 78 000 en 1979 et, en incluant les archives communales 177 000 en 1988, 284 500 en 1998 (Mourier 2001 : 34). En 2001 on dénombre 12 400 lecteurs et 162 000 communications aux Archives nationales et 163 000 lecteurs et 3 millions de communications aux archives départementales (voir http://www.culture.gouv.fr/​dep/​mini_chiff_03/​fr/​frm-archi.htm).

Les publics des musées et monuments

40Pour les musées et monuments historiques nationaux, on passe à des publics de taille incommensurablement plus grande, à l’échelle des millions :

Tableau 4 : Les huit monuments appartenant à l’État les plus visités (en millions).

Source : http://www.culture.gouv.fr/​dep/​mini_chiff_03/​fr/​frm-mus.htm

41Ce palmarès est intéressant puisque, parmi les monuments les plus visités, on relève six monuments médiévaux et deux seulement récents, du xixe siècle, l’Arc de Triomphe et la tour Eiffel. Leur attrait est d’ailleurs ambigu : il est probable que c’est moins leur architecture ou leur signification historique (nulle pour la tour Eiffel ; brouillée pour l’Arc de Triomphe, investi à la fois par l’Empire et la guerre de 1914) que leur fonction de piédestal permettant de voir toute la ville et de réitérer le fameux « À nous deux maintenant » de Rastignac.

Tableau 5 : Les musées nationaux les plus visités.

Source : http://www.culture.gouv.fr/​dep/​mini_chiff_03/​fr/​frm-mus.htm

42La prime à l’ancien se retrouve également dans les niveaux de fréquentation des musées les plus populaires. On va du classique (Louvre, Versailles) au moderne (musée Picasso) en passant par le xixe siècle incarné par la science et le musée d’Orsay. Le monument historique reste fixé sur le modèle romantique même dans le tourisme de masse, tandis que le musée, inventé à l’époque néo-classique de la Révolution française, demeure dominé par la norme classique. Ce poids de l’inconscient historique sur le goût patrimonial se confirme à propos des musées quand on en étudie la sociologie des publics.

43La sociologie n’a commencé à s’intéresser au public des institutions patrimoniales que dans les années 1960. La cellule de recherche du ministère des Affaires culturelles a commandité par exemple à cette époque une enquête à Pierre Bourdieu et Alain Darbel dont les premiers résultats sont présentés au colloque de Bourges et publiés dans L’Expansion de la recherche scientifique (Bourdieu et Darbel 1964). Les résultats sont développés dans un ouvrage publié en 1966 (Bourdieu et Darbel 1966). Le but est militant, il s’agit de mettre en place dans ce type d’établissement la politique volontariste initiée dans le domaine théâtral par Jean Vilar dès le lendemain de la guerre ou dans les maisons de la Culture pour le spectacle vivant qui tenait particulièrement à cœur à André Malraux. Les résultats confirment le lien entre l’origine sociale et la formation culturelle et la fréquentation du musée : « le visiteur modal est bachelier » (ibid. : 631) à une époque où 10 % seulement d’une classe d’âge arrivait au bac. Les auteurs invoquaient également l’intensité de la pratique touristique et les formes cultivées de celle-ci comme un écran supplémentaire par rapport au seul loisir. Ce schéma permettait de prévoir, avec l’expansion alors en cours des loisirs et de la scolarisation, un accroissement progressif du public des musées, mais les auteurs insistaient aussi sur la nécessité de prévoir des politiques (scolaires ou muséales) s’attaquant aux obstacles spécifiques que sont le sentiment d’indignité culturelle et l’incompréhension, faute de présentation adéquate ou de préparation pédagogique. On a vu précédemment les effets des médiatisations sur le rapport au patrimoine historique sous la Troisième République. À l’aube de la Cinquième République, les sociologues retrouvaient le même problème pour les aspects plus élitistes du patrimoine. Trente ans plus tard, les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français montrent que les préconisations incitatives n’ont pas suffi à réduire l’écart entre patrimoine ordinaire et patrimoine d’élite (Donnat et Cogneau 1990) : ce sont toujours les mêmes monuments et musées les plus médiatisés et accessibles qui drainent le gros du public en dépit de l’élévation considérable du niveau d’instruction (60 % d’une classe d’âge au baccalauréat), comme on vient de le voir. Sans doute, tous les chiffres absolus soulignent la croissance des publics en fonction de la prévision réalisée des sociologues : hausse du niveau de vie + loisirs + ouverture scolaire + activisme culturel = augmentation de la fréquentation. Mais les hiérarchies des pratiques patrimoniales sont inchangées et se relient toujours aux mêmes facteurs socioculturels : le niveau social, le niveau d’instruction, la résidence urbaine et en particulier en région parisienne, l’aisance financière et l’âge, les jeunes générations, sollicitées par d’autres produits culturels modernes, étant moins faciles à convaincre par les moyens pédagogiques traditionnels de la nécessité de poursuivre, au-delà de la période scolaire, les pèlerinages organisés par leurs enseignants (ibid.).

