Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

1. Contexte historique et ethnographique

Valentine Roux

Texte intégral

La ville de Cambay (Khambhat)

  • 1 Dans l’ensemble de l’ouvrage, il sera question de Cambay et non de Khambhat essentiellement pour d (...)
  • 2 Parmi les produits exportés vers la côte arabique et les ports de la mer Rouge, on peut noter du t (...)

1Cambay, ainsi nommée avant l’indépendance de l’Inde et connue depuis sous le nom de Khambhat1, est une ville du Gujarat située à l’embouchure de la rivière Mahi, à la pointe nord-est du golfe de Cambay (fig. 1). D’après V.A. Janaki (1980), sa position privilégiée laisse supposer qu’elle fut fondée dès la haute Antiquité. Tout au long de son histoire, elle assura non seulement un débouché sur la mer aux différentes provinces avoisinantes, mais également une communication entre l’intérieur des terres et le Saurashtra. Son port en fit une ville prospère, souvent convoitée, dont l’apogée économique, marqué par un commerce international des produits les plus divers2, se situe entre le XIe et le XVIe siècle (fig. 2). A partir du XVIe siècle, les activités portuaires de Cambay commencèrent à décliner en raison d’un alluvionnement progressif du golfe et d’un déplacement constant des sables rendant de plus en plus difficile la navigation. D’autres ports prirent temporairement la relève, ceux de Diu et Surat en particulier, situés également dans le golfe de Cambay. De nos jours, aucun d’entre eux n’est plus en activité. Le golfe est en grande partie asséché. L’ancienne porte de Cambay, qui marquait l’entrée de la ville côté mer, fait désormais face à un no man’s land, lieu de promenade privilégié des habitants dont le plus grand plaisir est d’apercevoir, à l’horizon, par marée haute, le scintillement lointain de la mer.

2Un texte de Balkrishna (1924 : 30-40, cité dans Trivedi, 1964 : 53) permet de saisir l’importance passée de Cambay avant que ne commence son déclin :

Cambay avait été surnommée « Le Caire indien ». Dans la terminologie moderne, il est plus approprié de la nommer « la Manchester indienne » car elle est le centre du commerce au Gujarat, le Lancashire de l’Inde. Depuis l’époque de Ptolémée, tous les voyageurs ont attesté de sa grande richesse, de sa magnificence et de son commerce florissant. Cette ville portuaire étant l’une des plus riches parmi les villes côtières indiennes, les marchands y venaient du monde entier. Elle était le berceau et le foyer du meilleur des ressources indiennes. L’artisanat exercé par ses habitants – le tissage et la teinture, la broderie tout comme les curieux ouvrages d’art faits de bois, de métal, d’ivoire, d’ambre, de corne de morse ainsi que de toutes sortes de pierres – était l’une des merveilles du monde. On y travaillait la soie et le coton, on y distillait les parfums, on y sculptait d’innombrables objets de bois, d’ivoire, des bois de lit multicolores. On y taillait des objets d’art en corail ainsi qu’en agate, en cornaline, en onyx et bien d’autres pierres précieuses. Coussins délicats, vêtements surpiqués, baldaquins délicatement ouvragés, peintures splendides, boucliers faits d’une carapace de tortue « comme façonnés et incrustés par l’homme », sceaux superbes, bagues, boutons, manches de couteau, perles de pierre d’un blanc laiteux, tous ces chefs-d’œuvre étaient vendus dans le monde entier. (Traduit de l’anglais par Françoise Kahn.)

3En 1990, Cambay compte une population de près de 80 000 habitants (elle en comptait 50 000 en 1960), composée d’Hindous, de Jaïns et de Musulmans. Désormais, l’économie de cette petite ville repose essentiellement sur le commerce et l’industrie artisanale, dont le textile et les pierres précieuses et semi-précieuses. L’économie de Cambay est florissante, en dépit de sa faible croissance liée à un phénomène endémique d’exode vers des villes plus importantes comme Baroda, Ahmedabad ou Bombay. En outre, Cambay se trouve à l’écart des réseaux ferroviaires. Seul un réseau routier, au demeurant de médiocre qualité, assure la liaison avec Ahmedabad et Baroda. Cette situation date du milieu du XIXe siècle, époque à laquelle fut construit le chemin de fer reliant Ahmedabad à Bombay selon un tracé qui laissait à l’écart les villes côtières.

FIG. 1. Situation géographique de Cambay (Khambhat) (éch. : 1/30 M). – Geographic location of Cambay (scale : 1/30 M)

4La fabrication de perles en cornaline et agate dans la région de Cambay est très ancienne. Les sources archéologiques la font remonter à l’époque harappéenne (2500-2000 av. J.-C.) avec le fameux site de Lothal (Rao, 1979), situé à 80 km environ de Cambay. Il y fut découvert quantité de perles en cornaline et en agate de diverses variétés. En outre, le site de Nagara, localisé à 7 km de Cambay, témoigne d’une production ininterrompue de perles d’agate et de cornaline de 500 avant J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle après J.-C. (Mehta, 1968). Toutefois, contrairement aux sources archéologiques, les sources écrites ne mentionnent l’existence, à Cambay, d’une industrie de pierres semi-précieuses qu’à partir du XVIIe siècle. En effet, les voyageurs arabes des Xe et XIe siècles qui passent par le Gujarat ne mentionnent aucune industrie de la calcédoine.

FIG. 2. Exportations à partir de Cambay pendant le XVIe siècle (d’après Janaki, 1980 : 34 – Exportations from Cambay during the 16th century (according to Janaki 1980 :34)

  • 3 Mansel Langworth Dames, the Book of Duarte Barbosa, 1918, Hakluyt Society, Londres.

5De même, Marco Polo, qui visite Cambay (entre 1271 et 1290, dates de son séjour en Inde), n’en souffle mot, précisant, en fait, que Cambay était surtout connu pour le travail des peaux et du cuir. Il faut attendre le XVIe siècle pour qu’un voyageur portugais, Barbosa (1514)3, signale que les pierres sont travaillées dans la région de Jhagadia (Limodra), puis apportées aux marchands de Cambay pour exportation en direction du golfe Persique, de la mer Rouge et de l’Afrique de l’Est. En 1651, le voyageur Tavernier atteste d’un travail de la pierre à Cambay même. La prospérité du port aurait entraîné l’installation en ville d’une partie de l’industrie lapidaire (Trivedi, 1964). Toutefois, cette installation ne devait être que partielle. En effet, des textes indiquent, par ailleurs, l’existence d’une industrie importante établie près des mines de Ratanpur et exportée à partir de Bharuch (anciennement Broach) ou Bombay, cela jusqu’au XIXe siècle. Un voyageur français décrit ainsi l’activité de Ratanpur :

Sur la rive opposée de la Nerbouda commence une couche de sable fin, très fatigante pour nos chevaux, et couvrant le pays jusqu’au village de Minawara, à 10 km de là. A mesure que nous avançons, le sol se parsème d’une quantité d’agates, de couleur et de dimensions variées, dont le nombre va en augmentant ; auprès de Ratanpur, la terre en est littéralement couverte. Les mines, à quelques kilomètres de cette ville, s’étendent au bas d’une colline peu élevée. D’innombrables galeries traversent une couche épaisse de glaise ou de terre à poterie, dans laquelle sont incrustées les cornalines et les agates. Des milliers d’ouvriers y sont occupés. Τransportées près de la ville, ces pierres précieuses sont étalées dans les champs et exposées au soleil. On les y laisse huit à dix mois, afin que leur couleur augmente d’intensité. Ensuite elles sont recueillies et cuites dans des pots de terre sur un feu de fiente de brebis ; les autres combustibles, paraîtrait-il, ne valent rien pour cette préparation. Les cornalines changent alors leur couleur noire naturelle pour une teinte rouge vif. Le village renferme plusieurs établissements où ces pierres sont travaillées en boules, pendants et autres objets, que l’on exporte ensuite en Afrique et en Arabie. Ces mines sont restées sous la direction exclusive des indigènes ; les machines et les méthodes qu’on y emploie prouvent que les Hindous sont plus laborieux et plus entreprenants qu’on ne veut bien l’admettre d’ordinaire. (Rousselet, 1877 : 100.)

6A l’heure actuelle, Ratanpur, situé à environ 200 km au sud de Cambay, à mi-chemin entre Cambay et Bombay et à proximité de Surat, n’est plus qu’un lieu d’extraction des agates et des cornalines. L’ensemble de la chaîne de production est concentrée à Cambay. Elle occupe plus de deux mille personnes qui fabriquent chaque année jusqu’à vingt millions de perles.

7Toutefois, cette industrie est en perte de vitesse. La cornaline et l’agate sont moins recherchées et la main-d’œuvre se détourne vers l’industrie des pierres précieuses, plus récente, mais très active. Le façonnage par polissage des pierres précieuses s’apprend rapidement (moins d’une année) et les salaires sont plus élevés que ceux des tailleurs de pierres dures. La jeune génération, naturellement attirée par ce nouveau secteur, envisage avec réticence un investissement dans le travail des pierres semi-précieuses, plus coûteux en temps d’apprentissage, moins rémunérateur et plus dangereux pour la santé (risque de silicose pour les abraseurs).

Les roches dures travaillées à Cambay : provenance et caractéristiques

8La cornaline et l’agate sont les deux roches travaillées traditionnellement à Cambay. Elles appartiennent au groupe de la calcédoine, terme générique pour décrire des variétés de quartz microcristallisés (Schubnel, 1987).

9En fonction de la couleur, on distingue plusieurs variétés de calcédoine dont la cornaline à l’aspect rouge-orangé. A l’origine, la cornaline peut être jaune. Un traitement thermique permet de la transformer en rouge-orangé, donné par l’oxyde de fer, présent sous forme d’hématite et de limonite (Gonthier & Skrok, 1988). La cornaline doit son nom à sa couleur, qui rappelle celle de la cornouille, fruit du cornouiller (Schumann, 1994).

10Le nom d’agate s’applique à des ensembles de calcédoines fibreuses finement zonées et diversement colorées (deux à quatre couleurs différentes). « Le terme agate s’applique aussi à des calcédoines comportant des inclusions plus ou moins dendritiques (agate mousse, agate luborescente) » (Bouquillon & Poirot, 1995 : 35).

11Agate et cornaline présentent une dureté de 6 1/2 à 7 sur l’échelle de Mohs.

12A Cambay, les diverses variétés d’agate travaillées sont les suivantes : l’agate rubanée, l’agate non rubanée (verte, jaune blanchâtre), l’agate grise fumée, éventuellement veinée de noir, l’agate verte veinée de blanc (connue sous le nom d’agate mousse) ou blanche veinée de vert, l’agate blanche.

  • 4 Un autre gisement important existait, celui d’Idar-Oberstein en Allemagne. Il s’épuisa au début du (...)
  • 5 Les nodules de calcédoine se sont formés par précipitation de gel de silice amorphe dans les vacuo (...)

13De nos jours, le principal gisement de nodules d’agates et de cornalines, en Inde, est situé dans les terrasses de la Narmada, à Ratanpur (dist. Bharuch, Gujarat), à 200 km au sud de Cambay. Ce gisement est exceptionnel, car l’un des rares au monde à présenter des nodules de taille importante permettant la fabrication de grandes pièces (exception faite des gisements, découverts en 1827, du Brésil et de l’Uruguay4). Les nodules viennent des traps basaltiques du Deccan, énormes empilements de coulées basaltiques formés à la fin du Crétacé5. Détachés par l’érosion, puis charriés par les rivières, on les trouve en position secondaire dans les terrasses. Les plus anciens contiennent les plus gros galets. Leur rareté géologique en fait des marqueurs remarquables pour l’étude des provenances des cornalines archéologiques (voir chapitre 9).

14Tant pour l’agate que pour la cornaline, l’exploitation des sources de matières premières a très certainement changé au cours des siècles. En effet, si l’on se réfère à l’ouvrage de R.K. Trivedi (1964 : 10), d’autres sources étaient exploitées au début du XXe siècle. Dans le seul Gujarat, elles étaient localisées dans le Saurashtra, le Nord-Est du Kathiawar et le Rann of Kutch, régions les plus à l’ouest où affleurent les traps basaltiques du Deccan. Ces différentes sources produisaient des agates ou cornalines extrêmement recherchées comme celles de Ranpur (district d’Ahmedabad). Leur exploitation pouvait être aussi intensive qu’à Ratanpur, avec creusements de galeries. Ainsi, ce même mode d’exploitation se retrouvait à Mardak Beyt dans le Little Rann of Kutch (Trivedi, 1964 : 10). A l’extérieur du Gujarat, les sources étaient localisées dans le Madhya Pradesh et le Maharashtra, régions du Deccan (fig. 3).

FIG. 3. Sources des agates et cornalines exploitées au milieu du XXe siècle d’après Trivedi, 1964 : 10) – Agate and carnelian sources exploited during the middle of the 20th century (according to Trivedi 1964)

FIG. 4. Sources des matières premières travaillées à Cambay pendant les années 1980-1990. – Sources of raw materials worked at Cambay from 1980-1990

15Depuis quelques années, la mode des colliers fantaisie a conduit les ateliers de Cambay à diversifier la matière première travaillée. On taille désormais des jaspes, roches siliceuses opaques, de couleurs variées : verte, verte veinée de rouge (ou de violet, de jaune), noire, jaune, rouge foncé, marron. On taille également des minéraux de la famille des quartz : quartz rose, améthyste (quartz de couleur violette), cristal de roche (variété de quartz incolore, transparent), aventurine (quartz contenant des inclusions de micas). Toutes ces matières premières proviennent de différentes régions du Sud de l’Inde, excepté pour quelques-unes comme les jaspes qui peuvent venir de Ratanpur (fig. 4).

16En 1990, les matières premières les plus demandées, à Cambay, sont par ordre décroissant : la cornaline, l’agate rubanée, l’agate non rubanée, l’agate grise veinée de noir, l’agate verte veinée de couleurs, puis l’aventurine, l’améthyste, les jaspes, et enfin les autres calcédoines. Les lieux de provenance sont indiqués à la figure 4. Avant les années cinquante, la cornaline et l’agate rubanée représentaient l’essentiel de la matière première travaillée.

Le commerce des perles d’agate et de cornaline

17L’histoire du commerce de la cornaline et de l’agate, à partir de l’Inde, est très ancienne. Comme nous le verrons dans le chapitre 9 (M.-L. Inizan), elle remonte à l’époque harappéenne et témoigne de relations entre l’Asie Mineure et l’Indus.

18Pour la période antique, des textes grecs et romains font explicitement référence à la cornaline indienne. Hérodote (484 av. J.-C.) et Ptolémée mentionnent un commerce de sardoine et d’onyx à partir de l’Inde tandis que Pline (77 après J.-C.) décrit les qualités thérapeutiques et protectrices des agates indiennes. L’auteur du Péryple d’Érythrée (88 après J.-C. ?) relate, quant à lui, que les agates et les cornalines portées à Rome sont embarquées à partir du port de Broach (Bharuch) et que l’exploitation des galets est faite dans le Deccan, à Plithana (peut-être Paithan sur la rivière Godavari) et dans le Malwa à Ujjain (Francis, 1982).

19Du début de l’ère chrétienne et jusqu’au XVe siècle, le commerce de l’agate et de la cornaline, à partir du Gujarat, n’est mentionné que dans le cadre des activités d’un port situé près de Bhavnagar (Gazetteer of Bombay Presidency, 1884, vol. VI, part I, p. 78). Cependant, l’extrait d’un texte de « Wilson’s Mackensie Collection (I.c.11) », cité dans le Gazetteer of Bombay Presidency, indiquerait qu’au VIIIe siècle, le Gujarat était connu pour ses agates au point d’être appelé Akikshetra (pays de l’agate).

20Au XVe siècle, un voyageur russe, Athanase Nikitine (1468-1474), fait à nouveau mention de la production d’agate et de cornaline dans le Deccan, et de sa diffusion dans le monde entier à partir du port de Bharuch (Broach). Au XVIe siècle, d’après le livre du voyageur Barbosa, les agates et les cornalines étaient taillées près des mines d’extraction de Ratanpur (à l’embouchure de la Narmada) et diffusées à partir de Cambay. Les exportations de pierres semi-précieuses vers l’Arabie et l’Afrique croissaient d’autant qu’à l’époque, Cambay était l’un des principaux lieux d’embarquement des pèlerins pour La Mecque. Ceux-ci passaient la porte qui marquait l’entrée de la ville, la « Meccai gate », chargés de perles d’agate et de cornaline dont la valeur apotropaïque, pour les musulmans, en faisait des biens recherchés.

21Les XVIIe et XVIIIe siècles représentent l’apogée du commerce de l’agate et de la cornaline. Les objets les plus divers sont fabriqués et exportés dans le monde entier (coupes, manches de couteaux, vases, coffrets, assiettes, boîtes, cuillères, figurines, colliers, canons miniatures, jeux d’échecs, etc.). Chaque contrée a ses préférences. Ainsi, les cornalines sont recherchées en Chine et sur les marchés d’Arabie, tandis que les objets décoratifs représentent l’essentiel du marché européen. Le Gazetteer of Bombay Presidency (1884 : 202-203) donne un compte rendu détaillé de ces préférences qui ont cours encore au XIXe siècle :

Les objets décoratifs en agate fabriqués à Cambay se répartissent en trois catégories suivant leur destination : marchés chinois, arabes et européens. Les marchés chinois ne demandent que des objets ornementaux en cornaline. Il y en a de deux sortes : des pierres plates dénommées muglaigu, et des perles rondes appelées dol. En Chine, les pierres plates ovales ou carrées, semblables à des sceaux, sont utilisées pour faire des bracelets portés au-dessus du coude et des ornements de vêtements. Les perles rondes et polies sont enfilées par cinquante en colliers. Les pierres les plus demandées pour les marchés arabes sont les agates de Ranpur, les cornalines de Ratanpur, les yeux-de-chat et les sanguines. Ces pierres sont polies et transformées en anneaux ornementaux, colliers, petits bracelets de poignet et grands bracelets pour le bras. Les colliers sont faits de pierres anguleuses, peludar dol, de perles facettées, gokhrudar dol, de perles taillées en amandes, hadami dol, de perles lancéolées, chamakli dol. On trouve encore des colliers constitués de trois sortes de pierres appelés madalia ou tarit, et des perles rondes et polies montées en chapelets ou en colliers. Il y a également des pierres plates et des anneaux. Pour les marchés européens, les objets d’art les plus demandés sont des modèles réduits de canons avec leur chariot et leur harnachement, des plaques pour confectionner des boîtes et des dessus de tables carrés, des tasses et des saucières, des pièces d’échiquier, des vases, des plumiers, des porte-lettres, des socles d’horloge, des encriers, des manches de couteaux, des règles, des coupe-papier, des porte-plume, des colliers, des bracelets, des broches, des presse-papiers, des crochets à dentelle, des boutons de plastron, des attaches de bretelles, des sceaux ainsi que des pierres brutes polies sur une seule face. (Traduit de l’anglais par Françoise Kahn.)

22Au cours du XIXe siècle, l’industrie des pierres semi-précieuses amorce son déclin. Désormais, les produits finis sont écoulés, à partir de Bombay, par l’intermédiaire de marchands qui continuent d’exporter vers la Chine, l’Afrique, l’Arabie et l’Europe. Une petite partie de la production est vendue directement à des Afghans et des Sindhi qui viennent, à cheval, s’approvisionner à Cambay (Trivedi, 1964).

23Au début du XXe siècle, les objets d’agate sont passés de mode. L’industrie de l’agate et de la cornaline a perdu de son ampleur. Jusque dans les années trente, la production de Cambay, essentiellement constituée de perles en cornaline et agate, est exportée, en grande partie, vers l’Egypte, à destination du Caire où la principale clientèle se compose de Nigérians. Mais, en 1939, tout bascule. Le commerce de la cornaline est en passe de trouver un nouveau souffle. D’après l’histoire locale que nous a contée Shashikant Akikwala, l’un des chefs d’atelier de Cambay, le fils d’un marchand Bohra, originaire de Bombay et installé au Caire, se serait rendu, cette année-là, en Afrique de l’Ouest pour se constituer, au Nigeria, comme agent importateur exclusif de l’un des ateliers de Cambay. C’est le début d’un marché gigantesque qui profitera directement à l’ensemble des artisans de la ville. L’atelier exportateur se charge, dès lors, d’acheter quasiment l’ensemble de la production de Cambay. En 1945, le marché du Ghana vient s’ajouter à celui du Nigeria. Les perles importées par le Ghana sont diffusées sur l’Afrique occidentale française. Plusieurs ateliers se constituent désormais « exportateurs directs ». Ainsi des centaines de milliers de perles sont expédiées chaque année. Cambay compte alors une vingtaine d’ateliers forts chacun de six à dix tailleurs.

24Les exportations répondent à des commandes toujours très précises. En témoigne cette lettre adressée à The Cambay Agate Stones & Jewellery Trading Corporation par la compagnie Darling Agate Stones and Coral, basée au Nigeria :

Toutes les perles que vous avez très bien polies se vendent vite mais il nous est difficile d’écouler environ 437 lots de perles dont les couleurs sont vraiment sans éclat. La couleur de ces 437 lots est vraiment laide. Elles ne sont pas aussi rouges que d’habitude. Nous enverrons celles-ci dans le nord du Nigeria où des paysans pauvres pourront les acheter aux plus bas prix.
Les perles de sanguine les plus demandées au Nigeria sont celles du type appelé « sceb ». Elles sont en général bien rouges et polies à la main si possible. La perle du type « sceb » possède huit facettes, des coins très marqués et des arêtes aiguës. Ces perles de sanguine peuvent constituer 80% de nos importations si vous êtes dans la possibilité de les fabriquer.
La longueur de ces perles sceb peut varier de 27 mm à 36 mm et leur diamètre de 8 mm à 10 mm.
(18 février 1978.) (Traduit de l’anglais par Françoise Kahn.)

25Cette lettre constitue une fin en soi. En effet, il s’agit probablement de l’une des dernières commandes que reçoit Cambay. Une page est tournée. En 1970, le gouvernement nigérian décide de mettre en place un contrôle des changes. Le résultat se solde par des retards énormes de paiements. Les ateliers abandonnent alors les marchés nigérians, devenus peu fiables, comme, vers la fin des années soixante, ils s’étaient désintéressés du marché ghanéen, pour les mêmes raisons.

26L’Arabie Saoudite va succéder au marché africain dans les années soixante-dix et se constituer comme principal intermédiaire pour procurer des perles en cornaline à l’Afrique de l’Est. Ce débouché, amorcé dans les années trente, sera exploité de manière optimale pendant une dizaine d’années. Les perles vendues sont de grandes dimensions et de moins bonne qualité comparées aux perles vendues précédemment en Afrique de l’Ouest. On les vend au kilo. La baisse de qualité est, en partie, due à l’augmentation du coût de fabrication.

27Mais ce qui sauvera l’industrie de la cornaline, et continue à la faire vivre, c’est le développement, dans les années soixante-dix, d’un marché de colliers fantaisie pour le Sud-Est asiatique (Hong-Kong et Singapour) et les pays européens. Nombre d’ateliers se créent pour répondre au nouveau marché avec, à leur tête, d’anciens tailleurs qui, dans une certaine mesure, « font fortune ». Au début des années quatre-vingt-dix, ce marché représente encore la principale production de perles à Cambay.

28A contre-courant des grands marchés qui ont marqué l’industrie de Cambay, on trouve quelques marchés périphériques qui ont eu le mérite de maintenir une production traditionnelle, encore vivante dans les années quatre-vingt-dix.

29Mentionnons ainsi le marché de l’Assam et du Nagaland, développé au début du siècle par l’un des chefs d’atelier de Cambay. En 1990, il s’agit du marché traditionnel par excellence. Les perles de cornaline y sont fabriquées selon les règles de l’art qui ont fait la réputation internationale des artisans de Cambay.

30Vient, ensuite, la production destinée aux Tibétains et achetée par les Népalais. Elle est essentiellement constituée de grandes perles en agate blanche (perles en forme d’ellipsoïdes bitronqués appelées loī), initialement fabriquées pour le Nigeria dans les années cinquante. Ce marché, qui a démarré au début des années quatre-vingt, est actuellement compromis par la rupture des relations entre le Tibet et le Népal.

31Les productions à destination de l’Afghanistan et de l’Iran sont plus anecdotiques, mais de grande qualité. Elles se composent surtout de cabochons.

32Enfin, on signalera des productions exceptionnelles répondant à des demandes ponctuelles comme celle des petits bols en agate mousse ou en agate noire, destinés dans les années quatre-vingt au Japon pour être vendus comme bols à saké. Le marché fut initié à l’origine par une artiste indienne travaillant alors au Japon. Ce type même de commande participe de manière vitale au maintien d’un artisanat de qualité.

Valeur symbolique de l’agate et de la cornaline

33Dès le IIIe millénaire avant J.-C., de la Mésopotamie à l’Indus, l’agate et la cornaline sont prisées et recherchées (Bottéro & Kramer, 1989). Elles sont les pierres précieuses de l’Orient ancien (Caubet, 1999).

  • 6 « Puis mon roi se tourna vers l’Agate, Apostrophant aussi la Calcédoine, la Cornaline, la Lazulite (...)

34Elles font « l’objet d’offrandes aux dieux par les souverains qui souhaitaient s’assurer la bienveillance divine, ou par leurs proches qui espéraient se concilier à la fois la faveur divine et la faveur royale en vouant un objet précieux pour la vie du roi » (André-Salvini, 1995 : 71). La littérature cunéiforme abonde en louanges sur la beauté des pierres (épopée de Gilgamesh), relate des épopées guerrières où celles-ci représentent l’objet du litige (mythe de Lugal-e6), et enfin, rappelle leurs vertus magiques. Car « les pierres forment le fondement solide de l’univers. On leur attribua donc des qualités de protection magiques et une efficacité pour guérir ou soulager les maux, vraisemblablement vérifiées par la pratique » (Schaer, 1996 : 36).

35Illustrant les vertus des pierres « à se concilier les dieux, à éliminer les démons et l’impureté, à obtenir guérisons des maux et bienfaits » (André-Salvini, 1995 : 86), le texte d’un rituel de conjuration contre la déesse-démone Lamashtu, considérée comme responsable des fausses couches et de la mort subite des nouveau-nés, est éloquent :

Des pierres... sur un lien de laine blanche, tu enfiles... un cylindre en agate, des pierres de serpentine, mâle et femelle, à son cou tu places ; tu lies une agate droite autour de sa main droite et une agate gauche autour de sa main gauche, tu les attaches à un fil de laine rouge ; tu attaches à sa ceinture une pierre de turquoise ; une pierre-janibu (multicolore), une pierre de calcédoine à son pied droit, une pierre de cornaline, une pierre de lapis-lazuli à son pied gauche ; ces pierres sur un cordon de laine bleue tu enfiles ; dans des enveloppes de laine rouge tu les enveloppes... (C’est la) ligature (pour préserver) une femme enceinte de rejeter son fruit. (Cité dans André-Salvini, 1995 : 86.)

36Depuis ces temps anciens, les vertus des calcédoines ont traversé inchangées les âges. On les retrouve, tout d’abord, à l’époque antique. Un texte de Pline (77 après J.-C.) affirme que les calcédoines seraient bonnes pour les morsures de scorpion, soulageraient de la soif et amélioreraient la vue.

37Mais c’est dans le monde islamique que l’on peut, encore actuellement, mesurer la dimension symbolique, quasi intemporelle, de l’agate et de la cornaline. D’après L.S. Dubin (1995 : 97), citant Kunz (1913 : 64), la notoriété de l’agate viendrait de Muhammad qui possédait une bague-sceau ornée d’une agate. Ou encore « selon une tradition religieuse populaire, de même que l’argent lut, parmi les métaux, le premier à reconnaître Muhammad comme prophète, de même, parmi les minéraux, la cornaline rendit hommage au chantre de l’Islam » (Battesti, 1987 : 40). Les hommes du clergé et les personnes pieuses portent des cornalines dont le pouvoir n’est pas seulement religieux mais également apotropaïque. En effet, d’après une parole du prophète Muhammad, la cornaline possède des vertus bénéfiques : « Celui qui porte une bague en cornaline, connaîtra toujours la faveur divine et la joie » (al-Qazwini, 1983, cité dans Inizan et al., 1992 : 157). Toutes ces qualités auspicieuses et prophylactiques se retrouvent dans un texte d’Abdullah Kashani, de l’an 700 de l’hégire :

C’est un minéral chaud et humide. La cornaline rouge sang est de loin la plus précieuse. Les mines d’où viennent les meilleures pierres sont situées au Yémen. Les cornalines rouges et brunes, blondes et miel, utilisées pour l’ornementation des bijoux protègent celles et ceux qui les portent... Quiconque porte une bague en cornaline est préservé de la colère, de la pneumonie, des entreprises de ses ennemis. La cornaline préserve des hémorragies et des menstrues anormalement longues. La poudre de cornaline obtenue par combustion est utilisée pour masser les gencives, les renforce et blanchit les dents... (Cité dans Battesti, 1987 : 40.)

38Quelle que soit l’origine de la valeur symbolique de l’agate et de la cornaline dans le monde de l’Islam, le fait est qu’elle est toujours vivace. En témoigne, aujourd’hui encore, la fabrication à très grande échelle de chapelets coraniques et de perles en agate et cornaline exportés et vendus à La Mecque, dans les Émirats et beaucoup d’autres pays arabes.

39En Inde, les cornalines sont plus spécifiquement prisées par les tribus Naga, dispersées entre le Nagaland et les autres États du Nord-Est (Manipur, Tripura, Arunachal Pradesh, Assam). Elles sont à la fois témoignages de richesse et du statut social. Elles sont portées en colliers lors de cérémonies. Ces colliers combinent d’autres pierres et d’autres matériaux comme le verre, le métal ou le coquillage (Dubin, 1995). Mais, de nos jours, les Naga achètent de moins en moins de perles et négocient souvent leurs plus belles pièces auprès des antiquaires.

40A Cambay, ville où la cornaline et l’agate sont travaillées, les pierres ne sont pas chargées symboliquement, non plus que les objets eux-mêmes. Ainsi, les pièces à destination cultuelle comme les lingā ou les chapelets coraniques sont indifféremment fabriquées par des musulmans ou des hindous. En contexte artisanal et commercial, ces objets sont avant tout perçus comme des produits monnayables. Les artisans répondent à des commandes, ignorant le plus souvent à quoi serviront les différentes pièces fabriquées. Certaines commandes étonnent même, comme les énormes perles des années soixante-dix à destination de l’Arabie Saoudite et dont la (ou les) fonction(s) reste(nt), à ce jour, inconnue(s). D’autres commandes, qui n’ont pas été écoulées et dont l’usage est également inconnu, sont stockées dans l’espoir qu’elles intéresseront, un jour, de nouveaux acheteurs. Ceux-ci pourront leur attribuer une valeur différente de celle pour laquelle les perles avaient été commandées. Ce fut ainsi le cas des perles en agate blanche qui, commandées par les Nigérians dans un but en l’occurrence ignoré de nous, intéressèrent ensuite la symbolique tibétaine.

La fabrication des perles en roches dures à Cambay

Le processus de fabrication

41Quel que soit le type de perle, le processus de fabrication comprend les étapes suivantes : extraction de la matière première, chauffe, taille, abrasion, perforation, polissage, lustrage (Trivedi, 1964 ; Kenoyer, Vidale & Bhan, 1991 ; Roux & Pelegrin, 1989 ; Roux, 1990, 1995). Ces différentes étapes seront décrites en détail dans les chapitres qui suivent : chapitre 2 pour la taille, chapitre 3 pour les opérations d’abrasion, de polissage et de lustrage et enfin, chapitre 5, pour la description détaillée et mesurée de l’ensemble des techniques. Ne sont indiqués ici que les grands traits techniques qui caractérisent chaque étape et qui permettront d’avoir une vue d’ensemble de l’industrie lapidaire (fig. 5).

FIG. 5. Principales étapes du processus de fabrication des perles en roches dures. – Principal stages of the hard stone bead fabrication process

  1. Les galets d’agate et de cornaline sont extraits des terrasses de la Narmada à Ratanpur (environ à 200 km au sud de Cambay, district de Bharuch, Gujarat) (fig. 6). Sur place, leur qualité est testée à l’aide d’un marteau ou d’une pierre. Le cortex ou encore la gangue du galet est « égratigné » afin de vérifier l’homogénéité et la couleur de la pierre. Puis, les galets sont triés selon leurs dimensions et leur qualité.
  2. Les galets sont, ensuite, transportés en camion jusqu’à Cambay.
  3. Ils sont mis à sécher plusieurs mois sur les terrasses des habitations ou des ateliers (de septembre à mars) pour que l’eau intersticielle (eau labile liée à la porosité) s’évapore.
  4. Un traitement thermique est appliqué à tous les galets d’agate et de cornaline afin de donner au matériau brut, « sec » et fibreux à l’origine, un grain plus fin propre à la taille. Les galets sont mis dans des pots en terre cuite et chauffes dans des fours ouverts. La chauffe est comprise entre 250° et 350° C. Au-delà de ces températures, la pierre se craquelle et éclate.
  5. Des traitements thermiques répétés s’appliquent aux cornalines, calcédoines jaunes à l’état brut qui deviennent rouges à la chauffe. Le nombre de chauffes, qui dépend de la couleur recherchée, peut aller jusqu’à douze.
  6. Une fois refroidis, les galets sont taillés selon une percussion indirecte par contrecoups.
  7. Les perles sont ensuite abrasées sur des meules en carborundum (carbure de silicium artificiel).
  8. Puis, les perles sont perforées à l’aide d’un foret à archet. La pointe abrasive est constituée de deux diamants.
  9. Une fois perforées, les perles, en fonction de leurs formes, sont polies et lustrées selon deux processus, soit dans des tambours en bois rotatifs, soit sur des polissoirs électriques.

Les principaux types de perles fabriquées

  • 7 Les termes vernaculaires sont des termes gujarati dont la translitération est faite à partir d’une (...)

42Les principales formes de perles fabriquées à Cambay dans les années quatre-vingt-dix sont décrites au tableau 1 (voir également le rabat de troisième de couverture). Les cabochons et les petites perles sphéroïdales et prismatiques à section triangulaire (respectivement nagīnā, manī et pasīyā7) présentent des dimensions standard (inférieures à 2,5 cm), tandis que le reste des perles présentent des catégories de dimensions variables selon le marché pour lequel elles ont été fabriquées. Les grandes perles sphériques ou ellipsoïdales (dabkā, bān, lot) sont destinées au marché tibétain, tandis que les perles en forme de pyramide octogonale tronquée ou d’ellipsoïdes allongés facettés (āṭh pahal, chasāī) sont exclusivement destinés à l’Assam et au Nagaland. Les morphologies des perles évoluent avec le temps et la demande. Il semblerait qu’elles étaient plus diversifiées dans les années soixante. Mais certaines formes demeurent inchangées. Elles traversent le temps, comme les perles sphériques ou ellipsoïdales.

FIG. 6. Extraction de la calcédoine à Ratanpur. – Chalcedony extraction at Ratanpur

43Les chasāī, āṭh pahal, bān, dabkā, loī et gol modan peuvent être de qualité dite supérieure ou inférieure. Les autres types de perles de la liste peuvent présenter trois qualités : supérieure, inférieure et « disco » (fig. 7). Ce dernier terme a été introduit localement au début des années quatre-vingt pour désigner des perles de forme irrégulière abrasées en tambour. L’apparition des deux qualités inférieures de perles est un phénomène relativement récent lié à l’augmentation des coûts de fabrication et à la demande pour des colliers de fantaisie.

TABLEAU 1. Description des principaux types de perles fabriquées à Cambay au début des années 1990. –
Description of principal bead types produced at Cambay at the beginning of the 1990s.

Perles

Formes

Longueur

Diamètre
mésial

Largeur des faces

Manī

sphéroïde

0,5 à 1 cm

Nagīnā

Cabochon à base circulaire

0,5 à 1 cm

Pasīyā

Prismatique à section triangulaire

1,5 à 2,5 cm

0,9 à 1,1 cm

Gilodā

ellipsoïde bitronqué

1,5 à 2 cm
2,5 à 3 cm

1,2 à 1,4 cm
1,8 à 2 cm

Modan

parallélépipède

2 à 2,7 cm
2,5 à 3 cm

0,9 à 1,1 cm
1,3 à 1,5 cm

Loī

ellipsoïde bitronqué allongé

2 à 2,7 cm
6 à 10 cm

1,1 à 1,4 cm
2 à 3 cm

Gol modan

cylindrique

2 à 2,7 cm
6 à 10 cm

1,1 à 1,4 cm
2 à 3 cm

Ᾱṭh pahal

pyramide octogonale tronquée

4 à 6 cm

basal : 0,8 à 1,3 cm
apical : 0,6 à 1 cm

Bān

ellipsoïde

3 à 4 cm
7,5 à 10 cm

2,4 à 3 cm
4 à 5 cm

Dabkā

sphéroïde

1 à 3 cm
6 cm

Chasāī

ellipsoïde bitronqué
allongé facetté

6 à 11 cm

1 à 1,5 cm

Voir les illustrations sur le rabat de la troisième de couverture

44Les perles dites de qualité supérieure se caractérisent par la symétrie et la régularité des formes ainsi que par la couleur, la translucidité et l’homogénéité de la pierre.

45Au contraire, les perles dites de qualité inférieure ne sont pas parfaitement régulières et symétriques. La pierre présente des imperfections.

46Quant aux perles appelées « disco », les formes sont irrégulières, proches de celles des galets roulés en rivière. Elles sont fabriquées le plus souvent à partir de déchets de taille.

FIG. 7. Perles de qualités différentes : supérieure (1), inférieure (2), disco (3).
– Beads of different qualities : superior (1), inferior (2), disco (3)

Organisation de la production

47L’organisation de la production à Cambay est complexe. Les différentes étapes de la chaîne de fabrication sont, le plus souvent, éclatées en divers lieux. Leur organisation peut prendre plusieurs formes. Pour en comprendre le fonctionnement, il faut revenir à ce qui constitue le noyau central du système de production, à savoir l’atelier de taille (khārkhānā).

48Ceux-ci sont situés en ville, accessibles à quiconque. De la rue, on peut deviner leur emplacement au bruit incessant des maillets sur la pierre. Lorsque l’on y pénètre, on est surpris tout à la fois par l’activité ininterrompue des tailleurs et l’agitation qui les entoure : chargement, déchargement des fours, tri des déchets, déplacement des sacs de galets, vérification, comptage et stockage des pièces. Car les ateliers de taille sont tout à la fois centres de fabrication, de commerce et de stockage. Ils sont dirigés par un propriétaire (khārkhānedār) qui contrôle tant l’achat de la matière première, l’ensemble de la chaîne de fabrication que les ventes. Selon l’atelier, celui-ci participe également aux différentes tâches, comme la chauffe ou la taille.

49L’achat des pierres, dont l’acheminement est fait par camion, répond à trois modalités. Soit les camions sont envoyés par les exploitants des mines (cas le plus fréquent) et leur chargement vendu sur place aux différents ateliers de la ville ; soit les camions sont affrétés par les propriétaires des ateliers de Cambay (ces derniers commandent une quantité et une qualité de pierre particulières) ; soit les camions sont commandés par un intermédiaire de Khambhat qui stocke les pierres dans des entrepôts et les vend au fur et à mesure de la demande.

  • 8 Au début des années 1990, une roupie est équivalente à 20 centimes.

50Dans l’atelier de taille lui-même, se déroulent les opérations de chauffe, de taille et parfois d’abrasion. Le nombre d’artisans qui y travaillent est variable, entre deux et quinze. En 1990, on compte une douzaine d’ateliers qui emploient plus de dix ouvriers, et une cinquantaine qui emploient entre deux et cinq ouvriers. Dans les plus grands ateliers, on trouve, aux côtés des tailleurs, un à deux ouvriers préposés au travail de la chauffe. Ils assurent le chargement et le déchargement des fours ainsi que la sélection des pièces devant être à nouveau chauffées. Ils ont aussi pour responsabilité de trier les éclats en fonction des dimensions et de la qualité de la matière première, ceux-ci étant, par la suite, réutilisés ou vendus. Les tailleurs sont payés le plus souvent à la pièce ou au kilo, parfois selon un salaire mensuel. En moyenne, leurs revenus mensuels, au début des années quatre-vingt-dix, sont compris entre 450 et 650 roupies8. Les préposés à la chauffe et autres tâches sont payés mensuellement selon un salaire moins élevé (aux alentours de 350 roupies).

51Lorsque l’abrasion, la perforation, le polissage et le lustrage sont réalisés en dehors de l’atelier de taille, cas le plus fréquent, les pièces reviennent à l’atelier après chaque étape technique afin que le propriétaire puisse vérifier la qualité du travail effectué.

52Chaque atelier est spécialisé dans la production d’une qualité de perle, supérieure, inférieure ou « disco », et, parfois même, dans la production d’un seul type de perle (ex. : production exclusive de perles sphériques de dimensions standard). Les plus gros ateliers produisent en majorité des perles de qualité inférieure, de formes variées. La variété des formes est affaire de commandes mensuelles. Différents types de perle sont commandés pour le même mois, à moins que ce ne soit un seul type qui varie d’un mois sur l’autre. Les plus petits ateliers se répartissent entre la production de perles de qualité inférieure et de qualité supérieure. Les premiers sont spécialisés, pour la plupart, dans la production d’un ou deux types de perle. Les seconds sont en nombre limité compte tenu d’une faible demande pour des perles de qualité supérieure. La plupart travaillent exclusivement pour le marché indien traditionnel (Nagaland, Assam).

53La taille des perles peut se faire également en dehors des ateliers. Il s’agit alors :

- soit de tailleurs isolés. Des marchands (vyapārī) leur commandent des pièces qu’ils se chargeront de faire abraser, perforer et polir (dans le cas où le tailleur n’a pas de meule pour abraser ou faire abraser). A moins que ce ne soient les propriétaires des ateliers de taille qui s’adressent à eux pour, ponctuellement, compléter de grosses commandes qu’ils ne peuvent assurer avec les seuls tailleurs de l’atelier. Ces tailleurs isolés sont payés à la pièce selon les mêmes tarifs que les tailleurs de l’atelier ;

- soit d’une population composée en majorité de femmes et d’enfants qui s’adonnent à la taille pendant leur temps libre. Cette situation est récente et s’est développée au début des années quatre-vingt avec l’introduction du système d’abrasion par tambour en bois et la fabrication de petites perles de qualité très inférieure (sur le plan du façonnage), appelées « disco beads ». La production est vendue à la pièce ou au kilo, soit directement aux ateliers, soit à des intermédiaires (dalāl) qui les revendent aux ateliers ou aux marchands, alors que les perles ne sont encore ni abrasées, ni perforées. Une centaine d’artisans travaillent ainsi. Ils appartiennent, en majorité, à la population musulmane de Cambay qui constitue l’une des couches les plus pauvres de la ville.

54Souvent, les tailleurs isolés exécutent, dans leur propre atelier, l’opération d’abrasion. Mais de manière générale, cette opération est réalisée par de petites entreprises situées à l’intérieur ou à l’extérieur de la ville, cas le plus courant depuis la promulgation d’un décret gouvernemental au début des années quatre-vingt selon lequel cette industrie trop polluante devait se déplacer vers la périphérie de la ville. On la trouve désormais principalement à Sakarpur, à 3 km de Cambay. On y compte une soixantaine d’entreprises, essentiellement familiales (hommes et femmes y travaillent), ainsi qu’une dizaine de plus grosses entreprises réparties entre Cambay et Sakarpur. Les abraseurs sont payés à la pièce en fonction des dimensions et de la qualité des perles (ex. : 3 roupies les 100 petites perles sphériques facettées, 1 roupie pièce la chasāī). Le secteur de l’abrasion est, à l’heure actuelle, le plus menacé en raison de la forte incidence de la silicose qui rebute les artisans. Ceux-ci préfèrent dorénavant travailler dans l’industrie du diamant.

55Les opérations de perforation se tiennent également à l’extérieur de la ville, notamment dans le village de Nagara (à 7 km de Cambay). Environ deux cents familles (hommes et enfants) s’adonnent à cette activité, quelques-uns à plein temps, la majorité en complément de leurs activités agricoles. A côté de ces entreprises familiales, qui comprennent les artisans parmi les plus compétents, on trouve deux établissements employant à plein temps une dizaine de perforateurs. Ils sont spécialisés dans la perforation des perles de qualité inférieure. Parmi les localités qui abritent des perforateurs, mentionnons également Katakpur, située à 1 km de Cambay. On y trouve environ vingt-cinq perforateurs qui alternent le travail de la perforation avec celui des champs.

56Les perles sont remises aux perforateurs soit par des intermédiaires qui s’occupent de les répartir entre les différents artisans-perforateurs, soit directement par les ateliers. L’existence d’intermédiaires est un phénomène récent (fin des années soixante-dix) lié à l’explosion du marché des colliers fantaisie. Les perforateurs sont payés à la pièce en fonction de la dimension et de la qualité des perles (ex. : 15 roupies les 100 manī, 60 roupies les 100 āṭh pahal).

57Les opérations de polissage et lustrage en tambour sont faites en ville. 90% des ateliers de taille dépendent de trois grandes entreprises. Une dizaine de petites entreprises suppléent au reste de la demande. Ce sont ces mêmes entreprises auxquelles s’adressent les ateliers « disco » pour faire abraser leurs perles par rotation à sec dans des tambours en bois.

58Parallèlement, on compte une centaine de petites entreprises de polissage et de lustrage sur polissoirs électriques, également installées en ville. Elles emploient entre quatre et cinq personnes, hommes et femmes. En outre, quatre grosses entreprises emploient entre vingt et quarante artisans. 90% de l’ensemble de ces entreprises travaillent au facettage de petites perles sphériques (manī). Les 10% restants travaillent principalement pour les ateliers dont la production traditionnelle comprend des perles allongées facettées du type chasāī, āṭh pahal. Les artisans sont payés à la pièce en fonction de la dimension et de la qualité des perles (ex. : 15 roupies les 100 petites perles facettées, 20 roupies pièce la chasāī).

Organisation professionnelle

  • 9 En Inde, les castes se distinguent non seulement en se séparant, mais également en se hiérarchisan (...)

59Initialement, les différentes catégories professionnelles liées à l’industrie des agates étaient organisées en guildes (Trivedi, 1964). Les musulmans et les Patel (vaisya9) étaient majoritaires au sein de chacune d’entre elles. Un descriptif extrait du Gazetteer of Bombay Presidency donne une idée de l’organisation de ces guildes qui, de manière surprenante, n’était pas régie par le régime des castes, non plus que par une rigidité socioprofessionnelle. En effet, tout travailleur pouvait accéder, moyennant finance, à la plus élevée des guildes, celle des « commerçants d’agate », comme en témoigne le texte ci-après (Trivedi, 1964 : 24).

Dans chaque branche professionnelle de l’artisanat, les chefs de fabriques forment une guilde particulière ou panchayat. Il y a la guilde des abraseurs sur pierre, dolia panchayat, celle des polisseurs, patimar panchayat, la guilde des polisseurs sur meule, ghasia panchayat, et celle des perforateurs, vindhar panchayat. Au-dessus se trouve la guilde des commerçants, akikia panchayat, dans les ateliers desquels se déroule le travail de taille. A la tête de chaque guilde, un dirigeant, élu au vote, préside. Dans ces différents ateliers, aucune association d’ouvriers ne s’est constituée et l’on ne connaît pas de controverse entre ouvriers et patrons. N’importe quel ouvrier habile s’étant de lui-même élevé à la tête d’un atelier peut devenir membre de la guilde correspondante. A son entrée dans la guilde, il se doit d’offrir une fête aux autres membres, dont les frais varient de 175 à 800 roupies. En même temps, il doit s’acquitter envers le Nawab d’un droit de 15 à 100 roupies. De temps en temps, les membres d’une guilde organisent une fête dont les frais sont pris sur les bénéfices communs. Si un ouvrier compétent d’une guilde désire que son fils apprenne le métier, ou si un nouvel artisan est impatient d’y entrer, il invite à dîner le chef d’atelier de la guilde ainsi que les meilleurs ouvriers.
Mis à part le paiement par arrangements d’une taxe restée impayée au Nawab, ces fonds communs issus des bénéfices sembleraient ne servir qu’à la distraction de leurs membres. (Traduit de l’anglais par Françoise Kahn.)

60Aujourd’hui ces guildes n’existent plus. Elles ont, néanmoins, laissé une spécificité unique en Inde. Grâce à elles, les différentes activités professionnelles liées à l’industrie de l’agate sont ouvertes à toutes les catégories de la population, indépendamment du système des castes et des religions. En effet, ni la caste, ni la religion ne déterminent l’activité professionnelle qui, en aucun cas, n’est héréditaire, ceci contrairement aux règles qui régissent le système socioprofessionnel indien. Ainsi, on peut être à l’origine agriculteur, potier, blanchisseur, charpentier... et devenir tailleur, polisseur ou perforateur. Le résultat est une tendance à la diversité de population au sein de chaque activité. Ainsi, les chefs d’ateliers peuvent être musulmans ou hindous, issus de la caste des guerriers (Rajput, (kshātriya)) ou des commerçants (Banya, Patel (vaisya)). Cette diversité de castes se retrouve à l’identique chez les tailleurs, avec toutefois un nombre prééminent de basses castes (Rana, Chunara, Vagri, Kori (sudrā)). Hindous et musulmans peuvent se côtoyer au sein d’un même atelier, en dépit d’une inclination générale à se regrouper par communauté autour de l’appartenance religieuse du chef d’atelier. C’est ainsi que les ateliers situés au sud de la ville, dans les quartiers musulmans, attirent essentiellement des ouvriers musulmans. De même, dans le nord de la ville, en quartier hindou, les ouvriers sont majoritairement hindous. Ce regroupement communal n’exclut pas une mobilité des ouvriers d’un atelier à l’autre, au gré d’ententes personnelles entre l’artisan et le chef d’atelier. Ainsi, nous avons pu constater, au fil des années, que les artisans passaient d’un atelier à l’autre ; artisan hindou passant chez des musulmans et vice versa. Ces mouvements entre ateliers sont fréquents. Ils résultent souvent de querelles personnelles entre chefs d’ateliers et tailleurs pour des motifs généralement liés à des conflits financiers. Chez les abraseurs et les polisseurs, 90% des artisans sont musulmans. Les 10% restants proviennent de castes diverses (Rajput, Patel, Rawal, Rana, Kori...). Chez les perforateurs, la plupart appartiennent à la caste des agriculteurs, à l’exception de quelques-uns, employés par les deux grosses entreprises de Nagara.

61L’absence de relation entre les métiers de l’industrie des pierres semi-précieuses et le système des castes est visible dans le statut des artisans. Celui-ci reste strictement fonction de la caste. Les relations entre tailleurs et autres groupes socio-économiques sont ainsi variées, dépendant de la caste d’origine de l’artisan. La pratique du métier de tailleur de pierre, pour ne citer que celui-là, ne les modifie en rien.

62Retenons également que la population des artisans est, par conséquent, changeante. Non liée à un système socioprofessionnel rigide, elle évolue dans sa composition au cours des ans, en relation avec l’économie même de la ville et les possibilités de travail offertes.

Organisation de la distribution

63A Cambay, la production de perles et objets en pierre dure s’organise autour de quatre grands réseaux de distribution.

64Il est rare qu’un atelier se charge d’exporter lui-même sa production. Il existe, cependant, un atelier qui commerce directement avec l’Afrique et l’Europe depuis les années trente. De même, depuis le début du siècle, un autre exporte exclusivement vers les États de l’Assam et du Nagaland.

65Dans le cas de figure le plus courant, l’atelier vend sa production à des marchands sous forme de produits finis (perforés et lustrés), ou bien parfois, en cours de fabrication (préformes taillées, abrasées ou perforées seulement). Le marchand se charge alors de faire achever la fabrication dans les autres ateliers de la ville. En 1990, on compte à Cambay une trentaine de marchands. La plupart vendent à des intermédiaires qui commercent avec l’étranger ou avec les boutiques des grandes villes indiennes. Quelques-uns vendent, sans intermédiaire, aux boutiques. D’autres encore, toujours sans intermédiaire, exportent directement, principalement en Arabie Saoudite et en Europe. Des marchands peuvent également venir de l’extérieur, principalement de Delhi et de Bombay, pour prendre commande directement auprès des ateliers.

66L’atelier peut aussi vendre sa production à des agents. Ceux-ci jouent le rôle d’intermédiaires avec les marchands. Ils reçoivent entre 1% et 2% de commission sur la vente des produits finis ou des produits en cours de fabrication. Toujours en 1990, on compte une quarantaine d’agents environ. Selon ce système, deux agents dans Cambay achètent la production des enfants et des femmes (manī, nagīnā, pasīyā) qui n’est ni abrasée, ni polie, ni perforée. Ils la revendent aux marchands. L’agent a une commission de 25 à 50 paisa sur 100 perles (en 1990).

67Enfin, dans le dernier cas, l’atelier peut vendre sa production à un autre atelier. C’est ainsi que de nouveaux ateliers ont pu se créer grâce à une « garantie » de vente : un atelier établi garantissait d’acheter la totalité de la production du jeune atelier, sur laquelle il prenait une commission, et dont il assurait ainsi la distribution.

68En guise de conclusion, précisons que les systèmes de production et de distribution sont étroitement liés par les relations qu’entretiennent les différents acteurs. Celles-ci peuvent s’exprimer selon des formes complexes. Ainsi, elles sont, en partie, régies par des relations de clientélisme. Toutefois, ce dernier phénomène ne relève pas d’un clientélisme « traditionnel » du type « jajmani » où les relations patron-client sont dictées par le système des castes. Nous sommes, en l’occurrence, en présence de relations qui ont généralement pour cadre un historique financier (ex. : prêt d’argent à faible taux d’intérêt par un chef d’atelier à des tailleurs qui créent un atelier). Ces relations peuvent lier étroitement des personnes de castes ou d’obédiences religieuses différentes. Mais certaines d’entre elles peuvent aussi s’inscrire dans un réseau lié aux castes ou aux communautés religieuses, rendant ainsi l’organisation socio-économique de Cambay extrêmement complexe et, certainement, très atypique.

Notes

1 Dans l’ensemble de l’ouvrage, il sera question de Cambay et non de Khambhat essentiellement pour des raisons de simplicité de lecture.

2 Parmi les produits exportés vers la côte arabique et les ports de la mer Rouge, on peut noter du tissu et du fil de coton, de la soie, des tapis, des objets incrustés ou en laque, des objets en ivoire, de la noix de coco, du fil d’argent et de soie, des peaux de bœufs et de buffles, des articles en cuir, du verre, de l’indigo, du bois aromatique, des rubis et des diamants, du clou de girofle, de la cannelle, du poivre et du bois de santal. Beaucoup de ces produits venaient d’Extrême-Orient, de Ceylan, des Maldives ou même d’Afrique et étaient réexportés à partir de Cambay (Janaki, 1980)

3 Mansel Langworth Dames, the Book of Duarte Barbosa, 1918, Hakluyt Society, Londres.

4 Un autre gisement important existait, celui d’Idar-Oberstein en Allemagne. Il s’épuisa au début du XIXe siècle.

5 Les nodules de calcédoine se sont formés par précipitation de gel de silice amorphe dans les vacuoles de la roche éruptive, une fois celle-ci solidifiée. L’intérieur de la vacuole peut être rempli entièrement d’une masse d’agate à moins que ne subsiste au centre une cavité appelée géode dans laquelle se formera ultérieurement du quartz blanc (Gonthier & Skrok, 1988).

6 « Puis mon roi se tourna vers l’Agate, Apostrophant aussi la Calcédoine, la Cornaline, la Lazulite, le Jaspe, le Saba, le Hurisu, le Marhali, la Cornaline jaune, l’Œil-de-poisson, le Grenat, l’Anzugulme, la Serpentine. Et, en faveur de ces [...] Ninurta, fils d’Enlil, prononça la bénédiction que voici : “Mâles et femelles, chacun à sa manière, devant moi. Sans reproche vous m’avez soutenu. Spontanément vous m’avez exalté en public ! – Eh bien ! moi, en pleine Assemblée, je vous exalterai ! Dans le Conseil-de-guerre ( ?) Vous avez joué un rôle déterminant en ma faveur ( ?) – Eh bien ! [... ( ?)], vous serez préférés au miel et au vin ! On vous sertira toutes de métal précieux. Et celui qui détient la primauté entre les dieux fera se prosterner devant vous, nez à terre, vos montagnes natales !” » (Extrait du mythe de Lugal-e, Bottéro & Kramer, 1989 : 361.)

7 Les termes vernaculaires sont des termes gujarati dont la translitération est faite à partir d’une transcription nagari.

8 Au début des années 1990, une roupie est équivalente à 20 centimes.

9 En Inde, les castes se distinguent non seulement en se séparant, mais également en se hiérarchisant (Dumont, 1975), sur la base de 4 grandes « classes », les varnā (littéralement « couleur », chaque classe ayant sa couleur symbolique), dont l’ordre descendant est le suivant : bhrāman, kshātriya, vaisya et sudrā. Le dernier varnā se définit comme les serviteurs des trois autres « classes » à qui ils doivent obéissance. A cette structure, il faut rajouter, par le bas, les « intouchables » ou « hors caste » (Biardeau, 1981).

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Situation géographique de Cambay (Khambhat) (éch. : 1/30 M). – Geographic location of Cambay (scale : 1/30 M)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende FIG. 2. Exportations à partir de Cambay pendant le XVIe siècle (d’après Janaki, 1980 : 34 – Exportations from Cambay during the 16th century (according to Janaki 1980 :34)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Légende FIG. 3. Sources des agates et cornalines exploitées au milieu du XXe siècle d’après Trivedi, 1964 : 10) – Agate and carnelian sources exploited during the middle of the 20th century (according to Trivedi 1964)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende FIG. 4. Sources des matières premières travaillées à Cambay pendant les années 1980-1990. – Sources of raw materials worked at Cambay from 1980-1990
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8718/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 5. Principales étapes du processus de fabrication des perles en roches dures. – Principal stages of the hard stone bead fabrication process
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8718/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende FIG. 6. Extraction de la calcédoine à Ratanpur. – Chalcedony extraction at Ratanpur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8718/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende FIG. 7. Perles de qualités différentes : supérieure (1), inférieure (2), disco (3).– Beads of different qualities : superior (1), inferior (2), disco (3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8718/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540