Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

IV. Applications archéologiques

9. Importation de cornalines et agates de l’Indus en Mésopotamie

Le cas de Suse et Tello1

Marie-Louise Inizan

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier tout particulièrement Annie Caubet, Conservateur général du département des An (...)

Il est clair que pour un objet fabriqué c’est le point de vue humain de sa fabrication et de son utilisation par les hommes qui est essentiel (Haudricourt, 1987 : 38)

  • 1 Les tableaux de correspondance entre les civilisations mésopotamiennes et celles de l’Indus sont pr (...)

1Les cornalines et les agates unanimement classées comme ornements et biens de prestige sont aussi investies d’une forte charge symbolique en Mésopotamie. La légende de Gilgamesh, roi d’Uruk, héros de la plus ancienne épopée ayant laissé des traces écrites (Bottéro, 1992) ainsi que le récit des travaux de Ninurta (Van Disk, 1983) qui remontent au IIIe millénaire, révèlent la valeur et la puissance mythiques de la cornaline et du lapis-lazuli. Ces pierres circulent sous la forme de perles mais aussi de petits objets de luxe entre la région de l’Indus, l’Asie centrale et la Mésopotamie (Amiet, 1986 et 1988a) à partir du IVe millénaire avec un essor particulier dès l’instauration de la première dynastie d’Ur qui correspond à l’apogée de la civilisation de l’Indus1. Si les tombes royales d’Ur (Woolley, 1934) sont les témoins les plus prestigieux de ces bijoux en or, lapis et cornaline, on notera aussi parmi les documents les plus riches le trésor « d’Ur » dans le palais de Mari (Parrot, 1968), le palais d’Ébla et ses archives (Matthei, 1980). Les perles et les bijoux dominent numériquement, il faut néanmoins y associer des cachets et sceaux-cylindres, des poids et de petits animaux, eux aussi façonnés dans ces matières en tenant compte que la Mésopotamie est dépourvue de telles sources minéralogiques.

Brève histoire de la cornaline en Mésopotamie (fig. 1)

2Les perles en pierre font leur apparition au Néolithique mais les matières premières sont tendres (calcaires, marbre, etc.) et leur façonnage reste rudimentaire. Vers la fin du Néolithique au VIe millénaire apparaissent les premières parures en cornaline et calcédoine dont la dureté atteint celle du silex c’est-à-dire 7 dans l’échelle de Mohs. Elles se présentent, de manière discrète, sous la forme de petites perles de type rondelle. L’atelier de Kumartepe (Turquie) situé sur la rive gauche de l’Euphrate est le seul que l’on connaisse pour ces périodes anciennes – il daterait de la fin du VIe millénaire – (Roodenberg, Wilkinson & Bayri-Baykan, 1984). Dans cet atelier, le travail de perforation est surtout représenté, puisque des milliers de micro-perçoirs ont été collectés (Calley, 198990 et Grace, 1989-90) associés à quelques blocs et à six nucléus de cornaline n’excédant pas 8 cm de hauteur. Il n’existe aucune perle finie et seulement onze perles sont en cours de fabrication, de type rondelle (7 à 10 mm de diamètre et 3 à 4 mm d’épaisseur), elles sont toutes façonnées à partir d’éclats.

3Toujours dans un contexte néolithique final vers le VIe-Ve millénaire, dans les cultures d’Hassuna, puis d’Halaf, de petites perles en calcédoine et cornaline ont été signalées à Tepe Gawra (Tobler, 1950), à Arpachiya (Mallowan, 1935), à Yarim Tepe (Merpert & Munchaev, 1987), toujours dans le nord de la Mésopotamie. On peut alors imaginer un approvisionnement proche de la Mésopotamie du nord, du côté de l’Anatolie comme l’atteste le site de Kumartepe. Pendant la période d’Obeid de petites perles circulent jusque sur les rives du Golfe (Cardi, 1978 : 72).

4Jusqu’au IVe millénaire, la présence d’un petit nombre de dimensions et de facture modestes ne met en jeu ni un véritable artisanat ni un réseau de circulation organisé.

5En revanche, à partir du IVe millénaire et tout au long de la première moitié du IIIe, les types se diversifient, les dimensions des perles augmentent et des ateliers ont été identifiés surtout à l’est, en Iran ou plus loin en Asie centrale, suggérant des provenances plus lointaines vers l’est. Cependant c’est à partir de la deuxième moitié du IIIe millénaire que les objets en cornaline identifiés en Mésopotamie font un bond considérable, tant sur le plan du nombre des produits que sur la diversité des formes, des dimensions et sur la qualité d’exécution. Or, dans la civilisation de l’Indus, alors à son apogée, le travail de la cornaline atteint des prouesses (et non celui du lapis-lazuli) (Casanova, 1998) sur le plan esthétique et technique : prouesse de l’invention des cornalines incrustées par un décor blanc et prouesse sur les dimensions jamais atteintes par les longues perles « classiques harappéennes » (jusqu’à 12 cm à Mohenjo-Daro). Or, à proximité de la vallée de l’Indus, il existe de nombreuses variétés de calcédoine de couleurs différentes, de belles qualités, accessibles et abondantes, provenant des célèbres traps du Deccan, plateau central de l’Inde (cf. chapitre 1). Ce sera à nouveau avec l’expansion de l’empire perse que l’on trouvera un engouement comparable pour toutes les variétés de calcédoine importées du sous-continent indo-pakistanais (cf. le collier à quatre rangs de perles de la tombe princière achéménide de Suse exposé au Louvre). Quant au lapis qui accompagne les agates et la cornaline, son contexte géologique et sa structure sont complètement différents, impliquant des origines et des techniques de fabrication différentes qui vont influencer le développement des ateliers comme les voies de circulation.

  • 2 Tombes 116-136 : fouilles Parrot 1935-36, ces colliers sont exposés au musée du Louvre.

6A partir du IIe millénaire, il y a un changement dans le choix des pierres qui se diversifient, même si précédemment améthyste, cristal de roche, turquoise, sardoine, etc. ont déjà fait leur apparition (Talion, 1995 ; Moorey, 1994). Il y a aussi un changement dans les techniques, les perforations de tout petit diamètre font leur apparition pour de longues perles posant le problème de nouveaux forets, l’usage de l’émeri se répand pour le polissage et la perforation (Bordreuil et al., 1984 ; Michel, 1992). Un changement dans les techniques de gravure des sceaux a aussi été observé (Collon, 1986, 1987 ; Sax & Meeks, 1995). Si la fin du IIIe millénaire marque l’apogée, sur le plan technique et esthétique, de la fabrication de certaines perles, on peut noter cependant au IIe millénaire la perennité de la qualité du travail avec les remarquables colliers des tombes de Mari datant du XIIIe-XIIe siècle avant J.-C.2 (fig. 1, nos 1 et 2) : la couleur orange translucide, la finesse du polissage, l’originalité de la forme des perles indiquent qu’il existe toujours des artisans talentueux du côté de l’Inde malgré l’effondrement des grandes cités de l’Indus.

FIG. 1. 1 et 2 : Mari, 2 colliers provenant de tombes de Mari datant du XIII-XIIe siècle av. J.-C 3 à 17 : Suse, différents types de perles – 3, biconique tronquée ; 4, sphéroïde ; 5 et 6, biconique tronquée aplatie ; 7, bitronquée carénée facettée ; 8, ellipsoïde côtelée ; 9, prisme à base hexagonale ; 10 à 13, pendentifs ; 14, cylindrique ; 15, « classique harappéenne » ; 16 et 17, ellipsoïdes aplaties.
1 and 2 : Mari, 2 necklaces found in the tombs of Mari, dated to the 13th-12th BC. 3 to 17 : Suse, different types of beads – 3, truncated biconical ; 4, spheroid ; 5 and 6, flattened, truncated biconical ; 7, faceted, carenated, bi-truncated ; 8, ribbed ellipsoidal ; 9, prism with hexagonal base ; 10 to 13, pendants ; 14, cylindrical ; 15, “classic Harappan” ; 16 and 17, flattened ellipsoids.

Problèmes posés

7L’idée admise en Mésopotamie que les objets en cornaline, principalement sous forme de parure, appartiennent à une élite, implique dans ce cas une matière première d’origine lointaine ainsi qu’un savoir-faire de haut niveau technique. Quelle est alors leur signification, en terme d’artisanat et d’artisans, de cette activité aux IVe et IIIe millénaires ? En effet dans ce qu’il est convenu de définir comme facteurs favorisant la formation et l’apparition de l’État, la spécialisation artisanale et la circulation des biens sur de longues distances sont des critères communément retenus depuis G. Childe. Néanmoins, nous souscrivons à la distinction émise par J.-D. Forest (Forest, 1996 : 157) concernant la spécialisation artisanale :

Nous distinguons deux formes de spécialisation, dont l’une implique un savoir-faire qui n’est pas à la portée du premier venu et résulte de l’existence d’une élite aux besoins exceptionnels, et dont l’autre, beaucoup plus banale, ne provient que de la diversification des besoins au sein de la masse de population.

  • 3 Le processus de fabrication de ces perles particulières, est décrit dans le chapitre 8.
  • 4 La documentation rassemblée par P.R.S. Moorey (1994) a représenté une source considérable de témoig (...)

8Les objets mésopotamiens en cornaline sont concernés par la première forme de spécialisation. Il devient alors nécessaire de rechercher l’origine des objets en cornaline et la forme sous laquelle ils circulent : existait-il des réseaux différents avec des approvisionnements différents selon la nature des objets et selon les périodes concernées ? Quels sont les critères pertinents pour évaluer les ateliers alimentant les réseaux de circulation ? Si certaines perles caractéristiques comme les « classiques harappéennes » et les « etched beads » (perle à décor blanc)3, qui représentent un très faible nombre de perles en cornaline, ne font aucun doute sur leur origine importée, il n’en va pas de même de toute la cohorte des autres perles et objets divers4.

FIG. 2. Le Golfe : voie principale de circulation de la région de l’Indus vers la Mésopotamie au IIIe millénaire. – The Gulf: principal circulation route from the Indus region toward Mesopotamia during the third millennium.

Orientation de l’analyse technologique après l’observation des ateliers de Cambay

9L’analyse technologique proposée, en l’absence de textes, a pour but de discuter et de préciser des notions comme l’origine de la matière première, les lieux de fabrication, la possession de savoir-faire, les voies de circulation.

10Cependant, loin du syndrome de Pompéi, il ne s’agissait pas de transposer directement dans le domaine de l’archéologie les observations réalisées dans les ateliers contemporains de Cambay. Il s’agissait d’orienter et de proposer une méthode d’analyse de ces petits objets souvent décrits par une typologie sommaire, et d’évaluer les quelques ateliers dont on dispose en Orient.

11Trois observations, immédiates et fondamentales se sont dégagées lors de l’enquête à Cambay en 1989, elles concernent des contraintes liées à la matière première qui sont donc indépendantes de l’époque étudiée.

  • 5 Rao, 1973 : 70 : « The lapidaries cooked pebbles of agate and chert in a unique type of kiln for th (...)
  • 6 Je remercie Catherine Jarrige de m’avoir communiqué sa documentation personnelle concernant le site (...)

12– La chauffe est systématique à Cambay, car elle est indispensable et donc inéluctable avec deux fonctions. Elle améliore l’aptitude à la taille des roches siliceuses surtout microfibreuses comme les calcédoines et elle modifie la couleur des cornalines. Or si elle a été signalée pour quelques perles archéologiques (Mackay, 1937 ; Kenoyer, 1986 ; Tosi, 1976-80 ; Vidale, 1986) et dans le cas particulier des « etched » ou « bleached » beads (Beck, 1933 ; Mackay, 1937 ; During-Caspers, 1972 ; Kenoyer, 1986), elle n’a cependant pas fait l’objet de recherches systématiques sur des objets archéologiques et des aires de chauffe n’ont pas été repérées dans les fouilles d’ateliers à l’exception de Mohenjo-Daro (Vidale, 1986). A Lothal, Rao a signalé la présence d’un four ayant servi à la chauffe des cornalines (Rao, 1973)5. La photo de cette structure (Rao, 1979 : fig. 12, pl. xcia) montre à l’évidence qu’il s’agit d’un four à sole, classique aux périodes pré-Indus et Indus, dont la température dépasse 800 °C, ce qui ne correspond pas aux contraintes techniques de la chauffe des calcédoines dont la température n’excède guère 400 °C (cf. chapitres 1 et 6)6.

13La modification contrôlée de la couleur et de la matière témoigne d’une maîtrise remarquable de la pyrotechnie et remonte à des millénaires, mais reste un paramètre encore négligé. Quel rôle a pu jouer alors la chauffe dans le développement et le perfectionnement des techniques de fabrication des perles et autres objets en cornaline et calcédoine au IIIe millénaire caractérisés par une élévation notoire du niveau technique ?

  • 7 Le traitement des roches siliceuses par la chaleur est une invention ancienne des préhistoriques au (...)

14La reconnaissance de la chauffe à l’œil nu est certainement insuffisante, elle repose sur deux critères : la forte brillance après enlèvement d’éclats et les petits cracks qui altèrent souvent la roche. La brillance est très peu utilisable dans le cas de produits finis lustrés donc brillants, de plus les calcédoines sont naturellement brillantes. En revanche, les petits cracks se sont révélés fréquents et observables facilement par transparence. La patine blanchâtre des objets traités révèle sans doute une surchauffe plus qu’une patine due à une altération postérieure dans les dépôts archéologiques (cf. chapitre 8). La thermoluminescence (tl) et la résonance électronique de Spin (esr) ou, en français, la résonance paramagnétique électronique (rpe) sont les principales méthodes de laboratoire permettant de détecter la chauffe pour des températures excédant rarement 300 °C. La rpe semble préférable car elle n’implique pas la destruction de l’échantillon (Dunnel et al., 1994). Après Cambay la chauffe fut donc recherchée systématiquement sur toutes les perles (cf. infra)7.

15– Une autre observation concerne le rôle joué par la matière première : toutes les variétés de calcédoine existent sous la forme de galets dans la même zone de Ratanpur : en effet, les anciennes terrasses du fleuve Narmada, entre autres, offrent d’énormes quantités de galets de calcédoine de différentes qualités et dimensions, faits exceptionnels dans l’Ancien Monde (cf. chapitre 1). Quantité (dimensions des galets et nodules) et qualité (homogénéité et translucidité) jouent un rôle primordial sur l’origine des ateliers en tenant compte du problème de l’apprentissage qu’implique la taille des calcédoines comme des roches siliceuses ainsi que des quantités de déchets rejetés (cf. chapitre 6).

16– Une autre contrainte, liée à l’ordre des opérations dans la chaîne opératoire, a pu être vérifiée sur le matériel des ateliers de la civilisation de l’Indus à Lothal.

  • 8 Une mission d’étude a été réalisée et financée à Cambay ainsi qu’au musée de Lothal dans le cadre d (...)

17Une partie des éléments composant l’atelier de taille de perles à Lothal (Rao, 1979) (cf. chapitre 7) a été consultée en 19898, permettant de reconstituer la chaîne opératoire de la fabrication de perles dans un atelier de la civilisation de l’Indus. Des préformes de poids étaient aussi présentes, confirmant les observations précédentes ; on peut admettre que les mêmes spécialistes taillaient les perles, les poids et des préformes de sceaux ainsi que d’autres petits objets en cornaline.

18La chauffe a été observée sur des éclats, des ébauches et des préformes.

19L’ordre des étapes de la chaîne opératoire est identique à celle observée à Cambay, il semble alors plausible d’admettre comme une tradition millénaire l’ordre et la pratique du déroulement des étapes de fabrication.

20Ces trois observations réalisées sur le terrain ont immédiatement infléchi les critères d’observation de tous les objets en calcédoine concernant la matière première et les techniques de fabrication.

Les collections des sites de Suse et Tello

  • 9 Les perles étudiées provenant de Tello et de Suse sont conservées au département des Antiquités ori (...)

21Les deux sites de Tello et de Suse9 témoignent des grandes étapes de l’histoire ancienne orientale qui vit la mise en place de l’urbanisation et l’avènement de sociétés hiérarchisées dans l’histoire de l’humanité.

22En effet, c’est avec les fouilles de Tello au début du XXe siècle que la prestigieuse civilisation sumérienne qui émerge vers 2600 avant J.-C. sera révélée (Gros, 1910 ; Genouillac, 1934, 1936). C’est aussi « l’époque des premiers empires mésopotamiens qui annexèrent Suse : celui d’Agadé, puis celui des rois néosumériens d’Ur, entre 2350 et 2000 » (Amiet, 1988a : 195). Suse est une cité prestigieuse qui s’est développée à partir du IVe millénaire dans une plaine ouverte sur la Mésopotamie à l’ouest et les plateaux montagneux iraniens à l’est, ce qui lui confère une place originale à la charnière des échanges, des lieux de passage vers l’Asie centrale et le monde indo-pakistanais (Amiet, 1988b).

23La première occupation de Tello et la mieux représentée dans le matériel concerne la première dynastie archaïque (2600-2350). Les parures ont en général été découvertes dans des tombes, par définition des ensembles clos, datant de la dynastie archaïque III (2600-2350 av. J.-C.). Il a été signalé (Gros, 1910 : 112-113) que dans un vase en terre cuite, « on trouvait des perles de cornaline collées à des perles d’or [...] avec du lapis, d’autres groupées en paquets sur lesquels on distinguait la trame d’une étoffe [...] ».

24Les collections de Suse sont le plus souvent hors contexte stratigraphique, il est donc très difficile de leur attribuer une date fiable : leur seule étude technologique pouvait-elle permettre de les insérer dans un contexte chronologique ? Malgré ce handicap, était-il possible d’évoquer différentes origines de matières premières ou d’ateliers ? Toutefois, une observation systématique sur ces nombreuses perles, sur le plan technique, sur la qualité de la matière première, sur les formes a permis utilement de les insérer dans un contexte technique. Des déchets de taille, quelques perles irrégulières et quelques nodules de cornaline ont été retrouvés parmi les perles.

Méthode d’analyse

25Les critères suivants ont été pris en compte (cf. chapitres 2, 3, 4) :

  • la matière première : sa présentation, dans le cas d’ateliers (nodules, galets, éclats, etc. et leurs dimensions), puis sa qualité (couleur, translucidité, homogénéité) ;

  • la chauffe (critères empiriques, cf. supra) ;

  • la taille (les déchets et les accidents caractérisent les techniques utilisées), observable dans le cas d’ateliers, mais aussi à la surface des perles et sur les faces des perforations ;

  • le polissage (observations des stries, leur orientation indique différents types de polissage ; les stries évoquent aussi les types de polissoirs – forme et matériau) (cf. chapitre 3) ;

  • la perforation : la technique utilisée se résume à deux modes, le piquetage dans le cas de perles de faibles diamètres à l’aide de tamponnoir et le foret dans tous les cas (la dimension de la perforation et son diamètre caractérisent un type de foret) ; les stries, leur forme, leur régularité observable surtout sur les perles cassées caractérisent plutôt la force de rotation de l’instrument utilisé. La nature des matériaux de nombreux forets est encore loin d’être élucidée (Gwinett & Gorelick, 1981).

26Bien qu’on ait seulement examiné des perles finies, donc en principe lustrées, ce qui devait oblitérer les étapes précédentes, il a été possible de déceler des indications substantielles sur les étapes de fabrication. Dans tous les cas le polissage ne masque jamais la totalité des négatifs de taille : les perles les plus soignées et les plus lustrées laisseront voir peu de restes de taille, mais jamais aucun. Les deux bords du côté de la perforation sont peu finis, laissant voir des restes de taille, et ils sont exceptionnellement polis, même dans le cas des grandes perles « classiques harappéennes ». La cornaline étant généralement transparente, la perforation est facilement observable : elle est pratiquée comme à Cambay à partir des deux bords, légèrement en biais pour faciliter la rencontre des deux forets (photo 3 et photo 7). Sur les petites perles rondelles, la perforation est pratiquée par piquetage (Chevalier et al., 1982) ou au foret.

27Pour ce qui concerne le polissage, les stries sont souvent observables et leur orientation permet de déterminer le type de techniques et de mettre en évidence des techniques de polissage différentes (cf. chapitre 3).

28Il était cependant hors de question d’éliminer une classification typologique car des types peuvent représenter d’excellents marqueurs culturels comme les longues « classiques harappéennes ». Cependant, hormis quelques perles de volumes simples, décrites facilement, la réalisation d’une typologie performante est redoutable car une classification de formes et de volumes d’objets réalisés manuellement, souvent à quelques exemplaires, et donc sans véritable standardisation, explique que les typologies ne soient pas satisfaisantes (Beck, 1933 ; Kenoyer, 1991). Une représentation graphique de qualité sera souvent la seule capable de restituer pertinemment certains objets. Les types sont formalisés dans le rabat de troisième de couverture.

29Il faut souligner que le dénombrement des perles, aisément réalisable, reste souvent très approximatif dans les publications avec l’usage de termes comme « quelques », « beaucoup », rendant des comparaisons statistiques aléatoires. Leur poids n’est jamais donné, or ce dernier joue un rôle dans l’hypothèse d’un transport surtout sur de longues distances, dans le cas où il s’agirait de matière première brute, et dans l’appréciation d’une production (cf. chapitre 6).

Résultats

30Les perles de Tello et de Suse sont présentées successivement. Les observations morphologiques et technologiques, enregistrées sous forme de tableaux, sont données en annexe (tabl. 1 à 7).

31La chauffe est présente sur les cornalines mais aussi sur les autres calcédoines. Si on ajoute la qualité de la couleur souvent homogène, on peut admettre que la chauffe a été pratiquée systématiquement quel que soit le type d’objets.

32Toutes les perles observées présentent des restes de taille, plus ou moins étendus selon la qualité de la perle (cf. cahier hors texte).

Les perles de Tello (photos 1 à 4)

  • 10 Cette étude a été effectuée en collaboration avec Blanche Barthélemy de Saizieu au musée du Louvre.

33A Tello, environ 600 perles ont été dénombrées10. 400 d’entre elles sont en pierres dures, principalement des cornalines avec une quarantaine en agate blanche, brune ou zonée et une dizaine de perles en cristal de roche (Inizan, 1993).

34Les « classiques harappéennes » sont au nombre de 9. Les perles entières, ou celles dont la longueur a pu être restituée, font environ 6,6 cm à 8 cm de longueur. L’épaisseur maximum est comprise entre 8 et 9 mm. Les perforations ont un diamètre compris entre 3 et 4 mm : si plusieurs perles présentent une succession de forets de différents diamètres, 3 d’entre elles ont été percées à l’aide d’un foret de même diamètre, toujours en partant des deux extrémités avec une légère obliquité et une dissymétrie quant à la longueur des perforations. Cette remarque est valable pour toutes les perles quelle que soit leur dimension. La couleur est orange translucide avec parfois des nuages laiteux.

35Une seule perle présente un décor blanc. C’est un ellipsoïde aplati en cornaline orange translucide (L = 11,5 mm, D = 6,8/6,2 mm). Le décor est circulaire. Des stigmates de chauffe sont observables. La surface est très bien lustrée et présente des stries dominantes obliques, et longitudinales.

36Pour les autres perles, il y a deux catégories, plus d’une centaine de perles rondelles et des perles de forme et de dimension diverses. La longueur de ces perles n’excède pas 1,5 cm.

37Les perles rondelles sont cylindriques et biconiques aplaties (diamètre moyen = 4,7 mm et épaisseur =1,9 mm). Leur couleur est peu homogène, allant du brun à l’orange, les perles sont rarement transparentes et leur lustrage reste assez médiocre.

38La deuxième catégorie est composée d’un ensemble non standardisé ; leur couleur et leur lustre sont de bonne qualité ; sphéroïdes, ellipsoïdes, biconiques sont les principales formes enregistrées. On observe toujours des restes de taille et les faces des perforations sont très rarement polies. L’emploi du foret domine, néanmoins des perforations par piquetage sont visibles (tabl. 3 et tabl. 6).

39A Tello le collier est composé de 114 petites perles (2 à 4 mm de longueur) en cornaline alternant avec de toutes petites perles en stéatite. Malgré leurs petites dimensions, la qualité de leur couleur (orange à rouge) et de leur lustrage, leur forme (cylindrique, biconique, ou ellipsoïde) montrent une maîtrise technique proche du collier aux 85 petites perles provenant de Suse (cf. infra).

Les perles de Suse (photos 5 à 8)

40A Suse, ce sont environ 2 000 perles qui ont été dénombrées et étudiées. Ces perles comprennent les « classiques harappéennes », des perles en vrac et quelques colliers ayant pour matière dominante diverses calcédoines.

  • 11 Cette perle est exposée au musée du Louvre.

41– Les « classiques harappéennes » (photo 7) sont au nombre de 14, comprenant la fameuse perle inscrite et dédiée au roi d’Ur, Shulgi, qui a une longue histoire : importée d’un atelier de l’Indus, elle fut ensuite gravée en Mésopotamie pour le roi d’Ur, Shulgi, puis elle fut retrouvée à Suse où elle fut rapportée d’Ur comme butin de guerre11, ce qui peut suggérer non seulement une grande valeur marchande mais certainement une valeur prestigieuse et symbolique. C’est une perle orange, translucide et bien lustrée dont la longueur n’excède pas 5,8 cm, ce qui la classe parmi les petites « classiques harappéennes ».

42Les perles au décor blanc (photo 7) sont au nombre de 16. Cinq d’entre elles sont des ellipsoïdes aplatis au décor en spirale. Deux autres sont des perles cylindriques à décor en zigzag. Enfin, 9 ont des formes irrégulières. Elles contrastent avec les autres perles par une certaine médiocrité de leur facture, tant du point de vue de la taille, que du polissage et du décor blanc (photo couleur).

43– Des perles en vrac (photo 6).

44Elles sont constituées d’un ensemble original de 85 minuscules perles en cornaline, d’un groupe d’artefacts témoignant d’une taille sur place, et de 1 905 perles en cornaline et agate (5 %), de formes variées et de dimensions inférieures à 3 cm (cf. tableau 1).

45– L’ensemble des 85 minuscules perles, en cornaline orange translucide très homogène, présente des stigmates de chauffe ; leurs formes sont représentées par trois types : ellipsoïde, cylindrique et plus rarement biconique tronqué aplati (fig. 1-2,4) ; la moyenne des dimensions (longueur et diamètre sont inférieurs à 2 mm). Les perles sont majoritairement perforées au foret avec, cependant, quelques-unes percées par piquetage.

46Ces toutes petites perles d’une qualité exceptionnelle, au lustrage parfait, témoignent d’une maîtrise de toutes les étapes de fabrication. Il serait donc dangereux de classer automatiquement les petites perles dans la catégorie des perles de qualité inférieure. Par référence aux données de Cambay (cf. chapitre 5), on peut en inférer un niveau de savoir-faire élevé, les très petites dimensions des pièces représentant un ordre de difficulté comparable à celui que présentent, toute proportion gardée, les grandes dimensions.

47– Les 1 905 perles en cornaline et agate.

48D’une manière générale, la cornaline de cet ensemble de perles est de couleur très disparate mais elle est en général opaque, rouge foncé à brun, donc de moyenne qualité. L’état de surface d’un certain nombre d’entre elles présente des stries, des cassures qui indiquent qu’elles proviennent de la surface.

TABLEAU 1. Perles en vrac de Suse classées par formes et dimensions. – Suse loose beads classified according to shapes and dimensions

Forme

Dimensions

Poids

Nombre

Irrégulières

196 g

430

Sphériques

5 à 21 mm

262 g

394

Prisme à base hexagonale

17 à 36 mm

162 g

78

Biconiques

20 à 35 mm

266 g

455

Cylindriques

15 à 37 mm

272 g

428

Ellipsoïdales

15 à 25 mm

112g

120

Total

1 270 g

1 905

49Cependant 44 petites perles, sphéroïdes ou biconiques aplaties, sont en cornaline orange, translucide avec des stries de lustrage longitudinal et des perforations au foret des deux côtés. La chauffe est régulièrement attestée. Les perforations ont en moyenne un diamètre de 2 mm à l’exception de 4 perles cylindriques de 2 cm de longueur environ qui présentent des perforations de 4 mm de diamètre.

  • 12 Des remerciements tout particuliers à Serge Cleuziou à qui nous devons cette étude non encore publi (...)

50L’ensemble de ces perles peut appartenir à la fin du IIIe millénaire, seules les perles prismatiques à base hexagonale (78) ne sont pas des formes habituelles dans ce contexte chronologique mais elles existent, et bien datées comme par exemple dans une tombe de Hili dans le Golfe où il en existe deux avec une longueur de 3 cm (Cleuziou et al., à paraître12).

  • Quelques colliers composés de perles en matière à dominante de calcédoine ont été aussi pris en compte malgré leur origine non précisée.

  • Le collier n° 75 est constitué de deux rangs de 140 perles (64 g) avec une agate blanche et noire faisant fermoir : 59 perles dont 4 petites cylindriques en lapis, 1 turquoise ellipsoïde pour le premier rang et 81 perles dont 3 turquoises ( ?) pour le deuxième et 2 agates zonées ellipsoïdales (17/6/8 mm). Les cornalines présentent les formes classiques de Tello (sphéroïde, ellipsoïde, biconique tronquée et aplatie). La longueur maximum est de 17 mm et le diamètre 14 mm. Sur les perles rondelles, dix présentent un piquetage, cependant le foret domine. La matière est de bonne qualité ainsi que le lustrage qui présente des stries entrecroisées sur une dizaine de perles.

  • Le collier n° 81 est composé de 56 perles (30 g) : 40 en cornaline, 12 en lapis, 3 en agate zonée, 1 perle en calcédoine blanche sub-rectangulaire (21 mm/16 mm). 34 perles sont de type rondelle, elles sont en cornaline de couleur irrégulière soit sphéroïde soit cylindrique (longueur 8 à 5 mm) alors que 6 autres cylindriques (L = 13 mm) sont plus grandes et d’une plus belle facture (couleur et transparence). Les formes et les dimensions sont identiques pour les perles en lapis.

  • Le collier n° 5 : ce collier de 58 perles (33 g) a pour ornement central une longue perle « classique harappéenne » (L = 8,5 mm et D max = 5,5 mm) : la couleur orange marbrée de blanc est de très belle qualité avec très peu de restes de taille visible, un seul foret (D = 3,5 mm) a été utilisé en partant des deux extrémités qui sont polies ; les stries de polissage très légères sont longitudinales. A l’exception de 2 petites perles en améthyste facettée et d’une perle en calcaire, toutes les autres appartiennent à la famille des calcédoines ; 32 perles sont en cornaline de très belle couleur avec cependant des cracks de chauffe très visible. Une perle losangique à bords polis (12/11 mm) très transparente et bien lustrée présente sur sa surface des stries dans tous les sens. Les pendentifs sont classiques avec des perforations de 1 à 1,5 mm. Dans cet ensemble, les longueurs des perles ne dépassent pas le centimètre pour les plus longues et les perforations, pratiquées des deux côtés et légèrement en biais, ont de petits diamètres (1 à 1,5 mm).

  • Le n° 18 : 18 perles en cornaline présentent quelques rares restes de taille et 1 perle en faïence ; la couleur est homogène et les formes sont classiques, sphéroïdes, ellipsoïdes et biconiques.

51Pour les collections de Suse, les ensembles comportant des matériaux divers dominants n’ont pas été pris en compte (collier avec de nombreuses perles en « bleu égyptien » ou en faïence et peu de cornaline). A l’exception des perles prismatiques, facettées, qui semblent rarement fabriquées dans la civilisation de l’Indus, toutes les autres perles peuvent correspondre aux perles du IIIe millénaire, par leur forme, leur qualité et la dominante de la cornaline et des agates dans les ensembles présentés.

52Enfin, outre ces différents objets, un ensemble d’éléments, petits galets de cornaline, trois perles finies, quelques accidents de taille, de petits éclats de taille, le tout pesant 150 g, marque la présence d’une activité de fabrication de perles à Suse qui ne suffit pas toutefois pour définir un atelier (photo 8).

53Les galets de petites dimensions (approximativement 2 cm/2 cm) qui peuvent provenir des environs de Suse, ont du cortex, les fragments portent des stigmates de chauffe, ainsi que des éclats de taille, très brillants sur leur face inférieure. Certains éclats rosés ou blanchâtres montrent que la chauffe mal contrôlée les a rendus impropres à la taille. Lorsqu’elle est bien chauffée, la matière première est rouge et translucide et de bonne qualité.

54Deux perles irrégulières montrent que le galet a été simplement dégrossi sans que tout le cortex ait été ôté. Le polissage est irrégulier et la perforation de petit diamètre (2 mm) n’a aucune symétrie.

55Le point d’impact minuscule et le petit bulbe court et proéminent indiquent l’utilisation d’une pointe en cuivre pour la taille.

56La qualité des produits montre un savoir-faire médiocre à toutes les étapes ce qui les distingue nettement des trois autres catégories d’objets étudiées précédemment.

Discussion

57Les deux collections étudiées autorisent quelques évaluations de la production de perles de cornaline et d’agate sur le plan qualitatif et quantitatif, ainsi que des hypothèses quant à l’origine de leur fabrication.

58On peut distinguer trois groupes de perles de qualités différentes, nécessitant pour leur fabrication différents niveaux de savoir-faire.

59Le premier niveau, très limité numériquement que ce soit à Tello ou à Suse, est représenté par les perles de très grande performance, c’est-à-dire par les perles provenant indubitablement des ateliers de l’Indus, comme les « classiques harappéennes » et les « perles à décor blanc ». Les premières se distinguent par le côté exceptionnel des dimensions et de la matière première, alors que les secondes se distinguent par la prouesse technique que représente la mise en œuvre d’un tel décor. Leur faible nombre (20 et 11 respectivement) argumente en faveur d’un nombre limité d’artisans à l’origine de leur fabrication, ce qui conforte les hypothèses qui s’étaient dégagées à partir de l’analyse technologique des « classiques harappéennes » à l’échelle du monde harappéen (cf. chapitre 7) et sur le site de Nausharo (cf. chapitre 8). D’après ces hypothèses, seuls deux ou trois artisans, localisés sur le même site (vraisemblablement Chanhu-Daro), assuraient la production de ces perles exceptionnelles.

60Dans le matériel mésopotamien, il est à noter que les préformes des sceaux-cylindres en cornaline et agate correspondent à des préformes de perles cylindriques dont la taille implique des savoir-faire équivalents à ceux que nécessite la taille des « classiques harappéennes ». De ce point de vue, les préformes des sceaux-cylindres ont certainement accompagné les perles finies provenant de l’Indus ainsi que le notèrent D. Collon (1987 : 102) et M. Sax (Collon, 1982 : 13). Les textes d’Ur III parlent de lapidaire « zadim » travaillant la cornaline (Loding, 1981) mais on peut faire l’hypothèse que ce terme fait référence au travail de la gravure (et non de la fabrication de la préforme) qui relève d’une autre technique qui, elle, est pratiquée en Mésopotamie.

61A Tello, le deuxième niveau se rapporte à une cinquantaine de perles sur les 610 dénombrées. Ce sont des perles de dimensions moyennes (jusqu’à 3 cm), de formes essentiellement biconique, sphéroïde et ellipsoïdale. La matière première et le polissage sont de bonne qualité. A Suse, on peut classer dans le deuxième niveau, d’une part les 85 perles minuscules dont la facture est remarquable et d’autre part le millier de perles qui regroupe des formes biconiques, cylindriques, ellipsoïdales et plus rares, mais néanmoins présentes, des prismes à base hexagonale. Ce deuxième groupe de perles pose le problème d’une origine exogène. En effet, compte tenu de l’importance de la matière première et des savoir-faire impliqués dans leur fabrication, il est difficile d’envisager une production locale. En outre, aucun atelier à l’origine de leur fabrication n’a été retrouvé.

62Le troisième niveau se rapporte à des petites perles de formes irrégulières et variées ainsi qu’à des perles de type rondelles dont la matière est souvent quelconque et le polissage négligé. Ces perles, les plus nombreuses (90 %), de niveau technique sommaire, ont pu être fabriquées sur place, à l’instar de celles fabriquées à Suse. Elles peuvent tout aussi bien provenir du plateau iranien où des perles de formes semblables ont été retrouvées que de l’Indus comme en témoignent les petites perles de qualité inférieure trouvées dans les sépultures collectives de Hili dans le Golfe (Cleuziou et al., à paraître).

Les ateliers

63L’essentiel de la documentation sur les ateliers de perles en Orient concerne l’Iran grâce aux travaux entrepris par M. Tosi et ses collaborateurs (Piperno, 1973, 1976 ; Tosi, 1974, 1976-1980, 1984 ; Tosi & Piperno, 1973 ; Vidale, 1986). En Mésopotamie les ateliers sont exceptionnels et ne concernent pas la deuxième partie du IIIe millénaire : un atelier de petites perles en cornaline a été identifié à proximité de Larsa, dans un contexte dynastique archaïque I (aux environs de 3000 av. J.-C.). Les perles sont uniquement de petites rondelles, souvent irrégulières et mal lustrées. Les déchets de fabrication et les tamponnoirs de silex ayant servi à perforer par piquetage et martelage ces petites perles ont été retrouvés sur une surface restreinte, une vingtaine de mètres carrés (Chevalier et al., 1982). Toujours dans la région de Larsa, de petits ateliers de perles en roches dures ont été repérés et étudiés par A. Schumaker (sous presse), ils dateraient du début du IIe millénaire. Ils témoignent d’une fabrication locale de perles de dimension et qualité moyennes.

64Hors de Mésopotamie, le site de Shahdad, à l’est du Kerman, dans le désert de Lut, daté du IIIe millénaire, a livré de nombreuses aires d’activités (métallurgique, céramique, etc.) dont une aire de fabrication de perles parmi lesquelles dominent la cornaline et diverses calcédoines dont une bleue. Les auteurs (Salvatori & Vidale, 1982) ont noté la présence de nombreux galets de cornaline de dimensions modestes dans les lits asséchés des rivières avoisinantes. Plus de mille perçoirs ont été récoltés. Les perles fabriquées dans ces ateliers sont de petites dimensions et de formes simples (type biconique, pyramidal tronqué). Dans les sites de Shar-i-Sokhta et Tepe Hissar où des ateliers de perles ont été repérés et étudiés (Tosi, 1983, 1989), le lapis-lazuli domine à Shar-i-Sokhta et la cornaline est quasi inexistante dans les deux sites.

65Ainsi, les ateliers de perles en cornaline situés hors de la zone de civilisation de l’Indus au IIIe millénaire restent rares et jamais d’ateliers de moyennes ou grandes perles n’y ont été identifiés alors que les grandes cités de l’Indus semblent posséder des ateliers de perles de formes et de dimensions variées (Harappa, Chanhu-Daro, Lothal, Mohenjo-Daro). En revanche, après le IIIe millénaire la documentation archéologique devient inexistante dans le sous-continent indo¬ pakistanais, il n’est donc plus possible d’interpréter plausiblement l’origine des objets en calcédoine, et non pas uniquement des perles, dans les sites orientaux.

Conclusion

66L’analyse technologique réalisée après les observations effectuées à Cambay en 1989 a permis de caractériser des ensembles de perles en termes de techniques et de niveaux d’expertise. Elle a conduit à associer dans la même production tous les objets en calcédoine ou en pierre dure comme le cristal de roche : les perles, bien sûr, mais aussi les préformes de sceaux, les poids, etc. ; cette remarque est toujours valable à Cambay.

67Une observation simple concerne la chauffe, elle doit désormais être systématiquement recherchée et notée.

68Trois ensembles de perles ont été dégagés. Un premier ensemble est d’origine harappéenne, étant donné des critères techno-morphologiques propres à la civilisation de l’Indus. Un second ensemble, plus difficile à définir, peut, néanmoins, être considéré comme provenant de l’Indus étant donné des critères à la fois archéologiques (absence d’ateliers), géologiques (absence de matière première) et techniques (absence d’experts mésopotamiens). Enfin, un troisième ensemble pourrait être local, quoique les importations iraniennes soient également envisageables comme les importations directes de l’Indus. Le poids est infime, moins de deux kilos pour l’ensemble de Suse.

69L’examen des objets mésopotamiens de cette fin du IIIe millénaire d’un point de vue technologique semble indiquer que la majorité d’entre eux a pu être fabriquée dans l’Indus. Toutefois, à l’examen des formes, on s’aperçoit que certaines d’entre elles semblent avoir un caractère « régional ». Ainsi, les perles facettées en cornaline, qui existent certes dans l’Indus, seraient, proportionnellement, plus nombreuses en Mésopotamie. Des perles en forme de losange, toujours en cornaline, sont présentes dans les parures retrouvées dans les tombes collectives d’Hili (23) et provenant de l’Indus, une dans le collier n° 5 à Suse par exemple, mais aussi à Uruk (Limper, 1988), alors même qu’elles sont anecdotiques dans l’Indus, elles ne sont pas signalées à Harappa (Kenoyer, 1991 : 87). On pourrait dès lors envisager des « commandes » spécifiques de Mésopotamie auprès d’ateliers harappéens.

70Au regard des produits finis et des ateliers attestés comme tels en Asie antérieure, on peut dès lors supposer que la grande majorité des perles ont été fabriquées dans le monde de l’Indus. A l’appui de cette hypothèse, les sites du golfe Persique, voie de circulation qui atteste d’échanges entre l’Indus et la Mésopotamie, présentent, à partir du IIIe millénaire, des perles de cornaline analogues aux perles appartenant au deuxième et troisième niveau de savoir-faire (Inizan, 1999). La documentation offerte par les inhumations des tombes collectives de Hili est considérable : 741 perles en cornaline ont été dénombrées dont 528 composaient des bracelets et des colliers. Deux perles à décor blanc, vingt-trois perles losangiques et deux facettées hexagonales dont la plus longue atteint 3 cm ont été identifiées (Cleuziou et al., à paraître). Produits finis et/ou préformes circulaient entre l’Indus et la Mésopotamie, accompagnant les produits qui transitaient par le Golfe (Méry, 1994). Leur circulation s’intensifie à la fin du IIIe millénaire comme en témoignent les riches tombes collectives de Hili (Cleuziou et al., à paraître ; Inizan, 1999), pour décroître ensuite au IIe millénaire et emprunter une autre voie.

71Il n’est pas possible de classer chronologiquement les perles de Suse d’après les seuls critères technologiques car s’il est possible d’attribuer une date d’apparition de certaines formes, ces formes perdurent sur des millénaires et l’absence de références archéologiques dans le domaine des ateliers fait obstacle à toute hypothèse sur les datations. Il existe cependant dans l’échantillon de Suse des cornalines de qualités différentes : les unes, de couleur homogène, orange, translucide sont conformes aux perles de l’Indus ; les autres de couleur brune, opaque pourraient impliquer une autre provenance (cf. supra).

72Les questions restent encore nombreuses sur ce que furent les centres de production et les réseaux de distribution au cours des différentes périodes historiques qui virent un engouement sans cesse renouvelé pour cette pierre orange translucide appelée la cornaline. Si la fin du IIIe millénaire se caractérise par un apogée sur le plan des techniques et de l’esthétique, on peut considérer que jamais les savoir-faire de très hauts niveaux n’ont disparu, comme le démontre l’enquête ethnographique réalisée à Cambay sur les savoir-faire contemporains.

Annexes

Annexe

Exemples d’enregistrement pour Tello

la matière : couleur (c = cornaline, ag = agate), transparence (op = opaque) et stigmates de chauffe (+) ;

la forme : cf. rabat de troisième de couverture ;

les dimensions (L = longueur, dia = diamètre) ;

le polissage (+ = qualité du lustre), orientation des stries (/oblique, L longitudinale, C circulaire) ;

la perforation (P = piquetage ; F = foret).

TABLEAU 1. AO 4381 : 18 éléments en cornaline, 1 en terre cuite

Forme

Dimensions

Perforation

Polissage

Matière

L

dia

dia

N

dia

type

lustre

stries

chauffe

qualité

Ellipsoïde

9

6,5

6,2

2

1,5

F

+

+

Cvein+

Sphéroïde

7

6,9

2

2

F

+

C+

Biconique tr.

7,3

7,1

5,5

2

F

+

C+

Biconique tr. irr.

7,4

6,6

5,6

2

1,8

+

circul.

C+

Ellipsoïde

10

6,4

6

2

2,3

+

///

+

brun/op

Ellipsoïde

6,7

6,7

5,6

2

+

+++

C+

Sphéroïde

7,5

7,4

2

1,8

+

C/lait

Biconique tr/irr.

7,4

7

5

2

1,7

+

C

Biconique tr.

8,5

7,4

5,6

2

2,5

F

+

C

Biconique tr.

7,1

7,4

5,5

2

F

+

C

Biconique tr.

7

7

5,8

2

F

+

+

C

Biconique tr.

6,2

6,2

5,2

2

+

+

C

Biconique tr.

8,5

7,4

6

2

+

+

C

Biconique tr.

7,8

6,3

5,5

2

+

+

C

Biconique tr.

8,8

7,2

5,7

2

3

+

+

C/lait

Ellipsoïde

7,5

6,8

6

2

F

+

C

Sphéroïde

6,2

6,3

2

+

C

Ellipsoïde

8,8

7,6

6

2

F

+

C+++

Diamètre moy. = 6,9 mm (min = 6,2 ; max = 8 mm) ; 10 biconiques.
Longueur moy. = 7,7 mm (min = 6,2 ; max =10 mm) 3 sphéroïdes, 5 sphéroïdes.
Chauffe 8/18 ; perforation : 8/18 foret.

TABLEAU 2. 9 perles en cornaline et 1 perçoir

Numéros

Forme

Dimensions

Perforation

Polissage

Matière

L

dia

dia

N

dia

type

lustre

stries

chauffe

qualité

ao 4378

biconique tr.

36,4

10

6,6

2

2,6

F

++

///

++

C++

ao 12842

Clas/har

78,8

8,7

7,2

3

3,3

F

++

L

++

C++

ao 4123

biconique tr.

58

7,1

5,7

2

3,1

F

++

///

C++

ao 4121

ellips apl etched

23

11,5/8,8

6,8/6,2

1

2,6

F

++

/// =

++

C+

tg 4773 ?

Facettée : 3 × 7

7,3

12,4

12

2

1,5

++

+

Cbrune

ao 12842

biconique

6,3

10,1

10

2

2/0,9

++

+

C++

ao 12842

biconique

11,1

19,5

19,5

2

2

F/P

+

circul.

C++

ao 12842

rondelle/cyl.

3,9

7

6,5

1

P

C–

ao 12842

sphéroïde

11,5

10

1

3,7/2,4

F

+

+

Chét

ao 12842

perçoit

11

2,5

C++

TABLEAU 3. AO 4383 : 16 éléments en cornaline + 5 en agate blanche zonée

Forme

Dimensions

Perforation

Polissage

Matière

L

dia

dia

N

dia

type

lustre

stries

chauffe

qualité

Sphéroïde

4,5

4,1

2

F

+

+

C/op/ir

Sphéroïde

4,7

5,

2

1

F

+

C+

Sphéroïde

4,3

5,7

1

F

+

Cop

Ellipsoïde

6,1

kc

2

++

+

C

Biconique

4,3

6,3

F

+

C

Biconique

3,4

7,1

2

P

Cop

Sphéroïde apl.

7,8

8,6

2

2,6

F

+

++++

C

Ellipsoïde

12,4

8,1

5,5

2

F

+

===

cal/zo :

Sphéroïde

6,9

7,6

2

+

+

Biconique

3,4

7,5

2

P

C/op

Biconique

4

6,5

1

P

+

C

Biconique

4,2

7,2

2

F

+

+

C

Bipyr. 2 × 8

6,2

6,4

2

F

+

+

C

Sphéroïde

6,4

6,3

1

F

++

C/op

Biconique

4,1

3,7

2

F

++

C

Biconique

6,6

7,4

2

F

+

+

C/op

Ellipsoïde

11,6

6,5

5,8

2

2,7/2,7

F

+

===///

+

Cal/vei

Ellipsoïde

18

6,6

4,9

2

F

+

////

+

Cal/vei

Ellipsoïde

13,6

4,9

3,2

2

2/1 ? 6

F

+

====

Cal/vei

Ellipsoïde

12,3

5,9

2

F

+

====

+

Cal/vei

Sphéroïde/irr.

7,8

6,2

2

F

+

++

C

Sphéroïde : 7. Biconique : 7. Ellipsoïde : 6. Bipyramidale : 1. L moy. = 6,4 mm. Ép. moy. = 5,1 mm.Chauffe : 13/16 ; perforation des 2 côtés : 14 « foret », 3 piquetage.

TABLEAU 4. AO 12261 : 31 perles (19 cornalines et 12 calcédoines variées)

Forme

Dimensions

Perforation

Polissage

Matière

L

dia

dia

N

dia

type

lustre

stries

chauffe

qualité

Sphéroïde

3,7

4,2

2

0,9/1,4

F

++

C++

Irrég.

4,2

5,5

5,1

2

F

+

C hét+

Sphéroïde

4,5

5,2

2

+

+

C hét+

Sphéroïde

4,4

5,4

1

+

+

C hét+

Ellipsoïde

5

4,8

2

+

+

C zonée

Ellipsoïde aplatie

7

2,8

8,2

2

1,5

F

+

////

+

Ag zon

Sphéroïde irr.

5,1

5,1

2

1,5

+

+

C zonée

Ellipsoïde aplatie

8

4

9

2

1,5

+

////

+

Ag zon

Sphéroïde

5,8

6,6

2

1,5

+

+

C++

Cyl. aplatie

10

4

8

2

1,5

+

////

+

Ag zon

Sphéroïde

6

6

2

1,5/0,9

++

C++

Cyl. aplatie

8,5

3,7

9,9

2

1,5

F

+

irrég.

Ag zon

Sphéroïde

9

9

2

1,5

F

+

++

C+zon

Sphéroïde aplatie

7,2

7,1

3,3

2

1,5

+

///==

+

Ag zon

Sphéroïde irr.

5,8

5,2

C opa

Cyl. Aplatie

16

5,2

10

2

1,5

+

///===

Ag zon

Sphéroïde

9,1

10

2

1,5

+

+

C+zon

Ellipsoïde

11,4

5

2

1,5

+

////

+

Ag zon

Sphér. Irrég.

5,9

4,6

2

1,5

+

C++

Cyl. Aplatie

7,8

3,3

7,8

2

1,5

+

///===

+

Ag zon

Sphéroïde

7,5

7,6

2

1,5

+

+

C++

Cyl. aplatie

8,9

3,8

8,7

2

///===

+

Ag zon

Sphéroïde

4,9

5,9

2

1,5

P/F

+

C vei

Ellips. Aplatie

10

5

7,3

2

1,5

+

///==

+

Ag zon

Sphéroïde

5

5,8

2

+

+

C+

Ellipsoïde

9

5,5

2

1,5

+

///===

Ag zon

Sphéroïde

6,2

5,4

5,1

2

+

///===

+

C++

Sphéroïde

4,7

5,2

2

1,5

+

+

C+vei

Sphéroïde

5,2

5,4

2

+

C+

Sphéroïde

4

3 ,2

2

++

C++

Bicon. tronquée

4

4,9

2

++

+

C++

TABLEAU 5. AO 4120 : collier de 64 perles en or, lapis et 14 en cornaline

Forme

Dimensions

Perforation

Polissage

Matière

L

dia

dia

N

dia

type

lustre

stries

chauffe

qualité

Ellipsoïde

32

7,7

6,4

2

6

F

++

//////

C++

Biconique tr.

5,2

4,6

2

F

+

+

C++

Biconique tr./ir.

5,8

4,5

3

2

F

+

C++

Biconique tr./ir.

6,2

4,2

3,1

2

F

+

+

C++

Biconique tr.

2,7

5,5

1

F

++

////

C++

Biconique tr.

3,5

5,8

5,5

F

++

C+vei

Ellipsoïde

8,3

5,2

4,3

2

F

+

C++

Biconique

2,9

5,7

1

P

++

C++

Cylindrique

3,1

5,2

2

P

++

///

C++

Ellipsoïde

8,3

5,3

4,3

2

F

++

+

C++

Biconique irr.

5,4

4,6

3,3

2

F

++

C++

Biconique

5,3

4,3

3,2

2

F

++

C++

Clas./harap. cassée

52

8

6,4/6

2

F

++

+++

C+vei

Biconique

5,8

4,4

3,3

2

F

++

+

C++

9 biconiques, 3 ellipsoïdes, 1 cylindrique, 1 classique harappéenne.

TABLEAU 6. AO 4382 : 17 perles en cornaline + 3 en cristal de roche

Forme

Dimensions

Perforation

Polissage

Matière

L

dia

dia

N

dia

type

lustre

stries

chauffe

qualité

Ellipsoïde

32

7,7

6,4

2

6

F

++

//////

C++

Rondelle cyl.

1,9

4,1

1

P

+

C++

Sphéroïde

5

5,8

5,6

2

+

C+

Cyl. cassée

15

8,8

5,2

+

====

Cbrun

Sphér. côtelée 10

7,6

9,1

8,8

2

+

circ

+

Cbrun

Sphér. côtelée 10

8,8

8,9

9,4

2

+

===

Cbrun

Sphéroïde

6,3

6,5

2

1/1,5

+

circ

++

C++

Rondelle curviligne

6,5

5

1

1,3

P

Cblanc

Biconique tronquée

17,5

11

2

2,4

F

+

===

+++

C++

Sphéroïde

5,5

5,5

2

1/1,5

h

Cop

Sphéroïde

5,6

5,6

2

1,5

+

+

C+

Sphéroïde irr.

4,2

6,8

2

c roche

Sphéroïde irr.

4,2

6,8

2

c roche

Sphéroïde irr.

6,1

3,7

2

c roche

Ellipsoïde

6,7

6,3

2

1,8

+

===

Czonée

Sphéroïde

6,2

6,2

2

1,4

+

+

Czonée

Sphér. aplatie

3,1

6,8

1

++

Czonée

Biconique

5,2

6,7

2

+

===

C++

Biconique

5

7,8

2

+

Czonée

Biconique

6,8

7,2

2

1,9

+

===

C+zonée

TABLEAU 7. AO 14254 : ensemble de 91 perles (14254) (Genouillac, 1930-1931).

Perles rondelles : Ν = 91

Restes taille

Restes taille

Lustrage

Perforation

Faces

++

+ strie

2 faces : piquetage et foret

Bords

++

+

Moy. : diam.

4,7 mm

Épais.

1,9 mm

Couleur non homogène orange à brun, parfois translucide. Chauffe présente. Rondelles cylindriques et biconiques aplaties.

Notes

1 Les tableaux de correspondance entre les civilisations mésopotamiennes et celles de l’Indus sont présentés dans le catalogue de l’exposition Pierres précieuses de l’Orient ancien, 1995 (Talion, éd. : 10-11) ; on peut aussi prendre connaissance d’ouvrages généraux récents (Huot, 1989 ; Hrouda, 1991 ; Margueron, 1991 ; Forest, 1996).

2 Tombes 116-136 : fouilles Parrot 1935-36, ces colliers sont exposés au musée du Louvre.

3 Le processus de fabrication de ces perles particulières, est décrit dans le chapitre 8.

4 La documentation rassemblée par P.R.S. Moorey (1994) a représenté une source considérable de témoignages archéologiques qui ont grandement aidé à appréhender de vastes territoires en Orient.

5 Rao, 1973 : 70 : « The lapidaries cooked pebbles of agate and chert in a unique type of kiln for the purpose a little away from the factory building. »

6 Je remercie Catherine Jarrige de m’avoir communiqué sa documentation personnelle concernant le site de Lothal et confirmé que ce four était un four à sole classique et courant sur le site de Nausharo.

7 Le traitement des roches siliceuses par la chaleur est une invention ancienne des préhistoriques au Paléolithique supérieur. Ils y ont eu recours pour améliorer l’aptitude à la taille du silex. Il est attesté chez les Solutréens, il y a 18 000 ans pour le façonnage des pièces bifaciales et des armatures bifaciales néolithiques. Il est largement utilisé pour faciliter le débitage des lamelles par pression et il a été reconnu en Sibérie depuis au moins 15 000 ans (Flenniken, 1987). C’est cependant une technique traditionnelle observée régulièrement dans le sous-continent indo-pakistanais à partir du Néolithique (Inizan, Lechevallier, 1996) sur différentes calcédoines et silex taillés. On relèvera aussi que l’unique observation de structures de chauffe de silex a été effectuée en Inde dans le site néolithique de Kunjhun II au nord-est du Maharashtra (Clarck et Khanna, 1989).

8 Une mission d’étude a été réalisée et financée à Cambay ainsi qu’au musée de Lothal dans le cadre d’un programme du GDR 743 du CNRS (Préhistoire au Moyen-Orient : émergence des savoirs spécialisés), responsable : Marie-Louise Inizan.

9 Les perles étudiées provenant de Tello et de Suse sont conservées au département des Antiquités orientales et/ou exposées au musée du Louvre.

10 Cette étude a été effectuée en collaboration avec Blanche Barthélemy de Saizieu au musée du Louvre.

11 Cette perle est exposée au musée du Louvre.

12 Des remerciements tout particuliers à Serge Cleuziou à qui nous devons cette étude non encore publiée.

Notes de fin

1 Je tiens à remercier tout particulièrement Annie Caubet, Conservateur général du département des Antiquités orientales au musée du Louvre, pour m’avoir autorisée à étudier les objets en cornaline de Suse et Tello, bien souvent inédits ; j’ai aussi bénéficié de l’aide précieuse d’Agnès Benoit et de Françoise Talion et de l’accueil chaleureux de Marie-José Castor et de Patricia Kalensky qui m’ont reçue dans leur bureau ainsi qu’Aleth Échalier et Geneviève Teissier.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. 1 et 2 : Mari, 2 colliers provenant de tombes de Mari datant du XIII-XIIe siècle av. J.-C 3 à 17 : Suse, différents types de perles – 3, biconique tronquée ; 4, sphéroïde ; 5 et 6, biconique tronquée aplatie ; 7, bitronquée carénée facettée ; 8, ellipsoïde côtelée ; 9, prisme à base hexagonale ; 10 à 13, pendentifs ; 14, cylindrique ; 15, « classique harappéenne » ; 16 et 17, ellipsoïdes aplaties.– 1 and 2 : Mari, 2 necklaces found in the tombs of Mari, dated to the 13th-12th BC. 3 to 17 : Suse, different types of beads – 3, truncated biconical ; 4, spheroid ; 5 and 6, flattened, truncated biconical ; 7, faceted, carenated, bi-truncated ; 8, ribbed ellipsoidal ; 9, prism with hexagonal base ; 10 to 13, pendants ; 14, cylindrical ; 15, “classic Harappan” ; 16 and 17, flattened ellipsoids.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende FIG. 2. Le Golfe : voie principale de circulation de la région de l’Indus vers la Mésopotamie au IIIe millénaire. – The Gulf: principal circulation route from the Indus region toward Mesopotamia during the third millennium.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8738/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540