Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIIe - Kayahna

Texte intégral

1Le mythique Kayahna est celui qui conquit ce pays sur les Wiitiko au profit des Indiens. Il était la seule personne qui avait la force de détruire les Wiitiko. Wiitiko le redoutait. C’est ainsi qu’on raconte comment il nous secoura.

2Kayahna avait une femme et deux fils. Un jour, il sortit et vit trois Wiitiko femelles, une mère et ses deux filles. Pendant leur absence, il s’approcha discrètement du tipi qui appartenait aux Wiitiko. Dans le tipi se trouvait un humain. Il lui demanda ce qu’il faisait chez les Wiitiko. L’homme répondit que les Wiitiko le gardaient afin de l’engraisser et ensuite de le manger. Les Wiitiko avaient tués les siens et l’avaient pris sans lui faire de mal. L’homme dit à Kayahna qu’il buvait sa propre urine et mangeait ses propres excréments afin de ne pas devenir trop gras. Les Wiitiko n’avaient de cesse de le mettre dans une casserole pour déceler des traces de graisse. Kayahna demanda à l’homme si on lui donnait de la nourriture normale et il répondit qu’on lui donnait de la viande animale à manger. Kayahna dit à l’homme qu’il allait lui manger son prochain repas. Kayahna avait un énorme chien avec lui.

3Quand les Wiitiko furent de retour, ils surent que quelqu’un était venu jusqu’à leur tipi. L’homme leur dit qu’il s’agissait de son oncle. Il dit aux Wiitiko que son oncle devait déménager et s’installer près de leur tipi. Les Wiitiko se montraient tout heureux d’avoir l’oncle pour inviter. Kayahna érigea un tipi à côté de celui des Wiitiko. L’homme dit aux Wiitiko de nourrir son oncle avec de la viande crue. Dès que l’homme fut dans son tipi, Kayahna entassa beaucoup de neige devant son tipi et, sur le tas ainsi formé, mit de l’eau qui gela rapidement. Quiconque désormais s’approcherait du tipi de Kayahna déraperait et glisserait le long de ce tremplin jusqu’au fond du tipi. Le chien de Kayahna resta dehors, ainsi il pouvait chasser Wiitiko vers le piège. L’homme et Kayahna restèrent dedans pour attendre. Peu après, la vieille Wiitiko appela l’homme pour qu’il revienne chez les Wiitiko ; elle parlait la langue des Swampy Cree. Kayahna dit à l’homme : « N’y va pas ! » Comme, bien qu’on l’eût appelé, l’homme ne venait pas, elle demanda à une de ses filles de le ramener de force. Elle ne s’approcha pas du tipi mais le chien lui sauta dessus et la fit glisser dans le tipi de Kayahna. Kayahna lui fendit la tête d’un seul coup de hache.

4La vieille Wiitiko attendit et attendit sa fille avant de se décider à envoyer son autre fille pour ramener l’homme. Elle craignait que sa fille n’eût mangé l’homme et son oncle. La fille y alla mais la même chose qu’à sa sœur lui arriva, elle eut la tête fracassée. La vieille Wiitiko, après avoir attendu longtemps ses filles, alla elle-même chercher l’homme. Elle s’approcha du tipi mais l’énorme chien lui sauta dessus et elle glissa à son tour dans le tipi. Sa robe se releva jusqu’à son ventre et dévoila presque tout. Kayahna frappa de sa hache ses jambes et ses bras qui se cassèrent instantanément. Kayahna envoya la vieille Wiitiko à l’homme qui était assis au fond du tipi. C’était son tour de torturer la vieille Wiitiko. L’homme creva les yeux de la vieille en y enfonçant l’extrémité brûlée d’un bâton. La vieille Wiitiko dit à l’homme : « Tu me traites d’une manière juste ! » L’homme dit à la vieille Wiitiko : « J’ai bu ma pisse et mangé ma merde pour ne pas engraisser ! » Cela l’avait conservé vivant et lui avait évité d’être mangé par les Wiitiko.

5Après avoir torturé les trois Wiitiko femelles, Kayahna laissa l’homme partir de son côté.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540