Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Itinérance et vie monastique

 | 
Véronique Bouillier

Deuxième partie. Un monastère collectif (pañcayati math) : le monastère de Kadri (Karnataka)

Deuxième partie. Un monastère collectif (pañcāyatī maṭh) : le monastère de Kadri (Karnataka)

Texte intégral

1Les monastères collectifs ou communautaires (ainsi que j’ai choisi de traduire pañcāyatī) nous entraînent au cœur de la spécificité Nāth. Dans ces monastères sont mis en scène les principaux paradigmes de l’identité de la secte et s’y donne à voir la tradition qui en a assuré la pérennité. Ils constituent les nœuds d’une organisation souple, les lieux de convergence d’une population dispersée, attirant et se réunissant les trois catégories de Nāth Yogīs que nous avons distinguées : les Yogīs des monastères (maṭhdhārī), les Yogīs itinérants (ramtā) et les Jogīs de caste. Tous dépendent de ces monastères, tous participent de leur centralité.

2Pivot des formes traditionnelles d’organisation, les pañcāyatī maṭh se retrouvent l’objet des tentatives de contrôle de la part des instances dirigeantes modernes : la Yogī Mahāsabhā s’efforce ainsi de canaliser et de traduire en langage administratif des processus et des événements dont le sens naissait des légendes fondatrices.

3Nous verrons ce processus à l’œuvre dans le monastère de Kadri. Établi sur une petite colline dominant la ville de Mangalore, associé au dieu Mañjunāth, entité à l’identité complexe, le monastère Nāth ne paraît, au premier abord, guère imposant. Son histoire nous ramène pourtant aux premiers temps du Nāthisme, aux rivalités religieuses qui firent se succéder dans la région bouddhisme et jaïnisme, shivaïsme et vishnouisme, ce dont le temple de Mañjunāth porte encore témoignage.

4Pour la Mahāsabhā, le monastère de Kadri représente le centre administratif de la secte Nāth dans le sud de l’Inde, le siège de l’assemblée provinciale. Mais nous verrons que pour la tradition, si Kadri constitue en effet le point d’ancrage méridional de la secte et un axe essentiel de son organisation, cette position se justifie en faisant appel à tout un ensemble légendaire : les Nāth Yogīs, reprenant à leur compte la légende de Paraśurām – présente sur tout le territoire côtier du Karnataka et du Kerala – ont pour leur part fait de l’avatār divin de Viṣṇu le dévot de Gorakhnāth.

5Ces références fondatrices légitiment la prééminence du monastère de Kadri. Est-ce à ce titre que son supérieur reçoit le titre exceptionnel de roi, rājā, ou de Yogī-roi, rājāyogī ? Son intronisation, que nous allons étudier en détails ici, suit une procédure très particulière mettant en jeu toutes les institutions et tous les emblèmes identitaires de la secte. Si la cérémonie de consécration à Kadri emprunte directement aux intronisations royales, une longue séquence la précède, un cycle rituel qui entraîne plusieurs centaines de Yogīs dans une pérégrination de six mois.

6Toutefois, la souveraineté du rājā ne dure qu’un temps et est d’ordre plus symbolique qu’effective. Roi élu, le rājā est l’émanation de l’institution, désigné par l’ensemble des Yogīs, et son règne dure douze ans.

7L’élection a lieu lors du Kumbh Melā de Nasik, avant que ne débute le pèlerinage qui mène les Yogīs du Maharashtra au Karnataka.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540