Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIIa - Wiitiko

Texte intégral

1Quand Wiitiko les découvrit, les gens vivaient tous ensemble dans un immense campement. Il prit l’habitude de se rendre à ce camp. Il tua tous les gens et dévora tous les enfants. Wiitiko avait une femme et beaucoup d’enfants. Ce qu’il faisait, c’était de se promener à la recherche d’un élan, mais en fait il était à la recherche d’humains. En général, lorsqu’il découvrait quelques humains, il les observait de loin et retournait très tôt chez lui, dès le matin : il s’était trouvé un repas. Un jour, alors que Wiitiko rentrait chez lui, sa femme était déjà réveillée et elle lui dit : « Ainsi il rentre enfin après avoir été dehors toute la nuit. » Wiitiko se contenta d’aller dans un coin du tipi et de s’endormir. La femme avait raison à propos de son mari qui avait rodé toute la nuit. Wiitiko avait vu des gens tuer des castors. En ce temps-là, comme ils n’avaient pas de pièges, les gens faisaient cela à la lance. Le jour suivant, Wiitiko retourna au même endroit et ne vit plus que, seule, une personne, habillée comme un vieil homme. En fait, c’était son gendre mais il ne le reconnut pas. Ainsi il retourna chercher sa femme et lui dit qu’ils allaient changer de lieu de camp. Il dit à sa femme de mener la marche, lui resterait un peu en arrière. Sa femme trouva une bonne trace qui menait au camp (des humains) et la suivit. Quand elle arriva au camp, les gens la tuèrent, la ficelèrent et l’attachèrent ainsi au beau milieu du chemin. Quand Wiitiko arriva à son tour, il vit qu’il s’agissait de sa femme. Ils le tuèrent aussi. Telle fut la fin de Wiitiko...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable