Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et hospitalité

 | 
Anne Gotman

Participation au pouvoir

Identification et classification des étrangers dans la politique municipale de Nantes*

Charles Suaud

Texte intégral

  • * Ce texte est une reprise d’une étude menée à la MSH Ange Guépin de Nantes, en étroite collaboratio (...)

1Penser qu’une politique – municipale ou nationale – d’accueil des étrangers contient des opérations d’identification et de classement présuppose une prise de position théorique : comme le suggère la multiplicité des mots ou expressions utilisés, comme « immigrés », « étrangers », ou encore « issus de l’immigration », les populations ainsi désignées n’ont pas d’existence sociale indépendante du processus politique qui les constitue comme telles. Il en va des mécanismes de stabilisation dans l’existence sociale de ces groupes comme de ceux qui sont à l’œuvre dans l’actualisation au quotidien de la domination masculine. La facilité avec laquelle nous invoquons « la nature » comme fondement indiscutable de leur réalité – à partir de la naissance, de la biologie, de la couleur de la peau, etc. – repose sur l’oubli que cette nature est organisée et pensée selon des schèmes politiques et sociaux qui sont de l’ordre de l’impensé, donc de l’illusion du naturel. Ce travail se propose d’analyser le processus de production des catégories d’identification et de classement engagées dans la mise en œuvre d’une politique municipale – celle de la ville de Nantes – à l’égard des populations dites « issues de l’immigration ».

  • 1 Voir la contribution de Michel Miaille dans le présent volume.

2Ce premier principe en entraîne un second, qui est de refuser l’idée qu’une politique d’accueil des étrangers ne fait que répondre à des besoins préexistants qu’il s’agit de satisfaire au mieux. La manière la plus radicale de ne pas se laisser imposer une telle manière de penser la politique a été de renverser le point de vue et de prendre comme objet la façon dont ces populations et les besoins qu’on leur attribue sont forgés, distingués, autrement dit classifiés et « naturalises » (au sens de pensés comme ayant une réalité en soi). Du même coup, c’est la conception de ce qu’est une municipalité et de son mode de fonctionnement qui se trouve être interrogée. La méthode comparative qui a sous-tendu la réalisation de cette monographie a facilité la prise de distance avec des réalités qui nous sont familières, qu’il s’agisse de savoir ce qu’est une « politique municipale » ou encore une « politique de ville » si souvent réduite à la personnalité de son maire ou à la tradition partisane locale. D’entrée de jeu, nous nous sommes interdit de faire comme si une municipalité était un acteur homogène à qui, parfois, on n’hésite pas à prêter des intentions et des volontés précises. Une municipalité n’est pas un en-soi1, mais un espace complexe qui n’est pas aussi intégré que le laissent supposer les propos convenus des tracts électoraux célébrant l’action d’« équipes municipales soudées ». Nous sommes partis de l’hypothèse qu’une municipalité forme un espace hiérarchisé, structuré, concurrentiel même, composé d’individualités qui ne sont pas nécessairement portées par une stricte proximité d’intérêts. De cette idée a surgi une double interrogation. La première revient à étudier comment les pratiques relevant de l’hospitalité s’articulent sur le travail des élus municipaux qu’il faut décrire le plus précisément possible. Si une municipalité opère des classements entre nationaux et étrangers ou entre des catégories d’étrangers, on peut en trouver la logique, du moins pour partie, dans la division du travail qui règne au sein de la municipalité ainsi que dans les rapports de force qui existent entre les différents services. La seconde interrogation consiste à retourner la croyance dans l’existence d’identités collectives toutes faites en montrant comment le travail municipal, pris dans sa diversité, contribue en partie à les forger en agissant sur le tissu social de la ville. La question est alors de savoir ce que fait le travail municipal sur la réalité sociale, sut le classement des associations, sur la manière d’aménager une place aux communautés issues de l’immigration, etc. Contre tout constructivisme abusif, il va de soi qu’une municipalité ne crée pas de toutes pièces l’espace social sur lequel elle a prise : celui-ci a sa propre histoire et ses principes spécifiques d’organisation. Elle dispose néanmoins d’une marge de jeu pour agir sur lui et le transformer, dans la logique et les limites de sa division interne du travail.

  • 2 L’interprétation sociologique que l’auteur donne de la distinction entre « étranger » et « immigré (...)

3L’insertion de cette recherche dans le programme « Ville et hospitalité », ne serait-ce que pat le jeu de la comparaison, a permis de mettre en valeur les particularités socio-historiques des villes enquêtées. En ce qui concerne la ville de Nantes, trois caractéristiques sont apparues significatives, dont la prise en compte a donné un tout particulier à cette étude. Cette ville illustre parfaitement le distinguo qu’Alexis Spire a pu faire entre étrangers et immigrés (Spire 1999 : 50-56)2. Nantes a accueilli à partir du xviiie siècle une forte population d’étrangers – au sens d’étrangers dotés – composée de Hollandais, d’Anglais, de Portugais, qui ont contribué à son enrichissement et à son développement. Ce n’est qu’au cours du xixe siècle que les immigrés ont remplacé les étrangers, mais d’une manière fort contenue. Pour donner un ordre de grandeur, en 1990 la ville de Nantes comptait 4 % de population étrangère, contre 7 % à Bordeaux, 9 % à Lille et 14 % à Strasbourg. Seconde caractéristique : Nantes est un port. En dehors de tout déterminisme géographique, cette situation prend sens, pour nous, du fait d’avoir servi de cadre à des activités économiques fondées sut l’exploitation la plus dure et la plus cruelle des étrangers par le commerce triangulaire. Encore convient-il de préciser qu’aussi fort et traumatisant qu’il ait pu être, ce passé n’agit pas par lui-même ou par les vertus d’une hypothétique mauvaise conscience collective. Ce passé n’intervient dans cette étude que dans la mesure où il a fait l’objet d’un travail de mémoire spécifique que nous avons interprété comme relevant des pratiques d’hospitalité. À partir des années 1990, toute une série d’opérations qualifiées de « culturelles » furent initiées tant par des associations que par les élus, qui visaient, d’une part, à lever le poids du tabou collectif qui enveloppait la période de la traire er, d’autre part, à convertir en positif la mémoire d’une relation aussi lourde et stigmatisante vis-à-vis des étrangers. Nantes présente enfin comme autre caractéristique d’être une ville qui s’est repliée sur elle-même tout au long du xxe siècle. À la différence de Bordeaux, elle n’a jamais eu de relations étroites avec son arrière-pays. La bourgeoisie d’affaire a progressivement perdu son autonomie et son pouvoir et les anecdotes sont nombreuses qui dénoncent les résistances déployées dans les années 1960 par le patronat pour s’opposer à l’arrivée d’« étrangers », venus de quelque trente à cinquante kilomètres (Frappart 2001) ! La notion d’hospitalité qui ne nous était pas familière a priori a permis de prendre en compte ces réalités locales en assumant à l’aide du même mot aussi bien la gestion sociale des populations issues de l’immigration que le travail réalisé par une ville sur elle-même pour tenter de transformer une image négative pat rapport à l’autre et à l’étranger en un « concept » de cité ouverte, accueillante et internationale. L’intérêt de la notion d’hospitalité a été de rapprocher des domaines que l’action politique tend précisément à dissocier, à commencer par ce que l’on nomme les facettes sociale et culturelle d’une politique municipale. En résumé, les caractéristiques que nous avons retenues de la ville de Nantes ne sont pas à prendre comme des donnés ; ce sont des propriétés historiquement constituées qui n’ont de signification qu’en tant qu’elles permettent, ou interdisent, certaines pratiques concernant l’accueil des étrangers. Nous ne mettons pas de lien direct entre l’histoire longue et le « traitement » des étrangers par la municipalité nantaise durant les vingt-cinq dernières années. Entre les deux, il faut introduire l’espace municipal du politique comme instance relativement autonome sur laquelle les héritages du passé sont retraduits en objectifs politiques plus ou moins unifiés, en fonction des rapports de force internes.

4Toutes ces données ont été englobées dans une dernière hypothèse, suggérée par la lecture de Georg Simmel. À propos des politiques menées en direction des pauvres, ce dernier explique qu’elles ne sont pas prioritairement conçues pour répondre aux besoins individuels, mais plutôt pour assurer la sauvegarde de l’ordre social. Selon ses propres termes, « si l’assistance devait se fonder sur les intérêts du pauvre, il n’y aurait, en principe, aucune limite quant à la transmission de la propriété en faveur du pauvre. [...] Mais puisque le but est le tout social [souligné dans le texte] [...], il n’y a aucune raison d’aider le pauvre plus que ne le demande le maintien du statu quo social » (Simmel [1907] 1998 : 49). Cette analyse exprime en termes un peu abrupts la contradiction qu’il y a à parier stricto sensu d’une « politique d’hospitalité ». En tant que pratique privée d’accueil de l’autre, l’hospitalité relève de la sphère domestique ; elle est censée répondre à des besoins concrets et personnalisés (Gotman 2001 : 1-10). Transposée aux politiques municipales d’accueil des étrangers, la proposition de Simmel revient à dire qu’il n’y a aucune raison pour une municipalité d’aider les étrangers plus que la sauvegarde de l’ordre social ne le demande, la priorité étant moins de répondre à leurs besoins privés que de satisfaire aux impératifs d’intégration minimale auxquels « la ville » doit répondre. La comparaison entre Nantes et Nanterre est significative à cet égard (Carrère et al. 2000). Quand la municipalité de Nanterre affirme qu’« à Nanterre, il n’y a ni Français ni étrangers, qu’il n’y a que des Nanterriens », c’est sans doute dans l’intention de produire une croyance collective, quasiment inexistante dans une identité de « Nanterrien ». Pour des raisons historiques évidentes, on comprendra que cet objectif n’a aucune réalité à Nantes où l’identité de Nantais ne fait nullement problème. Comme on le voit, c’est la tension entre politique et hospitalité qui est au centre de cette monographie nantaise. Les actions concrètes menées par la municipalité de cette ville dépassent la stricte urgence de l’accueil des étrangers extérieurs à la ville ; elles doivent également répondre à des besoins internes socialement très diversifiés, pouvant relever aussi bien de problèmes d’intégration des diverses communautés issues de l’immigration que d’images à reconstruire pour l’extérieur afin de contrer les effets négatifs d’une situation géographique excentrée et d’une réputation de ville repliée sur elle-même.

Problématique municipale et structure de l’espace municipal

5Développer une politique n’est pas qu’une affaire d’intentions personnelles et de volontés d’élus, si haut placés soient-ils. Encore faut-il qu’il y ait un lieu institutionnel auquel soient attachés de manière durable des individus pour donner consistance à cette politique et lui conférer quelques chances de s’imposer. Le rappel de cette contrainte institutionnelle aide à comprendre les urgences auxquelles eurent à faite face les élus de la nouvelle majorité socialiste arrivée à la mairie de Nantes en 1989. L’organigramme hérité de l’ancienne municipalité ne fait place à aucun service ni à aucune fonction traitant des problèmes d’accueil des étrangers : aucune structure ne permet alors à ces questions d’émerger, a fortiori d’être résolues.

L’institutionnalisation d’une problématique d’hospitalité (entretien avec l’adjoint à la Jeunesse et à l’Intégration)
« Je pense que pendant tout ce temps, de 1989 à 1995, la question première qui se posait était de faire toucher du doigt à l’ensemble des secteurs de la ville qu’il y avait parmi les Nantais des personnes issues de l’immigration et que le service public n’était pas rendu de la même façon si on ne prenait pas en compte cette donnée.
Et donc c’est vrai que pendant ces six ans mon rôle qui était un rôle largement militant, parce que les référents au niveau du service étaient quand même très faibles, parce que je travaillais avec une personne cadre B, ce qui veut dire d’ailleurs peu de reconnaissance au niveau de la ville.
Travailler avec un cadre B c’est travailler avec quelqu’un qui n’a pas l’aura hiérarchique pour légitimer sa place au niveau de la ville, même si c’est quelqu’un de remarquable individuellement. L’idée était plutôt d’utiliser le fait d’être élu pour poser et imposer quelquefois à l’ensemble des services de la ville en lien avec le public étranger la question suivante : est-ce qu’il y a une spécificité ou est-ce qu’il y a vraiment un service rendu aux personnes issues de l’immigration ? Donc ça c’était le seul travail qui était fait entre 1989-1995. Je pense que c’était un travail qui avait été utile de deux façons, utile parce que le seul fait de poser la question a amené une réflexion politique du service concerné. Parce que, évidemment, cette question était sous-jacente mais n’était pas remontée. Je crois qu’elle était latente : cela permettait de la poser et donc finalement d’avancer. »

  • 3 La commission – deuxième formule – recevra une double mission : « Maintien du dialogue entre les c (...)

