Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Internet des objets

 | 
Pierre-Jean Benghozi
, 
Sylvain Bureau
, 
Françoise Massit-Folléa

L'internet des objets

Chapitre 5

Diffusion et mise en œuvre

Texte intégral

1L’internet des objets est à la fois fondé sur des technologies antérieures et générateur de complexité nouvelle. Il est porteur de promesses de rationalisation et de croissance économiques, mais il suscite aussi des interrogations nouvelles. En rapportant les perceptions du public aux aléas de la technique et des marchés, il s’agit de réaffirmer que les questions d’acceptabilité sont majoritairement liées au couple sécurité-liberté et que des réponses claires sont nécessaires et attendues dans ce domaine. Les réticences, voire les résistances, qui se manifestent au sein de la société civile témoignent d’inquiétudes concrètes, qu’elles proviennent d’associations ou de particuliers. L’objectif est aussi bien d’améliorer l’information et la compréhension de ce qu’est l’IdO que d’attester que toutes les garanties seront prises au niveau de ses usages.

Comprendre et gérer les risques de l’IdO

2Le sentiment dominant est que l’évolution des techniques est cumulative et que leur pouvoir impose une espèce de fuite en avant dont la contrainte serait dans le même temps anonyme et non maîtrisable. Et quand les acteurs industriels et les pouvoirs publics évoquent les gains en termes de croissance et de sécurité, de nombreuses opinions publiques mettent en avant les risques et les menaces pour les personnes.

Gérer les risques environnementaux

3La question des déchets de l’informatique actuelle n’est pas résolue de manière satisfaisante, mais il faudra en plus trouver des solutions pour gérer les pollutions nouvelles générées par les puces RFID. De même, les normes relatives à l’environnement radio-électrique devront faire l’objet d’une attention particulière en raison de l’augmentation du nombre d’émetteurs ambiants. Enfin, il faudra prendre en compte les risques de l’interaction entre les puces RFID et leur environnement, par exemple quand il sera question d’utiliser des capteurs implantables qui peuvent être susceptibles de perturber les appareils médicaux. Ces technologies de puces implantables devront aussi faire la preuve de leur innocuité dans la durée.

Prévenir les risques éthiques et juridiques

4D’abord, il conviendra de s’assurer que les personnes refusant d’être appareillées ne risquent pas d’être victimes de discriminations. Ensuite, il faudra peut-être réviser les règles de la responsabilité pour prendre en compte l’intermédiation des matériels électroniques.

5Enfin la possibilité d’exercer de multiples «  identités actives  » dans l’univers numérique pourrait déboucher sur un éparpillement du sujet de droit qu’il conviendra de maîtriser.

Éviter les risques économiques

6Du côté de l’économie, des risques indirects sont liés à l’existence d’incidents dans des activités structurées et organisées autour de l’IdO. Il pourra s’agir de problèmes d’erreurs ou de pertes physiques accidentelles des tags, de bugs logiciels et fonctionnels du middleware et du software ou des défaillances des terminaux et des lecteurs. En outre, l’hyper-interdépendance des éléments de production et de distribution exigera des prouesses d’organisation et de sécurisation, non seulement pour les particuliers, mais aussi pour la lutte contre l’espionnage industriel. Il faut donc bien peser les bénéfices attendus. Les industriels les évaluent en fonction du coût d’un processus de réingénierie qu’ils hésitent parfois à engager. Le grand public ne les ignore pas tout à fait puisque le suivi des malades d’Alzheimer, la traçabilité animale ou le repérage des jeunes enfants ont dépassé le stade expérimental. Toutefois il exprime plus de craintes que d’impatience, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles.

Maintenir un niveau de protection élevé en Europe

7Les citoyens et les entreprises européens jouissent aujourd’hui d’un niveau de protection parmi les plus élevés du monde. Il importe de s’assurer que le développement de l’IdO n’entraînera pas la remise en question de cet équilibre à leur détriment, mais qu’il sera au contraire l’occasion de l’améliorer. Il pourrait ainsi être question pour l’Europe de créer pour l’IdO de nouveaux standards internationaux de qualité en matière de protection des individus.

Écouter et informer l’opinion sur l’IdO

8Parmi les nombreuses enquêtes réalisées ces dernières années, presque toutes s’attachent à mesurer la perception par les citoyens des risques concernant l’implémentation de la RFID. Nous en retiendrons deux à titre d’exemple.

La crainte d’une utilisation abusive des données

9La première, réalisée en 2005 par CapGemini, constate que le premier sujet d’inquiétude porte sur le fait que les données personnelles collectées puissent être utilisées sans que l’on sache par qui, ni pourquoi. En deuxième position, vient la crainte de pouvoir être tracé en permanence. Ensuite apparaissent les risques pour la santé. La comparaison entre l’Europe et les États-Unis montre une plus faible sensibilité à ces risques de l’autre côté de l’Atlantique, qui peut s’interpréter comme la résultante d’une plus grande familiarité avec ces technologies, ou bien d’une plus forte mobilisation des associations civiques. Mais ceci peut changer très vite. L’enquête a également comparé «  l’impact privacy  » de différentes technologies connexes (cartes bancaires, téléphone mobile, cartes de fidélité, badges d’accès, videosurveillance, etc.)  : il en ressort que pour la RFID cet impact est au moins égal ou supérieur aux autres. L’université Humboldt de Berlin a conduit en 2006, auprès du public plus averti de ses étudiants, un travail similaire sur les risques majeurs perçus en terme de privacy. L’accès non autorisé aux informations, ou skimming vient en tête, le traçage des objets grâce aux données en second, suivis de la récupération des informations sur les réseaux sociaux, du «  paternalisme  » technologique et du transfert de responsabilité sur les objets aux utilisateurs.

L’inquiétude des citoyens relative à leur vie privée

  • 1 Dans une enquête menée en France en décembre 2007 par le CREDOC, c’était le sujet d’inquiétude n° 1 (...)

10La privacy individuelle est le risque le plus souvent mis en avant dans les sondages et les débats publics1, sans doute parce qu’elle est la plus facile à appréhender, et que la RFID est une technologie plus récente pour le grand public. La perception des risques concerne, on l’a vu, la capture, le traitement et l’utilisation des données personnelles tant par les gouvernements que par les entreprises. La nature des risques perçus est très variée  : l’usage indu (interdit ou non autorisé pour l’application envisagée) des informations personnelles disponibles (sur la carte de santé, par exemple)  ; la traçabilité généralisée ou sélective des individus (grâce à leurs badges, par exemple, au travail, en bibliothèque, etc.) ou de leurs actions (manipulation des objets associés)  ; l’agrégation d’informations personnelles à des fins de surveillance policière ou de profilage marketing. Elle focalise des interrogations et des positions divergentes sur plusieurs points dont le statut légal des données personnelles, l’exercice du consentement, la désactivation fonctionnelle ainsi que la marchandisation de la sécurité des données.

11Ces questions commencent à être prises en compte. En France, le Forum des droits sur l’internet (FDI), en association avec la Commission nationale informatique et libertés (CNIL), vient de lancer une consultation publique, ouverte jusqu’au 15 janvier 2009. L’objectif est de «  récolter le point de vue des Français  » sur des thématiques telles que le contrôle de l’image et de l’identité sur le Net, les données privées face à l’État et la protection de la vie privée dans l’univers numérique de demain.

Protéger la vie privée et les données sensibles

12Il faut différencier les questions qui relèvent des applications grand public (protection de l’anonymat et des données personnelles) de celles qui relèvent des applications industrielles (intelligence économique, compétition verticale entre producteur et distributeur, ou captation de la valeur ajoutée).

Protéger la vie privée

13La première acception de la privacy concerne le respect de l’intimité, de la confidentialité, des informations privées individuelles et/ou le respect de l’intégrité morale et physique des personnes. Traduite en français, elle s’étend à la protection juridique des données personnelles et touche aux libertés d’expression et de mouvement. Les menaces qui pèsent sur ces éléments concernent l’ensemble des technologies d’information et de communication (comme les moteurs de recherche, les plateformes de commerce et les réseaux sociaux), mais elles pourraient être alourdies si le développement de la RFID était mal régulé, notamment du fait de la miniaturisation des supports, de l’interconnexion des serveurs et de la géolocalisation.

Différencier RFID ouverte et RFID fermée

14Il faut cependant opérer une deuxième distinction, entre la RFID «  ouverte  » et la RFID «  fermée  », autrement dit entre les systèmes dont les données ne sortent pas (par exemple sur une chaîne logistique de biens manufacturés) et ceux qui communiquent avec d’autres systèmes et qui échangent avec eux des données personnelles (comme dans le cas d’une compagnie de transports publics qui établit l’identité des usagers et travaille avec des chaînes de magasins). Dans les deux cas, cependant, la question est posée à la technique du choix entre la minimisation du nombre de données et la maximisation des garanties. C’est tout le débat entre les Privacy Enhancing Technologies et les Trust Enhancing Technologies (voir infra).

Rendre possible le « silence des puces »

15Différentes solutions technologiques sortent des laboratoires, même si aucune n’est encore appliquée de manière massive. Entre désactivation obligatoire, ou facultative, configuration opt in ou capacité de blocage, voire de brouillage, voici quelques exemples qui concernent les droits du citoyen ou ceux des consommateurs.

16Aux États-Unis, le «  passeport à cage de Faraday  » a été imaginé suite à une mobilisation de l’opinion publique  : la puce ne peut être lue que si le passeport est ouvert. Dans le secteur de la distribution, l’association CASPIAN (Consumer Against Supermarket Privacy Invasion) exige quant à elle la neutralisation du tag dès la sortie du magasin. RSA security a créé en 2003 un blocker tag qui permet d’empêcher la lecture non autorisée d’une puce. De son côté Open Business Innovation au Danemark a développé l’approche «  Zero Knowledge », où le porteur peut contrôler sa puce en activant un mode «  privé  » ou non. Et le Distributed Systems research group du Swiss Federal Institute of Technology de Zurich a créé un watchdog tag qui permet au porteur de la puce d’avoir sur un écran ou sur son téléphone portable des informations sur le lecteur de la puce, sa localisation, etc. Le principe est dit du «  user-controlled identity management »  : l’utilisateur contrôle ses identités partielles en fonction des situations (face à un médecin, à un ami, etc.) en disposant d’un code spécifique pour chaque identité partielle, par exemple un pseudo et des mots de passe différents. Ici, la charge de lecture ou de mémorisation pour l’usager est lourde, et d’autres travaux recourent à plus d’automatisation. Ainsi, au VIP (Virtual Identity and Privacy Research Center) de l’université de Berne a été développé en 2001 le concept de «  virtual persons  », l’idée d’un masque virtuel protégeant les identités, avec un même masque couvrant plusieurs personnes, et une personne pouvant utiliser plusieurs masques, configurés pour effectuer certaines actions en son nom. RFID Guardian est quant à lui un projet collaboratif de pare-feu, qui permet à une petite batterie intégrable à des téléphones ou des ordinateurs portables de brouiller les ondes RFID. Cet outil à destination du grand public est développé depuis 2004  ; il implique aujourd’hui une quinzaine d’universitaires (Vrije Universiteit, Technical University de Delft, Hogeschool Inholland) et d’industriels (Riscure, Beyond Security).

Protéger les données sensibles des entreprises

17Pour la «  privacy industrielle  », les problèmes nouveaux posés par l’IdO concernent l’identification des gammes de produits et services, les composantes de produits et de services, les données logistiques, les flux de consommation ou de circulation et enfin la contextualisation des données. La tension classique entre sécurité et qualité de service, d’une part, respect de la privacy, d’autre part, est très atténuée pour certaines applications comme la protection des véhicules et objets de luxe, des animaux domestiques ou de race.

Les réponses techniques et les autres

18Les solutions de protection de la privacy peuvent être prises en charge simultanément ou de façon complémentaire par la technique, la conception initiale de l’architecture et les fonctionnalités définies, les procédures d’utilisation, le droit et la gouvernance.

Les Privacy Enhancing Technologies et leurs limites

19La protection de la vie privée, associée à la sécurité, est devenue un marché pris en charge par des entreprises spécialisées. Au contraire, les «  PETs  », alias Privacy Enhancing Technologies, proposent un éventail de solutions techniques à usage individuel dont certaines sont très avancées (dans le domaine de l’anonymisation et de l’identification).

20Cependant, leur utilisation reste limitée, peut-être faute d’information, de sensibilisation, ou en raison du coût élevé des puces les plus complexes. Il conviendrait donc peut-être d’envisager des mécanismes d’intégration des PETs dès la conception des services de l’IdO, afin de les intégrer dans les coûts initiaux et d’éviter les inconvénients des solutions plaquées a posteriori.

Un nouveau marché de la confiance

21Le marché de la confiance recouvre aussi bien la confiance des consommateurs envers les offreurs, celle des offreurs envers la demande, que celle des utilisateurs envers les procédures et les institutions de régulation.

22Il peut engager l’innovation dans la voie de la Privacy by Design ou des Trust Enhancing Technologies. Ce serait une façon d’accroître l’accep-tabilité des technologies en diminuant l’asymétrie des échanges d’information, c’est-à-dire en aidant les utilisateurs de ces technologies à accéder à la connaissance des données qui les concernent.

23Une difficulté supplémentaire tient aux différentes définitions que peuvent recouvrir les données personnelles. Les conceptions de la société, de l’identité ou de la vie privée sont propres à chaque culture. De sorte que le degré d’acceptabilité des PETs sera différent entre différents publics. Or, nous manquons aujourd’hui de comparaisons internationales dans ces domaines.

La gestion des identités multiples des individus

24Les usages divers de l’internet ont fait naître un peu partout dans le monde des comportements atypiques, tels que la multiplication des adresses électroniques, le recours aux pseudonymes dans les blogs, aux avatars dans les mondes virtuels, etc. Ces «  identités multiples  » sont plus difficiles à saisir qu’un numéro de passeport, de sécurité sociale ou de compte bancaire.

25Elles font aussi émerger des revendications comme le «  droit à l’oubli  », le droit à l’anonymat chaque fois que l’identification n’est pas indispensable, le droit au brouillage ou au mensonge s’il s’agit de protéger quelqu’un d’un danger – toutes formes du droit au «  silence des puces  » que les industriels sont chargés de construire et les autorités de garantir.

26Cependant, il ne faut pas surestimer les problèmes de sécurité et de confiance. Rappelons que l’on avait observé le même phénomène sur l’internet au début des années 2000 au moment du développement du commerce électronique. L’expérience montre que les craintes exprimées touchaient moins la sécurité effective des paiements que la découverte et l’exploration de pratiques nouvelles de consommation.

  • 2 D’après un rapport du groupe de travail « Identités actives » de la Fondation Internet Nouvelle Gén (...)

27Finalement, on rencontre souvent le «  paradoxe de la privacy  ». On désigne ainsi «  le fait que, quelles que soient les valeurs ou les inquiétudes dont ils témoignent publiquement, certains n’hésitent pas à fournir beaucoup d’informations sur eux-mêmes, surtout s’ils estiment que la contrepartie en vaut la peine. Ils ne sont pas pour autant inconscients des risques, mais ils les gèrent, ils arbitrent. On passerait alors peut-être d’un droit centré sur la protection des individus à un droit centré sur la maîtrise par les individus de leurs données, de leurs manifestations, de leur image, etc2  »

Notes

1 Dans une enquête menée en France en décembre 2007 par le CREDOC, c’était le sujet d’inquiétude n° 1 pour 27% des sondés.

2 D’après un rapport du groupe de travail « Identités actives » de la Fondation Internet Nouvelle Génération (Paris).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540