Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Internet des objets

 | 
Pierre-Jean Benghozi
, 
Sylvain Bureau
, 
Françoise Massit-Folléa

L'internet des objets

Chapitre 4

Quelles performances, quels investissements et quels modèles économiques  ?

Texte intégral

1Un des facteurs-clé de succès de l’internet des objets tient à ce que son développement offre des opportunités de rentabilité et d’amélioration de la qualité de services dans presque tous les registres d’activités et à plusieurs niveaux, aussi bien local que global. Son enjeu économique doit donc être envisagé selon deux axes différents mais complémentaires. Le premier tient à la manière dont l’amélioration des performances facilite les conditions d’investissements d’une organisation déterminée et peut être valorisée. Le second correspond aux opportunités de croissance offertes par la transformation des modèles d’affaires et les nouvelles relations entre parties prenantes et acteurs économiques contribuant aux mêmes activités.

Les facteurs de performance

Des performances à mesurer à plusieurs niveaux

2Dans le cadre des usages «  traditionnels  » de la RFID, les facteurs de performance de l’IdO ne sont pas uniques, mais ils apparaissent à la fois au niveau d’une organisation et d’une filière d’activité. La variété des sources de productivité et de performance associées à la mise en œuvre de l’internet des objets trouve sa source à la fois dans l’amélioration de la qualité de service ou des performances accessibles aux individus et consommateurs, et dans l’augmentation de l’efficacité des processus industriels des entreprises. Dans le premier cas, on peut identifier des retours sur investissement positifs dans le cadre d’un projet spécifique. Cela facilite le déploiement mais en limite l’ampleur  : l’installation de puces sur des palettes de produits agroalimentaires pour réduire les coûts de logistique et de manutention en est un exemple. Dans d’autres cas, les facteurs de performance tiennent à la capacité de rationaliser globalement la gestion de l’ensemble des processus de production pour permettre une meilleure intégration des flux physiques et des systèmes d’informations, en s’interfaçant notamment avec les applications d’ERP ou de CRM. Enfin, la capacité de dégager une rentabilité dans l’utilisation de l’IdO peut résulter, plus fondamentalement, de la constitution de nouveaux modèles d’affaires et de nouvelles opportunités de facturation  : en vendant par exemple les informations récoltées, ou en proposant de nouveaux services à valeur ajoutée.

La recherche de gains d’échelle

3Les gains visés sont plus ambitieux (mais souvent plus difficiles à atteindre) quand ils visent une efficience «  collaborative  » et une amélioration de la productivité d’ensemble. Les gains de performance se répartissent dans ce cas sur l’ensemble d’une filière ou d’une industrie. Pour toutes les technologies d’information et de communication, un tel déploiement ne peut être que progressif et transversal pour assurer une bonne intégration et optimisation des flux physiques et des flux d’information  : du fabricant au distributeur, du distributeur aux clients, en passant par les réseaux de transporteurs, les plateformes d’intermédiation et de transaction. La question dans ce cas est classique en économie  : elle porte sur la manière dont les gains réalisés – la rente – sont partagés et répartis entre l’ensemble des parties prenantes et peuvent contribuer aux investissements nécessaires. L’IdO peut se heurter, en l’occurrence, à une forme de banalisation qui conduirait chacun des acteurs économiques à attendre que ce soient ses partenaires qui fassent les investissements nécessaires. Les gains de productivité pourraient alors connaître de grandes disparités au sein des mêmes filières, conduisant de ce fait à une forme de «  paradoxe de la productivité  »  : une multiplication de l’usage des puces, sans réelle valeur ajoutée globale au bénéfice de la société et de l’économie, les gains étant soit noyés dans des stratégies d’attente sous-optimales, soit captés au bénéfice d’un nombre restreint de firmes.

Des opportunités de marché pour les nouveaux acteurs

4Nous l’avons noté, la montée en puissance de l’IdO tient à la convergence de plusieurs facteurs de performance. Les puces désormais disponibles couplent une capacité de mémoire très largement supérieure aux technologies existantes ou aux codes barres, avec des prix de revient en baisse constante, qui rendent désormais leur intégration au processus industriel envisageable à court terme. Cette mise en œuvre et ce déploiement bénéficient, en outre, de l’affaiblissement du prix des dispositifs de lecture et des applications de traitement  : en effet ces coûts sont très directement indexés sur la montée en puissance des réseaux de communications (fixes et mobiles) et l’enrichissement parallèle des terminaux (ordinateurs, téléphones mobiles...).

