Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIIc - Wiitiko scapulamancien

Texte intégral

1Deux groupes de gens voyageaient de concert. Ils décidèrent de monter le camp. Ils dressèrent leur deux tipi à une certaine distance l’un de l’autre. Pendant qu’ils construisaient les tipis les enfants qui jouaient dans la brousse aux alentours rencontrèrent Wiitiko. Wiitiko utilisa alors ses pouvoirs surnaturels pour qu’ils, ne se souviennent pas l’avoir vu et n’en parlent pas à leurs parents. Pour cela, Wiitiko souffla à travers la tête des enfants par les oreilles. Le souffle de Wiitiko, très puissant, entre par une oreille· et ressort par l’autre, de gauche à droite. Ainsi les enfants oublient tout.

2La nuit tombée, un vieux dit : « J’ai faim, je vais aller chercher à manger dans l’autre tipi. » Il sort et suit le chemin qui relie les deux tipis. Wiitiko est caché sous la neige, le long du chemin. Quand le vieux passe, il surgit de sa cachette, l’attrape et l’emmène dans la brousse. Plus tard, la vieille femme du premier tipi a faim à son tour et se demande pourquoi le vieux n’est pas de retour avec la nourriture. Elle appelle les gens de l’autre tipi : « Est-ce que le vieux est toujours avec vous ? » Les autres répondent : « Le vieux ? Il n’est jamais venu ici. » Alors les gens découvrant la disparition du vieil homme, commencent à s’inquiéter. Ils sortent et suivent les traces. Ils voient les traces du vieux et de Wiitiko qui s’orientent vers la brousse. Ils suivent ces traces à la recherche du vieux.

3Entre-temps, Wiitiko a tué le vieux et allumé un grand feu pour le faire rôtir. Les vieux Indiens font appel à leurs pouvoirs surnaturels afin de localiser Wiitiko. Ils aperçoivent bientôt une grande lumière dans la brousse : c’est le feu de Wiitiko faisant cuire le vieil homme. Wiitiko est à genoux en face du feu car il est en train d’observer l’omoplate de l’homme. Il l’avait déposée devant le feu car il essaye de voir les lignes qui se dessinent sur l’os, Wiitiko s’adonne à la scapulamancie et il commence à distinguer sur l’omoplate un arc et une flèche prête à être tirée. Wiitiko se réjouit car il se voit comme étant l’heureux futur tireur. Pendant qu’il est occupé à déchiffrer ces signes, quelqu’un s’est approché discrètement de lui par derrière. Il tient son arc bandé et sa flèche prête, visant l’anus de Wiitiko. C’est là le meilleur endroit par lequel on peut tuer un Wiitiko. Pendant que Wiitiko regarde l’arc et la flèche sur l’omoplate, il tire et le tue. La flèche pénètre droit dans l’anus de Wiitiko. Ensuite, ils enterrent ensemble Wiitiko et sa victime et retournent à leur campement.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540