6Ce sera précisément la fonction d’initiatives telles que la création d’une commission extra-municipale chargée des questions des relations avec les étrangers que de répondre au besoin d’inscrire cette question dans les préoccupations de la municipalité nantaise. L’histoire juste évoquée ici de cette commission veut montrer les deux niveaux auxquels l’action a dû être menée pour parvenir à une restructuration de l’espace municipal. À première vue, le fonctionnement de la commission extra-municipale sur l’accueil des étrangers à Nantes se présente comme une opération sans grand enjeu ni résultats significatifs. Pendant le premier mandat (1989-1995), aucune association communautaire n’a été invitée aux travaux de la commission, seules des associations dites de solidarité, composées de nationaux, y ont participé. Ce n’est qu’en 1997, durant le second mandat du maire socialiste Jean-Marc Ayrault, après que l’élu à la jeunesse et l’insertion fut devenu maire adjoint, que s’est opérée une redéfinition de la commission qui, désormais, travaille avec une sélection de dix-huit associations communautaires3. Tous les participants, à commencer par les élus, ont dressé un bilan plutôt mitigé du travail de cette commission. Pour l’élu responsable, ce genre d’action ne peut qu’arriver à des résultats décevants et illusoires, du moins tant que le vote des étrangers, aux élections locales tout au moins, n’est pas acquis.

7Face à ce bilan plutôt négatif, quelle lecture sociologique peut-on proposer ? Les acquis de la commission ne peuvent se comprendre qu’en rappelant que la municipalité nantaise (après 1989) ne pouvait agir efficacement sur le tissu associatif communautaire qu’à la condition de se structurer de manière à faire une place institutionnellement reconnue à une politique d’accueil des étrangers. En d’autres termes, une politique municipale en matière d’accueil présuppose que la division du travail s’enrichisse de positions nouvelles à partir desquelles une problématique d’hospitalité puisse s’ancrer et se développer. C’est effectivement ce qui s’est produit, par un changement survenu à deux niveaux qui sont intimement liés et qui demandent à être clairement explicités :

  • au niveau des structures objectives de la municipalité : avec la création du service à la Jeunesse et l’insertion et son renforcement institutionnel par l’accession de l’élu responsable au statut de maire adjoint au début du second mandat ainsi que par l’ouverture d’un poste de cadre A aujourd’hui pourvu et dévolu à la « Mission Intégration »4 ;
  • au niveau des structures mentales : la commission extra-municipale a servi d’instance pédagogique pour imposer la question de l’accueil des étrangers dans les esprits des élus, des personnels de guichet de la mairie, ainsi que des responsables des services qui gèrent, de près ou de loin, les populations issues de l’immigration (la Caisse d’allocations familiales notamment). Cette fonction quasi invisible et pourtant centrale désigne l’apport le plus important de la commission. Ainsi que l’observation directe de son fonctionnement a pu le montrer, les réunions qu’elle a organisées ont exercé un véritable rôle d’éducation entre partenaires : les représentants des associations ont appris à situer les problèmes dans des ensembles plus vastes et plus complexes que celui de leur groupe particulier, à parler avec des représentants municipaux et des administratifs et à faire « remonter » auprès de ces derniers les problèmes de vie quotidienne rencontrés par les étrangers qui ne trouvent jamais à s’exprimer. Comme dit la représentante de l’association des femmes algériennes : « La commission extra-municipale était intéressante, parce qu’on pouvait apporter des réflexions sur le quotidien, sur tout ce qui pouvait tourner autour de l’accueil des immigrés dans les pouvoirs publics, dans les services publics, sur la connaissance des structures. » On peut également citer le responsable de l’association dite des « Musulmans de Nantes-Nord » qui va dans le même sens : « Je pense qu’il y a un travail à faire au niveau des fonctionnaires, ou des gens qui dirigent ces administrations, pour qu’ils facilitent simplement la vie des personnes issues de l’immigration. C’est pour ça que je dis que, pour la ville, il y a un effort à faire pour intégrer dans ces agents d’accueil des personnes de cultures différentes. Il y a aussi le travail de recyclage, de remise à niveau de certains employés pat rapport aux lois en vigueur. Il y a des employés qui continuent à travailler avec les lois de 1995, alors qu’ils sont en 1997 ! Par exemple, au niveau préfecture, quand on va au guichet des permis de conduire, on rencontre des personnes souriantes, parce que là, ils se sentent à l’écoute, ils servent des citoyens. Ils cherchent pas à savoir si vous êtes français ou étranger. Quand on va à l’accueil des personnes étrangères, l’accueil est différent. Il y a une séparation entre les gens. [...] De toutes façons, une personne issue de l’immigration, pendant la période où elle ne va pas à ces administrations, elle peut se sentir partie prenante de cette société. Mais dès qu’il y a des papiers à faire, s’il y a à faire ce genre de numéro, on lui fait remarquer, on lui fait comprendre qu’elle est étrangère. Cela peut casser le travail des associations. » De leur côté, les fonctionnaires ont découvert la diversité insoupçonnée des cultures de leurs administrés étrangers ainsi que les multiples facettes des problèmes quotidiens auxquels ceux-ci sont confrontés. Cela allait de la manière dont un appartement pouvait être habité pat ses locataires, en particulier la distribution des pièces, jusqu’au problème des lieux de réunion dans le quartier ou des aires de jeux dans les cités. C’était pour les administratifs l’occasion de découvrir l’immense diversité des cultures et coutumes des différents groupes d’immigrés, que leur position centrale avait tendance à homogénéiser abusivement. À l’inverse des représentants associatifs qui apprenaient à monter en généralité et donc à faire des efforts de synthèse, les fonctionnaires s’habituaient à redescendre vers le particulier et à faire eux aussi des efforts d’analyse.

L’espace municipal des pratiques d’accueil des étrangers, vu du poste des relations internationales
« Vous savez comment ça marche une équipe municipale : il y a les adjoints et les conseillers municipaux de la majorité qui ont une délégation. Et le maire a voulu à partir de 1995 qu’il y ait un conseiller municipal, une conseillère municipale en l’occurrence, chargée du tourisme et de l’accueil des nouveaux Nantais. Elle dépend de moi, en tant qu’adjoint aux relations internationales et au tourisme et donc, par voie de conséquence, à l’accueil des nouveaux Nantais. Enfin, c’est pour dire que, dès 1995, il était clair que cette notion d’accueil, en l’occurrence des nouveaux Nantais, était importante. C’est N. M. qui est chargée de l’accueil des nouveaux Nantais.
De même F. P. qui lui est adjoint au maire est chargé, alors je ne sais plus trop, de la jeunesse et l’insertion. C’est la notion d’accueil collectif là, enfin des étrangers ou des deuxième et troisième générations. On a ça très présent en théorie. Et de même évidemment avec les relations internationales, dans le cadre de coopérations internationales et même des relations internationales en général, il y a cette notion d’accueil temporaire des visiteurs. De même on peut dire que le tourisme c’est l’accueil très ponctuel, les touristes par définition ne viennent pas très longtemps, s’ils viennent très longtemps ce ne sont plus des touristes, ce sont de nouveaux Nantais.
On a quand même plusieurs catégories, les visiteurs occasionnels, les touristes qui viennent pour la découverte de la ville ou qui viennent pour le travail, les congrès, des choses comme ça, alors là on va avoir l’entrée tourisme. »

8Ainsi la commission a été le lieu d’un apprentissage mutuel dont les effets sont difficilement repérables, et pourtant bien réels. D’une certaine manière, la commission a fait entrer la logique d’hospitalité –qui respecte le point de vue des gens – dans la logique abstraire du politique toujours prompte à transformer les urgences privées en problèmes publics et généraux. Sans doute tout cela a-t-il été possible parce que le fonctionnement de la commission est resté sur les marges du droit, à la périphérie de l’institution municipale proprement dite, comme l’indique l’expression si parlante de « commission extra-municipale ».

