Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ouvrir, partager, réutiliser

 | 
Clément Mabi
, 
Jean-Christophe Plantin
, 
Laurence Monnoyer-Smith

Les processus et les principes de mise à disposition des données

Open government, open data :
l’empowerment citoyen en question

Romain Badouard

Résumé

La multiplication des initiatives d’ouverture des données publiques et des plans d’action relatifs à l’open government a suscité de nombreux questionnements autour de leur capacité effective à renforcer le pouvoir d’agir des citoyens et des citoyennes. Après un détour historique sur les débuts de l’open government aux États-Unis et en France, qui interroge l’articulation entre politiques publiques et technologies de participation dans ces deux contextes différents, cet article revient sur les controverses autour des formes d’empowerment citoyen censé être favorisées par l’open government et l’open data. Il interroge notamment le rôle des médiateurs traditionnels de l’espace public que sont les associations et les journalistes, ainsi que le nouveau rôle de médiateur attribué aux développeurs d’applications, au sein de cet « écosystème » de la donnée.

The success of open data and open government action plans around the world has raised many questions about its real capability to empower ordinary citizens. This paper gives an historical insight of the development of open government action plans in the US and in France, giving a specific attention to the technologies used to disclose the data. Then, it adresses the main controversies related to the issue of citizens empowerment through public data, and finally questions the roles played by journalists, civil society organisations and developers inside the “open data ecosystem.”

Texte intégral

  • 1 Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, L’“empowerment”, une pratique émancipatrice ?, Paris, La Dé (...)

1La multiplication des initiatives d’ouverture des données publiques (open data) ces dernières années a suscité des questionnements autour de leur capacité effective à renforcer le pouvoir d’agir des citoyens et des citoyennes. Les discours qui ont accompagné les politiques publiques dans ce domaine ont en effet accordé une place importante à la thématique de l’empowerment : l’appropriation des données publiques impliquerait à la fois de nouvelles formes de collaboration entre pouvoirs publics et société civile, en promouvant l’expertise profane au sein des sphères décisionnelles, et permettrait également aux citoyens et aux citoyennes d’exercer un pouvoir de surveillance sur les désisionnaires, en favorisant une transparence accrue de l’action publique. Si la notion d’empowerment1 connaît de multiples acceptions (nous aurons l’occasion au cours de ce chapitre de discuter ses différentes définitions), précisons d’emblée qu’il s’agit dans le cas de l’open data d’un pouvoir d’agir délégué par les autorités publiques aux individus et aux organisations de la société civile, qui a trait à des finalités économique, sociale et politique, via l’attribution de différentes ressources, à la fois civiques et technologiques (ici les données publiques et les applications permettant leur exploitation).

  • 2 Richard Delmas et Françoise Massit-Folléa (dir.), Vers la société de l’information. Savoirs - Prati (...)

2Ces promesses de l’open data, portées principalement par des discours institutionnels, ne sont pas sans rappeler celles des « autoroutes » ou de la « société de l’information » à la fin des années 1990. Ces discours ont fait l’objet de nombreuses analyses critiques en sciences de l’information et de la communication2. L’ouverture des données publiques et leur exploitation via de nouvelles applications constitueraient alors une énième résurgence d’une « idéologie technopolitique » prêchant la rénovation démocratique par l’innovation technologique.

3Pour autant, les politiques d’ouverture des données publiques laissent entrevoir des formes inédites d’« encapacitation citoyenne », notamment en France, qui invitent à les prendre au sérieux : d’abord parce qu’elles sont les héritières de mouvements de la société civile déjà anciens et qu’elles ne s’inscrivent pas uniquement dans le temps court de l’innovation technologique ; ensuite parce qu’elles proposent des formes de participation originales, à la fois liées aux institutions et promouvant des dynamiques d’auto-organisation ; enfin parce qu’elles impliquent la reconnaissance de nouvelles formes de médiation dans l’espace public, où s’intriquent savoirs techniques et compétences civiques.

  • 3 Pour une étude synthétique de ces déséquilibres, et des propositions de solutions pour pallier, voi (...)

4Plutôt que d’adopter une posture évaluative qui chercherait à mesurer les écarts entre les promesses des discours et la réalité des pratiques3, ce chapitre se propose d’analyser les formes d’empowerment que l’open data entend accompagner, voire générer. Quels sont les rationalités de gouvernement et les modes d’exercice de la citoyenneté associés à l’ouverture des données publiques ? Quels principes et valeurs promeuvent les plans d’action d’open data et d’open government ? Sous quelles formes technologiques s’incarnent-ils, et à qui sont-ils destinés ? Pour aborder ces différentes questions, nous proposons une analyse des politiques d’open government en France et aux États-Unis, à partir d’une analyse d’un corpus de textes institutionnels et d’une étude du design des dispositifs d’ouverture des données publiques dans ces deux pays. Nous chercherons ensuite à comprendre les modes d’appropriation de ces technologies en nous intéressant aux formes de médiation à la fois technique et politique que suscitent ces dispositifs, avant de revenir sur un certain nombre de controverses concernant la capacité de l’open data à renforcer le pouvoir d’agir des citoyens et des citoyennes « ordinaires ».

L’open government aux États-Unis

L’ouverture et ses principes

  • 4 The White House, « President’s Memorandum on Transparency and Open Government », 21 janvier 2009, d (...)

5Lors de son entrée en fonction en 2009, la première action de Barack Obama en tant que président des États-Unis est de signer un mémorandum intitulé « Transparency and Open Government »4. La conception d’un gouvernement « ouvert », telle que portée par ce texte, repose sur la « libération » des données publiques, c’est-à-dire la mise à disposition, sur des plates-formes web, des données produites par les administrations dans le cadre de leurs missions de service public. Une fois proposés au téléchargement, ces jeux de données brutes sont censés être utilisés par des développeurs et des développeuses informatiques qui vont les raffiner, les organiser et les rendre réexploitables via des applications. Le principe de l’ouverture des données publiques n’est donc pas uniquement de proposer de l’information qui était auparavant détenue par les pouvoirs publics, mais de rendre malléable cette information, afin qu’elle soit exploitée sous une autre forme. Cette réutilisation des données publiques, cette seconde vie, doit ainsi permettre la création de nouveaux services publics (ou plutôt de nouveaux services d’intérêt public), dont la teneur et la forme sont déléguées à des développeurs et des développeuses indépendants (qui choisissent seuls des modalités de réutilisation de ces données).

  • 5 Commission européenne, L’ouverture des données publiques : un moteur pour l’innovation, la croissan (...)

6Cette ouverture des données publiques correspond à ce qui est communément appelé « open data », et doit servir des ambitions tant démocratiques (« renforcer » les citoyens et les citoyennes en leur permettant d’être mieux informés et en leur délégant de nouveaux leviers d’action) qu’économiques (la revente des applications doit produire un marché juteux, estimé en Europe à 40 milliards d’euros selon la Commission5). Pour la première administration Obama, cet enjeu se double d’un acte de communication politique fort qui marque une rupture avec les pratiques de l’administration Bush. Elle entend ainsi, au-delà de la simple mise à disposition des données, produire de véritables « écosystèmes participatifs » autour des plates-formes d’open data.

  • 6 Beth S. Noveck, Wiki Government: How Technology Can Make Government Better, Democracy Stronger, and (...)

7Pour réfléchir à la structuration de ces écosystèmes et conduire le plan d’action relatif à l’ouverture des données publiques, B. Obama crée un poste de Chief Technology Officer, auquel il nomme la juriste et universitaire Beth S. Noveck, connue pour son ouvrage Wiki Government6, qui porte sur les usages politiques des technologies de l’information et de la communication dans les relations entre gouvernant-e-s et gouverné-e-s. L’équipe en charge du plan d’action va alors avoir à cœur de théoriser cette ouverture pour composer de nouveaux principes et de nouvelles pratiques de gouvernement : à l’ouverture des données sont associés des principes de transparence de l’action publique, de collaboration entre les agences gouvernementales et de participation citoyenne.

8La transparence, telle que présentée dans les textes officiels américains7, signifie que les données portant sur le fonctionnement des services publics et les activités des fonctionnaires seront rendues publiques, afin de permettre aux organisations de la société civile de surveiller ces activités et, le cas échéant, de leur demander des comptes. Nous sommes ici dans la réaffirmation des principes d’accountability et de public scrutiny8 qui structurent les relations entre élu-e-s et citoyen-ne-s dans les pays anglo-saxons. Il s’agit donc de renforcer cette société civile, de l’« encapaciter », en enrichissant l’information dont elle dispose pour guider ses actions.

9La collaboration, dans ces textes, c’est d’abord l’idée que les données publiques détenues par une administration peuvent se révéler utiles à une autre administration. Ouvrir les données, c’est ici les partager, afin d’améliorer l’efficacité du service public, par exemple en identifiant des services doublons entre les administrations, des actions similaires conduites par différents acteurs, ou tout simplement en enrichissant les actions d’une administration par la mise en perspective des activités d’une autre.

  • 9 Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démo (...)
  • 10 Pierre Lascoumes, « La démocratie électronique et l’Open Government de Barack Obama sous l’œil crit (...)

10La participation, enfin, indique que le citoyen ou la citoyenne « ordinaire » se voit reconnaître une place prépondérante dans cet écosystème en tant que destinataire des services. Sa capacité d’action doit là aussi s’en trouver renforcée. Il lui est reconnu un rôle actif, dans la mesure où il ou elle peut participer à la récolte de certaines données, ou encore donner son avis sur les données disponibles et celles à « libérer », et enfin adapter les usages des données à leurs besoins via la manipulation des applications. Surtout, leur participation est moins vue selon une optique inclusive (impliquer les citoyen-ne-s dans la définition des services publics) que selon une approche relevant de l’intelligence collective : une expertise est reconnue aux citoyen-ne-s qui, en s’appropriant les données gouvernementales, peuvent produire des connaissances utiles à la conduite de l’action publique. En ce sens, la participation telle qu’elle est comprise dans l’open government s’inscrit dans une logique d’« expertise profane9 » et doit permettre, si elle est correctement canalisée, d’améliorer l’efficacité des décisions10.

  • 11 Harlan Yu et David G. Robinson, « The new ambiguity of “Open Government” » [en ligne], UCLA Law Rev (...)

11L’open government « à l’américaine » ne constitue donc pas un discours « classique » de la rénovation démocratique par l’innovation technologique, en ce sens qu’il ne constitue pas une réactualisation des concepts de démocratie électronique ou d’agora citoyenne. Il s’inscrit davantage dans une approche libérale du rapport entre citoyen-ne-s et décisionnaires, et dans une logique d’efficacité de l’action publique par le recours à la vigilance et l’expertise citoyennes. On le voit ici, celle-ci est profondément ancrée dans une culture politique nord-américaine ou anglo-saxonne, et connaît d’ailleurs des racines relativement anciennes aux États-Unis. Ainsi, selon Harlan Yu et David G. Robinson11, les racines de l’open government américain sont à chercher du côté des revendications citoyennes d’accès à l’information publique dans l’après-guerre, qui débouchent sur la création du Freedom of Information Act (FOIA) en 1966. Le FOIA institue ainsi pour les agences gouvernementales un devoir de transmettre les informations publiques sur simple demande.

  • 12 Beth S. Noveck, « What’s in a name? Open Gov and Good Gov » [en ligne], Huffington Post, le 4 juill (...)
  • 13 Valérie Peugeot, « L’ouverture des données publiques : convergence ou malentendu politique ? », in (...)
  • 14 Simon Chignard, “Open data”. Comprendre l’ouverture des données publiques, Limoges, FYP Éditions, 2 (...)

12Mais le recours au terme d’« open », qui sera d’ailleurs regretté par certain-e-s responsables du plan d’action (voir notamment les déclarations de B. S. Noveck sur ce sujet dans la presse12), laisse entrevoir d’autres filiations13, notamment celles des mouvements de l’open science et de l’open source14. Le premier vise à promouvoir la mutualisation des informations scientifiques, le second à faciliter la circulation et l’amélioration des logiciels informatiques, les deux partageant un intérêt pour la question des licences propriétaires, auxquelles ils opposent des licences ouvertes, qui permettent la libre réutilisation des données. Il s’agit ici de promouvoir au sein de l’espace public la notion de bien commun informationnel qui implique la reconnaissance par les pouvoirs publics de l’accès à l’information et aux technologies de la communication comme un droit.

13L’open government se situe donc très exactement à la croisée d’une tradition d’accès aux données produites par les autorités publiques dans une logique de transparence de l’action publique et de renforcement de la société civile, et des valeurs inspirées du partage de l’information et de la collaboration au sein de communautés en ligne liées aux mouvements du logiciel libre et de la science ouverte.

Les technologies de l’ouverture

14Mis en ligne en juin 2009, le site américain Data.gov est le premier portail national d’open data. Les agences gouvernementales ont l’obligation d’y poster au moins trois jeux de données de « haute valeur », dans un format ouvert qui puisse permettre leur réappropriation. Par la suite, des communautés thématiques seront construites en ligne, disposant chacune de leurs propres plates-formes et de leurs propres jeux de données. En décembre 2012, près de 380 000 jeux de données, et plus de 1 500 applications, étaient disponibles sur la plate-forme. Le site se double d’un site de pétition en ligne (We the People) et d’une page officielle sur le site de la Maison blanche (l’Open Government Initiative). On retrouve ici les trois piliers qui seront répliqués par la suite dans les autres pays et qui fondent la mise en place d’« écosystèmes des données publiques » : des outils d’exploration et de téléchargement des données, des outils d’interaction servant à la formalisation de communautés d’intérêt autour de ces données, et des applications qui en permettent la réutilisation.

Figure 1. Le dispositif en ligne d’ouverture des données publiques aux États-Unis

Figure 1. Le dispositif en ligne d’ouverture des données publiques aux États-Unis
  • 15 Ces communautés sont alors au nombre de quatorze : Business, Cities, Counties, Developer, Educatio (...)
  • 16 Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, L’“empowerment”, une pratique émancipatrice ?, op. cit.

15La principale originalité du site a trait à l’organisation de communautés en fonction de thématiques spécifiques15. Chaque communauté dispose de sa propre plate-forme où sont réunies les données relatives aux thématiques traitées par la communauté, ainsi que des forums et des blogs qui permettent à ses membres d’interagir. Cette approche thématique, qui reconnaît aux communautés un droit d’évaluation des données en fonction de leurs propres besoins, réunit une grande variété d’acteurs et de compétences autour d’un intérêt commun pour un sujet particulier. Nous sommes ici face à une forme de délégation de la régulation des données : après les avoir « libérées » et centralisées sur une plate-forme unique, elles sont redistribuées vers des communautés thématiques, qui en produisent les usages. La conception de l’empowerment portée par ce dispositif valorise donc également des formes d’autonomisation et d’auto-organisation de la société civile via des corps intermédiaires que sont les communities. Cette conception est l’héritière des usages de la notion d’empowerment dans les politiques publiques nord-américaines des années 1990, qui signent la consécration d’un new public management à l’époque du tournant libéral de la social-démocratie16.

16La mise en ligne de la plate-forme américaine marque le début de la success story de l’open government, portée par la popularité de B. Obama. De nouveaux dispositifs sont mis en place par la suite, et la plate-forme Data.gov connaît plusieurs refontes, au rythme des plans d’action pour l’open government qui se succèdent en septembre 2011, décembre 2013 et décembre 2015. Le principe de communautés thématiques reste cependant au cœur de sa conception.

17À l’international, le mouvement essaime rapidement : en Europe, le Royaume-Uni est le premier État à mettre en ligne une plate-forme d’ouverture des données publiques en 2010. L’approche y est quelque peu différente puisque le gouvernement britannique entend réaliser une évaluation a priori de la valeur des données. Ce ne sont ainsi « que » 8 000 jeux de données qui sont proposés au téléchargement. Pour autant, le dispositif semble se calquer sur le modèle américain, avec des espaces de participation structurés autour de blogs, de forums et de boîtes à idées.

18Parallèlement, un mouvement international se structure avec la création de l’Open Government Partnership en septembre 2011. Les huit gouvernements fondateurs, à savoir le Brésil, l’Indonésie, le Mexique, la Norvège, les Philippines, l’Afrique du Sud, le Royaume-Uni et les États-Unis, signent une déclaration commune dans laquelle ils s’engagent à respecter et promouvoir les principes de l’open government. Dans chacun de ces pays, des plans d’action sont mis en œuvre et des plates-formes similaires à celles décrites précédemment sont mises en ligne. La proximité de design entre les portails de données des différents pays s’explique notamment par le recours à CKAN (Comprehensive Knowledge Archive Network), un service open source de portail de diffusion de données. Cet outil, développé par l’Open Knowledge Foundation, équipe aujourd’hui de nombreux portails nationaux de données ouvertes dans le monde.

19De huit pays fondateurs fin 2011, l’Open Government Partnership (OGP) passe à soixante-quatre membres fin 2012. La France ne le rejoint que tardivement, en 2014, et en prend la direction opérationnelle en 2015. À la fin de l’année 2015, l’OGP comptait soixante-neuf membres.

Un open government à la française

Première époque

20En France, la mission Etalab est créée par le gouvernement Fillon en février 2011. Elle a pour but de coordonner la mise à disposition des données des différentes agences gouvernementales et des établissements publics, et de les centraliser au sein d’une plate-forme unique. En France également, l’open data trouve une filiation dans les politiques d’accès des citoyen-ne-s aux documents publics, avec notamment la création de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en 1978, qui instaurent des droits similaires aux droits américains concernant la transmission des informations publiques.

21La circulaire du Premier ministre du 26 mai 2011 fixe trois objectifs au portail :

  • 17 Premier ministre, Circulaire du 26 mai 2011 relative à la création du portail unique des informatio (...)

Le portail « data.gouv.fr » créé par la mission « Etalab » poursuit les trois objectifs suivants :
– permettre la réutilisation des informations publiques la plus facile et la plus large possible ;
– encourager l’innovation par toute la communauté des développeurs et des entrepreneurs pour soutenir le développement de l’économie numérique ;
– contribuer à renforcer la transparence de l’action de l’État, mettre en valeur le travail des administrations et éclairer le débat public17

22En France, c’est donc la dimension économique de l’open data qui est mise en avant : l’open data est perçu comme un facteur d’innovation, voire comme un enjeu de compétitivité économique, pouvant soutenir la croissance et l’emploi. La plate-forme data.gouv.fr est mise en ligne en décembre 2011, et propose au téléchargement plus de 350 000 jeux de données. Comme aux États-Unis et en Angleterre, la plate-forme propose des espaces de participation afin de favoriser la constitution d’une communauté d’intérêt autour des données publiques. Des forums et des boîtes à idées sont mis en ligne, des concours sont organisés pour sensibiliser les développeurs et les développeuses français, et la mission Etalab dispose de son propre blog pour traiter de l’actualité de l’open government à la française.

Figure 2. Le premier dispositif en ligne d'ouverture des données publiques en France

Figure 2. Le premier dispositif en ligne d'ouverture des données publiques en France
  • 18 Romain Badouard, Samuel Goëta et Clément Mabi, « Produire un “écosystème” pour les données : une an (...)
  • 19 Samuel Goëta, « Intéresser à la réutilisation des données : la participation des développeurs aux c (...)

23Les publics cibles du portail sont détaillés dans un appel d’offres intitulé « Animation, éditorialisation et promotion des outils d’Etalab » publié en 201118. Ce document distingue deux types de publics. Le premier, la cible principale, est l’« utilisateur expert » qui désigne une « personne bénéficiant de compétences avancées en informatique » et qui fait partie ou travaille « dans un service informatique ou un service de documentation, de codesign ou d’innovation ». Le second, nommé l’« utilisateur grand public consommateur » désigne un « public connecté et capable d’utiliser les technologies en ligne, mais pas à même d’utiliser des outils techniques » et qui demande des « interfaces très claires, des interactions très ergonomiques et des outils de promotion pédagogiques ». Dans l’approche française, la tension entre deux « niveaux » de publics, en fonction de leurs compétences techniques, est très tôt identifiée et va structurer les différents plans d’action et de communication autour des initiatives d’ouverture des données publiques19.

24L’approche française se distingue également de l’approche américaine dans la mesure où l’enjeu va d’abord être de construire une communauté d’intérêts autour de l’ouverture des données, quand l’approche américaine valorise la création de communautés thématiques. D’un côté, une communauté technique, professionnelle, de développeurs et de développeuses informatiques qui produisent des applications à partir des données, interagissent autour de ces données, et se rencontrent lors de concours organisés par la puissance publique (approche française) ; de l’autre, des communautés thématiques qui réunissent des individus hétérogènes qui partagent un intérêt commun (approche nord-américaine).

  • 20 Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, L’“empowerment”, une pratique émancipatrice ?, op. cit.

25La vision de l’empowerment portée par le dispositif français est différente : le citoyen ou la citoyenne « ordinaire » est avant tout conçu-e comme un consommateur ou une consommatrice d’applications qui contribue à la modernisation des services publics en tant qu’usager. Si cette conception n’est pas nouvelle et s’ancre également dans une vision libérale du service public20, la principale originalité de l’open data est de consacrer le rôle des développeurs et des développeuses informatiques comme médiateurs légitimes au sein de l’espace public. En amont, des données publiques brutes qui, si elles ne sont jamais neutres, sont détachées d’une intention d’usage de la part des pouvoirs publics. En aval, des citoyen-ne-s qui ont accès à de nouveaux services d’intérêt public via des applications qui leur permettent de réutiliser ces données. Au milieu, des développeurs et des développeuses informatiques qui décident seuls des modalités de réutilisation des données via l’application qu’ils programment.

26En termes de valeurs associées à l’ouverture des données publiques, la France se distingue enfin des États-Unis sur le fait que celle-ci ne s’appuie pas sur une réelle « doctrine politique ». Certes, les données publiques sont perçues comme ayant un potentiel démocratique, celui de la transparence, mais la dimension participative est largement absente des textes officiels qui cadrent le déploiement des politiques d’open data. La transparence y est également moins perçue comme un outil de surveillance des décisionnaires à destination des citoyens et des citoyennes qu’un outil de responsabilisation des agences publiques, censées s’en saisir par elles-mêmes.

Deuxième époque

  • 21 Nicolas Colin et Henri Verdier, L’âge de la multitude. Entreprendre et gouverner après la révolutio (...)

27Suite à l’élection de François Hollande, la mission Etalab est rattachée au secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP). Henri Verdier remplace Séverin Naudet à sa tête, et les objectifs de la mission sont confortés dans un décret du Premier ministre rendu public en octobre 2012. Le choix d’Henri Verdier à la tête de la mission n’est pas anodin : à la fois haut fonctionnaire et entrepreneur du numérique, il s’est fait connaître du grand public en publiant avec Nicolas Colin L’âge de la multitude. Entreprendre et gouverner après la révolution numérique en 201221. L’ouvrage aborde les transformations politiques et économiques portées par le numérique, et s’intéresse notamment à la question de l’ouverture des données. Le choix d’H. Verdier induit donc une forme de légitimation intellectuelle des plans d’action d’ouverture des données publiques, où celle-ci s’ancre dans une vision globale des évolutions sociales, politiques et économiques liées aux technologies numériques. La nomination d’H. Verdier n’est pas sans rappeler le choix de l’administration Obama de nommer B. S. Noveck au poste de Chief Technology Officer en 2009.

