Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

IV. Applications archéologiques

7. Les perles en cornaline harappéennes

Pratiques techniques et techno-système

Valentine Roux et Pierre Matarasso

Texte intégral

1Dans les chapitres précédents, des référentiels ont été élaborés pour interpréter les perles en calcédoine en termes de pratiques techniques et de techno-systèmes. Ces référentiels sont ici appliqués aux données archéologiques du monde harappéen.

2Celui-ci couvre un territoire considérable, correspondant, à l’heure actuelle, au Pakistan et au Nord-Ouest de l’Inde (Rajasthan et Gujarat) (voir fig. 1). Il se caractérise, entre autres traits, par un urbanisme développé, une connaissance de l’écriture, une homogénéité de la culture matérielle et un artisanat remarquable qui allie la diversité de la production à la complexité des procédures techniques (Jarrige, 1988).

3En cherchant à reconstituer les pratiques techniques et le techno-système liés à la fabrication des perles en calcédoine, notre objectif est de caractériser, à l’échelle du monde harappéen, l’organisation des « fabricants de perles » afin de s’interroger, ensuite, sur les relations entre artisans et élite, et sur la destination des perles.

4Les relations entre artisans et élites s’inscrivent dans le débat, désormais classique, portant sur le rôle des artisans dans la formation des sociétés complexes. En effet, un certain nombre de théories accordent à ce rôle une large place. Ainsi, pour Wright et Johnson (1975), la production de biens artisanaux qui font l’objet d’échanges, de redistribution et de commerce est l’un des principaux éléments qui participe et témoigne d’une organisation étatique. Pour Johnson (1973), « le contrôle administratif centralisé de la production artisanale spécialisée, ainsi que d’autres phénomènes, créent une classe dirigeante hiérarchisée et l’État » (Francfort et al., 1989 : 23). Enfin, pour Tosi (1984), la concentration de productions artisanales dans les centres urbains nécessite leur contrôle par une élite et favorise, par conséquent, le début des classes sociales et de l’administration, conduisant par là même à une organisation étatique. Ces théories reposent essentiellement sur une vision « productiviste » de l’artisanat. Elles imposent de revenir aux données primaires pour une analyse aussi bien qualitative que quantitative.

5L’analyse qualitative doit permettre d’identifier les techniques et les habiletés mises en jeu dans les pratiques techniques. Elle peut se faire à partir de quelques séries d’exemplaires. En revanche, la reconstruction du techno-système est basée sur des données quantitatives. Il va de soi que le caractère lacunaire des données archéologiques rend cet exercice parfois difficile. Toutefois, l’identification toujours possible des opérations élémentaires et des filières techniques doit permettre d’établir des hypothèses sur les techno-systèmes anciens.

Modification du modèle de Cambay

6Avant de considérer les perles exhumées des sites harappéens, il importe de modifier le modèle techno-économique de Cambay (cf. chapitre 6). En effet, son application ne fera sens que si l’on adapte certaines données aux spécificités des périodes anciennes et des perles harappéennes elles-mêmes.

7La première modification porte sur le bien « argent ». Les importations de travail n’ont plus qu’une valeur symbolique. Elles sont prises en considération sous la forme de production de travail sans contrepartie monétaire.

8La seconde modification porte sur les types de perles pris en compte. On supprime les perles de qualité inférieure et les perles facettées. En effet, dans le monde harappéen, les perles dont la fabrication peut être comparée aux petites perles de qualité inférieure sont les « perles-rondelles », perles qui, pendant la seconde moitié du IIIe millénaire, deviennent mineures comparées à l’ensemble de la production. Quant aux perles facettées, elles sont si rares qu’elles n’ont pas lieu d’être prises en compte. Seuls trois types de perles sont considérés : les petites, moyennes et grandes perles de qualité supérieure (petites : longueur inférieure à 3 cm, moyennes : entre 3 cm et 7 cm, grandes : entre 7 et 12 cm).

9Enfin, certaines données portant sur les opérations techniques élémentaires ont été modifiées. Elles concernent les techniques d’abrasion, de polissage et de lustrage qui utilisent l’énergie électrique. En effet, des techniques non mécanisées doivent être envisagées pour le passé. Elles sont quantifiables à partir de deux référentiels. L’un décrit la situation de Cambay à la fin du XIXe siècle, laquelle fut consignée dans le Gazetteer sur la présidence de Bombay (1884). L’autre est constituée des données ethnographiques sur le Yémen ; des chatons de cornaline y sont encore fabriqués selon des techniques traditionnelles (Inizan et al., 1992). Ces deux situations permettent d’envisager les différentes techniques d’abrasion, de polissage et de lustrage pratiquées pendant la période harappéenne (cf. chapitre 3). La cohérence interne de ces trois opérations permet, dans le cadre de cette étude, de les agréger dans une même activité dénommée ici « apl » (Abrasion-Polissage-Lustrage). En effet, rappelons qu’à ces trois opérations correspondent trois stades d’une même activité de finition destinée à transformer l’état de surface de la pierre (cf. chapitre 3).