44En 1973, 32 % des Français de 15 ans et plus ont visité un monument historique dans l’année (ce taux est tombé à 28 % en 1988) tandis que la proportion des fervents du patrimoine (plus de cinq visites) a gagné deux points de 22 à 24 %. Les musées, au cours de la même période, ont accru leur audience (de 27 à 30 % des Français) aussi bien générale que chez les fervents (+ 1 % en quinze ans), mais il est possible que cela tienne au changement des types de musée proposés dans la période (c’est le moment de la multiplication des musées thématiques ou régionalisés au détriment des musées de patrimoine classiques). En termes sociologiques, la démocratisation semble en panne puisque, malgré l’augmentation du nombre des visiteurs, la part des catégories les moins aisées ou les moins cultivées a plutôt tendance à décliner en chiffres absolus : le patrimoine reste principalement fréquenté de manière assidue par les cadres supérieurs, les professions libérales et les cadres moyens. Ce sont donc toujours les groupes les plus proches de ceux qui ont construit historiquement la notion de patrimoine qui s’y reconnaissent.

Quels usages?

45Au-delà des schémas sociologiques bien connus sur l’éloignement culturel, le manque de repères, l’éloignement physique (concentration d’une partie importante des monuments et musées les plus riches et prestigieux en région parisienne), il faut invoquer d’autres phénomènes dans cette stagnation relative, malgré le fait que cette période coïncide avec celle de l’exaltation du patrimoine. Il est clair tout d’abord que la conscience nationale (qui allait de pair au cours du xixe siècle avec l’émergence de la culture-patrimoine comme valeur collective) est en perte de vitesse et que trois évolutions sociologiques et culturelles importantes ne font que l’aggraver :

  1. le refus puis la suppression du service militaire au cours des années 1990 éloignent encore un peu plus la jeunesse non diplômée et non urbaine des valeurs patriotiques et du patrimoine de souvenirs historiques qui s’y rattache ;

  2. la baisse accélérée de la pratique religieuse (or une grande partie des monuments historiques est constituée de monuments religieux et elle fournissait l’un des seuls contacts entre patrimoine local et catégories modestes),

  3. l’hétérogénéité croissante des origines des Français qu’ils soient issus de parents français (nés en France ou rapatriés), naturalisés ou fils d’immigrants. Tout cela éloigne le public ordinaire (c’est-à-dire les groupes d’origine modeste et de niveau culturel bas) du maintien dans la ferveur patrimoniale très liée à « une certaine idée de la France » selon la formule bien connue du général de Gaulle.

46On pourrait objecter que la médiatisation a été encore surmultipliée pendant les années 1970-1990 par rapport aux années 1880-1950. Elle devrait donc produire des effets similaires à ceux qu’a connus l’entre-deux-guerres pour la conquête des nouveaux publics. Il existe une première différence : l’appropriation ancienne par des simulacres reposait sur des images fixes et des supports de plus en plus économiques. Les équivalents actuels ont des caractéristiques inverses : ils supposent des équipements sophistiqués : magnétoscope (pour les vidéos de visites de musée ou de monuments), lecteurs de DVD, ordinateurs personnels. Ils se sont certes diffusés dans la population depuis le milieu des années 1980 mais d’abord parmi les groupes les plus nantis culturellement et économiquement, si bien que la statistique de 1988 ne peut encore en enregistrer les effets sur les couches moyennes et modestes moins équipées à l’époque. Quand ceux-ci y accéderont, il est probable qu’ils ne privilégieront pas ce type d’usage qui suppose par ailleurs un contact physique avec le patrimoine (produits dérivés après visite) pour avoir un sens.

47Par ailleurs, si l’offre de télévision et de supports magnétiques accessibles a explosé depuis le milieu des années 1980, les produits et les chaînes nouvelles offertes, mues par des considérations de rentabilité, se sont concentrés sur les segments les plus larges du public. Ils ont donc privilégié, selon le secret de Polichinelle récemment dévoilé par le vice-président de TF1, les produits télévisuels les plus à même de préparer le consommateur à absorber la publicité pour les produits de grande consommation et non les produits culturels évolués. La télévision de l’âge héroïque, celle que j’ai moi-même connue enfant, très liée à l’État, où exerçaient beaucoup d’intellectuels reconvertis et admirateurs des idéaux du Front populaire, laissait une place non négligeable à des émissions à fort contenu culturel et notamment historique comme « La caméra explore le temps » (Veyrat-Masson 2000). Une émission comme les « Chefs-d’œuvre en péril » de Pierre de Lagarde s’était même vouée à la défense du patrimoine menacé. Elle survit aujourd’hui sous forme de DVD diffusé par un éditeur catholique Églises de France. Une émission de « La Fabrique de l’histoire » lui a été consacrée le 15 mars 2004 sur France Culture qui en fait un héros du patrimoine :

En 1962, Pierre de Lagarde enquête pour la radiodiffusion française, sur la disparition d’une statue dans une église de campagne, les responsables sont le curé et le maire... En dénonçant ce scandale, Pierre de Lagarde reçoit un courrier abondant et enthousiaste, il décide de créer son émission désormais célèbre « Chefs-d’œuvre en péril » qui pendant trente ans rythmera les week-ends des Français sur Antenne 2.
Au cours de ces trente années, il dénoncera le vandalisme, récompensera les sauveteurs bénévoles, mais surtout, en faisant connaître les églises, châteaux forts, moulins, manoirs, lavoirs, chapelles, usines, manèges, jardins, quartiers anciens, fontaines etc. ; et en se faisant le porte-voix des associations de sauvegarde du patrimoine, il contribuera à l’élargissement de la notion même de patrimoine, mais aussi peut-être à la création de la direction du Patrimoine en 1978 et au lancement de l’Année du patrimoine en 1980 qui précédera les désormais traditionnelles Journées du patrimoine. (http://sites.radiofrance.fr/​chaines/​france-culture2/​émissions/fabrique/fiche.php ?diffusion_id=20472)

48Une autre émission, « La France défigurée » de Michel Péricard (décédé en 1999) et Louis Bériot, s’inquiétait des atteintes à l’environnement et au patrimoine naturel et contribuait à l’élargissement du patrimoine à l’environnement naturel et familier (Péricard et Bériot 1973). En dehors des chaînes les plus élitistes (comme Arte) ou thématiques et câblées (comme la chaîne Histoire), dont les publics sont les publics traditionnels du patrimoine, les grandes chaînes généralistes ne proposent plus aujourd’hui d’émissions équivalentes pour entretenir la ferveur patrimoniale. Isabelle Veyrat-Masson montre que le temps consacré par les téléspectateurs à regarder des émissions historiques n’a cessé de baisser malgré l’explosion de l’offre. Le choix de déplacer ce type d’émission vers la fin de soirée contribue à les réserver aux publics conquis d’avance, donc toujours aux mêmes catégories sociales (Veyrat-Masson 2000 : 410-412).

49Les équivalents actuels des produits où le rapport au patrimoine occupait une place non négligeable susceptible de remplir le rôle des anciens médiateurs sont des films ou fictions reposant sur la nostalgie d’une France perçue à travers des stéréotypes archaïsants donc décoratifs et anhistoriques ou sur leur parodie.

50Parmi les succès cinématographiques de ces dernières années révélateurs du rapport au passé de la culture destinée au large public, on peut ainsi citer Les Visiteurs où l’anachronisme est une manière de se débarrasser de l’histoire et de prouver la supériorité, malgré tout, du présent sur ce passé médiéval encombrant qui resurgit à travers une opération magique. La leçon du premier épisode est claire, le valet ridicule et franchouillard, proche du gros des spectateurs, préfère le xxe siècle durant lequel ses héritiers jouissent de la liberté et de l’égalité tandis que le seigneur est incapable de comprendre cette société cul par-dessus tête où les manants et les bourgeois tiennent la dragée haute aux descendants des aristocrates. Ce dernier n’a qu’une hâte : retourner dans son monde de châtelain. Sans peut-être le vouloir, ce film vu par des millions de spectateurs rappelle ainsi au grand public la différence des temps et la distance sociale qui le sépare de ces aristocrates, lesquels, aujourd’hui, par nécessité économique le reçoivent dans leurs châteaux reconvertis en lieux touristiques.

  • 5 Film américain sorti aux États-Unis en décembre 2003 et en France en mars 2004.

51À l’inverse, d’autres succès cinématographiques récents répondent à l’attrait du nouveau patrimoine en expansion depuis les années 1980 : un patrimoine habité par des homologues des spectateurs que l’art de la reconstitution des décors ou les effets spéciaux permettent de retrouver inchangé par la magie de l’image et de revivre de l’intérieur loin des fastes des grands de ce monde dont on déserte les palais : ce peut être l’école de la Troisième République ou le Marseille de la Belle Époque avec l’adaptation des deux premiers volets de la trilogie Souvenirs d’enfance de Pagnol, La Gloire de mon père et Le Château de ma mère. Ce peut être la vie quotidienne fort bourgeoise d’un peintre hollandais du xviie siècle, Vermeer, avec le récent film La Jeune Fille à la perle du cinéaste américain Peter Webber où chaque plan donne l’impression d’être un tableau de Vermeer devenu scène animée et vivante5.

52Ce détour par l’audiovisuel nous ramène en fait aux pratiques patrimoniales actuelles. Ces dernières ne font en réalité que prolonger des gestes anciens issus de la culture religieuse, en particulier le pèlerinage. Dans certains lieux, comme Rome, la ferveur religieuse et la ferveur touristique un moment concurrentes (quand la Rome antique faisait de l’ombre à la Rome catholique) s’épaulent réciproquement lors des années saintes ou des Jubilés.

53Dans des lieux plus obscurs et à peine émergents, on voit naître des pratiques patrimoniales qui rappellent la naissance du culte des saints au Moyen Âge. En effet, le souvenir d’une personne mythifiée pour telle ou telle raison transforme le lieu en patrimoine intouchable alors qu’il n’avait a priori que peu de valeur ou n’était même qu’un pur artefact. Aujourd’hui encore certaines tombes du Père-Lachaise attirent des foules en proie à la remémoration. Le xixe siècle a également inventé la patrimonialisation de maisons ordinaires habitées cependant par un illustre personnage ce qui les voue à la muséification.

54Je prendrai un exemple tout récent tiré de la presse quotidienne pour montrer la poursuite de ces phénomènes. Dans Le Monde du 28 octobre 2004, on peut lire :

La ville de Charleville-Mézières, que le poète détestait, a racheté et aménagé l’immeuble où il vivait en famille avant sa fugue vers Paris. Le conservateur en chef des musées explique le paradoxe du lieu : « Il ne restait rien de la famille Rimbaud. En outre, Arthur n’a pas écrit ici. Nous ne pouvons donc pas reconstituer une maison d’écrivain au sens habituel du terme. » (Le Monde, 28 octobre 2004 : 25)

  • 6 Nathalie Heinich évoque le même phénomène à propos de Van Gogh. Les étapes de sa vie muséifiée form (...)

55On a donc créé une maison qui évoque non la stabilité mais le voyage, une « Maison des ailleurs ». Tout se termine bien sûr par un document vidéo qui évoque l’Ethiopie où Rimbaud a terminé sa courte vie. Qu’est-ce que le patrimoine ici et quel public vise-t-il ? Nous nous trouvons dans la logique pure du « lieu de mémoire », mais ce lieu est lui-même composé non de pierres ou de pièces mais de simulacres évoquant d’autres lieux lointains. On pourrait s’interroger sur la nécessité de faire un pèlerinage à Charleville pour découvrir des documents vidéo qu’on pourrait consommer chez soi avec la même efficacité. On se place ici dans la même logique que ces spectateurs sportifs qui se rendent dans un stade ou tout autre lieu public pour voir en groupe le match sur un écran, faute de pouvoir être suffisamment proche du match réel. Le public, comme les spectateurs, vient partager un moment de ferveur pour un écrivain admiré, ce qu’il ne pourrait faire dans la banalité de son quotidien où il n’aurait pas eu au préalable l’attente de la découverte de cet espace spécifique6. Il faut surtout voir là un processus social et cognitif caractéristique de notre récent rapport au patrimoine : loin d’être dans la lignée de la recherche du sentiment du temps (le sentiment romantique de la perte, point de départ du patrimoine), nous sommes dans la tentative de l’abolition de la distance temporelle et spatiale grâce à des simulacres, en somme dans la logique magique du culte des saints et du processus identificatoire. On retrouve un phénomène déjà expérimenté pour certains monuments édifiés à la mémoire des pires atrocités du xxe siècle, comme certains lieux des combats de la guerre de 1914 ou comme le musée d’Histoire juive de Berlin de Daniel Libeskind. Ce dernier se termine par des salles censées traduire l’effroi et l’angoisse des victimes au moment de l’arrivée au stade final de la déportation. Pourtant, toutes les autres salles du musée correspondent à une narration historique fondée sur des documents et des objets où la relation ménagée entre le visiteur et le musée est identique à celle de tout autre musée d’histoire.

Conclusion

56Cette esquisse d’une sociologie historique met en valeur à la fois les ruptures historiques mais aussi les continuités entre les processus de patrimonialisation. En effet pour que ceux-ci se produisent un certain nombre de facteurs et d’acteurs sociaux sont indispensables : initiateurs, alliances politiques, publics conquis ou militants, médiations pour la diffusion, intérêts économiques et locaux, etc. Les débats actuels sont assez identiques à ceux qui agitent régulièrement la sphère de l’enseignement (les deux processus de massification et d’extension, on l’a vu, ont partie liée). Régulièrement le registre de l’inquiétude, de la dégradation, de l’échec est agité pour relancer la ferveur, les moyens, la mobilisation. C’est bien normal puisque le sentiment patrimonial romantique part de l’angoisse de la mort, de la perte, de l’irréversibilité du temps, de même que le pédagogue s’inquiète sans cesse de savoir si son message va se poursuivre de génération en génération. L’inquiétude est redoublée pour le patrimoine où interviennent dimension matérielle et dimension symbolique : à quoi bon un monument ou un musée, une archive ou une bibliothèque non visités, non consultés ? Cependant le succès de l’entreprise patrimoniale sur un plan social et politique la fragilise à nouveau, loin de la mettre à l’abri : plus un monument ou un musée est visité, plus sont mises en péril les œuvres et sacrifiée la qualité de la relation du spectateur au lieu. Il n’en demeure pas moins que l’élitisme ancien n’est plus possible, sauf dans des cercles choisis et hypocrites, la justification des dépenses énormes en démocratie ne peut être que la satisfaction d’un besoin susceptible d’être éprouvé par le plus grand nombre. Sans doute, d’autres pays de tradition privatiste ont conduit des politiques beaucoup moins dépendantes de l’État et bien plus du mécénat, de l’association et du volontariat individuel. De bons esprits, pour faire face au problème, prônent cette route de secours. Mais c’est en même temps le reniement de toute une tradition à fondement politique révolutionnaire, relancée par Guizot, confirmée et amplifiée par la Troisième République et le Front populaire, reprise par Malraux et la Cinquième République. Une partie de la société absorbée par une autre culture concurrente s’en détourne ; une autre s’y accroche. Le combat continue.

Bibliographie

Bibliographie

Agulhon, Maurice. 1978. « La statuomanie et l’histoire », Ethnologie française, 3-4 : 145-172.

— 1989. Marianne au pouvoir, L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914. Paris, Flammarion.

Andrieux, Jean-Yves. 1997. Patrimoine et histoire. Paris, Belin.

Barcellini, Caroline. 2001. Le musée de l’Armée de ses origines au milieu des années 1920 (1889-1924) muséographie et histoire militaire. Mémoire soutenu à l’université Paris-I sous la direction de Christophe Charle.

Bercé, Françoise. 1999. « Les enjeux et les contradictions de l’archéologie et de la politique sous la monarchie de Juillet et le Second Empire », in Antonia Fonyi (dir.), Prosper Mérimée : écrivain, archéologue, historien (colloque tenu à la Bibliothèque nationale de France et à l’université Paris-VII Denis-Diderot, les 23-25 janvier 1997). Genève, Droz : 3-14

— 2000. Des monuments historiques au patrimoine du xviiie siècle à nos jours. Paris, Flammarion.

Bourdieu, Pierre et Darbel, Alain. 1964. « Les musées et leurs publics », L’Expansion de la recherche scientifique, décembre, 21 : 26-28.

Bourdieu, Pierre, Darbel, Alain et Schnapper, Dominique. 1966. L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public. Paris, Minuit (Le Sens commun), 2e édition augmentée 1969.

Brunhammer, Yvonne. 1992. Le Beau dans l’Utile. Un musée pour les arts décoratifs. Paris, Gallimard.

Bruno, G. [1877] 1977. Le Tour de la France par deux enfants, cours moyen. Paris, Belin, réédition.

Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, 48-4 bis. 2001. « Table ronde : les historiens et les archives ».

Chaline, Jean-Pierre. 1995. Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France xixe-xxe siècle. Paris, Éditions du CTHS.

Chanet, Jean-François. 1996. L’école républicaine et les petites patries. Paris, Aubier.

chateaubriand (de), François-René. [1849-1850] 1951. Mémoires d’Outre-Tombe, Maurice Levaillant et Georges Moulinier (édition). Paris, Gallimard, réédition Paris, Livre de poche, 1964.

Choay, Françoise. 1992. L’allégorie du patrimoine. Paris, Seuil.

Darcos, Xavier. 1998. Prosper Mérimée. Paris, Flammarion.

Dias, Nélia. 1991. Le musée d’ethnographie du Trocadéro 1878-1908. Paris, CNRS Éditions.

Di Matteo, Colette. 1997. « L’inspecteur des Monuments historiques » in Pierre Nora (dir.), Entretiens du patrimoine, t.I : Science et conscience du patrimoine. Paris, Fayard/Éditions du patrimoine.

Donnat, Olivier et Cogneau, Denis. 1990. Les pratiques culturelles des Français 1973-1989. Paris, La Découverte / La Documentation française.

Fonyi, Antonia (dir.). 1999. Prosper Mérimée : écrivain, archéologue, historien, colloque tenu à la Bibliothèque nationale de France et à l’université Paris-VII Denis-Diderot les 23-25 janvier 1997. Genève, Droz.

Georgel, Chantal (dir.). 1994. La jeunesse des musées. Les musées de France au xixe siècle. Paris, Musée d’Orsay.

Guizot, François. [1864] 1971. Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps. Paris, Robert Laffont/Le Club français du livre, édition abrégée et présentée par Michel Richard.

— 1830. « Rapport présenté au Roi le 21 octobre 1830 pour faire instituer un inspecteur général des monuments historiques », cité in Françoise Choay, L’allégorie du patrimoine. Paris, Seuil, 1992 : 249-251.

Heinich, Nathalie. 1991. La gloire de Van Gogh, essai d’anthropologie de l’admiration. Paris, Minuit.

Hugo Victor. [1832] 1985. « Guerre aux démolisseurs », Revue des deux mondes, 1er mars 1832, repris in Œuvres complètes, Critique, vol. XI : Littérature et philosophie mêlées. Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1985 : 179-189.

Cabinet KPMG. 2002. Identification des marges de manœuvre budgétaires du budget de la Culture 2002-2006, rapport au ministère de la Culture. Téléchargeable sur le site http://www.culture.gouv.fr/culture/min/budget2003/intro.htm

Laurent, Xavier. 2003. Grandeur et misère du patrimoine d’André Malraux à Jacques Duhamel, 1959-1973. Paris, La Documentation française (Travaux et Documents).

Leniaud, Jean-Michel. 2001. « Associations à vocation patrimoniale » in Emmanuel De Waresquiel, Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959. Paris, Larousse/CNRS Éditions.

Malraux, André. 1998. La grande pitié des monuments de France : débats parlementaires, 1960-1968, réunis et commentés par Michel Lantelme. Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Ministère de la Culture. 2005. Budget 2005. téléchargeable sur le site http://www.culture.gouv.fr/culture/min/budget2005/budget2005.pdf

Mourier, J. 2001. « Politique des archives », in Emmanuel De Waresquiel, Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959. Paris, Larousse/CNRS Éditions.

Péricard, Michel et Beriot, Louis. 1973. La France défigurée. Paris, Stock.

Poisson, Georges. 1999. « Prosper Mérimée et les monuments historiques de Paris et d’Île-de-France » in Antonia Fonyi (dir.), Prosper Mérimée : écrivain, archéologue, historien (colloque tenu à la Bibliothèque nationale de France et à l’université Paris-VII Denis-Diderot, les 23-25 janvier 1997). Genève, Droz : 15-26.

Ripert, Aline. 1974. Dévots, croyants et profanes, la diffusion du patrimoine artistique par les moyens audiovisuels. Paris, La Documentation française.

Ripert, Aline et Frère, Claude. 2001. La carte postale : son histoire, sa fonction sociale. Paris, CNRS Éditions.

Savoy, Bénédicte. 2003. Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France en Allemagne autour de 1800. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/Centre allemand d’histoire de l’art (Passages, 5).

Silverman, Debora L. [1989] 1994. L’Art nouveau en France, politique, psychologie et style fin de siècle. Paris, Flammarion.

Veyrat-Masson, Isabelle. 2000. Quand la télévision explore le temps : l’histoire au petit écran, 1953-2000. Paris, Fayard.

Waresquiel (de), Emmanuel. 2001. Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959. Paris, Larousse/CNRS Éditions.

Annexes

Annexe

Monuments et sites historiques dans Le Tour de la France par deux enfants :

Notons qu’aucune église ni cathédrale à part le Mont-Saint-Michel n’est reproduite, ni aucun musée ou archives.

Notes

1 Voir l’ouvrage de Bénédicte Savoy (2003) qui montre que c’est grâce aux spoliations que bien des villes ou princes allemands ont pris conscience de la valeur de leur patrimoine et se sont préoccupés après la récupération de sa mise en valeur jusque-là négligée.

2 Nom pris par le Louvre pendant la période impériale.

3 Ludovic Vitet est historien (voir Bercé 1999 : 5 et id. 2000 : 24).

4 Association qui cherchait à favoriser le tourisme notamment en développant les routes touristiques et leur signalisation ainsi que le camping.

5 Film américain sorti aux États-Unis en décembre 2003 et en France en mars 2004.

6 Nathalie Heinich évoque le même phénomène à propos de Van Gogh. Les étapes de sa vie muséifiée forment comme un chemin de croix du peintre martyr de l’incompréhension, comme si le public actuel rachetait le péché d’absence de celui du xixe siècle (Heinich 1991).

Table des illustrations

Légende Tableau I : Extension du patrimoine mobilier et immobilierSource : éditorial de Pierre Dussaul, sous-directeur des monuments historiques, in Monuments historiques, 1976/4, cité in Bercé 2000 : 170-171.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Tableau 2 : Les investissements de l’État dans le patrimoine monumental
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 3 : Répartition du nombre des sociétés savantes entre Paris et les départements. Source : Chaline 1995 : 35-47
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Tableau 4 : Les huit monuments appartenant à l’État les plus visités (en millions).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Tableau 5 : Les musées nationaux les plus visités.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 773k

Auteur

Christophe Charle est professeur d’histoire contemporaine a l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut universitaire de France et directeur de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS/ENS). Il est l'auteur ou l’éditeur d'une trentaine d'ouvrages; il a publie en dernier lieu : Théâtres en capitales, naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne (1860-1914), Paris, Albin Michel, 2008 et dirige Le temps des capitales culturelles xviie-xxe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2009.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540