Des progrès tirés par la demande

5La variété de ces facteurs de performance explique pour une grande part le large spectre des applications couramment évoquées aujourd’hui en matière d’IdO. La première source de performance identifiable ne se situe sans doute pas au niveau de l’offre mais au niveau de la demande. Il s’agit de l’amélioration des services ou des applications proposés aux individus, qui leur permet de bénéficier d’économies directes, en termes de temps ou d’argent, et justifie que ces gains puissent, dans certains cas, susciter des facturations ou échanges monétaires. On trouve de telles situations dans la gestion de flux de transports tels que les péages autoroutiers ou les accès de parking  ; on peut également évoquer des utilisations telles que le suivi des groupes lors de manifestations sportives comme les marathons. D’autres exemples souvent mentionnés concernent les cartes individuelles couplant paiement et contrôle d’accès  : qu’il s’agisse de transports en commun, de bibliothèques, de stations-service, de bâtiments publics ou de participation à des événements ou des spectacles. Enfin certaines applications spécifiques, plus inédites, sont associées au domaine de la sécurité  : voitures communicantes, traçabilité des animaux familiers, suivi et aide aux personnes fragiles ou dépendantes.

L’amélioration des processus industriels

6Un second registre de performance de l’IdO résulte de l’augmentation d’efficacité des processus industriels. Là encore, les exemples sont très nombreux. Un premier champ d’amélioration touche à la logistique. L’automatisation des processus de repérage et de gestion des flux de produits permet de normaliser le suivi et la sécurisation des conteneurs, d’optimiser la gestion et la réception des palettes, le suivi des stocks ou la gestion des flottes de véhicules. La rationalisation des opérations de maintenance s’inscrit dans le prolongement de telles améliorations et bénéficie en outre de l’intégration et de l’articulation avec différentes technologies de capteurs  : elle s’appuie sur une meilleure prévention et identification des pannes ou un meilleur suivi des objets défectueux. Les performances permises par l’IdO concernent également les processus de production des biens et services  : gestion des documents et des plans, suivi et visibilité des en-cours, rationalisation et coordination des fonctions d’assemblage. L’IdO permet aussi aux entreprises de mieux assurer le suivi commercial des ventes, en disposant d’une gestion en temps réel des sorties de stock. Enfin, il offre plus généralement aux acteurs économiques l’opportunité d’assurer une amélioration globale de la qualité des services fournis  : qu’il s’agisse de réduire les erreurs en garantissant la pertinence des offres ou des biens offerts à la vente, de garantir une meilleure sécurité ou d’éviter les contrefaçons en permettant une authentification des produits, ou encore de permettre de produire ou de fournir des services plus rapidement.

L’articulation des différents niveaux de performance

7La présentation successive de ces différents registres de performance occulte le fait que tous sont, en pratique, étroitement liés. Car les acteurs des filières envisagent la réorganisation de leur activité de manière globale. Ainsi, en réduisant le nombre d’entrepôts et en centralisant leurs opérations logistiques, producteurs et distributeurs optimisent les circuits d’approvisionnement et font de la fonction logistique un moteur central des stratégies de diversification en termes de services.

Comment et qui doit investir  ?

8Cette variété des sources de performance n’est pas seulement utile pour mieux comprendre les dynamiques de développement de l’IdO, elle a aussi des conséquences très directes sur les choix des acteurs économiques et la manière dont s’effectuent les décisions d’équipement. Les facteurs que nous venons d’évoquer créent en effet un environnement incitatif favorable pour les firmes mais ne constituent pas ipso facto un facteur d’adoption. Pour comprendre les conditions de déploiement de l’IdO, il convient de garder à l’esprit que les choix d’investissement des organisations répondent à des processus de décision structurés et séquentiels.

Prendre en compte la complexité des investissements

9La rentabilité des applications doit notamment s’envisager en distinguant les équipements initiaux (la mise à niveau des infrastructures et des équipements) et les opérations courantes. L’amélioration économique des processus de production ne suffit pas toujours à justifier une décision d’investissement car elle dépend aussi de la manière dont les équipements de départ (puces et lecteurs) sont pris en charge et amortis. Ces investissements en amont (reconfiguration des processus et R&D) sont d’autant plus lourds que l’internet des objets recouvre un ensemble de technologies très diversifié et suppose de maîtriser un large portefeuille d’outils et de composants, allant des puces aux capteurs et aux middlewares. En outre, le coût de l’IdO pour une entreprise ne se résume pas simplement à l’acquisition de ce système technique (puces, lecteur, middleware) et à l’accompagnement de son installation. L’expérience montre qu’en matière de technologies de l’information et de la communication, il convient de ne pas oublier les coûts cachés des mises en œuvre. Ceux-ci s’avèrent souvent extrêmement élevés et – comme l’ont montré certains équipements tels que les ERP – conduisent parfois à remettre en cause les investissements initiaux. En effet, au-delà des équipements techniques, les paramétrages des applications et l’apprentissage de l’organisation pour maîtriser les flux associés peuvent être longs, difficiles et coûteux.

Définir des solutions économiques pour chaque niveau d’investissement

10Chaque facteur de performance et chaque mode de valorisation correspondent donc à des solutions économiques spécifiques pour rentabiliser les nombreux investissements à conduire  : R&D, infrastructure, développement de nouvelles applications, équipement d’un secteur ou d’une activité en puces, lecteurs et capteurs. Si l’on envisage l’opportunité de dégager des gains d’ensemble pour un secteur économique, l’absence de retour sur investissement clairement identifiable à court terme est pénalisante  ; dans ce cas, ce sont plutôt les opérateurs et les fournisseurs de technologie qui seront incités à prendre en charge les investissements nécessaires pour assurer l’amorçage du marché et atteindre une masse critique d’applications. À l’inverse, quand des économies sont réalisables au niveau des chaînes logistiques et dans l’articulation entre systèmes d’information et gestion des ressources matérielles, les industriels intermédiaires (plateformes ou distributeurs) peuvent être en première ligne. En effet, ils bénéficient alors directement des gains de performance logistique et de la baisse des coûts de transaction  ; ils peuvent envisager, dans le même temps, de facturer des services associés aux industriels partenaires, voire directement aux consommateurs. Ainsi, quand les applications apparaissent comme pouvant générer directement des économies, les acteurs industriels sont en mesure d’assurer leur autofinancement grâce aux gains de productivité dégagés et à un retour sur investissement favorable  : optimisation logistique et maintenance, réduction des stocks, réduction des coûts de contrôle de gestion...

Développer de nouveaux services pour les consommateurs

11La création de nouveaux services à valeur ajoutée donne également la possibilité d’envisager un paiement par le consommateur ou l’usager final en reconfigurant de nouvelles offres. Ces dernières peuvent prendre plusieurs formes. Elles peuvent d’abord résulter de l’agrégation de marchés de niche  : c’est le cas des applications à destination des animaux qui s’appuient sur le même type de puces pour structurer des applications sensiblement différentes selon qu’il s’agit de bovins, d’équidés, de chiens ou de chats par exemple. Les nouvelles offres peuvent également s’articuler sur des marchés traditionnels, en élargissant la gamme des services proposés  : les possibilités ouvertes par le marquage des véhicules et l’électronique embarquée fournissent ainsi matière à de nouveaux services à valeur ajoutée, parfois regroupés sous le terme de «  voiture communicante  »  : ce sont des services d’assistance (e-call), de sécurité active pour la conduite, mais aussi des formes nouvelles d’assurance (pay as you drive). Enfin, les nouvelles offres s’appuient sur la création de marchés nouveaux comme ceux de la protection personnelle (surveillance des jeunes enfants ou des personnes âgées, sécurité des biens, sécurisation des accès...). Ces nouveaux services en phase de création ne sont pas isolés, on les retrouve dans tous les types d’activité.

Garantir le financement dans l’ensemble de la chaîne de valeur

12Dans tous les cas cependant, le déploiement de l’IdO peut se heurter à la tentation de chacun des acteurs industriels de s’abstraire des coûts d’investissement en reportant les charges sur d’autres acteurs de la chaîne de valeur. Cette menace n’est pas purement théorique. Les exemples récents de l’EDI ou le développement des plateformes de marché électroniques montrent que les acteurs dominants des filières sont toujours tentés de saisir de telles innovations pour renforcer leur contrôle sur l’ensemble des processus de production et sur les acteurs associés, qu’il s’agisse des sous-traitants, des fournisseurs ou des consommateurs. Dans de tels cas, selon les modèles économiques retenus, le risque n’est pas négligeable de voir les PME exclues des processus de modernisation et de performance associés à l’IdO ou, au contraire, obligées d’en supporter principalement le coût, au seul bénéfice des grands donneurs d’ordre.

13Ce point est particulièrement sensible car le succès des applications de l’IdO repose, quels que soient les domaines d’applications, sur leur déploiement en parallèle dans toutes les composantes de l’activité et chez tous les partenaires concernés  : des producteurs et des donneurs d’ordre jusqu’aux distributeurs ou aux usagers. Quand ce n’est pas le cas, l’intégration des informations tout au long du processus devient impossible, le succès et l’intérêt même de l’application pour l’ensemble de ces partenaires sont compromis. Pour promouvoir le déploiement de l’IdO dans les différents secteurs, il s’avère donc essentiel de s’assurer du financement effectif des investissements à tous les niveaux des filières intéressées  : cela peut être envisagé par le cadre d’actions industrielles (cautionnement public par exemple) ou en incitant les partenaires d’une filière donnée à mutualiser leurs engagements (dans un cadre de consortium par exemple).

Favoriser les usages publics de l’IdO

14Le rôle des pouvoirs publics peut s’avérer d’autant plus important que les exemples d’applications présentées plus haut nous montrent que les profits de l’IdO ne bénéficient pas seulement à certains acteurs de la chaîne de valeur. Dans nombre de cas, le déploiement sur l’ensemble des filières contribue à améliorer globalement le bien-être social, au-delà des avantages particuliers de tel ou tel acteur.

15C’est le cas, tout naturellement, dans les secteurs d’activités qui relèvent déjà traditionnellement, en Europe, de la sphère publique  : santé, éducation, culture ou administration. Les exemples abondent déjà d’applications à l’utilité incontestable  : suivi des dépenses de santé, lutte contre les risques de contrefaçon, amélioration du traitement des patients et personnes dépendantes, meilleure accessibilité des bibliothèques publiques, sécurisation des documents administratifs.

16Mais les gains pour la société peuvent aussi naître dans les produits et les services relevant, de plein droit, des activités privées. Dans la grande distribution alimentaire par exemple, il est important de noter que quels que soient les profits qu’en retireront les grands distributeurs, la généralisation des puces RFID sera, sans aucun doute, une source prépondérante d’amélioration de la chaîne de traitement des déchets. Ces technologies seront aussi à la base du développement des «  villes durables  » ainsi que des « villes intelligentes ».

Une redéfinition des chaînes de valeur

17La variété des déploiements associés à chaque application, la multiplicité des sources de performance et des modes d’engagement dans l’IdO, modifient les stratégies individuelles des acteurs économiques. Elles contribuent, en parallèle, à transformer et à redéfinir les marchés et les chaînes de valeur associées, côté demande, aux secteurs d’applications et, côté offre, à ceux de l’industrie de l’électronique et des télécommunications.

La chaîne de valeur industrielle

  • 1 Cf. en particulier, RFID Technologies: Emerging Issues, Challenge and Policy Options, JRC 2007, op (...)

18Le paysage industriel de l’IdO est souvent dessiné en identifiant ses grandes catégories d’acteurs techniques. Les éditeurs de logiciels et les offreurs de technologie développent les outils logiciels mobilisés comme support de l’IdO. Les fournisseurs techniques fabriquent et assurent la configuration des puces et le marquage. Les prestataires peuvent suivre les objets, gèrent les droits d’accès et recouvrent éventuellement les paiements en assurant une fonction d’intermédiation entre l’utilisateur final et les acteurs du processus de production. Plusieurs auteurs académiques ont proposé de catégoriser une telle structure. La plupart de ces travaux distinguent les firmes selon les traditionnelles couches techniques successives (layers)1  : les fabricants de puces (Hitachi, Motorola, Philips, Siemens, Texas), les développeurs de composants et assembliers (Allen, Avid, Sirit, UPM Raflatac, Zebra), les intégrateurs de systèmes (Checkpoint, Savi, RF Code), les éditeurs de logiciels (Cisco, Microsoft, Oracle, Sybase, TIBCO), les SSII et sociétés de conseil (Accenture, Atos, CapGemini, IBM, Lockeed, SAP, SUN MS).

Les nouveaux entrants dans la chaîne de valeur

19Une telle caractérisation trouve cependant ses limites dans la mesure où l’IdO crée une nouvelle chaîne d’opérations entre encodeurs, serveurs, terminaux, gestionnaires des droits  : la chaîne «  technique  » s’entremêle désormais avec la chaîne, plus traditionnelle, de production des biens et des services. Ainsi, le poids du B2B fait que certains secteurs utilisateurs lourds (grande distribution ou aéronautique, notamment) peuvent avoir un poids décisif dans la structuration de l’IdO  ; parallèlement, les industries de contenus (culturelles par exemple) sont tout aussi puissamment motrices dans les transformations (c’est en particulier le cas dans la musique enregistrée). L’écosystème de l’IdO est donc marqué par le développement des réseaux, des partenariats et des interrelations complexes, une transformation des chaînes de valeur, des reconfigurations industrielles et de marchés, le brouillage des frontières traditionnelles des firmes et des secteurs. Une telle perspective doit conduire à aller au-delà de la caractérisation par couches techniques habituelle dans les anciens secteurs entrés en convergence (télécommunications, technologies de l’information, électronique grand public, internet et médias).

Des spécificités vis-à-vis du secteur de l’électronique

20Le paysage de l’IdO est marqué par des caractéristiques qui le distinguent de l’écosystème traditionnel de l’électronique.

Les intermédiaires d’information

21L’IdO est d’abord marqué par l’importance de strates nouvelles dans les filières industrielles existantes. Ces nouvelles couches résultent du poids des activités associées aux middlewares et à la gestion des données  : stockage, historique, réponses aux requêtes, traitements de données massives. Les transformations correspondantes se traduisent par l’apparition de nouveaux intermédiaires qui peuvent être des acteurs spécifiques au monde des RFID (cf. EPCglobal), représentant des intermédiaires d’information communs à plusieurs technologies concurrentes (nommage des objets, information logistique) ou spécialisés sur certaines applications et filières associées (environnement, médecine, culture, etc.)

L’ancrage territorial

22La chaîne de valeur de l’IdO appelle aussi l’émergence de nouveaux acteurs locaux dans des secteurs à l’ancrage territorial avéré  : distribution, tourisme, culture, patrimoine environnemental, notamment. On peut se demander si le poids de tels intermédiaires ne rendra pas moins aisée, pour l’IdO, la délocalisation des services, contrairement à ce que l’on observe souvent dans les services en ligne actuels. Il fait toutefois peu de doute que des investissements et des engagements importants dans les middlewares et les systèmes d’information s’avéreront indispensables pour pouvoir tirer le meilleur parti des ressources d’une localisation européenne.

L’enjeu central de l’interopérabilité

23Les reconfigurations de filières tiennent aussi au caractère central des enjeux d’interopérabilité  : par le biais de passerelles entre applications ou via le développement de mashups contribuant à démultiplier les effets et les applications de l’IdO. Plusieurs initiatives attestent déjà des transformations portées par cette interopérabilité  : par exemple les possibilités ouvertes par les outils de reconnaissance des puces ou de lecture des codes barres que l’on trouve déjà sur certains téléphones mobiles. Au-delà de ses enjeux économiques, l’ouverture de possibilités d’interconnexion et d’interopérabilité crée de fortes opportunités de développement en stimulant les possibilités d’innovation. Dans le monde de l’internet, elles ont constitué un facteur de croissance incomparable pour des entreprises comme Google ou comme certains fournisseurs d’accès. Il devrait en être de même dans le monde de l’IdO. Certains parlent déjà des applications M2M – de machines à machines – comme des futures applications «  tueuses  »  : qu’il s’agisse d’électroménager (réfrigérateurs se réapprovisionnant tout seuls, ou machines à laver «  dialoguant  » avec les vêtements pour adapter leurs programmes), outils gérant directement leur maintenance, ou encore plus récemment des applications proposées sur l’iPhone par l’intermédiaire de l’Apple Store.

24Cette notion d’interopérabilité est régulièrement au cœur des questions de l’économie de l’internet. Outre la simple interconnexion qui assure la compatibilité entre composants hardware et software, moyennant la définition d’interfaces de transports et de formats d’application, l’interopérabilité correspond à la définition de standards communs sous la forme de standards ouverts, de telle sorte que ceux-ci puissent être réutilisés par l’ensemble des acteurs au sein des solutions techniques qui leur sont propres. Très tôt a émergé l’idée qu’il devrait s’agir d’une des préoccupations majeures des politiques publiques et des acteurs privés. La complexité des technologies et des connaissances mobilisées dans les réseaux interconnectés pose en effet des limites aux stratégies d’intégration  : les acteurs spécialisés sur un des composants techniques peuvent devenir extrêmement puissants et imposer les contraintes de leur architecture spécifique (technique et économique) à l’ensemble du système.

Figure 2 Cartographie des instances internationales de standardisation de l’IdO

Figure 2 Cartographie des instances internationales de standardisation de l’IdO

Source  : ITU, d’après FMI-ADC1 TAG, «  The Roadmap to International Auto-ID Standards  », janvier 2003.

25La convergence des technologies et des systèmes de communication contribue à rendre le processus de standardisation particulièrement complexe  : l’IdO relève ainsi de plusieurs instances de normalisation. Ce sont d’abord des organisations internationales telles que l’International Telecommunication Union (ITU), l’International Organization for Standardization (ISO) ou l’European Telecommunications Standards Institute (ETSI). De telles instances sont à vocation généraliste et leurs différents comités de normalisation couvrent tout le spectre des technologies de l’IdO. Parallèlement, il existe des instances plus spécifiques. Elles sont souvent d’ordre régional, national ou sectoriel, et se focalisent sur une dimension technique ou une partie spécifique du processus (normes RFID, protocoles réseaux, codage des données, allocation des fréquences, etc.). Le mouvement de normalisation et de déploiement de l’IdO se construit ainsi en combinant les différentes formes de standardisation  : systèmes propriétaires, normalisation sectorielle volontaire, régulation publique, comités multistakeholders, etc.

Une demande en constante évolution

26La littérature scientifique rend compte de la structuration de ces domaines d’applications en listant, en général, les différents secteurs industriels et les activités supports de déploiement de l’IdO. À cette occasion, on constate que le développement des puces est très avancé dans le secteur des TIC (téléphones mobiles, géolocalisation). Dans le domaine vétérinaire, la RFID s’est développée pour le marquage des animaux en prolongement de systèmes préexistants (bovins, chiens et chats) et par l’élargissement ou la systématisation de telles applications (bovins ou équidés). Le domaine de la santé est aussi une bonne illustration du caractère très large du registre d’applications susceptibles d’être développées  : suivi des objets (instruments chirurgicaux) ou des personnes (malades), contrôle de qualité (médicaments), optimisation des processus et de la qualité de service (gestion des traitements à l’hôpital), rationalisation des pratiques de soin (projet de DMP). Dans le cas des usages liés à la santé, des mesures spécifiques concernant la sécurité et la confidentialité des données sont aussi envisagées. Le secteur des documents d’identité (passeports biométriques) offre un exemple d’appli-cation massive dont le driver n’est absolument pas économique. Les systèmes de paiement dans les transports (autoroutiers ou publics comme avec Oyster, Navigo, Velib) fournissent un exemple d’application dont le développement est largement autofinancé par les opérateurs de transport dans l’espérance de gains de productivité (coût du contrôle, réduction de la fraude), d’amélioration de la qualité de service offert (simplicité d’usage) et dans la perspective de proposer des services à valeur ajoutée (raffinement de la tarification, CRM, marketing...). Loisirs, patrimoine et sports constituent enfin des domaines importants pour le développement des applications (billets de spectacle, suivi des sportifs – déjà expérimenté pour le marathon de New York – et contrôle des accès). Paradoxalement, ce secteur est rarement évoqué alors qu’il montre que certaines applications à base de puces RFID peuvent connaître des déploiements massifs tout en étant parfaitement acceptées des usagers.

27Notons toutefois que les études prospectives font le plus souvent état des mêmes applications-phares et entreprises emblématiques. Sont ainsi très régulièrement mis en avant les – mêmes – exemples de Metro, WalMart, Gilette, Tesco, Marks & Spencer, Benetton, Procter & Gamble, Frakt, ou Carrefour  : à la fois pour le succès et l’ampleur de leurs applications ou, dans le cas récent de Benetton par exemple, pour les oppositions que ces applications sont susceptibles de susciter parmi les consommateurs.

28À cet égard, il est utile de noter que ces acteurs issus de la distribution feront bientôt partie de l’écosystème des services de l’internet, au même titre que Google, eBay, Amazon, etc.

Notes

1 Cf. en particulier, RFID Technologies: Emerging Issues, Challenge and Policy Options, JRC 2007, op. cit.

Table des illustrations

Titre Figure 2 Cartographie des instances internationales de standardisation de l’IdO
Crédits Source  : ITU, d’après FMI-ADC1 TAG, «  The Roadmap to International Auto-ID Standards  », janvier 2003.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/89/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable