Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Itinérance et vie monastique

 | 
Véronique Bouillier

Remerciements

Texte intégral

1Ce sont tous les Nāth Yogīs que je veux remercier, à eux tous que ce livre est dédié. Parmi eux, je voudrais tout particulièrement mentionner les Yogīs du Népal, de Gorkha et de Dang, qui les premiers m’ont initiée à leur univers et qui, je veux l’espérer, ont pu traverser sans mal une période politique troublée. Toute ma gratitude va aussi au chef du monastère de Fatehpur, Narharinathji, et à Daya Fatehpuria qui m’y a chaleureusement introduite. À Mangalore, je voudrais particulièrement marquer ma dette à l’égard de Anandanathji, à sa patience et à sa gentillesse lorsqu’il me traduisait du kannada l’ouvrage dont il était l’auteur, ainsi qu’à Keshavnathji, qui m’accueillit avec tant de bienveillance. Je remercie également les autorités de la Yogī Mahāsabhā, et en particulier Candnathji, de l’aide qu’ils m’apportèrent et, enfin, les dizaines de Yogīs rencontrés dans leur monastère, sur la route, au hasard ou non. Je leur suis infiniment reconnaissante de leur accueil, de leur confiance, que j’espère avoir respectée en montrant la richesse de leurs traditions.

2Ma gratitude va à tous mes collègues, lesquels m’ont donné l’occasion d’exposer mes recherches et m’ont aidée par leurs interrogations et leurs remarques, tout spécialement à Catherine Clémentin-Ojha qui a si généreusement fait une première visite à Kadri et avec laquelle j’ai eu de nombreux et amicaux échanges, ainsi qu’à Dominique-Sila Khan qui m’a initiée au Rajasthan et fait bénéficier de ses vastes connaissances et de son enthousiasme lors de notre séjour commun à Asthal Bohar et Haridvar.

3Je remercie le Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud grâce auquel j’ai pu partir régulièrement en mission et mener à bien ce travail.

4Ceux qui m’ont fait l’amitié de relire ce manuscrit et m’ont beaucoup aidée à l’améliorer, Carisse Beaune-Busquet, France Bhattacharya, Catherine Clémentin-Ojha, Gérard Colas, Marc Gaborieau, Gérard Toffin.

5Mon mari et mes enfants qui ont gentiment partagé mes enthousiasmes, et tout particulièrement ma fille Laura pour son aide iconographique.

Transcription

6Je me suis efforcée de respecter la transcription courante du hindi. J’ai donc évité de noter les « a » terminaux brefs. Néanmoins, je les ai conservés lorsqu’il s’agissait de translittérer les termes sanskrits, qu’ils désignent des textes ou des rituels. J’ai également gardé la forme la plus usuelle en français, choisissant d’écrire liṅga et non pas liṅg, Śiva et non pas Śiv. J’ai en revanche opté pour l’orthographe classique hindi pour les autres dieux (Rām et non pas Rāma), consciente de cette incohérence. Les termes géographiques ne sont pas transcrits. Les marques du pluriel ne sont pas indiquées sur les termes vernaculaires, à l’exception de yogī/yogīs que j’ai considéré comme un terme francisé. Je mets une majuscule aux noms de castes ou de groupes sectaires. Enfin j’ai, bien sûr, respecté l’orthographe des auteurs que je cite.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540