Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ouvrir, partager, réutiliser

 | 
Clément Mabi
, 
Jean-Christophe Plantin
, 
Laurence Monnoyer-Smith

Introduction.
Lorsque la recherche en sciences humaines et sociales se penche sur les données numériques

Clément Mabi et Jean-Christophe Plantin

Texte intégral

1On assiste actuellement à la production et à la diffusion d’un nombre toujours plus important de données numériques dans l’espace scientifique, professionnel et public. Celles-ci proviennent de diverses sources : des administrations qui mettent en ligne leurs données de fonctionnement dans le cadre de démarches open data, des entreprises qui ouvrent certaines de leurs données non stratégiques, du monde scientifique qui a recours à des données de plus en plus hétérogènes et de grande taille, ou encore des internautes qui produisent des données à travers leurs activités quotidiennes sur le web. Ces données, loin d’être neutres, nécessitent un processus complexe de traitement en amont de leur mise à disposition. Les différentes logiques d’acteurs présentes lors de ces multiples étapes, de la récolte à la publication de données, contribuent à en faire le résultat d’un processus sociotechnique complexe. Comprendre la construction sociale et les usages des données nécessite ainsi de considérer ces dernières dans leur écosystème complet, constitué d’une agrégation de discours, de médiations sociotechniques et de pratiques qui influencent leur construction sociale et structurent des relations de pouvoir.

  • 1 Le projet SACRED a été mené en partenariat avec l’Institut des sciences de la communication du CNRS (...)

2Pour aller dans ce sens, le projet SACRED a initié une série de rencontres et d’espaces de dialogue afin d’analyser les données à partir de leur écosystème et ainsi de les « suivre » depuis leur création jusqu’à leur usage par une multitude d’acteurs. Pour ce faire nous avons réuni un groupe international de chercheurs et de chercheuses, sous la forme de deux séminaires et d’une journée d’étude qui s’est tenue le 14 février 2013 dans les locaux de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) à Paris1. Dans une approche à la croisée des sciences de l’information et de la communication et des sciences, technologie et société, il s’est agi de rendre visible la complexité des processus sociotechniques autour des données, tout en intégrant les réflexions épistémologiques et les évolutions en matière d’infrastructures qui en découlent.

3Celles et ceux qui ont pris part à ce projet ont questionné « l’impératif d’ouverture » qui conduit les domaines scientifiques et citoyens à produire des données, à les mettre à disposition et à favoriser leur réutilisation. Ces interrogations ont été critiques, dans le sens où elles ont cherché à mettre à distance les discours des acteurs, tout en gardant comme objectif l’identification des modalités d’appropriation de ces masses de données par les sciences humaines et sociales (SHS). Les différents chapitres de cet ouvrage sont issus de ces contributions, auxquelles nous avons adjoint certains éclairages complémentaires.

Les enjeux épistémologiques du « tournant computationnel » des sciences humaines et sociales

  • 2 Rob Kitchin, The Data Revolution: Big Data, Open Data, Data Infrastructures and Their Consequences, (...)

4L’évolution des méthodes de la recherche scientifique et de l’accroissement des capacités de traitement numérique des données se traduit par la production et la diffusion d’un nombre toujours plus important de données dans l’espace scientifique (que le terme big data recouvre2). L’inflation est telle que les moyens techniques de traitement traditionnels de bases de données ne sont plus suffisants et nécessitent une réflexion sur la collection, le stockage, l’analyse et la visualisation des données. Dans ce contexte, de nouvelles formes du travail scientifique semblent émerger, et les termes « tournant computationnel » ou « data-driven science » désignent des pratiques de recherche basées sur la collection, l’analyse et la modélisation de masses de données. Si certaines de ces nouvelles pratiques proposent de remettre en question la démarche hypothético-déductive des sciences – de partir des données pour faire émerger des corrélations – assiste-t-on pour autant à une substitution de ces modèles ?

  • 3 Jean-Christophe Plantin et Federica Russo, « D’abord les données, ensuite la méthode ? Big data et (...)

5Afin de mesurer leur portée réelle et d’adopter une posture réflexive, ces transformations ont besoin d’être accompagnées d’une discussion épistémologique et critique sur les évolutions engendrées. En sciences humaines et sociales (SHS), ce type de recherche reste pour le moment fortement structuré autour d’infrastructures de recherche. Le recueil et l’analyse des grandes masses de données est l’apanage de certains laboratoires de recherche en linguistique et en psychologie sociale (le Cediscor ou l’ENS Cachan par exemple), où les traditions d’analyse de contenus de grands corpus sont déjà anciennes. Certains efforts de structuration ont été entamés pour accompagner les SHS dans ce type de recherche. Plusieurs cyber-infrastructures se sont progressivement mises en place parmi lesquelles on peut citer la très grande infrastructure de recherches (TGIR) Huma-Num (CNRS, Université Aix-Marseille, Campus Condorcet) avec la plateforme Isidore ou la TGIR PROGEDO (Production et gestion des données), la très grande infrastructure de recherche des sciences humaines et sociales qui assure la collecte, l’archivage, la documentation et l’accès sécurisé des chercheurs à ces données. Toutefois, l’arrivée du web apporte une multitude de données hétérogènes aux chercheurs et aux chercheuses (on pense par exemple aux données de réseaux sociaux), dont les caractéristiques techniques et légales les rendent difficilement archivables au sein de ces infrastructures. Ces données paraissent donc d’autant plus massives que la recherche ne dispose pas encore d’entité adaptée pour en faciliter la réutilisation au sein de la communauté scientifique3.

  • 4 Jean-Christophe Plantin et Laurence Monnoyer-Smith, « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numé (...)
  • 5 Clément Mabi et Françoise Thibault, « Le politique face au numérique : une fascination à hauts risq (...)

6Dans le même temps, le développement des recherches orientées vers les données se structure également autour du courant des « humanités numériques » qui revendique la spécificité méthodologique et heuristique d’un champ de recherche transdisciplinaire au sein duquel se mène un travail réflexif sur les données, méthodes et outils de la recherche4. Dans le même temps, à rebours des discours sur la radicale nouveauté de ces enjeux pour les sciences, la tradition de réflexivité des SHS fournit un ensemble de concepts critiques qui permet aux « humanités numériques » de réfléchir à la portée des mutations en cours. Le « tournant computationnel » des SHS doit donc être discuté et abordé de manière critique afin d’envisager les implications réelles des données numériques sur la recherche5. L’un des objectifs de cet ouvrage est de contribuer à ce travail réflexif en interrogeant les évolutions des relations entre le monde social et les méthodes disponibles pour l’analyser.

Activité politique et gouvernement par les données

7Parallèlement à ces réflexions et expérimentations épistémologiques en SHS, la production de données numériques contribue également à faire évoluer la manière dont des individus ou collectifs se constituent, ont accès à la connaissance ou sont gouvernés. Marquée par la forte informatisation de notre environnement, l’activité politique se transforme également et mobilise de plus en plus largement les données numériques. Cette évolution est renforcée par la généralisation de la libération des données dans les administrations (on parle alors d’open data). Rapidement, la société civile s’est emparée des potentialités offertes par les données numériques pour analyser le social et évaluer l’action des administrations afin d’obtenir plus de transparence dans l’action publique. Ce mouvement d’abord anglo-saxon de l’Open Governement, transformé en France en « Démocratie ouverte » se concrétise par la multiplication des « technologies citoyennes » (civic tech) qui offrent la possibilité aux citoyens et aux citoyennes, par exemple au moyen d’applications mobiles, de comparer des programmes politiques ou contrôler le déploiement des politiques publiques. Au-delà des discours d’accompagnement techno-optimistes qui présentent ces technologies comme susceptibles de « renouveler » la démocratie, de nombreuses questions demeurent : dans quelle mesure peuvent-elles transformer les rationalités de gouvernement de nos sociétés actuelles ? Sont-elles réellement en capacité de peser sur les configurations institutionnelles et de transformer les rapports de force ?

  • 6 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements, n(...)
  • 7 Bernard Manin, Les principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

8Malgré un engouement important, le premier bilan de ces transformations de l’action publique reste globalement incertain6. L’empowerment annoncé ne semble pas être au rendez-vous et ces initiatives semblent trop souvent absorbées par le système de démocratie représentative, dont la capacité de résilience a été soulignée depuis longtemps7. Plutôt que de vraiment inciter les citoyens et les citoyennes à entrer dans une démarche critique et active sur l’action publique, la multiplication des dispositifs utilisant des données numériques dans un but citoyen semble renforcer l’action des institutions et leurs politiques de communication. Cette frustration peut s’expliquer de plusieurs manières : on peut d’abord remarquer que bon nombre d’initiatives citoyennes, dans la mesure où elles cherchent à rester critique, peinent à intégrer les processus de décision. De fait, malgré des mobilisations importantes, le fonctionnement institutionnel n’est pas véritablement bousculé par ces nouveaux usages.

  • 8 Amar Lakel et Françoise Massit-Folléa, « Société civile et gouvernance de l’Internet : la construct (...)

9Par ailleurs, l’usage de ce type d’outils risque de laisser penser qu’ils permettent à eux seuls de faire de la « politique autrement », en créant une relation directe entre gouvernant-e-s et gouverné-e-s. Or, dans ces configurations, les applications mobiles, et ceux qui les créent, forment une médiation qui doit être prise en compte et analysée. On observe ainsi que ce bouillonnement démocratique se trouve progressivement organisé par une nouvelle catégorie d’acteurs, celle des entrepreneurs qui lancent leurs outils. Comment leurs légitimes intérêts commerciaux cohabitent-ils avec l’impératif de construction de l’intérêt général ? Les citoyens ont-ils conscience de la dimension marchande des outils qu’ils utilisent ? Ce flou des statuts nous montre, une fois de plus, l’instabilité du concept de « société civile » et la nécessité d’affiner les catégories de description des acteurs non étatiques8.

  • 9 Romain Badouard, « La mise en technologie des projets politiques : une approche “orientée design” d (...)
  • 10 Romain Badouard, Clément Mabi et Guillaume Sire, « Inciter, contraindre, encadrer. Trois régimes de (...)

10La question du design est également au centre des enjeux dans les mouvements open data. La configuration des plateformes structure des relations de pouvoir dans la mesure où elle autorise la libération des données « d’une certaine manière9 ». Les choix techniques effectués pour mettre à disposition les données ont une dimension politique et reflètent la conception normative de la libération portée par celles et ceux qui en sont à l'origine. Autrement dit, les outils incarnent une rationalité, une manière de concevoir l’action et le social qui mérite d’être interrogée. Penser les relations de pouvoir en termes de gestion de la contrainte est spécifique aux technologies numériques qui orientent, cadrent et configurent les pratiques en fonction des outils mis à disposition10. La contrainte technique est alors « encapacitante », elle habilite et ouvre des possibles qui seront ensuite plus ou moins activés par les usages. Contribuer à cette réflexion sur l’ouverture et la circulation des données nous semble un des enjeux principaux des contributions réunies dans cet ouvrage.

Annonce de plan

11Pour interroger « l’impératif d’ouverture » et ses conséquences sur la production des données numériques et les pratiques sociales qui en découlent, nous avons choisi d’aborder la question de manière transversale, en mettant l’accent sur plusieurs axes d’analyse. Si l’analyse de la production des données est souvent séparée de la réception, il est au contraire important de les confronter au sein d’un espace de réflexion commun, afin de faire émerger des invariants et des réflexions partagées. Les traiter de concert permet de faire ressortir leurs points de convergence et divergence quant aux mutations sociale, politique et technique qui accompagnent les données numériques. Il s’agit dès lors de prendre en considération la diversité des acteurs impliqués, aussi bien politiques que scientifiques, producteurs et utilisateurs, experts et profanes.

12Afin de traiter ces multiples enjeux, cet ouvrage rassemblent des contributions provenant de chercheurs et de chercheuses français-es et internationaux au sein de trois parties. La première est consacrée au processus et principes de mise à disposition des données, et vise à analyser la manière dont les institutions conçoivent globalement ce type de démarche et les instruments qu’elles mettent en place pour assurer leur efficacité. Les recherches de Jérôme Denis et Samuel Goëta (École des Mines de Paris/Télécom ParisTech) montrent l’illusion de la notion de « donnée brute » en mettant en lumière le traitement préalable à leur publication. François Allard-Huver (Télécom ParisTech) compare ainsi les acceptions européennes et américaines de la notion de transparence dans la libération de données ; Romain Badouard (université de Cergy-Pontoise) propose une analyse comparative des conceptions de l’action citoyenne qui accompagnent les initiatives d’open data aux États-Unis et en France.

13La deuxième partie porte sur les dimensions éthiques et juridiques des infrastructures de publication des données. Il s’agit d’analyser la manière dont les acteurs incorporent dans ces dispositifs un certain nombre de normes à la fois juridiques et éthiques qui contraignent les pratiques de leurs utilisateurs. Elle rassemble les articles de Francesca Musiani (Institut des sciences de la communication, CNRS) sur la notion de privacy au sein d’une plateforme de stockage de données et de Melanie Dulong de Rosnay (Institut des sciences de la communication, CNRS) sur les cadres légaux pour le partage et la réutilisation des données à l’échelle européenne.

14La troisième partie apporte une réflexion épistémologique sur les pratiques de recherche à partir des données numériques. L’objectif est ici de réfléchir aux conséquences du recours aux données sur la collaboration et l’évaluation scientifique, mais également le partage des données de la recherche. David M. Berry (University of Sussex) interroge cette disponibilité des données à l’aune des compétences numériques émergentes pour les traiter, et plus largement des transformations de la place de l’université à l’ère du numérique. Jean-Christophe Plantin (London School of Economics and Political Science), Carl Lagoze, Paul N. Edwards et Christian Sandvig (University of Michigan) proposent de conceptualiser les big data non en fonction de la taille des données disponibles, mais en tenant compte dans la définition proposée des mutations du travail collaboratif engendré et de ses implications sur l’évaluation des productions scientifiques. Enfin, Christine L. Borgman (University of California, Los Angeles, UCLA) offre, au cours d’un entretien, plusieurs pistes de réflexions sur le futur des infrastructures de recherche.

Bibliographie

Badouard, Romain, Mabi, Clément et Sire, Guillaume, « Inciter, contraindre, encadrer. Trois régimes de gouvernementalité numérique » [en ligne], 2015, disponible sur <https://www.academia.edu/15551911/Inciter_contraindre_encadrer_trois_régimes_de_gouvernementalité_numérique> [consulté le 07/10/2016].

Borgman, Christine L., Big Data, Little Data, No Data: Scholarship in the Networked World, Cambridge (MA), MIT Press, 2015.

Goëta, Samuel et Mabi, Clément, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements, no 79, (Contre-)pouvoirs du numérique, 2014 : 81-91.

Kitchin, Rob, The Data Revolution: Big Data, Open Data, Data Infrastructures and Their Consequences, Thousand Oaks (CA), SAGE Publications Ltd, 2014.

Lakel, Amar et Massit-Folléa, Françoise, « Société civile et gouvernance de l’Internet : la construction d’une légitimité ambiguë », Hermès, no 47, Paroles publiques. Communiquer dans la cité, 2007 : 167-176, disponible sur <https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2007-1-page-167.htm> [consulté le 07/10/2016].

Mabi, Clément et Thibault, Françoise, « Le politique face au numérique : une fascination à hauts risques », Socio, no 4, Le tournant numérique… Et après ?, 2015 : 161-173, disponible sur <https://socio.revues.org/1344> [consulté le 07/10/2016].

Mabi, Clément, « La plateforme “data.gouv.fr” ou l’open data à la française », Informations sociales, no 191, Open et big data, 2015 : 52-59, disponible sur <https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-5-page-52.htm> [consulté le 07/10/2016].

Manin, Bernard, Les principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

Mounier, Pierre, « Une “utopie politique” pour les humanités numériques ? » Socio, no 4, Le tournant numérique… Et après ?, 2015 : 97-112, disponible sur <https://socio.revues.org/1451> [consulté le 07/10/2016].

Plantin, Jean-Christophe et Monnoyer-Smith, Laurence, « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société, vol. 7, no 2, Mondes numériques : nouvelles perspectives de la recherche, 2013 : 38-66.

Plantin, Jean-Christophe et Russo, Federica, « D’abord les données, ensuite la méthode ? Big data et déterminisme en sciences sociales », Socio, no 6, Déterminismes, 2016 : 97-115, disponible sur <https://socio.revues.org/2328> [consulté le 07/10/2016].

Notes

1 Le projet SACRED a été mené en partenariat avec l’Institut des sciences de la communication du CNRS, le Costech de l’UTC et le Céditec de Paris-Est et a été financé dans le cadre des Projets Exploratoires en sciences de la communication du CNRS.

2 Rob Kitchin, The Data Revolution: Big Data, Open Data, Data Infrastructures and Their Consequences, Thousand Oaks (CA), SAGE Publications Ltd, 2014 ; Christine L. Borgman, Big Data, Little Data, No Data: Scholarship in the Networked World, Cambridge (MA), MIT Press, 2015.

3 Jean-Christophe Plantin et Federica Russo, « D’abord les données, ensuite la méthode ? Big data et déterminisme en sciences sociales », Socio, no 6, Déterminismes, 2016 : 97-115, disponible sur <https://socio.revues.org/2328> [consulté le 07/10/2016].

4 Jean-Christophe Plantin et Laurence Monnoyer-Smith, « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société, vol. 7, no 2, Mondes numériques : nouvelles perspectives de la recherche, 2013 : 38-66 ; Pierre Mounier, « Une “utopie politique” pour les humanités numériques ? » Socio, no 4, Le tournant numérique… Et après ?, 2015 : 97-112, disponible sur <https://socio.revues.org/1451> [consulté le 07/10/2016].

5 Clément Mabi et Françoise Thibault, « Le politique face au numérique : une fascination à hauts risques », Socio, no 4, Le tournant numérique… Et après ?, 2015 : 161-173, disponible sur <https://socio.revues.org/1344> [consulté le 07/10/2016].

6 Samuel Goëta et Clément Mabi, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements, no 79, (Contre-)pouvoirs du numérique, 2014 : 81-91.

7 Bernard Manin, Les principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

8 Amar Lakel et Françoise Massit-Folléa, « Société civile et gouvernance de l’Internet : la construction d’une légitimité ambiguë », Hermès, no 47, Paroles publiques. Communiquer dans la cité, 2007 : 167-176, disponible sur <https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2007-1-page-167.htm> [consulté le 07/10/2016].

9 Romain Badouard, « La mise en technologie des projets politiques : une approche “orientée design” de la participation en ligne », Participations. Revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté, no 2014/1, 2014 : 31-54 ; Clément Mabi, « La plateforme “data.gouv.fr” ou l’open data à la française », Informations sociales, no 191, Open et big data, 2015 : 52-59, disponible sur <https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-5-page-52.htm> [consulté le 07/10/2016].

10 Romain Badouard, Clément Mabi et Guillaume Sire, « Inciter, contraindre, encadrer. Trois régimes de gouvernementalité numérique » [en ligne], 2015, disponible sur <https://www.academia.edu/15551911/Inciter_contraindre_encadrer_trois_régimes_de_gouvernementalité_numérique> [consulté le 07/10/2016].

Auteurs

Clément Mabi est maître de conférences à l'université de technologie de Compiègne (UTC). Ses travaux portent sur les relations entre innovation technologique et démocratie et les usages du numérique pour la participation citoyenne. Il s’intéresse également aux enjeux de l’équipement numérique de la recherche en sciences humaines et sociales. Animateur du réseau « Démocratie électronique » (DEL) consacré aux liens entre numérique et démocratie, il est par ailleurs membre du comité de rédaction des revues Participations et Politiques de communication.

Jean-Christophe Plantin est enseignant chercheur à la London School of Economics and Political Science, au département Media & Communications. Ces intérêts de recherches portent sur les usages participatifs des plates-formes cartographiques, la collaboration scientifique à partir de grandes masses de données et les évolutions des institutions de connaissance. Ces recherches ont été financées par la Fondation Alfred P. Sloan, la Fondation Gordon and Betty Moore, le fonds européen de développement régional, et le programme MCubed de l’université du Michigan. Ces recherches ont été publiées dans les revues New Media & Society, Media, Culture & Society, et International Journal of Communication.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable