Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

Épilogue

Valentine Roux

Texte intégral

1Je suis retournée à Cambay en décembre 1998. 50 % des ateliers avaient cessé toute activité... D’une certaine manière, leur disparition était annoncée. Toutefois, comment ne pas s’inquiéter d’avoir omis des enregistrements alors disponibles ? Lors des terrains précédents, nos prises de position avaient été résolument « non maussiennes » : aucune ambition d’étudier le fait social total, mais au contraire celle d’analyser des pratiques techniques indépendamment de la complexité ethnologique dans laquelle elles s’inséraient. Ce qui a impliqué des études s’attachant essentiellement à définir les spécificités de ces pratiques en termes de ressources et de contraintes. Notre objet d’étude, ainsi limité aux caractéristiques des opérations élémentaires, ne s’est pas élargi au système socioculturel responsable de leur agencement. Dorénavant était-on à même de le regretter ?

2A considérer les objectifs de cet ouvrage, il était difficile d’envisager une autre perspective. En effet, dès lors que notre souci était de construire des propositions ethnoarchéologiques, c’est-à-dire des régularités transculturelles, applicables aux données archéologiques sous forme de règles d’inférences, comment prendre comme objet d’étude la spécificité culturelle de Cambay ? Par spécificité culturelle, j’entends ici les représentations propres à la société indienne qui structurent l’ensemble du système de production. Vouloir la prendre en compte pour ensuite proposer des règles d’inférences applicables à l’archéologie serait revenu immanquablement à faire des propositions « culturellement marquées », c’est-à-dire des propositions dont les termes auraient été propres à la société indienne. Par définition, elles n’auraient pu s’appliquer, en particulier, à l’archéologie du monde harappéen dont la spécificité ethnologique n’est pas connue.

3L’on m’objectera qu’il est difficile de caractériser une technique indépendamment du contexte culturel dans lequel elle est pratiquée. En effet, selon l’approche qui prédomine actuellement en ethnologie des techniques, c’est le système de représentations des groupes culturels qui déterminerait, dans sa globalité, toute option technique (Lemonnier, 1993). Sans rentrer dans un débat complexe qui oppose « fonctionnalistes » et « culturalistes » et sans nier l’importance des représentations socio-culturelles dans les choix techniques, il me semble plus juste, d’un point de vue méthodologique, d’analyser distinctement d’une part les pratiques techniques dans leurs propriétés « transculturelles » (habiletés, efficience, potentiel évolutif interne), d’autre part l’environnement (contraintes géographiques et physico-chimiques de la matière première) et enfin les intentions de l’artisan issues des représentations culturelles du groupe. C’est seulement à ce prix-là qu’il devient possible d’analyser le poids distinct de chaque domaine – technique, environnemental, culturel – dans les choix techniques opérés que l’on peut considérer alors comme des faits émergeant d’une interaction complexe entre ces trois domaines. Quant aux conditions d’émergence de ces choix, elles sont définies par le contexte dans lequel ils se développent. A Cambay, nos études se sont attachées à définir les caractéristiques « universelles » des pratiques techniques liées à la fabrication de perles en roches dures afin d’être en mesure d’interpréter les perles archéologiques en termes a) de processus et habiletés techniques, b) de techno-système. L’étude des perles harappéennes révèle, pendant la période Indus, l’émergence de nouvelles pratiques ainsi qu’en témoigne l’apparition des « classiques harappéennes ». Il s’ensuit des hypothèses sur la fonction des perles et sur le processus d’urbanisation sous-jacent à leur apparition. Ces hypothèses font intervenir des termes propres au monde culturel de l’Indus et de la Mésopotamie où des perles de l’Indus ont été retrouvées.

4Si donc l’ouvrage conclut sur des hypothèses plausibles, il est constitué néanmoins d’un ensemble de propositions fondées, issues de règles d’inférence vérifiables empiriquement dans le domaine ethnographique. Ces règles d’inférence ont été construites selon les principes de plusieurs disciplines constituées (mécanique, psychologie, économie), ceci grâce à une approche interdisciplinaire.

5A partir de là, il devenait possible de modéliser les différentes constructions proposées sous forme de schémas logicistes (Gardin, 1979, 1991 ; Gardin et al., 1981). Ceux-ci consistent à déclarer les opérations permettant de passer des données initiales, mobilisées dans la construction, aux propositions interprétatives finales. Leur but est de dévoiler le bien-fondé et le bien-formé de nos propositions, tout en répondant aux problèmes pratiques que soulèvent nos modes de publication (Gardin, 1998a). De ce point de vue, la schématisation présente des avantages certains comparée au mode narratif qui, en l’occurrence, aurait tendance à desservir le propos scientifique de notre ouvrage vu sous l’angle suivant :

  1. La cohérence des différents chapitres qui constituent le référentiel actualiste n’apparaît pas toujours explicitement, c’est-à-dire que leur articulation au regard de l’interprétation archéologique n’est pas nécessairement « visible ». Ici, c’est la linéarité même de la narration qui masque la montée progressive dans la pyramide des inférences archéologiques en fonction des référentiels mobilisés, étant donné en particulier un nombre quantitatif important de données qui se combinent différemment selon le propos traité. Ainsi, il est vrai qu’il n’apparaît pas clairement que la reconnaissance des pratiques techniques est une étape préalable à leur caractérisation en termes d’habiletés, puis en termes d’organisation techno-économique, et que ces trois étapes vont permettre progressivement d’avoir une image de l’organisation de la production et de la fonction des perles de l’Indus.
  2. Les règles d’inférence qui permettent le transfert des propositions ethnoarchéologiques sur les données archéologiques ne sont pas formulées sous la forme, si p alors q, ce qui, à mon sens, nuit à leur utilisation « clé en main ». Ce point est particulièrement important car seule une formulation explicite doit permettre de sortir d’une rhétorique traditionnelle qui plaque le plus souvent un discours interprétatif sur les données archéologiques, sans référence au fondement du transfert d’attributs actualistes et, par conséquent, sans distinction formelle nette entre propositions « fondées » et « propositions plausibles ». Je rappellerai ici qu’en effet toute interprétation fait immanquablement appel à un savoir extérieur à l’archéologie et donc que du fondement de ce savoir dépend le fondement de la proposition archéologique. Dans notre ouvrage, l’absence de formulation de propositions de type, si p alors q, est liée essentiellement au style narratif qui conduit à un discours plus diffus que l’on trouve dans les parties dites de « discussion », parties réservées à l’interprétation des résultats obtenus.
  3. La connaissance scientifique d’un système passe par l’analyse des différents éléments qui le composent, ici les éléments qui caractérisent les pratiques techniques. Cette décomposition du système pour accéder à la connaissance n’apparaît pas clairement dans un récit « globalisant » qui intègre des éléments distincts sans pour autant les isoler clairement.
  4. Enfin, le mode narratif conduit à des effets de rhétorique qui peuvent aisément cacher des faiblesses de raisonnement. Ces effets de rhétorique incluent des commentaires de tableaux chiffrés, à l’allure « solide ». De ce point de vue, ils ne facilitent pas une prise facile à la critique.

6Mais les avantages de la schématisation ne sont pas seulement épistémologiques. Ils sont aussi d’ordre pratique, renvoyant directement aux problèmes de nos modes de publication. Ainsi que J.-C. Gardin (1998a) le souligne, nous sommes noyés sous un flot de publications scientifiques que nous n’avons plus le temps de lire. Il s’ensuit que nous pratiquons un mode de lecture bien particulier, la consultation rapide des principaux résultats. Toutefois, nos publications ne sont pas écrites pour être consultées, mais pour être lues. Il en résulte que leur consultation est mal commode. Dans le cas de notre ouvrage, il est certain que la présentation narrative n’en facilite pas la consultation. A titre d’exemple, l’ensemble des données chiffrées, présentées par ailleurs sous forme de tableaux et de figures, est décrit sous une forme narrative afin de dégager ensuite de manière argumentée des résultats qui sont donc formulés à leur suite, sous forme de propositions finales. Il en résulte une lecture « lourde » qui n’est déjà pas facile étant donné l’aspect très « technique » des démonstrations qui font appel à des disciplines extérieures à l’archéologie. L’une des solutions, pour gagner en légèreté, aurait été, selon certains, de ne pas décrire du tout ces données chiffrées et de ne donner que les résultats eux-mêmes, pratique qui, apparemment, a cours dans les sciences dures. Toutefois, en sciences humaines, il semblerait qu’il ne soit pas possible d’abandonner du jour au lendemain les anciennes pratiques discursives. Il faudrait pour cela un consensus méthodologique au sein même de la communauté scientifique, ce qui est encore très loin d’être le cas.

7L’avantage de la schématisation logiciste est de proposer une solution à ces problèmes de consultation puisque alors on livre les seules opérations d’inférence, dépouillées de toute rhétorique. Toutefois, les schémas logicistes sur support papier présentent l’inconvénient de proposer un nouveau mode de lecture tout en gardant les « codes » du texte linéaire ce qui conduit à des présentations souvent difficiles d’abord. Ces « codes » correspondent à la contrainte de présenter, dans un ordre linéaire, une succession de constructions qui sont, en fait, emboîtées les unes dans les autres à des niveaux divers de la construction finale, et des paraphrases permettant d’expliciter la teneur des propositions initiales et intermédiaires sans toutefois pouvoir consulter celles-ci simultanément.

8D’où l’idée de schématiser l’ensemble de l’ouvrage sur multimédia, nouveau support d’édition qui doit permettre de gagner en facilité de lecture. Le cd-rom qui en résulte est encarté en 4e de couverture de l’ouvrage. Il a été réalisé avec la collaboration de Philippe Blasco, journaliste et éditeur, directeur de la rédaction du magazine Globe-Mémoire.

9Le projet est ambitieux puisqu’il se veut une nouvelle forme de publication dont les enjeux sont tout à la fois épistémologiques, pratiques et éditoriaux.

10Enjeux épistémologiques tout d’abord puisque ce cd-rom n’est pas un complément du livre destiné soit à la vulgarisation des résultats (avec photos et films comme principaux documents), soit à la consultation rapide et interactive de fiches synthétisées, soit à la simulation de données au moyen d’un algorithme opérationnel, soit encore au seul stockage de la base de données. Ce cd-rom est avant tout un nouveau mode de publication scientifique dont les principes de présentation, qui s’inscrivent dans le projet logiciste, sont à même de dévoiler le bien-fondé des constructions tout en proposant une consultation à niveaux variables de l’ensemble des données mobilisées. Se rejoignent ici les exigences épistémologiques de la schématisation logiciste et les spécificités de publication sur cd-rom. En effet, ces dernières s’accommodent mal des textes narratifs, étant donné la difficulté ou plutôt l’inconfort à lire sur écran une écriture linéaire. En revanche, la schématisation permet d’exploiter d’emblée le mode « consultatif » du multimédia. Cette convergence remarquable entre contraintes d’édition et principes logicistes permet d’imaginer que, dans le futur, la schématisation puisse être adoptée par le multimédia comme principes d’édition scientifique. Il s’ensuit que ces principes pourraient conduire à distinguer, de fait, entre les études qui sont modélisables et celles qui ne le sont pas. Celles qui ne le sont pas, appartiendront résolument au domaine du récit, à lire sur un support papier. Ce sera le cas, par exemple, des récits ethnoarchéologiques, valeur de source d’hypothèses, sans pour autant correspondre à des constructions scientifiques.

11Enjeux pratiques ensuite puisque l’on va sortir d’une présentation linéaire afin de proposer une consultation de l’ensemble des données, des résultats et des interprétations qui puisse être aussi bien rapide qu’exhaustive en fonction du souhait du lecteur et sans pour autant que la clarté du propos scientifique n’en soit obscurci. En effet, la vision de la construction scientifique offerte par le multimédia est à la fois synthétique et analytique. La vision est synthétique en ce sens que la schématisation de la construction générale exprime d’emblée les données mobilisées dans la construction, les règles d’inférence qui leur sont appliquées et les interprétations qui en résultent. La vision est analytique en ce sens que l’absence de linéarité rend possible d’une part des allers-retours aisés entre les interprétations et les référentiels qui les fondent, d’autre part une consultation, à des niveaux variables, du fondement de ces référentiels. Soit la consultation est exhaustive, et de type didactique, lorsque l’ensemble des données, présentées selon des arguments sous forme de séries, est examiné. Soit, elle peut être partielle, tout en pouvant porter sur l’essentiel des résultats qui sont énoncés sous forme de propositions. C’est à mon sens l’un des avantages certains du multimédia par rapport au support papier : de par cette consultation différentielle, il peut, en effet, aider à un nouveau mode de lecture en conservant certains critères de présentation, qui néanmoins sur ce support ne gênent en aucun cas la consultation du propos scientifique.

12Enjeux éditoriaux enfin puisque le cd-rom devrait permettre de réduire considérablement le nombre de pages des ouvrages. En outre, la publication sur cd-rom est une invitation à traduire nos textes scientifiques selon des coûts raisonnables puisqu’il ne s’agira plus de traduire des récits, mais des propositions brèves.

13Reste à noter que l’ensemble de l’ouvrage n’a pas été modélisé et que le contenu de certains écrits n’est accessible que sur la version papier. Ce sont des écrits de différents ordres :

  1. Des informations qui ne sont mobilisées dans aucune des constructions de l’ouvrage ; il s’agit, en l’occurrence, des données retraçant l’histoire de la ville de Cambay où sont taillées les perles de cornaline, l’évolution des différents marchés qui se développèrent au cours des siècles passés et, enfin, la valeur symbolique des perles en cornaline pour quelques grandes aires culturelles. Ces informations sont d’ordre contextuel, elles donnent un cadre à l’étude mais, en aucun cas, ne sont intégrées aux différentes études (informations contenues dans le chapitre 1).
  2. Des considérations méthodologiques plus ou moins longuement exposées (prises de position épistémologique développées en introduction, présentation de l’analyse d’activités).
  3. Des évocations théoriques pour expliquer un phénomène étudié, et qui dans le cas de notre ouvrage portent en particulier, dans le chapitre des habiletés, sur les différentes explications données au phénomène de l’action, ou dans le chapitre « Interprétation archéologique » sur les différentes explications données au processus d’émergence des villes et de l’État. Ces évocations ou hypothèses explicatives se retrouvent soit en tête de chapitre dans la rubrique « cadre théorique », soit en fin de chapitre dans la rubrique « discussion ».

14Ces différents écrits ne sont pas, en l’occurrence, modélisés étant donné les raisons suivantes :

  1. Les informations contextuelles, n’intervenant pas dans les constructions proposées, renvoient à un récit constitué de propositions démontrées ou évoquées en d’autres lieux et qui, ainsi, ont eu ou auront leur place dans une construction scientifique dont l’objet, toutefois, n’est pas traité dans notre ouvrage. Leur présentation sous forme de récit, publié sur version papier, est néanmoins justifiée étant donné leur potentiel évocateur quant au phénomène « symbolico-socio-économique » dont les perles ont pu être l’objet.
  2. Concernant les considérations méthodologiques, leur exposé peut, en fait, s’avérer nécessaire lorsqu’il s’agit de nouvelles méthodes à l’instar de l’analyse d’activités qui est un outil d’analyse encore imparfaitement connu au sein de la communauté des archéologues. En revanche, les considérations épistémologiques sur les choix qui ont sous-tendu les études ethnoarchéologiques deviennent parfaitement explicites dès la consultation du CDROM. Dès lors, sur la version papier, elles peuvent être réduites à une présentation de l’architecture de l’ouvrage et de ses principaux objectifs.
  3. Enfin, restent les évocations théoriques qui expliquent les phénomènes étudiés. Ces évocations correspondent à ce que J.-C. Gardin a appelé le balayage du champ des possibles (Gardin, 1998b). Elles renvoient à des débats théoriques dans lesquels s’inscrivent les résultats de la construction scientifique modélisée. Ces débats théoriques ne sont pas inclus dans la modélisation car ils ne sont pas l’objet d’une construction scientifique. Si tel avait été le cas, alors seulement ils auraient été schématisés. (On peut en voir un exemple avec le système expert Palamede (Francfort et al., 1989) qui s’est attaché à modéliser les différentes hypothèses ayant trait à l’émergence de l’État.) L’absence de schématisation des débats théoriques n’empêche pas pour autant leur publication sous forme narrative en version papier puisque alors il s’agit de « raconter » ces débats sans en analyser le bien-fondé.

15D’où l’idée que l’on pourrait envisager, dans le futur, une publication des schématisations qui soit sur cd-rom et, l’accompagnant, une publication de type narratif qui soit sur version papier et qui pourrait correspondre, en quantité, à 1/10e de nos textes actuels.

16C’est, d’une certaine manière, ce que nous proposons en langue anglaise : le cd-rom est, en effet, consultable dans les deux langues, français et anglais, tandis que le livre comprend la traduction anglaise de l’introduction et de l’épilogue, ainsi que des résumés anglais des différents chapitres. A l’issue de la consultation du cd-rom et de l’ouvrage, un lecteur anglais devrait avoir saisi l’intégralité du propos scientifique.

17La schématisation sur multimédia, une alternative de publication ? Les revues sur Internet posent directement la question et je serais tentée de répondre par l’affirmative, en dépit des réticences fortes au programme logiciste.

1827 mars 1999

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540