Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tente dans la solitude

 | 
Dominique Casajus

Poème

Texte intégral

1Mon cousin, j’étais hier étendu à l’entrée d’une vallée herbeuse,
Près de deux gommiers ; serais-je mort à cet instant qu’il
(n’y aurait eu personne pour me pleurer.

2J’étais tourmenté par d’amers souvenirs. Mon œil pleurait,
Mon âme était en fièvre et il n’y avait nulle part d’eau pour me
(rafraîchir.

3Toute la journée je suis resté la tête entre les mains. O mon dieu,
(Toi l’Unique

4Je t’en fais la prière, accorde-moi d’être confiant en tes desseins.
Ah, souci de la mort à laquelle aucun vivant ne peut échapper,
Ah, souci de ce tertre où une nuit on me déposera ;
Je serai au milieux des tombes, étendu moi aussi dans une étroite
(rigole ;

5Les dalles pèseront sur moi et une natte m’enveloppera.
Lorsque le cortège funèbre s’éloignera, viendra à moi l’ange
(questionneur, muni d’un lourd bâton ;

6Il parlera en arabe, langue que je ne comprend pas,
Il me dira : « l’islam veut la soumission à la volonté du Très-haut,
Celui qui se tient, l’Unique, au-dessus de nous. » Ainsi dira-t-il
(en arabe.

7Ah, pensées douloureuses et solitude écrasante qui me tue.
J’ai pris la bride de mon chameau et ma cravache de cuir bien lisse
J ‘ai saisi ma monture et j’ai voulu fuir ce lieu avant le crépuscule …

8
Poème touareg receilli en 1977.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540