Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIId - Wiitiko et la femme aux dix fils

Texte intégral

1Une vieille femme vivait au bord d’un lac et y avait là son tipi. Elle récoltait les branches de sapins et faisait tout le travail autour du camp, pendant que ses fils chassaient et tuaient des animaux afin qu’ils aient tous à manger.

2Un soir, elle s’était un peu éloignée pour récolter des branches de sapins et pour poser quelques collets à lapins. Elle avait aussi tué quelques gélinottes au collet. Elle attachait une ficelle à une longue perche et les attrapait tandis qu’elles étaient dans les arbres. Un jour, alors qu’elle rentrait chargée de branches de sapins, des gens, soudain, obstruèrent son passage. Ils étaient tout un groupe de Wiitiko qui marchaient sur elle. Elle eut très peur. Ils la saisirent et lui dirent : « Qu’est-ce que tu fais ? » Elle leur expliqua ce qu’elle faisait car elle avait si peur d’eux. Ils demandèrent encore : « Y a-t-il beaucoup de gens là où tu vis ? » Elle répondit : « Non, je vis seule avec mes dix fils qui sont tous adultes. Il n’y a que nous. — Laisserais-tu tous tes fils être tués, dirent-ils. — Non, répliqua-t-elle, je ne les laisserais pas être tués. — Pourtant, dit l’un d’entre eux, en contrepartie (du fait que tes fils seront tués) tu pourras te marier avec cet homme-là, avec le chef. Tu peux l’avoir et te marier avec lui. En échange du fait que tes fils soient tués. Il est très fort, il peut tuer d’une seule flèche la gélinotte qui est au sommet de l’arbre là-bas. » Il tira et la tua de sa flèche... Alors elle accepta. Comme elle retournait chez elle, ils la persuadèrent de ne rien raconter. « Ne leur dis rien », lui dirent-ils.

3La nuit ses fils furent un à un de retour. Inopinément elle laissa voir la gélinotte au moment où elle la rangeait et dit : « On dirait que ces marques ont été faites par une flèche ! — Une flèche ! D’où est-ce qu’une flèche pourrait-elle bien provenir ? » Elle répondit : « Quand je l’ai étranglée avec mon collet, elle s’est accrochée à une branche qui l’a transpercée. » Tous examinèrent la gélinotte et dirent que la marque avait été faite par une flèche.

4Ils se préparèrent car ils avaient tous très peur. En allant se coucher, ils placèrent leurs mocassins près de leur couche car ils avaient très peur. Certains d’entre eux ne dormirent même pas, attendant de voir ce qui allait se passer. Elle se leva le matin, très peu de temps après s’être endormie car elle aussi avait eu des insomnies. Puis, elle sonda l’entrée du tipi pour l’ouvrir et dit : « Aïe, ce matin mes fils vont mourir. » Les Wiitiko lui avaient dit qu’ils seraient tués à l’aube. Celui qui l’entendit sursauta de sa couche et dit : « Qu’est-ce que la vieille est en train de raconter ? — Elle dit que ce matin ses fils vont mourir », répondirent-ils. Ils se précipitèrent pour enfiler leurs vêtements et se mirent à courir.

5L’un d’eux dit : « Est-ce que l’un d’entre vous connaît un endroit où il y a une accumulation d’arbres morts éparpillés un peu partout ? » Un autre dit : « Je connais l’endroit ; j’y suis passé. » Ils lui dirent de courir vers cet endroit et tous les autres se mirent à le suivre. Alors qu’ils étaient presque parvenus à cet endroit — c’était très loin — ils entendirent la vieille femme crier dans son tipi car les Wiitiko y étaient arrivés. Elle criait de terreur, Quand les dix fils parvinrent à leur cachette, ils rampèrent sous les troncs et attendirent qu’ils arrivent à leur tour. Les Wiitiko étaient très bruyants ; ils faisaient beaucoup de bruit dans leur recherche. Ils ne pouvaient distinguer la trace que de temps à autre car ils avaient marché sur les troncs afin de ne pas laisser de traces derrière eux. L’un d’entre eux dit tandis que quelqu’un passa près d’un tronc : « C’est ici qu’ils sont. » Ils les abattirent tous de leur cachette alors qu’ils passaient à proximité d’eux. Bientôt, ils les eurent tous tués, tous ceux qui étaient venus ici. Une fois qu’ils les eurent tous tués et qu’ils n’entendirent plus rien ni personne venant dans leur direction ils se levèrent tous pour retourner à leur camp et voir ce qu’il en était désormais. Ils les avaient tous tués et dépouillés de tout. Ils entrèrent dans la tente de fumage et y découvrirent leur mère, suspendue la tête en bas. Ses pieds étaient attachés en hauteur à des piquets et un énorme bout de bois, à moitié consumé, était enfoncé dans sa vulve.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540