28En février 2013, le gouvernement publie la « feuille de route du gouvernement en matière d’ouverture et de partage des données publiques », dans laquelle une place plus importante est accordée aux questions de confiance citoyenne et d’innovation sociale, sans que l’on puisse pour autant parler de nouvelles orientations.

  • 22 Certaines agences publiques, comme l’IGN ou l’INSEE, bénéficient en effet de dérogations leur perme (...)

29Le véritable tournant se joue moins dans les textes et les valeurs affichées par les pouvoirs publics que dans la démarche que la mission Etalab entreprend à partir de cette période. Celle-ci crée en effet des débats thématiques puis des ateliers de « co-design » afin d’impliquer la communauté française de l’open data dans la refonte de la plate-forme data.gouv. Une consultation publique est également lancée afin de sonder les attentes des acteurs du domaine et de récolter leur expertise sur différentes thématiques. Une volonté de concertation semble ainsi s’exprimer, incarnant une approche davantage contributive et participative de l’ouverture des données publiques. Parallèlement, une réflexion est engagée sur la tarification des données qui se traduit par la remise du rapport dit « Trojette » (du nom de son responsable) qui prône leur gratuité et la fin des exceptions en la matière22. Ce principe est consacré par le 4e comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP) du 18 décembre 2013, qui n’autorise plus la création de nouvelles redevances tout en en supprimant un certain nombre. Ce CIMAP voit également le lancement de la nouvelle plate-forme, qui découle du processus de concertation et qui déploie une nouvelle approche, reposant sur la coproduction des données publiques (les internautes peuvent proposer des jeux de données) et la possibilité d’enrichissement des données (par les internautes eux-mêmes).

Figure 3. Le second dispositif en ligne d’ouverture des données publiques en France

Figure 3. Le second dispositif en ligne d’ouverture des données publiques en France
  • 23 Romain Badouard, Samuel Goëta et Clément Mabi, « Produire un “écosystème” pour les données… », art. (...)

30La nouvelle plate-forme peut être comprise comme le résultat d’une stratégie d’« éditorialisation des données23 ». Cette stratégie passe d’abord par un élargissement du public visé. Contrairement à la première version qui mettait en avant l’accessibilité du catalogue et cherchait avant tout à mobiliser des développeurs et des développeuses, la nouvelle version accorde une place importante aux citoyen-ne-s intéressé-e-s par les réutilisations et aux médiateurs issus de la société civile. Par rapport à l’ancien dispositif, la nouvelle plate-forme a enrichi son nombre de contributeurs réguliers qui compte désormais plus de deux cents organisations incluant centres de recherche, collectivités locales, représentant-e-s du monde associatif et de la société civile. Les organisations et les citoyen-ne-s peuvent s’y inscrire pour publier de nouveaux jeux de données, compléter des jeux existants, les évaluer, en proposer des réutilisations et des visualisations. Les possibilités d’action sur les données sont donc élargies, et le citoyen ou la citoyenne « ordinaire » se voit reconnaître un rôle actif d’usager et de régulateur dans cet « écosystème » des données.

31La stratégie d’éditorialisation des données passe également par la promotion d’une approche « réseaux sociaux » : localisation du contenu, possibilité de partager des données et des réutilisations (à partir du symbole du retweet, bien connu des utilisateurs de Twitter), de définir des favoris, de suivre des comptes d’utilisateurs, etc. Les codes des réseaux sociaux sont réinvestis afin de montrer que la plate-forme est également un lieu d’interactions, au sein de laquelle les internautes peuvent se construire une identité d’usagers. Cette approche améliore également l’ergonomie du site en permettant aux internautes lambda d’évoluer dans une plate-forme de données à partir de codes qu’ils maîtrisent sur d’autres plates-formes.

32Une troisième dimension de cette stratégie concerne la mise en avant des réutilisations. Sur la page d’accueil du nouveau site, les « meilleures utilisations » arrivent avant les « jeux de données à la une ». Cette organisation a valeur de démonstration auprès du grand public : montrer ce qu’il est possible de faire à partir des jeux de données. Les réutilisations ont trait à la fois à des infographies, des visualisations et des applications qui en permettent la manipulation. Les auteurs sont divers : organisations de la société civile, médias, agences de communication, citoyen-ne-s. Sous chaque réutilisation est liée le jeu de données qui en a permis la création. L’approche est résolument pédagogique et se veut incitative en montrant le mécanisme de réutilisation des données, qui restait relativement obscur dans la première version du site.

33La nouvelle plate-forme adopte également une approche thématique. Les jeux de données sont regroupés en séries selon les sujets dont ils traitent. La page d’accueil propose un découpage en fonction de ces thématiques et permet aux internautes d’explorer les données en fonction d’intérêts spécifiques. Le nouveau data.gouv.fr se rapproche ainsi de la conception nord-américaine, en orientant les usagers vers une dynamique d’autonomisation de la communauté, qui se voit donner les moyens de réguler par elle-même la production, l’évaluation, l’enrichissement et la réutilisation des données. Un rôle de médiateur est attribué aux organisations de la société civile qui, en tant que corps intermédiaires, mobilisent les citoyen-ne-s et réutilisent les données comme leviers d’action autour d’intérêts communs.

34En septembre 2015, la mission Etalab est rattachée à la direction interministérielle du Numérique et du Système d’information et de communication de l’État (DINSIC), à la tête de laquelle est nommé Henri Verdier. Laure Lucchesi, jusqu’à présent directrice adjointe d’Etalab, est nommée à sa succession. Sous sa direction, la mission s’attache à développer le volet « participation » d’une politique d’open government « à la française » : accompagnement des consultations en ligne (notamment la consultation sur le projet de loi République numérique portée par le secrétariat d’État chargé du numérique et de l’innovation), développement d’une boîte à outils de l’open government, organisation de hackathons, etc. La mission Etalab se voit également attribuer un rôle davantage diplomatique à cette période, puisque la France prend la tête de l’Open Government Partnership (OGP) à partir de septembre 2016. L’enjeu pour la direction d’Etalab est donc également de préparer l’OGP Global Summit, qui se déroule à Paris les 7, 8 et 9 décembre 2016.

De quelques controverses autour de l’empowerment induit par l’open data

Quelle volonté politique pour l’open data ?

  • 24 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », art. cité.
  • 25 Joumana Boustany, « Accès et réutilisation des données publiques. État des lieux en France », Les C (...)

35Dans un article paru en 2014 dans la revue Mouvements, Samuel Goëta et Clément Mabi s’interrogent sur les obstacles à la réalisation des promesses de l’open data en termes d’empowerment citoyen24. Le premier obstacle qu’ils identifient est la résistance, au sein même des administrations, à l’ouverture des données publiques. Cette résistance trouve différentes explications : problèmes de communication entre services, crainte des fonctionnaires de devoir rendre des comptes sur la manière dont ils ou elles collectent les données, manque d’accompagnement des différentes agences publiques dans le processus de décloisonnement, etc. Ces réticences internes à l’ouverture des données ne sont pas sans rappeler celles en vigueur à l’époque de la création de la CADA25 : nombreux étaient alors les services de l’État à considérer les données qu’ils récoltaient comme autant de ressources stratégiques pour leur action, et avaient dans ce contexte montré peu de bonne volonté au partage de ces données.

