Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps croisés I

 | 
Duanmu Mei
, 
Hugues Tertrais

Préface

Duanmu Mei

Texte intégral

1Le livre Temps croisés, actes de colloques et de séminaires entre 2004 et 2008, voit enfin le jour avec ses versions française et chinoise. Il réunit des interventions, sélectionnées pour leur qualité et faites lors de ces rencontres. Son titre en chinois, shikong qikuo, peut être compris à la fois par des efforts inlassables et par la concordance des temps dans des espaces séparés. Des chercheurs et professeurs européens ont offert chaque année aux jeunes chercheurs chinois le meilleur de leurs travaux, et ceci sans discontinuité depuis cinq ans, durant lesquels ils ont parcouru des milliers de kilomètres pour venir en Chine afin de pouvoir construire un pont, fiable et viable, d’échanges et de communication, sincères et en profondeur, entre la civilisation européenne et la civilisation chinoise. Les interventions suivies des débats ont permis un échange d’idées et un dialogue de haut niveau entre les professeurs et leurs élèves en dépit des différences culturelles, en dépit des contraintes de temps et de l’espace qui les sépare. En fait, le titre en chinois exprime déjà tous les efforts, tous les moments forts et tout l’espace d’échanges traversé, en bref, toutes les contributions apportées tant par les organisateurs que par les participants de ce projet de coopétation internationale.

2Je me souviens toujours de l’été 2002, où j’étais en séjour de recherche à Paris, en qualité de vice-présidente de la Société chinoise d’études de l’histoire de France (SCEHF). J’ai eu l’honneur de pouvoir discuter, à plusieurs reprises, de diverses possibilités au sujet de la coopération franco-chinoise dans le domaine de recherches historiographiques, avec Maurice Aymard, administrateur de l’époque de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (FMSH), dans son bureau, en présence de Jean-Claude Thivolle, directeur du projet Europe-Asie de la Fondation. Avant mon retour en Chine, nous avons élaboré le « Projet de coopération franco-chinoise dans le domaine des études historiques, entre la FMSH et la SCEHF ». L’objectif était « d’intensifier la formation, tant sur le plan théorique que sur le plan méthodologique, des jeunes chercheurs chinois qui ont vocation à travailler dans la recherche et l’enseignement sur l’histoire et la culture française et européenne, ainsi que dans le domaine de la recherche sur la sinologie en France et en Europe afin de répondre à la demande accrue identifiée dans la communauté intellectuelle chinoise ». En ce qui concerne les sujets de recherche, « le projet a retenu, dans un premier temps, les thèmes suivants pour relancer les études sur l’histoire de la France en Chine et sur les sujets relatifs aux études historiographiques, tels que les nouvelles approches scientifiques, les nouveaux outils conceptuels liés aux nouvelles problématiques :

  • les sujets traditionnels des historiens chinois, comme l’histoire de la Révolution française ou les découvertes récentes ;
  • l’histoire de la société au xixe et au xxe siècle en France et en Europe ;
  • l’histoire de la France au xixe et au xxe siècle : l’État et la religion, la constitution de l’État-nation français ainsi que son influence sur la société française et sur l’Europe ;
  • l’histoire de l’élite française et celle des hauts fonctionnaires, l’éducation nationale, l’éducation civile et le tôle de l’État dans l’éducation ;
  • la méthodologie, les nouvelles approches scientifiques dans les recherches historiographiques ;
  • la sinologie en France et en Europe. » (Convention de coopération franco-chinoise dans le domaine des études historiques, entre la FMSH et la SCEHF, signée en juin 2002 à Paris.)

3Aujourd’hui, quand nous passons en revue l’évolution du projet depuis sept ans, en relisant ce document qui en a posé la première pierre, force est de constater la pertinence scientifique de sa définition initiale, ainsi que son dynamisme et la richesse des perspectives ouvertes. Le projet, malgré le temps, n’a pas pris une seule ride et il a montré, en revanche, son adaptabilité, sa flexibilité. L’Université d’automne a su vivre avec son temps et se dirige progressivement vers sa maturité. Le bilan des actions de coopération menées jusqu’ici peut, selon nous, couvrir les dix aspects qui suivent.

4a)

5Nous avions prévu « que la première édition de l’Université d’automne aurait lieu en 2003 à Hangzhou, dans le campus de l’université du Zhejiang », or, la prévision n’a pu se réaliser en raison du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui s’abattait sur la Chine à l’époque. Ce n’est qu’en été 2004 que la première édition a été inaugurée à l’université normale supérieure de l’Est de la Chine à Shanghai. Compte tenu du soutien précieux de l’université du Zhejiang qui n’a finalement pas pu accueillir la première édition, nous avons décidé de continuer à inviter des professeurs français et européens à se rendre à Hangzhou chaque année pour donner des conférences en seconde partie de séminaire. C’est ainsi que le modèle Shanghai-Hangzhou a pris sa première forme. Il est vrai qu’au départ sa tenue était fixée tous les ans au mois du juillet en Chine, mais la canicule de l’été 2004 a entraîné une modification de l’organisation. Après le premier bilan, la partie française et la partie chinoise ont décidé de tenir, à partir de 2005, le séminaire au début du mois de septembre. En français, le séminaire s’intitule « Université d’automne » alors qu’en chinois, nous le baptisons « Séminaire sur les histoires et les cultures sino-françaises : représentation et interaction ».

6b)

7Toujours selon le projet initial, nous avions prévu « que le séminaire se tiendrait tour à tour à Pékin, Shanghai, Hangzhou et Guangzhou, ou dans d’autres villes chinoises ». La première édition fut un franc succès. Or, en préparant la seconde, nous avons été surpris par le désistement d’une ville historique initialement prévue comme hôte de l’édition 2006, en raison de problèmes financiers. L’organisation a pendant un certain temps marqué le pas. La leçon tirée de cet événement nous oblige à travailler désormais avec une bonne anticipation. « Les conditions préalables pour organiser le séminaire sont l’environnement culturel favorable et la capacité d’obtenir de l’aide sur le plan financier et sur le plan de l’organisation ». Au moment critique, c’est l’université normale supérieure de l’Est de la Chine qui nous a prêté main-forte. L’année 2006 fut une année difficile pour nous, mais elle nous a aussi permis de pérenniser le projet puisque la présidence de l’université normale supérieure nous a offert son soutien, son hospitalité de manière ferme depuis lors, avec le concours de la direction de coopération internationale, de l’Institut de formation des chercheurs, de l’Institut de recherche sur les relations internationales et du département d’histoire de l’université. Ainsi le séminaire s’est-il installé définitivement à l’université normale supérieure : sa première partie, la plus importante, se déroule d’année en année à Shanghai tandis que la seconde partie se transfère à Hangzhou, dans le campus de l’université du Zhejiang, conformément au modèle de la première édition. Le choix définitif de cette organisation Shanghai-Hangzhou a assuré un bon fonctionnement et a permis la création d’un projet d’appel qui, comme une marque de forte valeur ajoutée, s’impose dans la communauté savante des historiens chinois.

8c)

9En fonction du projet initial, « sa mise en place serait à la charge de la FMSH, partie française, et de la SCEHF, partie chinoise ». Pour ce faire, les deux parties ont signé en 2004 une convention formelle d’engagement de coopération. Lors de la deuxième édition, la FMSH a invité Hugues Tertrais, de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, haut lieu de recherche et d’enseignement supérieur de l’histoire de France, à venir au séminaire en qualité d’observateur. Son rapport a attiré l’attention bienveillante de la présidence de l’université Paris-I et a conduit cette dernière à devenir, avec tout son poids scientifique, un des trois piliers du projet. En décembre 2005, lors de ma visite en France, la SCEHF, l’université Paris-I et la FMSH ont signé une convention trilatérale de coopération quinquennale. Forts de nos deux ans d’expérience, nous avons décidé de mettre en place un comité scientifique, coprésidé par Maurice Aymard (FMSH) et Duanmu Mei (SCEHF), et un comité d’organisation, coprésidé par Feng Shaolei (université normale supérieure de l’Est de la Chine) et Hugues Tertrais (Paris-I Panthéon-Sorbonne). À partir de là, le séminaire s’est engagé dans une phase toute nouvelle, avec une structure organisationnelle plus encadrée et des objectifs scientifiques plus ambitieux. Plus tard, Annie Bergeret Curien a remplacé Jean-Claude Thivolle, au poste de directeur du projet Europe-Asie à la FMSH. Son engagement et sa participation permanents, en qualité de chercheure, traductrice et spécialiste de la littérature chinoise ne font que favoriser la mise en place du projet et le bon fonctionnement du séminaire, avec son importance particulière attachée aux échanges franco-chinois dans le domaine des sciences humaines et sociales.

10d)

11La FMSH étant une plateforme d’échanges d’importance internationale en matière de sciences humaines et sociales, Maurice Aymard, son ex-administrateur, a invité Youri Roubinski, chercheur et spécialiste russe dans le domaine des relations internationales, à rejoindre l’Université d’automne pour l’édition 2005. Il s’agit là d’une première ouverture aux chercheurs d’autres pays que la France. Avec l’engagement de Paris-I dans le projet, le séminaire a commencé à attirer l’attention non seulement des divers établissements universitaires français, mais aussi des universités d’autres pays européens. Les années 2006, 2007 et 2008 ont été marquées par la présence successive de chercheurs italien, allemand, anglais, autrichien, polonais et suisse. Un chercheur japonais a participé au séminaire de sa propre initiative. Cela a apporté une richesse et une profondeur aux échanges scientifiques du projet, et a donné, de plus, une plus grande visibilité de l’Université d’automne. Après y avoir contribué pat le biais des conférenciers du séminaire, des universités françaises et européennes ont manifesté leur souhait de devenir partie prenante du projet. À l’issue de concertations fructueuses, l’université de Cergy-Pontoise et l’université de Fribourg ont respectivement signé une convention de partenariat avec Paris-I. Aussi avons-nous créé une structure organisationnelle, gérée d’une part par Paris-I pilote d’une équipe européenne de professeurs et de chercheurs et d’autre part pat la SCEHF qui, elle, pilote un consortium d’universités chinoises. Il s’agit désormais d’une nouvelle plateforme qui permet au projet initialement franco-chinois de s’élargir en un programme de coopération sino-européenne dans le domaine des sciences humaines et sociales.

12e)

13Ayant toujours pour objectif principal de former les jeunes historiens chinois, nous avons décidé, après avoir analysé les expériences très riches des trois éditions de l’Université d’automne, de multiplier les échanges sino-européens de très haut niveau, sous la forme d’un colloque international destiné aux chercheurs et aux universitaires, organisé de façon irrégulière mais complémentaire du séminaire annuel qui lui ne s’adresse qu’aux étudiants, « masteriens » et doctorants. Le premier colloque, intitulé « Dialogue Europe-Asie. Les expériences historiques de l’intégration régionale : commémoration du 50e anniversaire du traité de Rome », a été organisé en avril 2007 à l’université normale supérieure du Sud de la Chine, à Guangzhou. Le second colloque, au sujet de la « Représentation du passé : histoire et mémoire » s’est tenu, avec le soutien précieux de l’Institut des relations internationales de l’université normale supérieure de l’Est de la Chine, au mois de septembre 2008, après la cinquième édition de l’Université d’automne. Ces deux colloques ont réuni, en plus de professeurs chinois, des professeurs français, anglais, allemand, italien, suisse et polonais qui représentent des disciplines telles que l’histoire, les relations internationales, l’économie, les sciences politiques, la sinologie et la littérature. Surtout l’association au deuxième colloque du programme ALIBIS, un autre projet de partenariat sino-français, a permis un dialogue, une coopération et des échanges très poussés, de manière interdisciplinaire, interculturelle, internationale et interinstitutionnelle. Les deux colloques ont connu un succès indéniable et ont largement contribué à la visibilité du séminaire tant en Chine qu’à l’étranger.

14f)

15Quant aux sujets définis pour chaque édition, nous nous appuyons sur ce qui a été prévu dans la lettre d’intention de coopération et nous nous mettons toujours à l’écoute du public pour les adapter à leurs attentes. La première édition a été consacrée aux problèmes de l’histoire de la Révolution française, de l’urbanisme et de la communauté intellectuelle qui relèvent de plus en plus de l’actualité ; la deuxième, à l’histoire de la société, de la culture après la Seconde Guerre mondiale et à l’histoire des relations internationales ; la troisième ainsi que la quatrième avaient pour sujet « La construction européenne : l’évolution historique des idées et des concepts ». À ce titre, les chercheurs européens présents aux séminaires ont présenté leurs derniers travaux de recherche qui couvrent des aspects aussi divers que l’histoire de la pensée et de la culture, la société civile, le modèle urbain, les influences des religions et les relations internationales, et qui inspirent beaucoup leurs collègues chinois et leurs élèves. Ces deux éditions, associées au colloque du Guangzhou que nous avons évoqué précédemment, tenu lors de la célébration du 50e anniversaire du traité de Rome, ont permis à la communauté savante chinoise d’approfondir ses connaissances sur l’Europe. La cinquième édition a été marquée par l’innovation conceptuelle autour des sujets définis et débattus : « la représentation du passé : l’histoire et la mémoire » et « la représentation du futur : la peur et l’espoir ». Toutes ces interventions, que le public chinois a très peu de chance de pouvoir suivre en Chine, sont très riches, très innovantes. Les actes du colloque que nous présentons ici sont justement le recueil des contributions phares de ces éditions et de ces deux colloques. En dehors de cela, nous avons respecté le projet initial en invitant à chaque édition un sinologue français à venir présenter ses travaux de recherches sur l’histoire de la Chine pour faire dialoguer l’histoire chinoise et l’histoire européenne et pour qu’il puisse présenter à ses collègues chinois ses nouvelles pistes de réflexion.

16g)

17Certes, l’Université d’automne se tient toujours à Shanghai pour la première partie et à Hangzhou pour la seconde, mais les participants ont une assez grande représentativité de la Chine dans son ensemble. Doctorants, masteriens et jeunes professeurs qui y participent viennent non seulement de la région du delta du Yangtsé, mais aussi d’autres provinces et régions lointaines. Leur volonté de se mettre au courant du développement des sciences humaines et sociales, leur qualité intellectuelle et leur persévérance à participer d’année en année ont gagné l’estime des chercheurs et professeurs européens. Depuis 2007 – quatrième édition de l’Université d’automne – la FMSH offre une bourse qui permet de financer les frais de transport et de logement des participants provenant d’autres régions que de celle de Shanghai. L’année suivante, le service culturel de l’ambassade de France en Chine a contribué lui aussi à cette bourse. La subvention a considérablement facilité la participation de plus d’une cinquantaine de jeunes chercheurs chinois. Et le nombre des participants augmente de plus en plus malgré les difficultés financières : on compte désormais parmi eux des personnes venues de Pékin, Tianjin, des provinces du Guangdong, du Hubei, du Jiangsu, du Zhejiang, du Shandong, du Fujian, du Hunan, du Sichuan, du Heilongjiang, etc.

18Avec la visibilité progressivement accrue de l’Université d’automne, des universités chinoises ont manifesté leur volonté de coopérer et d’inviter des chercheurs et professeurs européens à venir chez elles pour dispenser des conférences dont leurs élèves puissent bénéficier. Toujours à partir de 2007, le séminaire est sorti pour la première fois de son cadre géographique et se poursuit désormais en troisième partie à l’université normale supérieure de la province du Zhejiang, à Jinhua, une ville historique, ce qui est très apprécié par nombreux étudiants de l’Institut des sciences humaines de l’université. Les éditions 2008 et 2009 ont renouvelé cette forme trilogique et, vu le succès remporté, l’Université d’automne continuera son développement sur le plan géographique dans la région du delta du Yangtsé dans les années à venir.

19h)

20L’Université d’automne, tremplin de coopération sino-européenne, a également permis des échanges de chercheurs et enseignants. Depuis 2005, la partie chinoise a déjà envoyé cinq professeurs en France pour entreprendre leur projet de recherche et échanger avec leurs collègues français. Cinq autres professeurs préparent à leur tour actuellement leur séjour de recherche en France pour l’année universitaire 2009-2010. Ils se présenteront lors de la cérémonie de sortie publique du présent ouvrage qui se tiendra aux Rencontres du livre de sciences humaines en février 2010 à Paris. Ces chercheurs sont originaires de Pékin, de Shanghai, de Hangzhou, de Guangzhou et de Jinhua et ont tous apporté leur contribution, depuis la première édition, au succès de l’Université d’automne. En outre, la formation des jeunes professeurs, des doctorants et des post-doctorants chinois en France et en Europe a bénéficié de précieux soutiens tant de la part des partenaires fiançais que de la part des partenaires suisses. En effet depuis les trois dernières années, une dizaine de jeunes chercheurs ont pu profiter des bourses de ces deux pays et du tutorat des professeurs français et suisses dans les universités qui les accueillent. Une communauté intellectuelle très soudée se voit ainsi créée entre les professeurs, les chercheurs et les étudiants chinois participants à l’Université d’automne et les professeurs et chercheurs européens. Dans le même temps, la partie française prépare de son côté l’envoi d’étudiants français en Chine. Déjà, l’Université d’automne a accueilli deux doctorants de l’université de Paris-I. Ce qui a permis à l’Université d’automne de devenir, avec le temps, une véritable plateforme d’échanges internationale au plus fort sens du terme, aussi bien dans le domaine de la recherche que dans celui de la formation.

21i)

22L’Université d’automne insiste toujours sur le principe de faire de la langue française la langue officielle de travail. Les professeurs invités d’autres pays européens ou non européens ont eux aussi fait leur intervention dans un français parfait. Cela représente une exception en Chine pour un événement qui se produit régulièrement depuis plusieurs années ; c’est aussi très rare sut le plan international où l’anglais domine toujours. De là, les prestations d’interprétation et de traduction doivent être de haute qualité, que ce soit pour les interventions faites dans les salles de réunion ou pour les textes des interventions traduits du français vers le chinois. Dès le début, les deux parties de la coopération ont attaché une grande importance à cet aspect. La FMSH a désigné Wei Aoyu, professeur de l’École supérieure d’interprète et de traducteur (ESIT) pour assurer les travaux de traduction écrite et l’interprétation consécutive des intervenants dans les salles. La mission et les travaux sont tellement délicats que personne d’autre que Wei Aoyu n’aurait pu les assumer. Érudit et performant dans les deux langues, Wei Aoyu a répondu aux attentes de chacun. Il s’est même montré capable de traduire et d’interpréter de manière impeccable des chercheurs et professeurs de différentes disciplines, ayant différents styles de discours et dont les interventions étaient de niveau très élevé. Ce qui a assuré une communication et un échange tout à fait fluide et un transfert réussi de savoirs, de connaissances et de concepts précis, et a garanti la qualité scientifique de l’Université d’automne. C’est pour cette raison qu’il a été reconnu par tous les participants comme lauréat de la traduction et de l’interprétation. Aujourd’hui, si les présents actes des colloques ont pu enfin voir le jour, c’est grâce au travail inlassable de Wei Aoyu. Avec l’élargissement de l’Université d’automne, les besoins de traduction se multiplient ; Wu Huiyi, une des meilleures élèves de Wei Aoyu à l’ESIT, est venue nous rejoindre depuis 2008 en qualité d’assistante de ce dernier. Son assiduité, ses compétences et sa participation enthousiaste nous permettent d’envisager le développement de ce projet de coopération sino-européenne sur le long terme.

23j)

24De 2004 à 2009, une cinquantaine de chercheurs européens ont participé à ce projet international de coopération, soit pour le séminaire, soit pour les deux colloques. Ils ont tous hautement apprécié cette expérience et souhaitent la renouveler. Nombreux aussi sont ceux qui n’ont pas encore eu l’opportunité de venir nous rejoindre et qui ont manifesté leur vif désir d’apporter leur contribution scientifique à cette plateforme d’échanges internationale. Du côté chinois, plus de cinq cents jeunes chercheurs ont pu bénéficier de la formation dispensée à Shanghai, à Hangzhou et à Jinhua durant les six dernières années. Soulignons qu’en dehors des interventions, des débats qui ont lieu dans les salles de réunions, l’Université d’automne a mis en place à chaque édition des ateliers aux thèmes différents pour répondre aux multiples attentes des jeunes chercheurs chinois : les professeurs et leurs élèves chinois, assis autour d’une table ronde, discutent, sut un pied d’égalité, patiemment et longuement, des sujets qui tiennent à cœur aux élèves, tels que les sources des études historiographiques, les nouveaux outils conceptuels, les questions méthodologiques dans les recherches, etc. Les élèves élargissent ainsi leurs champs de vision et accèdent aux derniers travaux de recherche menés par les professeurs dans les domaines qui les intéressent. Aussi, à chaque édition, les élèves saisissent-ils toutes les occasions pour consulter leurs professeurs européens. À la fin de la cinquième édition qui clôture le premier plan quinquennal du projet, Maurice Aymard, historien français de renom international et président français du comité scientifique de l’Université d’automne, a dressé un bilan très positif de l’ensemble des opérations menées. Il a souligné la portée scientifique de l’approche interdisciplinaire adoptée par les historiens sino-européens dans les études historiographiques, et a insisté sur le rôle important, dans l’avenir, des jeunes chercheurs chinois ayant pu enrichir leur bagage scientifique au cours des séminaires. Enfin il a montré que des projets de coopération internationale tels que le nôtre ouvrent d’importantes perspectives de développement des études historiographiques. Après la clôture de la cinquième édition, la SCEHF, l’université de Paris-I et la FMSH ont signé une convention de coopération pour un deuxième plan quinquennal afin de permettre à la plateforme de continuer à jouer son rôle scientifique et formateur sur le modèle de performance testé et validé au cours des cinq dernières années. Les prochaines missions planifiées à cette occasion par le comité scientifique et le comité d’organisation sont en premier lieu la publication, en français et en chinois, des actes des colloques rassemblant les interventions des cinq dernières éditions ; en second lieu l’organisation, sur deux ans (2009-2010), de séminaires et de colloques autour du sujet « Représentation de l’espace » en mobilisant historiens, économistes, politologues, spécialistes des relations internationales et de géopolitique, sinologues et écrivains européens afin de poursuivre les interrogations scientifiques et les dialogues interdisciplinaires avec les jeunes chercheurs et historiens chinois.

25Temps croisés est, à ce titre, le premier fruit porté par ce projet de coopération sino-européenne exemplaire permettant aux jeunes chercheurs et historiens chinois d’aller sur la scène internationale à l’issue de cinq années de formation de qualité. Durant ces années, on voit émerger un noyau dur de chercheurs et professeurs sino-européens de premier plan qui, quelle que soit leur nationalité, adhèrent à la philosophie du projet, s’unissent autour de lui, présentent le meilleur de leurs travaux de recherche dans leurs domaines respectifs et visent toujours l’innovation dans leurs recherches et dans l’enseignement supérieur. Cette équipe, très soudée, travaille ensemble, en confiance, avec un esprit à la fois d’ouverture et d’abnégation. C’est grâce à cette coopération sincère et performante de plusieurs années consécutives que nous pouvons offrir aujourd’hui au public européen et chinois ce recueil de conférences riches en contenu et aux approches novatrices. En qualité de présidente de la SCEHF, qui a pris l’initiative de ce projet avec la FMSH, j’adresse mes remerciements les plus vifs et les plus sincères à tous les collègues, tous les amis de l’Université d’automne qui ont apporté leur contribution au succès de ce projet fondamental de la coopération internationale.

26Je tiens à remercier la FMSH, plateforme traditionnelle privilégiée d’échanges scientifiques interdisciplinaires et interrégionaux et l’université Paris-I. Sans les efforts inlassables de nos amis de ces deux institutions de renom international, il aurait été impensable pour l’Université d’automne de concevoir des thèmes de recherche de premier plan international et de composer une équipe de chercheurs et professeurs européens et français qui sont des maîtres dans leurs domaines respectifs. Les années passées ont joué un rôle décisif dans le franc succès du projet qui jouit d’une grande qualité scientifique et d’une notable visibilité tant en Chine qu’en Europe. Les chercheurs et professeurs qui s’y sont associés ont fait montre, de manière exemplaire, de leurs lumières, de leur professionnalisme, de leur rigueur, de leur ouverture d’esprit et de leur pédagogie.

27Ma vive reconnaissance va également au service culturel de l’ambassade de France en Chine qui nous a offert, des années durant, un certain nombre de billets d’avion pour le déplacement des chercheurs et professeurs européens et des moyens financiers qui s’ajoutent à la bourse dédiée à subventionner les jeunes participants chinois venant de diverses provinces. Nous tenons à souligner particulièrement que ces actes de colloque bénéficient aussi de la subvention du service culturel. Thierry Matou, consul général de France à Shanghai, honore chaque année l’Université d’automne par sa présence, son discours d’inauguration et son banquet d’accueil tenu dans sa résidence diplomatique où il convie tous les partenaires de coopération du projet. L’importance attachée pat les hauts représentants de la République française à ce projet a permis à ce dernier de se poursuivre sous les meilleurs auspices.

28Ma gratitude va naturellement à nos collaborateurs chinois, en particulier de l’université normale supérieure de l’Est de la Chine, l’université du Zhejiang, l’université normale supérieure de Jinhua et l’université normale supérieure du Sud de la Chine. Ce sont des établissements supérieurs chinois qui nous réjouissent des fruits de leurs travaux de recherche, de leurs équipes pédagogiques performantes et qui ont tous vocation à participer à la coopération internationale. Leur soutien financier et logistique, leur accueil chaleureux, leur hospitalité, leur disponibilité et la qualité de leurs services constituent la meilleure garantie du succès de notre projet. Surtout à l’université normale supérieure de l’Est de la Chine, le président Yu Lizhong ou les vice-présidents viennent chaque année inaugurer l’Université d’automne, en présence du directeur de l’Institut de la formation des chercheurs, du directeur de l’Institut de recherches sur les relations internationales, Feng Shaolei, et de son équipe composée de professeurs tels que He Ming, Pan Xingming, Yu Nanping, Yang Cheng, Zhou Baowei et du directeur de la faculté des études historiographiques, le professeur Yu Weimin, et ses collègues. Sans leur appui constant, sans celui des Presses universitaires et du bureau de la coopération internationale de cette université, le bon fonctionnement du projet ainsi que la publication de ce livre auraient été impossibles. Depuis des années je voulais leur exprimer ma gratitude et je saisis cette opportunité particulière pour le faire car leur collaboration est pour beaucoup dans cette entreprise.

29En dernier lieu, je tiens à remercier aussi tous mes collègues de la SCEHF qui ont participé à ce projet. L’association est un organisme qui a pour but de promouvoir à l’échelle nationale les recherches scientifiques. Elle bénéficie d’une longue tradition et d’une grande réputation dans ce domaine avec un nombre considérable de chercheurs et professeurs de premier plan. Elle vient de fêter son trentième anniversaire. Son histoire est marquée par des fondateurs francophones bien connus en Chine comme dans le monde parmi lesquels Zhang Zhilian, Shen Lianzhi, Wang Yangchong, Duanmu Zheng, Qi Youlie qui nous ont quittés successivement. L’association a connu aussi des professeurs et chercheurs piliers comme Liu Zongxu, Chen Chongwu, Lou Junxin et Jin Chongyuan. Aujourd’hui, une nouvelle génération de chercheurs et professeurs aux perspectives très prometteuses a pris le relais et assume la mise en place du projet avec un esprit de sacrifice, au sein desquels nous comptons Shen Jian, Li Hongtu, Wang Lingyu, Wang Jiafeng, Lu Yimin et Zhang Qinghai. Les jeunes historiens participant à ce projet travaillent aussi d’arrache-pied pour assurer au quotidien le bon fonctionnement du séminaire et des colloques et ils vont bientôt prendre notre suite. Dans les comités de rédaction des revues, telles la Revue scientifique du Zhejiang et Études européennes de l’Académie chinoise des sciences sociales, où travaillent de jeunes conseillers de notre société, nos collègues font tout leur possible pour publier en primeur les interventions de nos chercheurs et professeurs européens. C’est à eux aussi que j’adresse ma reconnaissance, convaincue qu’ils vont continuer à travailler ensemble pour mener à bien le prochain plan quinquennal de l’Université d’automne et les futurs plans au-delà des deux premiers plans quinquennaux.

30Pékin, 2009

Auteur

Duanmu Mei est directrice d’etudes de l’Institut d’histoire mondiale de l’Académie des sciences sociales de Chine. Elle est également présidente de la Société chinoise d’études de l'histoire de France. Spécialiste de l'histoire de France contemporaine et de l'histoire suisse, elle a notamment publie en Chine Problèmes sociaux dans le processus de la modernisation en France, Éditions des Sciences sociales de Chine, 2000 et La culture suisse et la modernisation, Éditions Liao Hai, nouvelle édition 2008.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable