Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

Introduction : Des perles pour rêver...

Valentine Roux

Texte intégral

1Quoi de plus évocateur que des parures antiques ? Retrouvées sous forme de perles isolées, de colliers ou de bracelets, elles font référence à des objets qui, dans nos sociétés, ont encore un rôle ornemental et symbolique, de statut social ou de croyances. Nombreux sont les documents historiques ou ethnographiques témoignant des charges politiques, religieuses, rituelles ou sociales relatives aux parures. Elles symbolisent le monde. « Leur grande variété de formes, de matériaux et de fabrication en font le véhicule idéal d’un vaste registre d’informations culturelles » (Dubin, 1995 : 18). C’est pourquoi la découverte de quelques perles archéologiques suscite immédiatement des hypothèses. Elles portent en elles l’expression d’un passé dont le sens se retrouve dans notre propre univers.

2Pour autant, le problème de leur interprétation n’est pas simple. En l’absence de texte écrit, on se trouve confronté à l’immense diversité des valeurs accordées aux perles par l’ensemble des peuples de la planète et l’on ne voit pas comment restituer les valeurs accordées aux perles par un groupe culturel ancien particulier. Ou bien, on est enclin à proposer des banalités qui se plaquent aux perles indépendamment des valeurs spécifiques que pouvait leur accorder originellement un groupe culturel.

3Mais, en quittant – momentanément – le domaine du rêve, une autre approche est encore possible. La perle n’est plus l’objet esthétique qui renvoie à un imaginaire peuplé de récits ethnographiques, elle devient un objet d’étude dont le « sens » doit être construit selon des règles scientifiques qui en restituent la valeur culturelle, indépendamment de tout préjugé anthropologique.

4Cette autre voie est celle qui a guidé l’ensemble des études regroupées dans cet ouvrage. L’objectif proposé est double. D’une part élaborer des référentiels qui permettent d’interpréter les perles archéologiques. En effet, les objets ne parlent pas d’eux-mêmes. Leur donner un sens implique de faire appel à un savoir situé souvent en dehors du champ de l’archéologie (Gallay, 1986).

5D’autre part, étudier les perles en roches dures de l’Indus afin de proposer des hypothèses sur la dynamique à l’origine de la civilisation harappéenne (IIIe mill. av. J.-C.). En effet, les perles sont loin d’être anecdotiques au regard du débat sur l’évolution des sociétés complexes. Elles sont des éléments qui, par essence, informent sur les groupes qui en font usage. Elles se présentent donc comme une donnée archéologique de choix pour mieux comprendre la relation entre le développement de l’artisanat et celui d’élites dont on peut supposer, à l’évidence, l’intérêt pour des objets de valeur et/ou de prestige. En outre, les perles en roches dures ont fait l’objet de circulation sur de longues distances, témoignant d’autant d’échanges et/ou de commerces. Leur production s’intensifiant au cours du IIIe millénaire, elles ont ainsi pleinement participé au développement techno-économique urbain et aux relations engagées entre les deux principaux pôles politico-économiques de l’époque, l’Indus et la Mésopotamie.

Des règles ethnoarchéologiques

6Deux tiers des études présentées dans cet ouvrage sont des études ethnoarchéologiques dont l’ambition est de fournir des référentiels interprétatifs applicables aux perles en roches dures. Le tiers restant est constitué d’études archéologiques. On pourra s’étonner du rapport entre la partie ethnoarchéologique et la partie archéologique. Ce rapport est, en fait, inhérent au procédé interprétatif qui consiste, le plus souvent, en un simple transfert d’attributs ethnographiques sur les données archéologiques étant donné des analogies de forme (Gardin, 1979). Le problème de l’interprétation ne réside pas alors dans le transfert d’attributs, mais dans les conditions du transfert. Dans quelles conditions est-on en droit de transférer à une société ancienne particulière le sens accordé aux objets par une autre société, qui plus est moderne ? Cette question fut posée de manière cruciale dans les années soixante face à la dérive du comparatisme ethnographique que caractérisaient des analogies abusives entre sociétés traditionnelles et préhistoriques. La réponse ici proposée fait actuellement l’unanimité des archéologues, à savoir qu’en l’absence de relation historique directe entre les sociétés anciennes et modernes étudiées, les attributs ethnographiques doivent présenter un caractère universel afin d’être applicables à toute société du passé indépendamment de leur spécificité culturelle (parmi d’autres, Binford, 1967, 1968, 1972, 1978b ; Gallay, 1989, 1991 ; Gallay et al., 1992 ; Gould, 1978, 1980 ; Kent, 1994 ; Schiffer, 1978). Mais existe-t-il des significations universelles qui ne soient pas banales et qui puissent véritablement contribuer à la connaissance du passé ? Tout dépend du sens accordé au mot « universel ». S’il est question d’universaux de processus liés aux contraintes et aux ressources des sphères matérielles, culturelles ou cognitives, ou bien s’il est question d’universaux de forme. Ce sont les premiers qui nous intéressent et qui présentent un caractère pour le moins heuristique, ainsi qu’on le verra dans cet ouvrage.

7Les universaux de processus, comme leur nom l’indique, portent sur les mécanismes ou lois qui expliquent des phénomènes d’ordre tant physique qu’anthropologique ou biologique. Ils doivent permettre d’interpréter certains aspects de la culture matérielle ancienne selon des règles « transculturelles » appelées encore « régularités » (Gallay, 1986, 1992). Ils sont compatibles avec l’observation de différences culturelles. « En effet, les mêmes mécanismes de fonctionnement peuvent prédire des observables différents en raison précisément de la variabilité des facteurs environnementaux pris au sens large et des objets auxquels ils s’appliquent » (Bril, 1992 : 64, souligné par nous). En archéologie, les observables sont les variables archéologiques elles-mêmes (répartition spatiale, données quantitatives, etc.). Celles-ci reflètent les particularismes culturels ou encore la variabilité des comportements humains qui s’ancrent, néanmoins, dans des universaux de processus. Ceux-ci peuvent être assimilés aux généralisations recherchées par les théories de rang moyen (Binford, 1977), « generalizations that attempt to account for the regularities that occur between two or more sets of variables in multiple instances » (Trigger, 1989 : 21). Plusieurs approches à l’étude des mécanismes qui sous-tendent les régularités sont possibles : l’approche expérimentale qui permet un contrôle rigoureux des paramètres à l’oeuvre (Bril et al., 1996 ; Longacre, 1992 ; Roux, 1997), l’approche comparative qui permet, dans certaines situations, d’isoler les paramètres explicatifs (Pétrequin & Pétrequin, 1992) et, enfin, l’approche contextuelle qui permet de définir le contexte dans lequel la régularité opère (par ex. Gallay, 1992 ; Roux, 1985).

8Si la communauté archéologique s’accorde sur l’importance de rechercher des régularités applicables aux sociétés anciennes, en revanche la confusion règne encore sur l’objet d’étude. En effet, rares sont les recherches qui portent sur les universaux de processus alors que nombreuses sont celles qui portent sur ce que l’on pourrait appeler « des pseudo-universaux de forme ». Ces dernières s’attachent, en fait, à rechercher des régularités sur les observables eux-mêmes, c’est-à-dire sur ce qui est destiné, par excellence, à varier en fonction des cultures. L’un des exemples les plus célèbres est donné par Yellen (1977) qui s’est attaché à rechercher des régularités permettant d’inférer, à partir des attributs intrinsèques des campements de chasseurs-cueilleurs Kung, la durée d’occupation des sites et le nombre d’occupants. Toutefois, les « régularités » dégagées correspondaient à de simples corrélations qui n’étaient pas expliquées en termes « universels ». Il fut alors aisé pour Binford de démontrer, par un simple contre-exemple ethnographique, qu’elles n’avaient aucune valeur générale (Binford, 1978a, exemple examiné dans Gallay, 1989). Les trop nombreuses études qui comparent des configurations matérielles traditionnelles avec des configurations matérielles anciennes relèvent de ces « pseudouniversaux de forme » que redoutaient à juste titre des préhistoriens comme André Leroi-Gourhan (1956). La diversité de leurs propos est à la hauteur de la diversité des formes. Elles fournissent des hypothèses, certaines d’entre elles plausibles, sans pour autant progresser dans l’interprétation archéologique. En leur temps, elles furent nécessaires pour affirmer le caractère complexe et multivoque des données matérielles. Mais, curieusement, il n’en est jamais ressorti clairement que les universaux n’étaient pas à rechercher dans les observables eux-mêmes (les attributs des objets) mais dans les processus qui sous-tendent la diversité des observables. C’est en raison de ces études que l’ethnoarchéologie reste à l’heure actuelle une approche souvent décriée, assimilée à un simple catalogage d’hypothèses possibles parmi d’autres, alors même qu’elle devrait être, par excellence, une science de l’interprétation.

9Dans cet ouvrage, les différentes études ethnoarchéologiques consistent à mettre en évidence des régularités ou règles d’interprétation (Gallay, 1992) pour lesquelles on démontre qu’elles sont applicables universellement. Qui dit démontrer dit tester empiriquement, ce qui implique, en général, des études complexes sur les mécanismes œuvrant dans la régularité. D’où la structure de ce livre qui comprend, en amont de l’interprétation, une série d’études ethnoarchéologiques que l’on pourrait qualifier de lourdes et complexes, et en aval, des études archéologiques qui, comparativement, relèvent d’opérations simples et légères, pouvant se résumer à un simple transfert de signification. Les interprétations qui en résultent présentent l’avantage d’être validables par référence aux règles ethnoarchéologiques (Roux, 1992b), ceci dans une perspective logiciste où les constructions interprétatives ont pour ambition de répondre au principe de la vérifiabilité empirique (Gardin, 1979, 1991 ; Gardin et al., 1981). Soulignons que la validation dans le présent d’interprétations « fonctionnelles » est en fait une opération obligée puisque, par définition, celles-ci ne sont pas « observables » sur le matériel archéologique lui-même (ainsi, les habiletés impliquées dans la fabrication d’un objet ne sont pas « observables » ; ce que l’on observe, c’est un objet interprétable en termes d’habiletés étant donné un référentiel actualiste où la relation objet-habileté a été définie).

Cambay : un référentiel de choix

10Les enquêtes ethnoarchéologiques ont été menées à Cambay, petite ville du Gujarat située à l’extrême pointe du golfe de Cambay et dont l’activité lapidaire est attestée, dans les textes, depuis le XVIIe siècle. La présentation générale en est faite dans le chapitre 1.

11C’est l’un des rares lieux au monde où des perles en roches dures sont fabriquées par millions selon des techniques qui sont restées traditionnelles. Cette particularité a permis d’envisager trois domaines d’étude : un premier sur les techniques de fabrication elles-mêmes (chapitres 2, 3 et 4) ; un second sur les habiletés impliquées dans la pratique de la taille (chapitre 5) ; et un troisième sur l’organisation techno-économique de la production des perles et sa modélisation à partir d’une description quantitative des opérations élémentaires (chapitre 6).

12L’étude sur les techniques de fabrication a trait aux opérations de taille, de polissage et de perforation. La description des méthodes et techniques de taille est le fait d’un expert en ce domaine, Jacques Pelegrin (chapitre 2). Le chapitre qu’il leur consacre participe, tout d’abord, à une sauvegarde de données ethnographiques destinées à disparaître à moyen terme. Ensuite ces descriptions permettent d’envisager, pour l’Indus, la possibilité d’une technique de taille jusqu’à présent non attestée pour ces périodes, la percussion indirecte par contrecoups. Si l’on venait à découvrir un nombre suffisant d’ébauches et de préformes, l’exemple de Cambay jouerait, en outre, un rôle de référentiel déterminant pour décrire les méthodes selon lesquelles les parures et petits objets en pierre dure étaient taillés. L’étude sur les procédés d’abrasion, de polissage et de lustrage (chapitre 3) a été menée en collaboration avec Francesco d’Errico qui a mis au point des outils méthodologiques performants pour analyser à l’échelle microscopique les traces de fabrication des parures préhistoriques (d’Errico, 1996), ainsi qu’avec l’aide d’Yveline Dumond, ingénieur. L’objectif est de mettre en évidence, à partir des macro- et micro-traces observables sur le matériel ethnographique, des attributs diagnostiques qui permettent, ensuite, d’identifier les différentes techniques de polissage pratiquées par les Harappéens. Dans la même perspective, l’étude sur la perforation (chapitre 4) a pour objet de comprendre les solutions retenues par les Harappéens pour perforer différents types de perle. Une analyse des principes mécaniques du foret à archet, menée par Antonio Sela, ingénieur en balistique, permet, en particulier, d’apprécier la grande ingéniosité des Harappéens à rechercher des matériaux appropriés pour la réussite de véritables prouesses techniques.

13L’étude des habiletés impliquées dans la taille de la pierre (chapitre 5) doit permettre de retrouver, derrière la perle, les gestes de l’artisan et l’apprentissage dont ils ont fait l’objet. Leur description est essentielle à la compréhension de l’évolution des techniques et de l’organisation de la production (Mauss, 1935 ; Haudricourt, 1987 ; Sigaut, 1994). A Cambay, l’étude des habiletés de taille a été menée en collaboration avec Blandine Bril et Gilles Dietrich, chercheurs en psychophysiologie et sciences du mouvement. Pour caractériser les habiletés et comprendre la variation des durées d’apprentissage en fonction du niveau de compétence, une expérimentation de terrain a été menée qui permet un contrôle rigoureux des différents paramètres à l’œuvre dans l’expertise des artisans. Il en ressort des hypothèses fortes tout d’abord sur les caractéristiques de chaque niveau d’expertise, puis sur la relation niveau d’expertise/durée d’apprentissage. Appliquées aux données archéologiques, ces hypothèses permettent d’interpréter les différents types de perles en termes de niveaux d’habiletés et de durée d’apprentissage.

14Enfin, il s’agissait de construire un modèle qui serve à la reconstruction des techno-systèmes anciens. En préhistoire, les études techno-économiques, basées sur des données empiriques, se sont essentiellement attachées à définir les différentes stratégies suivies pour fabriquer, utiliser, transporter et rejeter les outils, et le matériel requis pour leur fabrication et leur maintenance, selon une dynamique inscrite spatialement au niveau du site ou du territoire (par ex. Binford, 1978, 1979 ; Féblot-Augustins, 1997 ; Geneste, 1992 ; Perlès, 1992 ; Torrence, 1983). En protohistoire, la tendance est plus à l’élaboration de modèles issus de l’anthropologie classique ou économique qui, le plus souvent, pèchent par absence de corrélats archéologiques (par ex. Tainter, 1988, exposé dans Francfort et al., 1989). Notre objectif est de proposer, à partir des données de Cambay, un modèle techno-économique qui ait des corrélats matériels et dont on puisse évaluer le bien-fondé. L’étude a été menée en collaboration avec Pierre Matarasso, économiste. La modélisation effectuée permet de mesurer des systèmes de production à partir des contraintes et des ressources présentées par les opérations techniques élémentaires. Appliquée aux données archéologiques, elle permet de remonter du nombre de perles retrouvées à l’ampleur de la production annuelle et au nombre d’artisans mobilisés. Des alternatives d’organisation peuvent être alors envisagées.

15On remarquera que l’ensemble des études ethnoarchéologiques sont issues de collaborations avec des disciplines extérieures à l’archéologie. Il est certain que la solution à nombre de problèmes interprétatifs se trouve à la croisée de plusieurs disciplines (Gallay, 1986). Non seulement parce que ces problèmes sont traités par des disciplines dont c’est l’objet même d’étude, mais également compte tenu de contraintes épistémologiques qui obligent à valider nos référentiels selon les règles du savoir impliqué dans leur construction (Roux, 1992a).

Les perles de l’Indus

16L’étude des perles de l’Indus s’inscrit dans l’étude plus générale de la civilisation de l’Indus, également appelée civilisation harappéenne. Celle-ci s’est développée entre 2500 et 2000 avant J.-C. sur un territoire considérable couvrant actuellement le Pakistan et le Nord-Ouest de l’Inde (Rajasthan et Gujarat). Elle serait l’aboutissement « de phénomènes socio-économique, religieux et politiques dont on peut suivre le développement de nombreux siècles avant l’apogée de la civilisation de l’Indus » (Mughal, 1988). Elle se caractérise par un urbanisme exceptionnel avec des villes comme Mohenjo-Daro ou Harappa qui ont pu abriter plusieurs dizaines de milliers d’habitants (Jansen, 1988). Parmi les traits urbains, on notera, en particulier, une planification remarquable marquée par une division entre ville haute (souvent appelée « citadelle ») et ville basse, des rues aux façades alignées et une conception ingénieuse des structures liées à l’eau, ceci aussi bien sur des sites de taille considérable comme Mohenjo-Daro, que sur des sites nettement plus petits comme Dholavira (Gujarat). La civilisation de l’Indus se caractérise également par la connaissance de l’écriture dont l’essentiel du corpus se trouve représenté sur des sceaux ainsi que par un système de mesure et de poids. Au cours des cinq cents ans qui virent son essor, la culture matérielle se distingue tout à la fois par son homogénéité, des caractères originaux qui indiquent l’existence d’entités régionales et une remarquable maîtrise de l’artisanat (Jarrige, 1988, 1990). Les perles en roches dures souscrivent à cet artisanat exceptionnel qui connut une prospérité bien au-delà des frontières, jusqu’en Mésopotamie où leur découverte dans des contextes funéraires laisse peu de doute sur leur destination exceptionnelle.

17Dans cet ouvrage, trois études archéologiques sont présentées. La démarche y est commune. Les perles en roches dures sont analysées à partir d’une approche techno-économique qui prend en compte des paramètres tout à la fois qualitatifs (caractéristiques morpho-techniques, techniques et qualité de fabrication) et quantitatifs (nombre de perles retrouvées par type). L’interprétation est faite par référence aux données de Cambay. La première étude (chapitre 7) porte sur l’ensemble des perles harappéennes et revient à faire des hypothèses sur le système techno-économique harappéen dans sa globalité. L’examen des « grandes classiques harappéennes » est révélateur, en particulier, de certains éléments qui contribuèrent à la formation de « l’État harappéen ». La seconde étude (chapitre 8) porte sur les perles en roches dures retrouvées sur le site de Nausharo (Pakistan). Conduite par Blanche Barthélemy de Saizieu, cette étude s’interroge sur la diversité des perles du site et aboutit à des résultats qui convergent fortement avec les conclusions obtenues pour l’ensemble du monde harappéen, à savoir que le nombre d’artisans était limité et que les perles circulaient considérablement entre les sites. Enfin, la troisième étude (chapitre 9), menée par Marie-Louise Inizan, porte sur les perles en cornaline retrouvées en Mésopotamie au IIIe millénaire et à propos desquelles on peut s’interroger sur les centres de production et les relations dont elles pouvaient témoigner entre les grands pôles urbains de l’époque (Mésopotamie, Iran, Indus).

18Ainsi qu’il est mentionné, l’objectif de l’ouvrage est d’apporter des éléments de réponse à une problématique ayant trait au monde harappéen. Toutefois, que l’on ne s’y trompe pas. En aucun cas, cet ouvrage n’est réservé à l’archéologie harappéenne. En effet, les référentiels ici proposés ont pour ambition de présenter un caractère transculturel et donc d’être appliqués à toutes perles en roches dures anciennes, indépendamment du contexte culturel de trouvaille. Dans le même esprit, les hypothèses archéologiques ici avancées pourront être modifiées ou confirmées au fur et à mesure des nouvelles découvertes. Les éventuelles modifications ne représenteront jamais des opérations « lourdes » dans le sens où les référentiels interprétatifs sont déjà construits et où l’interprétation archéologique revient, alors, à un simple transfert d’attributs ethnographiques.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540