36Pour S. Goëta et C. Mabi, ces réticences ne peuvent être contrecarrées que par l’expression d’une volonté politique forte qui inscrirait notamment dans la loi l’obligation à rendre les données publiques ouvertes par défaut. Le projet de loi République numérique, voté en janvier 2016 à l’Assemblée, va dans ce sens. La loi prévoit l’accès aux citoyen-ne-s, sur simple demande à une administration, aux données publiques de leur choix, dans un format ouvert. En cas de refus de l’administration en question, celle-ci pourrait se voir condamnée. Les administrations seront par ailleurs tenues de publier spontanément les documents qui figurent dans leurs « répertoires d’informations publiques ». La loi République numérique entend également mettre en place un « service public de la donnée » (chargé d’agréger les jeux « libérés ») et créer un statut de « donnée d’intérêt général », qui impose aux acteurs privés qui détiennent des données « d’intérêt général » de les rendre publiques.

  • 26 Ibid. : 13.

37En parallèle de la volonté des pouvoirs publics de soutenir le mouvement de l’open data, se pose la question de la volonté des organisations et des citoyen-ne-s français à s’en saisir à des fins politiques. Nous l’avons vu, les valeurs et principes portés par le mouvement de l’open data s’ancrent dans une culture politique nord-américaine, dans laquelle la pratique de la surveillance citoyenne des institutions a une longue histoire. L’organisation de mobilisations à partir de communautés, tout comme la nécessité pour les dépositaires de l’autorité publique de rendre des comptes aux citoyens sont également des principes politiques davantage partagés en Amérique du Nord qu’en Europe latine. Joumana Boustany a ainsi mis en évidence que dans le cas de la CADA, l’ouverture des données détenues par les administrations n’avait pas suscité un réel engouement en France. Elle avait ainsi relevé que les demandes auprès de la Commission émanaient à 75 % de fonctionnaires souhaitant obtenir un document relatif à leur dossier professionnel, et que les documents concernant les actions du gouvernement étaient très peu demandés. Elle concluait ainsi son étude : « Le deuxième constat surprenant réside dans l’usage qui est fait de cette loi. Dans les pays anglophones, les citoyens utilisent cette loi pour réclamer des comptes à leurs instances dirigeantes, en France, elle est essentiellement utilisée pour résoudre des problèmes individuels26. »

  • 27 Marijn Janssen, Yannis Charalabidis et Anneke Zuiderwijk, « Benefits, adoption barriers and myths o (...)
  • 28 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », art. cité.

38Ce désintérêt apparent des citoyen-ne-s et des organisations de la société civile pour l’ouverture des données publiques a été analysé à l’étranger comme une conséquence logique de politiques publiques « orientées offre » plutôt qu’« orientées demande »27. Peu d’études sont réalisées pour connaître les besoins des usagers en termes de « libération » des données, et les pouvoirs publics ont davantage tendance à se tourner vers les besoins des administrations. L’exemple de l’association Regards Citoyens, une association engagée dans la veille parlementaire, est emblématique. S. Goëta et C. Mabi nous rappellent ainsi que pour publier leur étude de la réserve parlementaire des députés, Regards Citoyens s’était alliée à une autre association, Pour une démocratie directe, qui avait dû porter plainte contre le ministère de l’Intérieur pour obtenir la publication des données, alors même que les usages de cette réserve suscitent un certain intérêt au sein de la population, intérêt qui s’était notamment traduit par une large couverture médiatique de la publication de l’étude. Ainsi, pour S. Goëta et C. Mabi, « obtenir des données pour faire émerger un contre-pouvoir citoyen nécessite bien souvent un travail militant difficile et une bataille juridique contre l’administration28. »

À qui s’adresse l’open data ?

39Au-delà des questionnements autour des résistances à la diffusion de l’open data, que celles-ci émanent des pouvoirs publics ou de la société civile, une question plus fondamentale est de comprendre à qui s’adresse l’open data. Comme nous l’avons montré, aux États-Unis, l’open data est avant tout destiné à une société civile organisée, mobilisée autour de thématiques précises, et qui se saisit des données comme ressources pour construire des actions collectives. Nous avons également vu qu’en France, dans un premier temps, les politiques d’ouverture des données publiques avaient visé un public technicien, à même de développer des applications à destination du grand public, et qu’elles s’étaient ensuite adressées aux associations et aux citoyens et aux citoyennes « ordinaires ».

  • 29 Romain Badouard, « Les mobilisations de clavier. Le lien hypertexte comme ressource des actions col (...)

40La question est maintenant de savoir comment cette évolution des politiques publiques en termes de « publics cibles » est reçue par les principaux intéressés. En février 2013 et février 2014, nous avions réalisé une courte étude sur les « cercles d’intérêt » autour de l’open data en France. Le principe était simple : à partir d’une analyse de liens hypertextes, il s’agissait de montrer qui étaient, sur le web, les acteurs qui montraient un intérêt pour la plate-forme data.gouv.fr. En ligne, le lien hypertexte matérialise cet intérêt29 : proposer un lien vers un site depuis un autre site revient à signaler à un public une ressource digne d’être consultée. L’enjeu de la première étude, réalisée en février 2013, était d’identifier les sites qui proposaient un lien vers la plate-forme data.gouv.fr et d’en réaliser une typologie. Nous avons recensé, à partir de deux moteurs de recherche (Google et Bing), les sites qui proposaient des liens vers le site observé. Pour ce faire, nous avons entré l’adresse de la plate-forme sur le moteur, placée entre guillemets afin que seuls les sites comportant les adresses entières apparaissent, soit « www.data.gouv.fr ». Nous avons récupéré les cinquante premiers résultats sur ces deux moteurs de recherche puis, après les avoir recoupés, nous avons obtenu un corpus de soixante et onze sites. Nous avons ensuite classé ces sites selon les thématiques qu’ils abordaient, en consultant les rubriques « À propos » ou « Qui sommes-nous ? ». Les sites « thématiques », « de service public » et « technophiles » représentaient cinquante-trois des soixante et onze sites.

41À la suite de la mise en ligne de la nouvelle plate-forme en décembre 2013, qui incarnait une nouvelle stratégie en termes de publics cibles, nous avions réitéré l’expérience, pour comprendre si les cercles d’intérêt autour de la plate-forme avaient évolué. Nous nous sommes particulièrement intéressés à trois types de sites : les sites « thématiques », qui traitent d’un sujet particulier et qui mentionnent la plate-forme data.gouv.fr pour signaler l’existence de jeux de données en lien avec leurs thématiques de prédilection ; les sites « technophiles », qui s’intéressent principalement aux enjeux liés au numérique et qui abordent l’open data sous un angle « technique » ; les sites de « service public », provenant d’agences de l’État, et qui proposaient des liens vers la plate-forme pour illustrer des articles « généralistes » en lien avec la question de l’ouverture des données publiques. Pour appréhender un cercle d’intérêt qui se serait constitué après la mise en ligne de la nouvelle plate-forme (le 19 décembre 2013), nous avons sélectionné sur Google les liens compris dans des articles postés entre le 19 décembre 2013 et le 12 février 2014. Bing n’offrant pas les mêmes fonctionnalités, nous avons effectué notre seconde recherche sur Yahoo en sélectionnant les articles publiés entre le 12 janvier et le 12 février 2014 (Yahoo ne propose que de limiter la recherche aux articles parus dans l’intervalle d’un mois). Après recoupement, nous obtenons un corpus de cinquante et un sites. Tous correspondaient à des sites « thématiques », « de service public » ou « technophiles ». Nous avons cherché à mesurer, entre 2013 et 2014, l’évolution de la part des liens entrants vers la plate-forme data.gouv.fr pour ces trois catégories de site.

Évolution de la part des liens entrants vers la plate-forme data.gouv.fr entre 2013 et 2014

Évolution de la part des liens entrants vers la plate-forme data.gouv.fr entre 2013 et 2014

42La principale évolution entre 2013 et 2014 tient à l’augmentation importante de la proportion de sites « thématiques » dans notre corpus. En 2013, les sites « technophiles » et de « service public », plus à même de toucher des publics qui s’intéressent à l’open data en termes de politique publique ou pour sa dimension technologique, représentaient 85 % des sites appartenant à ces trois catégories. En 2014, la part des sites « thématiques », qui vont davantage concerner des organisations et des citoyen-ne-s mobilisé-e-s autour de sujets précis, a plus que doublé, et représente 38 % des sites composant notre échantillon. Ces résultats complètent l’analyse des stratégies politiques et du design des plates-formes : l’accent mis sur l’éditorialisation des données et la place accordée aux associations et aux citoyens « ordinaires » dans la seconde version de la plate-forme semble ainsi réussir à mobiliser de nouveaux publics. La proportion plus importante de sites thématiques en 2014 est en grande partie due à la publication de nouveaux jeux de données sur la plate-forme, ayant principalement trait à des questions d’urbanisme et de sécurité routière, relayés par différents sites s’intéressant à ces questions. La conception de l’empowerment portée par la nouvelle plate-forme, qui considère les données comme des ressources pour l’action collective, semble recevoir un écho positif sur le web, même si la petite taille de notre échantillon et le faible laps de temps entre la mise en ligne de la plate-forme et la réalisation de l’étude nous interdisent toute généralisation de ces résultats.

Les données publiques sont-elles utiles aux journalistes ?

43Comme nous l’avons vu dans les premières parties de ce chapitre, l’« écosystème » de l’open data est un espace au sein duquel les médiations de différents types d’acteurs occupent une place primordiale : médiations de type technique, par le biais des développeurs et des développeuses qui produisent des applications à destination du grand public (particulièrement valorisées par la première version du site data.gouv.fr en France) ; médiations sociales, par le biais d’organisations qui vont mobiliser un public autour de données considérées comme autant de ressources pour organiser des actions collectives (particulièrement valorisées par la seconde version de la plate-forme).

  • 30 Sylvain Parasie, « Le journalisme “hacker”. Une nouvelle utopie pour la presse ? » [en ligne], La v (...)

44Une autre forme de médiation, tout aussi importante, est celle réalisée par les journalistes. Depuis la fin des années 2000, s’est popularisée dans le monde des médias la pratique du journalisme de données30. Le data journalism consiste à réaliser des enquêtes à partir de bases de données (publiques ou privées), qui sont triées, exploitées, croisées à d’autres bases, puis livrées au public sous la forme de visualisations ou d’applications. Ces pratiques journalistiques relèvent d’une forme d’empowerment citoyen indirect, en permettant au public des médias de se forger une opinion collective sur des sujets d’intérêt général, à partir de données factuelles, afin de participer de manière informée au débat public. Le type de médiation que produisent les « datajournalistes » autour des données présente une importance particulière pour les promoteurs de l’open data. Elle constitue en effet une condition nécessaire à la réalisation de la mission de service public de l’ouverture des données, en permettant leur consultation au-delà des cercles restreints des technophiles ou des publics associatifs ou militants. Sur la seconde version du site data.gouv.fr, les réutilisations des données publiques réalisées par les médias font ainsi l’objet d’une attention soutenue de la part de l’équipe d’animation et sont notamment mises en avant dans la rubrique « réutilisation ».

  • 31 Sylvain Parasie et Éric Dagiral, « Data-driven journalism and the public good: “Computer-assisted R (...)
  • 32 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », art. cité.

45Pour autant, le doute subsiste sur la réelle utilité de l’ouverture des données publiques au travail des datajournalistes. Comme dans le cas des associations décrit plus haut, on peut imaginer que les données qui présentent une certaine valeur pour le travail d’enquête journalistique, par leur rareté ou leur caractère sensible, sont moins facilement accessibles que d’autres types de jeux. Les datajournalistes seraient alors obligés de batailler juridiquement ou de compiler eux-mêmes les données qu’ils entendent exploiter. C’est en tout cas ce que semblent montrer différentes études de terrain, notamment celle réalisée par Éric Dagiral et Sylvain Parasie sur les datajournalistes aux États-Unis31. Leur enquête, portant sur une rédaction à Chicago, souligne le caractère décroissant de l’intérêt de ces journalistes pour les données publiques : l’ouverture des portails d’open data suscite un vif intérêt, puis la part des articles qui utilisent des données ouvertes tend à décroître significativement avec le temps. S. Goëta et C. Mabi, dans leur article précédemment cité32, en concluent à une véritable désillusion des journalistes pour l’open data. La faible utilité des données disponibles, voire le data washing (pratique qui consiste à noyer les visiteurs sous une masse de données à faible valeur ajoutée, quand les données sensibles sont soigneusement conservées dans des disques durs), les détourneraient des plates-formes institutionnelles d’ouverture des données publiques.

46De notre côté, nous nous sommes intéressé à un corpus d’enquêtes relevant du journalisme de données, en observant d’où venaient les sources utilisées par les datajournalistes. Pour ce faire, nous avons pris comme référence les enquêtes nominées aux Data Journalism Awards, organisés par le Global Editors Network, prix internationaux en matière de journalisme de données. Nous avons ainsi analysé un corpus de soixante-douze enquêtes (l’ensemble des nominations pour l’année 2013). Ces enquêtes ne sont pas forcément représentatives du travail des datajournalistes, mais elles présentent un caractère significatif, dans la mesure où elles font l’objet d’une sélection par des professionnel-le-s dans le but de décerner une récompense. Nous avons relevé deux types d’informations : si les données utilisées par les journalistes étaient des données récoltées par des agences publiques ; si ces données étaient disponibles sur des plates-formes publiques ou si les journalistes avaient dû réaliser un travail d’enquête pour les obtenir. La plupart de ces enquêtes mixent différents jeux de données : à partir du moment où l’un de ces jeux est accessible via une plate-forme d’open data, les enquêtes sont considérées comme mobilisant des données ouvertes.

47Ces soixante-douze enquêtes viennent de vingt-deux pays. Cette diversité apparente cache une prédominance des enquêtes provenant du Royaume-Uni (14) ou des États-Unis (25) qui à eux seuls représentent plus de la moitié des enquêtes sélectionnées pour ces récompenses. Sur ces vingt-deux pays, seuls deux ne disposent pas de plates-formes de téléchargement de données ouvertes au moment de l’étude (la Hongrie et le Venezuela) : nous les retirons donc de l’analyse pour nous intéresser aux soixante-dix autres.

Types de sources utilisées dans les enquêtes sélectionnées pour les Data Journalism Awards 2013

Types de sources utilisées dans les enquêtes sélectionnées pour les Data Journalism Awards 2013
  • 33 Dans les pages de présentation de ces enquêtes sont précisées à la fois les types de données utilis (...)

48Deux observations peuvent être formulées. La première est que les données publiques constituent une ressource de première importance pour ces journalistes, puisque près des deux-tiers des enquêtes sélectionnées ont recours à des données récoltées par des administrations dans le cadre de leurs missions de service public. Les autres types de données sont soit récoltées directement par les journalistes, soit constituent des données privées (comme les comptes d’entreprises ou le patrimoine de certaines personnalités politiques). La seconde observation est que parmi les données publiques utilisées, une faible majorité (vingt-quatre enquêtes sur quarante-cinq) sont disponibles directement au téléchargement. Un nombre important de données utilisées dans ces enquêtes, publiques ou privées, ne sont donc pas « ouvertes ». Concernant les données publiques non ouvertes, les journalistes ont dû les demander aux administrations, et parfois même faire appel à la justice afin de les obtenir33. Relevons également que parmi les vingt-quatre enquêtes mobilisant des données ouvertes, au moins douze concernent des données disponibles indépendamment des plates-formes d’open data, par exemple des bases de données provenant de la Banque mondiale, d’organismes nationaux d’études statistiques (comme l’INSEE en France), ou d’institutions politiques (comme les parlements). Autrement dit, si ces données sont essentielles au travail des datajournalistes, ce ne sont pas forcément les plates-formes d’open data qui en facilitent l’exploitation. La question de l’utilité des données pour les datajournalistes rejoint donc celle de leur utilité pour les organisations de la société civile : c’est moins le nombre de données disponibles que leur « valeur » qui garantit leur réutilisation.

Conclusion

49Aborder les enjeux de l’open data en termes d’empowerment, en croisant les discours qui les définissent et les technologies qui les mettent en œuvre, nous permet de mieux cerner les logiques de participation dont l’ouverture des données publiques se veut l’expression.

50À ce titre, l’open data présente une première originalité, puisqu’elle associe une forme de délégation d’un pouvoir depuis une institution vers la société civile (la mise à disposition des données sans cadrage préalable de leur réutilisation), et des formes d’auto-organisation communautaire (la manière dont des communautés thématiques se saisissent des données dans le cadre de stratégies de mobilisation qui leur sont propres). La conception de la participation citoyenne portée par l’open data se veut ainsi à la fois top-down et bottom-up, croisant deux visions de l’empowerment qui étaient jusqu’ici difficilement conciliables (délégation vs auto-organisation).

51La seconde originalité a trait aux nouvelles médiations qui émergent dans ces écosystèmes de données. Si les organisations de la société civile, capables de mobiliser des citoyens et des citoyennes autour de jeux de données identifiés comme ressources pour l’action collective, et les médias, qui par l’exploitation de ces données fournissent aux citoyen-ne-s une information d’intérêt général, ne constituent pas franchement de « nouveaux » médiateurs, les développeurs et développeuses informatiques, en revanche, le sont. En vertu de leur compétence technique, ils ou elles se voient déléguer le rôle de concepteur de services à partir des données publiques, services dont ils ou elles décident seul-e-s de la teneur, en fonction d’intérêts qui leur sont propres.

  • 34 Michael Gurstein, « Open data: Empowering the empowered or effective data use for everyone? » [en l (...)
  • 35 Ben Worthy, « David Cameron’s transparency revolution? » [en ligne], 3rd Global Transparency Confer (...)

52Dans un pays comme la France, si le mouvement d’ouverture des données prolonge une dynamique de libéralisation des services publics, il porte également en lui une conception forte de la société civile, auto-organisée, capable de mener des actions collectives et de demander des comptes aux autorités publiques. Cette forme d’empowerment connaît cependant deux limitations principales. D’une part, les usages qui sont faits des données : en France, les pratiques liées à la surveillance citoyenne des pouvoirs publics reposant sur la manipulation des données restent limitées. D’autre part, les organisations qui se saisissent des données ouvertes disposent généralement d’autres moyens pour défendre leurs intérêts dans l’espace public. L’open data ne viendrait alors que « renforcer des publics déjà forts34 », en leur offrant un nouveau répertoire d’action. Au Royaume-Uni, le constat dressé en la matière est sévère35 : les données utilisées par les associations dans le cadre d’activités de veille critique ne font que faciliter un travail qui aurait de toute façon été réalisé par ces associations. Au Royaume-Uni comme en France, le mouvement de l’open data n’a pas encore réussi à produire de nouveaux répertoires ou de nouvelles ressources de participation politique à destination des citoyens et des citoyennes « ordinaires », qui restent pour l’instant à l’écart des dynamiques d’empowerment qui y sont associées.

Bibliographie

Bacqué, Marie-Hélène et Biewener, Carole, L’“empowerment”, une pratique émancipatrice ?, Paris, La Découverte, 2013.

Badouard, Romain, « Les mobilisations de clavier. Le lien hypertexte comme ressource des actions collectives en ligne », Réseaux, no 181, 2013 : 87-117.

Badouard, Romain, « La mise en technologie des projets politiques. Une approche “orientée design” de la participation en ligne », Participations, no 8, 2014 : 31-54.

Badouard, Romain, Goëta, Samuel et Mabi, Clément, « Produire un “écosystème” pour les données : une analyse de la plate-forme data.gouv.fr et de ses publics », communication au 13e Congrès national de l’Association française de science politique, Aix-en-Provence, 22-24 juin 2015.

Boustany, Joumana, « Accès et réutilisation des données publiques. État des lieux en France », Les Cahiers du numérique, vol. 9, no 1, 2013 : 21-37.

Callon, Michel, Lascoumes, Pierre et Barthes, Yannick, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 2001.

Colin, Nicolas et Verdier, Henri, L’âge de la multitude. Entreprendre et gouverner après la révolution numérique, Paris, A. Colin, 2012.

Chignard, Simon, “Open data”. Comprendre l’ouverture des données publiques, Limoges, FYP Éditions, 2012.

Delmas, Richard et Massit-Folléa, Françoise (dir.), Vers la société de l’information. Savoirs - Pratiques - Médiations, Rennes, Éditions Apogée, 1995.

George, Éric et Granjon, Fabien (dir.), Critiques de la société de l’information, Paris, L’Harmattan, 2008.

Goëta, Samuel, « Intéresser à la réutilisation des données : la participation des développeurs aux concours d’applications open data », in GIS Démocratie et Participation, Actes des 3mes journées doctorales sur la participation du public et la démocratie participative (Bordeaux, 22-23 novembre 2013).

Goëta, Samuel et Mabi, Clément, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements, no 79, (Contre-)pouvoirs du numérique, 2014 : 81-91.

Gurstein, Michael, « Open data: Empowering the empowered or effective data use for everyone? » [en ligne], First Monday, vol. 16, no 2, 2011, disponible sur <http://firstmonday.org/article/view/3316/2764> [consulté le 10/10/2016].

Lascoumes, Pierre, « La démocratie électronique et l’Open Government de Barack Obama sous l’œil critique des STS », in M. Akrich et al., Débordements. Mélanges offerts à Michel Callon, Paris, Presses des Mines, 2010 : 241-255.

Lascoumes, Pierre et Le Galès, Patrick, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

Janssen, Marijn, Charalabidis, Yannis et Zuiderwijk, Anneke, « Benefits, adoption barriers and myths of open data and Open Government », Information Systems Management, vol. 19, no 4, 2012 : 258-268.

Mattelart, Armand, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2009.

Noveck, Beth S., Wiki Government: How Technology Can Make Government Better, Democracy Stronger, and Citizens More Powerful, Washington, Brookings Institution Press, 2009.

Parasie, Sylvain, « Le journalisme “hacker”. Une nouvelle utopie pour la presse ? » [en ligne], La vie des idées.fr, 21 juin 2011, disponible sur <http://www.laviedesidees.fr/Le-journalisme-hacker.html> [consulté le 13/10/2016].

Parasie, Sylvain et Dagiral, Éric, « Data-driven journalism and the public good: “Computer-assisted Reporters” and “Programmer-journalists” in Chicago », New media and society, vol. 15, no 6, 2013 : 853-871.

Peugeot, Valérie, « L’ouverture des données publiques : convergence ou malentendu politique ? », in B. Stiegler (dir.), Confiance, croyance, crédit dans les mondes industriels », Limoges, FYP Éditions, 2012 : 79-101.

Worthy, Ben, « David Cameron’s transparency revolution? » [en ligne], 3rd Global Transparency Conference, 2013, disponible sur <http://campus.hec.fr/global-transparency/wp-content/uploads/2013/10/Worthy-David-Camerons-Transparency-revolution-FINAL.pdf> [consulté le 13/10/2016].

Yu, Harlan et Robinson, David G., « The new ambiguity of “Open Government” » [en ligne], UCLA Law Review Discourse, vol. 59, no 178-179, 2012 : 179-208, disponible sur <http://www.uclalawreview.org/the-new-ambiguity-of-“open-government”/> [consulté le 11/10/2016].

Notes

1 Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, L’“empowerment”, une pratique émancipatrice ?, Paris, La Découverte, 2013.

2 Richard Delmas et Françoise Massit-Folléa (dir.), Vers la société de l’information. Savoirs - Pratiques - Médiations, Rennes, Éditions Apogée, 1995 ; Armand Mattelart, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2009 ; Éric George et Fabien Granjon (dir.), Critiques de la société de l’information, Paris, L’Harmattan, 2008.

3 Pour une étude synthétique de ces déséquilibres, et des propositions de solutions pour pallier, voir notamment : Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements, no 79, (Contre-)pouvoirs du numérique, 2014 : 81-91.

4 The White House, « President’s Memorandum on Transparency and Open Government », 21 janvier 2009, disponible sur <https://www.whitehouse.gov/the_press_office/TransparencyandOpenGovernment> [consulté le 11/10/2016].

5 Commission européenne, L’ouverture des données publiques : un moteur pour l’innovation, la croissance et une gouvernance transparente, COM(2011) 882 final, 12 décembre 2011, disponible sur <http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:52011DC0882&from=FR> [consulté le 11/10/2016].

6 Beth S. Noveck, Wiki Government: How Technology Can Make Government Better, Democracy Stronger, and Citizens More Powerful, Washington, Brookings Institution Press, 2009.

7 Voir notamment : The White House, « President’s Memorandum on Transparency and Open Government », op. cit. ; The Open Government Partnership, « National action plan for the United States of America », 20 septembre 2011 ; Id., « Second Open Government national action plan for the United States of America », 5 décembre 2013 ; Id., « Third Open Government national action plan for the United States of America », 27 octobre 2015.

8 Le principe d’accountability pourrait être traduit par l’obligation, pour un élu ou un fonctionnaire, de rendre des comptes aux citoyens sur ses activités et leurs résultats ; le principe de public scrutiny désigne le fait qu’élus et fonctionnaires travaillent sous la surveillance du public ou de l’opinion publique.

9 Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 2001.

10 Pierre Lascoumes, « La démocratie électronique et l’Open Government de Barack Obama sous l’œil critique des STS », in M. Akrich et al., Débordements. Mélanges offerts à Michel Callon, Paris, Presses des Mines, 2010 : 241-255.

11 Harlan Yu et David G. Robinson, « The new ambiguity of “Open Government” » [en ligne], UCLA Law Review Discourse, vol. 59, no 178-179, 2012 : 179-208, disponible sur <http://www.uclalawreview.org/the-new-ambiguity-of-“open-government”/> [consulté le 11/10/2016].

12 Beth S. Noveck, « What’s in a name? Open Gov and Good Gov » [en ligne], Huffington Post, le 4 juillet 2011, disponible sur <http://www.huffingtonpost.com/beth-simone-noveck/whats-in-a-name-open-gov-_b_845735.html> [consulté le 11/10/2016].

13 Valérie Peugeot, « L’ouverture des données publiques : convergence ou malentendu politique ? », in B. Stiegler (dir.), Confiance, croyance, crédit dans les mondes industriels », Limoges, FYP Éditions, 2012.

14 Simon Chignard, “Open data”. Comprendre l’ouverture des données publiques, Limoges, FYP Éditions, 2012 : 79-101.

15 Ces communautés sont alors au nombre de quatorze : Business, Cities, Counties, Developer, Education, Energy, Ethics, Law, Manufacturing, Ocean, Restore the Gulf, Safety, States, Sustainable Supply Chain.

16 Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, L’“empowerment”, une pratique émancipatrice ?, op. cit.

17 Premier ministre, Circulaire du 26 mai 2011 relative à la création du portail unique des informations publiques de l'État « data.gouv.fr » par la mission « Etalab »…, 26 mai 2011 : annexe 1, disponible sur <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024072788>.

18 Romain Badouard, Samuel Goëta et Clément Mabi, « Produire un “écosystème” pour les données : une analyse de la plate-forme data.gouv.fr et de ses publics », communication au 13e Congrès national de l’Association française de science politique, Aix-en-Provence, 22-24 juin 2015.

19 Samuel Goëta, « Intéresser à la réutilisation des données : la participation des développeurs aux concours d’applications open data », in GIS Démocratie et Participation, Actes des 3mes journées doctorales sur la participation du public et la démocratie participative (Bordeaux, 22-23 novembre 2013).

20 Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, L’“empowerment”, une pratique émancipatrice ?, op. cit.

21 Nicolas Colin et Henri Verdier, L’âge de la multitude. Entreprendre et gouverner après la révolution numérique, Paris, A. Colin, 2012.

22 Certaines agences publiques, comme l’IGN ou l’INSEE, bénéficient en effet de dérogations leur permettant de vendre les données qu’elles recueillent. Dans la mesure où ces ventes ne constituent qu’une faible part de leurs revenus (par ailleurs en baisse), le rapport Trojette préconise la gratuité générale des données.

23 Romain Badouard, Samuel Goëta et Clément Mabi, « Produire un “écosystème” pour les données… », art. cité.

24 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », art. cité.

25 Joumana Boustany, « Accès et réutilisation des données publiques. État des lieux en France », Les Cahiers du numérique, vol. 9, no 1, 2013 : 21-37.

26 Ibid. : 13.

27 Marijn Janssen, Yannis Charalabidis et Anneke Zuiderwijk, « Benefits, adoption barriers and myths of open data and Open Government », Information Systems Management, vol. 19, no 4, 2012 : 258-268.

28 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », art. cité.

29 Romain Badouard, « Les mobilisations de clavier. Le lien hypertexte comme ressource des actions collectives en ligne », Réseaux, no 181, 2013 : 87-117.

30 Sylvain Parasie, « Le journalisme “hacker”. Une nouvelle utopie pour la presse ? » [en ligne], La vie des idées.fr, 21 juin 2011, disponible sur <http://www.laviedesidees.fr/Le-journalisme-hacker.html> [consulté le 13/10/2016].

31 Sylvain Parasie et Éric Dagiral, « Data-driven journalism and the public good: “Computer-assisted Reporters” and “Programmer-journalists” in Chicago », New media and society, vol. 15, no 6, 2013 : 853-871.

32 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », art. cité.

33 Dans les pages de présentation de ces enquêtes sont précisées à la fois les types de données utilisées, avec des liens menant aux sources en question, et des précisions apportées par les journalistes sur la manière dont ils ont obtenu ces données, ce qui a grandement facilité la réalisation de cette analyse.

34 Michael Gurstein, « Open data: Empowering the empowered or effective data use for everyone? » [en ligne], First Monday, vol. 16, no 2, 2011, disponible sur <http://firstmonday.org/article/view/3316/2764> [consulté le 10/10/2016] (notre traduction).

35 Ben Worthy, « David Cameron’s transparency revolution? » [en ligne], 3rd Global Transparency Conference, 2013, disponible sur <http://campus.hec.fr/global-transparency/wp-content/uploads/2013/10/Worthy-David-Camerons-Transparency-revolution-FINAL.pdf> [consulté le 13/10/2016].

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le dispositif en ligne d’ouverture des données publiques aux États-Unis
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 2. Le premier dispositif en ligne d'ouverture des données publiques en France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 3. Le second dispositif en ligne d’ouverture des données publiques en France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Évolution de la part des liens entrants vers la plate-forme data.gouv.fr entre 2013 et 2014
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Types de sources utilisées dans les enquêtes sélectionnées pour les Data Journalism Awards 2013
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9067/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

Auteur

Romain Badouard est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Cergy-Pontoise, et chercheur au sein du laboratoire AGORA. Ses recherches portent principalement sur les évolutions du débat public à l’ère du numérique, les usages citoyens du numérique et l’innovation démocratique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter