Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Première partie. Le temps de l'avenir

Les représentations de l'avenir entre « idéel et matériel »

Alain D'Iribarne

Texte intégral

1L'objet du colloque dont le présent ouvrage est issu me touche d'autant plus que j'ai commencé à la fin des années 1960 et au début des années 1970 à m'intéresser aux prévisions à moyens termes dans le cadre du Commissariat général du Plan, à la grande époque donc de la planification à la française.

2Puis, à la suite du livre blanc de Jacques Delors de 1993 sur la croissance, la compétitivité et l'emploi de l'Europe, j'ai été beaucoup sollicité pour participer à divers groupes de prospective auxquels il était demandé de dire ce que serait, à moyen terme, la « société de l'information et de la communication » devenue, depuis, la « société du savoir ». Dans ces groupes, j'ai été confronté aux affrontements violents d'experts qui prédisaient, pour les uns, l'avènement de l'apocalypse et, pour les autres, l'avènement de la félicité du Ciel. Le problème majeur était que, dans la majorité des cas, leurs propos correspondaient à des professions de foi dont les fondements scientifiques étaient faiblement construits, voire inexistants.

3Enfin, en tant qu'administrateur de la Fondation Maison des sciences de l'homme de 2005 à 2009, j'ai été à nouveau confronté à la sempiternelle question qui se pose à tout gestionnaire de recherche : quels travaux soutenir, sachant qu'en principe il doit s'agir en priorité de ceux qui correspondent aux questions les plus cruciales que nous posent nos sociétés.

4En ce qui me concerne, ayant lu quelques bons auteurs comme tous les chercheurs sérieux qui s'intéressent aux évolutions des sociétés sur de longues périodes – aussi bien André Leroi-Gourhan que François Caron, Bertrand Gille, Jacques Le Goff, Jacques Ellul, Marcel Gauchet, Pierre Teilhard de Chardin, Karl Polanyi, Manuel Castells, Edgar Morin et Jacques Robin, sans oublier bien évidemment Fernand Braudel, pour ne citer dans le désordre que des auteurs familiers aux Français –, et ayant piloté des travaux empiriques au plan européen dans lesquels des populations de petites villes françaises, allemandes, italiennes et espagnoles devaient indiquer leurs attentes et leurs frayeurs vis-à-vis d'Internet, j'ai fait mienne l'idée que le monde des humains dans sa dynamique de longue période se trouve continuellement pris entre deux grands ensembles : la cosmogonie et la technée, ou plus simplement en reprenant le titre d'un ouvrage de l'anthropologue français bien connu Maurice Godelier : entre l'idéel et le matériel (Godelier 1984).

5Il s'agit, d'une part, de la matérialité du monde avec les diverses composantes de la nature associées aux artefacts techniques conçus et mis en œuvre par l'homme, les unes et les autres interagissant. D'autre part, des représentations du monde avec des idées associées aux croyances, aux religions et au sacré, l'ensemble forgeant à travers le temps et l'espace, les visions que les humains ont de ce monde tant dans la reconstitution du passé – leur histoire – que dans leur façon de vivre le présent ou de se représenter l'avenir : de se projeter sur l'avenir. Avenirs radieux ou avenirs apocalyptiques, c'est selon...

6Ce « c'est selon » correspond à la nature et à la pondération des peurs et des espérances. Il dépend bien entendu de la sélection qui est faite au sein de la complexité du monde réel. En effet, ce dernier est toujours appréhendé de façon partielle. Mais, il repose aussi sur la façon dont nous nous projetons sur ce monde réel, tant d'un point de vue individuel que collectif, ce qui fait que notre perception est tout autant partiale.

7Admettons maintenant que, dans une perspective historique longue, se trouvent à l'articulation centrale de l'idéel et du matériel les sciences en relation avec d'une part l'innovation – en particulier technologique – et d'autre part les représentations du monde – en particulier le religieux. Admettons également que dans le monde occidental et, notamment dans la « vieille Europe », le temps historique dont nous sommes les héritiers directs s'est structuré au cours du dernier millénaire en trois grandes séquences – le Moyen Âge, la Renaissance et les Lumières –, qui, l'un dans l'autre, correspondent à des ruptures, tant dans le domaine des techniques que des représentations du monde. Admettons enfin qu'à travers ces séquences s'est peu à peu construit le monde moderne en extériorisant le monde des hommes de la nature et des divinités, tout en le plongeant dans le monde de la science et de la technique avec les doubles notions de progrès et d'efficacité. Dans ces conditions, peut-on alors considérer que l'idée d'une humanité rationnelle, autonome, responsable de sa destinée, dominatrice de la nature, pouvant faire son bonheur sur terre grâce aux connaissances scientifiques et à leurs applications, grâce aux progrès dans tous les domaines – économique, social et politique –, avec la « citoyenneté », la démocratie parlementaire, le respect des droits de l'homme, la régulation pacifique des conflits, n'est que le fruit d'un long cheminement qui a marqué l'Occident et dont le déversement sur le monde dans sa globalité avec ses prétentions d'universalité serait sujet à caution et relèverait du droit d'inventaire ?

  • 1 De ce point de vue, les événements récents correspondant à ce qui est improprement appelé la « cri (...)

8De fait, au cours des dernières décennies, le doute a commencé à s'immiscer. Doute d'abord dans les progrès moraux de l'homme, avec les camps et les exterminations de la Seconde Guerre mondiale mais aussi de l'après-guerre. Doute également dans les vertus de la croissance économique porteuse d'une opulence et d'un progrès social pour tous, avec l'entrée en crise des « États-providence » ; doute sur l'évidence des libertés publiques en démocratie, avec les reprises en main sécuritaires actuelles à la suite des vagues d'attentats mis au service de diverses causes. Doute enfin sur l'avenir de la planète et, en corollaire, sur l'avenir de l'humanité avec le « réchauffement climatique ». Il s'agit de doutes sur l'évidence des bienfaits de la science et de la technique associés à des doutes sur l'avenir d'un monde matérialiste. Ils renvoient à une triple crise de modèles : de croissance, de développement et de valeurs morales, voire à une crise de civilisation1.

9Dès lors, on voit apparaître deux grands mouvements de fond dans les champs respectifs du matériel et de l'idéel : l'écologisme et le créationnisme. Ils correspondent à un double refus : celui de l'extériorité de l'humanité par rapport à la nature, celui de l'extériorité de l'humanité par rapport à Dieu.

10De ce dernier point de vue, selon une perspective cyclique de l'histoire, partant du postulat que l'univers procéderait de Dieu et que l'homme procéderait de l'univers, un chemin inverse au long cheminement qui a fondé la civilisation occidentale depuis l'époque médiévale à nos jours aurait été parcouru en peu de temps, avec ses nouvelles grandes frayeurs et ses nouveaux espoirs, bouclant ainsi la boucle. Mais, et c'est cela qui est intéressant, ces deux parcours contraires reposent sur les mêmes fondements, les mêmes mécanismes : l'incapacité pour l'humanité de comprendre les événements auxquels elle se trouve confrontée ; l'incapacité pour elle d'agir efficacement face à ces derniers pour s'en prémunir ou en corriger les effets ; le sentiment que seule une force supérieure à la sienne – une force surnaturelle – pourrait sauver l'humanité du chaos ; le sentiment que ces fléaux sont envoyés par Dieu pour punir l'humanité d'avoir voulu s'autodéterminer avec leur cohorte d'obligations de soumission et de rachat, de rédemption. Ainsi s'explique le retour en force de la religiosité et, dans l'univers des grands monothéismes judéo/ christiano/ musulman, une résurgence des formes les plus activistes des grands courants bien connus, gnostiques et millénaristes.

11Plus précisément, en analysant attentivement leurs fondements concrets, on trouve les mêmes éléments aux sources des grandes peurs et des espérances du monde contemporain :

  • la capacité des sciences de la vie à entrer dans la structure du vivant par le biais des manipulations génétiques (séquençage du génome, identification des maladies génétiques, OGM, etc.) avec d'un côté des capacités nouvelles à soigner et à prévenir (une nouvelle génération de médecine prédictive est en cours d'émergence qui bouleversera la médecine dans les prochaines décennies), et de l'autre, des capacités nouvelles à manipuler l'espèce humaine avec ses risques d'eugénisme, de production de clones, mais aussi de production de chimères voire de mutants, incluant le risque de voir apparaître de nouvelles d'épidémies d'autant plus angoissantes que le dogme en principe bien établi de la barrière des espèces tend à être fortement battu en brèche
  • la capacité des sciences de l'information, de la communication et de la cognition à travers les concepts « d'humain élargi » ou de « société élargie » à également intervenir selon des perspectives autant préventives que curatives dans le monde de l'humain. Sont ainsi permises des performances et des réparations jusqu'ici inconcevables, mais aussi des aliénations de liberté, au moyen des divers outils de traçabilité (géopositionnement, mémoires informatiques, biocontroles...2), telles qu'elles donnent une existence au personnage prophétique de Big Brother dans 1984 d'Orwell ;
  • enfin, la capacité des paradigmes techniques (chimie, nucléaire), économiques (toujours plus d'argent) et sociaux (toujours plus de biens) pris de manière holiste à générer encore plus de bien-être, mais aussi à réduire la biodiversité, à produire de grandes catastrophes écologiques, à détruire la planète et les espèces par suite d'un réchauffement climatique... Les craintes sont alors les grandes catastrophes naturelles ponctuelles – inondations, cyclones, raz de marées – ou structurelles – désertification des terres et son cortège de famines et de guerres pour l'eau, élévation du niveau de la mer et l'engloutissement de nombre de mégapoles qui en découle, réactivant ainsi le mythe de l'Atlantide.

12Il me semble qu'on retrouve là, d'une certaine façon, transposées dans notre monde moderne, les grandes frayeurs médiévales - la faim, la maladie, la mort – qui s'inscrivent dans une incompréhension du monde. Plaise à l'humanité que les obscurantismes qui leurs ont été associées ne trouvent pas, sur le terreau de la science et de la technique dévoyées, les prétextes voulus pour leur renaissance. Nous savons que cela dépendra largement de nous, chercheurs en sciences humaines et sociales, puisque notre rôle le plus important est, paraît-il, de décrypter le monde et, surtout, de lui donner du sens.

Bibliographie

Renvois bibliographiques

Benoit XVI. 2009. Encyclique. L'amour dans la vérité. Paris, Lethielleux, cahier hors-série.

Caré, Sébastien. 2009. La pensée libertarienne. Paris, PUF (Fondements de la politique).

Godelier, Maurice. 1984. L'idéel et le matériel. Paris, Fayard.

Orwell, George. [1948] 1972. 1984. Paris, Gallimard (Folio).

Notes

1 De ce point de vue, les événements récents correspondant à ce qui est improprement appelé la « crise financière » n'ont fait qu'accentuer ces doutes conduisant à mettre l'accent sur les « valeurs » sous-jacentes à notre modèle de développement. On trouve ainsi aussi bien des critiques académiques du libéralisme dans sa forme doctrinale (voir par exemple Caré 2009) qu'une critique de magistère à travers la dernière encyclique papale actualisant la doctrine sociale de l'Église catholique (Benoît XVI 2009).

2 Je remercie Christophe Charle qui m'a rappelé l'intérêt au moins aussi grand des visions d'Aldous Huxley par rapport aux sciences de la vie que celles d'Orwell par rapport aux sciences de l'information.

Auteur

Alain D’iribarne est socio-économiste. Avant d’être administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme (2005-2009), il a mené une double carrière de chercheur et de gestionnaire de la recherche au CNRS ou il a dirige un Programme interdisciplinaire de recherche et un département scientifique. Il a également exerce des activités diverses d'expertise en matière de prospective tant auprès de grandes entreprises et institutions publiques françaises que d'institutions européennes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540