FIG. 1. Sites archéologiques de la période harappéenne. – Archaeological sites of the Harappan period

10On distinguera trois catégories d’apl, correspondant aux trois principales combinaisons envisageables pour le monde harappéen :

  1. apl manuel. Les opérations d’abrasion, de polissage et lustrage sont faites sur des meules en pierre (description chapitre 3). Elles sont quantifiées par référence aux observations ethnographiques sur le Yémen (Inizan et al., 1992).
  2. apl à archet. L’ensemble des opérations est fait sur polissoir à archet. Cette forme de polissage était d’usage courant à Cambay avant l’arrivée de l’électricité (description dans le chapitre 3). Le référentiel quantitatif a été constitué grâce à des expérimentations menées avec le dernier artisan de Cambay qui utilisait encore le polissoir à archet pour travailler des perles en verre.
  3. apl mixte. Référence est ici faite aux techniques de rendement, telles qu’elles étaient pratiquées à Cambay avant l’arrivée de l’électricité (description dans le chapitre 3). Ces techniques étaient réservées au traitement des perles sphériques. L’abrasion était faite sur pierres à rainures. Le polissage était fait sur des plateaux en bois et le lustrage dans des outres en cuir.

11La modification du modèle et des opérations élémentaires a pour conséquence immédiate de faire apparaître des nouvelles filières de production. Or, rappelons qu’une filière présente un caractère transculturel, correspondant à une articulation d’opérations élémentaires qui n’est pas spécifique de techno-systèmes particuliers. Il importe, dès lors, de présenter, en amont de la situation archéologique, les nouvelles filières puisque ce sont elles qui auront valeur de référentiel interprétatif.

Référentiel sur les filières de production

12Dans la situation de Cambay, chaque type de perle n’est produit que dans le cadre d’une association unique d’activités. Cette situation est plutôt exceptionnelle et, en général, il existe des alternatives au sein de la chaîne technique pour produire un même objet. Nous avons supposé que de telles alternatives existaient dans le passé. Ces alternatives correspondent aux différents procédés d’apl. A chaque type de perle, sont donc associées plusieurs filières de production correspondant chacune à un type d’apl.

13Chaque filière a été dimensionnée sur 1 000 hommes et considérée pour chaque grande catégorie de perle : qsp (petite), qsm (moyenne), qsl (grande). Les différentes opérations techniques sont présentées comme désagrégées (sauf l’abrasion/polissage/lustrage qui ont été agrégés), c’est-à-dire faisant l’objet de postes de travail spécialisés. Rappelons que cette désagrégation est un passage obligé pour envisager, par la suite, des alternatives d’organisation du travail.

14Dans la figure 2, nous présentons les trois filières possibles pour produire des perles de dimensions moyennes. On remarquera, tout d’abord, que le poste de travail apl est, dans tous les cas, et de très loin, le plus important. Comparé au nombre d’hommes mobilisés par le poste de taille, le rapport est environ de 25 en apl manuel, de 12 en apl à archet et de 2,5 en apl mixte. L’apl mixte est de loin le procédé le plus rentable, permettant une forte production de perles. En effet, la figure 3 met en évidence que cette forme d’apl permet une productivité qui, comparée à celle de l’apl manuel, est 8 fois plus élevée pour les qsp et 6 fois plus, pour les qsm. La différence de productivité entre l’apl manuel et l’apl à archet est, quelles que soient les dimensions des perles, du simple au double.

15Dans la perspective d’une histoire des techniques de polissage, on pourra s’interroger, dans le futur, sur les dates d’apparition des différents procédés de polissage en relation avec les productivités recherchées. Pour l’époque harappéenne, notons que c’est probablement la forme d’apl la plus coûteuse en travail, ou encore la moins productive, qui était essentiellement utilisée. On notera, toutefois, que la productivité avec apl manuel n’est pas négligeable lorsqu’un homme travaille à plein temps : toutes tâches confondues (de l’extraction au lustrage), un homme peut produire par an, en APL manuel, 723 qsp ou 476 qsm ou 337 qsl ; en apl à archet, 1 383 qsp ou 898 qsm ou 608 qsl ; en APL mixte, 5 634 qsp ou 2 911 qsm.

FIG. 2. Comparaison du nombre d’hommes par poste de travail pour la production annuelle de qsm exécutée, au total, par 1 000 hommes, selon trois formes d’apl. – Comparison of the number of individuals per post for the annual production of qsm (superior quality medium size bead), executed by a total of 1,000 individuals, by three forms of gps (grinding-polishing-shining)

FIG. 3. Nombre de perles produites, par an, par artisan, toutes tâches confondues. Les perles sont réparties selon le type de perle et le procédé d’apl. – Number of beads produced per year, per craftsman, all tasks included. The beads are distributed according to bead type and gps procedure

Le techno-système harappéen

16Pour modéliser le techno-système harappéen, deux catégories de données sont prises en compte, à savoir le nombre absolu de perles retrouvées et leur répartition quantitative selon les dimensions (petites, moyennes, grandes) et la matière première (cornaline, calcédoine). Ces données, une fois intégrées dans le modèle sous forme de contraintes, doivent permettre d’évaluer le nombre d’artisans nécessaires à la fabrication d’une quantité plausible de perles, et, par suite, les situations socio-économiques envisageables (travail régulier vs occasionnel, production domestique vs spécialisée, en atelier vs industrielle, artisans indépendants vs assujettis, etc.).

17Le problème réside dans la nature même des données archéologiques dont on ne connaît jamais la réelle représentativité, que ce soit spatiale (surface excavée par rapport à l’ensemble du site ou de l’ensemble des sites connus et inconnus) ou temporelle (période exacte pendant laquelle les perles ont été produites) (Gardin, 1979).

18Pour répondre à ce problème, nous tenterons, en un premier temps, d’évaluer le nombre global de perles qui ont été retrouvées sur l’ensemble des sites harappéens, pour ensuite estimer le pourcentage que pourrait représenter ce nombre par rapport à la population parente, c’est-à-dire par rapport au nombre de perles qui auraient été taillées effectivement à l’époque. Enfin, ce dernier nombre servira à l’évaluation d’une production annuelle hypothétique.

