Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Introduction

Hugues Tertrais

Texte intégral

1La Chine et la France apparaissent comme deux pays à la riche tradition historiographique. Mais ils n'ont bien sûr pas la même histoire et l'histoire – aussi scientifique qu'elle voudrait être – se partage difficilement. Principalement construite dans le cadre national qui lui est propre, la discipline épouse nécessairement, de près ou de loin, les références idéologiques de celui-ci ; et les historiens, la cause est entendue, sont eux-mêmes dans l'histoire – au point que l'idée même de s'impliquer dans celle des autres leur a parfois été déniée.

2À ne regarder que la période post-1945, c'est peu dire que l'histoire de la Chine et celle de la France – de l'Europe – ne se ressemblent guère, même si elles se croisent parfois : les deux émergeaient pourtant d'une guerre mondiale dans laquelle leurs destins étaient liés. Le versant chinois du continent eurasiatique, déjà marqué par la misère, sombre alors dans la guerre civile, puis connaît le sursaut de la révolution et du maoïsme triomphant, avec ses succès spectaculaires et ses tragédies. Suivent les trente années de réformes sur lesquelles la Chine vit toujours, qui ont relégué ces temps héroïques à une période lointaine et ont modifié en profondeur le pays, comme plus généralement l'Asie. Le versant européen dut aussi se relever de ses ruines, mais dans un contexte bien différent : celui de vieux pays industrialisés qui, avec l'aide des États-Unis, allaient certes perdre leurs empires, asiatiques pour commencer, mais aussi, et peut-être grâce à cela, vite retrouver les voies de la croissance – les Trente Glorieuses ! État continent, la Chine paraissait unie derrière ses frontières historiques alors que l'Europe, écartelée par la guerre froide, pouvait sembler plus divisée que jamais – mais cette division même encourageait l'unification du continent à l'ouest et, après l'effondrement de l'URSS, de l'ensemble.

3Dans ces conditions, que les historiens chinois et français – et plus largement européens – pourraient-ils avoir à se dire ? Le pari de ceux et celles qui ont lancé, au début des années 2000, ce qui allait devenir l'Université d'automne et produire une partie de la matière des contributions ici publiées, fut précisément d'apporter quelques éléments de réponse. Croiser les regards, s'informer des méthodes de recherche et des sources, discuter des objets, écouter et chercher à comprendre. Tout naturellement, la révolution se présenta comme un lieu de rencontre historiographique : la Révolution française, parce qu'il y avait eu la Révolution chinoise, même si un siècle et demi les séparait. Des historiens chinois travaillèrent sur ce grand ancêtre pendant que des historiens français passaient au scalpel la Révolution chinoise – sans pour autant que ces « professionnels » ne se rencontrent. L'idée émergea donc, sans aucunement le renier, de dépasser cet objet désormais traditionnel d'historiographie pour faire se rencontrer des historiens des deux pays.

4Les historiens chinois formulent ainsi la question : concernant l'étude de l'histoire de la France, de l'Europe et sans doute au-delà, les évolutions et accidents de l'histoire en Chine ont créé parmi eux comme une rupture générationnelle. Entre les anciens, qui quittent la scène, et les jeunes, désireux de reprendre le flambeau, il y a comme un vide, pas seulement de connaissances mais aussi de méthodes, tant celles-ci ont évolué en France, explorant des domaines suggérés par les changements de la société et du paysage scientifique. Que devient en particulier l'histoire, discipline si ancienne et parfois si académique, dans le foisonnement et les richesses des disciplines nouvelles ? Le débat est sans doute français, mais il intéresse tout le monde. Finalement l'Université d'automne, qui a vocation à créer les conditions d'un échange approfondi entre historiens et spécialistes de sciences humaines des deux pays, a elle-même sauté les générations, les collègues chinois partenaires ayant laissé toute leur place aux jeunes chercheurs qui y participent et en sont le véritable moteur.

5Il faut en effet se représenter concrètement les choses. Dans des locaux modernes mis à leur disposition à l'université normale de l'Est de la Chine à Shanghai, avec le soutien de l'Institut des relations internationales – il faut les en remercier vivement –, une poignée d'universitaires français et européens donnent des conférences (en français avec traduction consécutive en chinois) à un parterre de jeunes chercheurs chinois en histoire et en sciences humaines, tournés vers l'histoire de France et de l'Europe et qui, pour l'occasion, peuvent venir de l'ensemble des provinces chinoises. Les conférences sont suivies par une séance de questions, dont la fraîcheur et l'intérêt forment l'un des éléments originaux de ce séminaire désormais annuel. S'y ajoutent des ateliers, durant lesquels, par petits groupes, les auditeurs peuvent discuter directement avec les professeurs. La clôture s'effectue dans l'université voisine du Zhejiang (Hangzhou avec, plus récemment, une extension à Jinhua).

6L'apparente facilité de fonctionnement de l'Université d'automne cache bien sût l'inébranlable volonté de ses promoteurs, ainsi que divers problèmes de logistique. Il faut rendre ici hommage aux quelques personnalités qui ont initié le projet : à Paris l'historien Maurice Aymard, administrateur de la Fondation Maison des sciences de l'homme (FMSH), à ce titre bien placé au carrefour naturel de ce débat d'idées et de méthodes, et très efficacement secondé par Jean-Claude Thivolle (parti, depuis, représenter le CNRS en Chine) – son successeur comme administrateur, Alain d'Iribarne, n'a pas démenti l'intérêt de la Fondation pour le programme. À Beijing (Pékin), le projet est porté par l'historienne Duanmu Mei et ses collègues de la Société chinoise d'études de l'histoire de France qu'elle préside, société qui a pratiquement le même âge que les réformes chinoises : trente ans. Maurice Aymard est spécialiste d'histoire moderne, Duanmu Mei – justement – de la Révolution française : le reste est une question de partenariats et de calendrier.

7Tout à son rôle de médiation, mais sans se désengager, la FMSH s'est bientôt associée avec l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne, dont le département d'histoire est l'un des plus importants sinon le plus important de France par le nombre d'enseignants, les périodes et les champs couverts, pour poursuivre cette coopération – l'auteur de ces lignes a ainsi rejoint et pris la coordination de l'opération une fois celle-ci lancée. Autour de ce trio central (Paris-I, la FMSH et, bien sût, la Société chinoise d'études de l'histoire de France) sont progressivement venues s'associer d'autres universités, chinoise (Zhejiang, nous l'avons dit), française (Cergy-Pontoise) et européenne (Fribourg en Suisse).

8L'ambition de l'Université d'automne dépasse en fait la formation annuelle qui se tient traditionnellement en septembre. À travers ce « portail », pour prendre un terme utilisé en informatique, des jeunes chercheurs chinois, de niveau master, doctorat ou post-doctorat, peuvent plus facilement venir faite un séjour de recherche en France. D'autres initiatives sont prises : citons le colloque de Guangzhou (Canton) de 2007 à l'occasion du cinquantenaire des traités de Rome, celui de Shanghai en 2008 sur les « représentations du futur » ou les rencontres franco-chinoises programmées à Paris au printemps 2010 à l'occasion du Salon du livre de sciences humaines et sociales. En 2008, le succès de l'opération et l'aboutissement de cinq années de travaux, coopération immédiatement reconduite alors, poussèrent à faire les choses en grand : ce furent les premiers Rendez-vous de Shanghai, combinant la semaine de formation, à l'usage des jeunes chercheurs – en l'occurrence consacrée aux « représentations du passé » –, un colloque eurochinois sur les « représentations du futur », comme précédemment indiqué, et un « atelier littéraire bipolaire » (ALIBI) sur le thème de « la trace ».

9Sans doute fallait-il justement à ce stade une trace visible de cette coopération, suggérant son fonctionnement et en présentant une partie des résultats, à la manière de « morceaux choisis », afin d'en assurer le développement. Tel est le sens de cet ouvrage qui paraît en 2010, simultanément en français et en chinois, avant les seconds Rendez-vous de Shanghai réunis parallèlement à l'Exposition universelle qui se tiendra alors dans la ville – « Shanghai 2010 ». Identiques en chinois et en français, ces Temps croisés offrent un échantillon de la réflexion historique dans les deux pays : un seul volume en chinois, édité pat les Publications de l'université normale de la Chine de l'Est à Shanghai, en deux parties ; deux volumes en français, pour des raisons de commodité, édités par les Éditions de la Maison des sciences de l'homme. Il s'agit, nous l'espérons, du point de départ d'une collection dont l'Université d'automne et ses manifestations annexes pourront fournir la matière.

10Le contenu de cet ouvrage est en effet puisé dans l'ensemble des activités liées à l'Université d'automne : les années de formation et les colloques organisés en parallèle. La double thématique des Rendez-vous de Shanghai 2008 sert de fil conducteur. Quelle meilleure entrée en matière en effet que ces représentations du temps – passé comme futur – quand on sait que le terme français « représentation » n'a pas de traduction simple en langue chinoise ! La question des mots, et les travaux des ALIBI d'Annie Bergeret Curien le montrent assez, est évidemment centrale dans nos échanges – nous ne saurions trop rendre ici hommage à notre principal traducteur interprète, Wei Aoyu, véritable cheville ouvrière de l'Université d'automne depuis le début. La première problématique, « les représentations du passé : histoire et mémoire », à défaut d'être originale en Occident, reste nécessaire, tant la mémoire, essentielle à l'histoire, devient aussi un objet d'histoire. La seconde, « les représentations du futur : peurs et espérances », montre la vanité des projections dans l'avenir, entre certitudes du progrès, croyances et illusions. Les thématiques de l'Université d'automne les années précédentes, consacrées à l'idée d'Europe et à la construction européenne, nourrissent nombre des communications de 2008 et fournissent autant de textes entrant dans la même perspective.

11Le premier volume français (ou la première partie du volume chinois) traite précisément ensemble du passé et du futur : comment écrire l'histoire ? Il faudrait sans doute distinguer d'abord le passé vécu : les Trente Glorieuses (Maurice Aymard) constituent une expérience unique en Europe qui n'est pas sans relation avec ce que vit aujourd'hui la société chinoise, mais leurs résultats n'avaient pas été imaginés. Le passé paraît aussi constituer un héritage encombrant, notamment lorsqu'il s'agit de la crise du modèle urbain français (Annie Fourcaut). Il faut également faire la part de la gestion du passé : la construction de la notion de patrimoine en France aux xixe et xxe siècles (Christophe Charle), la conception d'un musée de l'Europe (Krzysztof Pomian), la mémoire des conflits qui ont ensanglanté le continent (Annette Wleviorka), imaginer aussi le poids d'une mémoire sans avenir (Claude Hauser à propos de la Suisse). Le futur est aussi dans le passé, comme un ensemble de représentations de l'avenir (Alain d'Iribarne), comme la projection du progrès supposé continu que suggèrent les Expositions universelles (Pascal Ory). Mais les années 1970, celles d'une certaine crise de l'avenir, marquent une rupture dans le régime d'historicité (Robert Frank). En intercalé, si l'on peut dite, la contribution de la littérature manifeste la passion du réel (Pascale Roze) et à son tout, en Chine particulièrement, en vient à véhiculer l'histoire (Annie Bergeret Curien). Sans doute celle-ci se heurte-t-elle parfois à une conception cyclique du temps (Xu Shuang), mais la mémoire est une thématique commune à la littérature et à l'histoire (Lu Jiandong). La première se demande aussi comment représenter l'avenir (Li Rui). Affronter tous les problèmes posés par l'analyse de l'histoire et la projection dans l'avenir, en particulier le chemin qui mène du pouvoir au droit, reste complexe en Chine (Li Hongtu). Les clés sont peut-être à trouver dans une réflexion sur l'histoire de la communication, qui n'hésite pas à remonter aux temps les plus anciens (Mireille Corbier).

12Le second volume français (ou la seconde partie du volume chinois) s'attachera, avec le même souci du rapport au temps, à l'une des grandes questions internationales de l'heure : la tendance, plus ou moins volontariste, plus ou moins contrariée, à l'intégration régionale. Historiens français et européens (russe, italien, allemand, britannique) mêleront leurs analyses à celles des historiens chinois, sur l'Europe comme sur l'Asie. L'aventure de la construction européenne est à penser sut la durée, du fait notamment du poids des religions (Alfredo Canavero). Où en sont les limites ? Externes avec la Russie - a-t-elle voulu la guerre froide et la division de l'Europe (Youri Roubinski) ? Comment penser maintenant l'avenir de la diplomatie russe (Yang Cheng) ? Internes, avec l'exemple d'un pays comme la Suisse, îlot presque non européen au sein de l'Union (Duanmu Mei) ? Dans ses marges, où la Grande-Bretagne défend son ancienne suprématie et son identité nationale (Pan Xingming) ?

13Mais la construction européenne est surtout une volonté, celle de ses acteurs (Gérard Bossuat), un ensemble de moments dont l'un des principaux est l'unification de l'Allemagne en 1990 (Franz Knipping), avec de grands enjeux aussi comme ceux de la défense (Claire Sanderson). Malgré un remodelage difficile pourtant (Xu Tiebing), l'Union existe. L'Asie est-elle dans le même état d'esprit ? La complexité des relations eurasia-tiques a dominé l'année 2008 (Feng Shaolei) ; aujourd'hui, malgré l'existence de l'ASEAN (Association des nations du Sud-Est asiatique) et son implication dans un espace asiatique plus large (Li Wannan), l'expérience européenne est diversement appréciée en Asie (Hugues Tertrais). Il est vrai que la Chine, qu'il reste sans doute à redéfinir à l'heure des réformes (Yu Nanping), est déjà beaucoup plus vaste et peuplée que l'Europe elle-même. L'expérience européenne bute sur les réalités asiatiques.

Auteur

Hugues Tertrais est professeur d’histoire contemporaine a l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC, Institut Pierre Renouvin). Il est l’auteur notamment de La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1954, Paris, Comite pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, et directeur de la publication de Angkor, viiie-xxie siècle. Mémoire et identité khmères, Paris, Autrement, 20

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540