Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

Avant-propos

Texte intégral

1C’est par un texte de Gregory Possehl dans Expedition (1981) que j’appris l’existence de Cambay. L’artisanat des perles en roches dures avait déjà fait l’objet de descriptions détaillées dans le Gazetteer of Bombay Presidency (1884, vol. VI, part I) et dans une monographie remarquable de R.K. Trivedi (1964). Mais Gregory Possehl était le premier archéologue à souligner combien une observation ethnoarchéologique pouvait apporter à la compréhension des perles de l’Indus. Il fut suivi par Jonathan Mark Kenoyer qui, après une enquête préliminaire en 1983 (Kenoyer, 1986 ; Vidale, 1986), mena une campagne ethnoarchéologique en 1989 et 1990 en collaboration avec Kuldeep K. Bhan et Massimo Vidale (Kenoyer et al., 1991).

2Mon arrivée à Cambay date de 1988, époque à laquelle je terminais à New Delhi une étude sur la reconnaissance archéologique de la spécialisation potière. Il me fallait alors choisir un nouveau terrain. Ayant eu connaissance des ateliers de Cambay, je décidai de m’y rendre afin d’étendre mes recherches à la taille de la pierre. Deux raisons majeures présidaient à ce choix. D’une part, il s’agissait de l’un des rares artisanats anciens encore pratiqués de nos jours. D’autre part, cette activité remontant à des temps immémoriaux intéressait le laboratoire « Préhistoire et Technologie » que j’intégrai à l’automne 1988. La première mission s’effectua en août et septembre. Elle bénéficia du soutien financier et logistique de l’Institut français de Pondichéry et de la Mission archéologique franco-indienne. Ce fut alors la découverte d’un terrain passionnant car, à l’image des descriptions données par Gregory Possehl et Jonathan Mark Kenoyer, les techniques de la taille de la pierre étaient restées traditionnelles et continuaient à faire l’objet d’un apprentissage en atelier.

3La seconde mission eut lieu en mars 1989. Je retournais à Cambay dans le cadre du gdr 743 dirigé par Marie-Louise Inizan. Nous accompagnaient Jacques Pelegrin et Tejbir Singh, un ami cinéaste invité afin de réaliser un film sur la chaîne de fabrication des perles. Ce film fut monté l’année suivante par Alain Bedos (cra-cnrs), avec le soutien du cnrs audiovisuel. Cette seconde mission fut l’occasion pour Jacques Pelegrin d’observer l’ensemble des différentes méthodes de taille telles qu’elles sont décrites dans le chapitre 2. Elle fut aussi l’occasion pour Marie-Louise Inizan de faire une première étude technologique des perles de l’Indus, à Lothal où le musée eut l’amabilité de nous ouvrir grandes ses portes.

4En février 1992, dans le cadre de l’Institut français de Pondichéry, j’effectuai un troisième séjour à Cambay pour compléter mes premiers travaux et préparer la mission de janvier 1993. Celle-ci avait pour ambition de mener une véritable expérimentation de terrain afin de comprendre les facteurs en jeu dans les différents processus d’apprentissage des artisans de Cambay. Elle fut menée en collaboration avec Blandine Bril (ehess) et financée grâce à l’obtention d’une allocation de recherche du ministère de l’Éducation nationale dans le cadre des actions « Sciences de la cognition », ainsi qu’à un financement de l’Institut français de Pondichéry. Elle annonçait des développements futurs puisque à l’heure actuelle, des missions à Cambay sont de nouveau prévues, élargies à d’autres disciplines et dont l’objet d’étude sera centré sur les habiletés de taille (gdr 1546).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540