Classification des étrangers et division du travail municipal

9Cette première lecture est indispensable pour désigner ce que furent certains points de rupture entre les municipalités de droite et de gauche, avant et après 1989. Lecture nécessaire mais qui peut conduire à des conclusions illusoires et à la surestimation de la force réelle de ces nouveaux lieux municipaux chargés de l’insertion des étrangers. En formulant de fortes réserves sur l’efficacité de son travail, l’élu responsable du service Jeunesse et Intégration exprime un rapport de force dont il faut tenir compte en déplaçant le point de vue adopté jusqu’ici. Le service spécialisé dans l’accueil des étrangers ne doit pas être regardé seul, indépendamment de la place que celui-ci occupe dans l’espace municipal dans son ensemble, tant en ce qui concerne la division du travail proprement dite que la position dans la hiérarchie politique interne à la municipalité.

  • 5 Toutes choses égales par ailleurs, Françoise Héritier (1996) explique que l’objet de l’anthropolog (...)

10Ce changement de perspective ne fait que reprendre l’intuition durkheimienne que les catégories de classification reproduisent dans l’ordre de la pensée logique la façon dont les hommes sont socialement classés. Certes, la manière selon laquelle la municipalité de Nantes répertorie les étrangers trouve nécessairement un fondement pratique ; le problème de l’accueil des cadres venant travailler à Nantes ne se pose pas de la même manière que celui des étudiants ou des nouveaux arrivants venus de pays étrangers. Ce que la mise en perspective de l’espace municipal tout entier fait apparaître de significatif du point de vue sociologique relève certes de la division du travail de gestion des populations à accueillit, mais également de la hiérarchie instaurée entre ces dernières et, partant, entre les élus et les services administratifs qui s’y consacrent5.

11Nous avons été renforcés dans cette optique par l’entretien que nous a accordé l’élu chargé des relations internationales. Le fait d’occuper cette position élevée dans l’espace municipal donne incontestablement le privilège d’avoir une vue d’ensemble des actions développées en direction des différentes populations d’étrangers (au sens large) ; il autorise surtout à émettre une vision hiérarchisée des services compétents et de ceux et celles qui les dirigent au sein de la municipalité.

12L’intérêt de cette description est de présenter un large spectre de populations, aux conditions d’existence si différentes (des étrangers à la ville aux étrangers nationaux), que l’on ne pense pas spontanément à les englober sous le même catégorie d’« étrangers ». Schématiquement, on pourrait « réduire » l’évocation de cet espace aux oppositions suivantes :

TABLEAU 1. – L‘ESPACE MUNICIPAL DE L’HOSPITALITÉ DÉCRIT PAR L’ÉLU CHARGÉ DES RELATIONS INTERNATIONALES

TABLEAU 1. – L‘ESPACE MUNICIPAL DE L’HOSPITALITÉ DÉCRIT PAR L’ÉLU CHARGÉ DES RELATIONS INTERNATIONALES

13Comme le laissent entendre le vocabulaire utilisé ainsi que les commentaires plus complets développés au cours de l’entretien, on a affaire à un classement des individus susceptibles d’être accueillis (1re colonne) auquel correspond une hiérarchie des services municipaux compétents (2e colonne, de la délégation aux relations internationales à la subdélégation au tourisme, jusqu’au service chargé de l’insertion). On a, enfin, une diversité de formes d’accueil mises en œuvre qui vont du mode le plus institué (avec l’intervention de l’université, des grandes entreprises comme EDF, la SNCF, Matra ou autres) et le plus personnalisé à l’intention des cadres, vers un traitement collectif et anonyme pour résoudre les « problèmes » posés par les immigrés. Pour être complet, il conviendrait d’ajouter une quatrième colonne qui serait celle du parcours social et politique des élus responsables de ces secteurs d’activité qui, dans le cas présenté, va de la position d’avocat pour le responsable des relations internationales à celle de technicien pour l’élu chargé du service de la jeunesse et de l’insertion des étrangers, ce dernier clairement engagé dans l’« équipe municipale » sur une position d’une gauche alternative.

  • 6 Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, la présidente de Nantes Welcome – association spécialisée (...)

14Ces déclarations expriment une hiérarchie sociale et économique des différentes catégories d’étrangers qui, selon le principe de l’homologie de positions, trouvent une correspondance dans la hiérarchie des services municipaux et, pat voie de conséquence, dans l’ordre de priorité des intérêts auxquels la municipalité entend répondre. Cette mise en relation n’apparaît vraiment que lorsque l’on regarde le spectre complet des services municipaux engagés dans l’accueil des étrangers, y compris ceux que l’on ne penserait pas spontanément relever de cette catégorie comme celui qui s’occupe du tourisme et de l’accueil des cadres6. Il faut avoir constamment à l’esprit que le service consacré aux relations avec les associations communautaires occupe une position basse dans la hiérarchie municipale, tant du point de vue de la légitimité que des moyens en hommes et en finances. Toutes les observations des pratiques de gestion municipale en direction des étrangers que nous avons faites prennent sens par rapport à ce positionnement.

Les relations bureaucratiques avec les associations communautaires selon l’adjoint à la Jeunesse et à L’Intégration
« L’intervention la plus fréquente de la ville par rapport aux associations, c’est à travers les subventions. Avec l’adjoint à la vie des quartiers, on a un double regard. Il n’y a pas de conflit là-dessus ! Qui est responsable de la vie associative ? C’est l’adjoint à l’urbanisme. Par exemple, on a eu une difficulté, c’est intéressant, avec une association dont on parle beaucoup aujourd’hui, qui est La Caravelle d’Orphée. Ce sont des Portugais qui font du cinéma lusophone. On a eu une difficulté pour savoir : Est-ce une affaire identitaire ? Est-ce que ce sont des jeunes ? Ou une association culturelle ?
Mais cela veut dire que vous vous partagez en fonction des critères ? Oui, on a eu cette discussion. Moi, j’avais dit au maire : “Je pense que ce serait mieux qu’il y air un secteur qui gère toutes les associations !” Mais cela n’a pas été retenu parce que c’est trop lourd, c’est impossible. Donc on a décidé d’essayer d’utiliser les moyens informatiques pour que tout soit transparent. C’est-à-dire que lorsqu’on subventionne une association, qu’on sache aussitôt si elle est en lien avec un autre service. Maintenant la connaissance de l’association, elle est liée à son activité. Et pour en finir avec La Caravelle d’Orphée on s’est fortement frottés, et c’est dommage parce que ce sont des gens bien et qui font du bon boulot. Ils ne supportaient pas d’être mis dans le champ de la jeunesse ! [...] C’est idiot, parce qu’avant tout on est reconnu par la Ville ! On n’est pas reconnu par un service ! Et en même temps “la culture” disait : “C’est pas trop culturel, c’est plutôt portugais !” Le service disait ça, pas les élus : il faut plutôt les mettre avec les associations. Oui mais quand même ils font du cinéma, donc c’est la culture ! Donc l’année dernière on a manqué leur subvention à cause de ce jeu. Ils n’ont pas eu de subvention. Ils étaient très fâchés. On se rend bien compte que de devoir faire entrer une association dans un cadre, c’est très compliqué. »

De l’usage politique de la frontière social/culturel

15En partant du principe que le politique consiste à « faire le monde social » en posant, déplaçant ou défaisant les frontières entre les groupes sociaux, on peut montrer que l’action politique municipale au quotidien agit non seulement sur la structuration de l’espace associatif, mais également sur l’identité de chaque association. Ce point de vue ne prive pas les associations de l’autonomie qu’elles possèdent en raison des actions particulières qu’elles mènent et en fonction de leur histoire propre ; il propose une interprétation en termes d’interactions dont on privilégiera les effets allant de haut en bas, c’est-à-dire de l’espace municipal vers les associations, communautaires ou non.

16L’hypothèse sur laquelle nous nous appuyons est simple : la structuration de l’espace municipal – avec les divisions entre les pôles « action sociale » et « politique culturelle », mais aussi à l’intérieur du pôle social lui-même – joue comme un principe de classement et d’identification des associations. En fonction des relations qui se nouent entre les associations et les différents services municipaux, les associations vont être classées dans des catégories imposées qui ne correspondent pas nécessairement aux objectifs qu’elles se donnent, ni à la « vocation » qu’elles se reconnaissent. Cette construction de l’espace associatif se fait parfois dans le conflit, mais le plus souvent à travers les actes les plus banals de la gestion bureaucratique auxquels le traitement informatique donne une apparence de neutralité.

17On arrive à ce constat que l’espace des services municipaux opère un double marquage des associations. Une première fois en les classant en fonction du contenu de l’activité, ou plus exactement en fonction de la lecture que les élus en font selon l’opposition entre ce qui relève du « social » ou du « culturel ». L’anecdote rapportée du différend entre la municipalité et l’association La Caravelle d’Orphée (voir l’encadré ci-contre) aide à comprendre que cette frontière est arbitraire en ce sens qu’elle se fonde moins sur la nature des pratiques que sur l’interprétation qui en est faite ; elle résulte d’une décision municipale prise en fonction de principes entremêlés de hiérarchie culturelle et de légitimité politique. Le second marquage instaure une hiérarchie entre les associations ainsi classées. Il exprime simultanément le primat accordé à la culture académique sur les cultures « ethniques », aux intérêts généraux sur les intérêts particuliers, au national (au sens français du terme) sur le communautaire, en un mot au politique sur l’hospitalité.

  • 7 Tissé-Métisse a été créé en 1993. Cette fête associative est celle qui affiche le plus clairement (...)

La culture vue par
La présidente de l’ASNA (Association des Sénégalais de Nantes et agglomération) : « L‘objectif [de notre association] est surtout culturel. C’est de regrouper les Sénégalais qui sont sur Nantes autour des repas sénégalais. Notamment autour des Yendus qui signifient au Sénégal une fête où on se retrouve entre amis, où on mange ensemble, on écoute de la musique sénégalaise. Donc c’est au niveau des Sénégalais. Cela permet aussi aux Françaises mariées à des Sénégalais et aux enfants métissés de connaître une partie de leur culture, de rencontrer leurs oncles, leurs cousins et d’apprendre ce qu’est le Sénégal. [...] À un autre niveau on fait aussi des manifestations pour promouvoir un peu la culture sénégalaise. Enfin, des facettes du Sénégal ! Comme le Sabar qu’on a fait à la place du Commerce le 6 juin dernier. C’est de la danse traditionnelle. On a fait aussi une grande manifestation aux salons Mauduit. On a fait venir des musiciens de Paris. [...] Enfin on a introduit un volet humanitaire avec le Secours Populaire ».
L’adjoint a la Culture : « Pour me situer par rapport à votre enquête, c’est difficile car nous estimons qu’il y a toute une part de l’interculturel qui est du ressort de la vie associative [pour nous, proche du pôle social]. Je veux dire que les Portugais veulent faire une fête en invitant des artistes portugais, c’est pas de notre ressort vraiment. Que les Marocains fassent une fête, c’est la vie normale ! Et on a un vrai problème parce que les Portugais viennent frapper à deux portes en disant : “Moi, je fais une fête à Malakoff, eh bien donnez-moi des sous à la culture parce que j’invite un artiste.” Cela ne nous intéresse pas. Ce qui nous intéresse, c’est la progression artistique, la progression intellectuelle d’une population. Par contre quand P. M. organise son festival de cinéma espagnol qui est bien composé et qui a une consistance intellectuelle, alors ça nous intéresse. Vous voyez la différence ! [...] En revanche, la manifestation Tissé-Métisse7 [fête interculturelle créée en 1993] nous intéresse pour plusieurs raisons. D’abord le mouvement ouvrier, enfin le mouvement social à travers Tissé-Métisse commence à aborder le problème de façon totalement différente de ce qu’on a pu connaître des revendications quantitatives. Ils ont compris que le monde changeait, qu’il y avait des métissages, y compris en milieu ouvrier. »

  • 8 Ces analyses rejoignent les réflexions de Vincent Geisser lors d’une Table ronde organisée à Stras (...)
  • 9 Ce mode de positionnement du service culturel de la mairie pourrait être montré à propos d’autres (...)

18Les conditions sont ainsi requises pour que naissent des incompréhensions entre les manières de voir des responsables d’associations et des élus, susceptibles de tourner au conflit ouvert lorsque les intéressés ont du capital culturel à opposer aux choix municipaux. Ces différences de lecture resteront le plus souvent dans l’implicite et se termineront par un déclassement de projets qui sont pensés comme « culturels » par les membres de l’association8 dans la catégorie des activités « sociales » – le cas échéant taxées de « communautaristes ». À titre d’exemple de ces rapports de force, il suffira de juxtaposer deux prises de position, l’une émanant de la présidente de l’association sénégalaise (l’ASNA créée en 1984) qui en donne les objectifs9, l’autre de l’adjoint à la culture (voir l’encadré ci-contre).

  • 10 Extrait de l’entretien réalisé avec le directeur du CID. Tout en continuant de dépendre de la vie (...)

19L’enquête a permis de recueillir de nombreux témoignages des responsables d’associations d’étrangers – communautaires ou pas – mécontents du classement que le service culturel de la municipalité leur réserve. Les cas les plus intéressants pour l’analyse sont le fait des associations qui mobilisent le plus de capital culturel pour défendre la cause des populations issues de l’immigration. Par exemple, pris entre les objectifs formulés en termes d’interculturalité (« Pour nous, l’interculturalité est réellement le point de rencontre d’actions citoyennes10 ») et les « principes » de la mairie, le Centre interculturel de documentation (CID) devient inclassable et ne peut être géré que grâce à un compromis difficile que l’adjoint à la culture décrit de la manière suivante : « Le CID c’est très compliqué parce que là on est à cheval sur le social et le culturel. Eux ils voudraient bien être attachés à la Culture du point de vue institutionnel et en fait ils sont attachés à la vie associative. Ils sont plus dépendants de la vie des quartiers et de l’insertion que de moi, même si j’y participe financièrement aussi. On a adopté un principe à la mairie c’est qu’il y a un pilote : alors je donne de l’argent au titre de la culture mais le pilote c’est la vie associative et ça les met en rage parce qu’ils voudraient être rattachés à la culture. Leur activité est effectivement complètement à cheval, complètement partagée. C’est un cas un peu délicat entre nous. Je pense que beaucoup d’associations se sentent un peu valorisées si elles sont du ressort de la culture et non pas de la vie associative. »

La production d’une image culturelle : Nantes, ville ouverte

20L’action qui se déploie sur l’aire sociale d’une municipalité ne peut être isolée des rapports de forces qui s’exercent sur le terrain municipal dans son ensemble. Le travail réalisé en vue d’une meilleure intégration des communautés issues de l’immigration a sa propre réalité, qu’il ne faut certes pas minimiser. Mais ses effets peuvent être réduits, voire transférés vers d’autres fins pour reprendre l’idée de Georg Simmel, dès lors qu’ils sont produits dans un espace municipal orienté vers la production d’images valorisantes de la ville, y compris lorsqu’elles font une large place à l’ouverture aux autres cultures, comme c’est le cas de Nantes.

21Ce qu’il faudrait introduire ici, c’est non seulement le contenu de la politique culturelle conçue et développée après 1989, sous le double mandat de Jean-Marc Ayrault, mais le travail de mise en récit qui en a été fait. Un immense travail de communication a réussi à mettre en cohérence plusieurs types d’événements culturels hautement médiatisés qui, pour les uns existaient déjà, comme le Festival de cinéma des trois Continents ou encore le Festival d’été de musique interculturel-le, et qui, pour les autres, furent des créations comme Les Allumées ou Fin de siècle qui mettaient en scène des villes étrangères, avec leurs cultures, leurs musiques, leurs intellectuels, etc. 1992, date de la commémoration du cinquième centenaire de la découverte des Amériques, fut un tournant à partir duquel la thématique de l’identité portuaire de Nantes fut mise en avant, comme thème structurant de l’ouverture de la ville. Le plus remarquable est la force avec laquelle ces images se sont imposées auprès de la population aussi bien que des élus eux-mêmes. On vous dira tout simplement que de toutes façons ces événements ne peuvent se produire qu’à Nantes, ville naturellement ouverte aux « ailleurs » par son histoire et sa position géographique. En travaillant sur d’autres modes d’investigation comme le questionnaire, on peur se rendre compte que cette construction identitaire est aujourd’hui acceptée par les habitants qui vont ressortir mot à mot certains slogans de communication comme celui de « Nantes, ville ouverte ».

  • 11 Hebdo de Nantes, n° 82, mercredi 18 avril 2001. L’expression de « nouveau Nantais », utilisée par (...)

22Considérée en elle-même, cette production d’images se solde par des résultats positifs. Non seulement le tabou qui pesait sur l’histoire impossible à assumer du commerce triangulaire a pu être levé, mais c’est la représentation même de la ville qui s’en trouve valorisée. Par un renversement symbolique, la fermeture à l’autre devient ouverture à l’étranger. On a à faire à l’élaboration de véritables stéréotypes, que les médias s’approprient et répètent à l’envi. Une semaine après les élections municipales de mars 2001, l’hebdomadaire Le Point sort un numéro Spécial Nantes. L’article intitulé « La locomotive de l’Ouest » traite exclusivement de l’urbanisme extrêmement plaisant et attirant de la ville. Deux semaines plus tard, l’Hebdo de Nantes affiche un titre d’accrochage qui reprend une catégorie municipale : « Les nouveaux Nantais jugent leur ville11 ». L’article en question donnera la parole à une famille suédoise, à plusieurs couples venus de Paris et de Lille ainsi qu’à quelques étudiants. Reste à se poser la question de savoir quelle est la résultante de toutes ces actions de natures si différentes lorsqu’on les replace dans l’espace structuré et hiérarchisé de la municipalité de Nantes.

Un détournement du sens de l’ouverture : « l’étranger » au service de l’économie

23Quand on prend en considération l’ensemble des rapports de force entre les différents services municipaux et, partant, entre les élus, on comprend, d’une part, comment le culturel l’emporte sur le social et, d’autre part, comment ce transfert répond à des intérêts liés à la concurrence économique que les villes se livrent entre elles. C’est en ce sens qu’on peut parler d’un détournement – involontaire mais effectif – de l’hospitalité au profit d’une production d’image de la ville susceptible de renforcer sa position dans la lutte économique.

24C’est par un transfert plus ou moins clandestin que des significations, d’abord organisées autour de la dénonciation de l’exploitation la plus honteuse des « étrangers » lors de la Traite négrière, se détachent des objectifs premiers pour prendre un sens très général d’ouverture et servir, en l’état, une politique de développement économique de la ville. On passe ainsi de l’accueil des étrangers à l’ouverture à l’étranger (en général) qui participe d’une politique d’incitation à faire venir des « extérieurs » susceptibles de contribuer au renom et à l’enrichissement de la ville. On change ainsi de terrain et on comprend l’ampleur de la méprise qui consisterait à prendre la relative réussite de l’image de « Nantes, ville ouverte » à l’échelon national et international comme unique aune d’évaluation des pratiques d’hospitalité effectives à l’égard des étrangers vivant dans cette cité.

25Le développement culturel s’impose également aux dépens d’une dynamique des cultures. Cet autre aspect se rapporte plus particulièrement aux effets de consécration, et donc de relégation, qu’exerce l’action municipale en matière de politique culturelle. La définition académique de la culture défendue par les services municipaux, doublée d’une recherche de reconnaissance nationale (auprès de radios consacrées comme France Culture et France Musique ou encore d’hebdomadaires comme Télérama), contribue à la fois à restreindre l’espace culturel légitime et à le mettre sous la dépendance des critères d’évaluation de la municipalité. Le rejet ainsi produit dans le communautarisme ou le militantisme social de toute expression proche des groupes étrangers réels fait office de stigmatisation ; il empêche que se constitue un espace de production culturelle plus large et plus autonome sur lequel pourrait se développer une dynamique de la production et de l’invention artistique, ouverte à une multiplicité de styles et de cultures autres que métropolitaines. Or, si le communautarisme est générateur de « dérives », ne court-on pas le risque de le développer involontairement en le dévalorisant politiquement et culturellement, en d’autres termes en refusant d’accorder aux étrangers ce que l’on entend développer pour les métropolitains, le droit d’organiser le quotidien dans un cadre associatif de proximité ?

26Ces quelques traits qui sous-tendent la politique municipale nantaise en matière d’accueil des étrangers ne sont pas réductibles à une construction intellectuelle ni le fait d’une démarche qui confondrait analyse sociologique et critique politique. On les retrouve dans la réalité du travail politique municipal dont la plate-forme électorale rédigée pour les élections municipales de 2001 offre une parfaite illustration. Construit en trois parties, le projet annonce la volonté de faire de Nantes une ville « forte », « conviviale » et « solidaire ». Dans ce troisième volet qui nous concerne plus particulièrement, un renforcement de la solidarité avec de multiples catégories de « défavorisés » est annoncé (jeunes, chômeurs, femmes [sic], handicapés, etc.) qui, de manière étonnante, ignore les étrangers immigrés. De façon significative, l’ouverture en général (« Ouvrir Nantes sur le grand large ») tient lieu et place de politique d’accueil et d’hospitalité. Nous nous limiterons à quelques citations de cette partie du programme.

27L’en-tête du volet « solidaire » est ainsi rédigé : « Une ville solidaire, c’est une ville qui œuvre pour la bonne intégration de tous. Les plus démunis, mais aussi, celles qui n’ont pas encore, dans la société, toute la place qui doit leur revenir : les femmes. Et encore, ceux que la vie a affligés d’un handicap. Ceux que l’âge risque de séparer. Sans oublier la nécessaire solidarité entre les territoires. Renforcer la solidarité est l’ambition de l’équipe conduite par Jean-Marc Ayrault. » Quant au paragraphe sur « Ouvrir Nantes sur le grand large », il ne concerne, ainsi qu’on l’a signalé, que la politique culturelle officielle et le développement des relations internationales : « Nantes est plus solidaire quand le regard des Nantais porte au-delà de l’estuaire. Ville portuaire, ville natale de Jules Verne, la capitale des ducs de Bretagne a souvent regardé au-delà de ses octrois vers le grand large. Avec Jean-Marc Ayrault, les relations internationales de Nantes ont pris de l’ampleur depuis 1989. Elles se sont développées à l’occasion de grandes manifestations culturelles comme Les Allumées ou la Folle Journée, qui ont permis d’établir des contacts avec Barcelone, Saint-Pétersbourg. [...] Elles ont aussi fructifié à partir d’opérations avec nos villes jumelées : Sarrebruck, Seattle... Nantes a aussi développé des opérations de coopération technique internationales avec Cluj en Roumanie, Cochabamba en Colombie [...]. »

  • 12 Ce rapport de force interne à l’espace municipal tout entier n’interdit pas des avancées significa (...)

28En contrepoint, il suffira de rappeler les 51 % d’abstentions enregistrés à Nantes lors des élections municipales de 2001 qui suivirent cette campagne et que les premiers documents cartographiques situent prioritairement à la périphérie de la Ville. Ce résultat atteste que l’éloignement de la vie démocratique locale n’est pas le fait exclusif de « minorités ethniques » ou « communautaires ». Cette exclusion de la politique est le fait de tous ceux qui n’ont pas les capitaux requis pour jouer le jeu de la représentation municipale. Les « minorités étrangères » ne sont qu’une fraction – paroxystique – de ce qui est devenu une majorité : ceux qui se tiennent éloignés des instances municipales. L’enquête que nous avons menée à Nantes montre qu’une même municipalité peut à la fois œuvrer pour l’accès des étrangers à une participation à la vie de la cité et travailler au quotidien à faire advenir une ville qui éloigne ces mêmes étrangers – accompagnés en cela de nombreux autres nationaux – du vote et de la participation démocratique. En ce sens, la politique et l’économie ont mis à mal la logique de l’hospitalité, réduite au cercle restreint de l’action militante12.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Carrère, Violaine, Daadouch, Christophe, Girola, Claudia, et Steiner, Anne. 2000. Les limites de l’hospitalité communale : discours et réglementations. L’exemple de Nanterre. PUCA/GISTI.

El Kenz, Ali, Frappart, Virginie, Garat, Isabelle, Retière, Jean-Noël, et Suaud, Charles. 2001. Ville et hospitalité. Le cas nantais. CENS/ CESTAN, PUCA/MSH Ange Guépin de Nantes.

Frappart, Virginie. 2001. La mise en mots de la ville contemporaine, représentations et images de la ville. Thèse de géographie. Nantes, Université de Nantes

Gotman, Anne. 2001. Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre. Paris, PUF.

Héritier, Françoise. 1996. Masculin/Féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

Kauff, Alain. « Participation des étrangers à la vie locale : quelle représentation des associations ? » (partie discussion), Cultures et sociétés, Cahiers du CEMRIC (Participation politique et citoyenneté des populations étrangères ou d’origine étrangère), 12, hiver 1998 : 13-26.

Simmel, Georg. (1907) 1998. Les pauvres. Paris, PUF/Quadrige.

Spire, Alexis. 1999. « De l’étranger à l’immigré. La magie sociale d’une catégorisation statistique », Actes de la recherche en sciences sociales, 129 : 50-56.

Notes

* Ce texte est une reprise d’une étude menée à la MSH Ange Guépin de Nantes, en étroite collaboration entre géographes du CESTAN (V. Frappart et I. Garat) et sociologues du CENS (A. El Kenz et J.-N. Retière), dans le cadre du programme de recherche « Ville et hospitalité » animé par Anne Gotman. Voir El Kenz et al. 2001.

1 Voir la contribution de Michel Miaille dans le présent volume.

2 L’interprétation sociologique que l’auteur donne de la distinction entre « étranger » et « immigré » rend parfaitement compte du sentiment de fierté des Portugais évoquant comment, du fait entre autres de l’intégration européenne, ils sont progressivement passés de la situation stigmatisante d’« immigrés » au statut reconnu d’« étrangers ».

3 La commission – deuxième formule – recevra une double mission : « Maintien du dialogue entre les composantes de la population issue de l’immigration » et intégration de l’accueil des étrangers à la politique territorialisée menée dans les quartiers, en lien avec les Comités consultatifs de quartier (CCQ).

4 La publication du profil de poste pour le recrutement d’un cadre A attaché au service Intégration de la mairie de Nantes paru dans La Gazette des carrières était ainsi rédigée :
« La Ville de Nantes 270 000 habitants recrute par voie statutaire (mutation, détachement, inscription sur liste d’aptitude) un h/f pour sa Mission Générale Développement Social et Action Territorialisées. Chargé de Mission (cadre A) “intégration des populations immigrées”.
Missions : Rattaché à la mission insertion contrat de ville, vous êtes chargé de la mise en œuvre des orientations du contrat de ville, autour des axes suivants : –connaissance de la situation des populations étrangères et immigrées sur l’agglomération nantaise – dialogue avec les populations étrangères et immigrées – mise en place de programmes de formation – mise en valeur de la mémoire, des identités culturelles et des histoires de vie – vigilance contre toutes formes de discrimination. Vous accompagnerez les directions municipales et équipes territorialisées dans la mise en œuvre de ces orientations. Vous êtes le soutien technique auprès des personnels municipaux directement au contact de ses populations. Vous participez activement à un travail en collaboration avec les différents partenaires institutionnels et associatifs qui ont un lien avec les politiques d’intégration.
Profil : De formation supérieure, vous possédez une bonne connaissance des orientations concernant la politique d’intégration des populations issues de l’immigration, des textes régissant le droit au séjour des ressortissant étrangers en France. Vous connaissez les cultures des personnes, familles, communautés issues de l’immigration et les réseaux associatifs liés à l’évolution des nouvelles générations qui en sont issus. Vous êtes en mesure d’analyser les situations sociales en lien avec les processus migratoires. Vos capacités à animer, à négocier, à maîtriser des situations de tensions sont des atouts supplémentaires. »

5 Toutes choses égales par ailleurs, Françoise Héritier (1996) explique que l’objet de l’anthropologie n’est pas tant de nous faire découvrir la division des tâches entre les sexes que la hiérarchie qui s’est imposée comme un invariant culturel et qu’elle désigne par « la valence différentielle entre les sexes ».

6 Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, la présidente de Nantes Welcome – association spécialisée dans l’accueil des cadres étrangers – refuse la notion d’hospitalité, préférant plutôt parler « d’un accueil personnalisé auprès de chaque individu et de chaque famille ».

7 Tissé-Métisse a été créé en 1993. Cette fête associative est celle qui affiche le plus clairement un mot d’ordre social et interculturel. L’idée est de lutter contre le racisme, de donner à voir la diversité culturelle présente à Nantes, de mener une activité militante sur l’intégration des étrangers mais encore de faire accéder le plus grand nombre à la culture et à l’appartenance urbaine qui passe par l’accès au centre ville. Le fait que la programmation soit tenue dans un des bâtiments emblématiques, la Cité des congrès, n’est pas innocent. Ses organisateurs sont l’ACENER, association des comités d’entreprises créée à l’initiative de la CFDT en 1982, et la FAL qui fédère toutes les amicales laïques et le Centre interculturel de documentation. Cette fête soutenue et financée par le FAS et la municipalité (mais également la DRAC, le Conseil général de la Loire-Atlantique), se tient une fois par an depuis 1993 ; elle dure un seul jour et se tient un samedi du début du mois de décembre. À côté d’une programmation musicale très présente qui va de 17 heures à une heure du matin et entrecoupée de théâtre, d’animations enfantines, etc., les associations qui militent en faveur des droits de l’homme, de l’intégration des étrangers ou encore communautaires en profitent pour tenir un stand sur leurs activités et faire connaître la présence étrangère dans l’agglomération.

8 Ces analyses rejoignent les réflexions de Vincent Geisser lors d’une Table ronde organisée à Strasbourg autour de la mise en place du Conseil consultatif des résidents étrangers (CCE) : « Pour moi, le communautarisme comme je l’entendais, ce n’est pas [on devrait ajouter “seulement”] un produit des communautés mais c’est aussi un produit de notre République et il faut que la République assume cette fabrication spontanée » (Kauff 1998 : 23).

9 Ce mode de positionnement du service culturel de la mairie pourrait être montré à propos d’autres associations. Il en va ainsi par exemple du distinguo entre « les fêtes des Antillais » qui sont un projet de « vie sociale normale » par lequel la municipalité ne se sent pas concernée et le fonctionnement de la Maison d’Outre-Mer, lorsqu’elle « fait venir des artistes antillais ».

10 Extrait de l’entretien réalisé avec le directeur du CID. Tout en continuant de dépendre de la vie associative, le CID fait aujourd’hui l’objet d’une convention pluriannuelle avec la mairie.

11 Hebdo de Nantes, n° 82, mercredi 18 avril 2001. L’expression de « nouveau Nantais », utilisée par l’adjoint aux relations internationales laisse entendre l’immédiateté avec laquelle certains étrangers acquièrent l’identité locale, lorsqu’ils arrivent dotés d’un fort capital.

12 Ce rapport de force interne à l’espace municipal tout entier n’interdit pas des avancées significatives sur les sous-espaces les plus engagés dans la politique d’intégration des populations d’étrangers. C’est ainsi que le détenteur du poste de rang A chargé de la mission Intégration vient de présenter récemment (le 17 mai dernier) un projet de Conseil nantais de la citoyenneté des étrangers qui sera composé de 40 étrangers, 5 élus et de représentants d’associations engagées dans le soutien aux immigrés, l’interculturel et la lutte contre les discriminations. Les objectifs annoncés sont de favoriser l’expression des étrangers hors Union européenne, de coproduire une politique d’accueil et d’intégration et, enfin, de faciliter l’accès de tous aux politiques publiques.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. – L‘ESPACE MUNICIPAL DE L’HOSPITALITÉ DÉCRIT PAR L’ÉLU CHARGÉ DES RELATIONS INTERNATIONALES
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

Auteur

Université de Nantes – CENS (Centre nantais de sociologie)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable