Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

IV. Applications archéologiques

8. Les perles en roches dures du site de Nausharo (Baluchistan pakistanais), 2800-2000 avant J.-C.1

Blanche Barthélemy de Saizieu

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mes plus vifs remerciements vont à Anne Bouquillon (lrmf) pour son aide dans l’identification des r (...)

1Précédemment (chapitre 7), une analyse techno-économique des perles en roches dures de l’Indus a permis de remettre en cause un certain nombre d’a priori sur la place de cet artisanat dans la vie économique des Harappéens et sur son rôle possible dans le développement de sociétés urbaines souvent qualifiées d’étatiques. Des hypothèses ont également été proposées sur la valeur de certaines perles dont la destination a été attribuée à des divinités. Les données à l’origine de ces hypothèses sont issues de plusieurs sites et ont été traitées globalement pour le monde de l’Indus. Reste alors à examiner précisément la production de perles en roches dures d’un site récemment fouillé afin d’évaluer dans quelle mesure la reconstruction faite à l’échelle de l’Indus vaut également lorsque l’on change d’échelle d’observation, autrement dit lorsque l’on passe d’un niveau global à un niveau local.

2Dans cette optique, Nausharo apparaît comme un site privilégié. Situé dans le Baluchistan pakistanais (fig. 1 du chapitre 7), à 5-6 km à vol d’oiseau de Mehrgarh qui, lui-même, témoigne d’une longue histoire (≃ de 7000 à 2600 av. J.-C.), Nausharo fut occupé à peu près tout au long du IIIe millénaire. Quatre périodes d’occupations successives y ont été distinguées (Jarrige, 1993). La période I, dite pré-Indus, s’étend de 2800 à 2500 avant J.-C. environ. Les trois autres, périodes II, III et IV, correspondent à la période Indus proprement dite, datée de la seconde moitié du IIIe millénaire avant J.-C. La période II va ainsi de 2500 à 2300 environ, la période III de 2300 à 2100 et la IV de 2100 à 2000 avant J.-C. (Jarrige, 1996).

3Parmi les nombreux perles et pendentifs découverts lors des fouilles, toutes sortes de matériaux ont été identifiés dont des pierres dures (diverses calcédoines et cristal de roche). Les pièces en roches dures soulèvent de nombreuses questions quant aux lieux de production et à leur destination : ont-elles été fabriquées localement ou ont-elles été importées ? Et dans un cas comme dans l’autre, pour une part seulement ou pour la totalité ? Qui les a fabriquées ? Et pour qui ou à qui étaient-elles destinées ? Dans quel but ? Qui les portait et/ou les possédait ?

4Pour tenter de répondre au moins en partie à certaines de ces questions, les perles en roches dures de Nausharo ont fait l’objet d’une analyse techno-morphologique qui s’appuie sur les référentiels interprétatifs élaborés à Cambay. Ces référentiels permettent de classer les perles en fonction des techniques de fabrication et des habiletés de taille. Ce classement, croisé avec les données sur les roches utilisées, les formes et les dimensions taillées, est ensuite interprété à la lumière des données contextuelles.

Des perles en contexte archéologique

5Dans la région indo-pakistanaise, les premiers éléments de parure en calcédoine découverts jusqu’ici apparaissent au Néolithique dès la fin du VIIe millénaire (Mehrgarh, période I). Encore très peu nombreux voire occasionnels jusqu’au début du Ve millénaire, ils se présentent exclusivement sous forme de petits anneaux (ou rondelles) en cornaline. A partir du Chalcolithique ancien (Mehrgarh, période III ≃ 4500-3800 av. J.-C.) jusqu’à l’aube du IIIe millénaire (Mehrgarh, période IV à VII), les pièces en cornaline sont en légère augmentation ; elles sont aussi plus variées quant à la forme et à la variété de calcédoine utilisée : agates et jaspes variés. S’y ajoutent parfois quelques éclats ou déchets de taille et des pièces en cours de fabrication, autant d’indices témoignant d’un artisanat local dès la fin du Ve millénaire. Le travail de la calcédoine reste cependant encore très limité à Mehrgarh comme ailleurs à cette époque dans la région.

6A Nausharo, pour les périodes pré-Indus et Indus, des perles en matériaux divers ont été retrouvées et inventoriées au cours des fouilles intensives et extensives effectuées de 1985 à 1996, durant onze années consécutives, par la Mission archéologique de l’Indus que dirige J.F. Jarrige. Les fouilles des occupations pré-Indus se sont étendues sur quelques 1 500 m2 et ont atteint par endroits une dizaine de niveaux d’architecture, celles des occupations de la période Indus ont couvert près d’un demi-hectare où, selon les endroits, une dizaine de niveaux de constructions successives ont été dégagés. Les perles proviennent de contextes manifestement secondaires. Elles ont été trouvées au fur et à mesure des décapages, dans le remplissage de quartiers d’habitations, c’est-à-dire de maisons, de ruelles ou d’espaces ouverts. Bien que certaines proviennent parfois de mêmes bâtiments et/ou aient été trouvées dans le même piochage que des perles en autres matières, elles ne faisaient pas forcément partie d’une même parure. Elles ont été considérées comme des trouvailles isolées. Dans un seul cas, un lot de perles fut trouvé dans le coin d’une pièce d’un bâtiment attribué à la période III. Ce lot constituait vraisemblablement les restes d’une même parure (Rodriguez, 1990) dont 162 perles sont inventoriées : 7 sont en roches dures (1 en agate, 4 en cornaline et 2 en jaspe), 127 en stéatite cuite et glaçurée pour la plupart, 1 en stéatite noire naturelle, 1 en serpentine, 6 en calcite et calcaires variés, 5 en faïence, 2 en lapis, 1 en turquoise, 1 en terre cuite et 11 en or (photo 1c et 1 d).

  • 1 Les chiffres indiqués représentent des quantités en nombre de perles. Et si l’on compte des perles (...)
  • 2 Lorsqu’une telle comparaison est possible compte tenu des décomptes imprécis, lacunaires, voire ine (...)

7La proportion des pierres dures au sein des collections d’éléments de parure de Nausharo, toutes variétés confondues, est indiquée sur la figure 1. Bien qu’il faille relativiser les gros écarts de chiffres observés1 sur cette figure, la part que représentent les calcédoines et le cristal de roche semble faible. Si on la compare à celle d’autres sites de la même époque2. Nausharo ne constitue cependant pas un cas singulier. Sur le tableau 1 qui résume les informations quantitatives trouvées, Nausharo est comparable à Harappa et peut-être à Mohenjo-Daro. C’est seulement à Lothal, Chanhu-Daro et à Surkotada que les éléments de parure en calcédoine sont apparemment beaucoup plus nombreux puisque ce matériau arrive au rang 1 à Chanhu-Daro, au rang 2 à Lothal et à Surkotada.

FIG. 1. Répartition quantitative des perles par matériaux utilisés. – Quantitative distribution of beads according to the material utilized

8Les pièces en roches dures comprennent 133 perles, entières pour la plupart ou fragmentaires, et 2 préformes non percées. 16 perles se rapportent à la phase pré-Indus (période I de Nausharo), les 117 restantes et les 2 préformes, à la phase Indus (périodes II à IV de Nausharo).

TABLEAU 1. Tableau comparatif de la part que représentent les calcédoines dans la parure entre Nausharo et quelques sites de la vallée de l’Indus. – Comparative table ofchalcedony beads rate in ornaments between Nausharo and some sites ofIndus Valley

TABLEAU 1. Tableau comparatif de la part que représentent les calcédoines dans la parure entre Nausharo et quelques sites de la vallée de l’Indus. – Comparative table ofchalcedony beads rate in ornaments between Nausharo and some sites ofIndus Valley

9Dans la phase pré-Indus, on a un usage quasi exclusif de la cornaline. Dans la phase Indus, cette variété reste majoritaire ; s’y ajoutent diverses agates, jaspes ou autres calcédoines de coloris variés ainsi que du cristal de roche (tabl. 2). A l’accroissement quantitatif observé à cette époque correspond donc un accroissement de la variété des roches utilisées. La diversité des couleurs est telle que chaque perle ou presque est particulière (photo 1 b, d).

TABLEAU 2. Nombre de perles découvertes par variétés de roches dures pour les périodes pré-Indus et Indus. – Number of discovered beads for the Pre-Indus and Indus periods per variety of hard stones

TABLEAU 2. Nombre de perles découvertes par variétés de roches dures pour les périodes pré-Indus et Indus. – Number of discovered beads for the Pre-Indus and Indus periods per variety of hard stones

10Les deux préformes sont, elles aussi, singulières par leur couleur. L’une, en cours d’abrasion, est en agate rubanée, noircie vraisemblablement par une surchauffe, l’autre, abrasée voire partiellement polie, a été taillée dans un jaspe rosé veiné d’agate colorée (photo 1a).

Étude techno-morphologique

11Seront successivement présentées les données fournies par les formes et les dimensions des perles puis celles concernant les stigmates de fabrication observables.

Formes et dimensions

Période pré-Indus

  • 3 Les ellipsoïdes bitronqués courts, à section ronde ou ovale, désignent les perles en forme de tonne (...)
  • 4 Les ellipsoïdes bitronqués allongés renvoient aux mêmes caractéristiques que les ellipsoïdes courts (...)

12Parmi les 14 perles de cette période, on trouve des rondelles à profil curviligne ou angulaire (fig. 3a, b), des polyèdres aplatis, des ellipsoïdes bitronqués courts3 ou allongés4 et un cylindre (tabl. 3). Malgré le petit nombre en jeu et donc la prudence qu’il implique, on peut constater quelques corrélations entre formes et roches. Ainsi les rondelles sont en cornaline tandis que les polyèdres aplatis se rapportent exclusivement à des perles en cornaline décorées. Les deux ellipsoïdes allongés « de grande taille » (longueur > 20 mm) sont les seules pièces qui ne soient pas en cornaline.

  • 5 Deux perles sont plutôt des discoïdes épais, leurs deux faces principales sont donc circulaires (fi (...)

13Le type de perles décorées auquel correspondent les polyèdres aplatis est bien connu dans la région de l’Indus d’où il passe pour avoir été originaire. Désignées dans la littérature anglo-saxonne par le vocable « etched carnelian beads » (Mackay, 1937 ; Beck, 1933 ; DuringCaspers, 1972) ou plus récemment par celui de « bleached carnelian beads » (Kenoyer, 1986), ces perles décorées, n’apparaissant pas avant la seconde moitié du IIIe millénaire, sont considérées comme caractéristiques de la phase d’expansion de la civilisation de l’Indus. Leur présence précoce à Nausharo (période I), dans un horizon pré-Indus avec 4 perles, est donc remarquable (tabl. 3). Elle révèle que le procédé utilisé à cet effet (Kenoyer, 1986) fut découvert et mis au point plus tôt qu’on ne le pensait. Sur les quatre perles de ce type, trois sont donc des polyèdres aplatis5 dont les deux faces principales incurvées, au contour « polygonal curviligne », sont chacune ornées d’un motif ocellé, constitué par un fin liseré blanc sur le pourtour (fig. 2a, d). La quatrième perle est un ellipsoïde bitronqué court, pourvu, lui, de six points blancs (fig. 2c et photo 3a).

14Quelles que soient les formes, la longueur des perles ne dépasse pas 15 mm, à l’exception de deux perles qui sont remarquables à la fois par leur taille, leur forme, la qualité et le choix de la roche. Ce sont les deux ellipsoïdes bitronqués allongés précités (tabl. 3 et 4). Le premier a été façonné dans une agate jaune veinée translucide, le deuxième dans une calcédoine ou jaspe bicolore dont une moitié est brune opaque, l’autre blanche très légèrement transparente (photo 3c, d).

15Sur les trois catégories de dimensions discernées ici : petite (longueur < 8 mm), moyenne (8 mm ≤ longueur ≤ 20 mm), grande (20 ≤ longueur ≤ 45 mm), la première est largement dominante (tabl. 3). La valeur des écarts-types associés aux différentes dimensions (tabl. 4) met en évidence une non-standardisation des pièces dans la plupart des cas.

  • 6 Comme on l’a vu (cf. supra), c’est la forme la plus anciennement attestée pour les perles taillées (...)

16En ce qui concerne la perforation, deux modes sont en usage : le piquetage et le foret rotatif (à archet ou autre procédé). Les rondelles qui relèvent de la forme la plus facile à façonner6 (cf. chapitres 2 et 5) n’ont pas été percées au foret rotatif comme les autres mais par piquetage, autrement dit selon la technique la plus simple (Chevalier, Inizan et Tixier, 1982) et la plus anciennement attestée sur ce type de roche. L’un des polyèdres aplatis décorés fut de même percé selon cette technique compte tenu de sa longueur réduite (3,6 mm). Pour ce qui est du foret rotatif, il est à noter que le diamètre de perforation ne varie quasiment pas au sein de chaque groupe de dimensions et de formes définies (tabl. 4). Le diamètre de perforation varie seulement d’un groupe à l’autre, c’est-à-dire, ici, en fonction de la longueur des pièces. Plus elles sont longues plus le trou est grand et inversement. Ce qui s’explique probablement par les différentes mèches de foret utilisées, les unes étaient adaptées au percement des « grandes » perles, les autres à celui des « petites » perles (cf. chapitre 4).

FIG. 2. Modèles des formes et motifs des perles en cornaline décorée : a, h, c) période pré-Indus ; d, e, f, g) période Indus. – Models ofdecorated carnelian bead forms and motif. a, b, c) Pre-Indus period, d, e, f, g) Indus period

TABLEAU3. Répartition quantitative des variétés de roches dures par formes, par mode de perforation et par longueurs. – Quantitative distribution of hard-stone varieties, by form, mode of perforation, and length

TABLEAU3. Répartition quantitative des variétés de roches dures par formes, par mode de perforation et par longueurs. – Quantitative distribution of hard-stone varieties, by form, mode of perforation, and length

TABLEAU 4. Dimensions moyennes des perles des périodes pré-Indus et Indus par variétés des roches dures. – Average dimensions of Pre-Indus period beads, by form and variety of hard stones

TABLEAU 4. Dimensions moyennes des perles des périodes pré-Indus et Indus par variétés des roches dures. – Average dimensions of Pre-Indus period beads, by form and variety of hard stones

Période Indus

17Si le nombre accru de perles trouvées parmi les vestiges d’occupations de cette période s’accompagne d’une diversité croissante des roches utilisées (tabl. 2), il s’accompagne aussi d’une variété grandissante de formes et de dimensions taillées. Plusieurs des formes rencontrées précédemment se développent tandis que d’autres font leur apparition.

18On a ainsi par ordre numérique décroissant (tabl. 3, fig. 3) : des ellipsoïdes bitronqués courts à section ronde, carénés pour certains, des ellipsoïdes bitronqués allongés, carénés ou non, des rondelles à profil curviligne ou angulaire, des cylindres, des polyèdres aplatis, des ellipsoïdes bitronqués courts à section ovale, enfin quelques formes particulières. Les corrélations observées entre formes et roches au cours de la période précédente se confirment : les mêmes et de nouvelles. Ainsi, les rondelles sont exclusivement en cornaline, les polyèdres aplatis en cornaline décorée, les ellipsoïdes courts à section ovale en agates ou autres calcédoines.

19En ce qui concerne les autres formes, le choix des roches apparaît de surcroît lié aux dimensions taillées. En fonction des trois classes de longueurs définies : petite, moyenne et grande, on observe les tendances suivantes :

  • les ellipsoïdes bitronqués courts à section ronde sont principalement en cornaline lorsqu’ils sont de petite taille, en agate ou jaspe lorsqu’ils sont de taille moyenne ;

  • les ellipsoïdes bitronqués allongés de grande taille sont tous en cornaline ; lorsqu’ils sont de taille moyenne, ils sont plutôt en agate ou en jaspe ;

  • les cylindres en cornaline sont présents dans différentes dimensions alors que ceux en agate ou autres calcédoines sont de taille moyenne.

20Parmi les deux pièces incluses dans la catégorie des grands cylindres, il faut signaler le caractère singulier de l’une d’elles. Il s’agit du seul exemplaire, mis au jour sur le site, dénommé « long barrel-cylinder carnelian bead » dans la littérature anglo-saxonne et « perle classique harappéenne » dans cet ouvrage (chapitre 7) en l’absence du terme géométrique approprié. La forme de ce type de perle est en effet plus complexe que celle d’un cylindre et difficilement définissable par un vocable significatif précis ; son profil s’apparente à celui d’une courbe conchoïde de Nicomède (Brette, 1976 : 44). La forme qui en résulte correspond à une surface de révolution engendrée par le déplacement d’une telle courbe parallèlement à une droite suivant un cercle directeur. La perle n’est pas entière, il s’agit d’une moitié (fig. 3l, photo 8b). A l’une de ses extrémités, on peut voir le renflement central constituant originellement le centre de telles perles, ce qui permet d’en déduire la longueur initiale : 88 à 90 mm de long, la moitié en faisant 44,4 mm. Même cassée, cette perle, ou plutôt sa moitié, est la plus grande des perles en cornaline et autres calcédoines répertoriées (tabl. 5).

TABLEAU 5. Dimensions moyennes des perles de la période Indus par formes et variétés des roches dures. – Average dimensions of Indus period beads according to shapes and varieties of hard stones

TABLEAU 5. Dimensions moyennes des perles de la période Indus par formes et variétés des roches dures. – Average dimensions of Indus period beads according to shapes and varieties of hard stones

Fig. 3. Modèles des formes des perles en cornaline, jaspe, agate et cristal de roche : a) rondelle à profil curviligne ; h) rondelle à profil biconique ; c, d, e, f) ellipsoïdes bitronqués courts à section ronde avec et sans carène ; g) ellipsoïde bitronqué court à section ovale ; h, î) ellipsoïdes bitronqués allongés à section ronde avec et sans carène ; j, k) cylindres ; l) classique harappéenne cassée. – Models of carnelian, jasper, agate and rock crystal beadforms. a) Diskform with a curvilinear profile, b) Diskform with a biconical profile, c, d, e, f) Short, bi-truncated ellipsoids with a round section, with and without carene (carina-shape) ; g) short, bi-truncated ellipsoid with an oval section ; h, i) elongated, bi-truncated ellipsoids with a round section, with and without carene (carina-shape) ; j, k) cylinders ; I) broken classic Harappan bead

Fig. 3 (suite). Modèles des formes des perles en cornaline, jaspes, agates et cristal de roche : m à r) formes particulières : polyèdre octaédrique aplati (m), médaillon (n), larme (o), sphéroïde côtelé (p), anneau hélicoïdal (q), espaceur (r). – Models of carnelian, jasper, agate and rock crystal bead forms. m to r) particular shapes : octaedrical flattened polyhedron (m), medallion (n), tear (ο), corded spheroid (p), helicoidal ring (q), spacer-bead (r)

21D’une façon générale, on retiendra donc que les petites perles sont principalement en cornaline, que la quasi-totalité des grandes est aussi en cornaline, mais qu’inversement, la catégorie des moyennes est surtout constituée d’agates, de jaspes ou calcédoines opaques ou encore de cristal de roche (tabl. 3 et 5).

  • 7 Sur trois perles de petites dimensions (un polyèdre aplati décoré et deux ellipsoïdes courts en cor (...)

22Pour une bonne part, le poids numérique des petites perles en cornaline est dû aux rondelles et aux polyèdres aplatis. Outre leur taille, ceux-ci et celles-là se différencient des autres perles par leur mode de perforation pour les unes, par leur décoration pour les autres. Comme à la période précédente en effet, toutes les rondelles ont été percées selon la technique du piquetage7, et tous les polyèdres aplatis ont été ornés sur chacune de leurs deux faces principales du même motif ocellé de couleur blanche (cf. supra, fig. 2d, photo 2b). Trois autres perles de petites dimensions mais de formes différentes ont également été décorées selon le même procédé. Ce sont deux ellipsoïdes courts et un cylindre. Deux d’entre eux sont pourvus d’une bande blanche autour de leur largeur (fig. 2e, f et photo 6b, c), le troisième d’un motif plus complexe (fig. 2g et photo 8d), rare et seulement répertorié dans la région, à Lothal (Reade, 1979). On le retrouve, en revanche, sur des perles exportées, par exemple sur celles d’un collier d’une tombe royale d’Ur (Dubin, 1995 : 182, fig. 192) ainsi que sur plusieurs perles en cornaline décorées, provenant également de contexte funéraire, à Hili Nord, Al Sufouh et Ajman, sites de la péninsule arabique datés de la période Umm an-Nar (Al-Tikriti, 1989 ; Benton, 1996).

23Restent enfin les formes particulières (tabl. 3). Celles-ci regroupent les quelque 8 pièces singulières par leur forme ou par leur type. Ce sont :

    • 8 Il s’agit d’une variété de « polyèdre aplati » différente de celle des polyèdres aplatis en cornali (...)

    deux perles, l’une en agate blanc-gris, l’autre en jaspe-calcédoine rubané opaque, taillées sous une forme de polyèdre hexa-voire octaédrique8 (fig. 3m) ;

  • une perle façonnée en « médaillon » (fig. 3n) dans une agate blanche translucide avec des inclusions vertes délibérément mises en évidence sur la face visible (photo 7b) ;

    • 9 La différence entre perle et pendentif est liée à l’emplacement du trou de perforation. On emploie (...)

    un pendentif9 en cristal de roche en forme de larme (fig. 3ο et photo 7a).

  • 10 Il est difficile de savoir si cette forme résulte d’un choix délibéré ou d’un hasard lié à un défau (...)
  • 11 La forme de ces espaceurs relève géométriquement de l’ellipsoïde allongé bitronqué. Leur regroupeme (...)

24Les autres pièces sont en cornaline, il s’agit d’un sphéroïde côtelé (fig 3p et photo 2a), d’un petit anneau hélicoïdal10 (fig. 3q et photo 2a), et de deux espaceurs de collier11 (fig. 3r et photo 7d). Compte tenu de leur fonction, ceux-ci n’ont pas de perforation bipolaire. Ils ont chacun trois trous effectués transversalement, et de façon unipolaire, dans le corps des pièces (photo 7d), permettant ainsi de composer des colliers à trois rangées de perles.

25Dans la collection décrite ici, quatre perles n’ont pas été finies. Elles n’ont été ni polies ni lustrées mais seulement abrasées (photo 2a) ; leur surface est rugueuse, granuleuse (en « peau d’orange ») et mate. Trois sont en cornaline, il s’agit de l’anneau hélicoïdal et du sphéroïde côtelé précités auquel s’ajoute un autre ellipsoïde court (quasi sphéroïdal). La quatrième est un ellipsoïde bitronqué court en agate.

26L’ensemble des caractéristiques observées permet de différencier nettement au moins deux groupes de perles : les rondelles et les autres ; et cela aussi bien à la période pré-Indus qu’à la période Indus. Une certaine uniformité ressort des premières. Elles sont de petites dimensions, perforées selon une technique simple : le piquetage ; les cônes résultant de cette opération sont mats, rugueux, clairement visibles, nuisant ainsi à la beauté et à la translucidité de la roche quand celle-ci est de bonne qualité. Leur contour est généralement irrégulier et leur volume asymétrique (photo 2c, d) en raison des restes de tailles plus ou moins nombreux qu’elles intègrent (présence de creux et de bosses). Autrement dit, du point de vue technique, outre la relative simplicité de la forme façonnée, il s’agit d’un travail peu soigné.

27Les autres perles ont des formes plus compliquées et des dimensions relativement variables (cf. supra). Compte tenu de l’épaisseur de matière à percer, ces formes et dimensions nécessitaient en général un mode de percement différent, par forage rotatif à l’aide d’un archet. Au simple coup d’œil, on perçoit aussi que la qualité et la quantité de travail incorporé ne sont pas les mêmes pour toutes.

28Reste à estimer ce travail sur la base d’un descriptif d’analyse technique lié à la régularité du contour des formes et aux stigmates de travail détectables ou non.

Les stigmates de fabrication

29Le descriptif d’analyse comprend sept caractères qui incluent chacun deux ou trois modes d’existence. Ils se rapportent au contour de la pièce, à la présence de signes de chauffe (cf. chapitre 9), d’enlèvements de taille, de traces d’abrasion, de stries, à la qualité du polissage-lustrage et à la finition des extrémités de la perle. Chaque perle a été examinée en fonction de cette grille de « lecture ». Chacune a été codée en notant 0 ou 1 selon l’absence ou la présence des stigmates décelés. Cette analyse n’a porté que sur les perles percées au foret rotatif compte tenu de l’uniformité relative de celles piquetées, c’est-à-dire les perles-rondelles, quant au travail accompli (cf. supra). De même ont été exclues les quatre perles abrasées et percées puisqu’elles n’ont été ni polies ni lustrées. Le descriptif a dès lors été appliqué à 9 perles pour la période pré-Indus et à 83 pour la période Indus. Les données brutes se présentent sous la forme d’un tableau en 0/1 (« entrées/sorties ») croisant les caractères observés et les perles, tableau dont nous ne fournirons ici que les résultats finaux. Ces derniers sont indiqués dans la ligne « total » des tableaux 6 et 7 qui, pour les périodes pré-Indus et Indus respectivement, fournissent, quant à eux, les résultats obtenus en croisant les données techniques aux données concernant la variété de roche, les formes et les dimensions des perles.

Période pré-Indus

  • 12 Les résultats fournis ici sont bien entendu à prendre avec précaution compte tenu du petit nombre d (...)

30D’un point de vue général12, les perles ont des contours réguliers, à deux exceptions près. Elles ont toutes des cracks de chauffe, quatre d’entre elles ont même été décolorées par cette opération. Les enlèvements de taille sont peu fréquents, voir absents dans la majorité des cas (6 perles sur 10). L’aspect de surface est généralement bien brillant (7 cas) mais avec des restes d’abrasion plus ou moins nets selon les pièces ; quelques-unes ont des stries irrégulières.

TABLEAU 6. Période pré-Indus : croisement des données sur les techniques de façonnage avec les types de roche, les formes et les longueurs. – Pre-Indus period: crossing of date on shaping techniques with stone types, shapes and length

TABLEAU 6. Période pré-Indus : croisement des données sur les techniques de façonnage avec les types de roche, les formes et les longueurs. – Pre-Indus period: crossing of date on shaping techniques with stone types, shapes and length

TABLEAU 7. Période Indus : croisement des données sur les techniques de façonnage avec les types de roche, les formes et les longueurs (suite). – Indus period: crossing of date on shaping techniques with stone types, shapes and length

TABLEAU 7. Période Indus : croisement des données sur les techniques de façonnage avec les types de roche, les formes et les longueurs (suite). – Indus period: crossing of date on shaping techniques with stone types, shapes and length

31En croisant ces informations avec le type de roche, les formes et les dimensions (tabl. 6), les perles en agate et jaspe/calcédoine opaque se différencient nettement des perles en cornaline. Les premières, au nombre de deux, outre la qualité de leur couleur, leur forme et leurs « grandes » dimensions déjà citées, se distinguent par la quasi-perfection de leur exécution : aucun reste de taille ni d’abrasion (photo 3c, d). Elles sont brillantes, et celle en agate est pourvue d’une belle translucidité. Les deux extrémités n’ont pas de défaut. Les stries apparentes sont très fines.

  • 13 Hormis le cas déjà mentionné du polyèdre aplati entièrement percé par piquetage (longueur 3,6 mm, l (...)

32Les perles en cornaline, en revanche, ont plus de petits défauts, surtout les perles décorées. Ces défauts se manifestent par des restes de taille, des extrémités peu ou pas soignées (« creux et bosses » plus ou moins importants, rugosité), des stries irrégulières, des facettes d’abrasion marquées ou/et encore des accidents de chauffe. Ce sont, comme on l’a vu, des perles de petites dimensions. Elles sont néanmoins de meilleure qualité que les rondelles. Le travail impliqué y est quantitativement supérieur compte tenu des formes en jeu et du mode de perforation, le foret rotatif13.

33Pour la période pré-Indus, trois groupes de perles peuvent être ainsi mis en évidence, en y incluant les perles-rondelles. Ce sont les suivants, classés par ordre de qualité et soins croissants :

  • les perles piquetées en cornaline (les perles-rondelles et le polyèdre aplati), de facture très médiocre ;

  • les perles percées au foret rotatif en cornaline (photo 3a, b), d’assez bonne facture ;

  • les perles percées au foret rotatif en agate et en jaspe/calcédoine opaque (photo 3c, d), de facture exceptionnelle.

Période Indus

34Comme précédemment, l’ensemble des perles ont des contours généralement réguliers et des signes de chauffe (tabl. 7). Ceux-ci vont d’une simple fissure dans la roche à d’importantes craquelures voire à des décolorations : traînées blanches ou blanchiment complet de la pièce (photo 4).

35Des restes de taille sont souvent visibles (48 pièces sur 83). Dans la plupart des cas (40 pièces), ce sont de petits creux peu profonds mais qui peuvent être abondants sur tout le corps de la perle. Ces stigmates renvoient dès lors davantage à une abrasion insuffisante qu’à des fautes de taille qui semblent plus rares (8 cas). Des restes d’abrasion se manifestent fréquemment, et ceci aussi bien sous forme de facettes marquées ou/et de zones rugueuses que sous forme de menues facettes. Des stries sont généralement visibles (62 cas sur 83). Elles sont régulières pour la plupart (52 cas). Quels que soient les défauts des étapes de fabrication antérieures, les perles sont généralement bien polies et lustrées (48 perles).

36A partir de ces données et en fonction de la roche utilisée, des formes et des dimensions taillées, on constate ceci :

37Les perles en cristal de roche et en jaspe sont de meilleure qualité que celles en cornaline. Sauf exception, elles ont un contour régulier voire très régulier. Elles n’ont aucun indice de chauffe et donc aucun des accidents que cette opération peut engendrer. Toujours à la même exception près, elles n’ont pas de défauts de taille et d’abrasion. Les perles en jaspe sont particulièrement brillantes et ont des extrémités soignées. Celles-ci ont souvent été aussi bien polies et lustrées que le corps de la pièce. En outre, mise à part l’exception déjà citée, aucune de ces perles ne recèle de stries détectables, même à la loupe binoculaire. Cette particularité peut s’expliquer soit par la roche elle-même (différences entre les micro-structures des calcédoines translucides et celles des jaspes opaques), soit encore par l’usage d’abrasifs à grains très fins et un lustrage particulièrement soigné (cf. chapitre 4).

38L’une des deux perles en cristal de roche, malgré la présence de facettes d’abrasion, de stries irrégulières et de zones mates, est néanmoins superbe : sans défauts internes à la roche ni défauts de taille majeurs comme c’est souvent le cas avec le cristal de roche à cette époque, compte tenu des difficultés techniques que cette roche présente à la taille. Elle est parfaitement translucide et transparente (photo 7a). Sa forme est en outre singulière ; il s’agit du pendentif en forme de larme déjà cité.

39Les perles en cornaline, dont celles qui sont décorées, ainsi que la moitié environ des perles en agate recèlent davantage de défauts. Hormis des contours assez réguliers, des restes de taille souvent nombreux mais menus et peu profonds sont clairement visibles sur la plupart des pièces. S’y ajoutent, surtout dans le cas de perles en cornaline, des zones mates et des facettes d’abrasion témoignant de défauts liés aux opérations d’abrasion et de polissage/lustrage. De même les extrémités de ces perles en cornaline sont souvent négligées, certaines paraissent être restées brutes de taille, c’est-à-dire ni polies ni lustrées, ni même abrasées.

40Ces différences de qualité et de finition se retrouvent au niveau des formes et des dimensions compte tenu des corrélations observées entre variété de roche, forme et taille (cf. supra et tabl. 3). Trois groupes de perles se distinguent, le premier incluant des perles dites de « qualité médiocre », le deuxième des perles de « qualité assez bonne » et le troisième des perles de bonne voire très bonne qualité – certaines d’entre elles étant exceptionnelles.

41Les perles de qualité médiocre (photo 5) sont de petites dimensions. Ce sont des ellipsoïdes courts à section ronde et des polyèdres aplatis qui ont des défauts liés à la taille, à l’abrasion ou/et au polissage/lustrage et dont les extrémités sont irrégulières voire négligées. Ces perles ont souvent des accidents de chauffe. Quant à la finition et au travail impliqué, elles seraient à rapprocher des rondelles – technique de perforation mise à part. Quelques-unes d’ailleurs ont été percées à l’aide des deux techniques. A partir d’un côté, fut utilisé le foret rotatif sur presque toute la longueur du trou à effectuer (≃ 4-5 mm), tandis que le ou les millimètres restants ont été percés à partir du pôle opposé par piquetage. Ce qui pourrait signifier que lorsque l’épaisseur de matière à percer le permet, la technique du piquetage est préférée à celle du foret. La fabrication de ces perles relève d’un niveau de savoir relativement restreint comparable à celui impliqué dans la taille des rondelles. Ces perles de médiocre qualité sont au nombre d’une quinzaine (dont 12 en cornaline) qui, ajoutées aux 16 perles en cornaline piquetées, représentent près d’un tiers (31,3 %) de l’ensemble des perles en pierres dures mis au jour.

42Les perles du deuxième groupe (photo 6) ont différentes formes. Les dimensions sont variables mais ne dépassent généralement pas 15 mm, sauf pour quelques-unes d’entre elles. Les défauts sont bien moindres que ceux détectables sur les perles précédentes. Ils sont liés soit à une mauvaise finition de l’une ou des deux extrémités de la perle, soit à une abrasion ou/et un polissage-lustrage insuffisants, soit, plus rarement, à des enlèvements de taille mal contrôlés (présence de creux). S’y ajoutent des décolorations dues à des surchauffes. Les perles en cornaline et en agate ayant ces caractéristiques représentent moins d’un tiers, soit 28,3 % de l’ensemble (perles piquetées comprises). Ce sont des perles relativement bien faites attestant certaines habiletés propres au travail de roches dures et dont les petits défauts sont dus principalement à des finitions insuffisantes.

43Les perles du troisième groupe enfin correspondent aux plus belles pièces de Nausharo (photo 7) compte tenu soit de leur finition quasi parfaite, soit de la qualité de la roche (couleur, translucidité), soit de leurs « grandes » dimensions ou/et encore de leur forme particulière. Elles attestent, dans tous les cas, une qualité et une quantité de travail supérieures à celles impliquées dans les deux groupes précédents.

44Sont ainsi répertoriées comme « belles perles », les deux perles en cristal de roche, la quasi-totalité de celles en jaspe, la moitié de celles en agate et moins d’un tiers des perles en cornaline, soit 40,4 % de l’ensemble des perles en calcédoine décomptées.

45Parmi ces 40 %, il faut mentionner le caractère exceptionnel d’une quinzaine de perles. Elles se rapportent aux perles en cristal de roche en raison de la rareté de cette roche et de la difficulté qu’implique son façonnage, à quelques perles en jaspe sanguin, en jaspe zoné et en agate pour la qualité de leur finition et la mise en valeur de leur coloration naturelle, enfin à trois perles en cornaline. L’une est un bel ellipsoïde bitronqué allongé et facetté longitudinalement (8 faces) d’une qualité de travail et de roche (cornaline orange translucide sans zone ni taches) rarissime dans le contexte de Nausharo (photo 7a et photo 8c) ; la deuxième est la perle, déjà citée, en cornaline décorée avec un motif particulier (photo 8d), et la troisième est la « classique harappéenne » (photo 8b).

  • 14 Ces défauts sont d’ailleurs toujours présents sur les collections de perles, quels que soient les s (...)

46Cela ne veut pas dire que ces pièces soient toutes parfaites (photo 7c). Une observation attentive révèle dans la plupart des cas soit un creux, soit une aspérité ou encore une légère asymétrie des contours mais il s’agit de défauts minimes14.

47Enfin, parmi les perles de ce troisième groupe, trois, en cornaline, ont été retaillées ou réaménagées à partir de perles plus grandes qui ont été cassées (photo 8a, b). Ces exemples sont intéressants car ils recèlent certains défauts qui n’étaient pas présents, semble-t-il, originellement et donc indiqueraient que ces « retouches » ne seraient pas de la même main que le fabricant originel. Ceci est visible sur un ellipsoïde allongé (38 × 9 mm), légèrement caréné au centre. Ce dernier est superbe (sans restes de taille et parfaitement poli-lustré) sur une moitié qui correspond à la partie originelle dont l’extrémité est cassée (moitié droite de la perle sur les photos 7c et 8a), tandis que l’autre moitié, qui a été refaite (moitié gauche de la perle sur les photos 7c et 8a), est couverte de micro-enlèvements de taille, a des stries plus grosses et des facettes plus marquées que la partie d’origine. La cassure de l’unique exemple de « classique harappéenne » (photo 8b) a, elle aussi, été réaménagée ; elle est polie et lustrée. Et l’on peut se demander si ce n’est pas lors de ce réaménagement que cette perle aurait été surchauffée. D’où les traînées blanches qui la couvrent en partie, nuisant dès lors à la qualité d’une telle pièce – à moins que cet accident ne soit survenu bien avant lors de son façonnage initial. Ce type de défaut n’est cependant pas attesté ailleurs, semble-t-il, sur de telles perles (les classiques harappéennes) dont l’une des caractéristiques majeures est précisément l’usage d’une roche exceptionnelle sans zonage ni tache. L’hypothèse d’une surchauffe lors d’un refaçonnage paraît alors plus vraisemblable qu’une surchauffe initiale.

Discussion

48Plusieurs points ressortent de l’analyse des perles en calcédoine de Nausharo.

  • Aucun atelier ni concentration de déchets, de pièces inachevées n’ayant été découverts, nous n’avons aucune trace directe d’une véritable production avec le déroulement de toute la chaîne opératoire. Néanmoins la présence des deux préformes non percées comme celle des quatre perles abrasées et percées mais non polies-lustrées sont des indices d’un travail local de perles en calcédoine.

  • Ce travail, ou cette production si elle fut locale, est resté limité non seulement à la période pré-Indus mais également à la période Indus si l’on tient compte de sa durée, près de 500 ans, et si on la compare à celle des perles en stéatite et terre cuite que l’on compte par centaines (fig. 1). Cette production limitée, convertie en nombre d’artisans (cf. chapitre 6), laisse supposer que les fabricants de perles à Nausharo était en nombre extrêmement limité ; de toute évidence, ils devaient s’adonner à d’autres tâches.

  • La différence entre la période pré-Indus et la période Indus correspond à la fois à un accroissement quantitatif et qualitatif (diversification des formes et des roches à la période Indus). Mais, dans les deux cas, la production en jeu relève au moins de trois niveaux d’expertise distincts :

  1. Le premier (niveau 1) implique manifestement des habiletés de façonnage élémentaires et un travail peu soigné avec des problèmes de surchauffe. Il se rapporte aux perles-rondelles et aux perles de qualité médiocre. La matière première, exclusivement de la cornaline, n’est pas d’une qualité exceptionnelle et les dimensions taillées indiquent un usage de petits galets. Supposer un ramassage plus ou moins local de tels petits galets est difficile car jusqu’à présent leur présence n’est pas attestée dans l’environnement proche de Nausharo. Dans le cas d’une fabrication locale des perles, on doit envisager l’hypothèse selon laquelle les galets étaient importés.

  2. Le deuxième (niveau 2) renvoie à un niveau d’habileté supérieure correspondant à une bonne maîtrise de la suite des opérations techniques à effectuer pour obtenir telle ou telle forme parmi celles du répertoire connu, dont les dimensions, répétons-le, ne dépassent pas 20 mm de long hormis dans quelques cas. Ce niveau se caractérise principalement par des procédés de finition insuffisants et des accidents de chauffe. Il correspond aux perles dites « d’assez bonne qualité » incluses dans le groupe 2 de l’analyse précédente.

  3. Le troisième (niveau 3) enfin se distingue du deuxième par une capacité à tailler des perles plus grandes, entre 20 et 35 mm en moyenne, et par une bonne, voire très bonne finition de chacune des opérations techniques effectuées. Au sein de ce niveau 3, la qualité et le soin du travail ne sont pas uniformes comme au niveau 1 et, pour une part, au niveau 2. A ce niveau 3, en effet, une partie des perles peut être qualifiée d’exceptionnelle en raison d’une ou plusieurs particularités alors que l’autre partie est seulement qualifiée de « bonne qualité ». Les accidents de chauffe entraînant des décolorations sont plus rares et généralement moins importants. La variété des roches implique un approvisionnement et des sources de matières premières diverses et exogènes. Ce niveau 3 correspond aux perles de « bonne qualité » décrites dans le groupe 3 dont les « exceptionnelles ».

49Étant donné ces différences de qualité de roches et de travail au sein des trois niveaux, voire au sein même du niveau 3, on peut supposer que les fabricants de l’ensemble des pièces n’étaient pas les mêmes. Or, à Nausharo, si l’on considère la durée d’occupation en jeu, la production apparaît comme très limitée, impliquant très peu de personnes. Peut-on dès lors concevoir dans un tel contexte (petite production) une différenciation entre les artisans, les uns taillant et polissant les jaspes, certaines agates et quelques cornalines de belle qualité, les autres taillant et polissant quasi exclusivement de la cornaline de moindre qualité, les autres encore des perles de qualité médiocre telles les perles-rondelles ?

  • 15 Aucune source minérale de la famille des calcédoines (quartz microcristallins), hormis des cristaux (...)

50Les données technologiques et quantitatives ainsi que le contexte de Nausharo permettent plutôt de penser qu’une partie de la production a pu être locale, à partir d’une matière première importée15 et l’autre partie importée à l’état fini. La production locale, se rapportant aux pièces inachevées, à celles (ou une partie de celles) des niveaux 1 et 2, se caractériserait d’une part par des problèmes constants de chauffe que les artisans avaient manifestement du mal à contrôler, d’autre part par des procédés de finition distincts aboutissant à des états de surface peu soignés, enfin par des produits de petites dimensions. En comparaison, une importation semble vraisemblable pour la plupart sinon la totalité des perles du niveau 3, c’est-à-dire pour les perles en belle cornaline, les plus soignées ou/et les plus grandes, les perles en jaspes et calcédoines de couleurs diverses, et surtout pour les perles qualifiées d’exceptionnelles. Pour ces dernières, aucun accident de chauffe important n’a été observé et les procédés de finition aboutissent à des états de surface superbement polis et lustrés, sauf dans le cas de perles réaménagées. Mais dans ce cas précisément, les procédés de réaménagement diffèrent tellement, d’un point de vue qualitatif, des procédés de fabrication initiaux qu’ils corroborent l’hypothèse d’une importation de ces perles avant qu’elles n’aient été cassées. Les « retouches » effectuées aboutissent à des états de surface de qualité moindre que ceux obtenus initialement, et qui sont dès lors comparables aux états de surface de perles peu soignées (niveau 2) pour lesquelles on peut supposer une fabrication locale. Pourquoi, si elles n’avaient pas été importées, avoir cherché à refaçonner ces perles, une fois cassées, si on savait en fabriquer d’autres ? Telle la classique harappéenne par exemple qui a été réaménagée de façon maladroite (décoloration de la matière première). En outre, elle a une longueur initiale de 9 cm et les tailleurs locaux n’avaient pas les habiletés requises pour tailler une telle dimension (la longueur des perles du site étant inférieure à 40 mm, voire en moyenne inférieure à 30 mm ; cf. chapitre 5). Ceci plaide en faveur non seulement d’une importation mais aussi de l’hypothèse développée dans le chapitre 7, à savoir que les classiques harappéennes ont été fabriquées à partir d’un nombre très restreint d’ateliers (probablement un seul).

51Un autre exemple particulièrement parlant est la perle en cornaline décorée qui est unique par sa finition comparée aux autres perles du même type. De plus, son motif est singulier à Nausharo et l’on sait qu’il s’agit d’un motif qui a été exporté au-delà des frontières de l’Indus.

52– De la sorte, les différences observées dans la quantité et la qualité du travail suggèrent des centres de production différents (locaux et/ou non locaux ?) qui, eux-mêmes à leur tour, laissent supposer que la destination, la fonction et la valeur des perles n’étaient pas les mêmes pour toutes. Dans la mesure où la majorité des perles, quels que soient le degré et le soin du travail (les « exceptionnelles » mises à part), recèlent de petites entailles aux extrémités, on peut se demander s’il ne s’agirait pas de petites ébréchures dues à leur port plutôt que d’éclats de taille. En revanche face à la quasi-perfection des perles « exceptionnelles », on peut se poser la question et se demander si elles ont jamais été portées ou du moins de façon occasionnelle.

53Dans la première catégorie de perles, c’est-à-dire dans la majorité des cas, qu’elles aient été fabriquées sur place ou non ou en partie les deux, ces perles ont été faites ou acquises en fonction d’une demande. Celle-ci, quelle qu’elle fût, était apparemment limitée compte tenu du nombre de perles en jeu. Autrement dit seuls certains individus de la population de Nausharo possédaient dans leur parure des perles de cornaline pour des raisons et des besoins inconnus ici.

54Pour les perles de la deuxième catégorie, c’est-à-dire les exceptionnelles, elles ont été importées elles aussi en fonction d’une demande mais d’une demande plus restreinte, semble-t-il, que celle impliquée précédemment, et différente puisque les pièces sont particulièrement soignées et sembleraient avoir été peu ou même pas portées.

55D’où les propositions interprétatives suivantes :

  1. les perles de la première catégorie étaient destinées à des personnes qui les portaient en fonction de la valeur symbolique dont elles étaient pourvues ;

  2. les perles exceptionnelles étaient destinées soit à des personnages particulièrement importants soit à des divinités (cf. chapitre 7) ou au moins à des fonctions rituelles.

Conclusion

56Les perles de Nausharo ont été analysées selon une approche techno-morphologique sous-tendue par des caractéristiques qualitatives et quantitatives. Cette approche a permis d’établir une classification des perles de Nausharo qui repose sur le croisement de plusieurs facteurs : les matières premières, les habiletés impliquées dans la fabrication, le degré de finition et le nombre de produits. Significative de la qualité de l’artisanat et des habiletés impliquées, cette classification a fourni quelques éléments de réponse aux questions soulevées initialement sur les lieux de production, la destination et les valeurs symboliques attribuées aux perles.

57On retiendra plus particulièrement que la production était limitée, de qualité variable et vraisemblablement originaire de divers centres. Trois principaux groupes de perles ont été différenciés. Ils correspondent à trois niveaux d’expertise distincts et probablement à des lieux de production différents. Autrement dit, une partie des perles fut importée. Ces résultats sont cohérents d’une part avec l’image générale qui ressort du monde de l’Indus (cf. chapitre 7), à savoir que les perles sont fabriquées en nombre limité et pour certaines d’entre elles (les « classiques harappéennes ») vraisemblablement à partir d’un centre unique, d’autre part avec les résultats obtenus pour le site de Kalibangan (cf. chapitre 3). D’après ces derniers, basés sur une identification des techniques de finition, les perles en roches dures, de qualité variable, proviennent de sites différents attestant une grande circulation des perles en roches dures au sein de la civilisation harappéenne. Il est probable qu’une analyse approfondie des techniques de finition des perles de Nausharo permettrait d’affiner nos hypothèses pour proposer, à l’avenir, une image encore plus contrastée des différents réseaux de circulation des perles à destination de demandes locales ou pan-harappéennes.

Notes

1 Les chiffres indiqués représentent des quantités en nombre de perles. Et si l’on compte des perles en stéatite par centaines, il faut savoir que celles-ci ont le plus souvent été façonnées sous formes de petits disques ou d’œillets (« washer beads ») très fins, 0,9 mm d’épaisseur en moyenne, ou encore de micro-rondelles (Barthélemy de Saizieu et Bouquillon, 1997), ce qui n’est pas le cas des perles en calcédoine. Le poids, la quantité de matière utilisée ne sont pas les mêmes, ni la méthode et les techniques de mise en forme ; ces dernières, aussi élaborées soient-elles dans le cas de la stéatite dans la mesure où il s’agit de perles qui ont été cuites voire glaçurées (Bouquillon, Barthélemy & Duval, 1995), sont difficilement comparables à celles de roches dures aux propriétés physiques différentes.

2 Lorsqu’une telle comparaison est possible compte tenu des décomptes imprécis, lacunaires, voire inexistants des anciennes publications.

3 Les ellipsoïdes bitronqués courts, à section ronde ou ovale, désignent les perles en forme de tonneau dont la longueur ne dépasse pas deux fois la largeur (ou le diamètre). Ceux à section ronde ont parfois une carène centrale. Dans le cas d’une carène prononcée, la forme géométrique précise serait alors le bicône mais comme cette carène est plus ou moins prononcée selon les perles, parfois à peine visible à première vue, nous n’avons pas voulu créer de catégories supplémentaires compte tenu du nombre de perles en jeu.

4 Les ellipsoïdes bitronqués allongés renvoient aux mêmes caractéristiques que les ellipsoïdes courts (note précédente) à ceci près que leur section est toujours ronde et que leur longueur est supérieure à deux fois leur largeur, dans certains cas elle va même jusqu’à trois voire quatre fois la largeur.

5 Deux perles sont plutôt des discoïdes épais, leurs deux faces principales sont donc circulaires (fig. 2b et photo 3d). Ils ont été décomptés dans la classe des « polyèdres aplatis » dans la mesure où ils avaient le même motif ocellé et que ce motif est précisément associé à cette forme de « polyèdre » non seulement ici à Nausharo mais aussi ailleurs d’une façon générale.

6 Comme on l’a vu (cf. supra), c’est la forme la plus anciennement attestée pour les perles taillées dans une roche aussi dure que la calcédoine ; c’est aussi la seule qui pouvait être perforée par piquetage puisque l’autre mode de perforation, le foret rotatif, ne semble avoir été mis au point et utilisé pour les roches dures qu’à partir du Chalcolithique, du moins à Mehrgarh (Jarrige, 1981). Ce n’est en effet qu’à partir de cette époque, le Chalcolithique, que l’on voit apparaître des perles en calcédoine de formes plus longues que les rondelles, qui nécessitaient dès lors un mode de perforation autre que le piquetage.

7 Sur trois perles de petites dimensions (un polyèdre aplati décoré et deux ellipsoïdes courts en cornaline), les deux modes de perforation ont été utilisés ; le percement fut effectué presque entièrement au foret rotatif à partir d’un bord puis achevé par piquetage à partir du bord opposé. Ce qui peut souligner le poids ou l’influence qu’avait encore cette technique qui, plus ancienne, était sans doute aussi mieux maîtrisée que l’autre.

8 Il s’agit d’une variété de « polyèdre aplati » différente de celle des polyèdres aplatis en cornaline décorée. D’où leur regroupement dans la catégorie des formes particulières.

9 La différence entre perle et pendentif est liée à l’emplacement du trou de perforation. On emploie plutôt le mot perle – encore que ce mot maintenant consacré en archéologie soit impropre (cf. Barthélemy & Bouquillon, 1993, note 1) – pour désigner une pièce dont la perforation est centrale et traverse toute la longueur ou la largeur tandis qu’un pendentif, comme son nom l’indique, « pend » et a donc un trou ménagé sur l’un de ses bords en traversant le moins de matière possible, c’est-à-dire l’épaisseur.

10 Il est difficile de savoir si cette forme résulte d’un choix délibéré ou d’un hasard lié à un défaut dans la matière, défaut que le tailleur aurait alors exploité.

11 La forme de ces espaceurs relève géométriquement de l’ellipsoïde allongé bitronqué. Leur regroupement avec les formes particulières tient ici à leur fonction spécifique et à leur rareté.

12 Les résultats fournis ici sont bien entendu à prendre avec précaution compte tenu du petit nombre de perles.

13 Hormis le cas déjà mentionné du polyèdre aplati entièrement percé par piquetage (longueur 3,6 mm, largeur 7 mm, épaisseur 4,1 mm).

14 Ces défauts sont d’ailleurs toujours présents sur les collections de perles, quels que soient les sites, à cette époque. Si l’on regarde bien les 48 « longues perles » (classiques harappéennes) constituant le fameux collier de Mohenjo-Daro, on perçoit même sur une photo quelques menus et peu profonds restes de taille.

15 Aucune source minérale de la famille des calcédoines (quartz microcristallins), hormis des cristaux quartz proprement dits, n’est mentionnée au Pakistan sur les cartes et les ouvrages géologiques consultés (Ahmad, 1969 ; Shah Ibrahim, 1977).

Notes de fin

1 Mes plus vifs remerciements vont à Anne Bouquillon (lrmf) pour son aide dans l’identification des roches, à Dominique Bagault (lrmf) pour la plupart des photos, à Catherine Jarrige pour sa relecture attentive du manuscrit, à Valentine Roux pour ses nombreuses critiques et sa rigueur, aux responsables du Département d’archéologie à Karachi, et plus particulièrement au Dr Nabi Khan et à M. Ashmi grâce à qui j’ai pu avoir accès à certaines collections en 1993.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Répartition quantitative des perles par matériaux utilisés. – Quantitative distribution of beads according to the material utilized
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU 1. Tableau comparatif de la part que représentent les calcédoines dans la parure entre Nausharo et quelques sites de la vallée de l’Indus. – Comparative table ofchalcedony beads rate in ornaments between Nausharo and some sites ofIndus Valley
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 2. Nombre de perles découvertes par variétés de roches dures pour les périodes pré-Indus et Indus. – Number of discovered beads for the Pre-Indus and Indus periods per variety of hard stones
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 2. Modèles des formes et motifs des perles en cornaline décorée : a, h, c) période pré-Indus ; d, e, f, g) période Indus. – Models ofdecorated carnelian bead forms and motif. a, b, c) Pre-Indus period, d, e, f, g) Indus period
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU3. Répartition quantitative des variétés de roches dures par formes, par mode de perforation et par longueurs. – Quantitative distribution of hard-stone varieties, by form, mode of perforation, and length
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre TABLEAU 4. Dimensions moyennes des perles des périodes pré-Indus et Indus par variétés des roches dures. – Average dimensions of Pre-Indus period beads, by form and variety of hard stones
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre TABLEAU 5. Dimensions moyennes des perles de la période Indus par formes et variétés des roches dures. – Average dimensions of Indus period beads according to shapes and varieties of hard stones
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 3. Modèles des formes des perles en cornaline, jaspe, agate et cristal de roche : a) rondelle à profil curviligne ; h) rondelle à profil biconique ; c, d, e, f) ellipsoïdes bitronqués courts à section ronde avec et sans carène ; g) ellipsoïde bitronqué court à section ovale ; h, î) ellipsoïdes bitronqués allongés à section ronde avec et sans carène ; j, k) cylindres ; l) classique harappéenne cassée. – Models of carnelian, jasper, agate and rock crystal beadforms. a) Diskform with a curvilinear profile, b) Diskform with a biconical profile, c, d, e, f) Short, bi-truncated ellipsoids with a round section, with and without carene (carina-shape) ; g) short, bi-truncated ellipsoid with an oval section ; h, i) elongated, bi-truncated ellipsoids with a round section, with and without carene (carina-shape) ; j, k) cylinders ; I) broken classic Harappan bead
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 3 (suite). Modèles des formes des perles en cornaline, jaspes, agates et cristal de roche : m à r) formes particulières : polyèdre octaédrique aplati (m), médaillon (n), larme (o), sphéroïde côtelé (p), anneau hélicoïdal (q), espaceur (r). – Models of carnelian, jasper, agate and rock crystal bead forms. m to r) particular shapes : octaedrical flattened polyhedron (m), medallion (n), tear (ο), corded spheroid (p), helicoidal ring (q), spacer-bead (r)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 6. Période pré-Indus : croisement des données sur les techniques de façonnage avec les types de roche, les formes et les longueurs. – Pre-Indus period: crossing of date on shaping techniques with stone types, shapes and length
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre TABLEAU 7. Période Indus : croisement des données sur les techniques de façonnage avec les types de roche, les formes et les longueurs (suite). – Indus period: crossing of date on shaping techniques with stone types, shapes and length
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8736/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 579k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540