Les données archéologiques

19L’évaluation du nombre global de perles en calcédoine retrouvées sur les sites harappéens n’est pas chose facile. En effet, beaucoup de rapports se contentent d’indications du type « a number of beads were found ». L’image générale est, toutefois, un nombre assez limité de perles si l’on se fie aux trouvailles de Mohenjo-Daro, Chanhu-Daro, Harappa, Lothal et Kalibangan, cinq sites majeurs pour comprendre le fonctionnement de la civilisation de l’Indus.

  • 1 Chapitre 8, B. Barthélemy de Saizieu en donne la définition suivante : « Son profil s’apparente à (...)

20Mohenjo-Daro présente, en fait, peu de perles en calcédoine. Ainsi que le rappelle Vidale (1986), E.J.H. Mackay écrit dans un rapport synthétique (1937) : « A few unfinished beads were found during the excavations at Mohenjo-Daro. Their number was so small, however, as to suggest that though bead-making was a craft practised in that city it was not carried on to any great extent, unless it were in parts of the city that have not yet been explored. » Le rapport de S.J. Marshall (1931) va dans ce sens, en dépit de la trouvaille exceptionnelle, dans le secteur DK, du grand collier de Mohenjo-Daro. Ce collier est formé de 48 longues perles en cornaline que l’on dénommera ici « classiques harappéennes » car leur forme est plus complexe qu’un simple cylindre et difficilement définissable par un seul vocable1. Certaines d’entre elles atteignent 12 cm de longueur. Si d’autres sites présentent des perles de forme similaire, en revanche, aucun autre n’a présenté jusqu’à présent un tel collier, exception faite du site de Allahdino (Kenoyer, 1998). A la suite des travaux de l’équipe italo-allemande à Mohenjo-Daro, M. Vidale (1989 : 179-180) « tends to see one or two small room workshops dispersed in different parts of the city ».

21En revanche, d’après M. Vidale et E.J.H. Mackay, Chanhu-Daro correspondrait à une situation différente avec une production de perles plus élevée : « This is attested by the heaps of carnelian nodules still eroding from many areas of the site » (Vidale, 1989) ou encore « A large number of nodules of carnelian and agate were discovered in square 7/C, 7/F, 9/C et 9/D... Some of these nodules have been slightly chipped... A considerable quantity was found in a bead-maker’s workshop in square 9/D, room 215, at the level + 10.4 feet » (Mackay, 1943 : 209). Néanmoins, le rapport de E.J.H. Mackay est ambigu quant à l’image d’une forte production de perles en calcédoine. En effet, dans l’une des pièces-témoins de la production de perles, la liste des trouvailles afférentes est limitée aux objets suivants (cité dans Vidale, 1989, à propos des trouvailles faites dans la pièce 215, face au four dégagé dans le carré 9/D) : « a number of beads, many unfinished », « some cornelian nodules », « two decorated carnelian bead », « a lump of crystal ». Cette ambiguïté quantitative se retrouve au moment de la description qualitative des perles. Par certains côtés, ainsi que le précise Ε.J.H. Mackay, il n’y a pas de collier retrouvé à Chanhu-Daro qui soit comparable à ceux de Mohenjo-Daro et Harappa. Les formes sont nettement moins variées. Aucune perle en or n’accompagne les perles en pierre. Toutefois, c’est à Chanhu-Daro qu’ont été retrouvées les seules préformes, non abrasées, des classiques harappéennes, attestant ainsi de façon certaine d’une fabrication locale. En outre, la production serait plus organisée qu’à Mohenjo-Daro au vu de la concentration des ateliers de taille au centre de l’agglomération (Vidale, 1989).

22Qu’en est-il du site d’Harappa ? Seules 46 perles ont été données pour étude à H.C. Beck (Vats, 1940 : 392-431). M.S. Vats ne précise pas dans son rapport le nombre total de perles excavées. Sur les 46 perles, 29 sont des petites perles (longueur inférieure à 2,5 cm), 13 sont des perles moyennes (longueur comprise entre 2,5 cm et 5 cm) tandis que 4 seulement sont de grande perles (longueur de 7 cm). L’ensemble des perles a été retrouvé en divers lieux du site (mounds AB, F, D, area H), dans les niveaux compris entre I et V. Outre cet ensemble de perles données pour étude à H.C. Beck, il faut signaler une trouvaille exceptionnelle : celle de plusieurs colliers (sept) retrouvés dans la maison 2 du mound F, tranchée IV. Les colliers sont formés de perles en agate ou en cornaline, de petites dimensions, et de perles en or, stéatite ou faïence. Les perles en pierres dures totalisent un nombre de 159. Les récentes fouilles menées à Harappa entre 1986 et 1990 ont révélé 225 perles de pierres différentes (agate zonée, cornaline, quartzite, turquoise, lapis, amazonite, grès), les plus longues atteignant 2 cm (d’après Kenoyer, 1991 : 89, fig. 7). Ces perles proviennent soit de maisons, soit de tombes (Kenoyer, 1991). D’après J.M. Kenoyer (1991), le nombre restreint de perles retrouvées tant sur les hommes que sur les femmes, ainsi que leur emplacement à la taille ou à la gorge, suggère qu’elles étaient portées comme amulettes, sous les vêtements, et non comme objet de prestige ou d’identité statutaire.

23Pour le site de Kalibangan, la collection de perles, visible dans les réserves de Purana Qila (New Delhi), se compose d’une quarantaine de perles (44) comprenant six exemplaires cassés de classiques harappéennes en cornaline, deux perles de moyennes dimensions (longueur comprise entre 3 cm et 7 cm) et 36 perles de petites dimensions (longueur inférieure à 3 cm). Les matériaux travaillés sont variés : cornaline, agate zonée, agate blanche, agate verte veinée de rouge, jaspe, lapis-lazuli.

24Reste le site de Lothal, souvent considéré comme le lieu harappéen, par excellence, de production des perles en calcédoine. Au total, 1 400 perles en calcédoine ont été retrouvées, dont 1 242 en cornaline (Rao, 1979 : 587). La plupart appartiennent à la période A (1 315). Elles ont été retrouvées dans ce qui fut appelé « a bead factory ». Il s’agit d’une cour ouverte entourée de 11 pièces au centre de laquelle s’élève une plateforme. Elle est située non loin de l’« acropolis ». Insérés dans la plateforme, deux pots en terre cuite contenaient des perles : l’un, 582 perles en cornaline, l’autre 212 perles en cornaline, coquillage et stéatite. Des éclats, des ébauches de perle, des perles non perforées attestent que le travail des perles était fait sur place. D’après les décomptes de Rao, 13 classiques harappéennes ont été retrouvées sous forme de produits finis, mais aucune en cours de fabrication. L’illustration de l’une d’entre elles suggère que leur longueur était supérieure à 7 cm.

25Dans le Gujarat, d’autres sites témoignent d’une production de perles comme le site de Nagwada (Hegde, 1983). A Surkotada, une classique harappéenne en cornaline est signalée Joshi, 1990). A Dholavira, c’est également un nombre très restreint de moyennes et grandes perles qui ont été exhumées (Bisht signale dans une note personnelle : « À l’issue d’une campagne de fouilles, nous avons pu voir une vingtaine de perles dont la longueur était, pour toutes, inférieure à 3 cm »).

Combien de perles fabriquèrent les harappéens ?

26Le bilan précédent fait apparaître qu’il est difficile, en l’état actuel des recherches, de fournir une estimation exacte du nombre de perles mises au jour dans l’ensemble du monde harappéen. Par conséquent, nous nous contenterons d’un ordre de grandeur estimé à partir du nombre de perles classiques harappéennes, qui, par leur longueur et leur rareté, ont toujours attiré l’attention des fouilleurs, que ce soit dans l’Indus ou en Mésopotamie où elles ont été également retrouvées (cf. chapitre 9). Rappelons que ces grandes perles se caractérisent principalement par une longueur (entre 8 et 12 cm) et une matière première exceptionnelles (cornaline orange translucide sans zonage). Au total, c’est-à-dire y compris les perles retrouvées dans l’Indus et en Mésopotamie, il semblerait qu’elles n’excèdent pas quelques centaines, moins de 500. Ces perles sont en beaucoup moins grand nombre que les moyennes et petites perles qui, d’après les proportions retrouvées sur l’ensemble des sites, seraient respectivement, grosso modo, 10 fois et 100 fois plus nombreuses. On obtient alors les chiffres suivants : 500 qsl, 5 000 qsm et 50 000 qsp. Nous ne faisons pas d’hypothèse sur la proportion cornaline/calcédoine, manquant par trop d’informations sur ce point-là.

Représentativité

27Quelle est la représentativité des perles retrouvées par rapport à la population parente ? 1 pour 100 ou 1 pour 1 000 ? Nous adopterons ici l’hypothèse du 1 pour 100 pour les cinq raisons suivantes :

  1. Si les perles retrouvées représentaient un pour mille de la population parente, cela signifierait que cette dernière se composerait de 500 000 qsl, 5 millions de qsm et 50 millions de qsp. Comment alors justifier la disparition de ces millions de perles ? En effet, il s’agit d’un matériau qui, d’une part, n’est pas destructible ou recyclable, d’autre part, que l’on retrouve sur les sites d’habitat, et enfin qui, en tant qu’objet de parure, a toujours attiré l’attention soit des fouilleurs, soit des pilleurs de fouilles. Ce dernier élément est important en ce sens qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas, sur le marché mondial, des millions de perles antiques accessibles chez les antiquaires ou les collectionneurs et qui attesteraient, au cours des siècles passés, d’un commerce subséquent à une production massive de perles à l’époque du IIIe millénaire. L’on pourrait objecter qu’il est, en fait, difficile de dater des perles de cornaline dont la morphologie n’a pas tellement évolué au cours des millénaires. Toutefois, rappelons qu’il existe des perles dont la morphologie ou le design ne laisse pas de doute quant à leur date et leur lieu de fabrication. Ce sont, en particulier, les classiques harappéennes ou les fameuses « etched beads » (perles en cornaline présentant un décor blanc obtenu grâce à des solutions alcalines). Celles-ci, spécifiquement, ne se comptent pas par milliers.
  2. Si le nombre de sites fouillés par rapport au nombre de sites identifiés par prospection peut être de l’ordre du un pour mille, en revanche le nombre de grands sites fouillés est bien inférieur, de l’ordre du un pour dix2. Or, ces grands sites, fouillés de manière extensive, n’ont jamais produit beaucoup de perles (ainsi Mohenjo-Daro a été fouillé sur 106 000 m2 ! (Jansen, 1994 : 267.)).
  3. Les grandes classiques harappéennes en cornaline ont fait l’objet de nombreuses imitations en terre cuite (ainsi à Harappa, Mohenjo-Daro, Chanhu-Daro, Nausharo (Jarrige, 1994 : 289)), ce qui laisse supposer que leur nombre était de fait limité, ceci quelles qu’en soient les raisons (problème d’accès symbolique ou physique aux perles en cornaline). En outre, ces grandes perles ont souvent été réutilisées une fois cassées, ce qui argumente également dans le sens d’un nombre restreint de perles disponibles.
  4. Tous les sites fouillés récemment, comme Nausharo, Dholavira ou Harappa, ne modifient pas l’image d’une production limitée de classiques harappéennes. En effet, quelles que soient les techniques de fouilles ou les surfaces excavées, seuls quelques exemplaires ont été retrouvés alors même que, sur un site comme Nausharo, le nombre d’imitations en terre cuite se compte par centaines (Jarrige, 1994 : 289).
  5. Une forte production de perles est à l’origine d’une masse importante de rejets (éclats de calcédoine et ou de cornaline). Celle-ci a été chiffrée à Cambay à partir de données observées et expérimentales. 1 million de qsp produit 11 tonnes de rejets, 1 million de qsm en produit 23 tonnes et 1 million de qsl, 45 tonnes. Si l’on avait produit 50 millions de qsp, 5 millions de qsm et 500 000 qsl, il faudrait s’attendre à retrouver, répartis entre les différents sites harappéens, un total de 687 tonnes de rejets. Or, en dépit d’une absence totale d’évaluation chiffrée des quantités de rejets retrouvés, il semblerait que les grands sites producteurs de perles (par ex. : Lothal) n’ont jamais livré des masses de rejets qui seraient supérieures à une tonne (une tonne représentant environ 25 000 qsl, ou 50 000 qsm ou encore 100 000 qsp).

28Ces différents arguments suggèrent que l’hypothèse du un pour cent est la plus plausible. La production harappéenne se serait élevée à 50 000 qsl, 500 000 qsm et 5 millions de qsp.

A combien s’élevait le nombre d’artisans ?

29Il est généralement admis que la production artisanale dite harappéenne s’est déroulée sur 500 ans environ (2500-2000 av. J.-C.) (Possehl, 1993). La production annuelle, sur l’ensemble des sites harappéens, aurait été alors la suivante : 100 qsl, 1 000 qsm et 10 000 qsp.

30A partir de ces chiffres, le modèle peut désormais calculer le nombre d’artisans mobilisés, annuellement, par catégorie de perles et en fonction du procédé de polissage utilisé. Ne sont pas pris en compte les hommes en charge de l’extraction des galets et de la fabrication des outils qui représentent un nombre insignifiant. Les résultats sont donnés dans les figures 4, 5 et 6. On remarque, dans tous les cas, que le nombre de tailleurs et de perforateurs est très faible : pour les qsl, le nombre de tailleurs est de 0,02 et le nombre de perforateurs, de 0,01 ; pour les qsm, ce nombre s’élève respectivement à 0,07 et 0,05 et pour les qsp à 0,4 et 0,3. Ces chiffres signifient, pour cette production-là, que les artisans ne consacrent qu’une partie de leur temps à ces tâches, le calcul ayant été opéré sur la base d’un plein temps (6 heures par jour, 26 jours par mois, 10 mois par an). Le nombre d’abraseurs-polisseurs est nettement plus élevé. Ainsi, l’apl manuel mobilise 13 artisans pour les qsp.

31Considérons maintenant que le même artisan exécutait l’ensemble des tâches, de l’extraction au lustrage. D’après les calculs du modèle, le nombre d’artisans impliqués dans la production annuelle des perles en calcédoine harappéennes, avec apl manuel, s’élevait à 16 (fig. 7) ; avec apl à archet, à 8,5 ; et avec apl mixte, à 2.

32Le fait que les techniques de taille et de perforation aient pu être moins rapides que celles de Cambay ne modifie pas notablement ces nombres. En effet, prenons les figures 4, 5 et 6 : il faut moins d’un tailleur et d’un perforateur pour une production annuelle de 10 000 qsp ou 1 000 qsm ou 100 qsl. Pour des techniques de taille et de perforation qui seraient dix fois plus lentes, le nombre total d’artisans impliqués dans la fabrication annuelle de perles ne serait donc pas modifié significativement.

33Pour les mêmes raisons, supposer que la production annuelle ait été concentrée sur quelques semaines par an, au lieu de 10 mois, ne changerait pas vraiment les hypothèses précédentes, à savoir qu’à l’échelle du monde harappéen, le nombre d’artisans impliqués dans la fabrication des perles de cornaline était faible.

FIG. 4. Nombre d’hommes par poste de travail pour laproduction annuelle, avec apl manuel, de 10 000 qsp, 1 000 qsm et 100 qsl. – Number of individuals per post for the annual production, with manual gps, of 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)

FIG. 5. Nombre d’hommes par poste de travail pour laproduction annuelle, avec apl à archet, de 10 000 qsp, 1 000 qsm et 100 qsl. – Number of individuals per post for the annual production, with gps propelled by a bow, of 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)

FIG. 6. Nombre d’hommes par poste de travail pour laproduction annuelle, avec apl mixte, de 10 000 qsp, 1 000 qsm et 100 qsl. – Number of individuals per post for the annual production, with mixed gps, of 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)

FIG. 7. Nombre d’artisans, toutes tâches confondues, impliqués dans la production annuelle, avec apl manuel, de 10 000 qsp, 10 000 qsm et 100 qsl. – Number of craftsmen, all tasks included, involved in the annual production of with manual gps, 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)

34Les chiffres de production proposés précédemment peuvent faire l’objet d’autres calculs. En effet, la production harappéenne, telle que nous l’avons quantifiée, a pu se dérouler sur 100 ans seulement et non sur 500, soit une production annuelle qui serait 5 fois plus importante. Celle-ci serait donc de 50 000 qsp, 5 000 qsm et 500 qsl. Le résultat reste alors remarquable : avec le procédé de polissage manuel, c’est-à-dire le procédé le plus long, le nombre d’artisans impliqués à plein temps dans la fabrication des perles en calcédoine, toutes tâches confondues, s’élève à 80. Ces 80 artisans sont à répartir entre l’ensemble des différents sites harappéens producteurs des perles. D’où il ressort à nouveau l’image d’un nombre extrêmement limité d’artisans par site (par ex. : 40 sites où exercent 2 artisans sachant que, par ailleurs, G. Possehl (1990 : 270) a recensé 976 sites appartenant à la phase urbaine harappéenne).

Comment les artisans se répartissaient-ils la production ?

35D’après les données archéologiques, un certain nombre de sites présentent des traces de fabrication locale de perles (par ex. Lothal, Mohenjo-Daro, Chanhu-Daro, Harappa, Dholavira, Nagwada). Ce sont généralement des perles de petites ou moyennes dimensions, sauf à Chanhu-Daro où des préformes de perles classiques harappéennes ont été retrouvées.

36Le référentiel construit précédemment sur les habiletés impliquées dans la taille (cf. chapitre 5) distingue deux catégories de perles : les grandes d’une part, les moyennes et les petites d’autre part. La fabrication des premières suppose que l’artisan ait développé des habiletés complexes et longues à acquérir, comparativement aux habiletés impliquées dans la fabrication des secondes. Cette distinction renvoie, pour le monde harappéen, à une distinction entre deux catégories d’artisans : ceux qui ont développé des habiletés pour tailler des perles de petites et moyennes dimensions et ceux qui ont développé des habiletés pour tailler les classiques harappéennes. En effet, on ne peut appliquer, en l’occurrence, l’adage « qui peut le plus, peut le moins » et supposer que chaque tailleur de perles était en mesure de tailler petites et grandes perles. D’une part, les données contextuelles révèlent que la taille des classiques harappéennes est attestée à Chanhu-Daro seulement. D’autre part, le nombre restreint de ce type de perle suggère une faible production. Celle-ci ne pouvait être dès lors entre les mains de tous les tailleurs puisque l’acquisition des habiletés impliquées dans la taille des grandes perles suppose une pratique suffisamment fréquente et donc une production suffisamment importante à l’échelle d’un individu. D’où l’hypothèse plausible selon laquelle seuls quelques artisans, les plus compétents, étaient en mesure de tailler et taillaient les classiques harappéennes. Le caractère rare de la matière première vient à l’appui de cette hypothèse (les galets qui permettent de tailler des pièces de 12 cm de long sont, par nature, exceptionnels). Car une pièce rare, par essence, ne peut souffrir l’erreur, et donc réclame d’être confiée aux artisans les plus confirmés.

37Supposons alors que l’on ait, à Chanhu-Daro, un artisan spécialisé dans la fabrication des classiques harappéennes et, sur une vingtaine de sites, deux artisans spécialisés dans la fabrication des petites et moyennes perles. Supposons également que ces artisans soient à plein temps, que la majorité de la production des perles en calcédoine ait été limitée à 100 ans (4 générations) et que le procédé d’APL soit manuel. Le résultat est le suivant (par référence aux chiffres donnés dans la figure 7) :

  • l’artisan de Chanhu-Daro aurait produit, toutes tâches confondues, 33 700 qsl (337 × 100 ans) ;
  • les 40 artisans (2 artisans sur 20 sites) spécialisés dans les qsp et qsm auraient produit, toutes tâches confondues, 2 169 000 qsp (723 × 30 artisans × 100 ans) et 476 000 qsm (476 × 10 artisans x 100 ans).

38Ces chiffres sont légèrement inférieurs à ceux que l’on a estimés précédemment pour la production harappéenne (50 000 qsl, 500 000 qsm, 5 millions de qsp). On se rend compte, néanmoins, qu’un faible nombre d’artisans peut produire un nombre très important de perles sur une période limitée de temps. On se rend compte également que l’hypothèse d’un ou deux artisans seulement pour la fabrication des perles classiques harappéennes est très plausible, les données qualitatives et quantitatives convergeant dans la même direction.

Discussion

39L’analyse de production des perles harappéennes a consisté à croiser des hypothèses spéculatives avec des données empiriques. Il s’ensuit les points suivants :

  • Le nombre d’artisans impliqués dans la fabrication des perles en calcédoine était limité.
  • Les grandes perles classiques harappéennes étaient des objets rares du point de vue tant de leur nombre, que de la matière première ou des compétences requises pour les fabriquer. On peut en déduire qu’elles étaient des objets de prestige.
  • Compte tenu du faible nombre de perles classiques harappéennes, des habiletés impliquées dans leur fabrication et d’une répartition différentielle des types de perles fabriqués sur les différents sites, on peut supposer qu’un ou deux artisans étaient en charge de la fabrication des classiques harappéennes, tandis qu’un à deux artisans sur quelques sites fabriquaient les perles de petites et moyennes dimensions.
  • Les artisans devaient travailler de manière intégrée, exécutant l’ensemble de la chaîne technique. En effet, si l’on envisage des solutions de travail désagrégé, les chiffres obtenus sont si faibles qu’ils en deviennent absurdes (moins d’un tailleur, moins d’un perforateur, etc.).
  • Les artisans devaient être polyvalents. En effet, compte tenu du faible nombre de perles produites annuellement, les artisans devaient exécuter d’autres tâches que la seule fabrication de perles en calcédoine. Ces autres tâches pouvaient être, en partie, artisanales : on retrouve souvent, associées aux ateliers de perles, d’autres catégories d’objets (perles et sceaux en stéatite, objets en coquillage, poids...) dont le point commun réside dans les habiletés nécessaires à leur réalisation, qui sont similaires à celles impliquées dans la fabrication des perles en calcédoine (habiletés de taille, de perforation et de polissage). En particulier, les techniques et méthodes de taille utilisées pour la fabrication des poids étaient celles-là mêmes qui étaient utilisées pour la fabrication des perles dont les ébauches étaient de section carrée (Pelegrin, 1994 ; cf. supra, chapitre 2). La polyvalence des artisans ne préjuge en rien, toutefois, de la fréquence avec laquelle ils s’adonnaient aux différentes tâches et il est difficile ici de proposer une hypothèse sur les sources de revenus (accès direct ou indirect aux ressources agricoles).
  • La production des perles harappéennes apparaît si faible qu’on ne peut parler de production commerciale au sens propre du terme. Il faut plutôt envisager une production ad hoc destinée à une demande étonnamment limitée (cultuelle, dignitaires...). Produire pour une élite laisse supposer que les artisans spécialisés dans la taille des perles en calcédoine étaient « assujettis » au sens de Brumfiel et Earle (1987)3. A ce stade, on peut s’interroger sur la notion de classe artisanale telle qu’elle est utilisée dans la reconstruction des sociétés urbaines dites étatiques. A-t-on véritablement affaire à une « classe » dès lors qu’elle est composée d’une ou deux unités productives par site ? Est-il raisonnable d’envisager, pour cette « classe-là », un rôle dans la formation de l’État ? En effet, ce rôle est inféré d’un problème de redistribution des biens et de contrôle de cette redistribution. Or, nous sommes dans un cas de figure où la production est faite apparemment de manière ad hoc, et donc sans problème à proprement parler de redistribution ou de contrôle de la production à s’approprier. Il semble, en fait, plus plausible d’envisager une production qui se développe en relation avec le pouvoir installé.
  • Les classiques harappéennes sont apparues pendant la seconde moitié du IIIe millénaire avant J.-C. Si les méthodes et techniques de taille étaient celles-là mêmes qui étaient employées dans les périodes antérieures, il n’en reste pas moins que ces perles marquent une innovation technologique : les habiletés développées pour les fabriquer sont nouvelles comparées aux habiletés développées, à l’époque pré-harappéenne, pour la taille des petites perles (cf. chapitre 5). Quelle demande put être alors assez forte et, néanmoins, limitée pour qu’un ou deux artisans développent les habiletés nécessaires à la fabrication de ces pièces exceptionnelles ? Si l’on se réfère à la Mésopotamie, les perles rares, tant par la matière première que le travail du lapidaire, étaient destinées soit à des divinités, soit à des rois (André-Salvini, 1995). Retrouvées en contexte funéraire ou de temple, leur attribution est connue non seulement par le contexte de trouvaille, mais également par les textes ou les inscriptions qu’elles portent4. Dans le monde harappéen, les classiques harappéennes n’ont jamais été retrouvées en contexte funéraire, mais en contexte d’habitat, d’ateliers ou dans des caches. Elles sont présentes sur de nombreux sites, y compris sur des petits sites comme Allahdino ou Chanhu-Daro. Enfin, elles ont été imitées en terre cuite sur l’ensemble des sites. D’où l’on supposera que les classiques harappéennes étaient destinées à des divinités et non à des rois, hypothèse qui met en cohérence les observations contextuelles précédentes. En effet, d’une part ceci explique qu’elles soient absentes des tombes et présentes sur l’ensemble des sites, la vénération de divinités pouvant avoir lieu indépendamment de leur taille ou encore de leur position politico-régionale. D’autre part, on peut supposer que les perles en terre cuite étaient destinées à remplacer les originales lors de circonstances particulières, par exemple lors d’une présentation des dieux au public (si l’on prend pour exemple certaines pratiques liées à la sortie annuelle de dieux hindous hors du temple pour laquelle on ne sort pas les statues d’origine mais des effigies). Cela expliquerait qu’on les retrouve en grand nombre, y compris sur les sites où sont fabriquées les « originales » en cornaline (par ex. : Chanhu-Daro). L’hypothèse d’une destination divine est applicable à d’autres formes de perles, également exceptionnelles et faisant l’objet d’imitations en terre cuite.
  • Si les classiques harappéennes étaient destinées à des divinités, alors elles signalent, pour la période harappéenne, l’hégémonie de divinités pour lesquelles l’un des attributs était commun. De ce point de vue, on peut supposer que des particularismes cultuels auraient été transcendés sur une aire géographique considérable, ce qui pourrait caractériser la civilisation harappéenne et expliquer une certaine uniformisation des plans d’urbanisme et de certains traits de la culture matérielle dont on peut supposer qu’ils sont directement liés au système dominant. La mise en place d’un nouveau culte participerait ainsi aux mécanismes à l’origine d’une forme d’organisation étatique, le nouveau système cultuel engendrant un nouveau système techno-économique. En d’autres termes, la naissance de l’État pourrait être la conséquence d’une évolution cultuelle. Nous rejoignons ici les hypothèses faites par G. Possehl (1990) d’après lequel une forme d’idéologie pourrait avoir joué un rôle essentiel dans les changements rapides observés entre la période pré-harappéenne et harappéenne. Ces changements qui portèrent sur des domaines techniques variés (architecture, céramique, système de poids et mesures, parures, sceaux, écriture) se répandirent en un peu plus de cent ans sur une aire de 800 000 km2 environ. Ils pourraient avoir résulté d’évolutions institutionnelles induites par la nouvelle idéologie.

40Des analyses technologiques fines des différents aspects de la culture matérielle et un plus grand nombre de référentiels sur les phénomènes de changement devraient permettre, dans le futur, d’étudier ces hypothèses, éventuellement de démontrer que le développement du techno-système harappéen, dans son ensemble, est effectivement directement lié à la mise en place d’une idéologie macro-régionale.

Conclusion

41Notre but était de reconstituer le techno-système lié à la production des perles harappéennes.

42Notre étude a consisté à utiliser un techno-système actuel, celui de Cambay, pour mettre en place une procédure descriptive destinée à l’analyse du techno-système harappéen, indépendamment de tout préjugé théorique. La méthode employée, ou analyse d’activités, permet de dépasser l’analyse des opérations techniques élémentaires et de proposer une évaluation quantitative portant sur l’ensemble de la chaîne technique. Cette évaluation permet, à son tour, de définir un nombre total d’artisans, toutes tâches confondues, pour la production d’un certain nombre d’objets. A partir de ce nombre, le techno-système peut être reconstruit. Les calculs effectués sur le matériel archéologique sont basés à la fois sur les données de Cambay et sur des facteurs, à l’évidence, incertains (durée de production, représentativité des perles retrouvées, etc.). Les chiffres proposés ont, par conséquent, un caractère « provisoire » et seront à moduler, dans le futur, en fonction d’éventuelles découvertes. Ils présentent, néanmoins, l’avantage d’être explicitement contrôlables et réfutables.

43Parmi les points forts qui sont ressortis de la reconstruction du techno-système des perles en calcédoine à Cambay, nous retiendrons, en particulier, qu’à partir du moment où un artisanat est spécialisé, il produit un nombre important d’objets. De ce point de vue, la notion de « mass production » si souvent utilisée dans la littérature archéologique qui traite du IIIe millénaire doit être sérieusement reconsidérée. Ensuite, l’étude du techno-système harappéen révèle que le développement d’habiletés spécifiques et des productions artisanales qui s’ensuivent apparaissent, en l’occurrence, la conséquence d’un pouvoir organisé et non son origine, ce qui permet de poser en de nouveaux termes les questions sur les rapports production/État. Enfin, l’analyse technoéconomique des perles montre qu’il est possible de restituer leur « valeur » et leur destination sans a priori anthropologique. Cette restitution n’est pas anecdotique. Elle permet d’aborder l’étude des facteurs qui ont participé à la formation de la civilisation harappéenne. Ceux-ci pourraient appartenir au domaine du cultuel. Ces dernières hypothèses présentent un caractère spéculatif. Mais leur plausibilité repose sur la mise en cohérence de données empiriques significatives dont il doit être possible, à l’avenir, d’augmenter le corpus.

Notes

1 Chapitre 8, B. Barthélemy de Saizieu en donne la définition suivante : « Son profil s’apparente à celui d’une courbe conchoïde de Nicomède. La forme qui en résulte correspond à une surface de révolution engendrée par le déplacement d’une telle courbe parallèlement à son axe suivant un cercle directeur. »

2 Les plus grands sites harappéens, identifiés comme tels, sont au nombre de 7 : Mohenjo-Daro, Harappa, Judeirjo-Daro (Sind), Lurewala Ther et Ganweriwala Ther (Cholistan), Rakhigarhi (Haryana), Kalibangan (Rajasthan).

3 Définition des attached specialists par Brumfiel et Earle, 1987 : 5 : « Attached specialists produce goods or provide services to a patron, typically either a social elite or a governing institution. »

4 Ainsi, la perle vouée à la déesse Ningal par le roi d’Ur Shulgi (Suse) ou la perle vouée à la déesse Damkina par Sargon II (Assyrie).

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Sites archéologiques de la période harappéenne. – Archaeological sites of the Harappan period
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Légende FIG. 2. Comparaison du nombre d’hommes par poste de travail pour la production annuelle de qsm exécutée, au total, par 1 000 hommes, selon trois formes d’apl. – Comparison of the number of individuals per post for the annual production of qsm (superior quality medium size bead), executed by a total of 1,000 individuals, by three forms of gps (grinding-polishing-shining)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 3. Nombre de perles produites, par an, par artisan, toutes tâches confondues. Les perles sont réparties selon le type de perle et le procédé d’apl. – Number of beads produced per year, per craftsman, all tasks included. The beads are distributed according to bead type and gps procedure
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 4. Nombre d’hommes par poste de travail pour laproduction annuelle, avec apl manuel, de 10 000 qsp, 1 000 qsm et 100 qsl. – Number of individuals per post for the annual production, with manual gps, of 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 5. Nombre d’hommes par poste de travail pour laproduction annuelle, avec apl à archet, de 10 000 qsp, 1 000 qsm et 100 qsl. – Number of individuals per post for the annual production, with gps propelled by a bow, of 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 6. Nombre d’hommes par poste de travail pour laproduction annuelle, avec apl mixte, de 10 000 qsp, 1 000 qsm et 100 qsl. – Number of individuals per post for the annual production, with mixed gps, of 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 7. Nombre d’artisans, toutes tâches confondues, impliqués dans la production annuelle, avec apl manuel, de 10 000 qsp, 10 000 qsm et 100 qsl. – Number of craftsmen, all tasks included, involved in the annual production of with manual gps, 10,000 qsp (small beads), 1,000 qsm (medium beads), and 100 qsl (large beads)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable